• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le temps des questions existentielles

Le temps des questions existentielles

Après deux années d'existence, le temps est venu pour le Vilain Petit Canard de dresser un premier bilan, et de faire des choix pour l'avenir.

Voilà tout juste deux ans, je mettais en ligne pour la première fois mon propre média, que j'avais choisi d'appeler le Vilain Petit Canard parce que ma ligne éditoriale allait résolument à l'encontre des médias dominants, et dans bien des cas, des médias alternatifs aussi. Un positionnement bien à gauche, et un goût prononcé pour la vérité, ou plus exactement pour l'honnêteté dans la démarche, sachant que la vérité n'est qu'une valeur abstraite, au mieux un idéal philosophique.

Dans un monde en plein naufrage à l'ambiance de fin de règne, je souhaitais partager des analyses que la plupart d'entre nous ne font plus guère, désormais. Présenter l'actualité en la replaçant dans un contexte plus large d'analyse géopolitique, en allant au coeur des motivations, le fameux cui bono[1] que devrait se poser tout observateur honnête face à des situations comme la crise syrienne, ou plus récemment, celles des Rohyngas en Birmanie.

Deux ans, soit 24 mois et 166 articles plus tard, où en sommes-nous ?

Je dirais que la situation n'est pas particulièrement réjouissante. Les audiences stagnent, la page facebook n'a à ce jour que 1.480 fans, et sur twitter c'est pas vraiment terrible non plus, même si c'est un média que j'ai tardivement rejoint. Même republiés sur d'autres médias, rares sont les articles qui passent la barre des 6.000 vues, et on ne sait pas toujours pourquoi certains cartonnent, et d'autres pas. L'audience est en dent de scie et tourne un peu en dessous des 300 visiteurs journaliers quand tout va bien. Dans l'absolu, ce n'est pas si mal, mais en comparaison du travail que cela a nécessité, c'est bien peu de choses.

Ce n'est pas faute d'avoir largement publié des contenus originaux, et d'avoir mis l'accent sur l'ergonomie du média qui est particulièrement rapide et parfaitement adapté à la lecture sur tablette ou smartphone.

J'ai aussi ouvert des tribunes à d'autres auteurs que j'estime produire des contenus intéressants, que ce soit concernant la crise syrienne, la politique française ou la situation au Venezuela. Tout simplement parce qu'un petit média ne peut pas vivre et gagner en lectorat à raison d'un, parfois deux articles originaux par semaine. Et aussi parce que j'ai compris, peut-être plus finement que d'autres qu'il faut savoir se serrer les coudes et accorder une place à ceux dont la voix n'est pas toujours entendue, ne serait-ce que parce qu'ils débutent, eux-aussi. Essayez un peu de créer votre blog et d'y écrire quelques articles sérieux pour n'avoir, les premières semaines, que trois lecteurs au total dont votre femme et votre fils, vous saurez un peu mieux de quoi je parle quand je dis que se forger une audience, aujourd'hui, relève du parcours du combattant.

Les médias alternatifs et le lectorat en berne, causes du désamour

Ne croyez pas que ce billet soit simplement le fruit d'une frustration, que je serais en train de chouiner façon Caliméro que c'est vraiment trop inzuste. Je sais que la plupart des médias alternatifs vivent exactement la même crise, chacun à leur niveau. Pour certains, cela signifiera à terme leur disparition pure et simple parce qu'ils sont financés soit par la publicité, soit par des dons, soit par des ventes d'ouvrages. L'étranglement financier est pour eux la conséquence la plus terrifiante de la désaffection du public.

Le Vilain Petit Canard n'a, quant à lui, rien à craindre d'un point de vue financier. Il est financé sur fonds propres, j'en assure l'infogérance et les développements techniques. J'ai choisi d'écarter d'office l'idée d'un financement par la publicité, et j'estime que les coûts à ma charge ne justifient pas de faire appel à la générosité du public par des appels aux dons. Après tout, cela représente moins d'une centaine d'euros par an, contrairement à ce que certains voudraient essayer de vous faire croire. Alors bien sûr, il y a des gros médias alternatifs qui eux ont choisi de ne pas se contenter d'un hébergement mutualisé et ont opté pour un serveur dédié. Il est clair que là, on n'est plus dans la même gamme de prix, mais ces sites ont assorti leurs investissements à leurs financements.

Alors examinons naïvement quelles pourraient être les causes de l'hémorragie de lecteurs, ou de la stagnation.

Les lecteurs n'en veulent pas parce que c'est mauvais, tout simplement

Eh oui, c'est la première question à se poser en effet. Est-ce que mes articles ne seraient pas, tout simplement nuls à pleurer ? Tant il est vrai que ce n'est pas à moi d'en juger, j'ai pourtant une bonne majorité de retours positifs quant à mes écrits. Quand il daigne m'en informer, le public est généralement plutôt satisfait de la qualité des publications. Bien sûr il y a toujours les ronchons, les pisse-vinaigre, et ce n'est pas ici que je dois donner une définition du Troll. Quand vous republiez vos articles sur AgoraVox, vous apprenez rapidement à les identifier, eux et leur toute petite liste d'arguments ad-hominem ou n'ayant tout simplement rien à voir avec le propos de l'article.

Et j'ajoute que dans la mesure où cette désaffection frappe plus ou moins tous les médias alternatifs, cela supposerait qu'il n'y en aurait pas un pour rattraper l'autre, et que nous barbotterions tous joyeusement dans un océan de médiocrité. C'est un peu difficile à croire.

Plus personne ne lit

C'est effectivement une possibilité, ou plus exactement, plus personne ne consulte les médias alternatifs. Aujourd'hui, tout le monde va sur Facebook, que les utilisateurs considèrent, à tort, comme une espèce de microcosme de l'internet, et s'imaginent, parce qu'ils y sont assaillis de milliers de publications, qu'ils ont en permanence un tour d'horizon de l'actualité, une veille médiatique, au point que la plupart des utilisateurs ne prennent même plus la peine de cliquer sur les articles, et il n'est pas rare de voir des utilisateurs commenter un article dont ils n'ont lu que le chapo. Et quand on leur fait remarquer qu'ils pourraient tout de même prendre la peine de lire l'article avant d'écrire n'importe quoi, ils répondent qu'ils « n'ont pas le temps ». Mais on se demande un peu pour quoi ils ont du temps puisqu'ils perdent en moyenne deux heures par jour à lire des posts plus ineptes les uns que les autres sur Facebook ?

Facebook n'est que le portage sur internet de la lucarne magique, la télévision... En pire. Lorsqu'un programme ne vous plaît pas à la télé, vous avez encore le loisir de prendre la zapette et changer de chaîne. Je ne dis pas que ça va être beaucoup mieux, mais ce sera autre chose. Tandis que sur Facebook, il n'y a qu'une seule chaîne, votre fil, et vous n'avez absolument aucun, mais alors aucun moyen de contrôler ce qui va vous sauter à la figure. Alors disons que si la télé c'est pour les moutons décérébrés, je pense qu'il va falloir nous inventer un nouvel adjectif pour les afficionados de Facebook, non ?

Le fait est que Facebook n'a absolument pas vocation à promouvoir l'information, mais bien à vous faire avaler un maximum de publicités par session. L'information partagée n'y est pratiquement jamais virale, tout simplement parce que la propagation à une large échelle d'une information laisse forcément moins de place aux annonces sponsorisées, et coûte donc aussi bien en infrastructure réseau qu'en manque à gagner. Facebook a donc, dans ses algorithmes de propagation, des pondérations (probablement sous forme logarithmiques), permettant d'étouffer le plus rapidement possible la diffusion d'informations qui prendraient trop vite de l'ampleur. Si ce n'était pas le cas, Facebook exploserait en moins de dix minutes.

La censure & Decodex

Il est de bon ton, aujourd'hui, au sein des rédactions de médias alternatifs et dans les articles, de mettre en avant la supposée censure de Google et de Facebook comme raison première de leur déclin. On l'a vu dernièrement avec la campagne du World Socialist Web Site qui mettait directement en cause Google :

Un examen des données de trafic Web montre clairement que le géant d’Internet Google manipule les résultats de recherche pour bloquer l’accès au World Socialist Web Site.

En avril, sous couvert de la lutte contre les « fausses nouvelles », Google a introduit de nouvelles procédures qui donnent des pouvoirs extraordinaires à des « évaluateurs » anonymes pour revoir à la baisse la note des pages et des sites Web. Ces procédures ont été utilisées pour mettre à l’écart le WSWS et d’autres sites anti-guerre et d’opposition.

Un ami, qui se trouve être à la tête d'un des tous gros médias alternatifs, m'avait demandé ce que j'en pensais, et m'avait suggéré que ce pourrait être un bon sujet pour une série d'articles. Étant moi-même très sensible à la cause de la liberté d'expression, j'ai tout d'abord songé que ce pourrait être une bonne idée. Cependant, vous conviendrez avec moi que si on veut le faire honnêtement, il convient tout d'abord de mettre en évidence l'existence, la réalité même de cette censure. Il convenait donc de sélectionner un échantillon représentatif ne se limitant pas aux seuls sites se disant censurés, ni même à la presse alternative, mais à tous les sites politiques aux USA, à l'exclusion des medias mainstream. 

Or les résultats indiquent une baisse généralisée des audiences dès la fin du mois de janvier pour certains, à partir d'avril pour d'autres, et ce qui est caractéristique, une très forte hausse de cette même audience dès le mois d'octobre 2016. Vous avez compris que ce regain d'intérêt, puis ce retour plus ou moins brutal à une vitesse de croisière s'expliquent avant tout par l'intérêt suscité par la campagne présidentielle américaine.

Dès lors que vous l'observez également sur des sites proches du parti démocrate, donc peu susceptibles d'avoir été censurés à l'initiative des démocrates, vous comprenez qu'on ne voit pas là les conséquences d'une censure (dont je ne nie même pas l'existence, au demeurant), mais bien l'emballement du public pour un événement politique majeur. Normal aussi que ce soient les recherches, ce que google appelle « trafic organique » qui soient les plus impactées, parce que bon nombre de ces visites étaient le résultat d'une recherche sur internet par des internautes voulant se renseigner sur tel ou tel thème de la campagne.

J'en ai donc conclu logiquement que sur base des arguments avancés, rien ne prouvait que la baisse d'audience était due à la censure, et que j'avais quelques bonnes raisons de penser que c'était bien l'élection présidentielle qui était la cause de ce pic, puis de cette retombée de la fréquentation. C'est quand même assez étrange de mettre en cause une « censure » de google sans s'interroger tout d'abord sur la raison qui avait amené les audiences à grimper en flèche depuis septembre/octobre 2016 ? J'avais terminé en disant que la censure de Google, c'est un peu comme les OVNIS, tout le monde en a vu, ou presque, mais à ce jour, personne n'a été en mesure d'apporter la moindre preuve convaincante de leur existence.

Decodex

N'est qu'une manoeuvre pathétique du journal de révérence pour ramener les brebis égarées au sein du troupeau, en usant des moyens légèrement éculés de la sainte inquisition, et en se payant le luxe de faire pire, finalement. L'index de l'église catholique se limitait à une liste d'ouvrages interdits, decodex, lui, met directement les auteurs à l'index, voire des médias entiers. Seulement voilà, le succès n'a pas vraiment été au rendez-vous et il se sont pris un vent, tant de la part du grand public que de la part de certains de leurs confrères de la presse (comme le Figaro). On ne peut pas voir dans cette initiative calamiteuse une raison plausible du désintérêt du public pour les médias alternatifs.

Que peut-on faire ?

Eh bien c'est très simple, donner aux médias alternatifs une meilleure audience ! Comment ? En partageant les articles, en discutant avec vos amis, en rendant aux auteurs, à votre façon, un peu du bien qu'ils vous ont offert. À en lire certains, on croirait qu'il faudra bientôt payer pour qu'ils daignent lire ce que nous écrivons, c'est proprement hallucinant. Les mêmes qui au cours de six derniers mois ont partagé respectivement : 20 vidéos de chatons mignons, 140 blagues salaces, 30 pensées profondes de personnalités qui se trouvent ne jamais les avoir écrites (au diable les détails), et 200 articles repris directement de la pressetitution, comme si ces pauvrets n'avaient pas encore (fait) assez de victimes.

Le seul moyen pour un média alternatif de gagner en audience, c'est par son lectorat. Le bouche à oreille, le partage. Mais peut-être est-ce déjà trop demander.

Un article sérieux de 3 pages, cela représente une demi-journée de travail : choix du titre, du chapo, de l'image d'accroche, sources, rédaction, relecture, mise en page, correction, publication, republications, etc. C'est un boulot de forçat, et au risque de choquer les âmes sensibles, j'ai parfois le sentiment de jeter des perles aux cochons.

Oh bien sûr, j'ai aussi mes lecteurs fidèles, ils se reconnaîtront, et je ne saurai jamais assez les assurer combien leur soutien m'est précieux quand parfois tous les autres sont décourageants.

Conclusion

Je crois que le désamour du public pour la presse alternative, mais aussi pour la presse tout court, trouve ses racines dans une forme d'avachissement résigné de la population face à la violence et à la contrainte des politiques qui sont menées. On peut appeler ça du découragement, de la résignation, ou de l'impuissance, alors que rien n'a changé par ailleurs : le peuple aujourd'hui comme à la veille des révolutions est souverain et maître de sa destinée, mais ne parvient plus vraiment à se rappeler que pour ça, il doit être solidaire. C'est ensemble que nous changerons les choses, ou elles ne changeront plus ! Comment expliquer un monde totalement dominé par une poignée de milliardaires face à la multitude, si ces derniers ne sont pas quelque part, sinon complices, du moins indifférents, comme anesthésiés, ayant complètement oubliés qu'il leur suffit de dire « non » pour que ça s'arrête ?

Soyez résolus à ne plus servir, et vous voilà libres.
Je ne vous demande pas de le pousser, de l'ébranler, mais seulement
de ne plus le soutenir, et vous le verrez, tel un grand colosse dont on
a brisé la base, fondre sous son poids et se rompre.

Etienne de La Boétie,
Discours de la servitude volontaire

Et l'avenir du Vilain Petit Canard ?

Les choses étant ce qu'elles sont, il vaut mieux une faible audience que pas d'audience du tout, et deux ans, c'est un peu court pour se faire une opinion définitive. Aussi je pense continuer au moins jusqu'à l'année prochaine, et faire le point à ce moment-là. Est-ce que cela vaut encore la peine de se donner du mal pour publier des articles dont tout le monde ou presque se fiche totalement ? Est-ce que c'est utile ou nécessaire, passé un certain point, de vouloir à tout prix prévenir mes contemporains de la mauvaise pièce qu'on est en train de leur jouer, si eux-mêmes, figurants, s'y vautrent lascivement et ne montrent aucune intention de se rebiffer ?

Il y a d'autres sujets d'intérêt, sans doute, et bien des choses à faire, la question étant : serais-je encore capable de me reconditionner à faire comme si tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes, et vaquer tranquillement à mes occupations, en mode nombriliste ?

Notes

[1] cui bono : locution latine signifiant littéralement « à qui cela profite-t-il ? ».

 

Article original sur LeVilainPetitCanard
Page Facebook

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 16 septembre 09:26
    (Il fut un temps, dans la jeunesse de l’humanité, où la guerre n’existait pas).. ?
    Pour vous la vérité ne se trouve qu’à gauche ?
    Bizarre votre positionnement...
    Pour moi la vérité se trouve hors des partis politiques... !

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 11:37

      Bonjour @bob14,

      Vous m’avez apparemment mal lu :

      Pour moi la « vérité » est une absraction, une valeur morale et un sujet philosophique, je ne parle pas non plus d’objectivité parce que l’auteur qui se prétendrait « objectif » serait soit un idiot soit d’une mauvaise foi consommée.

      Je vise donc l’honnêteté dans mon approche, et dans mes propos : c’est déjà pas si mal.

      Et je le fais (bien sûr) avec mes propres convictions, mais si l’on reste honnête, on ne tordra pas les faits pour les faire cadrer avec une idéologie.


    • bob14 bob14 16 septembre 12:46

      @Philippe Huysmans....Mon commentaire a pour but de donner mon sentiment sur la question, et non d’attaquer votre article !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 12:50

      @bob14

      Mon commentaire a pour but de donner mon sentiment sur votre commentaire, pas de l’attaquer.

      À partir du moment où vous interprétez (fallacieusement) mes propos et les restituez à l’envers de ma pensée, j’estime que j’ai le droit de ne pas être d’accord, c’est assez logique me semble-t-il.

      Rien de personnel là-dedans, rien d’agressif non plus. smiley


    • bob14 bob14 16 septembre 15:15

      @Philippe Huysmans...Si un commentaire qui ne vous convient pas vous dérange, faut plus écrire..Vous n’avez pas le monopole du bon sens...C’est une tribune LIBRE..mais peut être que ce mot vous dérange !


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 16:18

      @bob14

      C’est bien vous qui écriviez « Pour vous la vérité ne se trouve qu’à gauche ? »

      Où avez-vous été chercher pareille ineptie ? Vous pourriez me citer un passage, tiré de n’importe quel de mes écrits qui indiquerait que je pense cela ? Dans le cas contraire, c’est de la manipulation, et du reste, vous le savez fort bien puisque j’avais fait une mise au point.

      Tous les commentaires sont les bienvenus, cela va des commentaires constructifs aux Trolls en passant par les éternels mécontents. Quand j’estime qu’un contradicteur va un peu trop loin, ou se fiche manifestement de ce que j’écris comme de colin tampon (trolls), je les ignore, tout simplement, et faute de nourriture, les pauvres bêtes crèvent d’inanition assez rapidement.

      Vous pensez ce que vous voulez, pour le peu que ça me chaut. Vous savez, ici on est dans les commentaires, pas dans l’article. L’article sera lu au mieux quelques milliers de fois, vos commentaires et les miens au mieux une dizaine.

      Du coup, relativisons, voulez-vous ? Où voyez-vous que j’empiète sur votre liberté d’expression ? C’est quand même étrange, cette posture victimaire alors que je n’ai jamais signalé un seul commentaire depuis que je suis sur Avox ?


    • bob14 bob14 16 septembre 16:58
      @Philippe Huysmans.....2eme...(Un positionnement bien à gauche, et un goût prononcé pour la vérité, ou plus exactement pour l’honnêteté dans la démarche)..vous na savez même plus ce que contient votre article ?..faut aller voir un psy mon pauvre vous pédalez dans la choucroute !
      BOUFFON...

    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 17:14

      @bob14

      Vous aviez noté la présence du petit symbole en forme de goutte d’eau qui s’appelle une « virgule » et qui est destiné à séparer deux propositions dans l’ensemble qu’on appelle « phrase » ?

      C’est tout de même étrange, on dirait que vous avez du mal avec les notions les plus simples. Oui oui, on peut être « de gauche » et « avoir le goût pour la vérité », il s’agit bien de deux positionnements distincts, l’un idéologique, l’autre philosophique.

      Et puisque vous signez, moi aussi.

      PHILIPPE


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 septembre 19:53

      @Philippe Huysmans
      Bonjour, je lis tous vos articles publiés sur Agoravox, car je les trouve très bons, mais c’est vrai que j’oublie votre blog dans ma revue de presse quotidienne, je vais réparer ça !


      Je crois que les citoyens sont fatigués et découragés par la politique. Ils sont saturés par le déferlement d’infos toujours négatives des médias mainstream.

      Ils réagissent, soit en s’occupant de sujets futiles pour reposer leur cerveau, ( mesure de salubrité publique !) , soit, quand ils sont mécontents, en cherchant des réponses à leurs questions sur Internet. Ils peuvent faire les deux dans la même journée, ou dans la même heure...


      Je pense que dans l’immédiat, ils se sentent pris dans un piège politique dont ils ne voient pas l’issue. Ce qui ne veut pas dire qu’ils soient contents de leur sort, ni qu’ils ne cherchent pas la sortie... .


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 21:25

      @Fifi Brind_acier

      Merci fifi smiley

      Vous ne ratez donc aucun de mes articles en tout cas, puisqu’ils sont tous publiés ici. Seules les republications ne font pas l’objet d’une publication sur Avox (ce n’est pas à moi de le faire, je n’ai pas à récolter les lauriers pour des articles qui ne sont pas les miens).

      Vous soulevez un point intéressant : les médias dominants (et c’est vrai) ne publient QUE des informations anxiogènes, il y aurait là matière à creuser. Merciiii

      Oui j’ai déjà écrit à de multiples reprises sur l’effet de l’anxiété et de la peur panique sur l’homme. Il est paralysé comme un lapin pris dans les phares d’une voiture.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 septembre 21:37

      @gogoRat
      Je vous ai répondu sur l’autre fil.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 septembre 21:41

      @Philippe Huysmans
      Un article est paru sur le sujet : « Comment manipuler l’esprit et l’attention des masses ».
      Le bonheur et la paix ne font pas vendre des plages publicitaires ..., les catastrophes, oui.
      C’est triste, mais c’est ainsi.


    • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 21:51

      @Fifi Brind_acier

      Exact, mais je pense que les gens aimeraient bien entendre, de temps à autre, aussi, des choses qui leur donnent un peu d’espoir, donc votre idée est très bonne !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 06:31

      @Philippe Huysmans
      Les médias en France sont la propriété d’une poignée d’industriels et de financiers.

      Ils contrôlent l’information au mieux de leurs propres intérêts...
      Ils n’ont aucun intérêt à défendre l’information et la Charte de Munich de 1971 qui garantit l’indépendance des journalistes.


      Pour les citoyens c’est la double peine !
      Non seulement ils sont « désinformés » et manipulés, mais ils financent les journaux par leurs impôts, et pas qu’un peu !
      « Les journaux les plus aidés par l’ Etat. » ( liste non exhaustive)

    • gogoRat gogoRat 17 septembre 08:33

      @Fifi Brind_acier
      à quoi faites-vous semblant d’avoir répondu ?!
       
       Je comprends parfaitement que ma question vous gêne
      mais sachez que cel se voit
      et que cela accrédite l’hypothèse que l’objectif caché de votre propagande soit démasqué.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 18:46

      @gogoRat
      Vous m’avez posé une question sur l’armée française,« la seule à pouvoir protéger l’ Europe », j’ai bien compris ?

      Je dénonce l’appartenance des pays de l’ UE à l’ OTAN et à ses guerres d’ingérence dans des pays qui n’ont déclaré la guerre à personne. Et je considère que les USA, qui commandent l’ OTAN au mieux de leurs intérêts, sont sur le déclin.

      Ce n’est pas clair ?


    • L'enfoiré L’enfoiré 18 septembre 13:46

      @Philippe Huysmans

      « si l’on reste honnête, on ne tordra pas les faits pour les faire cadrer avec une idéologie. »
      Si tu recherches ce qu’on en dit de l’honnêteté, tu trouveras :

      • L’honnête homme suivant le monde, c’est celui auquel il n’a manqué qu’une occasion favorable ou un peu d’énergie pour devenir un parfait scélérat. ...
      • On peut être honnête sans être ingénu ; on a envie de souhaiter un peu de malice à certaines honnêtes gens.

      « L’abstraction, c’est un point géométrique », disait Voltaire. .

      « Penser à soi avec abstraction des choses naturelles, c’est ne penser à rien » disait Jean Gehenno,


    • L'enfoiré L’enfoiré 18 septembre 13:52

      @Philippe Huysmans

      « Ecrire sur l’effet de l’anxiété et de la peur panique sur l’homme. Il est paralysé comme un lapin pris dans les phares d’une voiture. »

      Je t’ai envoyé mon dernier billet, dans lequel je parle de politique et d’éducation,
      avec une référence au magazine « Psychologie » qui dit "il faut croire en soi et oser passer à l’action tout en se méfiant du volontarisme et sans s’obliger de croire avec arrogance ce qu’on pense mais en adoptant un esprit critique. De la maltraitance à la résilience peut se révéler en faisant plus en moins de temps en établissant des priorité."

      C’est un magazine que je ne rate pas de lire dans ses grandes lignes. smiley


    • Anatine 16 septembre 09:29

      Bonne question smiley

      Apres un blog et 1500+ inscrits pendant 3 ans, 2 ans de pause, l’envie de reprendre quelque chose...


      • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 12:53

        @Anatine

        Si vous le faites, pensez à prendre votre propre nom de domaine histoire de ne pas vous lier (et vous assujettir) à un fournisseur de blogs, ainsi vous gardez la main sur vos contenus, et bénéficierez d’une bien meilleurs visibilité dans les moteurs de recherche.

        L’idéal étant d’être sur son propre hébergement mais cela nécessite un peu de boulot pour l’install et la configuration de base d’un thème décent, par exemple sous WordPress.

        Bonne continuation smiley


      • L'enfoiré L’enfoiré 18 septembre 13:55

        @Anatine bonjour,

         L’envie de reprendre quelque chose....
        Mais quoi ?
         Comment sortir des sentiers battus par l’originalité, la surprise sur prise ?
         Essayez l’éclectisme... C’est ce que je pratique depuis plus de 12 ans.
         J’ai la bougeotte. Je ne pourrais pas parlé de la même chose en permanence.
         


      • Cateaufoncel 16 septembre 10:27

        Je viens d’aller parcourir votre site, et j’ai mon avis sur les causes de sa stagnation. J’y ai trouvé tous les sujets et tous les poncifs que l’on rencontre dans les sites de la gauche extrême, alternative et ultra.

         

        Cela signifie que vous visez un lectorat de gauche qui a le choix, j’imagine, entre des dizaines de sites et blogs rapportant les mêmes faits, dans les mêmes termes, et placés sous le même éclairage.

        Aucune originalité, aucune imagination, aucune audace, donc aucune possibilité de faire ce buzz, qui attirerait, sur votre site, l’attention d’un public beaucoup plus vaste, en l’espace de quelques jours, voir de quelques heures. Et ça, ça ne se rattrape avec une « ergonomie » aussi chiadée soit-elle.


         « Les lecteurs n’en veulent pas parce que c’est mauvais, tout simplement (...) dans la mesure où cette désaffection frappe plus ou moins tous les médias alternatifs, cela supposerait qu’il n’y en aurait pas un pour rattraper l’autre, et que nous barbotterions tous joyeusement dans un océan de médiocrité. C’est un peu difficile à croire. »

        Effectivement. L’océan dans lequel vous barbotez tous, c’est celui de la banalité, de la redite, du réchauffé, du sempiternel.


        Pour décoller, je pense qu’il vous faudrait un créneau pas encombré du tout – à part les gens de votre mouvance, qui va s’intéresser, au point de lire des articles souvent assez longs, sur le Venezuela, la Syrie ou les Rohingyas ? -, un éclairage différent et un ton personnel.

         

        Je ne crois pas que vous y arriverez en continuant à « faire comme tout le monde », même si vous avez le sentiment d’introduire des nuances atypiques – comme vous le dites – car elles risquent fort d’échapper au lecteur moyen.

         

        Je sais que mes réflexions ne vont pas dans le sens de la facilité, mais je sais aussi que la réussite n’est pas au bout de la facilité.


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 11:55

          @Cateaufoncel

          Merci pour vos encouragements, ils me vont droit au coeur.

          L’immense majorité de mes articles sont des originaux, soit juste le fruit de mon travail et non pas repiqués à droite et... à gauche.

          Les contenus concernant le Venezuela viennent d’un pote qui y habite et connaît la situation de l’intérieur, et il se trouve qu’il est fort peu republié en France. Bon maintenant, et sur mes conseils, il s’est aussi inscrit sur Avox, mais disons que ses écrits restaient un peu (trop) confidentiels.

          Je sais pertinemment ce qu’on peut faire pour faire cartonner un site, mais dans tous les cas, cela implique de raconter à peu près n’importe quoi, or c’est une toute autre relation que j’entends tisser avec mon lectorat : basée sur la confiance que les médias dominants n’ont même plus aujourd’hui à force de raconter des bobards.

          Je ne suis pas dans une « mouvance », Kamarade. Je ne suis encarté nulle part et j’ai une sainte horreur des partis politiques. Mon positionnement idéologique serait à chercher du côté des précurseurs du communisme, dans l’anarchisme communautaire.

          Ainsi je considère que le régime communiste a été une abomination, une sorte de fascisme à l’envers, les dictatures, de gauche ou de droite finissent toujours par utiliser les méthodes de l’extrême droite (au sens premier).

          Je me fous des nuances atypiques comme de ma première cuite au bourbon, j’essaie de livrer une analyse personnelle du monde en plein naufrage dans lequel nous vivons.

          Pour le dire autrement, s’il y a bien une crise du lectorat, qui touche l’ensemble des médias écrits, c’est avant tout à mettre au compte du comportement des utilisateurs, qui vont s’encaquer sur Facebook en pensant que c’est la matrice, la mère de toutes les informations alors que c’est surtout la manière la plus stupide de ne rien faire de sa vie.


        • Cateaufoncel 16 septembre 12:52

          @Philippe Huysmans

          Alors, surtout ne changez rien, et dans un an, quand vous viendrez faire un nouveau point, vous pourrez copier-coller votre article de ce jour, en actualisant les quelques détails qui vous sembleront ne plus correspondre à la réalité du moment.


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 13:16

          @Cateaufoncel

          Bah compte-tenu qu’en deux ans je suis à 10% des parts d’audience des plus grands blogs francophones (ou plus exactement des sites d’infos alternatives), j’ai plutôt une croissance à faire pâmer de jalousie la concurrence, non ? Je vous signale au passage que contrairement à : Berruyer, Delamarche, Collon, Cattori, Chouard, Lancelin, Pasquot... je viens de nulle part, moi. Et j’ai effectivement commencé avec trois lecteurs en tout et pour tout. C’est très facile de gagner un lectorat quand vous êtes déjà connu, exactement comme il est facile de gagner beaucoup d’argent quand vous avez déjà beaucoup d’argent.

          vous connaissez beaucoup d’articles sur Avox qui ont fait 25.998 lectures en huit jours ? Et celui-là n’est pas mon plus gros carton qui doit plafonner à quelques centaines de milliers de vues aujourd’hui au total, tant il a été republié un peu partout.

          Je crois donc que vous n’avez pas complètement saisi le sens de mon article, en fait. Je l’avais pourtant écrit, il ne s’agissait pas de Caliméroter, mais bien de mettre le doigt sur un problème plus profond, lié au comportement des lecteurs, et notamment qu’ils confondent « internet » et « Facebook » ce qui est à tout le moins une grôooosse méprise.

          Alors oui, je reviendrai l’année prochaine, avec selon toute probabilité une audience nettement plus conséquente, mais je ne vous quitterai pas vraiment CateauFoncel, je serai toujours sur Agoravox, et mes articles y feront toujours entre 2.000 et 5.000 lectures bon an, mal an.

          Cela ne veut pas dire que je serai « content » parce que je n’ai pas l’impression que l’abrutissement qui prévaut actuellement risque de s’arranger comme par enchantement. Simplement, je continuerai à faire tout ce que je peux pour lutter contre cet état de choses.

          Des critiques, qu’elles soient positives ou négatives, il y a toujours un enseignement à tirer, vous ne faites pas exception à la règle.

          Et encore, on n’a pas encore vu défiler le troupeau de Trolls des cavernes qui ne manquera pas de débouler dès qu’il aura senti l’odeur du sang frais. smiley


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 septembre 20:09

          @Philippe Huysmans
          Quel succès auprès de l’extrême-droite, qui ferait bien de s’occuper du FN !! Ils en sont à se disputer à propos du couscous, qui serait une trahison vis à vis du cassoulet national !
          Le « couscousgate », voilà où ils en sont..., et ça vient donner des leçons.


          Revenons à des choses sérieuses. Il y a désormais une défiance profonde du peuple de Gauche vis à vis des divers courants et propositions des Politiques censés les représenter.

          Je ne sais pas en Belgique, mais en France , la Gauche est divisée par des haines recuites.
          Le communisme ne fait plus recette, difficile pour les jeunes générations de faire la différence entre PCF & PRCF. Les anars sont représentés davantage par Chouard et Onfray, que par le NPA qui a perdu la plupart de ses adhérents. Mélenchon essaye de rassembler sur un projet impossible à réaliser en restant dans l’ UE...
          Bref, ça part un peu en barigoule, comme on dit en Provence !

        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 21:30

          @Fifi Brind_acier

          Eh, disons que c’était un peu voulu, non ? La gauche a été caviardée par des gens qui l’ont anéantie de l’intérieur, et ce, depuis 1983.

          Là c’est la fin de la pièce, le tomber de rideau.

          Mais je ne fais pas la grossière erreur de confondre la gauche (politique) avec la gauche, qui est une idéologie. On peut tuer un parti, mais pas des idées.

          La gauche, c’est l’humain au centre, la droite, c’est le pognon.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 septembre 21:43

          @Philippe Huysmans
          Nos sommes d’accord, mais c’est un peu le boxon, non ?
          Je vais le dire poliment :« un spectacle désolant »
          C’est pareil en Belgique ?


        • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 21:52

          @Fifi Brind_acier

          Oui oui pareil sur toute la planète terre en tout cas, j’ai pas été voir dans le reste de la milky way.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 septembre 06:53

          @Philippe Huysmans
          Je ne crois pas, il se passe des choses importantes en Amérique latine, que « nos Gôooches » européennes, largement euro-atlantistes, méprisent ouvertement ...
          « Venezuela- Une crise d’une importance capitale pour la Gauche latino américaine »


          Certains analystes sud américains ne leur envoient pas dire...
          « Le néocolonialisme intellectuel de la Gauche européenne »


          Par rapport à la Corée du nord, qui n’a pas envie de finir comme la Libye, la Syrie ou l’ Irak, c’est pareil. Depuis des années, 60% des navires de l’ US Navy font des ronds dans l’eau en Mer de Chine autour de la Corée du nord : silence radio !

          « Robert Charvin : C’est parce que la Corée du nord est souveraine qu’elle existe toujours ». Les Gauches européennes est d’une discrétion de violette. Chaque fois qu’il faut défendre la souveraineté d’un pays et dénoncer l’impérialisme américain..., silence radio !

          Il faut dire que les Partis politiques européens sont financés par Bruxelles, ceci explique peut-être cela ?


        • L'enfoiré L’enfoiré 18 septembre 14:02

          @Cateaufoncel

          "Aucune originalité, aucune imagination, aucune audace, donc aucune possibilité de faire ce buzz, qui attirerait, sur votre site, l’attention d’un public beaucoup plus vaste, en l’espace de quelques jours, voir de quelques heures. Et ça, ça ne se rattrape avec une « ergonomie » aussi chiadée soit-elle. .... L’océan dans lequel vous barbotez tous, c’est celui de la banalité, de la redite, du réchauffé, du sempiternel..« 

          Tout à fait....
          Pour faire du buzz, il faut sortir de l’ornière du »bis repetita placent« .
          Avec une image ou une caricature, on peut déjà exprimer tellement de texte.

           »la réussite n’est pas au bout de la facilité".
          Exact. Elle se prépare parfois des mois à l’avance en ne suivant pas l’actualité.
          Au départ, ; Avox, voulait faire suivre l’actualité aux rédacteurs.
          C’est une des raisons pourquoi j’avais hésité de commencer avec Avox.
          Il y a .... 12 ans.


        • Daniel Roux Daniel Roux 16 septembre 10:45

          L’analyse de l’auteur est juste.

          Mon opinion est que, au moins deux tendances, se télescope.

          1) La lassitude et le découragement : A quoi ça sert d’être informé et de voter en conséquence si rien ne change. Si ceux qui accaparent tout gardent le vrai pouvoir quelque soit les gagnants des élections, si les interventions de nos armées à l’extérieur de l’Europe, si la domination, politique, législative et économique, des riches actionnaires des multinationales ne connait pas de bornes.

          2) L’inflation des sites d’informations alternatives : Combien y en a t-il ? Beaucoup ! Lesquels choisir, lesquels suivre au jour le jour ? Il faut choisir.

          En ce qui me concerne, je privilégie les sites fournissant les informations gouvernementales gérée par l’AFP, les informations non gouvernementales, comme RT, et les sites qui acceptent les articles d’opinion - contenant parfois des informations rares - et les commentaires sans les censurer, hors raisons objectives.

          Le temps disponible étant limité, je me concentre sur les sites sur lesquels il y a des flux suffisamment importants pour favoriser les échanges entre les auteurs et les commentateurs.

          C’est pour cette raison que j’écris et commente sur Agoravox, le média Citoyen, plus rarement sur RT et la Tribune.


          • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 12:16

            @Daniel Roux

            Disons que dans la merveilleuse démocrassie 2.0 dans laquelle nous vivons, tout, absolument tout est fait pour maintenir la cariatide (selon le terme cher à Guillemin) dans une douce torpeur, et surtout, dans l’immobilisme le plus complet. Il ne faudrait pas qu’ils s’emparent de la res publica, de la chose politique, n’est-ce pas ?

            Vu de loin, il y a en effet pléthore de sites d’infos alternatives, mais :

            • 1) Bon nombre d’entre-eux ne sont que des putaclics visant à faire de la thune en publiant absolument n’importe quoi, allant des petits hommes verts aux chemtrails en passant par les théories les plus fumeuses sur les attentats du 11 sept. Tout est bon pour peu que ça attire le gogo, et peu importe que tout y soit faux du moment que ça rapporte. Ces sites sont à l’internet ce que certaines collections de bouquins de poche étaient à des éditeurs prestigieux dans les années 60 à 80.
            • 2) D’autres sont ultrapolitisés, et fonctionnent comme des vitrines pour des idéologies politiques, c’est le cas de Reporterre, par exemple, ou de Basta. Basta est à gauche mais soutenait l’intervention militaire en Syrie ?! Évidemment, ce sont des trotskystes, soit ce que la CIA a inventé de mieux pour empêcher l’émergence d’une vraie gauche en occident.

            Du coup, des sites originaux qui essaient de faire honnêtement le job sans être politisés, il n’y en a pas tant que ça. 

            C’est une bonne approche de lire uniquement les brèves des agences de presse, mais n’éteignez pas votre cerveau quand vous le faites, parce qu’ils sont parfaitement capables de sortir régulièrement des âneries monumentales, qui si elles étaient publiés non pas par eux mais par la presse alternative seraient immédiatement qualifiées de « fake news » et vaudraient à leur auteur une zoulie gommette rouge signée Decodex. Comme l’histoire de la « meute de rats » qui avaient dévoré une pauvre fille hémiplégique. Eh oui, l’AFP l’avait repris !

            Personnellement je me suis installé un agrégateur de flux RSS dans lequel j’ai créé quatre catégories : étranger, mainstream, alternatif, merdasse.

            Dans merdasse j’ai classé des sites comme ceux des antifas, du piposophe tartophile, de Fourest, etc.

            Je lis les titres, les chapo, et s’il y a lieu, tout l’article. Ca me prend moins de dix minutes pour faire superficiellement le tour de l’actu.

            Vous avez bien raison de ne pas passer votre temps à commenter des sites mainstream, puisque de toutes façons ils s’en battent joyeusement les coucougnettes.

            C’est, après tout, un des charmes d’Avox, mais je le fais également sur mon site : répondre aux commentaires constructifs et interagir avec les lecteurs. Je le fais également pour ma petite communauté Facebook.


          • L'enfoiré L’enfoiré 18 septembre 16:01

            @Daniel Roux bonjour,

            « ceux qui accaparent tout gardent le vrai pouvoir »
            Quel pouvoir ?
            Il y a 3 différentes manières d’exprimer les pouvoirs : le pouvoir de la séduction, le pouvoir de l’argent, et le pouvoir du sexe.
            Nous sommes trop informé.
            Comme je l’ai écrit :

            Trop d’infos, tue l’info.et trop de répétitions, l’assassine.
            Le journalisme est un métier.
            La carte de presse se gagne ou se perd.
            La presse officielle se doit de gagner de l’argent.
            Vous n’avez peut-être pas connu le temps où les rédacteurs d’Avox désiraient être payé pour leurs billets.
            Maintenant tout est bradé. Pourquoi payerait-on ?
            Avox, sur lequel, vous écrivez travail en conjonction avec Cybion.
            Allez lire de quoi il s’agit sous le lien.
            Média citoyen ?
            Non, média tout court qui fait de l’argent par la pub et qui parfois demande des participations à ses rédacteurs.
            Il n’y a qu’un média totalement citoyen, informatif et sans pub mais qui demande tous les ans une participation.
            Vous ne savez pas ?
             

          • Daniel Roux Daniel Roux 18 septembre 17:51

            Bonjour L’enfoiré

            J’évoque le vrai pouvoir, le pouvoir politique qui permet que rien ne change dans les rapports de force entre ceux qui possèdent et ceux qui sont dépossédés.

            Le pouvoir qui utilise toutes les armes, la corruption, les médias, le chantage, la menace, la force, les juges, le meurtre même quand il le faut.

            Un certain de Gaule, dénonçait, dans ses carnets, l’argent allemand et italien qui se déversait sur la presse de droite, pour empêcher le Front populaire du faible Blum de prendre les décisions qui s’imposaient pour rompre l’encerclement fasciste - Frontière du Rhin - Alpine et Pyrénéennes, au moment où Pétain préparait son coup d’état pour installer le fascisme en France.

            Ce pouvoir qui a trahi et ruiné la France aux profits des anglo-saxons, par haine et crainte du peuple.


          • pallas 16 septembre 13:02
            Philippe Huysmans

            Il faut que vous compreniez une chose, l’heure est à la guerre.

            Le monde est plongé dans des conflits régionaux dépassant celle de la seconde guerre mondiale en terme quantitatif.

            La France n’y échappe pas, le processus d’un conflit civil multi ethnique et religieuse est déjà en cours.

            Il n’y a rien à faire, rien à attendre, c’est comme ça, c’est trop tard.

            N’est ce pas merveilleux smiley.

            Salut


            • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 13:29

              @pallas

              Votre analyse est incorrecte, selon moi. Nous vivons, et c’est ce que je voulais dire quand je parlais d’ambiance de fin de règne, la fin d’une hégémonie, d’un Empire. Comme pour l’Empire romain, le poisson pourrit par la tête, et il ne faut pas regarder longtemps l’état de délitement des infrastructures aux USA pour comprendre ceci. Tout y part à veau l’eau, à commencer par le tissu social. Tout allait bien tant que les dollars coulaient à flot pour graisser la machine et entretenir l’illusion du miracle économique, de l’american way of life, mais ce qu’on ne leur avait pas dit, c’est que c’était... à crédit.

              Quand un empire s’effondre, ce qui peut prendre des centaines d’années, parfois, d’autres puissances émergent et les centres de décision, mais aussi du commerce et de la culture, se déplacent à la recherche d’un nouvel équilibre.

              Vous avez grand tort de n’y voir qu’un conflit multi-ethnique et religieux, ça c’est la poupée de chiffons qu’on agite devant vos yeux pour que vous ne voyiez pas ce qu’il y a derrière. La réalité c’est que l’ogre capitaliste s’est auto bouffé, à force de cupidité. Notez que c’est une constante au système capitaliste qui porte en lui les germes de sa propre destruction lorsqu’il postule de l’infinité des ressources à disposition.

              Alors ce qui se passe, que ça soit en Syrie ou en Birmanie, après l’Irak, la Libye, l’Afghanistan, c’est une lutte à mort pour le contrôle des ressources de la planète : ce que je peux avoir, et ce que je peux vous empêcher d’avoir.

              Si vous ne comprenez pas les causes, jamais vous ne pourrez mettre un sens sur ce que vous voyez, alors que c’est totalement cohérent.


            • pallas 16 septembre 13:54

              @Philippe Huysmans

              Vous oubliez certaines cartes ou pièces dans votre analyse.

              La destruction de la faune et la flore.

              Acidification des océans.

              Destruction de la couche d’ozone.

              Désertification des sols.

              Hé hé hé, il faut que vous mettiez cela dans votre calcul mathématique.

              Je m’amuse bien smiley, j’adore sa.

              L’espoir n’existe pas en ce monde et peut importe ou vous porterez votre regard.

              Salut


            • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 16 septembre 16:32

              @pallas

              La destruction de la faune et de la flore finira par nous coûter très, très cher, vous marquez un point. Toutefois, cette destruction est la conséquence directe de la marchandisation et de l’exploitation à tout crin des ressources, forcément limitées (alors que le capitalisme postule du contraire, je le répète).

              La couche à zozone ? À peu près aussi pertinent que d’imputer le réchauffement climatique à une cause anthropique en se basant sur des relevés depuis 150 ans au mieux, sachant qu’à cette époque, il y avait nettement moins de point de mesure qu’aujourd’hui. 

              Désertification des sols : bawai, et si on limite la production de CO2, ces rendements tomberont encore, parce que sans CO2, pas de plantes.

              Mais vous ne parlez pas de causes, seulement des conséquences.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès