• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le « secret » de l’achat des S-400 russes par la Turquie (...)

Le « secret » de l’achat des S-400 russes par la Turquie dévoilé

Le renvoi de centaines de pilotes de chasseurs F-16 par le gouvernement turc après la tentative ratée de coup d'Etat en 2016 a sérieusement affecté l'opérationnalité de l'armée de l'air de ce pays, et cela explique l'intérêt d'Ankara pour acheter des systèmes antiaériens russes dans les plus brefs délais. 

C'est ce qu'a écrit dans son article l'analyste militaire Michael Peck sur les pages du magazine américain The National Interest

"La formation de pilotes militaires est très coûteuse. Selon l'armée de l'air américaine, la formation d'un nouveau pilote pour piloter un avion comme le F-35 coûte 11 millions de dollars, tandis que l'expérience de plusieurs années d'un pilote vétéran n'a pas de prix", indique le journaliste. 

Cependant, pour des raison politiques le gouvernement du président turc Recep Tayyip Erdogan "a si radicalement fait le ménage dans son armée de l'air pour se débarrasser des pilotes et des instructeurs potentiellement déloyaux que maintenant il peut à peine contrôler ses chasseurs F-16", poursuit l'expert. 

Après la tentative ratée de coup d'Etat, le gouvernement turc a renvoyé des milliers de militaires pour des liens présumés avec le mouvement Hizmet du prédicateur islamique Fethullah Gülen, qui est considéré comme l'un des organisateurs et "inspirateur idéologique" du putsch militaire. Selon Michael Peck, quand plus de 300 pilotes turcs se sont retrouvés sans travail, les autorités ont commencé à chercher des spécialistes à l'étranger pour compenser leur déficit. Mais les Etats-Unis ont rejeté la demande turque d'envoyer des instructeurs de vol et d'aider leur allié de l'Otan à former de nouveaux pilotes de F-16. Puis la Turquie a demandé de l'aide au Pakistan, qui possède également de tels chasseurs bombardiers américains dans son parc, "mais cela n'a pas fonctionné", affirme l'analyste, sans expliquer les raisons de l'échec des plans d'Ankara pour établir la coopération avec Islamabad. 

Selon Michael Peck, le manque d'effectifs dans l'armée de l'air turque et la baisse de son potentiel opérationnel qui en découle ont poussé le commandement à prendre des mesures asymétriques sous la forme d'un achat rapide à la Russie de systèmes antiaériens S-400. Le contrat en question a été signé avec Moscou en 2017, et deux ans plus tard la Turquie a obtenu la première partie de ces systèmes de défense. 

Rappelons que le putsch militaire en Turquie dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016 a fait plus de 150 morts et plus de 2.000 blessés. Après le coup d'Etat raté les autorités turques ont décrété l'état d'urgence, qui a été levé en juillet 2018. Des dizaines de milliers de personnes ont été inculpées au cours de cette période. Notamment des militaires, des policiers, des collaborateurs du parquet et des organes judiciaires, des journalistes, des militants des droits de l'homme, des représentants d'autres métiers. Le prédicateur islamique Fethullah Gülen qui réside aux Etats-Unis depuis 1999 est considéré par les autorités turques comme le leader du "réseau terroriste" FETÖ impliqué dans la tentative de coup d'Etat. Ankara exige des Etats-Unis l'extradition de Fethullah Gülen. 

Le ministère turc de la Défense a annoncé le 25 juillet 2019 la fin de la première étape de fourniture des composantes de S-400 dans le pays. Dans le cadre de la première étape du contrat entre la Russie et la Turquie, 30 avions ont atterri sur la base aérienne de Mürted. Les premières livraisons de S-400 ont commencé en Turquie le 12 juillet 2019. La seconde étape de fourniture de systèmes antiaériens russes aux partenaires turcs a commencé le 27 août pour s'achever le 14 septembre. La Russie et la Turquie ont signé un contrat pour l'achat de S-400 en 2017. La Turquie a acquis 4 divisions de ces systèmes pour un montant de 2,5 milliards de dollars.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Ellesn'engagentquelaresponsabilité desauteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2180


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • sylvain sylvain 19 novembre 14:10

    Turquie et russie, deux « alliés » qui finiront inmmanquablement par se taper dessus . Ce serait d’ailleurs surement déja le cas si il y avait une symétrie de puissance, ce qui est loin d’être le cas


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 15:09

      @sylvain

      mais ça crée une situation géopolitique intéressante, avec une Turquie qui est toujours en théorie alliée des USA, dans l’OTAN, etc.
      et en pratique alliée de la Russie, même s’ils se tapent encore dessus pour la galerie.

      Un mélange instable qui finira par pèter un jour, avec 2 dirigeants paranos et imbus d’eux-mêmes.


    • sylvain sylvain 19 novembre 19:15

      @Olivier Perriet

      Je ne suis pas sur que la russie et la turquie se tapent dessus juste pour la galerie . La russie contient la turquie, elle est sur tous les fronts ou erdogan cherche à pousser, lybie, syrie, arménie .Et dans le caucase ils ont une zone d’influence commune drolement bordélique qui a tout ce qu’il faut pour partir en couille, il suffirait qu’erdogan pousse un peu l’islamisme par là . Si poutine avait la même mentalité qu’erdogan, ça serait déja parti en couille


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 22:41

      @sylvain

      mais oui, c’est là le problème : « on n’est pas bien sûr ».

      Les deux loulous jouent un peu trop de de cette ambiguïté, un jour ils s’entendent comme larrons en foire, l’autre jour ils se déchirent avant de se réconcilier illico.

      C’est tellement évident qu’en réalité ils marchent ensemble


    • Trelawney Trelawney 20 novembre 07:05

      @sylvain

      La russie contient la turquie, elle est sur tous les fronts ou erdogan cherche à pousser, lybie, syrie, arménie

      Le problème est que sur tous les fronts, la Russie perd et la Turquie se renforce.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 novembre 10:12

      @Trelawney

      mais c’est fait exprès, c’est le pacte russo-turc, comme il y a eu partage de la Pologne entre Hitler et Staline : j’en prends un bout et toi un autre et on est content.

      Je vous laisse deviner qui correspond à qui de nos jours.


    • sylvain sylvain 20 novembre 18:24

      @Olivier Perriet
      ptet bien . Va savoir quelle stratégie est à l’oeuvre aujourd’hui


    • Napooiseau 21 novembre 20:13

      @Trelawney
      Bonsoir.
      A ce jour, la Turquie a perdu grâce à sa finesse diplomatique l’appui militaire et diplomatique des USA et bientôt de l’Otan.
      Heureusement elle s’est créé un chapelet d’ennemi ...
      Poutine compte les points et fait comme le chat devant un trou de souri.
      Le grand Erdogan va finir en pâtée pour chien.
      Ce n’est qu’une question de temps.
      D’où l’affolement et l’excitation de Sultan et de tous ses kalifs. 


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 19 novembre 15:06

      Tout ramène au putsch raté de 2016 contre Erdogan :

      la fureur du sultan contre les USA, accusés d’être derrière Gülen parce qu’ils refusent de l’extrader ;

      la déclaration d’amitié de Vladimir, qui a tout de suite vu le parallèle avec les révolutions colorées, alors que les relations étaient au plus bas entre les 2 pays depuis des mois ;

      Cette nouvelle alliance anti occidentale repose sur ce seul événement, ce non-événement on a presque envie de dire (un putsch avorté contre un pouvoir élu à une large majorité).

      À quoi tiennent les choses quand même, entre les soi-disant Grands de ce Monde : c’est du même niveau que Sarkozy faisant bombarder la Libye parce que Khadafi s’était moqué de lui.

      2 leaders paranoïaques, devenus des caricatures d’eux mêmes, au fil des années.

      ils vont bien ensemble finalement smiley


      • Jean 19 novembre 15:14

        Bof, la Syrie est équipée aussi mais n’en fait pas usage, il ramassent régulièrement de leur voisin.


        • Doume65 19 novembre 19:01

          @Jean
          Tu es sûr que la Syrie a des s400 ?
          Pour moi, ils n’ont que des S300.
          On dit que les S400 déployés en Syrie sont russes et ne protègent que les bases russes.


        • Doume65 19 novembre 18:56

          L’article explique pourquoi la Turquie a besoin de défense, mais n’explique pas pourquoi Poutine ne s’est pas contenté de vendre des S300, les S400 pouvant être maintenant étudiés par l’OTAN.


          • Jean 19 novembre 18:59

            @Doume65
            étudiés mais jamais utilisés


          • Doume65 19 novembre 19:02

            @Jean
            Que veux-tu dire ?


          • Jean 19 novembre 19:04

            @Doume65
            Bonsoir, je veux dire qu’ils ont des missiles anti aériens et qu’ils ne sont pas utilisés puisqu’ils prennent des attaques toutes les semaines, pour un F16 un S300 devrait être largement suffisants.


          • Napooiseau 21 novembre 20:17

            @Doume65
            Actuellement la Russie déploie des S500 et attend avec patience la récolte de signatures radar du matériel US en Syrie, en Libye .
            Bonjour les dégats lorsqu"il décidera de passer à l’action....


          • zygzornifle zygzornifle 20 novembre 08:24

            Avec le n° de série de l’avion les militaires Turcs peuvent commander les pièces détachées sur Oscaro.com .....


            • ETTORE ETTORE 20 novembre 13:28

              Erdogaz est la danseuse de Poutine.

              Elle vient lui faire des gâteries et Poutine la récompense avec ce qu’il juge le juste prix.

              Mais jamais il ne laissera ERDO faire le trottoir pour son compte personnel.

              Faut pas déconner non plus.

              l’OTAN c’est l’OTAN et Poutine sait jusqu’à quel point, ce cabaret de nuit est géré par les Macs Donald.

              Alors, client, ami, protecteur, avec carte de fidélité pour le club VIP ANKARA peut être....Mais toujours avec une arme de service sur lui.

              C’est un laisser passer acquis, que les videurs de ce boxson ne discutent pas.

              Dites....Le carré VIP, c’est autre chose que les bouteilles de mousseux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité