• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le survivalisme - Faire peur pour vendre ?

Le survivalisme - Faire peur pour vendre ?

 

Le survivaliste, à tort ou à raison, est souvent comparé par l'homme moderne connecté à un Rambo obsédé par la fin du monde. En fait, il est assez difficile de définir le profil type du survivaliste, sauf qu'il est très majoritairement de sexe masculin mais plus seulement réservé à des hommes d'âge mûr. Les femmes sont peut-être plus pragmatiques et plus lucides. Si l'apocalypse était pour demain, elles préféreraient sans doute en finir avec la vie le plus vite possible, plutôt que de subir la sauvagerie de l'homme redevenu loup. Canis lupus étant un mauvais exemple dans le domaine de la cruauté par rapport à l'homme ; nous pouvons le constater quotidiennement. 

Le commencement du survivalisme

« Le terme“survivalisme” naît dans les années 1960 sous la plume de Kurt Saxon, le pseudonyme de Donald Eugene Sisco, un libertarien xénophobe d’extrême droite. Sa crainte était de voir la société fragilisée par les communistes, les immigrés et les étudiants. » Pour Saxon, une catastrophe majeure et la fin de la civilisation sont inévitables, et il n'est certainement pas seul à le penser.

Le néosurvivalisme

Depuis, du temps est passé et nous sommes toujours là, mais la folie des hommes rend le destin de l'humanité toujours aussi imprévisible. Les bruits de bottes n'ont pas cessés, au contraire, et le caractère suicidaire de l'être humain est une réalité palpable. Les juteuses ventes d'armes le prouvent. Mais le néosurvivalisme ce n'est plus seulement s'entrainer et s'équiper pour se préparer avant le déclenchement d'une guerre nucléaire, d'autres grands dangers menacent l'espèce humaine dans l'avenir. Au choix, le dérèglement climatique, la pollution, un accident nucléaire de type Tchernobyl ou Fukushima, ou encore un risque de guerre biologique, voire d'autres terribles calamités.

Peur sur la ville ?

Pas de panique ! Malgré les films et livres de fictions catastrophes, sans oublier le battage médiatique anxiogène permanent et malgré une situation de crise internationale bien réelle, nous n'assistons pas encore à une fuite généralisée de populations, sauf en période de vacances. Mais les migrations que nous observons actuellement ne sont peut-être qu'un petit aperçu de ce qui nous attend après un possible effondrement économique social et climatique. En tout cas, le survivalisme qui était d'abord groupusculaire prend maintenant plus ampleur et devient une cible commerciale, comme le prouve le Salon du survivalisme qui se tenait récemment à Paris.

Certes, tous les survivalistes modernes ne sont pas des gens apeurés qui se préparent au pire de leurs cauchemars. Nombreux sont ceux qui souhaitent simplement un retour à une vie plus saine, plus proche de la nature et sortir de cette société consumériste qui surexploite avidement et cyniquement les ressources de la planète sans se soucier du lendemain. 

En attendant de voir ce que l'avenir nous réserve, vous pouvez toujours taper "stages de survie" sur le moteur de recherche de votre ordinateur. Mais si l'aventure vous tente et si vous voulez apprendre à faire du feu sans briquet, ou construire un abri sans ficelle et encore bien d'autres méthodes pour vous débrouiller et survivre dans un milieu hostile, vous constaterez qu' apprendre à survivre à un prix et que faire peur se vend bien. Nos responsables politiques le savent parfaitement.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 2 avril 2018 09:15

    " Les femmes sont peut-être plus pragmatiques et plus lucides. Si l’apocalypse était pour demain, elles préféreraient sans doute en finir avec la vie le plus vite possible,"
    mais bien sur smiley on verra ça quand la merde commencera a tomber .....et on l’a vu dans les supermarchés lors de la première guerre du golfe ....


    • gruni gruni 2 avril 2018 09:27

      @gaijin


      Je parle de destruction globale provoquée par une guerre nucléaire généralisée, pas d’une guerre localisée. Mais, il y a une autre option, les femmes ne croient tout simplement pas à une destruction totale de la planète. Il faudra leur poser la question.

    • mmbbb 2 avril 2018 11:53

      @gruni Parlez en à Thérésa May, la ministre anglaise. Elle veut une guerre préventive contre la Russie . De préventif , les roosbifs recevront un missile nucléaire TOPOL sur la tronche . Les femmes au pouvoir, contrairement a ce que nous assenaient les féministes, elles peuvent être aussi conne que les hommes. 


    • gruni gruni 2 avril 2018 12:02

      @mmbbb


      Poutine ne sera pas assez c.. pour balancer un missile

    • Fergus Fergus 2 avril 2018 13:07

      @ gruni

      Je partage ton avis !

      « Elle veut une guerre préventive contre la Russie », écrit mmbbb. Je n’y crois pas un instant : on est là sur un jeu de postures visant, de part et d’autre, à montrer ses muscles afin de fédérer derrière soi le peuple à des fins politiques internes.


    • gaijin gaijin 2 avril 2018 13:25

      @gruni
      « localisée » oui mais alors pourquoi la panique dans les rayons ( je veux dire en france ) .....
      les femmes s’inquiètent moins ? peut être mais face a l’échéance inévitable ( tôt ou tard , le paranoiaque est un fou qui finit toujours par avoir raison ) elles iront faire chier les mecs : « quoi comment ça t’est pas foutu de faire un feu avec des cailloux ? »


    • gruni gruni 2 avril 2018 13:53

      @Fergus


      Oui, un « jeu de postures » qui est également préjudiciable sur les relations internationales, mais pas au point de déclencher une guerre contre la Russie.

    • mmbbb 2 avril 2018 14:21

      @gruni tout dépend du degre de l intervention Quand on a des responsabiités à la tête d’un pays démocratique , on avance pas n importe quoi . 


    • zygzornifle zygzornifle 3 avril 2018 08:45

      @gaijin


        on l’a vu dans les supermarchés lors de la première guerre du golfe 

      et il y a peu avec le Nutella ....

    • UnLorrain 2 avril 2018 09:44

      Survivalisme,adopter un mode de vie a la manière d’une BAD ( base autonome durable,concept introduit paraît-il par Michel Drac,un bonhomme valeur sûr je trouve ) sont peut-être un « ajustement » de notre mode de consommer. Je le peux. Une ex me dira « tu utiliseras des moyens rudimentaires alors » oui,faisable dans une certaine mesure et dans un certain inconfort.

      Il y a plus d’un siècle,un anarchiste dont il est peu utile je pense de dire son nom bizarre,vivait en « sauvagisme »..s’il n’avait plus rien pour calmer une faim,il mangeait du chiendent..amère salade a n’en point douter. Chose étonnante de la part de ces « En-Dehors » quand ils étaient a discuter ils pouvaient s’engueuler sévère au sujet de végétarisme ou vegetalisme.


      • xana 2 avril 2018 10:25

        Bonjour Gruni,

        je ne suis pas souvent d’accord avec vos articles ou vos points de vue, mais cette fois votre article m’a plu.
        Vous vivez réellement dans une société détraquée, où les riches se font construire des abris antiatomiques (Ont-ils jamais réfléchi à ce que pourra être le monde quand ils en sortiront s’ils en sortent un jour ?).
        Peu importe, l’abri antiatomique de luxe est un must commercial, et quand on a le fric on n’hésite pas à acheter ce que le voisin ne peut pas se payer, même si c’est une idiotie...
        Quant aux rambos qui achètent le dernier couteau de survie (sans doute pour découper le corps de leurs gosses afin de ne pas mourir de faim), ils ne sont que de stupides fashion victims.

        Quand j’étais gosse j’ai appris à me débrouiller dans la nature, mais ce n’était pas par peur de l’apocalypse, c’était juste histoire de se montrer à soi-même qu’on n’a pas oublié les enseignements des générations passées. On n’achetait jamais rien, on apprenait surtout à se passer des choses inutlles ; exactement le contraire du survivaliste d’aujourd’hui, à l’affût de dernier gadget.

        L’apocalypse nucléaire, je l’attends sereinement dans mon village de Transylvanie, à trente kilomètres de la base américaine des Thaads qui menacent la Russie. Je sais qu’en cas de guerre je serai vitrifié avec ma famille et mes voisins avant d’avoir le temps d’avoir peur. En attendant, je
        profite de la vie, de ma piquette et de l’amitié de mes voisins.

        Et lire les nouvelles de l’Occident me fait bien rigoler.

        Jean Xana


        • gruni gruni 2 avril 2018 10:45
          Bonjour xana

          "Quand j’étais gosse j’ai appris à me débrouiller dans la nature, mais ce n’était pas par peur de l’apocalypse...

          Comme beaucoup d’enfants qui vivent à la campagne. Mais c’est vrai qu’à côté du survivalisme gadget et commercial. Il y a aussi l’envie d’un retour à une vie plus saine et plus simple. Mais la société de consommation a encore de l’avenir. Merci pour votre commentaire.

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 avril 2018 11:04

            Je me souviens de la réflexion d’un ami. Pourquoi nous ne suicidont-on nous pas ? Parce que nous voulons connaître la suite,...


            • gruni gruni 2 avril 2018 11:09

              @Mélusine ou la Robe de Saphir.


              Et la fin !

            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 avril 2018 11:37

              Imaginez que comme cela fut décrit dans un roman, vous êtes le dernier survivant, seul face un miroir qui vous renvoie votre image, condamné comme Sisyphe à enterrer les morts. Quelle perspective,... !!!


              • Shaw-Shaw #Shawford42 2 avril 2018 11:41

                @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                https://www.youtube.com/watch?v=gnIZ7RMuLpU ?


              • Fergus Fergus 2 avril 2018 13:03

                Bonjour, Gruni

                Très bon article !

                Les survivalistes ne sont évidemment pas à mettre tous dans le même panier, mais le fait est qu’une bonne partie d’entre eux est faite d’individus qui fantasment un avenir cataclysmiques qu’ils ne verront pas de leur vivant.

                « nous n’assistons pas encore à une fuite généralisée de populations »

                C’est le moins que l’on puisse dire !


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 avril 2018 13:09

                  @Fergus


                  Bonjour. Au contraire, les « suvivalistes » sont ceux qui croient en un avenir meillleur. 

                • Fergus Fergus 2 avril 2018 13:19

                  Bonjour, Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Certains, sans doute. Mais je pense que la plupart sont plutôt des névrosés.


                • gruni gruni 2 avril 2018 13:42

                  @Fergus


                  Bonjour et merci Fergus

                  C’est vrai qu’il y a des Rambo dans le lot qui « fantasment un avenir cataclysmiques qu’ils ne verront pas de leur vivant ». D’ailleurs, pas seulement chez les survivalistes.

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 avril 2018 16:18

                  Cela ressemble plutôt à retour vers le passé ou la matrice maternelle. J’en proposerais en forme d’Oeufs de Pâques avec un beau ruban. Et si les missiles (pas missels) viennent de Poutine, le Top du Top : Fabergé. 


                  • zygzornifle zygzornifle 3 avril 2018 08:44

                    Macron est un survivaliste de la finance , il a quitté Rothschild .....


                    • JL JL 3 avril 2018 08:54

                      Les humains sont de drôles d’animaux,
                       
                       quand tout va mal, c’est sauve qui peut ;
                       quand tout va bien, c’est chacun pour soi ;
                       entre les deux, il y a des instants de grâce : on appelle ça la coopération.
                       
                      "Nous trouvons... dans la nature humaine trois principales causes de discorde : tout d’abord, la Compétition ; en second lieu, la Défiance ; et, en troisième lieu, la Gloire.

                      La première pousse les hommes à s’attaquer en vue du Gain, la seconde en vue de la Sécurité, et la troisième en vue de la Réputation. La Compétition fait employer la Violence pour se rendre Maître de la personne des autres, de leurs femmes, de leurs enfants, de leurs troupeaux ; la Défiance la fait employer pour se défendre ; la Gloire pour des riens : en un mot, un sourire, une différence d’opinion, un autre signe quelconque de dépréciation dirigée directement contre Soi ou indirectement contre sa Famille, ses Amis, son Pays, sa Profession ou son Nom.
                       Hors des Etats Civils il y a perpétuellement Guerre de chacun contre chacun. Il est donc ainsi manifeste que, tant que les hommes vivent sans une Puissance commune qui les maintienne tous en crainte, ils sont dans cette condition que l’on appelle Guerre, et qui est la guerre de chacun contre chacun. La GUERRE ne consiste pas seulement en effet dans la bataille ou dans le fait d’en venir aux mains, mais elle existe tout le temps que la volonté de se battre est suffisamment avérée ; la notion de Temps est donc à considérer dans la nature de la Guerre, comme elle l’est dans la nature du Beau et du Mauvais Temps. Car, de même que la nature du Mauvais Temps ne réside pas seulement dans une ou deux averses, mais dans une tendance à la pluie pendant plusieurs jours consécutifs, de même la nature de la Guerre ne consiste pas seulement dans le fait actuel de se battre, mais dans une disposition reconnue à se battre pendant tout le temps qu’il n’y a pas assurance du contraire." Hobbes


                      • Le421 Le421 3 avril 2018 09:14

                        @JL
                        Bizarre.
                        Le Gain, du moment que j’ai ce qu’il faut pour vivre, je m’en tape complètement. L’un explique peut-être l’autre. La Sécurité, du moins celle des miens, je l’assure selon mes critères, et pas forcément selon ce qu’on me dit. Formation militaire ? Je ne sais pas. Peut-être un peu, sûrement. Quand à la réputation, il est vrai que je n’aimerais pas que l’on parle de moi comme de certains. Mais comme je suis un peu sale con sur les bords, ça me va assez bien. Personne ne cherche à m’emmerder vu que la réponse ne se fait jamais attendre. J’essaie d’analyser comment me situer par rapport à vos écrits, c’est pas facile !!
                        Je suis probablement un marginal.


                      • JL JL 3 avril 2018 09:23

                        @Le421
                         
                        je ne crois pas que vous soyez un marginal : vous pensez sans doute comme beaucoup d’entre nous que ça pourrait être pire, mais que ça pourrait aussi aller mieux. Autrement dit, vous vous complaisez dans l’entre deux : la coopération. Je fais pareil.
                         
                        Mais tout le monde ne vit pas au même rythme ; dans les mêmes milieux ; avec les mêmes valeurs.



                        •  Christian Ratatouille 4 avril 2018 11:47

                          @Le421
                          merci pour l’info:l’exemple extrême du dénis du système ultra libéral,la pollution ça n’existe pas .Les responsables vivent autres part,dans des avions ou des bateaux dans des chambres blindées.

                          Des milliardaires rêvent d’îles artificielles pour échapper au réchauffement

                          Alors que banquiers et dirigeants se retrouvent à Davos, des milliardaires de la Silicon Valley rêvent de créer des îles artificielles indépendantes des États. Et leur permettant d’échapper aux conséquences du changement climatique. Ils discutent avec la Polynésie française pour implanter la première expérience.

                          Rien de moins qu’un archipel construit ex nihilo, pour échapper à la montée des eaux — et aux normes étatiques. C’est le rêve que caresse The Seasteading Institute (TSI), une association basée à San Francisco qui rassemble certains cerveaux fortunés de la Silicon Valley.

                          Devant un décor d’atoll de rêve, Joe Quirk, essayiste états-unien et porte-parole du mouvement, exalte les vertus humanistes des îles artificielles. «  Enrichir les pauvres  », «  nourrir les affamés  », «  purifier l’atmosphère  » : autant d’idées qui constituent les «  huit grands impératifs moraux  » que se donne l’Institut.

                          SUITE

                          https://reporterre.net/Des-milliardaires-revent-d-iles-artificielles-pour-echapper-au-rechauffement

                           


                        • Clocel Clocel 4 avril 2018 10:10

                          Remettre un bon coup de sélection naturelle, ça ferait pas de mal, une planète de couilles molles qui trônent au milieu de leurs impasses, , ça ressemble à rien, c’est pas viable, ça n’a pas d’avenir !

                          On est des dinosaures pétrifiés par nos peurs, nos besoins d’absolu, on est au bout du logiciel, place à des espèces plus habiles, plus « légères », plus futées.

                          Bien vivre impose de ne pas avoir peur de mourir, un cycle ça se boucle ou ça dysfonctionne.


                          •  Christian Ratatouille 4 avril 2018 11:53

                             Survivaliste des pauvre :ça bite et son couteaux
                            survivalisme des Riches
                            Friedman et Thiel appartiennent à une même école de pensée : le libertarisme, qui prône l’absolue indépendance des individus envers toute forme de gouvernement. Pour échapper aux normes fédérales et à l’imposition, leur vient alors l’idée de profiter des solutions techniques qu’offre la géo-ingénierie pour construire des îles artificielles, situées en eaux internationales — ou à défaut dans des zones franches comme en Polynésie — afin d’échapper à toute réglementation. La vidéo «  Stop Fighting  » (ci-dessous) en résume l’idéologie : à l’en croire, les guerres ne découleraient que des gouvernements, d’où l’importance pour les citoyens de faire sécession en partant sur des îles lointaines pour s’autoadministrer.
                            https://www.youtube.com/watch?time_continue=4&v=qOa31wJD3G4
                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès