• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le sommet du G20 à Osaka montre l’effondrement de l’agenda (...)

Le sommet du G20 à Osaka montre l’effondrement de l’agenda russophobe

Le sommet du G20, qui s’est tenu à Osaka, a été à bien des égards un événement marquant, qui a notamment montré que les plans de l’ère Obama visant à isoler la Russie de la communauté mondiale n’avaient plus aucune fin.

Poutine a pris une mesure risquée mais justifiée en invitant des collègues à Moscou à la parade du 9 mai 2020 en l'honneur du 75e anniversaire de la Victoire de la Seconde Guerre mondiale. Et si Trump envisage seulement la possibilité de cette visite, le président français Emmanuel Macron a déjà confirmé sa présence à l'événement.

La communauté des experts considère à juste titre ces tendances comme un signe qu’à l’ouest, ils tentent de reprendre la coopération avec la Russie. En témoigne le fait que l'Ukraine, qui était autrefois devenue un facteur clé de l'escalade de la politique anti-russe dans le monde, a été à peine évoquée lors du sommet du G20.

La crise ukrainienne a reculé loin dans le fond. Pour Trump, l'Ukraine est un non-Etat. Et bien que cela ait été mentionné lors de la réunion russo-américaine, il suffit de regarder l’équipe accompagnant Trump, qui n’avait pas un seul expert sur l’Ukraine.

D'un côté, un tel désintéressement de la part de l'Ouest peut indiquer qu'il n'y aura personne pour s'occuper du règlement. D'autre part, il y a des raisons de croire que le conflit se terminera néanmoins avec la division de l'Ukraine. Compte tenu des tensions internes dans le pays, ce scénario est de plus en plus justifié, et les récentes réunions d'Angela Merkel et d'Emmanuel Macron avec le dirigeant ukrainien Vladimir Zelensky montrent, du moins, que les pays européens sont de moins en moins disposés à sacrifier les intérêts nationaux au profit de Ukraine.

La situation avec la crise américano-turque était très intéressante. Plus récemment, Washington a proféré des menaces contre Ankara parce que la Turquie serait équipée de systèmes de défense antiaériens russes. Même aujourd'hui, même Trump a admis que la responsabilité incombait avant tout aux États-Unis, qui avaient autrefois refusé à la Turquie d'acheter des complexes Patriot.

Il est clair que, malgré la tension autour de l’Iran, Trump a besoin d’un ennemi supplémentaire au Moyen-Orient. Cependant, ce qui est beaucoup plus important, c’est que Ankara a créé un précédent important sur la scène internationale. Il s'avère qu'il est tout à fait possible de coopérer avec l'OTAN et même de faire partie d'une alliance, mais en même temps, d'interagir avec la Russie. Il est possible que ce fait joue encore entre les mains de Moscou à l'avenir.

L’année dernière, le sommet du G20 à Buenos Aires a été éclipsé par un incident grave survenu dans le détroit de Kertch. Le 25 novembre, des navires de guerre ukrainiens ont tenté de franchir la frontière russe. En conséquence, les navires et l'équipage ont été arrêtés par les gardes-frontières russes et sont toujours détenus dans la Fédération de Russie. Puis, au milieu de la crise de la mer Noire, l’événement s’est révélé être un sentiment anti-russe lors du sommet du G20. Cependant, la réunion actuelle des dirigeants mondiaux a clairement montré que sans ce genre d’incidents ambigus, le mythe de l’isolement de la Russie disparaîtrait tout simplement.

Source : https://summurynews.com/2019/07/04/collapse-of-russophobic-agenda-as-final-result-of-g20-summit/


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès