• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le sens du retrait des USA de l’Accord nucléaire iranien ? Un (...)

Le sens du retrait des USA de l’Accord nucléaire iranien ? Un tournant dans une possible nucléarisation du Moyen-Orient

  Le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien est effectif depuis hier. « J'annonce aujourd'hui que les Etats-Unis vont se retirer de l'accord nucléaire iranien », a déclaré le président américain Donald Trump dans une allocution télévisée depuis la Maison Blanche, faisant craindre une montée des tensions au Moyen Orient. « Tout pays qui aidera l'Iran dans sa quête d'armes nucléaires pourrait aussi être fortement sanctionné par les Etats-Unis », a encore mis en garde le président. (1) Il annonce qu’il veut travailler à un nouvel accord, qui serait selon lui plus efficace, pour empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire.

Côté européen, « la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni regrettent la décision américaine de sortir de l’accord nucléaire iranien  », a déclaré sur Twitter le président français Emmanuel Macron. Ce dernier a ajouté que ces pays travailleraient « collectivement » à un accord plus large couvrant « l’activité nucléaire, la période après 2025, les missiles balistiques et la stabilité au Moyen-Orient, en particulier en Syrie, au Yémen et en Irak ». « Le régime international de lutte contre la prolifération nucléaire est en jeu  », a-t-il ajouté. (1)

Il est évident que cette annonce va avoir des répercussions néfastes au Moyen-Orient, pouvant pousser l’Iran à reprendre l'enrichissement sans limites de l'uranium. L’accord nucléaire, faut-il rappeler, a nécessité 13 années d’âpres négociations, et a visé une sécurité contre toute prolifération nucléaire au Moyen-Orient, et ce, malgré qu’Israël dispose d’un statut de puissance nucléaire non-déclarée. Pour que les grandes puissances, en particulier occidentales, aient acceptées, il était exigé des garanties vérifiables de l’Iran telles qu’elle ne pouvait pas tricher. Et elle a donné des garanties sérieuses et contrôlables pour que l’accord fût paraphé par les grandes puissances. Et jusqu’à ce jour, l’AIEA n’a jamais constaté la moindre violation des engagements pris par l’Iran. Alors pourquoi le revirement américain sur l’accord nucléaire avec l’Iran ? Quelles ont été les motifs qui ont poussé à remettre en cause l’accord nucléaire iranien ? Et quelles conséquences va-t-il inférer ce retrait des États-Unis de l’accord nucléaire iranien sur le plan régional et mondial ? Cette prospective cherche à déchiffrer les forces de l’histoire et tenter de faire apparaître précisément ce qui est en puissance dans les antagonismes à la fois au plan régional et mondial. Et est-ce qu’il y aura une idée d’apaisement et de progrès ou de guerre dans un proche avenir, à savoir en 2018-2020 ?
 

  1. Chronologie des certifications de l’accord nucléaire iranien par le président américain, Donald Trump

 

 Tout d’abord, il faut rappeler que la chronologie des certifications de l’accord nucléaire iranien par le président américain. Le 13 octobre 2017, l’accord nucléaire iranien a été rejeté pour la première fois par Donald Trump.

 « Dans un discours au ton extraordinairement belliqueux, le président américain a refusé de certifier l’accord « historique » conclu en juillet 2015 à Vienne. Parlant de la « dictature iranienne », Donald Trump a annoncé une nouvelle stratégie très agressive envers l’Iran. L'ancien secrétaire d'Etat John Kerry, qui a négocié l'accord, estime que Donald Trump ouvre une crise internationale. Ils ont tout tenté. Le président français Emmanuel Macron et la première ministre britannique Theresa May lui ont parlé au téléphone jeudi. Une cohorte d’ambassadeurs européens et des négociateurs de l’administration de Barack Obama ont expliqué en long et en large mercredi au Congrès que l’accord historique de juillet 2015 sur le nucléaire iranien devait impérativement être défendu.

Même au sein de l’administration actuelle, le chef du Pentagone, James Mattis, et d’autres responsables l’ont exhorté à ne pas commettre l’irréparable. Ce vendredi, Donald Trump n’en a pourtant fait qu’à sa tête. Après l’avoir pourtant fait à deux reprises, il a annoncé qu’il ne certifierait plus l’accord conclu entre l’Iran et les six puissances négociatrices (5+1 : Etats-Unis, Chine, Russie, France, Grande-Bretagne et Allemagne). » (2)

En effet, depuis son intronisation, en tant que 45ème président des États-Unis, et bien qui l’ait certifié à deux reprises, Donald Trump, a refusé de certifier, le 13 octobre 2017, l’accord dit « historique » de Vienne entre l’Iran et le groupe de pays P5+1. Une loi américaine qui l’oblige à se prononcer sur l’accord nucléaire auprès des parlementaires tous les 90 jours. Selon lui, les bénéfices tirés par les Iraniens de ce texte de 2015 ne concordent pas avec les engagements à respecter par l’Iran. Pour justifier la non-certification de l’accord, Donald Trump invoque plusieurs violations présumées de l’accord, notamment en matière de production d’eau lourde et d’intimidation des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), chargée de la mise en œuvre de l’accord. Ce qui n’est pas étayé par l’AIEA. Il décrit l’Iran comme une « dictature », un « régime fanatique », et comme l’un des principaux suppôts du terrorisme international. Il a déploré par ailleurs le soutien iranien aux « atrocités commises par le régime de Bachar el-Assad » et laissé entendre que Téhéran coopérait avec la Corée du Nord de Kim Jong-un.

Oubliant que ce sont les États-Unis et leurs alliés qui ont monté depuis les années 1980, la nébuleuse islamiste Al-Qaïda, organisation qui entraîne les moudjahidines avant de les envoyer en Afghanistan, pour combattre les forces soviétiques de l’ex-URSS. Depuis, convertis en djihadistes, ces groupes terroristes déstabilisent les pays arabes réfractaires à l’hégémonie américaine.

 « Aujourd’hui les Etats-Unis sont plus seuls que jamais face à l’accord nucléaire et plus seuls que jamais dans leurs complots contre le peuple iranien », réplique le président iranien Hassan Rohani. De même, le Prix Nobel de la paix 2017, ICAN, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires, basée à Genève, a condamné la décision de Trump qui « incite à la prolifération, rend plus difficile la conclusion d’autres accords pour limiter la menace nucléaire et accroît le risque mondial d’utilisation (d’armement) nucléaire.  » (2)

Dans ce dossier, il faut encore relever un des plus concernés, ou plutôt le principal, par le retrait de l’accord nucléaire iranien, c’est Israël. Par la voix de son chef du gouvernement, il n’a pas cessé de critiquer l’accord de Vienne sur le nucléaire ou Plan d’action global conjoint (PAGC) aussi bien à Washington qu’à la tribune des Nations unies à New York. Il est évident que ce ton véhément d’Israël relève de la crainte que l’Iran accède au statut de puissance nucléaire déclarée. Et si cela arrive, c’est tout le statu quo de l’équilibre de puissance au Moyen-Orient qui sera ébranlé au bénéfice de l’Iran. Et Israël ne pourra plus arguer qu’elle est la seule puissance nucléaire au Moyen-Orient, et de surcroît non-déclaré dans le sens qu’elle n’a pas fait des tests nucléaires. Et donc Israël a poursuivi un programme nucléaire sans être inquiété par les puissances occidentales, la seule condition qui lui a été posée est de ne pas procéder à des essais d’explosion nucléaire. Une situation qui crée un déséquilibre stratégique sur le plan régional. Et on comprend sa crainte s’il vient à l’Iran de passer le seuil nucléaire qui lui donnerait le statut de puissance nucléaire déclarée.

Ceci étant, il demeure cependant que deux oppositions vont infirmer la décision du président Donald Trump de retirer les États-Unis de l’accord nucléaire iranien. La première vient de la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Dans un communiqué commun, ils déclarent soutenir pleinement l’accord nucléaire, précisant qu’il relevait de leur « intérêt national ». La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini n'a pas mâché ses mots : « Cet accord n'est pas un accord bilatéral, ce n'est pas un traité international. (...) A ma connaissance, aucun pays au monde ne peut mettre fin seul à une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies qui a été adoptée, et adoptée à l'unanimité. » Et l'Italienne d'ajouter : « Le président des Etats-Unis a beaucoup de pouvoirs, pas celui-là. » (2)

La deuxième opposition est celle du Congrès américain. La loi américaine prévoit qu’en cas de « non-certification », le Congrès américain a 60 jours pour se prononcer, soit à réimposer les sanctions économiques levées en échange des restrictions au programme nucléaire iranien, censées empêcher Téhéran de se doter de l’arme atomique, soit à maintenir l’accord en vigueur.

En effet, deux mois plus tard, le 12 décembre 2018, « le Congrès américain n’a pas réimposé les sanctions contre l’Iran comme il en avait la possibilité après la décision de Donald Trump de mettre en cause l’accord historique sur le programme nucléaire iranien, dont l’avenir reste toutefois incertain. [...] « Les membres du Congrès ont fait preuve de sagesse », a réagi mardi Diplomacy Works. [...] Le président Trump avait prévenu en octobre qu’en cas d’échec à trouver des solutions pour durcir l’accord, il pourrait décider de « mettre fin » à tout moment à la participation des États-Unis. Combien de temps va-t-il accepter de patienter ? Théoriquement, la prochaine échéance de « certification » tombe mi-janvier, mais les services juridiques du Congrès américain sont en train d’analyser la loi pour savoir si Donald Trump devra à nouveau se prononcer à ce moment-là ou pas. » (3)

De nouveau, le 12 janvier 2018, le dossier nucléaire iranien rebondit. Cette fois, le président Donald Trump ne rejette pas l’accord nucléaire comme il l’a fait le 13 octobre 2017, il le certifie mais prévient que c’est la « dernière fois ». France24 donne l’information : « Le président américain a confirmé, vendredi 12 janvier, la levée des sanctions économiques dont bénéficie l'Iran aux termes de l'accord sur le nucléaire de 2015 mais a fixé un ultime délai pour renforcer cet accord.

Le Congrès oblige le président à redire périodiquement s'il certifie que l'Iran applique l'accord de Vienne et à émettre une dispense pour que les sanctions américaines restent suspendues. Donald Trump a émis cette dispense vendredi, mais pour la dernière fois, a-t-on ajouté de même source. Le fait nouveau est qu'il donne donc au Congrès des États-Unis et aux pays européens parties prenantes une date limite pour améliorer les termes d'un accord qu'il juge trop favorable envers Téhéran. » (4)

Et cette date limite, c’est évidemment la prochaine certification du dossier nucléaire iranien dans trois mois, i.e. le 12 mai 2018. Les pays européens, par cet ultimatum, devait durcir plusieurs clauses du texte signé par l’Iran et les grandes puissances (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne). Malgré les exhortations européennes de ne pas rejeter l’accord, le président, passant outre, annonce, le 8 mai 2018, le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien.

Aujourd’hui, comme lors du rejet de l’accord nucléaire iranien en octobre 2017, il reste la réponse des pays européens et du Congrès américain. Pour le Congrès américain qui a 60 jours pour se prononcer, il est peu probable que les Républicains qui sont majoritaires dans les deux chambres vont de nouveau infirmer la décision du président. Il n’en va pas de même pour les pays européens, dont la réponse est de l’ordre de quelques semaines de négociation avec l’Iran. Pour cette réponse, le président iranien a répondu qu’il n’entend pas se retirer de l’accord sur le nucléaire. « L'Iran souhaite continuer à respecter l'accord de 2015 sur son programme nucléaire, après l'annonce de la décision de Donald Trump de le dénoncer », a déclaré mardi soir le président iranien, Hassan Rohani.

« Si nous atteignons les objectifs de l'accord en coopération avec les autres parties prenantes de cet accord, il restera en vigueur (...). En sortant de l'accord, l'Amérique a officiellement sabordé son engagement concernant un traité international », a dit le président iranien dans une allocution télévisée. « J'ai donné pour consigne au ministère des Affaires étrangères de négocier avec les pays européens, la Chine et la Russie dans les semaines à venir. Si, au bout de cette courte période, nous concluons que nous pouvons pleinement bénéficier de l'accord avec la coopération de tous les pays, l'accord restera en vigueur  ».

Rohani a ajouté que Téhéran était prêt à reprendre ses activités nucléaires après des consultations avec les autres parties signataires de l'accord. En vertu de ce pacte, conclu entre Téhéran et les pays « P5+1 » (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu plus l'Allemagne), l'Iran a accepté de réduire ses activités nucléaires en échange de la levée progressive de la majeure partie des sanctions internationales qui avaient été imposées à la République islamique, dixit agence de presse internationale Reuters. » (5)

Et là encore, il y a très peu de chance que les pays européens se séparent de la décision américaine de sortie de l’accord nucléaire iranien comme en octobre 2017. Il y a de fortes présomptions qu’ils vont imposer un réaménagement de l’accord, qui ne satisferait pas le gouvernement d’Iran. Comme l’écrit l’agence de presse internationale Reuters. « Paris s’attend à des discussions difficiles sur l’Iran. La France, qui défend l'idée d'un accord plus large sur l'Iran après la décision américaine de se retirer du texte de 2015, s'attend à des discussions difficiles et à des avancées par à-coups dans les prochains mois entre les parties prenantes dans un contexte de regain de tensions dans la région.

« La négociation qui s'ouvre va être longue et complexe », souligne une source diplomatique française. « On est dans un scénario maximal avec une sortie sèche américaine. Ce n'est pas vraiment surprenant compte tenu des déclarations de Donald Trump ces deniers mois mais on aurait évidemment préféré un autre scénario.  » (6) Dès lors, une situation nouvelle va surgir qui changerait entièrement les donnes entre l’Iran et les pays occidentaux.

Nous avons ainsi fait la chronologie des événements qui ont concerné l’accord nucléaire iranien, mais nous n’avons pas parlé pourquoi le président Donald Trump, après qu’il ait certifié par deux fois l’accord nucléaire, a changé d’avis en octobre 2017. Puis, en janvier 2018, il l’avalise, en prévenant que c’est la « dernière fois », et le 8 mai 2018, il annonce le retrait des États-Unis de l’accord. Les questions qui se posent : « Pourquoi le retrait de l’accord en octobre 2017 ? Pourquoi Donald Trump le certifie en janvier 2018 ? Et pourquoi il refuse de le certifier en mai 2018 ? Qu’est-ce qui a pu se passer sur le plan international pour que le président américain Donald Trump refuse par deux fois de certifier l’accord sur le nucléaire iranien ? »
 

  1. Le plan occidental global de déstabilisation du Moyen-Orient. Le grain de sable, la Russie

 

 Tout d’abord, il faut revoir le contexte dans lequel le président Donald Trump a été amené à rejeter l’accord nucléaire iranien. Tous les grands États qui ont participé au PAGC sur le nucléaire iranien sont unanimes à dire que l’accord de juillet 2015 est le résultat de treize ans de négociations, et donc constitue un pas en avant dans leurs efforts de s’assurer que le programme nucléaire iranien n’est pas de nature militaire.

Il faut souligner un point important sur la crise nucléaire iranienne. Si une solution n’avait pas été trouvée en juillet 2015, par l’accord de Vienne, que les sanctions avaient été maintenues contre l’Iran, et l’Irak, la Syrie et Hezbollah qui étaient en guerre et se trouvaient, à l’époque, dans une situation très difficile avec les groupes armés dont Daesh le plus actif, l’Iran qui aurait vu ses principaux alliés s’effondrer n’aurait alors plus qu’un seul recours pour se défendre, qui serait évidemment « Passer le seuil nucléaire ». En effet, l’Iran, isolé, n’aurait pas d’alternative que rechercher l’arme nucléaire et balistique pour se défendre.

D’autant plus que trois mois et demi avant la signature d’accord sur le nucléaire iranien, le 26 mars 2015 l’Arabie Saoudite, à la tête d’une coalition, s’est lancée dans une guerre contre les rebelles houthistes, des chiites originaire du nord du Yémen. Et ces chiites yéménites étaient soutenus par l’Iran. Comme l’annonce l’agence Reuters, les États-Unis venaient en appui à la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite. « Depuis le début de l’engagement saoudien en soutien au gouvernement yéménite en exil à Riyad, en mars 2015, les Etats-Unis ont fourni du renseignement et une aide logistique à Riyad (ciblage, ravitaillement en essence) qu’ils appuient également par d’importantes ventes d’armes. En juin, des conseillers américains chargés de cette coopération sur le sol saoudien ont été rapatriés, et les équipes aidant à la planification de ces missions depuis d’autres bases ont été réduites. » (7)

En clair, affaiblir l’Iran en Irak et en Syrie par Daesh et les groupes rebelles armés, et par une campagne de bombardements des positions houthistes par la coalition saoudienne au Yémen. Il ne manquait alors que le nucléaire iranien qu’il fallait à tout prix arrêter, et c’est là où réside l’intérêt de lier l’Iran par un accord nucléaire. C’est ainsi que les 4 pays occidentaux signataires (États-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne) consentent de suspendre les sanctions internationales contre l’engagement de l’Iran de ne pas rechercher l’arme nucléaire. C’est ainsi que le 14 juillet 2015, à Vienne est conclu l’accord entre l’Iran et les six puissances négociatrices (5+1). Il est ensuite validé par le Conseil de sécurité.

On constate là un souci occidental constant à la fois pour neutraliser l’Iran par un accord sur le nucléaire, affaiblir le pouvoir irakien et syrien et le Hezbollah face à Daesh et aux groupes rebelles fortement armés, qui ont pris plusieurs villes et une grande partie des territoires irakien et syrien, et enfin au Yémen, par les bombardements aériens de la coalition, affaiblir les houthistes. Les conséquences seraient très graves pour l’Iran qui se retrouvera isolé et affaibli.

Le plan stratégique global aurait pu fonctionner et arriver aux résultats visés par l’Occident et ses alliés arabes s’il n’y avait pas un grain de sable qui va bouleverser complètement les donnes. La Russie a une base militaire à Tartous en Syrie. Ceci d’une part, et si le plan occidental avait réussi, la Russie perdrait beaucoup sur le plan géostratégique dans cette région. Elle serait tout simplement délogée. Précisément, l’intervention militaire de la Russie en Syrie, le 30 septembre, va bouleverser le cours de la guerre. En deux ans, elle change complètement le rapport de forces. Le pouvoir irakien regagne pratiquement toutes les villes. Le pouvoir syrien, reprenant la plus grande partie du territoire, est désormais en position de force face aux derniers bastions de rebelles qu’il évacue, suite à des accords, vers la petite ville du Nord de la Syrie, Idlib.

Cette intervention de l’aviation russe a donc renversé la situation au Moyen-Orient. L’Iran, l’Irak, la Syrie, le Hezbollah et les houties du Yémen, même si la guerre se poursuit dans certaines régions, sont sortis vainqueurs. Les États-Unis et leurs alliés, européens et arabes, même s’ils conservent certaines positions, en Syrie, sont les grands perdants.
 

  1. L’irruption de la crise nucléaire nord-coréenne permet à Donald Trump de rebondir sur la scène nationale et internationale

 

 En 2017, un nouveau président est élu, c’est le milliardaire Donald Trump qui hérite cette situation moyen-orientale où les États-Unis ont perdu la main au profit de la Russie. Si, au Moyen-Orient, l’axe Russie-Iran-Irak-Syrie-Hezbollah continue de marquer des points face aux États-Unis, le nouveau président n’a pas posé de grands problèmes sur la certification de l’accord nucléaire iranien. Par deux fois, il a certifié l’accord au cours du premier semestre 2017.

Une situation toujours en défaveur pour les États-Unis au Moyen-Orient, un événement nouveau va néanmoins changer les donnes. Ce sont les tests nucléaires et balistiques de la Corée du Nord qui, en quelques mois, changent l’ordre de puissance en Asie et dans le monde. La Corée du Nord menace du feu nucléaire les États-Unis. Pour rappel, la montée en puissance de la Corée du Nord s’est opérée comme suit durant le deuxième semestre 2017.

  • Le 29 juillet 2017, « succès de deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux » ou ICBM, le Hwasong-14, d'une portée théorique d'environ 10.000 km. « Tout le territoire américain est à notre portée », déclare déjà Kim Jong-Un.
  • Le 8 août 2017, le président américain Donald Trump riposte, il promet le « feu et la colère » sur le Nord. La Corée du Nord avertit qu'elle pourrait tirer des missiles près de l'île américaine de Guam, dans le Pacifique. Le 21 août 2017, Washington et Séoul lancent des exercices militaires annuels dits « Ulchi Freedom Guardian » auxquels participaient des dizaines de milliers de soldats sud-coréens et américains. Le Nord, qui considère ces manœuvres comme la répétition d'une invasion, a prévenu Washington qu'il « jetterait de l'huile sur le feu » s'il les maintenait. Le 26 août, Pyongyang procède à trois tirs relativement anodins de missiles à courte portée.
  • Le 29 août 2017, la Corée du Nord procède à un lancement d’un tir de missile balistique au-dessus du Japon, un mois après le premier le 29 juillet. Il n’est pas intercepté par les systèmes antimissiles américains et japonais. Donald Trump affirme que « discuter » avec la Corée du Nord « n'est pas la solution ! ».
  • Le 3 septembre2017, soit 4 jours après, un sixième essai nucléaire. Il a provoqué un séisme d’une magnitude de 6,3. Reconnu comme une bombe H, la puissance de cette bombe pourrait atteindre 120 kilotonnes, contre 15 kilotonnes pour celle d'Hiroshima.
  •  Le 11 septembre 2017, le conseil de sécurité de l'ONU adopte un nouveau train de sanctions, le huitième depuis 2006. L’escalade verbale avec le leader nord-coréen se poursuit. Lors du discours du 19 septembre à l'Assemblée générale de l'ONU, Donald Trump menace de « détruire totalement » la Corée du Nord, qualifiant Pyongyang de « régime vicieux  » et Kim Jong-un d'« homme-fusée ».
  • Le 29 novembre 2017, « tir réussi d’un nouveau type de missile balistique intercontinental (ICBM), le Hwasong-15. » Ce missile intercontinental est capable de frapper n'importe quel point du continent américain, annonce Kim Jong-un. Il ajoute que son pays est devenu un État nucléaire à part entière. Le missile, qui s'est écrasé en mer du Japon après avoir suivi une trajectoire en cloche, pourrait avoir une portée de 13.000 kilomètres, une distance inédite pour un ICBM nord-coréen. Désormais, ce tir missile nord-coréen rompt avec les précédents par la portée de vol qui égalise désormais les vecteurs balistiques des grandes puissances.

Que peut-on dire de l’irruption de la crise nucléaire nord-coréenne ? Le premier élément qui ressort. Les essais nucléaires et balistiques de la Corée du Nord, attestant sa maîtrise de la puissance nucléaire (bombes A et H) et de la portée balistique de ses missiles (13 000 km) font désormais d’elle une puissance nucléaire déclarée, à l’instar des grandes puissances qui siègent au Conseil de sécurité. Le deuxième élément qui ressort. C’est que, eu égard à la perte d’influence des États-Unis Moyen-Orient, et un président poursuivi par une enquête qui doit déterminer s’il y a collusion entre l’équipe Trump et la Russie au cours de la campagne électorale 2016, cette crise nucléaire ne pouvait mieux tomber. Elle permettait à Donald Trump, en affrontant le président nord-coréen dans une joute verbale violente de rebondir sur la scène nationale et internationale. La crise nucléaire a joué un peu comme une bouée de sauvetage pour le président américain.

On comprend dès lors l’escalade verbale entre le président américain et le président nord-coréen. Et avec ce bras de fer sur le nucléaire nord-coréen, le nucléaire iranien ne pouvait que refaire surface. C’est ainsi, dans la chaude relation avec la Corée du Nord, le président américain lie l’accord nucléaire iranien à la crise nord-coréenne et refuse, le 13 octobre 2017, de le certifier comme l’exige la loi américaine dans la suspension des sanctions internationales. Ce refus sert le président américain dans le sens qu’il apparaît comme une riposte pour signifier à la Russie et à l’Iran qu’ils n’ont pas encore gagné au Moyen-Orient. Et commence alors le bras de fer sur l’accord nucléaire de l’Iran. Ni le Congrès américain ni les pays européens ne le suivent dans sa décision. Pourquoi ? Tout simplement, confrontés à la menace nord-coréenne de provoquer un « océan de feu » sur les États-Unis, suivre Donald Trump revenait à avoir non pas une crise nucléaire mais deux crises nucléaires, celle de la Corée du Nord et de l’Iran. La crainte était que l’Iran mettrait fin à l’accord et reprendra le programme d’enrichissement, ce qui enclencherait un dangereux engrenage, qui ne pouvait que mener l’Iran vers la maîtrise du nucléaire militaire.

En janvier 2018, Donald Trump se ravise et certifie l’accord nucléaire. Pourquoi ? Il est évident que le Congrès américain qui a infirmé la décision de Donald Trump et les alliés européens qui n’ont pas voulu le suivre l’ont fait réfléchir et l’ont amené à accepter de suspendre les sanctions mais tout en avertissant que c’est la « dernière fois ». Donc qu’il tient toujours à sanctionner l’Iran si l’accord sur le nucléaire n’est pas amendé. Et comme attendu, le 8 mai 2018, il met sa mise en garde à exécution, il sort les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. Là aussi, pourquoi il s’est ravisé et n’a pas craint une opposition du congrès américain qui bien qu’il est dominé par les républicains, a infirmé la décision une première fois ? Ni qu’il a craint l’opposition des pays européens sur sa décision.

Il est évident que cela relève des changements qui ont intervenu depuis le revirement du leader nord-coréen dans son discours du Nouvel An, le 1er janvier 2018.
 

  1. Une nucléarisation du Moyen-Orient est-elle possible ?

 

 Des questions d’actualité très importantes se posent aujourd’hui. Qu’en sera-t-il de la situation au Moyen-Orient dans les mois à venir ? En particulier de l’opposition Iran-Israël. Que réserve la rencontre Donald Trump-Kim Jong-un ? Qu’en sera-t-il des négociations entre l’Iran et les pays européens ? Une dénucléarisation de la péninsule est-elle possible ? L’Iran viendra-t-il à suivre les pas de la Corée du Nord. Israël restera-t-elle la seule puissance nucléaire non déclarée ? Un tournant donc dans une « possible nucléarisation du Moyen-Orient » ?

Déjà l’Arabie saoudite avertit qu’il pourrait acquérir la bombe atomique. « L'Arabie saoudite a prévenu mercredi qu'elle développerait son propre arsenal nucléaire si l'Iran s'y employait de son côté, au lendemain du retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, des menaces qui exacerbent les fortes tensions dans la région. [...] Principal rival de l'Iran au Moyen-Orient, l'Arabie saoudite a immédiatement applaudi l'annonce de M. Trump, grand pourfendeur de l'accord et allié de premier plan de Ryad. Interrogé par la chaîne CNN sur l'éventualité que Ryad « construise sa propre bombe » si Téhéran reprenait son programme nucléaire, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a déclaré : « Si l'Iran se dote d'une capacité nucléaire, nous ferons tout notre possible pour faire de même.
Que les Iraniens choisissent ou non de reprendre l'enrichissement de l'uranium et d'accélérer un programme militaire, on aura une « course nucléaire au Moyen-Orient », a estimé James Dorsey, analyste à la S. Rajaratnam School of International Studies de Singapour, avant la déclaration de M. Jubeir.
 ». (9)

Peut-on prendre cette mise en garde saoudienne à la légère ? Non C’est une possibilité. Il est évident qu’avec l’agressivité américaine et israélienne, et Israël est seul à disposer d’un arsenal nucléaire, il viendra un jour, et peut-être il est très proche, qu’une nucléarisation du Moyen-Orient soit enclenchée. Une nucléarisation du Moyen-Orient n’est pas une fatalité. On ne peut l’attribuer, en dernier ressort, qu’aux forces de l’histoire. Les États-Unis, le Conseil de sécurité ont-ils empêché la Corée du Nord, l’Inde le Pakistan à se doter de l’arme nucléaire ?

L’analyse s’arrête là. Nous essaierons dans une prochaine analyse apporter plus d’éclairage de de ce qui ressort des événements à venir dans ces deux régions chaudes du monde : le Moyen-Orient et le Nord-Est asiatique.

Un bémol cependant, une prospective a été faite sur le pétrole en janvier 2018, et l’annonce a été faite que le prix du baril de pétrole pourrait être porté à 120 dollars. Aujourd’hui, le prix du baril se rapproche de 80 dollars. (10) Qui en sont les facteurs essentiels ? On peut dire que c’est à la fois Donald Trump, Kim Jong-un et la crise au Moyen-Orient, mais pour mieux préciser, c’est surtout Donald Trump puisqu’il préside le pays qui détient la « monnaie de base du monde, le dollar », et Kim Jong-un en particulier, par la crise nucléaire qu’il a provoquée, en est aussi un des facteurs essentiels. Paradoxalement l’argent dollar, euro, yuan, yen... couplé à l’énergie – le pétrole –, dope l’économie mondiale. Ce couple dollar-pétrole s’oppose à la stagnation économique du monde, du moins pour l’époque que nous vivons.

Aussi devons-nous souligner que ce n’est pas que les prédictions soient justes, il n’appartient pas à l’homme de prédire l’avenir, Seul Dieu détient l’avenir du monde. Cependant, il n’est pas interdit à l’homme de scruter les forces de l’histoire passée et présente pour en comprendre la marche du monde. Il est de notre intérêt de comprendre notre monde, nos pays et où l’on va dans cette marche mystérieuse de l’humanité.

 

Medjdoub Hamed
Chercheur spécialisé en Economie mondiale
Relations internationales et Prospective.
www.sens-du-monde.com

 

Notes :

1. « Trump se retire de l'accord nucléaire iranien, défie ses alliés », par AFP. Le 8 mai 2018
https://fr.news.yahoo.com/iran-trump-d%C3%A9voile-d%C3%A9cision-risque-tuer-laccord-nucl

2. « Trump déclare la guerre à l’accord sur le nucléaire iranien », par le journal suisse, Le Temps.ch AFP. Le 13 octobre2017
https://www.letemps.ch/monde/trump-declare-guerre-laccord-nucleaire-iranien

3. «  Nucléaire iranien : le Congrès américain n’a pas rétabli les sanctions  », par le journal de Montréal AFP. Le 12 décembre 2017
http://www.journaldemontreal.com/2017/12/12/nucleaire-iranien-le-congres-americain-na-pas-retabli-les-sanctions

4. « Trump préserve l’accord sur le nucléaire iranien pour la « dernière fois »  », par France24. AFP. Le 12 janvier 2018
http://www.france24.com/fr/20180112-trump-preserve-accord-nucleaire-iranien-derniere-fois-sanction

5. « L'Iran n'entend pas se retirer de l'accord sur le nucléaire, dit Rohani  », par Reuters. Le 8 mai 2018
https://fr.news.yahoo.com/liran-nentend-pas-se-retirer-laccord-sur-le-071125041.html

6. « Paris s'attend à des discussions difficiles sur l'Iran », par Reuters. Le 10 mai 2018
https://fr.news.yahoo.com/paris-sattend-%C3%A0-des-discussions-difficiles-sur-liran-104141221.html

7. « Deux bases russes restent en Syrie », par Sputnik. Le11 décembre 2017.
https://fr.sputniknews.com/international/201712111034267343-bases-russe-syrie-hmeimim-tartous/

8. « Yémen : la coalition saoudienne bombarde une cérémonie funéraire en plein cœur de Sanaa », par le journal Le Monde. Le 10 octobre 20116
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/10/10/l-arabie-saoudite-a-nouveau-pointee-du-doigt-apres-un-bombardement-aerien-sur-sanaa_5010798_3218.html

9. « Nucléaire iranien : Ryad prévient à nouveau qu'il pourrait acquérir la bombe », par AFP Le 9 mai 2018.
https://fr.news.yahoo.com/nucl%C3%A9aire-iranien-ryad-pr%C3%A9vient-%C3%A0-nouveau-quil-pourrait

10. « Immoralité des Quantitative easing. Un pétrole à 120 dollars et plus, une guerre nucléaire potentielle entre les USA et la Corée Du Nord ? », par Medjdoub Hamed. Le 16 janvier 2018.
https://www.agoravox.fr/tribune-libre
www.lequotidien-oran.com/

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Cateaufoncel2 11 mai 17:29

    "Même au sein de l’administration actuelle, le chef du Pentagone, James Mattis, et d’autres responsables l’ont exhorté à ne pas commettre l’irréparable. Ce vendredi, Donald Trump n’en a pourtant fait qu’à sa tête."

    C’est bien la preuve que l’Etat profond n’a pas encore gagné. Même si on constate que c’est difficile, le Donald finira bien par avoir la peau de Mattis, comme il y a déjà eu celles de Rex Tillerson, Gary Cohn et Herbert McMaster. Ensuite ne resteront plus à liquider que Steven Mnuchin et John F. Kelly.


    • Hecetuye howahkan 11 mai 19:20
      Salut hamed..

      bon un lien russia today en Anglais..économie de guerre, argent etc

      les usa se tirent une balle dans le pied...

      ma conclusion c’est panique à tous les étages aux usa, la fin du dollars roi etc enfin pour ceux qui réellement sont derrière ce pays , nous ne devons pas mépriser les habitants de ce pays bien sur..ni ceux de nulle part..le problème avec nous, ce sont les déments que nous avons mis au pouvoir...bon nous aussi donc sommes le problème car faut quand même être con pour faire ça non ?? ben oui mais ces élites elles viennent d’où ?? vous ne le voyez pas mais ce ne sont que des gens comme nous, ceux qui ont gagné au jeu criminel de la compétition...compétition = guerre = vol etc bien sur

      si la masse change radicalement et décide de coopérer et de partager avec objectif majeur créer ensemble des conditions de survie adéquate, bonnes etc pour tous....tout va se régler

      le vrai nœud gordien du problème est que la masse, nous, ne veut toujours pas de cela..le problème n’est pas les américains , les israéliens etc ni les élites mais la masse...

      ...leur force aux financiers us et autres est bâtie sur le vol par l’argent faux et l’usure de toute la planète oui, par la fausse fausse monnaie , force bâtie aussi sur du sable donc et qui s’effondre..moins vite que les 3 tours touchées par deux avions mais quand même..
       
      cette chute comme l’impact d’un avion sans aile dans un building secret avec 86 caméra sera t’elle aussi pas filmée ?




      • Hamed 11 mai 20:57

        Salut Hecetuye howahkan

        « si la masse change radicalement et décide de coopérer et de partager avec objectif majeur créer ensemble des conditions de survie adéquate, bonnes etc pour tous....tout va se régler 

         

        le vrai nœud gordien du problème est que la masse, nous, ne veut toujours pas de cela... le problème n’est pas les américains, les israéliens etc ni les élites mais la masse... »

        A mon sens, le monde est ainsi fait. Si tout doit se réglé, conditions de vie adéquate, bonnes, etc. Ce serait le paradis sur terre. Où serait le sens de l’existence. On n’aura plus à penser. Le problème c’est nous, la masse, ses élites, les Américains, les Israéliens, etc. Et c’est cette lutte contre des forces contraires qui existent réellement et contre lesquelles luttent cette masse en silence ou autrement qui donne sens à la marche du monde. Je crois que sans ces forces contraires, l’existence serait une harmonie monotone et sans sens.


      • Hecetuye howahkan 11 mai 21:00

        @Hamed


        alors tu n’a jamais vécu ce qui est au delà de la pensée...car je ne parle pas en théorie..

        je te salue amicalement

      • Jonas 13 mai 18:36

        @Hamed


        Comme à votre habitude , vous faites de la géopolitique uniquement pour certains pays , comme la lecture de leur presse, mais vous négligez , la chaos et les conflits entre arabo-musulmans et musulmans non arabes , comme en Turquie, Pakistan, Afghanistan etc. 

        Même si les masses occidentales ont beaucoup de défauts, ils ont des gardes -fous . Une presse libre, des syndicats libres , des partis politiques nombreux et divers , etc. 

         En revanche les masses dont vous parlez , ne peuvent être que les masses Arabo-musulmanes , analphabètes et incultes , qui suivent leurs leaders comme des moutons. Ces masses arabo-musulmanes , que l’on peut nommer aussi la « rue arabe » n’ont pas de jugement personnel , ni de libre arbitre. Elles sont ce que les pouvoirs veulent qu’ils soient. Des automates. 

        L’Egypte a montré le bon fonctionnement de ces masses , qui ont voté à + de 97% pour le maréchal Abdel Fatah Al-Sissi. 

        Votre pays l’Algérie a cause des masses incultes a voté plusieurs fois pour Boutéflika.

        En 1999 : 73,80%
        En 2004 :84,99%
        En 2009 : 90, 21%
        En 2014 : 81, 49% 

         Le Patron du FLN, Ould Abbès , qui est pour un cinquième mandat de la momie , Boutéflika , exploite , l’ignorance et l’inculture des masses et peut déclarer à celles-ci : Boutéflika nous a sauvé du printemps Arabe grâce à son courage". Et si Boutéflika se présente , je suis sûr et certain qu’il sera élu. 



      • Hamed 13 mai 21:14

        @Jonas

        Salut Jonas. Heureux de vous lire. Toujours prêt à dénigrer les masses arabes.

        Je vous concède qu’il y a du retard, mais ce n’est pas une raison pour croire que les masses occidentales sont mieux protégées par une presse libre, etc. Certes ce sont des avancées et ces avancées viendront aux masses arabes que vous dîtes incultes, analphabètes.

        Ces masses arabes ont bien arraché leurs indépendances du colonisateur. Et aujourd’hui, le colonisateur fait face lui-même à une colonisation musulmane qu’il n’arrive pas à juguler et avec la baisse de la fécondité occidentale, dans 50 ans ou 80 ans, la physionomie de l’Europe changerait totalement. Déjà un maire de Londres, un musulman, le ministre de l’intérieur du Royaume-Uni, un musulman, un Premier ministre dans un horizon de quelques décennies en France, un musulman

        Donc, Jonas, il faut relativiser. Le progrès est inscrit dans les gènes de l’être humain, qu’il s’agisse d’un blanc, d’un noir, d’un jaune, d’un juif, d’un musulman, d’un chrétien. 

        Voilà, quant aux pourcentages, il faut laisser l’histoire passer. Demain, ne sera pas aujourd’hui, et après-demain aussi.


        • arthes arthes 12 mai 09:37

          @Massada


          Comme l ultime érection d un symbole en bout de course prit d une vieille fièvre erratique...

        • zygzornifle zygzornifle 12 mai 08:57

          les ricains c’était le maître d’école , maintenant qu’il n’est plus la tout le monde est en récrée .....


          • Matlemat Matlemat 12 mai 09:17

             Pouvons nous ne pas vouloir que l’Iran se dote de la bombe atomique et laisser l’Arabie le faire ? et si ces deux pays se dotent de l’arme atomique, qui pourra empêcher la Turquie de faire de même ?

             Tout cela de notre faute à nous français qui avons collaborés avec Israël pour fabriquer notre arsenal nucléaire, tout cela pour se défendre contre qui ?

             Et puis si tout le monde a la bombe on en reviendra aux guerres conventionnelles comme d’habitude. 


            • Hecetuye howahkan 12 mai 09:38

              @Matlemat


              Oui, d’ailleurs le mythe gaullien s’effondre radicalement là , pour moi...

              mais le jours ou nous aurons un homme politique qui prends la parole en direct et décide d’expliquer aux peuples tout ce qui est caché, toutes les horreurs du pouvoir, tous les tenants et les aboutissant de la mise en esclavage des masses.. et bien un tel jours n’est pas prêt d’arriver

              n’est pas arrivé non plus le jours ou la masse regarde objectivement que c’est elle en fait l’ultime créatrice du bordel..

              dont j’en vois pour moi même les causes..comment je crée mon propre désastre...


              coopération volontaire ,partage équitable volontaire contre pseudo compétition qui veut dire en fait élimination

              l’humanité a choisit et c’est sans appel ce sera élimination...qui produit conflit, violence, tricherie, guerres, vols , torture, mensonges , destruction, vie de merde, insécurité permanente etc

              il serait enfin décent que les humains arrêtent de se plaindre ensuite de leur propre création et de laisser le maître faire car nos choix impliquent cela et bien plus ..

              ce qui sera nié ..



              salutations



            • Matlemat Matlemat 12 mai 17:26

              @Hecetuye howahkan
               Oui le De Gaulle il voulait une France indépendante avec du nucléaire civil et militaire, on voit ou on en est aujourd’hui, on paye pour une armée qui n’est pas utilisée pour nos intérêts nationaux, on a un pays accro à l’uranium incapable de faire sa transition énergétique. 

               On est capable de tuer des millions de gens pour le pouvoir et la technologie offre la possibilité de tuer encore plus facilement.

               La loi du plus fort ce n’est pas avec de l’amour, de l’honnêteté, la vérité et des bisous.


            • arthes arthes 12 mai 23:19

              @Hecetuye howahkan
              Bonsoir toa smiley


              En parlant d élimination justement, serait ce toi qui m a bloquée sur ton topic suite à ma seule et unique intervention laquelle ne contient aucune injure mais exprime un sentiment ouvert qui peut être discuté par quiconque ne le partage pas , excepté toi puisque tu ne souhaites pas intervenir sur ton fil... ?

              Désolé Hamed pour ce HS. 

            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 mai 23:52

              @arthes

              Pareil pour moi ...juste un peu d’ironie et zooooooooo ...l’indien irlandais aime les plaines sans animaux.


            • arthes arthes 13 mai 00:18

              @Alta Pea Pea


              Ton post à été carrément supprimé d ailleurs lol


              C est dans un grand esprit collaboratif qui doit nous dépasser sans doute....


            • hunter hunter 12 mai 11:48

              Pas compliqué à comprendre !

              Deux objectifs essentiels :

              1/ Finir ( dans le sens anglais de « to terminate »), l’Europe, en visant ce qui lui reste de business, et en parallèle maintenir l’invasion muzz !

              2/ Théâtre : il y a 8 mois, Trump voulait vitrifier la Corée du Nord...et dans un an, quand les business européens auront cessé avec l’Iran, il renversera la vapeur, et les européens seront niqués !

              Les entreprises US seront prêtes....ça s’est déjà passé avec Pigeot, il y a quelques années, remplacé par Chevy !

              Les business affaiblis pourront facilement être rachetés par des multinationales US, même schéma qu’avec Alsthom et Technip (entre autres) ! Ventes mises en place par un certain Macron, spécialiste des fusions acquisitions, dans son jeune temps, chez Rothschild !

              Licenciements, croissance en berne, invasion des crasseux muzz.......Macron et Merkel ne seront plus aussi populaires...Trump démontre que c’est lui le Boss, mais bon face aux loques d’ici, c’est un peu une victoire à la Pyrrhus !
              Mais bon humilier des larves, c’est bon quand même....

              royal, il fournira un job à la vieille et au jeunot, quand ils seront éjectés du pouvoir...conseiller chez goldmann, porte-parole chez Merryl Lynch....pas de soucis.

              Plan B : Arriver à un bon petit conflit dévastateur, genre Irak 2003, et faire en sorte qu’Israel récupère un peu d’espace vital, qui lui manque tant !

              Dans tous les cas de figure, c’est 2020 White House 2.0 assuré pour le rouquemoute !

              Ce type est décidément très fort, capable de jouer sur plusieurs tableaux, et s’en sortir avec des avantages....business as usual quoi !

              Adishatz

              H/


              • Hecetuye howahkan 12 mai 12:43

                @hunter



                Salut autre version voir ici . je crois que tu comprends l’anglais il me semble

                Pour un habitué du marketing le discours et le ton de D Trump sonne totalement faux....à un point tel que je trouve cela étrange,sans savoir quoi en penser....est il totalement à l’ouest ? c’est réellement possible...




                New Iran sanctions : Gas prices up, jobs lost, US firms likely to be replaced by Russian & Chinese

                nouvelles sanctions contre L’Iran..prix du pétrole en hausse, perte d’emplois, firme Us probablement remplacés par des firmes russes et chinoises..

                les us sont elles en train de perdre réellement la main.. ? je n’en sais rien..cela est une possibilité très sérieuse..

              • hunter hunter 12 mai 14:52

                @Hecetuye howahkan


                Salut

                J’ai écouté ton lien, merci.

                Oui comme tu dis, tout ça n’est pas clair, mais........l’autre fois sur France culture, un type expliquait qu’il fallait s’attendre sur deux ans, à une très très sévère hausse des prix de l’énergie fossile ( gaz et crude oil), parce qu’on ne trouve plus de gisements faciles d’accès, et que la consommation mondiale augmente sans arrêt !
                 ( et les shale gas ou shade oil chers à l’autre taré de Joeletaxi, ça fait pschitt, c’était du vent, mais bon il y a encore des cons qui y croient...)

                Il a laissé comprendre, qu’à vouloir toujours autant consommer, on allait rapidement être en « shortage » !
                Et les gisements non-conventionnels étant très chers à extraire, eh bien ceux qui voudront continuer à rouler le pourront un temps, mais il faudra cracher au bassinet !
                Bien entendu, le journaleux de France Q n’a pas insisté....faut pas trop inquiéter l’auditeur, même de France Q !

                Je pense que les états profonds savent qu’on va vers une situation qui va difficilement être vendable, aux populations droguées au pétrole, aux bagnoles, aux avions....
                Qui dit pénurie, dit à un moment, rationnement, et là par exemple en France, si tu dis au pékin moyen qu’il faut qu’il limite l’utilisation de sa bagnole, ou bien qu’il va devoir payer deux à trois fois le prix actuel, là tu risques vraiment des émeutes.....on ne sévre pas un camé comme ça, en quelques heures....

                Donc l’idéal serait un bon conflit, avec large implication de nombreux pays shootés aux hydrocarbures, comme ça le rationnement pourrait être mis en place, mais ça serait pour l’effort de guerre, pour vaincre le terrorisme, enfin toutes les salades ahabituelles que ne manqueront pas de déblatérer sur ordre, nos journalistes non-chômeurs, grand suç eurs de Macron devant l’éternel....

                C’est une hypothèse...qu’en penses-tu ?

                Adishatz

                H/

              • Hecetuye howahkan 12 mai 18:26

                @hunter


                Salut, je ne sais pas en fait, mais alors pas du tout, j’écoute à gauche et à droite...

                une chose, la hausse du brut c’est excellent pour les russes..

                le reste ma fois, il n’y a pas à notre niveau d information fiables..

                Sur le fond on n’avance pas du tout........pour le moment



                Adishatz

              • JBL1960 JBL1960 12 mai 13:44

                Déjà l’Arabie saoudite avertit qu’il pourrait acquérir la bombe atomique.
                =*=
                Bah ! Déja l’A.S. a la bombe atomique, G. Chiesa pour IlFattoQuotidiano.fr dans cette vidéo de 2:19 explique que l’A.S. a la bombe depuis au moins 2 ans déjà, et c’est un officiel saoudien qui corrobore ses dires, donc c’est totalement avéré ! ICI

                La cible a toujours été l’Iran pour les psychopathes aux manettes, toujours, avec le Hezbollah derrière, mais bon. Trump fait et dit ce qu’on lui demande (c’est un pantin) May idem, Macron itou.
                 
                Durant le dernier voyage du Prince aux USA, on put l’apercevoir se frotter publiquement les épaules avec l’AIPAC (American Israël Public Affairs Committee).

                Ne pouvant rien faire face à l’occupation sioniste de la Palestine, les Saoudiens ont redirigé leur attention sur d’autres ennemis. Nul besoin de longue démonstration puisqu’il y a toujours eu un autre adversaire là dehors.

                Cet ennemi, qui a toujours été vu par les sunnites comme un apostat, c’est le peuple des musulmans chiites. Plus spécifiquement et d’actualité, l’Iran chiite. Le prince héritier saoudien, recourant à nouveau à l’hyperbole, a affirmé au sujet du leader de ce pays, l’ayatollah Ali Khamenei, «  qu’en comparaison, Hitler faisait bonne figure ». Le Hezbollah du Liban, les Zaydites et les Houthis yéménites, tous chiites, n’en sont que d’autres exemples.

                Malgré tout, c’est bien la City de Londres qui pilote le gouvernement Zunien, pas l’inverse, Macron en jouant double jeu le prouve ; pucé par Rothschild mais utilisé comme cheval de Troie américain à l’Élysée. C’est René la Taupe à lui tout seul smiley

                Finalement le prochain Bilderberg pourrait bien avoir lieu sur l’île de Diego Garcia, plutôt qu’à Turin, non ?...


                • robert robert 12 mai 20:59

                  @JBL1960
                  l’Arabie est encore au moyen âge, à l’ère du chameau incapable de produire une voiture ; comment accéder à la bombe si ce n’est en l’achetant

                  l’Arabie a déjà balancé une bombe à neutron au Yemen, cadeau probable de Hollande ; à méditer


                • Jean nemare Jean nemare 12 mai 14:05

                  « Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres , qui changent l’amertume en douceur et la douceur en amertume ! Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux et qui se croient intelligents ! (...) qui justifient le coupable pour un présent, et enlèvent aux innocents leurs droits ! 


                  C’est pourquoi, comme une langue de feu dévore le chaume, et comme la flamme consume l’herbe sèche,ainsi, leur racine sera comme de la pourriture, et leur fleur se dissipera comme de la poussière, car ils ont dédaigné la loi de l’Eternel des armées, et ils ont méprisé la parole du saint d’Israël » nous dit Esaïe 5 : 20-24 

                  C’est exactement ce qui va arriver aux USA et à Isräel, pour tous leurs péchés, car Dieu va juger son peuple. 

                  • magma magma 12 mai 16:01

                    allez pas la peine de lire : tout est de la faute des américains

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès