• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le silence des chiens de garde sur l’Oradour ukrainien

Le silence des chiens de garde sur l’Oradour ukrainien

La violence et la mort s’abattent sur l’Ukraine : comme c’est commode, la violence et la mort, cela n’a pas de nom, pas de visage…

Comme sont sans visage ces militants communistes et fédéralistes, dits « pro-russes », grillés vifs par les phalanges fascistes portées au pouvoir par Obama et ses proconsuls de l’Union européenne.

Silence, la violence et la mort s’abattent sur l’Ukraine…

Et pourtant, pourtant la mort a bien un visage, celui de l’impérialisme US et de ses petits préfets de l’UE… Pourtant la violence a un bras armé, celui des phalanges fascistes et néo-nazies portées au pouvoir par un coup d’Etat et par des manipulations criminelles fomentées par l’Euro-Maïdan piloté en sous-mains par la C.I.A.

Alors que les médias mainstream ont encensé à longueur d’antenne les « démocrates » du Maïdan quand ceux-ci couvraient la mairie de Kiev de symboles nazis, le silence est aujourd’hui assourdissant pour dénoncer une junte ukrainienne qui, dès son arrivée au pouvoir, s’est lancée dans la chasse aux communistes et dans la persécution des russophones, semant partout la torture et la mort.

Au moment où les larmes de crocodile coulent sur les plaies d’un peuple syrien que la « communauté internationale » a livré sciemment à la guerre civile et aux hordes intégristes, un silence de plomb s’abat sur les quarante militants fédéralistes et communistes brûlés tout vifs dans la Maison des Syndicats d’Odessa (tout un symbole !) par les Sections d’Assaut de la Timotchenko : à Odessa, les nostalgiques de la division Das Reich viennent de raviver les flammes d’Oradour…

Alors que la bien-pensance n’en peut plus de se repaître des images tronquées de Tien An Men, c’est dans un silence de cathédrale que les tanks des nervis chers à Catherine Ashton et à Laurent Fabius tentent d’écraser dans le sang la résistance populaire du peuple ouvrier d’Ukraine qui refuse de plier l’échine et a le tort de brandir à nouveau le drapeau rouge frappé des emblèmes du Travail.
On peut tourner les pages, d’édito en chronique autorisée, pas un chien de garde ne dénoncera le bombardement à l’hélicoptère de combat des populations des villes minières rebelles de l’Ukraine orientale !

Silence, l’ U.E. impériale a lancé ses phalanges de la mort sur l’Ukraine. Silence, car l’impérialisme européen massacre à nos portes aux cris de « l’Europe, c’est la paix » (des cimetières) !

Plus que jamais, le capitalisme sème la misère et la guerre ; après la Libye et la Syrie, c’est maintenant au cœur de l’Europe que les valets funèbres de l’oligarchie financière mondialisée installent leurs hommes-liges par la violence et par la haine, ressortant des poubelles de l’histoire leurs ignobles salopards fascistes.

Après l’Ukraine, à qui le tour ? La Biélorussie, puis la Russie elle-même ? Vraiment, ça ne vous rappelle rien ?

Alors oui, solidarité des vrais communistes, solidarité des vrais antifascistes, solidarité des vrais républicains et des vrais syndicalistes avec le peuple d’Ukraine en Résistance !

Le silence des chiens de garde sur l'Oradour Ukrainien, Billet Rouge , par Gavroche
 

source : site web du PRCF

Retrouvez nous sur les réseaux sociaux :

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (75 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • jako jako 12 mai 2014 10:54

    Merci à vous on n’en parlera jamais suffisament, surtout après les paroles de van rompui, il y a de quoi avoir carrément peur.


    • Xenozoid 12 mai 2014 19:33

      jako, tu sais tres bien que tous pouvoir a besoin d’utilisér la « peur »....tous,de bas en haut


    • unandeja 12 mai 2014 11:23

      ...alors que les forces gouvernementales (d’un gouvernement illégitime, rappelons-le) 
      - brulent vif des dizaines de personnes
      - lancent leurs chars sur des citoyens contestataires désarmés
      - ont recruté des snipers pour tirer sur desmanifestants en faisant croire qu’ils s’agissait de snipers de ianoukovitch
      - tire à balle réelle sur desmanifestants désarmés

      ....l’UE, aux ordre d’un USA n’ayant rien à perdre économiquement avec la Russie (au contraire des pays d’Europe) condament fermement la Russie et Poutine....

      Ceux qui nous « gouvernent » aujourd’hui sont répugnants....tout ça vient des USA qui veut ruiner le commerce européeo-russe et récupérer des parts de marché....tant pis si le gaz et autres importation explosent pour les citoyens européens, tant pis si ces parts de marché ont un gout amer de sang, de larme et de feu....

      Ce qui est triste c’est qu’il soit nécessaire d’aller sur desmédias alternatifs pour avoir ces infos et photos....


      • Byblos 14 mai 2014 02:02

        Oradour-sur-Glane de tragique mémoire a eu lieu pendant la débâcle de l’armée allemande qui refluait vers l’Est.

        La répétition de ces horreurs à Odessa signale sûrement la défaite du déjà révolu « nouvel ordre mondial ».

        Il y aura malheureusement d’autres Oradour, d’autres Odessa, d’autres Koussaïr avant la mort de l’hydre néo-capitaliste.


      • eric 12 mai 2014 11:29

        Sinistres charognards communistes qui instrumentalisent des drames humains au service de leurs objectifs politiques totalitaires.
        Ici, une version plus réaliste de ce qui c’est passe.
        http://www.lecourrierderussie.com/2014/05/odessa-minute/?utm_source=Le%20Courrier%20de%20Russie%20-%20Newsletter&utm_campaign=712dda6af7-Newsletter5_12_2014&utm_medium=email&utm_term=0_76a16a0a15-712dda6af7-133638173

        D’autre part, ne vous faites pas trop d’illusions. Parmi les « nationalistes russes » en Ukraine comme en Russie, il y en a une petite frange qui se reclamme du communisme, c’est vrai, mais dans l’espèce de désordre intellectuel qui prévaut, il se disent « national-bolcheviques ». Avec un instinct très sur, ils assument la parente historique entre ces courants d’idées.
        Et je sais de quoi je parle, en général, il défilent en général sous mes fenêtres a Chisti Prudi, centre de Moscou.
        Les autres pour la plupart sont farouchement orthodoxes et anti communistes, comme les ukrainiens de l’ouest, qui sont parfois a leur image, sont farouchement catho et et anti communistes.

        Ces dramatiques événement ont une source historique, les stigmates de 70 ans de socialisme réel. Ces morts, vous les avez aussi sur la conscience. Jeter de l’huile sur le feu comme vous le faite en désignant des bons et des méchants, c’est contribuer a hauteur de vos faible moyens a la catastrophe qui touche ces gens.

        Quand a voir des nazis dans l’ensemble des dirigeants européens.....avec une telle clairvoyance, on comprend assez pourquoi en son temps,le PCF a eu tant de mal a reconnaître les vrais facho et a passer des offres de collaboration ouverte aux occupants allemands a une vague résistance. Vague, parce qu’ils ont fait plus de victimes française a l’épuration que parmi les occupant pendant toute la guerre (plus de mort que pendant la terreur).
        Vous êtes des gens peu respectables. Car aujourd’hui, encore moins qu’hier, vous ne pouvez pas prétendre que « vous ne savez pas ».


        • almodis 12 mai 2014 18:27

          ERIC , 

          Nom d’un petit bolchevik , que vous arrive t il ? vous donnez des verges pour vous faire battre ?

          VOTRE LIEN : http://www.lecourrierderussie.com/2... n’est nullement en faveur des pro Maïdan , il est tout simplement objectif - et terrifiant  !

          en tout cas , il donne du poids à Taktak , plus qu’aux chiens de garde ...


        • eric 13 mai 2014 08:47

          Eh oui, ce lien n’est ni pro maidan, ni anti maidan, et pourtant, il provient d’un journal Ukrainien et traduit par un autre de langue française, proche des positions russes. Il montre une situation dramatique avec quelques fous furieux dans chaque camp, des braves gens qui tentent d’éviter le pire, des services publics pris entre contradictions politiques, indécision, manque de moyen et d’efficacité. Une situation complexe, pleine de nuances. Des abrutis qui mettent de l’huile sur le feux. Des locaux épouvantes qu’une telle chose puisse se passer a Odessa, qui rappelons le est entre autre la ville des « maskis ».

          Je ne pense pas qu’il apporte de l’eau au Moulin de l’auteur. Appels au meurtre parce que quel est la réaction normale face a un nazi avéré ? Vouloir s’en débarrasser non ?
          A part qu’eux passent aux acte, je ne vois pas trop de différence entre lui et les pravi sektor et autre national bolcheviques pro russes qui s’entretraient tous de fachistes.

          Ne nous y trompons pas, les jeunes paumes des deux camps qui se livrent a ces exactions, sont des gens qui, un jour ont écouté un taktak. C’est pourquoi il faut réagir a ses propos.


        • 1871-paris 1871-paris 13 mai 2014 10:55

          tu es complement a coté de la plaque, avec ton histoire névrosé de communiste par ci par la...

          les Ukrainiens de l’est ne veulent pas de l’austérité europeen !!! ils preferent la russie, ca vous fou les boulles les liberaux quant le peuple revendique ses choixx ! . / ! 


        • eric 13 mai 2014 12:05

          Vous vivez ou ? Les ukrainiens de l’est comme de l’ouest reveraient de « l’austérité européenne » du reste ils sont plusieurs millions a avoir migre pour trouver du travail tant en Russie qu’a l’ouest. Les habitants de l’est, pour beaucoup, ne veulent pas être diriges par ceux de l’ouest, notamment parce qu’ils se sentent russes. Il y a d’autres raisons, bonnes et mauvaises. Par exemple, l’ukrainien est considéré comme une langue de plouc y compris par pas mal de nationalistes ukrainiens russophones.

          La question n’est pas l’austérité européenne, mais arriver ou non a vivre ensemble entre gens par ailleurs très proches les uns des autres ou pas.

          Il y a notamment deux catégories d’intervenant qui font ce qu’il peuvent pour l’éviter pour des raisons qui leur sont propres, les Obama Hollande qui jettent de l’huile sur le feux cote maidan, les facho postaltercoco du genre de l’auteur qui ne se posent pas la moindre question sur l’Ukraine mais adhèrent a tous ce qui peut être anti européen, anti americain anti occidental et se réjouissent goulûment du moindre mort, parce qu’ils pensent que cela fait avancer lerus idees.

          Avec leurs explications monocausales, ce sont des sortes de Dieudonnes restes a gauche mais en moins subtiles.

          Ces gens sont peu respectable, et malgré leur impuissance politique, mérite qu’on leur réponde. On ne peut pas impunément rester inactif devant ces résurgences bolchonazifiantes.


        • Robert GIL ROBERT GIL 12 mai 2014 11:33

          toujours deux poids et deux mesures...je suis sur que si demain une region de Russie demandait son indépendance , l’EU et les USA la reconnaitraient avant meme me moindre referendum !

          Voir : POURQUOI LE MASSACRE D’ODESSA A-T-IL SI PEU D’ÉCHO DANS LES MÉDIAS ?


          • eric 12 mai 2014 11:48

            Ce n’est pas la peine d’attendre, on a déjà vu, notamment avec le Kossovo.
            Autant j’aurai du mal a prendre des positions tranchées sur ce qui se passe en Ukraine et en Russie, autant la façon dont certains de nos dirigeant, et en premier lieu Obama et Hollande jonglent avec nos propres principes me parait clairement inquiétante.


          • eric 12 mai 2014 11:56

            Dubchek est convoque par une soviet de fées. Camarade, ton socialisme a visage humain, un peu prématuré, mais du mérite, nous avons décidé de t’accorder trois souhaits.
            Au grand étonnement des merveilleuses créatures, il demande a trois reprise que la Chine envahisse la Tchécoslovaquie et rentre chez elle. Un peu interloquées, les fées lui confirment qu’il en sera ainsi, mais lui demande les raisons d’un choix aussi original.
            Comme cela, les troupes chinoises traverseront 6 fois l’Union Soviétique...

            La Galicie, elle aussi comme la tcheco terre austro hongroise, elle n’a eu droit que 5 fois au passage des communistes avec dekoulakisation, épuration, collectivisation. Aller retour Trotsky, aller retour pacte germano soviétique, et retour durable avec l’armée rouge.

            Il n’y a pas un village d’Ukraine de l’ouest qui n’ait pas été un petit Oradour communiste.

            Si vous ne parvenez pas a comprendre que cela laisse quelques souvenirs un peu agressif des que l’on parle de communisme ou de Russie, sans être nécessairement nazi, vous êtes sans doute perdu pour l’humanité et la raison raisonnable


            • taktak 12 mai 2014 13:56

              Il n’y a pas un village d’Ukraine de l’ouest qui n’ait pas été un petit Oradour
              Allez Eric, soyez sérieux. Donnez donc la liste, les références et les faits historiques

              Pour le reste ce qui est connus c’est les exactions armées blanches.
              C’est la participations aux crimes de Guerre et à la Shoa des bandéristes (Cf, le procès de Nuremberg) célébrés aujourd’hui par Kiev, financés après 1945 par les occidentaux

              Ce qui est bien c’est que les petits fachos du FN rapplique tous pour défendre leurs copains facho de Kiev et Lviv. C’est pas pour rien quele FN signait un accord avec Svoboda.....


            • eric 12 mai 2014 14:22

              Quelles armées blanches dans un province autrichienne passée sous contrôle polonais ?
              Il ne faut pas oublier que l’attachement a la monarchie austro-hongroise des paysans ruthènes, était largement lié au fait que l’empereur les libéra du servage des aristo polonais des la fin du 18 éme, et que le sentiment anti polonais vint des tentatives de ceux-ci de le réintroduire.
              La résistance anti fasciste de ces populations fut une des plus énergique connue dans l’ex union soviétique ( c’est facile a vérifier sur internet). Notamment, il se consacraient a la lutte contre les allemands a lieu de privilégier la répression contre les anti-communiste comme dans les maquis bolchevique.
              Qu’à la fin, une poignée d’entre eux, et contre l’avis de Bandera, qui lui a passé la guerre dans un camps de concentration fasciste, aient préféré se battre contre la 5 ème arrivée des bolcheviques, cela résultait sans doute de leur expérience approfondie des deux systèmes. Qui sommes nous pour juger ?

              Du reste, fort de la connaissance interne du communisme, beaucoup d’ukrainiens, mais aussi d’autres citoyens « soviétiques »pris à l’ouest, se suicidèrent en se déchirant les veines avec les dents quand on leur appris que les occidentaux allaient les restituer à leur pays d’origine...

              Votre propagande gagnerait a s’appuyer un peu plus sur des faits historiques. Elle gagnerait peut être en crédibilité et en efficacité ....Là, on a quand même l’impresion d’un grand n’importe quoi....


            • filo... 12 mai 2014 12:00

              UE et votre président de la république se trompent complétement de cible. Ce n’est pas contre la Russie qu’il faut luter, car elle n’est pas la source du mal actuel mais contre impérialisme américains.

              Les USA poussent UE dans la guerre contre la Russie.

              « Libérateur américain » s’incruste en Europe (comme partout d’ailleurs où la botte américaine s’est posée)

              Votre président fait preuve d’un illettrismes politique incroyable et d’une absence totale de vision politique et géostratégique.

              Mais en contrepartie il fait preuve d’une obéissance aveugle à Obama ; je dirais même d’une fascination pour lui.

              USA sont depuis toujours anti UE, juste prêts à la tolérer à condition qu’elle reste un nain politique et économique.

              Pour la garder sous sa tutelle les américaines utilisent d’un côté la Grande Bretagne leur porte avion européen et son porte voix Catherine Ashton. De l’autre côté l’Allemagne d’Angela Merkel, considéré comme sou marin américain en Europe. Certainement les américains détiennent contre elle des données compromettantes sur son passé Est allemande. D’où cette étonnant alignement sur Obama. 

              Ils sont dans le faux le plus complet nos nains politique européennes. UE doit se débarrasser de l’emprise USA. Si nos politicards ne l’ont pas compris c’est alors au peuples européennes de mener sa guerre de libération et de se choisir ensuite des dirigeants qu’ils méritent.

              Nous sommes au début d’une révolution européenne qui deviendra ensuite très rapidement mondiale.

              J’en suis sûr et certain !


              • Byblos 14 mai 2014 02:07

                Vous êtes trop bon, filo. Flamby le ramolli ne fait preuve à l’égard des USA et d’Obama ni d’« illetrisme » ni de « fascination ». Il s’agit plus précisément de SERVILITÉ et d’À-PLAT-VENTRISME. 


              • Furax Furax 12 mai 2014 12:41

                Ne pas oublier ces images :
                http://reseauinternational.net/odes...
                Ce que les russes en pensent et leur opinion vaut largement celle de nos « merdias » :

                http://french.ruvr.ru/radio_broadca...

                http://french.ruvr.ru/2014_05_05/Uk...


                • scylax 12 mai 2014 13:44

                  Silence assourdissant sur la famine des années 1930 qui a tué 4 millions d’Ukrainiens. Mais evidemment, cette famine ciblée était le fait du Petit Père des Peuple qu’adorent le soi-disant PCRF et son militant en chef l’inénarrable Taktak


                  • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 12 mai 2014 13:51

                    Propagande dont notre seul source sont des nazi reconvertit au services de l’impérialisme US.

                    Chaque fois que les USA on besoin de taclé la Russie on nous relance sur « l’holodomor ».





                  • taktak 12 mai 2014 13:52

                    tiens l’inénarrable Scylax se signale une nouvelle fois....

                    merci de m’expliquer pourquoi cet article d’actualité devrait parler des années 30.

                    En bon petit nazillon vous chercher juste à justifier un crime abominable. C’est bien vous vous démasquez

                    Le PRCF n’a ni dieu ni cesar ni tribun. Et quant à l’histoire de l’Ukraine des années 30 elle est bien plus complexe que votre caricature idéologiquement orientée on sait à quelles fins.


                  • eric 12 mai 2014 14:07

                    Certes, mais ce serait un peu hors sujet dans la mesure ou les ukrainiens de l’ouest, à l’époque des grandes famines organisées par les communistes, étaient sous le joug polonais et donc relativement à l’abri....Ce sont plutôt les autres, et notamment les russisants qui on prit de plein fouet. Mais ce n’était pas par nationalisme ou racisme puisque différente régions de la Russie profonde ont elles aussi ete décimée par les famines communistes.


                  • eric 12 mai 2014 14:41

                    A taktak, en même temps, je comprend un peu votre contradicteur, parce que le socialisme nationaliste, c’est quand même aussi un peu les années 30 aussi , que c’était un phénomène assez « germanique », dont le programme était entre autre d’éliminer les slaves qui ne seraint pas réduit en esclavage. Confondre des ukrainiens contemporains avec cette idéologie, incite a remonter aux sources pour éclairer le débat. Ainsi, il et permis de penser que les ukrainiens de l’est sont nationalistes. Socialistes ? Que ce soit dans la forme international ou national, cela parait plus douteux...
                    Ensuite, les collaborations ponctuelles avec les ennemis d’ennemi...Le fait que Lénine soit rentré au pays dans un train et avec de l’argent allemand n’en fait pas un royaliste adepte du Kaiser...Je me trompe ?


                  • Darks67 Darks67 12 mai 2014 15:50

                    Mais qu’est ce que vous la ramenez avec vos années 30 et famines, 10 ans après vos copains ont eux gazés et transformé en savons des millions de juif de part toute l’europe, vous m’équerrez au plus haut point. Alors quoi c’est quoi votre logique ? Parce que 4 millions sont morts de faim dans les années 30, dans des circonstances qui dépassent votre petite cervelle, alors ces gens aujourd’hui n’ont que ce qu’ils méritent ? Alors quoi ? C’est quoi la prochaine étable ? Aller gazer les pro-russe en Ukraine ?


                  • latitude zéro 12 mai 2014 16:02
                    Pour en finir avec les propagandistes réactionnaires à la eric et autres qui remettent sans cesse leurs mêmes mensonges sur l’ouvrage !

                    UKRAINE 1933 : une famine gonflée et un génocide inventé par la propagande nazie, et exploité par celle de l’Occident depuis 1945

                    En démontant l’ HOLODOMOR, le génocide soviétique qui na jamais existé
                    Pour ceux qui ne parlent pas Espagnol faîtes vous traduire par Google et qu’on en finisse avec ces mensonges.

                  • scylax 12 mai 2014 16:36

                    Bien sûr. Il n’y a jamais eu non plus de génocide juif. 


                  • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 12 mai 2014 16:39

                    Et hop un Godwin d’or !!!!!


                    Vous vous disqualifiez définitivement.

                  • eric 12 mai 2014 16:39

                    La première fois que j’ai entendu parler de cette dame, j’ai cru à un gag, à cause du papier à cigarette et du major fatal de Moebius. Mais non, elle existe, elle est communiste et proche du PRCF et copine du réseauVoltaire.

                    C’est donc une communiste tendance Staline, qui nous révèle que « non pas du tout il n’y a pas eu d’excès bolcheviques, c’est rien que des menteries sur le refrain c’est pas vrai, c’est pas eux et c’était pas leur faute ».
                    La grande question est donc posée : il est normal qu’elle s’exprime si on a une conception de la liberté d’expression à l’américaine, mais le service public de l’université ne devrait il pas avoir des critères de sélection qui nous évite de financer des gens qui nous couvrent de ridicule dans la recherche internationale ?
                    Accessoirement, et dans le cadre des lois mémorielles, en contestant des crimes contre l’humanité avérées, attestées, notamment par les registres démographiques de la Russie soviétique, c’est à dire des documents administratifs incontournables et non idéologiques, ne relève-t-elle pas de la justice ?


                  • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 12 mai 2014 17:09

                    Elle ne nie pas les mort de la famine (un peu en fait mais pas complètement) mais démonte clairement le mensonge qui met une volonté d’extermination orientée génétiquement derrière cette famine.Et les preuves sont avec elle.


                    C’est fou comme le « patriote » français régurgitent avec aisance la propagande de notre pire ennemi,le bloc anglo saxon, par anti communisme primaire.



                  • eric 12 mai 2014 18:34

                    Il ne peut y avoir, a la rigueur, que des américains, ou des ignorants français pour imaginer que les communistes aient put avoir des arrières pensées « genetiques » dans leur politique d’extermination des populations récalcitrantes ou pour tenter de prouver le contraire. 1) la génétique en était a ses balbutiement, 2) La science soviétique niait son existence et considéraient que c’était une science bourgeoise.....
                    Contrairement au système nazi qui connaissait un semblant de rationalité en désignant pour le massacre un « autre », hypothétique, mais limité dans sa définition, la folie irrationnelle communiste a déclaré une guerre de tous contre tous.
                    Il serait tres injuste de prétendre que les ukrainiens ont ete visé en tant qu’Ukrainiens, parce que les massacres on touché avec équanimité le paysan russe et du reste, les autres peuples de l’union soviétique. Le grand père de mes enfant était aussi russe que possible, pas très loin de Moscou, et sur ses 11 frères et sœurs, il y en a quand même 9 qui y sont passés. Sans aucune justification génétique. Koulak ! ( il faut dire qu’ils avaient une vache et ne l’ont pas vendue assez vite pour échapper a cette classification. Mais vous savez ce que c’est, quand on a pas mal d’enfant, on a du mal a se résoudre a se priver d’une source de lait pour attendre les rations.

                    Mais bon, la Riz-lacroix, elle n’a visiblement pas consulte les stats. Vous savez, on peut truander les chiffres pour un peu tout, mais la population, c’est compliqué, parce que toutes les administrations ont besoin de savoir combien il y a de gens. Surtout dans les pays a fort contrôle social.
                    Aussi bien Staline a fait éliminer tous ses démographes et a interdit la publication des chiffres quand on a constate le trou dans la population, mais il n’ a pu empêcher ces derniers d’exister et d’être pieusement archivés a tous les niveaux. C’est pourquoi, aujourd’hui, on sait...

                    Autres argument fort contre l’hypothèse « raciste » ce sont bien essentiellement des boclho ukrainiens qui ont organise la répression en Ukraine.

                    Cependant, et parce que justement la Galicie et la Ruthenie n’ont été envahies et occupées définitivement qu’après la seconde guerre, ce serait un contresens historique de parler dans leur cas de massacres bolcheviques en dehors des exactions de Trotsky lors de son aller retour, dans la mesure ou cette appellation fait référence aux début du communisme soviétique.

                    Dans la fameuse lettre ou Trotsky dénonce la répression particulièrement atroce a laquelle se livre Staline quand il récupère ces zones de l’Ukraine, on sent aussi le désir d’éviter le reproche d’avoir mal fait son travail quand il était aux affaires.
                    C’est un des trucs positifs dans les guerres civiles entre ces fous furieux. Il y en a toujours un pour dénoncer les comportement qu’il a eut quand se sont ses concurrent qui s’y livrent.

                    Cependant, il est vrai que les résultats de la famine en Ukraine, grenier a blé non seulement de l’URSS mais un temps de toute l’Europe, laisse penser qu’elle a eu droit a un traitement particulier, et sans doute lie a la persistance d’un nationalisme local. Il était sans doute plus simple de faire mourir de faims des paysants de Vologda que ceux des terres noires...

                    Par ailleurs, je déplore son travail de déconsidération des réalisations bolcheviques, parce que dans les archives du KG, lors de leur ouverture partielle aux historien, la volonté de réduire l’irrédentisme ukrainien par la faim est écrit noir sur blanc et en russe. En quelque sorte, elle les accuse d’inefficacité..... !?

                    Bref, vous confirmez, sa thèse, c’est : Il n’y a pas eu de famine, si il y en a eu une, elle n’est pas aussi grave que cela, et de toute façon ce n’est pas la faute de ceux qui étaient aux responsabilité a ce moment la....C’est pas vrai, c’est pas moi, et c’est pas ma faute.

                    Quand on pense aux millions de victimes concernées, il n’y a pas vraiment de quoi rire.

                    Quand on pense que des gens avec de telles idées qui s’agitent autour du destin de l’Ukraine contemporaine, les pires inquiétudes sont permises. 

                    On en a a peu prêt finit avec les socialistes nationaux en 45, mais le travail semble inachevé avec les internationaux.


                  • taktak 12 mai 2014 18:39

                    voila ce qui est écrit dans le lien donné plus haut.

                    Depuis novembre 1917 se sont sans répit succédé des campagnes antibolcheviques aussi violentes que diverses, mais celle de « la famine en Ukraine » lancée en 1933 a depuis vingt ans pris le dessus. Elle se déchaîne quand les grands impérialismes, Allemagne et États- Unis en tête, avides depuis le 19e siècle de piller les immenses ressources de l’Ukraine, se croient en mesure d’y parvenir. La conjoncture sourit au Reich en 1932-1933, quand le Sud de l’URSS (Ukraine et autres « terres noires », Nord du Caucase et du Kazakhstan) fut frappé par une considérable baisse des récoltes et l’ensemble de l’Union par des difficultés d’approvisionnement entraînant le retour à un strict rationnement. Grave « disette », surtout pendant la «  soudure » (entre deux récoltes), non spécifiquement ukrainienne, selon la correspondance diplomatique française ; «  famine » ukrainienne selon les rapports de 1933- 1934 des consuls  allemands et italiens, exploités par les États ou groupes affairés à la sécession de l’Ukraine : Allemagne, Pologne, centre majeur d’agitation à Lwow, et Vatican.

                     

                     

                    Cette disette ou cette famine résultait de phénomènes naturels et sociopolitiques : une sécheresse catastrophique se doubla des effets de la rétention croissante des livraisons (abattage du bétail compris), depuis le tournant des années vingt, par les anciens koulaks (paysans les plus riches) rebelles à la collectivisation. Cette fraction, en lutte ouverte contre le régime soviétique, constituait, en Ukraine, une des bases du soutien à l’«  autonomisme », habillage sémantique de la sécession, au bénéfice du Reich, de la région agricole reine des « terres noires  », en outre premier bassin industriel du pays. L’appui financier allemand, massif avant 1914, s’était intensifié pendant la Première Guerre mondiale, où l’Allemagne transforma l’Ukraine, comme les Pays Baltes, en base économique, politique et militaire du démantèlement de l’empire russe. La République de Weimar, fidèle au programme d’expansion du Kaiser, continua à financer «  l’autonomisme » ukrainien. Les hitlériens affichèrent à leur arrivée au pouvoir leur plan de saisie de l’Ukraine soviétique, et tout l’autonomisme ukrainien (les fonds policiers, diplomatiques et militaires convergent) se rallia entre 1933 et 1935 au Reich, alors plus discret sur ses visées sur le reste de l’Ukraine. L’URSS ne contrôlait alors en effet que l’Ukraine orientale (Kiev-Kharkov), redevenue soviétique depuis 1920, après la sécession opérée pendant la guerre civileétrangère : de gros morceaux de l’Ukraine lui avaient été arrachés ou non attribués, en dépit de l’appartenance ethnique de leur population, des promesses françaises, en 1914, de remettre des dépouilles de l’empire austro-hongrois à la Russie tsariste alliée et de la fixation en 1919 de la « ligne Curzon ». L’impérialisme français, un des deux maîtres (avec Londres) de la guerre étrangère faite aux Soviets puis du « cordon sanitaire » qui suivit son fiasco, offrit à la Roumanie dès 1918 la Bessarabie (Moldavie, capitale Kichinev), ancien pan de l’empire russe, et la Bucovine ; la Tchécoslovaquie en reçut d’emblée la Ruthénie subcarpathique ; la Pologne de Pilsudski, en 1920-1921, l’Ukraine occidentale ou Galicie orientale, naguère autrichienne - capitale Lemberg (en allemand), Lvov (en russe), Lwow (en polonais), Lviv (en ukrainien) -, avec l’aide du corps expéditionnaire français dirigé par Weygand. Et ce alors que la «  ligne Curzon » (nom du secrétaire au Foreign Office) avait en 1919 estimé « ethniquement » russe ce territoire, reportant la frontière russo-polonaise de 150 km à l’Ouest de l’Ukraine russe : la « Russie » devait le recevoir de ses alliés quand eux-mêmes et les Blancs auraient chassé les bolcheviques, ce qui ne se produisit point.

                     

                     

                    Ce distinguo géographique est décisif, car Lwow devint - et Lviv demeure - un centre majeur du tapage sur la « famine en Ukraine » allemand, polonais et vatican qui commença à l’été 1933, c’est à dire après qu’une excellente récolte soviétique eut mis fin à la crise des approvisionnements. S’il y avait eu en 1932-1933 famine, portée à son maximum pendant la « soudure » (entre les deux récoltes), juillet 1933 marqua son terme. La campagne fut relayée par tout le camp antisoviétique, États-Unis inclus, où la presse germanophile du groupe Hearst s’en empara. La famine n’avait pas été « génocidaire », ce qu’admettent tous les historiens anglo-saxons sérieux, tels R.W. Davies et S. Wheatcroft, non traduits en français, à la différence de Robert Conquest, agent des services secrets britanniques devenu prestigieux « chercheur » de Harvard, idole de la « faminologie » française depuis 1995 1). La campagne originelle n’avait même pas brandi le « génocide » : Berlin, Varsovie, le Vatican, etc. maudissaient Staline, les Soviets ou les judéo-bolcheviques, stigmatisaient leur férocité ou leur «  organisation » de la famine et décrivaient une Ukraine poussée par la faim au cannibalisme. Les Français, quant à eux, imputaient aux plans sécessionnistes du trio ce vacarme lancé alors que le Reich promettait au dictateur polonais Pilsudski, si celui-ci restituait Dantzig et son corridor, de lui remettre sur un plateau l’Ukraine soviétique qu’ils conquerraient bientôt ensemble : François-Poncet, délégué du Comité des Forges et ambassadeur à Berlin, ricanait des sanglots quotidiens versés par la presse du Reich sur le martyre ukrainien, grosse ficelle à visées extérieures (annexer l’Ukraine) et intérieures (« flétrir les résultats du régime marxiste » 2).L’abondante correspondance militaire et diplomatique d’époque exclut la thèse de la naïveté des « benêts » prosoviétiques, aveugles, pendant leur voyage de septembre 1933 en Ukraine, aux mensonges et cachotteries de Moscou, tel Édouard Herriot : c’est à dire la thèse soutenue en 1994 par le démographe Alain Blum qui a initié en France le chiffre des « 6 millions de morts ». Ce symbole concurrentiel auxquels les Ukrainiens antisémites tenaient tant – il fallait faire au moins aussi bien que les juifs, avant de faire beaucoup plus, 7, 9, 10, 12, jusqu’à 17 millions à ma connaissance (pour un effectif total d’une trentaine de millions d’Ukrainiens soviétiques) -, fut adopté dans Le Livre noir du Communisme en 1997 par Nicolas Werth. Encore celui-ci réfutait-il alors la thèse « génocidaire » qu’il soutient depuis son engagement en « 2000 dans un projet de publication de documents sur le Goulag (6 volumes, sous l’égide de la fondation Hoover et des archives d’État de la Fédération de Russie) » 3). Chiffre doublement irrecevable : 1° Alain Blum le déduit d’estimations démographiques, puisque l’URSS ne fit aucun recensement entre 1926 et 1939 : or, entre ces dates, dans le cadre d’un boom industriel voué, depuis le début de la grande crise capitaliste, à la défense contre la menace allemande, eurent lieu de gigantesques mouvements de population interrégionaux, affectant particulièrement l’Ukraine agricole collectivisée. La faible croissance de la population ukrainienne entre les deux recensements n’autorise donc pas l’équivalence : déficit démographique égale morts de famine ; 2° le mode de calcul de l’estimation est absurde : Alain Blum s’est aligné sur des statisticiens russes qui en 1990 ont regroupé la décennie 1930 de pertes présumées - 6 millions - sur la seule année 1933 4). Le chiffre fatidique fut repris par des «  soviétologues » français liés, tel Stéphane Courtois, ou non aux champions de « l’Ukraine indépendante » orange. Absurdité suprême, dans l’Ukraine orientale seraient donc mortes en quelques mois autant de victimes - voire deux ou trois fois plus - que de juifs furent exterminés, de 1939 et surtout de 1942 à 1944, sur un territoire étendu de la France à l’Oural ; et ce sans laisser aucune des traces visibles, photos ou écrits laissés par le génocide nazi.

                     

                     

                    C’est dans ce contexte que s’agitèrent en France des groupes « ukrainiens », telle l’association « Ukraine 33 » qu’hébergea l’archevêché de Lyon, avec pour président d’honneur Mgr Decourtray. Elle relève de l’autorité du Congrès ukrainien mondial, sis à Washington et présidé par Askold S. Lozynskyj, dont le New-York Times publia le courrier suivant du 18 juillet 2002 : «  quand les Soviets furent contraints à la retraite devant l’invasion des nazis en juin 1941, ils massacrèrent leurs prisonniers […] d’Ukraine occidentale arrêtés et internés par dizaines de milliers en 1939 […]. Ce fut accompli avec l’aide des communistes locaux, surtout ethniquement juifs. Ce massacre ne constituait malheureusement pas une aberration des oeuvres soviétiques en Ukraine. En 1932-33 en Ukraine orientale, les Soviets avaient déjà assassiné environ 7 millions d’hommes, de femmes et d’enfants ukrainiens au moyen d’un génocide stratégiquement planifié de famine artificielle. L’homme choisi par Joseph Staline pour perpétrer ce crime était un juif, Lazare Kaganovitch. Le célèbre historien britannique Norman Davies a conclu qu’aucune nation n’avait eu autant de morts que l’ukrainienne. Ce qui fut dans une large mesure le résultat des oeuvres à la fois des communistes et des nazis. Les Russes et les Allemands étaient des barbares. Mais les juifs étaient les pires. Ils trahirent leurs voisins et le firent avec tant de zèle ! » 5). Ces antisémites frénétiques se montrèrent plus discrets en France, où ils flagornèrent des associations juives et la Ligue des Droits de l’Homme dans des « colloques internationaux » et débats sur « les génocides » (juif, arménien, ukrainien) 6. Ils exigèrent en 2005-2006 mon exclusion de l’université du président de Paris 7 puis du président de la République Jacques Chirac, me taxant de «  négationnisme » pour avoir adressé par Internet à mes étudiants un recueil critique (cité plus loin) d’archives sur les bobards de la campagne germano-vaticano-polonaise de 1933-1935. Ils ne me pardonnaient surtout pas d’avoir rappelé en 1996 le rôle, dans l’Ukraine occupée par la Wehrmacht, de l’Église uniate de Galicie orientale soumise au Vatican et confiée à l’évêque (de Lwow), Mgr Szepticky, qui bénit les tueries de la division ukrainienne SS Galicia issue des groupements du nazi uniate Stefan Bandera 7). Ajoutons à ces dossiers compromettants pour les hérauts de « l’Holodomor » que j’ose affirmer que la diabolisation du communisme et de l’URSS ne relève pas de l’analyse historique mais de campagnes idéologiques, que, non contente d’être marxiste, je suis juive et qu’un de mes grands-pères a été tué à Auschwitz - fait que j’ai rendu public en 1999, face à une autre campagne 8), et que ces excités connaissaient 9) : tous éléments de nature à les mobiliser.

                     

                     

                    Faillit se réaliser le rêve d’arracher jusqu’à l’appui des juifs de France à une campagne contre une «  judéo-bolchevique » travestie en « négationniste » ! Le harcèlement, contre lequel se dressèrent le Snesup et le PRCF, qui lança en juillet 2005 une efficace pétition soutenue par la (seule) Libre Pensée 10), se relâcha après que les « Ukrainiens » eurent le 25 mai 2006, sous la protection de la police du ministre de l’intérieur N. Sarkozy, rendu hommage à l’Arc de Triomphe au grand pogromiste Petlioura. Émigré en France après ses forfaits de 1919-1920, il avait été abattu en 1926 par le juif russe émigré Schwartzbard, et la défense de celui-ci avait généré la Ligue contre l’antisémitisme (LICA) devenue en 1979 LICRA. Celle-ci dénonça enfin, le 26 mai 2006, via son président Patrick Gaubert - après plusieurs vaines mises en garde de la prétendue « négationniste » Lacroix-Riz -, ces antisémites de choc. Le tapage des groupuscules « ukrainiens » va-t-il reprendre ici, stimulé par le Parlement européen ? L’Ukraine occidentale orange, tutrice (officielle) de l’Ukraine entière, occupe à nouveau le centre d’une campagne qui, depuis l’ère Reagan – phase cruciale du démantèlement de la Russie mis en oeuvre depuis 1945 par les États-Unis -, doit tout ou presque à Washington, de même que la précédente devait tout à l’argent allemand. Ses champions empilent les millions de morts d’une Ukraine orientale dont les ressortissants, pourtant concernés au premier chef, n’ont jamais rejoint la meute. La CIA a joué en revanche les chefs d’orchestre, appuyée sur 1° des « Ukrainiens » antisémites et antibolcheviques, collaborationnistes éminents sous l’Occupation allemande, émigrés quand la Wehrmacht fut chassée d’Ukraine ou après mai 1945 aux États-Unis, au Canada ou en Allemagne occidentale ; 2° sur certaines universités américaines prestigieuses, dont Harvard et Stanford, relayées ensuite par les universités « occidentales » (Europe orientale incluse) que les financements américains ont gratifiées (en pleine misère des crédits publics de recherche) d’une foule de colloques et commandes éditoriales sur « la famine génocidaire en Ukraine ». Le soutien financier et politique américain a généré la campagne « Holodomor » des gouvernants ukrainiens - qui ont en 2008 érigé en héros national Stefan Bandera, « chef de l’organisation terroriste ukrainienne en Pologne » 11 prétendument « indépendantiste » (pas du Reich), criminel de guerre émigré en 1945 en zone d’occupation américaine, organisateur, depuis sa base de Munich, d’assassinats de masse jusqu’aux années cinquante dans l’Ukraine redevenue soviétique 12). Privé d’un tel soutien, le vacarme s’arrêterait ou perdrait tout écho international. Le « Parlement européen », en reconnaissant le 23 octobre 2008 « l’Holodomor (famine provoquée artificiellement de 1932-1933 en Ukraine) comme “un crime effroyable perpétré contre le peuple ukrainien et contre l’humanité” », révèle sa stricte dépendance envers les États-Unis, maîtres de l’Ukraine « indépendante », en concurrence avec l’Allemagne, dont la grande presse affiche un zèle pro-ukrainien égal à celui de l’actuelle Pologne, héritière des « colonels » Josef Beck et consorts.


                  • tf1Groupie 12 mai 2014 21:43

                    Tu as raison de refaire l’histoire TakTak, toi qui compares Oradour à Odessa.
                    Au point où tu en es, pourquoi t’arrêter en si bon chemin.

                    La propagande tu connais ...


                  • eric 13 mai 2014 09:25

                    C’est bien le problème de cette dame. Si Staline assassina les responsables du service démographique, si il interdit, effectivement, la publication des recensements, il ne pouvait pas empêcher les administrations de collecter les chiffres de naissances, décès, etc... parce que c’est un instrument de travail indispensable. Encore plus dans un pays totalitaire planifie et rationne.
                    C’est pourquoi on a des chiffres fiables et crédibles sur la catastrophe démographique en partie délibérée en partie liée a l’absurdité congénitale du système communiste. (un bon exemple dans le docu sur « l’ile au cannibales », ou l’idee est de nettoyer Moscou de tous ce qui traine, de les envoyer le plus loin possible, mais si ils meurent tous de faim, c’est a peut pret autant du fait de l’absurdite du systeme que de l’indiffernec a la vie humaine et a l’irresponsabilité.)
                    Il est frappant que toutes les créations de pays communiste se soient vu confrontées « a une »periode de mauvaise récolte et a des facteurs socio economiques des paysans riches récalcitrant« entraînant des famines plus ou moins catastrophiques et meurtrières. Ce n’est pas un desir allemand de s’approprier l’Ukraine qui détermina les famines chinoises ou éthiopienne...

                    La schizophrénie idéologique révisionniste et negationniste de cette dame atteint en quelque sorte son comble quand on découvre qu’un membre de sa famille est mort a Auchwitz, la ou ont également été éliminés deux frères de Bandera. Lui était prisonnier a Sachsenhausen. Drôle de place pour un Nazi..... De facon assez typique, son »marxisme« lui fait oublier toute humanité puisqu’elle parvient a distinguer des bonnes et des mauvaises victimes a Auschwitz.....

                    Cela fait froid dans le dos. On se dit que le ventre est encore fécond qui engendra la bête immonde.

                    J’arrive de Sukhum. Revolution, les locaux desirent s’emparer de la proposition de Lenine de s’emanciper et d’avoir une Abkhazie indépendante.Ils s’agitent en ville. Arrive un croiseur »rouge", on les fait monter a bord, on les massacre,mais surtout on fait brûler les corps sur la plage dans un but pédagogique vis a vis des populations locales..... Une culture...


                  • CN46400 CN46400 18 mai 2014 11:04

                    La famine 32-33 en Ukraine n’est une imposture que parceque ceux qui en font la pub veulent la circonscrire à la ruralité où les preuves sont quasi-impossible à rassembler (les villes n’auraient pas été concernées sic...). En effet une famine rurale dans une zone aussi fertile que l’Ukraine, alors que la partie non productive (koulaks) de la population, a été déportée vers les chantiers de l’industrialisation (Ukraine comprise), est inadmissible par des français (la France est aussi une contrée fertile) qui savent que si les villes ont eu faim pendant l’occupation nazie (40-44) il n’en fût pas de même dans les campagnes.....La réduction des paysans français ou ukrainien, à la famine est hors de portée de quelque dictateur qui soit !


                  • le moine du côté obscur 12 mai 2014 14:12

                    Comme j’ai tendance à le dire souvent la vérité est tournée vers elle-même. C’est à dire que les choses sont parfaitement claires à chacun de croire à ce qu’il veut croire et d’adhérer à l’idéologie qui lui sied. Si certains croient encore l’élite politico-médiatique occidentale et exagérément pro-étasunienne c’est leur problème. Comme je le dis souvent il n’y a de bons et de mauvais, il y a les mauvais et démons ! Je classe pour le moment Poutine dans le camp des mauvais et les étasuniens et affidés dans le camp des démons. L’histoire des magouilles étasuniennes explique beaucoup de choses, à chacun de faire ses recherches et de tirer les conclusions (évidentes) qui s’imposent ! Même pas la peine de faire des théories les dires de ces démons disent tout ! Si certains veulent rester dans le monde des bisounours, bien leur en fasse, mais moi je n’irais pas pleurer sur eux quand ils découvriront effarés et choqués le monde dans lequel ils vivent.
                    Ceci étant dit pour moi la question n’est plus de savoir ce qui se passe mais comment les peuples peuvent faire pour lutter contre les délires de dirigeants dont l’inconséquence et l’inconscience sont effarantes. D’abord arrêter de croire en la démocratie promue par les élites qui on s’en doute ne vanteraient pas un système qui pourrait les nuire. Et c’est là que les problèmes commencent ! Les gens sont tellement divisés et ont tellement tendance à se taper dessus pour des problèmes secondaires que de mon point de vue ils ne pourraient pas se mettre ensemble pour faire changer les choses. Je prônerai des petites entités indépendantes et homogènes, faisant du commerce entre elles et se respectant, mais là encore je crois que cela fait partie du domaine du rêve. Conclusion il y a une catastrophe qui je l’espère remettra les idées de beaucoup en place !


                    • Nestor 12 mai 2014 21:55
                      Salut Actias,

                      « le camp mondialiste (rève d’un monde peuplé de nomades abrutis métisés transgenres incultes et consommateurs) »

                      Dans ce camp-là ce qu’ils veulent avant tout c’est des esclaves, des pantins soumis et sur qui ils peuvent tirer les ficelles de leurs propagandes aux moments opportuns ...

                      Nomades ou pas ... Métissés ou pas ... Transgenres ou pas ... Incultes ou pas ... C’est pas leurs blems Actias, leur but c’est de nous rendre par la consommation de très gentils abrutis ...

                      Les mots abrutis et consommateurs « abrutir ... Consommer » alors eux oui ! Le reste Actias crois-tu qu’il soit vraiment dans leurs intérêts ou dans leurs préoccupations ?


                    • Laurent 47 12 mai 2014 19:33

                      Je me demande si, juridiquement, un, ou des partis politiques, ne pourraient pas engager une procédure auprès du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, pour obliger les médias (télés et radios) à cesser leur désinformation et leur censure sur les évènements qui se sont produits, et continuent à se produire en Ukraine.

                      La chaîne télé régionale allemande ARD n’a pas été aussi frileuse pour monter la vérité, et peut être prise comme un bon exemple d’honnêteté professionnelle.
                      Si ça n’est pas possible, alors que ça l’a été pour Dieudonné, cela voudra dire que la France, qui critique Poutine, applique les bonnes vieilles méthodes de l’U.R.S.S. avec ses commissaires politiques veillant sur la bonne parole, ce qui nous rapproche tout doucement de la dictature, quoique...
                      La dictature, c’est : taisez-vous !
                      La démocratie, c’est : causez toujours !

                      • Nestor 12 mai 2014 19:43

                        Salut,

                        Le silence des médias sur ce qui c’est réellement passé à Odessa est tout simplement honteux, inacceptable ... Et le silence des politiques sur ce même sujet est pire que tout ... 

                        Ils se disent démocrates, ils se disent républicains ... Leurs silences montrent qu’ils ne le sont pas ... Ils sont juste médias comme politiques des petits chiens au service de leurs maitres ...


                        • ahtupic ahtupic 12 mai 2014 19:52

                          Et pendant ce temps, le roquet puant va aboyer contre Poutine en Azerbaïdjan. Le même que Sarko., les femmes en moins. Ce qui explique que le sperme lui monte à la tête.


                          • holodomore holodomore 12 mai 2014 20:05

                            Il n’est d’Oradour que français ...
                            Les peuples de l’Est qui ont souffert mille Oradour n’existent pas au regard de ’notre’ histoire de la seconde guerre mondiale.
                            Plus raciste que nous tu meurs !!!


                            • tf1Groupie 12 mai 2014 21:40

                              Oradour sur Glane, de simples villageois qui n’avaient rien demandé, avec femmes et enfants, brulés vifs, volontairement.

                              Comparer ça à Odessa. Quelle gerbe !!!
                              Aucun respect pour les morts d’Oradour.

                              Un article avec ce titre qui reçoit une belle ovation sur Avox.

                              Et les gens qui aiment ça nous font des leçons de morale, faut vraiment pas avoir honte.


                              • Nestor 12 mai 2014 22:24

                                Salut,

                                « Aucun respect pour les morts d’Oradour. »

                                Pourquoi ? Explique moi donc où est le manque de respect envers les morts d’Oradour quand on s’attaque au nazisme ...

                                C’est plutôt limite toi qui leur manque de respect en considérant qu’une quarantaine de personnes qui comme eux ont été brulés ou autre par le même style de personnages et de pensées n’ait rien de comparable ...


                                • Amada 12 mai 2014 23:43

                                   Ok les médias désinforment et il faut le combattre.

                                  On peut aussi essayer d’agir.
                                  Une pétition demandant à la France de ne plus soutenir le nazisme en Ukraine a été lancée Sur Avaaz.
                                  J’ai écris un article pour le faire savoir. Il est dans la liste des textes soumis à validation ; Si les modérateurs voulait bien le mettre en ligne ? Merci (mon ordi chauffe dès que j’essaie de faire plus)


                                  • QAmonBra AmonBraQ 12 mai 2014 23:53

                                    Nos merdiats sont sur le mode propagande (préparation ?) de guerre, comme leur ancêtres ’faiseurs d’opinion" fin du XIX et début du XX siècle, sous le contrôle des mêmes prescripteurs et pour des conséquences que nous connaissons tous.

                                    Avons nous une quelconque chance d’échapper à cet énième et probablement ultime holocauste planétaire  ?

                                    Vu le nombre de gens qui, comme au siècle précédent, pour toute information et argumentation, se contentent de régurgiter la logorrhée synchronisée de ladite presstituée, j’en doute de plus en plus.


                                    • Jean Keim Jean Keim 13 mai 2014 07:01

                                      La guerre est partout même dans les articles et les commentaires et les cerveaux de ceux qui les écrivent. Voue êtes la guerre, vous pensez la guerre. Un problème à vous lire ne peut se résoudre que par l’affrontement, vous croyez comprendre la situation en émettant des avis chargés de mots lourds comme des bombes mais vous ne faites que réagir à des impulsions qui vous contrôlent comme le font ceux qui brûlent et tuent aux noms d’idées. Il est possible que la guerre s’étende au monde entier car pour qu’un fusil tire une balle, il faut qu’un doigt presse la détente. Les mains des hommes sont impatientes, vos mains sont-elles prises de démangeaisons ? US, Russie, Ukraine, ces mots sont creux, mais dans ces pays il y a des êtres humains tous semblables, tous frères et il y a la folie de certains, elle est sans frontière, ce n’est pas les hommes qu’il faut combattre mais la puissance destructrice des idées.


                                      • QAmonBra AmonBraQ 13 mai 2014 08:25

                                        @ Jean Keim

                                        Entièrement d’accord avec vos propos.
                                        D’ailleurs, a moins de n’avoir plus que de la merde entre ses 2 oreilles, comment ne pas l’être ?
                                        Mais des personnes qui pensent comme vous et que d’autres, comme moi, respectant leurs avis, c’est combien en % de la population française actuelle ?

                                        Autre chose, si cela peut vous rassurer, l’Ukraine ne sera pas le détonateur de l’échéance redoutée, mais comptera dans sa préparation. 

                                        Poutine obtiendra ce qu’il cherche, c’est a dire le retour au sein de la mère Russie du Sud-Est ukrainien, sans que ses forces militaires ne tirent une seule cartouche, et cette humiliation ne passera pas chez les psychopathes occidentaux.


                                        • eric 13 mai 2014 09:43

                                          D’accord aussi avec Keim, moins avec vous. Dans l’Ukraine unie, le rapport de force entre plutôt un peu pro russe et plutôt attires vers l’Europe ou ayant moins de sympathie pour la Russie était a peu prêt équilibré. Avec cela, La Russie pouvait avoir un poids prépondérant dans ce pays. Rien qu’avec le départ de la Crimée, cet équilibre est rompu. même si une partie de l’est se barre, il restera des populations que l’on peut qualifier de russes ( par exemple a Odessa) isolée au sein d’un reste d’Ukraine encore plus hostile que par le passe a Poutine, sinon a la Russie.

                                          Il y a le précédent Géorgien. Certes Poutine a mis sous influence l’Abkhazie et l’Ossétie, mais a Tbilissi, pour la première fois depuis des siècles, on rencontre des enfants qui ne parlent pas le russe. A long terme, pas sur que tous cela soit très bon pour la Russie. je ne sais pas.

                                          En revanche, les positions de nos dirigeants et en particulier Obama et Hollande me paraissent entrer tout a fait dans les catégories de Keim. C’est du double bind, le message qui rend fou. On dit aux russes que nos propres principes ne s’appliquent que quand il ne vont pas dans le sens de leurs intérêts. Le Kossvo a le droit de remettre en cause l’unité de la Serbie, pas le Donbass, les referendums ont un sens a Mayotte pas a Lougansk.

                                          Enfin, il faut être sourd pour ne pas entendre que les discours des plus excites a maidan, chez les antimaidan, de l’auteur de cet article et de ses soutiens sont des doubles mimétiques absolus, Tous le monde traite tous le monde de fasciste, de nazis de séparatiste et de terroristes....

                                          L’Ukraine est face a un grave problème. La russie aussi qui ne peut pas se désintéresser des russes ethniques ou culturels dans la zone. Tous ceux qui ont des positions entières sur la question souhaitent sans doute qu’elles ne parvienne pas a le régler pacifiquement.

                                          Ils sont prêt a se battre jusqu’au dernier ukrainien ou au dernier russe, comme en Israël ou ailleurs. Assez abject.


                                        • antyreac 13 mai 2014 10:18

                                          A part Eric qui prend des positions courageuses tous les autres sont des négationnistes pure jus...


                                          • antyreac 13 mai 2014 10:22

                                            J’ai oublié groupie et scylax..

                                            .

                                          • zic_quili 13 mai 2014 12:13

                                            ? ? aahhaa

                                            Encore un fou.
                                            Negationnisme ?
                                            Tu sais ce que ca veut dire, petit veau lobotomise ?

                                          • antyreac 13 mai 2014 15:12

                                            Encore un fou.


                                          • 1871-paris 1871-paris 13 mai 2014 10:32

                                            Le libéralisme européen larbin de son grand frère yankee appliquant les doctrines fascistes des Chicago boys du « marches ou crèves », ne séduisent plus quant à leur proposition d’adhésion au château de carte de la CEE, les populations s’écartent de ce potentiel augure d’austérité ad vidame aeternam qu’ils (les technocrates libéraux de la CEE) n’arrivent plus a dissimulé, tellement les dictâtes du NAIRU semble de plus en plus évidentes quant à la volonté de préservé le CAPITAL d’une potentiel dépréciation au travers d’une dévaluation de monnaie indépendante politiquement.
                                            Voilà le bilan tel ceux que nos parents pouvaient constater a l’époque des Pinochet, et consort pratiquant le même totalitarisme militaire à la solde d’idéaux soit disant moderne, mais totalement réactionnaire par leur volonté de ne rien partager quant à la production des biens et richesses de cette planète. Des pourris !


                                            • eric 13 mai 2014 11:53

                                              Il n’y a pas un mot, une phrase, qui soit de vous. Il vous arrive de vous poser des questions ?


                                            • zic_quili 13 mai 2014 11:25

                                              Ce qui se passe est vraiment ignoble.


                                              J’ai peur qu’en toile de fond les choses soient claires :

                                              Les US sont a un moment crucial de leur histoire, ou il ne leur reste que quelques annees d’avance sur les Chinois en terme eco, et sur les Russes et les Chinois, militairement.

                                              Ils ont transmis a l’Europe leur peur quant a une « domination » du monde par les Chinois, ou du moins une perte de la domination absolue des US, et de l’Europe sur ses ex-colonies par exemple.
                                              Alors je crois comprendre que l’Europe joue a fond la carte US car ils savent que si les US perdent leur suprematie, elle, l’Europe, perdra sa main mise sur ses ex-colonies.
                                              Or, si l’UE perd son pre-carre, son acces aux matieres premieres bon marche quasi-illimitees, elle est en route vers un effondrement ineluctable.

                                              D’ou leur alliance, inegale, et toutes les saloperies qu’ils accomplissent ensemble, exactions dissimulees ou glorifiees par manipulation de l’information dans les medias.

                                              En face, la Chine a avance, la Russie a progresse et a toujours ete une puissance militaire redoutable, et d’autres pays puissants tels que le Bresil se joignent a eux.

                                              On est a un tournant sur l’echiquier geopolitique.
                                              Vu leur obsession a garder leur main mise sur le monde, quitte a le detruire et massacrer des populations entieres, les USA et l’Europe sont sur le point de declencher la IIeme guerre mondiale.
                                              Ca va finir par nous tomber dessus.
                                              J’en suis persuade.

                                              • zic_quili 13 mai 2014 11:27

                                                on rajoute un I devant guerre.


                                                La III eme guerre mondiale.

                                              • antyreac 13 mai 2014 15:13

                                                Encore un fou.


                                              • signolab signolab 14 mai 2014 11:59

                                                tout à fait ça zic_quili ! Tout simplement une complicité criminelle avec une grande bande de malades qui savent leur temps compté, et seront prêt à tout pour maintenir leur domination.
                                                Pas évident à présenter dans leur médias. Alors silence dans les rangs , tandis que de très mauvaises choses se préparent.
                                                Une chose est sure, la France est complétement soumise à cette clique qui a du reste prévue de la détruire.


                                              • smilodon smilodon 14 mai 2014 21:17

                                                On vit dans un monde qui commence à condamner certains « faits » qui se sont déroulés y’a 80 ans, presque !... Et on demande à nos « élites » de réagir en « direct live » sur le même genre de faits« en »direct live" ??!!.... Ce qui se passe là-bas, bien loin, maintenant, c’est nos petits-enfants qui nous diront ce qu’il fallait en penser, et ce qu’il aurait fallu faire !... L’histoire quoi !... Nous, là maintenant tout de suite, on ne sait pas !... La différence entre vivre l’histoire en direct, ou l’écrire bien après !!.Adishatz.Dans 50 ou 60 ans, on passera pour des collabos sur ce coup-là !.. Comme d’autres avant nous !.. Normal !.. Adishatz.


                                                • taktak 18 mai 2014 22:56

                                                  Je me faisais une réflexion.... c’est bizarre, pas un seul commentaire des cyber-activistes de l’UPR....
                                                  Faut croire que défendre les communistes et antifascistes qui se font massacrer en ukraine par les phallanges fascistes des impérialismes capitalistes euro atlantique, cela ne les interessent pas. Pourtant, l’article démontre les dangers de l’UE.

                                                  Sans vouloir être polémique, c’est un constat.... Et cela laisse un gout amer de la part de gens qui prétendent pouvoir se réclamer du CNR.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès