• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le silence éloquent des algériens

Le silence éloquent des algériens

Aux élections législatives du 4 mai dernier, plus des deux tiers (>65%) des algériennes et des algériens, selon les chiffres officiels, n’ont pas daigné se présenter aux bureaux de vote ou alors ils avaient déposé dans les urnes des bulletins blancs, non parlant, donc nuls.

Pour utiliser un oxymore, disons qu’ils ont opposé un silence éloquent à celui qui, dès sa prise de pouvoir en 1999, avait fait savoir, à celle qu’on appelait à l’époque la « grande muette », qu’il n’accepterait pas d’être « un trois quart de Président ». Et effectivement, celle-ci, a accepté de faire sienne le principe de « la primauté du civil sur le militaire », pour la première fois de sa courte histoire, et s’est retiré de la scène politique. Comme prétexte idéal trouvé alors, sa professionnalisation et sa mission régalienne de défense du territoire national. Elle s’est alors retranchée dans ses casernes. Quant à lui, l’âge et la maladie l’ont amoindri très sérieusement à tel point qu’il n’arriva plus à glisser son bulletin de vote dans l’urne… en 2012 et cette fois-ci encore. 

Voilà pour le côté humour en guise d’introduction.

Mais plus sérieusement, les algériens dont on dit qu’ils sont devenus indifférents à la chose politique ont plutôt agi de la manière la plus conséquente cette fois-ci. Certes, ils n’ont pas obéi au doigt et à l’œil aux partis boycotteurs, à savoir Jil jadid et celui de l’ex chef du Gouvernement Ali Benflis, mais quelles que soient les considérations qui ont pu entrer en ligne de compte de ces abstentionnistes, de ces citoyens qui ont bravé les menaces d’une administration toujours faisant fi de la neutralité qui devrait normalement la caractériser dans ces moments de la vie politique du pays, quelles que soient donc les raisons objectives ou subjectives de ces citoyens pour ne pas se rendre aux urnes, « en masse », comme souhaité par le premier ministre Abdelmalek Sellal, l’on peut d’ores et déjà dire que la prise de conscience est là. Prise de conscience que les élections, en Algérie, ne servent à rien. Ou plutôt qu’elles ne servent juste qu’à entretenir l’illusion d’un changement alors que c’est le statu quo –qui pourrait être fatal à plus ou moins court terme- qui est ainsi imposé au pays. On a pu dire, à la suite de la défection de ces algériens, probablement en majorité jeunes et portés sur les TIC comme le montre leur activisme sur le Net, que ceux-ci constituent, en fait, la première force politique du pays, loin devant le FLN et son alter égo le RND. Encore faudrait-il savoir et pouvoir canaliser cette force silencieusement éloquente, lui inculquer le fait qu’elle constitue une réelle force capable de bouger les lignes en Algérie. C’est à ce niveau-là que devraient travailler dorénavant les partis de l’opposition, la vraie opposition et non celle qui a fini par céder aux chants des sirènes. 

Le but de cet écrit n’est pas de faire une analyse exhaustive des résultats de ces élections. Nous le savions dès le départ, comme à chaque élection en Algérie, que rien n’allait changer au fond et qu’il s’agissait tout juste de reconduire les mêmes partis de la coalition au sein d’une APN dont le rôle n’a jamais été vraiment de proposer aux algériennes et algériens des débats politiques d’un haut niveau quitte à être parfois houleux et contradictoires. Les algériens savent depuis longtemps déjà que cette vénérable institution ne sert en fait que de chambre d’enregistrement. Les lois proposées par le gouvernement y passent comme une lettre à la poste : sans censure et encore moins de motion de censure de la part des élus de la Nation. Dans ces conditions-là, il est tout à fait compréhensif et légitime que les électeurs, le jour du vote, préfèrent faire la grasse matinée ou aller à la pêche pour ceux qui ont la chance d’habiter pas loin des rivages de la grande bleue et qui disposeraient de cannes à pêche et de moulinets… 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 17 mai 10:06

    Les élections Algériennes ont au moins apporté une information : Bouteflika est toujours en vie. Enfin, si on peut appeler cela « être en vie ».


    • La mouche du coche La mouche du coche 17 mai 19:46

      Les algériens sont un grand peuple qui a compris que les élections étaient une singerie ridicule des européens. Ils préfèrent donner leur confiance sans vote à un grand président qui les défends très bien pendant que la France se soumet elle à l’étranger. smiley


    • Gabriel Gabriel 17 mai 10:31

      Voter pour une dictature militaire représentée par une marionnette sous perfusion, inutile ! Les algériens ont raison de ne pas participer à ce scrutin bidonné, cette mascarade honteuse, cette farce de démocratie. Ils n’ont plus qu’une solution, la révolution pour reprendre leur destin en main en chassant définitivement les corrompus, les militaires fachos, les intégristes religieux.


      • cathy cathy 17 mai 11:34

        N’allez pas vous plaindre, c’est lui ou les islamistes.


        • Alren Alren 17 mai 17:54

          @cathy

          Je pense que les islamistes auraient voté en masse s’ils s’étaient sentis nombreux.

          Mais les terroristes qui se réclament aussi d’un islam de djihad, ont contribué à provoquer sinon un rejet, du moins un abandon de l’islamisme politique chez beaucoup d’Algériens.

          L’abstention est un moyen pour les islamistes de masquer leur nouvelle faiblesse au milieu des désabusés, alors que ces derniers n’ont pas encore conscience de leur force.

          Heureusement, Internet est un excellent outil pour cette révélation. C’est d’ailleurs pourquoi, il faut s’attendre à des mesures anti-internet dans tous les pays à régime illégitime comme l’Algérie.


        • OMAR 17 mai 18:18

          Omar9

          @cathy
          Désolé, mais tu ne piges absolument rien à l’Algérie, sa politique et son peuple.
          Mais je vais t’aider quelque peu avec ce petit exemple :
          Djamel Ould Abbas (un cacique du Pouvoir algérien et au cerveau modèle brique 12 trous) a péremptoirement déclaré :
          « 75% de nos candidats aux élections législatives ont au minimum le Bac, sinon plus....... ».
          Ce qui est vrai.
          Sauf que tous les élus du Pouvoir sont originaires des 25% des candidats restants....
          http://algerienetwork.com/algerie/ould-abbas-scandale-fln/


        • OMAR 17 mai 18:34

          Omar9

          @Alren

          Détrompez-vous, car les islamistes ont obtenu tout ce qu’ils désiraient :
          -l’amnistie et l’absolution de tous leurs horribles crimes commis durant la « décennie noire » ;
          -leur insertion dans les rouages politiques et économiques du pays ;
          -les prêts bancaires, les concessions, les fonds de commerce et les licences d’importations ;
          -la continuité du week-end « islamique » ;
          -un justice à leur convenance ;
          -la fermeture de la majorité des bars et restaurants servant de l’alcool ;
          -la construction de la plus grande ...mosquée africaine, etc, etc...
          Avec l’impunité, et tous ces milliards de dinars qu’ils détiennent et leur économie de souk ’économie parallèle que l’on appelle informelle, que voulez-vous qu’ils fassent du pouvoir ?,


        • OMAR 17 mai 18:37

          Omar9

          @A. Ghedia

          Bravo pour le constat.

          Mais que proposez-vous ?


          • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 17 mai 18:41

            Salut, j’ai lu ici plus haut que il serait question de farce de démocratie....

            « on » a l’impression que une fois dégainé ce mot, tout est dit, la perfection est là...l’histoire est finie...

            ainsi l’histoire est finie aux usa, au UK, en UE, tous les autres ont des vies de merde.....nous avons de la chance de vivre l’absolu...qui couplé à la formidable « compétition » qui élimine va nous donner le meilleur du meilleur c’est sur..le fait est que les peuples susnommés ne peuvent que connaître un bonheur parfait, si parfait que il semble être chiant car il me semble que tout le monde est mécontent , que tout le monde râle, que tout le monde fait la gueule donc etc

            pas content, pas heureux, pas en sécurité, pas ce que je voulais..etc

            la somme des envies et désirs sans aucune restriction donc entre autre sans tenir compte des autres du tout, auto centrés de chacun v t’elle faire un groupe uni, soudé , partageur, en paix donc ou l’on va trouver pour tous une sécurité physique pour le moins etc sachant résoudre ensemble ou seul selon le cas les problèmes qui se posent ... ??

            Absolument pas ....cette somme produit la violence , le conflit, la guerre donc , les massacres, l’insécurité etc etc comme la torture aussi

            en est t’on conscient ? A B S O L U M E N T PAS !!!..bon il est vrai que dans conscient il y a cons..

            veut t’on changer la cause du désastre externe des humains ? P A S D U T O U T ....

            Pourquoi je ne parle pas de l’Algérie ? parce que je n’y connais rien du tout..sauf que il y a très longtemps genre + ou - 35 ans un ami a moi, Breton au teint basané a vécu là bas...il m’en a juste dit pas mal de bien..il y était resté 6 mois....je ne sais rien de plus..

            puissiez vous changer vers moins de connitude que dans certains pas de l’UE ou apparemment nous aurions tout et ou pourtant tout le monde fait la gueule et est mort de trouille pour le futur...genre pas content, frustré, angoissé, en souffrance etc

            je vous souhaite de ne pas suivre notre exemple, je sais c’est sans doute pas gagné car le problème des humains est en chacun d’entre nous et nous regardons partout sauf là bien sur....

            salutations..respect et robustesse


            • OMAR 17 mai 20:01

              Omar9

              Salut @Hecetuye howahkan

              Le problème de l’Algérie c’est ce que Dieu a bien voulu lui offrir comme richesse : le pétrole.
              Alors, cette manne divine s’est transformée en une catastrophe, un fléau dans ce pays.
              Bien sûr qu’il y a eu des acquis sociaux ; réseaux électriques, eau et gaz, de transport ferroviaire et aérien développés, logements, santé, éducation distribués gratuitement, etc....
              Mais cela a eu un impact très négatif ;
              -recul des valeurs culturelles ;
              -fuite des cerveaux ;
              -justice bancale et expéditive ;
              -corruption, gabegie, trafics en tout genre ;
              -enseignement sinistré ;
              -avancée de certaines maladies chroniques (diabète, hyper- tension artérielle, ACV, et) ; dus à une hygiène de vie catastrophique ; etc...

              Et même si dans son grand ensemble, le peuple algérien garde intacte son patriotisme et ses grandes valeurs ataviques, les incivilités ( routes meurtrières, violences urbaines) et le laisser-aller sont quotidiens.
              L’introduction du wahhabisme ;de son obscurantisme et de ses principes rétrogrades et barbares a encore noirci la vie algérienne.
              Et quand on ajoute l’absence de partis politiques intègres, rassembleurs, patriotes et émancipateurs, alors vous comprenez la situation socio-économique du pays.
              Bien à vous.


            • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 17 mai 20:57

              @OMAR

              merci de cela

              salutations


            • baleti baleti 17 mai 19:33

              Le pouvoir algérien, ne pouvais pas avoir de meilleur résultat, cet abstentionnisme, qui est plus comparable a du j’menfoutisme, démontre que le peuple algérien va encore laisser faire, les détournement,la corruption, l’injustice flagrante, ect......


              l’Algérie a vécu la « decenis noir » sans président, et sans réel gouvernement, se qui a démontrer que l’Algérie n’a pas besoin de ses politiques, ils sont juste en poste, téléguider de l’extérieur, sans réel pouvoir.

              Pour comprendre l’Algérie, il faux savoir qui a le pouvoir,c’est a dire, qui donne le pouvoir.
              S’il y a tant de mystère, autour de qui dirige l’Algérie, c’est que leur pouvoir, ne tien qu’a un fil.

              Qui est a la tète de la sonatrac ?
              Qui a peu imposer un repris de justice a se poste ?




              • antiireac 17 mai 21:29

                L’Algérie est un pays islamiste qui ne dit pas son nom...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires