• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le temps travaille-t-il pour la « démocratie » ?

Le temps travaille-t-il pour la « démocratie » ?

L’individu dit « postmoderne », décrété « numérisé » sans son "consentement éclairé", doit-il faire son deuil des grandes espérances collectives et des libertés élémentaires d’antan ? Doit-il passer par pertes et profits les promesses de « justice sociale » dans un monde à jamais inapaisable ? Le philosophe Jacques Rancière s’attache à la tectonique d’une « société des égaux » émergeant du jeu de miroirs d’une ère géopolitique férocement instable...

 

Depuis l’effondrement de l’empire soviétique, le fond de l’air est de plus en plus lourd voire suffoquant dans un no man’s land de non-lieux d’entassement, de zones grises de relégation et de déchetteries "sans pass"... Loin de s’être résorbées comme promis, les « inégalités » prospèrent plus que jamais au profit de ceux qui oeuvrent à la liquidation de leur espèce.

Voilà trois décennies, l’avènement planétaire de la démocratie était claironné avec celui d’un « âge consensuel où la considération réaliste des problèmes objectifs engendrerait un monde apaisé  ». Depuis, d’éminents penseurs et juristes s’alarment du recul des libertés fondamentales, que l’on pensait consacrées dès 1789 par la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Au-delà des grandes et belles espérances cruellement démenties par la tombée des masques et l’érosion des fondements même d’une « vie commune » établie jadis en vue de « la vie bonne », ils constatent une « crise de la démocratie », attisée par une inquiétante addiction sécuritaire voire exacerbée par une certaine forme de « despotisme légal » (Mireille Delmas-Marty).

Sur notre belle planète bleue, nombre de populations vivent sous l’égide d’une... « démocratie autoritaire » - un régime qui n’a rien d’exotique ni d’ « exceptionnel » et n’assure plus personne d’une place dans l’a-venir... Entre rage inégalitaire des uns et égalitarisme doctrinaire des autres, « ceux qui ne sont rien » et pèsent si peu dans le « débat » les concernant, devraient-ils pour autant se résigner à l’insoutenable ?

Dans un livre d’entretiens et d’interventions rassemblant quinze textes publiés ou prononcés entre 1991 et 2021, Jacques Rancière interroge les perspectives de modes d’action commune et de formes d’émancipation sociale viables dans une société aussi clivée que verrouillée où l’humain ne peut plus se stabiliser. Durant ces trente dernières années tristement « inglorieuses », l’ancien élève de Louis Althusser (1918-1990) a ausculté le fonctionnement régulier de la « machine dominante » et « consensuelle » pour constater : « Le temps ne travaille plus (...) pour transformer l’inégalité en égalité  »...

Dans un entretien avec Selim Derkaoui, portant sur la théorie de l’égalité des intelligences et sur le présent de l’égalité (publié par le magazine Frustration le 21 avril 2021), il rappelle la «  vision dominante qui identifie la hiérarchie sociale au gouvernement des plus capables  » ainsi que ces « pédagogies de bonne volonté » prétendant «  réduire les inégalités » - et reproduisant sans fin l’écart qu’elles prétendent combler ». Justement, pourquoi ne pas « prendre l’égalité non pas comme un but à atteindre mais comme un point de départ » ? Ainsi, l’on partirait « non de ce que les gens ne peuvent pas mais de ce qu’ils peuvent  »...

 

Le peuple introuvable ?

 

Mais alors, que fait, que demande, que veut et que peut... « le peuple souverain » ? De fait, « il y a une multitude de manières d’être « le peuple » et d’agir comme « le peuple  »... A cet égard, le référendum de 2005 a été un « moment significatif » de la « haine de l’égalité comme telle » : « Pour une fois le processus électoral avait donné lieu à un réel processus démocratique. La classe politique et ses idéologues ont crié que le peuple électoral avait montré à son irréflexion, son incapacité à juger sur des questions sérieuses. Mais c’est tout le contraire : c’est cette capacité de n’importe qui à réfléchir sur ces questions qu’ils ont trouvé insupportable. »

Mais voilà : « Le problème de la démocratie est d’arriver à constituer la volonté d’un peuple. Sur quels mots d’ordre décide-t-on qu’on va faire peuple, qu’on peut construire un collectif démocratique » ? Les manifestations et autres « occupations » de places permettraient-elles d’instituer du « commun » ? Manifesteraient-elles une « aspiration à une totalité recomposée  » ? Aujourd’hui, « l’occupation » des places et rond-points comme prise de possession d’un lieu (ou d’un non-lieu...), est aussi « l’acte qui détourne ce lieu de sa destination normale » - il « tend davantage à devenir tout simplement la transformation de la séparation en communauté, la création d’un lieu pour le commun ». Le professeur émérite de philosophie à Paris VIII interroge : et si « occupation » était « en définitive l’étrange mot qui marque le statut paradoxal de la politique, celui d’une activité qui est toujours à côté d’elle-même » ?

En Grèce, rappelle-t-il, « il existe des mouvements autonomes puissants, qui ont créé des lieux de vie, de savoir ou de soins  ». En Espagne, « autour de la lutte contre les expulsions de logements, a convergé un collectif qui occupe aujourd’hui la mairie de Barcelone ». Mais en France ? Certes, il y a eu Nuit Debout, les Gilets Jaunes ou autres manifestations « anti-Pass » tentant de tirer un fil du « tissu serré des inégalités structurant l’ordre global d’un monde gouverné par la loi du profit  »... Mais « l’homme du peuple » pense-t-il seulement forcer le destin pour participer à un monde de possibles, vraiment ouvert à tous ?

« Soyons réalistes, demandons l’impossible » proclamait un slogan de mai 1968. Un demi-siècle plus tard, l’énergie novatrice, créatrice de modèles de société exaltants, n’est toujours pas au rendez-vous de l’Histoire, faute de s’être « capitalisée » en quelque sorte dans un mouvement d’émancipation inscrit dans la durée : « C’est le réalisme – inexplicable – de la révolte, celui qui demande l’impossible. Car le possible lui est déjà pris. C’est la formule même du pouvoir : no alternative  »...

Dans une conférence prononcée dans le cadre de la Biennale Democrazia à Turin, Jacques Rancière rappelait : « La démocratie est le pouvoir spécifique que peuvent exercer ensemble ceux qui n’ont aucun titre à dominer les autres ». Son premier problème, c’est celui du « développement de sa puissance propre, une puissance autonome par rapport à la machine étatique ». Le tissu social égalitaire « déchiré par l’offensive du capitalisme absolu » ne peut plus «  se penser à partir d’un centre qui serait donné par le pouvoir collectif du travail  ».

Mais alors, comment le « recréer autrement » ? Peut-être par « la multiplication de formes de solidarité et de vie collective qui surmontent la séparation entre le politique et l’économie »... La démocratie est non pas une donnée mais un « processus d’invention continue de formes d’exercice de la capacité de tous ». En d’autres termes, elle n’est pas qu’une affaire d’institutions mais bel et bien une forme de vie collective et une certaine qualité de relations assumée entre « citoyens » se reconnaissant comme égaux. Encore faudrait-il se préparer à ce délicat exercice. Après tout, rien n’interdit au « peuple souverain » de s’auto-instituer par des mouvements et des inventions dont la propagation serait susceptible d’être consacrée par des « institutions de liberté ».

 

Le feu d’une « puissance commune »

 

Il est rare, constate Rancière, qu’une manifestation ou un mouvement démarrent par une « revendication de démocratie ». Mais plutôt par une réclamation contre un « aspect ou un effet particulier d’un système global de domination » - serait-ce une inique « taxe carbone » infligée aux uns et allègrement épargnée aux autres...

Que faut-il pour que ces actes aient vocation à devenir une « affirmation de démocratie effectivement mise en oeuvre » ?

Jacques Rancière rappelle la dynamique des conflits : « Ce que cela raconte, c’est essentiellement deux choses : premièrement, la politique prend de plus en plus le visage d’un conflit de mondes – un monde régi par la loi inégalitaire contre un monde construit par l’action égalitaire – où la distinction même entre économie et politique tend à s’évanouir ; deuxièmement, les partis et organisations jadis intéressés à la démocratie et à l’égalité ont perdu toute initiative et toute capacité d’action sur ce terrain qui n’est plus occupé que par des forces collectives nées de l’événement lui-même. »

Bien entendu, il ne saurait être question de séparer les questions écologiques de la question démocratique « entendue comme exercice d’un pouvoir égalitaire effectif ».

Certes, des institutions et organisations dédiées sont supposées y oeuvrer... mais «  la question est de savoir ce qu’elles organisent et ce qu’elles instituent, quelle est la puissance qu’elles mettent en oeuvre, celle de l’égalité ou celle de l’inégalité  »...

Ainsi, les « organisations et institutions égalitaires sont celles qui développent cette puissance commune à tous  ». L’on comprendra que, « dans l’état actuel de nos sociétés, ce ne peuvent être que des contre-institutions et des organisations autonomes par rapport à un système représentatif qui n’est plus qu’un ressort du pouvoir étatique »... Entretenir le feu de joie d’une liberté vécue ou le feu sacré d’une « puissance commune » suppose de « créer un autre temps, un temps qui soit fait de projets et d’actions autonomes, qui ne soit plus rythmé par le calendrier de la machine étatique  ». Si un « avenir ne se construit que dans la dynamique d’un présent », l’action humaine requise à cet effet suppose au préalable le sentiment d’appartenance à un monde commun alliée à un certain sens de la réalité – celle que l’on voudrait voir advenir en créant des événements à cet effet, en termes de coopération efficace, de convergences et de solidarité bien comprise en incarnations de l’humaine potentialité.

Depuis La Poétique d’Aristote, (384-322 avant J.-C.) le cadre est fixé entre cosmos et cité. Chacun peut s'en emparer pour penser le possible ou l'impossible, recoudre une trame narrative dévastée, changer de récit ou mettre en oeuvre un autre montage fictionnel, un autre modèle d’intelligibilité et de société désirable. Histoire de reconfigurer une fois encore, en puisant dans l’imaginaire et la mémoire des populations, la scène globale où se joue leur destin et leur survie.

Jacques Rancière, Les trente inglorieuses – scènes politiques, La Fabrique, 272 pages, 15 euros.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Schrek 7 février 09:00

    La « démocratie » (ce qui nous est présenté comme tel) est à la politique ce que le « marché libre » est à l’économie, un marché dans lequel le vote est la principale marchandise. A la veille d’élections, les hommes politiques sont les renards libres dans le poulailler libre. Une fois élus, ils se goinfrent, sinon ils hibernent.


    • lephénix lephénix 7 février 10:38

      @Schrek
      l’impensable et l’insoutenable sont tacitement reconduits chaque fois que la garde du poulailler est immanquablement confiée au renard, celle de la bergerie au loup, celle de l’asile au sociopathe, etc
      voilà qui demeure un « impensé » et fait le lit d’autres réseaux d’allégeance...


    • Octave Lebel Octave Lebel 7 février 10:39

      @Schrek

      Comme c’est original, Macron 1,2,3,4...peuvent dormir sur leurs deux oreillles.
      Avec vous, ils sont bien protégés.


    • Captain Marlo Captain Marlo 7 février 10:59

      @Octave Lebel
      Comme c’est original, Macron 1,2,3,4...peuvent dormir sur leurs deux oreillles.
      Avec vous, ils sont bien protégés.

      Comme si la Gauche envisageait de sortir de l’UE pour que le peuple renoue avec la démocratie...


    • samy Levrai samy Levrai 7 février 11:19

      @Octave Lebel
      Tu n’as toujours pas compris que nous étions dans un parti unique ( euro atlantiste ) ? 
      La seule opposition au parti unique est l’UPR ( les patriotes ne se présentant pas ) tous les autres sont des escrocs se présentant pour une autre Europe ( impossible car unanimité obligatoire pour changer une virgule ).

      souviens toi de Sarko/ Hollande / Macron... mais aussi de Tsipras ou Salvini...


    • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 7 février 09:45

      La réponse est évidemment… NON.

      La démocratie, c’est comme la vie dans l’univers, elle ne peut se développer que sous des conditions favorables.

      Athènes, Rome et Venise étaient des cités prospères où des embryons ont pu se développer quand l’écrasante majorité de la planète végétaient sous la férule de représentants de droit divin.

      Il a fallu attendre la révolution industrielle pour que le terrain soit propice à l’épanouissement d’un cadre favorisant le confort de chacun et l’inutilité de la matraque pour des techniques de domination plus soft.

      Avec 300 esclaves énergétiques pour chaque individu dans les pays catalogués démocratique, il n’y a pas de quoi pavoiser sur l’efficacité d’un système qui le doit plus à des circonstances favorables qu’au mérite d’une véritable amélioration de la psyché humaine.

      Le pic des ressources énergétiques et la tentation d’un contrôle social favorisé par le numérique vont être une épreuve de vérité pour nos contemporains qui se sont vu trop beau. 


      • lephénix lephénix 7 février 10:35

        @Florian LeBaroudeur
        effectivement, on ne saurait mieux résumer la situation l’article aurait pu s’appeler « ’l’épreuve de vérité »...nous y sommes : « lorsque l’Etat n’assume plus son rôle de garant de l’identité et de la sécurité physique et économique des personnes, les hommes n’ont plus d’autre issue que de rechercher cette garantie ailleurs et de faire allégeance à plus fort qu’eux » (Alain Suppiot)


      • Captain Marlo Captain Marlo 7 février 10:56

        @lephénix
        En 2015, les Grecs ont massivement voté NON au référendum contre l’austérité.
        Junker leur a répondu : " Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

        Comme en France en 2005, aux Pays Bas ou en Irlande...

        L’auteur confond l’UE et le reste du monde...
        Il ne peut pas y avoir de démocratie dans l’UE, car l’UE est une colonie de l’Empire américain. Et il n’y a jamais de démocratie dans une colonie.

        On y trouve « de petits gouverneurs », nos Présidents. Ils appliquent des décisions prises par des Institutions élues par personne : la BCE, la Commission européenne et l’Otan.

        Parler de démocratie, c’est nommer le lieu du pouvoir décisionnel.
        Il n’est plus à Paris : "Il n’y a plus de politiques intérieures nationales, mais uniquement des politiques européennes. Viviane Reding Commissaire européenne, venue explique aux Députés français, qu’ils ne servaient plus à grand chose...

        Pour commencer à parler à nouveau de démocratie, commençons par nous rassembler pour sortir de ce piège européen.


      • Captain Marlo Captain Marlo 7 février 11:11

        @lephénix
         lorsque l’Etat n’assume plus son rôle de garant de l’identité et de la sécurité physique et économique des personnes, les hommes n’ont plus d’autre issue que de rechercher cette garantie ailleurs et de faire allégeance à plus fort qu’eux » (Alain Suppiot)

        Pas compris la citation ? Il n’y a aucune garantie de quoi que ce soit en votant à nouveau pour des candidats pro européens. Les électeurs ont tout essayé, la Gauche, la Droite, les 2 ensemble, puis rebelote, et enfin Macron, et son gouvernement de coalition PS/ LREM/ Modem/ Républicains.

        A chaque fois, c’est pire que la fois précédente, ils ne vont plus voter.
        Vous voulez savoir ce qui va se passer, si nous restons dans l’ UE & l’euro ?
        C’est Bruxelles & la BCE qui décident.

        Et le FMI, car la France est endettée jusqu’aux yeux !

        Bruxelles s’est accaparée la santé et le passe numérique vaccinal.

        La BCE ne veut pas de fortes augmentations des salaires.

        Et le FMI demande une grande saignée fiscale pour le prochain quinquennat !

        La marge de manoeuvre de l’Etat français = peanuts !


      • eau-du-robinet eau-du-robinet 7 février 11:37

        Bonjour Captain Marlo,
        .
        L’UE est une organisation profondément antidémocratique dominé par la Commission Européenne (centre NODAL ... voire la vidéo avec Régis Chamagne) et la BCEAucune de ses deux institutions n’a de compte à rendre à personne !
        .
        Une fois adhéré aux deux institutions les états membres perdent leur souveraineté au profit des grands groupes industrielles et de la grande finance, c’est eux qui dirigent gouvernent aujourd’hui, ... Macron n’est qu’on pion de cette MAFIA criminelle.
        .
        FREXIT


      • lephénix lephénix 7 février 12:08

        @Captain Marlo
        Suppiot comme Giorgio Agamben et tous les penseurs qui se respectent en pensant l’impensable comme l’impensé sont pour une voie praticable c’est-à-dire une voie de sortie de l’actuelle dystopie...



      • Captain Marlo Captain Marlo 7 février 12:11

        @lephénix
        sont pour une voie praticable c’est-à-dire une voie de sortie de l’actuelle dystopie...

        et en français courant, cela signifie qu’ils proposent quoi ?


      • lephénix lephénix 7 février 12:15

        @Captain Marlo
        si veauter et « lutter » ne suffissent plus, il n’y a qu’à prendre la voie de sortie, c’est pourtant du français, non ?


      • Captain Marlo Captain Marlo 7 février 12:20

        @lephénix
        si veauter et « lutter » ne suffissent plus, il n’y a qu’à prendre la voie de sortie,

        Ce qui va sans dire, va encore mieux en le disant !
        La voie de sortie c’est l’article 50. « Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.etc »

        Mais ne le répétez pas, vous allez vous faire traiter de facho, de nationaliste et ... possiblement d’antisémite !! 


      • lephénix lephénix 7 février 13:06

        @Captain Marlo
        le constat clinique est sans appel... délivrez-nous du vide ! pour s’en délivrer comme du Rien qui nous vampirise autant trouver la voie de sortie, à chacun selon ses intuitions narratives pour entrevoir l’issue...


      • lephénix lephénix 7 février 13:10

        @Captain Marlo
        merci pour votre vigilance, le tour de pass pass est un tour d’écrou qui se précisera avec le pass escrologique...





          • Jim La Betterave 7 février 12:40

            Démocratie

            Demos Kratos

            Pouvoir au peuple

            Je ne pense pas avoir été consulté pour quoique ce soit ou avoir donné mon approbation aux règles d’insécurité en vigueur

            Et je pense parler au nom de beaucoup

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité