• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le tir de défense de soi ou d’autrui

Le tir de défense de soi ou d’autrui

Le mercredi 28 juin, le Parlement tchèque a approuvé par cent trente-neuf voix sur cent soixante-huit, un amendement constitutionnel autorisant les 300 000 citoyens détenteurs d'un port d'armes à en faire usage pour défendre la sécurité du pays en cas d'attaque terroriste. « Il s'agit d'une réaction aux différentes attaques qui se sont produites à l’étranger. (...) Selon moi, si la situation ne s’améliore pas en Europe, les gens seront intéressés par cette mesure et le nombre de détenteurs d’armes s’accroîtra progressivement  ».

 

Le tir de défense ou de riposte parfois désigné : tir de combat - tir tactique - tir « instinctif » - tir pratique - tir d'auto-défense - tir de survie, etc., concerne en premier lieu de nombreux professionnels porteurs d'une arme de poing : policiers - gendarmes - douaniers - militaires - transporteurs de fonds - police ferroviaire - agents de sécurité de sites sensibles - courtiers transportant des valeurs (diamants, bijoux, etc.) - gardes du corps.

La situation face à une agression reste réversible par une riposte armée adaptée dans le cadre de la légitime défense. Si j'emploie le terme de victime, cela ne saurait induire la passivité, le vocable victime signifie que la personne n'est aucunement responsable de l'agression subie, et l'intervenant armé reste la seule personne qui devra décider quelle riposte adopter face à la situation. Tout l'art du tir de défense repose sur la mise en œuvre de tactiques qui ont le plus de chances d’aboutir. Ceci ne veut pas dire qu’il y ait une bonne et une mauvaise manière d'affronter une situation dangereuse donnée. Personne ne connaît précisément la situation qu'il aura à affronter ni les conditions de l'engagement.

Cette approche est le règne des compartiments étanches et des phobies : disciplines sportives, militaires, policières, phobie des armes, crainte d’une criminalité violente, peur de tuer un innocent, crainte à être désarmé, etc. Associer est dangereux et réunir téméraire, quant à vouloir synthétiser c’est carrément mal vu. Imaginez qu'un citoyen puisse avoir une habileté supérieure à des policiers, un comble ! Personne ne pose la question de leur entraînement au tir, à peine une soixantaine de cartouches tirées par an ! Des associations militent pour voir le port d'arme étendu à des citoyens offrant certaines garanties, mais aucune n'a encore rédigé son manuel ni organisé de stages, conditions nécessaires pour promouvoir les buts de l'association.

Il n'est plus question d'adopter la position de tir à bras franc des duellistes immobiles d'antan, position à laquelle ils finirent par renoncer à travers une évolution du duel au pistolet afin de pouvoir tirer en se déplaçant. Dans le duel « de pied ferme », la distance séparant les duellistes placés face à face était de 15 pas, le témoin désigné par tirage au sort rappelait les règles du duel. Au commandement « armez », les protagonistes armaient leur pistolet et visaient leur adversaire, et au commandement « tirez », faisaient feu. Si les deux coups étaient partis et qu'aucun combattant ne fut blessé, les armes étaient rechargées et le déroulement renouvelé. Dans le duel « à volonté », les duellistes se tournaient le dos, et au commandement « tirez », ils se retournaient et tiraient.

La criminalité ayant modifié les règles d’engagement des policiers, les américains ont été parmi les premiers à instaurer de nouveaux styles de tir et méthodes d’entraînement se rapprochant au maximum des situations réelles de combat. Les différentes techniques n’ont cessé d’évoluer. En 1936, un agent du FBI, Sloan, qui avait suivi un stage chez les Marines, développa le tir « instinctif » à 7 mètres, le tir à la hanche à une main d’une distance de 6 yards avec un revolver calibre .38 Special. La police française adoptait en 1962 le parcours Raymond Sassia (qui fut le garde du corps du général de Gaulle) de retour du FBI. Le parcours comprend cinq positions de tir visé à deux mains, distance 10 à 35 m, pistolet calibre 9 mm. L’année suivante, Jeff Cooper popularisait le Weaver stance à deux mains, distance de tir (visé) 10 à 50 m, calibre .45 ACP.

Chuck Taylor de retour du Viet-Nam, imputa ses blessures à une méthode de tir inappropriée au combat réel. Il énonça : « On ne peut se comporter au combat comme lors d'un parcours de compétition ». La méthode Taylor allait être popularisée. Le programme de base se déroulait sur deux jours au cours duquel les stagiaires tiraient 250 cartouches, et 350 cartouches sur 2 jours pour le niveau « avancé ». En 1980, Mc Thernam introduisait le tir « Survival  » avec la position crouch, le tir à deux mains, distance de 0 à 10 mètres. Cela allait donner naissance à une trentaine de positions de tir dont certaines furent rejetées par des catégories professionnelles essentiellement pour plusieurs raisons : parce que toutes ne correspondent pas à leurs missions - à leur difficulté à les assimiler - ou ne correspondant guère à la morphologie ou au tempérament du tireur.

Chaque méthode a ses spécificités, certaines s’attardent sur la technique, fixer la cible, fixer les appareils de visée, sur la précision, sur la rapidité (fluidité), d’autres sur les positions, sur la gestion des incidents de tir, sur les déplacements, sur la finalité du tir, etc. En clair, aucune méthode ne représente la panacée et leurs auteurs persuadés de détenir la vérité commercialisent leur dextérité dans un parcours leur convenant. Force est de reconnaître que les performances des grands noms du tir ignorent la possibilité de parvenir à la « victoire » par n’importe quelle autre approche qui n’est pas la leur.

Des tireurs curieux de comprendre ont amorcé une réflexion avec un regard critique sur cette discipline qui est bien plus complète qu’elle est généralement enseignée. Chaque tireur a une morphologie différente, une souplesse différente, des acquis différents, et un tempérament différent. Si la dextérité prévaut au stand, en situation de riposte on combat autant avec le mental : « C'est l'esprit qui attaque, l'arme ne fait que suivre l'esprit ». On ne juge pas le tireur mais ses résultats. Un mouvement « naturel » adapté sera toujours plus rapide qu'un mouvement forcé. On pourrait faire la comparaison avec les gauchers contrariés et l'écriture. N'accordez pas trop confiance aux experts, vous êtes libre d'accepter, de rejeter, ou les modeler leurs recommandations selon votre tempérament et votre adresse au tir.

L'esprit du tir de défense peut être comparé dans une certaine mesure, au Ken-Jutsu, le maniement du sabre extrait de son fourreau, et au Iaï-jutsu, l'art de dégainer et de trancher d'un seul geste face à un adversaire tenant déjà son arme en main. Le Iaï-Jutsu allait occuper grâce à son avantage technique à délivrer une réponse fulgurante, une place importante dans la discipline. Ce n'était plus l'attaque dans l'attaque qui allait prévaloir, mais l'Iaïdo qui permettait, en partant avec un temps de retard sur son adversaire, de le terrasser.

Pour être capable de réagir convenablement à une situation de danger donnée, l'homme doit être informé en temps réel des modifications de son corps dans le dit milieu. Qu'il s'agisse de se tenir en équilibre, de se déplacer ou de maintenir une position, l'action repose sur l'équilibre du corps. Chaque exécution d'un mouvement quelconque, position statique ou dynamique (déplacement, position de tir, pivot, etc.) a ses spécificités et ses contraintes qui se retrouvent au niveau de l'anatomie, de la biomécanique, de la physiologie et de la respiration. Le tir implique le cerveau (interprétation d'une scène, prise de décision, réflexe), le corps (déplacements, positions de tir), la vue (elle représente 85 % de la perception), l'ouïe (localisation, détonation), l'oreille interne (sens de l'équilibre), l'odeur (de la poudre, de la graisse), le toucher ( prise en main, manipulation), le sens kinésique (recul), sans oublier le risque d'une blessure (premiers secours spécifiques), autant d'aspects importants rarement abordés lors des stages de formations au tir.

L'instruction au tir en stand ressemble trop à des Katas, c'est à dire à l'étude de positions et d'enchaînements prédéterminés. Si cette partie reste très importante pour l'acquisition des fondamentaux, elle doit être poursuivie de séances de tir d'assaut ou combat. Il n'y a pas de miracle, pour dégainer, tirer vite et juste (adversaire très proche) ou juste et vite (adversaire proche) afin d'atteindre l'agresseur sans toucher un innocent, il faut s'entraîner régulièrement, « griller » plusieurs milliers de cartouches, et mettre à contribution la visualisation mentale.

Est-il préférable en premier de privilégier la précision ou la rapidité ? Si le tireur a le choix de l’engagement, ce qui sera rarement le cas, pour ne pas dire jamais, celui-ci doit préférer la précision afin de pouvoir atteindre sa cible au premier tir. S’il s’agit d’un tir de riposte, il est illusoire quand les projectiles « pleuvent » autour de soi de soigner la visée. Le réflexe est de réduire la surface exposée, de se mettre à couvert ou à l’abri. Dans ce cas, un tir de riposte extrêmement rapide et une précision acceptable sont de mise. L’agresseur pris à partie, à moins qu’il ne soit à l’abri, ne pourra ajuster ses autres tirs. Le répit pourra être mis à profit pour se mettre à l’abri, soit à couvert, ou mieux, évacuer la zone dangereuse et donner l'alerte (je suis, je vois, je demande, je fais).

Lors d'une attaque, il faut s'y adapter sans jamais se laisser mener par des idées préconçues. Il faut décider d'une position de tir adaptée, d'une ligne d'action instantanément et en changer au gré de l'évolution de celle-ci. Selon la distance à laquelle se trouve le ou les agresseurs, on riposte à l'initiative lorsque la situation est inévitable par une technique de tir appropriée. La réponse repose essentiellement sur - le caractère soudain de l'attaque - de la distance d'engagement - du temps nécessaire de la riposte - de la direction de tir - des personnes alentours - de la mise à couvert - de la reprise de l'initiative - la capacité à discerner les attaquants les plus déterminés ou qui représentent une menace immédiate - à conserver l'initiative. La défense consistera peut être à pivoter sur soi, avancer sur l'agresseur, reculer, de se déplacer latéralement afin de ne pas présenter une cible statique à l'assaillant. Le temps de réaction restreint souvent le choix technique. Si les effectifs le permettent, l’élément pris à partie déclenche un tir de riposte ou de saturation, puis sous le couvert d’un collègue, change d’angle de tir pour déborder sur le flanc ou prendre l'agresseur à revers. Le mouvement offensif vise à arrêter ou à neutraliser le ou les agresseurs, si possible, de les déférer devant la justice.

En zone urbaine, le ou les assaillants ne sont que rarement seuls. Ils peuvent se trouver parmi une foule innocente. Dans la plupart des cas, le ou les agresseurs ont l’avantage de l’engagement. Pour maximaliser l'efficacité de la riposte, on ne peut y répondre que par un tir « instinctif » (pour être plus exact, il s’agit d’un réflexe visant à court-circuiter le cortex cérébral) ne laissant pas le loisir à courte distance de soigner sa visée. Certains groupes d'unités antiterroristes, à l'entraînement, masquent le guidon de leur arme avec du ruban adhésif afin de ne pas être tentés de l'utiliser.

Le tir de riposte ou de défense est avant tout un état d'esprit, mais rien ne saurait remplacer les séances d'entraînement au tir avec des mises en situation. N'oubliez pas, tout ce que vous ferez ou ne ferez pas peut présenter un risque pour votre intégrité, et qu'« au combat, seuls les touchés comptent ».

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  2.61/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Massada Massada 31 août 09:51

    Très bon article.

     
    Je vous recommande à ce sujet en France les ouvrages et stages de Monsieur Philippe Perotti.
    Très compétant et fort sympathique, j’ai eu l’occasion de le rencontrer en Suisse, il a une approche fort interessante pour les civils.
    En France :


    • microf 31 août 14:46

      @Massada

      Bonjour mon cher Massada, aujourd´hui, c´est la fête de Marie Mère de Jésus, Médiatrice de toutes les grâces, je prierai spécialement pour vous á la Sainte Messe.


    • covadonga*722 covadonga*722 31 août 10:48

      yep on remercie l’auteur de partager son savoir 

      il en est du tir comme des autres pratiques
      « cent fois sur le métier remettez votre ouvrage »
       l’entrainement il n’y a que cela , sur les vidéos venue de Syrie on découvre que les guerriers improvisés sont foutrement plus dangereux pour leurs pairs que pour l’adversaires.De même ici a Marseille 
      l’arrivée des kalachnikov il y a quelques années a causé pas mal d’accident du travail chez la racaille
      le plus mémorable étant « l’intellectuel » assis a l’arrière d’une audi vidant malencontreusement son chargeur sur les deux cousins assis devant .
      Sinon j’ai fait mienne une consigne que l’on ma entré dans le crane a coup de pieds au c ..
      a couvert ! identifie ! envoie !

      • Sozenz 31 août 11:01

        vous etes un grand marrant quelque part , en France ; on n a même plus le droit de coller une bonne rouste à un mec en légitime défense et vous nous parler d armes ...

        http://www.defensepersonnelle.com/legitime-defense/

        l arme peut tuer . donc sur le plan legale en france on pourrait voir la non application de La légitime défense existe donc en France, mais elle sera bien entendu vérifiée par les forces de l’ordre avant d’être établie devant un juge. Cette dernière doit impérativement répondre aux critères énoncés ci-dessus, sans quoi vous risquez tout autant que votre agresseur, d’être condamné pour usage abusif de la violence.



        • Massada Massada 31 août 11:12

          @Sozenz
           

          Il est normal de rester dans le cadre de la loi.
          C’est aussi pour cela que les stages et les entrainements sont nécessaire.



        • Sozenz 31 août 11:21

          @Massada
          je crois que vious n avez pas bien compris mes paroles .. ; si vous vous êtes senti obligé de souligner qu il y a des stages et des entrainements ...
          m enfin hein ...


        • Sozenz 31 août 11:24

          @Massada
          connaissez vous la diff entre théorie et pratique, simulation et terrain ?
          c est le terrain qui apprend. et il faut des années de terrain ...


        • francois 31 août 11:38

          @Sozenz
          massada croit que la vie c’est comme au cinéma.


        • francois 31 août 11:41

          @Sozenz
          vous n’êtes pas doué. Vous pouvez écraser n’importe qui avec une auto sans encourir aucune sanction si vous êtes sans alcool, sans excèst de vitesse, sans téléphone à l’oreille et ne criez pas alla au bar..


        • Massada Massada 31 août 11:48

          @Sozenz
           

          « connaissez vous la diff entre théorie et pratique, simulation et terrain ? »
           
          Ben, non éclairez moi 

        • Sozenz 31 août 12:00

          @Massada
          prenez moi pour un con ^^
          vous savez très bien ce que c est . je vous rappelais juste la réalité des choses .


        • Sozenz 31 août 11:34

          oups oh pardon @l auteur d avoir cassé votre pub ...
          vu les tensions qu il y a , y avait moyen de se faire des tunes ...
          mettre un peu plus de tension en rajoutant des armes dans le pays , aurait mème fait progresser votre porte feuille .


          • francois 31 août 11:37

            Cool les chèques vont s’entretuer. Mais qui menace les chèque ?


            • Abou Antoun Abou Antoun 1er septembre 17:40

              @francois
              Mais qui menace les chèque ?
              Les cartes bancaires !


            • Trelawney Trelawney 31 août 14:32

              Le réflexe est de réduire la surface exposée, de se mettre à couvert ou à l’abri.

              L’entrainement aux armes est de combattre ce réflexe qui est un mauvais réflexe. Ce que l’on doit toujours avoir à l’esprit est de faire face au danger. Les projectiles pleuvent et alors ! Une balle peut vous toucher et vous tuer et alors !
              C’est pour cela qu’un individu normalement constitué et doté d’une arme de défense, ne fera jamais le poids contre une personne déterminée. Ce projet de loi est à mon sens stupide car il vise à déresponsabilisé l’état de sa fonction première : défendre ses citoyens.
              Avoir une arme à la ceinture et s’imaginer que ça vous sauvera de pas mal d’ennuis est aussi stupide qu’illusoire.
              Pour être capable d’affronter un terroriste avec une arme, il faut avoir un entrainement, mais surtout avoir des prédispositions qui vous permettent de tuer une personne sans état d’âme et sans vous soucier de votre propre vie. Rien que cela élimine d’office 99% des policiers et gendarmes et 90% des militaires. Le reste vous les trouvez dans le Raid, le GIGN, à la légion ou dans les forces spéciale.
              N’essayez pas de jouer les Rambo !

              • microf 31 août 14:42

                J´ai tellement rigolé á lire cet article, cet article incite á la violence tout court, á la tuerie ce qui ne devrait pas être le rôle d´un Expert en sécurité, et j´espère que ce n´est pas ce qu´il conseille aux Africains á Génève dans quel angle ils doivent se mettre pour tirer sur une personne.

                Peut être que l´auteur Expert en sécurité le fait pour sa publicité, alors, il aura bientôt beaucoup de contrats en Europe avec « l´insécurité » grandissante en conseillant aux personnes dans quel angle ils devraient se mettre pour bien tirer.

                Je pense que l´auteur ferait mieux d´aller donner des cours de sécurité aux Tchèques pas pour tirer sur des personnes, mais comment faire pour éviter le genre d´agression comme celui de Barcelone, par exemple, il ne faut pas être Expert, pour savoir qu´on devraient protêger les places publiques en mettant partout des dos d´ânes sur ces places, ceci, pour empêcher une voiture de rouler en pleine vitesse. Imaginons qu´á Barcelone les personnes présentes auraient été armées, saurait été un carnage, car dans la panique, chacun se serait mis á tirer á tout vent.

                Il ne faut pas armer les personnes, cela ne fera qu´augmenter la violence.


                • francois 31 août 15:18

                  @microf
                  l’expert en sécurité n’est qu’un vendeur.


                • foufouille foufouille 31 août 15:42

                  @microf
                  un africain a juste besoin d’une machette blanche pour tuer. ensuite, il dit ce n’est pas de ma faute, c’est la machette qui a tuée !


                • microf 31 août 16:30

                  @foufouille

                  Alors cela veut dire que c´est ce qu´il conseille aux Africains en matières de sécurité en Afrique de faire, tuer avec la machette et dire que c´est la machette qui a tué, drôle de concept de la sécurité.


                • microf 31 août 16:34

                  @francois

                  Je l´ai compris en lisant l´article.


                • sls0 sls0 31 août 15:46

                  J’avais une licence de tir en France.

                  Je rechargeais et je grillais pas mal de cartouches.
                  J’étais plus tir longue distance mais j’avais aidé des amis flics pour leur stand et un ami colonel m’avait fait profité de la Nouvelle Technique de Conbat.
                  Où je réside maintenant la détention d’arme c’est pisser dans un bocal et un casier vierge, le port d’arme est très à la mode.
                  Si on a pas les papiers, 600 pesos (12€) au flic et c’est tout.
                  Pour certains ça peut paraitre comme idéal.
                  20 fois plus d’homicides.
                  Plus de morts pour vol d’arme que pour la drogue.
                  Les agressions sont souvent avec un 9mm, c’est tellement courant le 9mm. La dernière fois il m’a fallu deux jours pour trouver une échelle potable, pour un 9mm c’est 10 minutes.
                  Lors des vols statistiquement parlant si on est armé on a une chance sur 4 de mourrir, désarmé ça tombe à 23.
                  A priori les chiffres ne sont pas bons et ne plaident pas en faveur de la détention, elle augmente le risque sérieusement et bonjours les bavures.

                  Il y a une vision assez élastique de la légitime défense ici, si le type est pauvre et noir on perd une journée au commissat.

                  Ils tirent comme des pieds, samedi après-midi à 120m de chez moi il y a eu une fusillade, entre 25 et 30 coups de feu, pas même un blessé. De temps en temps il y a du collatéral même chez les gosses, pas cette fois.

                  Comme on a pu voir plus haut, j’ai une certaine maitrise des armes.
                  Chose que je n’avais pas c’est l’expérience des fusillades.
                  C’est chose faite maintenant.
                  Deux fusillades ce n’est pas une grande expérience mais certainement plus importante que la plupart des flics français, je ne parle pas des tireurs sportifs.
                  Les deux fois je ne faisais pas partie des protagonistes 
                  Aux premiers coup de feu on se plaque, la première balle qui ne passe pas loin nous incite pas trop à regarder pour se renseigner.
                  Au plus tôt j’ai mis 5-6 secondes pour commencer à sortir du flou, on ne comprend rien et on a aucune maitrise de la situation.
                  Maintenant je mets un super Rambo avec une arme dans cette situation, s’il se réveille assez rapidement, en face de lui il y aura quelqu’un qui est bien au courant de la situation et qui sera franchement bien réveillé.

                  Au début avec la surprise même les flics auront le dessous, là le Rambo de service ajoutera du bordel au bordel, ensuite la formation des pros devient utile et ils n’ont pas besoin de Rambo pour rajouter au foutoir.

                  En 2012 chez moi il y a eu un test en réel voiture contre flics, 3 à 0 pour la voiture. A ce sujet le 9mm n’a pas plus de pénétration dans une voiture qu’une 0.22". Un fusil d’assaut en 7.62 ça commence à être sérieux. C’est lourd du 7.62 et les chances de s’en servir sont vraiment infimes si je rapporte le nombre d’attentats à la voiture au nombre de flics.

                  Bien entendu je n’ai pas d’arme chez moi, je ne suis pas suicidaire, si j’avais une arme chez moi en une semaine le quartier serait au courant et en deux semaines tout les ladrons.
                  Après 22h personne oserait entrer chez moi sans permission même armé, il y a d’autres moyens bien plus dissuasif.
                  Pour ce qui est des attentats, j’ai beaucoup plus de chance de prendre une balle perdue ici ou me faire écraser par un chauffard que d’être victime d’un attentat.
                  Armer les gens, c’est pas encore pour maintenant, pas assez de pauvres, quand il y en aura plus ce qui ne saurait tarder il y aura des gens armés, ce qui en auront les moyens et il y aura aussi une notion de légitime défense élastique comme chez moi, le pauvre n’est pas une denrée rare ici.



                  • Plus robert que Redford 31 août 16:35

                    @sls0
                    Ouais !

                    Ca sent le vécu comme témoignage...

                    Sûr que si t’es dans la rue et que t’entends péter les coups de feu, faudra d’abord savoir d’où ça vient, puis pourquoi, pour qui ? Si c’est pour toi, t’es déjà mort !

                    A moins de la jouer style Henry Fonda vs Charles Bronson, genre il était une fois dans l’ouest et tous ces films à la con, t’as quand même peu de chance de pas morfler. A l’époque d’ailleurs, dans les années 1800, la plupart des « duels » c’était des tirs dans le dos (pas fou l’agresseur !)

                    Et même aujourd’hui, quand ça pétarade en Corse, (je dis en corse, j’aurais tout aussi bien pu dire : dans la Creuse !) donc, c’est essentiellement à sens unique ! Le gars ciblé, qu’il ait un 11.43 ou rien, il finit en général criblé sans avoir eu le temps de dire « ouf »...

                    Alors, armer la population, c’est :

                    1°- Augmenter de façon vertigineuse les accidents dûs aux armes à feu

                    2°- Délégitimer la police dans son rôle de seule détentrice de la violence légale.

                    Bref, le bordel... Voir outre atlantique !!!


                  • francois 31 août 17:18

                    @Plus robert que Redford

                    +1

                    La télévision a rendu les gens bétes. Ils ne font même plus la différence entre un film et la vie la vrai.

                    Il ne faut pas chercher plus loin la baisse de QI.

                    Mais incriminer la télé, c’est tué la propagande.


                  • Massada Massada 31 août 17:40

                    @sls0
                     

                    Je porte une arme en permanence dans le cadre de mon travail (agence de sécurité).
                    En tant que sous officier de réserve de Tsahal, j’ai le droit au port d’arme.
                    Depuis les attentats aux couteaux, mon épouse possède aussi le port d’arme.
                    Ici le port d’arme n’est pas un droit fondamental comme au USA, mais un privilège, suffisamment étendu pour améliorer la sécurité de tous. Il nécessite une formation ainsi qu’un controle psychologique.
                     
                    A plusieurs reprises l’intervention d’un civil armé lors d’un attentat à permis d’éviter un massacre. 
                    Ici en Israel nous n’avons pas l’équivalent de l’opération Sentinelle comme en France, les soldats sont principalement aux frontières mais les soldats professionnels et conscrits, ont l’obligation de porter leur arme, des fusils d’assaut la plupart du temps, en permanence, y compris durant leur permission.
                     
                    De meme le nombre de civils armés est une garantie pour notre sécurité.
                     
                    Le problème n’est généralement pas le fait de citoyens armés légalement et respectueux des lois mais des criminels pour qui aucune loi ou interdiction est respecté.


                  • sls0 sls0 31 août 18:05

                    @Massada
                    On parle de la France.

                    Votre descriptif correspond à la France des années 40-45.
                    C’est l’occupant qui était armé et si j’ai bonne mémoire il h avait aussi des camp de concentration style Gaza.
                    Je comprends très bien que vous soyez armé dans ces conditions, mais on cause de la France. Si chez vous tirer sur un palestinien ne pose pas trop de problème, en France c’est plus pinailleur.
                    Cela dit ces derniers jours je vous ai pas mal plussé sur d’autre articles.

                  • Massada Massada 31 août 18:19

                    @sls0
                     

                    On parle de la France.
                     
                    oui, bien sur, mais au rythme où vont les choses en Europe vous n’échapperai pas à une « israélisation » de la France face au terrorisme 

                  • generation désenchantée 31 août 19:02

                    @Massada
                    on commence déjà a avoir des barrages de blocs de béton et de véhicules barrant les accès , contre des véhicules visant a percuter des gens , pour des fêtes en zones rurales


                  • Agafia Agafia 31 août 19:16

                    @generation désenchantée

                    Ici tout pareil depuis 2 ans. Petite ville de Province, mais installation systématique de gros blocs de béton avant chaque évènement festif et renforts policiers et militaires...

                  • generation désenchantée 31 août 20:41

                    oui , c’est certain que les évènements festif commence a avoir une sécurité très lourde depuis deux ans


                    • UnLorrain 1er septembre 23:21

                      Intéressant commentaire de sls0 merci a lui.

                      Quelqu’un parle du calibre 11,43 dit aussi 45 acp,ce type de calibre est très peu performant,en bref le pointu est trop lourd pour le peu de charge de poudre dans son etui qui lui donne une vitesse faible.

                      Ca me fait remonter en mémoire une ancienne anecdote racontée par un ami,cet ami devait « exécuter » un sanglier,une laie,recueillie chez lui et devenue encombrante..il dû de toute urgence utilisé sa carabine après l’usage de son 11,43,il me montra l’ogive de son arme de poing,récupérée dans le cartilage frontal de la laie,écrasée en forme de pièce,echancrée,étoilée le morceau de plomb. Toujours plus mystérieuse la balistique n’est ce pas.


                      • Massada Massada 2 septembre 08:46

                        @UnLorrain
                         
                        Ce calibre doit son succès au M1911 (aussi appelé Colt 45) il sera jusqu’en 1985 le pistolet officiel des armées américaines. La lourdeur du projectile et sa faible vélocité ne lui autorise qu’une portée assez limitée de 50 mètres mais en revanche il possède une puissance d’arrêt considérable.

                         
                        Sa balle est sub-sonique ce qui permet l’utilisation d’un silencieux sans avoir à utiliser de cartouches spécifiques.
                         
                        La balle ne traverse généralement pas cible ce qui nécessite une intervention chirurgicale plus lourde.
                         
                        Ce calibre est passé de mode, je lui préfère le 9 mm pour une capacité plus grande du chargeur et en polymère pour un port journalier.


                      • generation désenchantée 2 septembre 12:50

                        @Massada
                        il y a plusieurs pistolet- mitrailleurs qui ont été utilisé en 11.43 mm ou si tu préfére en .45 ACP

                        le thompson de la prohibition et sa version de la seconde guerre mondiale qui a servit aussi dans d’ autres conflits

                        l’ igram MAC 10

                        en sont les exemples les plus célèbres


                      • UnLorrain 2 septembre 14:06

                        @Massada

                        Oui,j’avais une idée assez semblable a ce que vous dites sur ce célèbre,mais désuet,calibre 11,43. Voyons concernant les munitions armes de poing ce type de « sib » : ogive laiton,forme pyramidale,tronquée,extrêmement vulnerantes paraît-il ... « ppi » pour carabines et autres fusils,idem de ogive en métal dur,chemisé dans du téflon si j’ai bonne mémoire ,perforation beaucoup plus élevée,précision aussi ( munitions vocation militaires ).


                      • barbarossa 2 septembre 10:20
                        article très professionnel.
                        j’aimerais contacter directement et en privé l’auteur de cet article pour lui soumettre quelque chose qui l’intéressera sûrement.
                        Y - a - il un moyen ?


                        • Desmaretz Gérard Desmaretz Gérard 2 septembre 10:46

                          @barbarossa
                          Formulaire de contact sur : desmaretzgerard.blogspot.fr


                        • generation désenchantée 2 septembre 20:18

                          simple hypothèse

                          si quelqu’ un se procure une arme pour sa défense de manière non réglementaire
                          et se trouvant au mauvais endroit et au mauvais moment durant une attaque terroriste ,
                           il tue ou blesse des terroristes avant que la police et la gendarmerie ou l’ armée arrive

                          la justice , nos politiques et médias , lui remettent une médaille ou le condamnent ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires