• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le super flic Péchenard avoue avoir ordonné d’identifier la source du (...)

Le super flic Péchenard avoue avoir ordonné d’identifier la source du journaliste du Monde

Il en est ainsi que dans un état qui n'est plus de droit, le directeur général de la police a ordonné de violer la loi. En fait il a ordonné de violer deux lois comme nous allons le voir. Souvenons nous de cet ami de Nicolas Sarkozy, censé être le gardien exécutif des lois, avait déjà soustrait son fils à la justice alors que ce dernier, en état d'ébriété avait insulté un policier. Péchenard était intervenu pour faire disparaître le PV du policier. Les lois, oui, mais pour les autres. Cela rappelle aussi le fils Fillon et ses problèmes automobiles, le scooter du prince Jean. Les affaires d'Etat s'accumulent et sont pris dans le concours de celle qui gagnera la place au haut du Panthéon des scandales d'Etat.

Péchenard donc, après plusieurs mois de démentis, donc de mensonges, vient de confirmer (Le Figaro) : vendredi au micro de France Info avoir demandé « d'identifier » la source d'un journaliste du Monde qui enquêtait dans l'affaire Bettencourt. « J'ai demandé à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) d'identifier le haut fonctionnaire qui, soumis au secret professionnel et ayant un accès direct à des documents confidentiels, divulguait des informations confidentielles sur une affaire judiciaire en cours », a-t-il déclaré.

L'organe de propagande officielle nous rappelle avec justesse ceci : Ami d'enfance de Nicolas Sarkozy, qui l'a nommé à son poste en juin 2007, Frédéric Péchenard risque désormais, de même que Bernard Squarcini, patron de la DCRI, une mise en examen. Les faits sont en effet susceptibles de constituer une violation du secret des correspondances et de la vie privée et une violation du secret des sources journalistiques, un principe que le gouvernement actuel a inscrit dans la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Prié de dire s'il démissionnerait en cas de mise en examen, Frédéric Péchenard a répondu : « on verra ».

Quand on se souvient des démissions d'office pour sifflet et crime de lèse pelouse on ne peut qu'être abasourdi par le on verra de ce Péchenard.

Or cette affirmation est donc une confirmation que Guéant, ministre d'Etat, ministre de l'intérieur, le supérieur immédiat de Péchenard a menti dans l'exercice de ses fonctions. Il avait déclaré que rien de tel n'avait été fait. On sait aussi qu'il est un proche de Takieddine, cet homme que la presse française ignore avec beaucoup d'application malgré une quinzaine d'articles sur ce sulfureux intermédiaire avec corruption, rétro-pots-de-vin, paradis fiscaux, amitiés avec le pouvoir, financement illicite de campagne électorale (selon Médiapart) de Médiapart avec des éléments de preuves, fac similés de documents et témoignages, photos sur des yachts et dans des piscines. Dans une république irréprochable, Guéant ne serait pas resté une minute après ces révélations. Mais il a une telle arrogance qu'au contraire il soutient les violeurs de lois. Evidemment il n'y aurait pas de sanction. On croirait du Hortefeux lors de la condamnation des flics pour faux témoignages. Tous de la même bande, tous au même poste : Guéant, Hortefeux, Sarkozy par ordre alphabétique et inversement chronologique.

Il faut se rappeler ces savoureuses déclarations de Sarkozy (Libération) : « Je ne l’imagine pas, je ne le crois pas, et cela ne servirait à rien parce que tout se sait. » Ainsi s’exprimait Nicolas Sarkozy en septembre 2010 quand on l’interrogeait sur une possible violation par la police de la loi sur la protection des sources des journalistes.

Mais nous connaissons les habituelles dénégations de Sarkozy, comme pour Karachi. On sait qu'il ment avec plus d'aplomb que Mitterrand et Chirac réunis.

La dernière ligne de défense en date, qui ressemble fortement à la ligne Maginot, c'est que ce serait l'article 20 : La défense autour du directeur général de la DGPN commence en tout cas déjà à s'organiser. S'ils sont entendus par la juge Sylvia Zimmermann, qui instruit la plainte du Monde, Frédéric Péchenard et Bernard Squarcini ont l'intention invoquer l'article 20 de la loi sur les écoutes qui dispense de toute forme de contrôle en cas d'atteinte aux « intérêts nationaux ». Les deux responsables policiers devraient en effet plaider que les multiples fuites dans la presse sur cette affaire menaçaient l'institution judiciaire.

Tout d'abord c'est succulent quand le mêem Guéant a fait fuiter dans le Figaro les PV de la comptable dans l'affaire, justement Bettencourt. Ces fuites, puisqu'il s'agit de la même affaire ne méritaient-elles pas, alors, le mêlme traitement.

Ensuite ils nous prennent pour les plus purs benêts de la galaxie. Des fuites il y en a en permanence. C'est un débat qui sert de marronnier à la presse. On se demande même quelle affaire n'a pas eu de fuites. Mais où est l'intérêt national dans cette histoire ? L'intérêt national est au contraire que les Français soient au courant de ce que le pouvoir cherche à cacher quand c'est scandaleux, illicite et immoral. N'oublions pas que sans cette juge, on ne saurait rien. le parquet aux ordres avait classé deux fois la plainte du Monde. Or, grâce à la persévérance de la justice nous découvrons que la plainte était fondée. Que nous dit le parquet qui a classé cette plainte sans suite ? L'intérêt national c'est que la police respecte les lois et ne les viole pas. Enfin, si savoir d'où vient une fuite est légitime, ce qui est obligatoire est de respecter la loi pour le découvrir. Il faut en passer par un juge si nécessaire. Cette affaire est symptomatique de ce pouvoir sans foi ni loi, qui se sert quand il en a envie, se moque impudemment des lois. Aucune barrière n'arrête les envies de ceux qui nous gouvernent.

En passant, car il faut en parler puisque personne ne fait la remarque. Sarkozy avait, avec Lagarde et son prédécesseur au FMI, sauvé l'Europe. La Grèce s'enfonce, la bourse ne cesse de rejoindre les fonds abyssaux, et nous avons devant nos yeux la preuve de la désastreuse inefficacité de Sarkozy quand en 2008 il fallait agir avec promptitude et justesse, lancer un grand emprunt européen à bas taux, adoucir les remboursements, avoir des taux d'intérêts bas, museler la spéculation, reprendre aux banques avec le temps les trop pleins générés à la suite de leur sauvetage grâce à notre argent, enfin agir en responsable et non en que de la gueule et du tambourinement de poitrine fier comme un paon qui fait la roue. Cette gestion de crise avait été catastrophique, du chacun pour soi et aujourd'hui on en voit les effets. Tout comme a été un coup d'épée dans l'eau la dernière opération de sauvetage qui était selon la presse une réussite digne de la construction de la muraille de Chine ou de Khéops, Khéfren et Mykérinos. Je ferme la parenthèse mais il y a moins de quinze jours, nos journaux étaient plein du succès de Sarkozy et de la Grèce sauvée des eaux. Ulysse revient !

Péchenard donc, le directeur général de la police, non seulement, peut avoir violé deux lois, non seulement ne sait pas s'il démissionnera s'il est mis en examen, alors que les flics sous ses ordres sont suspendus en attendant la fin des enquêtes, comme des préfets mutés sans même avoir eu le droit de s'expliquer par caprice du prince régnant, mais en plus il s'enfonce, après avoir menti lui aussi, en convoquant un article 20 qui n'a strictement aucune place ici.

Il ne faut pas oublier Squarcini, un autre proche de Sarkozy qui est dans la même galère. Si vous vous souvenez de l'affaire Lahoud et Clearstream, - et j'avais commis une erreur de mémoire dans un autre article confondant sa fille et la fille de ce Casanova - , son numéro 2, un certain Casanova, avait une fille (il est décédé) qui était en stage chez le beau frère de Villepin. Ce dernier l'a découverte en train de pirater son ordinateur (Médiapart) : M. Piloquet affirme avoir surpris dans son bureau, en mars 2004, soit à la période où le nom de Nicolas Sarkozy a été ajouté dans les listings truqués, Imad Lahoud en train de « pirater » son ordinateur, en compagnie d’une stagiaire. Celle-ci est la fille de François Casanova, un policier des RG (aujourd’hui décédé) qui était en rapports étroits avec Imad Lahoud entre 2002 et 2004. François Casanova était un homme de confiance du n°2 des RG, Bernard Squarcini, lui-même proche de Nicolas Sarkozy.

Ceci pour dire que dans le clan Sarkozy tous les moyens, mais tous les moyens sont bons. En fait tous les services d'Etat sont au service de ce clan. Ils sont à un double service : le service de l'homme Sarkozy et ses affaires de corne-culs et Sarkozy l'homme politique. Les services de l'Etat, locaux, conseillers, petits fours, vaisselle et mobilier sont mis à disposition du président réel de l'UMP avec réunions de stratégie politique, réunion avec les députés, les sénateurs, de la majorité au château et ce parfois plusieurs fois par semaine. Non seulement les services qui doivent servir l'Etat servent un homme mais en plus cet homme qui est censé s'occuper de la France s'occupe de sa réélection, de ses petites combines, et de ses vacances à Cap Nègre. On sait aussi qu'il avait à son service dans l'affaire Clearstream un conseiller du ministère de la justice en toute illégalité et amoralité. On sait qu'il a convoqué Marin pour qu'il fasse appel. On sait qu'il a eu des contacts étroits avec Courroye qui a bien plombé justement cette affaire Bettencourt. On sait que cet Etat a enrichi en toute illégalité un escroc selon le bon plaisir de ce pouvoir.

Dans combien de temps sera notre pays, qui descend chaque jour une marche, le dernier sur la liste de la probité des pays ? Nous allons bientôt être au niveau du Tadjikistan.

Nous devons concentrer nos forces pour que les huit mois et quelques jours qui nous restent afin qu'il devienne impossible que Sarkozy soit élu. Il faudrait même qu'il ne puisse être candidat. La gangrène est montée très haut dans le corps de la France.

 

Il nous reste moins de neuf mois pour nous débarrasser de ce pouvoir. Faisons notre Révolution en 2012, et avant si possible.
 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 
Si vous êtes intéressés par les textes ci-dessous, vous pouvez les retrouver en cliquant sur les liens et ce totalement gratuitement car il est hors de question que je touche un Kopek sur le dos de la Sarkozye qui, étant le règne du bling bling et de l’argent roi et corrupteur, sera combattue par son contraire : la gratuité (ou en compensation faire un don à Agoravox ou vous abonnez à Médiapart). Pour simple information, si vous êtes sur iPhone ou iPad, sans flash, en haut de la page dans le bandeau vous pouvez télécharger les textes en pdf, et pour tous les diffuser le plus possible autour de vous. Pour le télécharger il y a un onglet sous le texte. Il faut vous inscrire à Issuu ce qui permet aussi de télécharger tous les textes nombreux et intéressants de ce site. Sinon vous pouvez toujours vous désinscrire ensuite. Si tout cela vous gêne je pourrais vous les envoyer par e-mail (imhotep.forumlogos@free.fr). Le texte sur Woerth est régulièrement mis à jour (aujourd’hui 16é version du 3 août 2011) :
 N’oublions jamais :
  • l’affaire Karachi
  • l'affaire Takieddine (patrimoine de 40 m€ non imposé, Karachigate, SAWARI II, MIKSA (350 millions d'euros), contrats avec la Libye et commissions occultes, tractations obscures avec la Syrie, la protection qu'il a ou a, eu selon Mediapart, de la DGSE
  • l’affaire GDF
  • l’affaire Tapie, enrichie d'évasion fiscale du magot vers la Belgique
  • l’affaire Clearstream
  • l’affaire Bettencourt
  • les affaires Wildenstein
  • l'affaire César
  • l'affaire Pleyel
  • l’affaire de Compiègne
  • l’affaire Peugeot
  • l'affaire Abdallah Senoussi, bras droit de Kadhafi, patron des services spéciaux libyens et beau-frère de Kadhafi, condamné à une peine de perpétuité en France dans l'affaire de l'attentat contre le DC10 d'UTA et visé depuis lors par un mandat d'arrêt international., que Guéant et Sarkozy ont tenté de protéger
  • les micros partis de Copé, Wauquiez, Woerth, Sarkozy etc.
  • l'affaire du Fetia Api
  • les discours de Dakar, Riyad, Latran et du Puy en Velay, la lettre de Guy Môquet, le parrainage d'un enfant de la Shoa, sur la mort de Ben Laden
  • l'invitation des dictateurs pour le 14 juillet, celle de Kadhafi avec les ors, le tapis rouge, les petits plats dans les grands, celle d'El Assad en décembre 2010, le copinage avec Dos Santos, les silences sur le Tibet, le Darfour, le prix Nobel de la paix, la présence l'ouverture des JO de Pékin et le fils Louis dans les bras de Poutine
  • les fils Pierre et Jean invités dans les voyages officiels à l'étranger (Mexique, Maroc) alors qu'ils ne représentent aucun intérêt pour le bien de la nation.
  • la gestion catastrophique de la crise Géorgienne (le Russes y sont encore et ont implanté des bases de missiles), celle de la crise financière, celle de l'Europe, celle des révolutions tunisienne et égyptienne, le fiasco libyen, l'inaction en Syrie
  • l’affaire de la Jatte, du Fouquet's payé par Desmarais, du Paloma payé par Bolloré, de la villa mexicaine, de Wolfeboro payé par les dirigeants de Prada et Tiffany, des repas au Bristol 2 fois par semaine, du voyage en Egypte …
  • l’affaire Pérol
  • l’affaire de l’Epad (et du scooter)
  • Gandrange
  • les vaccins du virus H1N1
  • les accords entre l'UMP et le Parti Communiste Chinois, l'UMP et la mairie de Paris pour payer les frasques de Chirac, l'envoi par l'UMP des bulletins d'adhésion aux restaurateurs dans la période de la baisse de la TVA à 5,5 %
  • les affaires Yade, Boutin, Copé, Juppé, Joyandet, Bertrand, Blanc, Estrosi, Lefebvre, Santini, Proglio, Amara, Laporte, Péchenard, Mitterrand, Ouart, Solly, Soubie, Richard, Fillon, Squarcini, Marleix, Charon, Longuet, Bachelot, Mignon, Morano, Giacometti, Besson, Courroye,Tron, Laroque (Baroin), Guéant (contrats avec la Libye), Dupuydauby …
  • l'utilisation du contre-espionnage pour des affaires privées
  • l'utilisation de l'Elysée pour recevoir les caciques de l'UMP et les satellites jusqu'à plusieurs fois par semaine, l'utilisation des moyens de l'Etat pour la propagande et pour préparer et faire la campagne du candidat Sarkozy, la proposition de Sarkozy à Lauvergeon d'une prime de 2 ans de salaires comme si Aréva lui appartenait et qu'il sortait l'argent de sa poche
  • les légions d'honneur (Servier, Widenstein, Desmarais, Frère, Maistre, Peugeot etc.)
  • l'Air Sarko One (250 millions d'euros dont 50 % de dépassement selon René Dosière) et ses deux fours à plus de 131 000 € (TTC et avec l'étude), le cocktail de New York à 400 000 euros, le dîner pour l'UPM à 1 million d'euros
  • la proposition de loi sur la déchéance de la nationalité française et son extension, et le débat sur la nationalité, le fichier EDVIGE, Wauquiez et son cancer de la société, le RSA
  • l’affaire de la rémunération illégale de septembre au 31 décembre 2007 (rémunération comme ministre de l'intérieur alors que Nicolas Sarkozy est président), l'augmentation stratosphérique, le divorce, le mariage, l'inscription hors délai sur les listes électorales, la déclaration des impôts en retard, le tout illégal ou non pénalisé
  • la circulaire Hortefeux, ses amitiés avec Takieddine, ses déclarations d'Auvergnat, celles de Guéant dont celles répétées sur l'échec scolaire des enfants d'immigrés, l'autre récidiviste, celles de Guaino (béatification, prison, etc.)
  • la nomination à la têtes des chaînes audio et vidéo publiques par le pouvoir
  • la réforme constitutionnelle
  • les ministres aussi maires ou élus, le mélange des genres, la non séparation de l'exécutif et du législatif avec le retour sans élection des députés virés du pouvoir 
  • l'irresponsabilité pénale du Président de la république
  • la position d'Hortefeux dans la condamnation des 7 policiers, et ses deux condamnations à lui
  • l’affaire des sondages
  • les classements du parquet
  • le site France.fr (des millions d'euros pour rien
  • les évictions des préfets pour crimes de lèse-pelouse ou de sifflets
  • la paralysie des villes et les moyens de quasi guerre (2 000 CRS pour 600 habitants par exemple) au coût pharaonique pour les déplacements du président
  • l’affaire de l’espionnage des journalistes par le contrespionnage
  • l’affaire de la validation des comptes de campagne de Balladur et de Chirac
  • la scientologie
  • l'affaire Servier dont Nicolas Sarkozy a été l'avocat. Coût 1,2 milliards à la Sécurité Sociale en plus des morts.
  • l'affaire Bongo
  • la proposition de MAM d'aide à Ben Ali et son pouvoir pendant la révolte tunisienne, les lacrymos et son voyage entre Noël et le jour de l'an et ses quatre mensonges fondamentaux, les petites affaires des parents, et Ollier (ses amitiés libyennes en plus), l'utilisation de la Libye et du Japon par Nicolas Sarkozy pour raison électorale
  • les vacances de Fillon payées par Moubarak dont la clique a détourné plus de 45 milliards de $ et dont 3 ministres ont été arrêtés pour corruption et détournement de fonds publics, et sa justification, celles Sarkozy au Maroc. Et la Ferrari prêtée en 2009 en pleine crise à Fillon, ses voyages à 27 000 € pour retourner en Sarthe alors que le train met 1h20

Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Imhotep Imhotep 10 septembre 2011 08:24

    Complément de Médiapart :

    La juge d’instruction parisienne Sylvie Zimmerman vient de joindre deux dossiers d’espionnage téléphonique de journalistes. Ils peuvent déboucher sur la mise en examen de hauts responsables de la police et de la magistrature, tous très proches du président de la République. Frédéric Péchenard, Bernard Squarcini et Philippe Courroye sont visés.



    et n’oubliez pas ce livre gratuit sur l’affaire Bettencourt entre autres, avec près de 170 référence, sa 17é version de ce jour : Les petites affaires de l’Immaculé Eric

    • Fergus Fergus 10 septembre 2011 10:54

      Bonjour, Imhotep.

      Squarcini, Péchenard et Courroye avec des moyens diférents, ne sont rien d’autres que trois valets aux ordres du pouvoir sarkozyste. Sarkozy prétendait remettre de la moralité dans les affaires publiques ; nous voilà revenus aux méthodes du SAC. Un grand coup de balai dans cette clique s’impose urgemment. Puisse-t-il être donné en 2012 !


    • LOKERINO LOKERINO 10 septembre 2011 08:49

      Article confus prétexte a déverser votre bile haineuse habituelle sur vos cibles favorites (obsessionnelles) par de triste amalgame
      Sarkozy et l’ancien directeur du FMI responsable de tout en Europe en Greces , sur les marches financiers etc
       et sur le sujet en titre sur lequel le moins que l’on puisse dire , c’est que vous vous égarez constamment vers vos lubies avec bien sur , aucune distinction entre des écoutes ( style Mitterand) et des repérages de numéro pour savoir de qui le journaliste tient des informations confidentielles


      • Imhotep Imhotep 10 septembre 2011 08:52

        . . . . . . . . . . . . . .


      • spartacus1 spartacus1 10 septembre 2011 09:26

        Péchenard, n’est-ce pas celui dont le fils peut se permettre de conduire en état d’ivresse et d’insulter un policier sans être sanctionné ?
        http://www.rue89.com/2010/09/16/affaire-pechenard-cest-si-complique-detre-fils-de-flic-166888
        http://www.marianne2.fr/Pechenard-je-protege-mon-fils-Et-alors_a197698.html
        http://www.lepoint.fr/societe/l-embarrassante-intervention-du-patron-de-la-police-en-faveur-de-son-fils-16-09-2010-1237006_23.php

        Essayez d’en faire la moitié de ce que le fils Péchenard a fait et vous verrez ce qui va vous tomber sur le râble.

        Quel triste ramassis de voyous que les sarkozystes.


      • Fergus Fergus 10 septembre 2011 11:01

        Bonjour, Lokerino.

        Vous avez raison, les écoutes sous Mitterrand étaient insupportables. Mais cela commence à être de l’histoire très ancienne. Et surtout Sarkozy prétendait rompre avec ces pratiques. Or non seulement, elles perdurent mais elles semblent s’aggraver depuis quelques années sous les ordres du Président des riches.


      • LOKERINO LOKERINO 10 septembre 2011 14:09

        sauf que là, il ne s’agit pas d’ecoute ! simple detail...,


      • Fergus Fergus 10 septembre 2011 15:47

        @ Lokerino.

        Pas d’écoutes, certes, mais d’identification de relations téléphoniques entre journalistes et magistrats visant à violer délibérément, et en toute illégalité, le secret des sources. C’est tout aussi grave !

        Bonne journée.


      • asterix asterix 10 septembre 2011 11:02

        Cher Imhotep,
        Nonobstant le fond toujours très documenté de tes articles, pourrais-je te demander de faire relire ceux-ci par un correcteur ?
        Une telle faute de syntaxe dans l’intitulé est indigne de toi.
        Sinon, une fois encore c’était parfait.


        • Imhotep Imhotep 10 septembre 2011 12:15

          Comme pour la fourmi, qui n’est pas prêteuse et c’est là le moindre de ses défauts, j’écris vite, et je commets assez souvent des erreurs de syntaxe ou d’orthographe. Parfois le correcteur intégré remplace un mot par un autre qui n’est pas le bon et je ne le vois pas, parfois il n’y a pas de correction et des fautes restent. A la main j’en commets peu, au clavier c’est une catastrophe.


        • Imhotep Imhotep 10 septembre 2011 12:16

          exact il s’agit d’identifier.


          • Bulgroz 10 septembre 2011 12:19

            Un haut fonctionnaire attaché ministériel, bien à l’abri derrière son statut privilégié, qui dévoile les secrets de l’instruction judiciaire à des journalistes.

            Une magistrate fonctionnaire qui, au mépris des principes déontologiques les plus élémentaires diffuse des mensonges à ces mêmes journalistes.

            Halte aux fonctionnaires corrompus qui mènent un combat politique aux frais du contribuable .

            Tout doit être mie en œuvre pour dé-gangrener cette partie de la fonction publique d’état qui salit et qui fait honte.

            Les sanctions doivent être exemplaires. Ras le bol de voir le secret de l’instruction judiciaire bafoué par ceux la mêmes qui sont chargés de le respecter.

            La seule question qui reste à résoudre : ces fonctionnaires monnayent t ils leurs infos aux journalistes ?

            Ces fonctionnaires corrompus arrondissent li ils ainsi leur fin de mois ?


            • Fergus Fergus 10 septembre 2011 15:55

              Bonjour, Bulgroz.

              Vous vous trompez de combat. S’il arrive que des fonctionnaires violent le secret de l’instruction en délivrant des informations à des journalistes, ce n’est pas par plaisir de contrevenir à leurs obligations, mais par colère contre les obstructions et les carences d’un parquet aux ordres du pouvoir en place, ainsi que par nécessité pour ne pas voir certaines affaires sensibles enterrées abusivement.

              Que les procureurs deviennent enfin indépendants, comme le réclame l’UE depuis des années, et ce genre de fuites deviendra très rare car la justice pourra s’exercer de manière plus transparente.


            • Panisse Panisse 10 septembre 2011 21:41

              Prié de dire s’il démissionnerait en cas de mise en examen, Frédéric Péchenard a répondu : « on verra ».

              Un symbole de l’indignité crasse caractéristique des membres de la Sarközie et du déshonneur qu’ils font subir à notre pays.


              • kéké02360 10 septembre 2011 22:09

                Oui mais qui va lui faire mordre la poussière !!?????

                Ne me dites pas que vous pensez au candidat de l’autre parti de droite, le PS !!!??? smiley


                • Yohan Yohan 10 septembre 2011 23:12

                  Imhotep
                  Vous devriez vous interroger sur votre santé mentale. Allez faire un tour et lâchez la politique et le fumier qui va avec


                  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 11 septembre 2011 00:33

                    C’est toi qui parle de fumier ?


                  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 11 septembre 2011 22:28

                    @ Imhotep

                    Ca devrait t’intéresser.

                    « Robert Bourgi, qui affirme avoir remis des fonds occultes à Chirac et Villepin, aurait également arrosé Nicolas Sarkozy. »

                    En 2006 "tout logiquement, Bourgi estime que désormais la route est dégagée pour Sarkozy. Villepin est cuit... Et au lieu de distribuer une mallette à chacun, il n’en fait qu’une, plus grosse, et la dépose aux pieds du ministre de l’Intérieur" de l’époque, Nicolas Sarkozy, affirme Michel de Bonnecorse.

                    http://www.lexpress.fr/actualites/1/politique/un-chiraquien-affirme-que-bourgi-a-aussi-finance-sarkozy_1028947.html


                    • aloha aloha 11 septembre 2011 22:45

                      Excellent ! smiley


                      Tel est pris qui....blablabla...

                      Quel panier de crabes ! Pfff ! Lamentable !

                      Et il va falloir qu’on choisisse parmi tous ceux-là dans moins de neuf mois ?!?

                      Aaarrrgh, un temps de gestation pour un système mort-né.. Brrrr

                    • BA 14 septembre 2011 16:29
                      Affaire Karachi : Takieddine mis en examen par le juge Van Ruymbeke, Sarkozy en danger.

                      C’est une très mauvaise nouvelle pour l’Elysée. A l’issue de son autidion par le juge Van Ruymbeke, l’homme d’affaires Ziad Takieddine a été mis en examen, mercredi 14 septembre, pour « abus de biens sociaux » dans le cadre du volet financier de l’affaire Karachi. Un nouveau témoin avait révélé aux policiers avoir eu connaissance de transports de fonds opérés en espèces, depuis la Suisse, par l’homme d’affaires franco-libanais avec deux proches de Nicolas Sarkozy : Thierry Gaubert et Nicolas Bazire. 


                      Qui est Nicolas Bazire ?

                      Nicolas Bazire est un membre du clan Balladur-Sarkozy.

                      Pendant la deuxième cohabitation, Nicolas Bazire est le directeur de cabinet du Premier ministre Édouard Balladur, entre mars 1993 et janvier 1995. Il prend la présidence de l’Association pour la réforme, une association créée par Édouard Balladur après l’élection présidentielle de 1995.

                      Fin 1995, il est nommé associé-gérant de la banque Rothschild & Cie, en charge des fusions-acquisitions et membre du Conseil de surveillance. Membre du Conseil de surveillance de cette banque en 1999, il devient alors directeur général du Groupe Arnault, fondé par Bernard Arnault, ainsi que du pôle presse de Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH), DI Group (La Tribune, Investir, etc.), et directeur du développement et des acquisitions de LVMH.

                      Il est depuis 1993 un proche de Nicolas Sarkozy et un de ses conseillers personnels. Il a été son témoin lors de son mariage avec Carla Bruni le 2 février 2008.


                      Qui est Ziad Takkiedine ?

                      Ziad Takkiedine est un membre du clan Balladur-Sarkozy.

                      Lisez cet article :

                      Dans l’Affaire Karachi, Ziad Takieddine est accusé d’avoir joué l’entremetteur entre la classe politique française et le Pakistan pour assurer la vente de frégates françaises. Celui-ci aurait été imposé dans les négociations à la dernière minute, et aurait empoché une somme d’argent anormalement élevée pour son rôle d’intermédiaire. En 2010, l’homme d’affaires riposte, accuse le camp Chirac, et porte plainte pour tentative d’assassinat.

                      Signé le 21 septembre 1994, le contrat Agosta dessine selon le journaliste Guillaume Dasquié un « schéma de corruption [qui] profite en particulier à Ali Zardari - époux du Premier ministre de l’époque Benazir Bhutto, avant de devenir plus tard président du Pakistan ».

                      Selon les photos et documents publiés par Mediapart et l’interview diffusée sur France Inter, Ziad Takkiedine est un ami proche de personnalités politiques liées à Nicolas Sarkozy : l’ancien ministre de l’intérieur Brice Hortefeux, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy mêlé au scandale du 1 % logement Thierry Gaubert, le secrétaire général de l’UMP et ex-ministre du budget Jean-François Copé, et Dominique Desseigne, dirigeant du restaurant le Fouquet’s. 

                      Après la victoire de la droite en 2002, Ziad Takkiedine organise une fête le 27 juin 2002 rassemblant les anciens partisans d’Édouard Balladur en 1995 dont Renaud Donnedieu de Vabres, ex-ministre aux affaires européennes et futur ministre de la culture, Jean-François Copé (qui confirme plusieurs autres invitations dans sa villa du cap d’Antibes et à l’étranger), secrétaire d’État aux relations avec le Parlement, Brice Hortefeux, alors membre du cabinet du ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy, Christian Estrosi alors député, Thierry Gaubert, et Étienne Mougeotte, alors vice-président de TF1.

                      Les documents obtenus par Mediapart font apparaître à la date du 7 avril 2004, un « avoir de la famille Copé » de 19 050 euros dans les comptes de l’intermédiaire, au moment où Ziad Takieddine s’emploie à décrocher des marchés d’État au ministère de l’intérieur, alors dirigé par M. Sarkozy, dont le contrat « Miksa » de protection des frontières de l’Arabie Saoudite, suivi en direct par Brice Hortefeux et Claude Guéant, en relation étroite avec Ziad Takieddine. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès