• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le ver de terre, moteur de la transition écologique

Le ver de terre, moteur de la transition écologique

Hubert REEVES rappelait il y a quelques semaines : « La disparition des vers de terre est un phénomène aussi inquiétant que la fonte des glaces. »

Sachant que 95 % de notre alimentation dépend des sols nourriciers, et qu'aujourd'hui ils disparaissent sous les effets de l’érosion ; une érosion fortement accentuée par la disparition des vers de terre, y'a effectivement matière à s’inquiéter. D’autant qu’1/4 des terres agricoles sont actuellement victimes d'érosion en Europe, entendez, les sols disparaissent.

JPEG

UNE DISPARITION INQUIÉTANTE

Et quand le sol disparaît, il ne s'évanouit pas par enchantement, il part polluer les ruisseaux et les rivières avant de rejoindre la mer. Et derrière lui, il ne reste que les cailloux, un désert minéral. Raison pour laquelle le ver de terre est le premier marqueur de la bonne santé des sols, car, quand ses populations s'effondrent, c'est le sol qui s'effondre, c'est le sol nourricier qui s'éteint. Et comme les plantes et les animaux que nous mangeons dépendent des sols nourriciers, et que ces sols sont principalement fabriqués par quelques espèces de vers de terre, chacun comprendra que de son avenir dépend notre futur.

Aussi, le ver de terre doit être le moteur de la transition écologique, car sans lui, il n'y en aura pas. Raison pour laquelle il est urgent de le remettre dans le système agricole, parce qu'il n'y aura pas de transition sans une agriculture durable et économe en énergie.

Et là encore, le ver de terre est au cœur de cette agriculture de la même manière qu'il est l'un des premiers marqueurs de la biodiversité. Une biodiversité où 71 % des poissons et 42 % des espèces animales et végétales ont diminué en seulement 10 ans en Europe. C'est d'autant plus dramatique que l'effondrement est brutal et que rien ne semble l’arrêter.

AU COEUR DU SYSTEME NOURRICIER

Alors pourquoi ce petit animal quasi insignifiant est-il si important ?

Parce qu'à lui seul, il représente la première masse corporelle terrestre, autrement dit, il pèse le plus lourd. Et beaucoup d'êtres vivants vivent sur son dos et en sont dépendants. Donc, s'alléger de sa présence, c'est effondrer l'ensemble du système écologique avec en premier les sols nourriciers qui lui doivent la fertilité pour plus de moitié.

Pour illustrer sa puissance de feu, dans une prairie permanente Normande, les vers de terre pèsent aussi lourd que 5 vaches Limousines à l'hectare. En revanche, dans un champ cultivé en agriculture de conservation, l'agriculture qui coopère avec la biodiversité et qui nourrit ses vers de terre, ils pèsent l'équivalent de 2 vaches ; mais ils ne pèsent guère plus d'un veau en agriculture conventionnelle. Et pour le quart des sols agricoles victimes d'érosion, le veau est mourant ou mort !

Le paysan Breton, André Pochon, disait très justement qu'une vache est une tondeuse à l'avant et un épandeur à engrais à l'arrière. Dans cette dynamique, le ver de terre vaut 5 vaches ! On pourra toujours mettre en place toutes les plus belles alternatives du monde, mais il n'y a pas d'alternative au ver de terre. Parce qu'il est le seul à pouvoir rajeunir en permanence les sols nourriciers, parce qu'il est le seul à pouvoir les labourer en profondeur pour les faire respirer. Pour toutes ces raisons et bien d'autres, l'avenir de l'humanité est entre les mains de notre auxiliaire le plus précieux.

ÉPILOGUE

Dans le cadre de l'élection citoyenne organisée par le ministère de la Transition écologique, Mon projet pour la planète, et qui s'est clôturée le 11 mai dernier, le projet que nous portions avec le Jardin-vivant, Sauver le ver de terre, l'un des premiers marqueurs de la biodiversité, est arrivé en tête de la catégorie biodiversité, et 2ème projet préféré des Français.


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 30 mai 11:36
    Des « vers géants » ont discrètement envahi la France... ?

    • Alren Alren 30 mai 13:33
      @bob14

      Oui malheureusement et ces vers géants sont des prédateurs du lombric. Et on ne voit pas comment on pourrait les combattre sans détruire en même temps ... les lombrics !

      Le lombric ne se contente pas d’aérer la terre, il la mange en digère les micro-végétaux et excrète une terre remplie de d’éléments directement assimilables par les plantes et les champignons qui nourrissent les racines et reçoivent de la sève en retour.

      Il faut le protéger au maximum de ses prédateurs, notamment les oiseaux du type merle et corneille, en laissant une couverture végétale sur les terres agricoles : c’est la raison essentielle pour laquelle les prairies permanentes contiennent davantage de lombrics que les terres labourées et laissées nues tout l’hiver.

      L’homme a ajouté un prédateur vorace du lombric, c’est le goéland argenté, appelé aussi mouette, dont des vols importants suivent les machines de labour qui en retournant la terre, amènent bien malgré eux, les vers à la surface.

       Les lombrics prolifèrent dans les composts en particulier les déchets végétaux ménagers : peut-être serait-il intéressant de créer des filières pour que ce compost et sa précieuse vie soit déposé dans les champs. il faudrait pour cela sensibiliser le public et organiser un ramassage séparé des autres ordures des déchets végétaux des particuliers ...

    • Christophe G Christophe G 30 mai 14:01

      @Alren


      Les espèces qui vivent dans les composts ne vivent pas dans le sol et sont naturellement rares dans les champs. 

    • Spartacus Spartacus 30 mai 11:47

      Tiens voici un nouveau lobby vert de gris en train de justifier sa recherche de subventions sur des bases d’études loufoques et tenant sur un confetti.


      Allez encore quelques articles anxiogènes à la sauce vert de gris, comme cela, vous aurez comme toutes les assos bidons vert de gris une gamelle assurée....

      Plus c’est gros, plus ça passe !
      Vous êtes sur la bonne voie.
      Félicitation.


      • Christophe G Christophe G 30 mai 11:55

        @Spartacus Quel déballage de haine et de mensonges, c’est dommage.


      • samuel 30 mai 14:33

        Spartacus, 


        vous êtes le sous-produit d’une génération qui laissera une terre ravagée à ses enfants et qui ne supporte pas que ces derniers essaie de la rendre à nouveau vivable.

        Vous parlez en permanence de dette (financière) ! Avez-vous conscience de l’énorme dette écologique dont votre génération de dépravée est la responsable !!! Vous voulez pomper jusqu’à la denrière goutte de pétrole pour votre petit confort et après vous le désastre ! Vous serez malheureusement mort avant de goûter aux conséquences de vos actes... Vous avez encore le doux confort du déni et de l’insulte. Sombre personnage !


      • joletaxi 30 mai 14:47

        @samuel


        terre ravagée.... la rendre vivable.....

        Philipulus et Nostradamus, des petits joueurs finalement
        ici on a en permanence de vrais prêcheurs d’apocalypse
        une vraie succursale de Sainte Anne,


        bon, avec tout ça j’ai stocké un peu prématurément des réserves de roundup, mais ça tient je crois ?

      • mmbbb 30 mai 19:28

        @joletaxi tu peux boire ton Rondup au petit dejeuner si cela t enchantes et bouffer des aliments industriels c’est ton choix mais bassines pas le monde Appliques tes idees .J oubliais comme Spar je t aurais mis à travailler comme jadis dans un endroit confiné dans cale de bateau par exemple et a le calfeutrer avec de l amiante L amiante c est tres bon pour la sante comme les pesticides les hydrocarbure etc rigolo Rappel 1906 : Denis Auribault (inspecteur départemental du travail à Caen), dans une note dénonce la « forte mortalité des ouvriers dans les filatures et dans les usines de tissage d’amiante Il en a fallu du temps comme il en faudra pour toutes ces substances . Vas te ballader avec Spar dans les campagnes lorsque les paysans épandent leurs persticides Ce sont eux les premiers touches Renseignes toi aupres des cancerologues T es vraiment con 


      • samuel 31 mai 09:45

        @joletaxi

        tiens, voilà l’autre quinqua fier de polluer avec son taxi !

        qd y aura plus de pétrole pour mettre dans ta bagnole tu te mettras au pouse pouse ?

      • joletaxi 31 mai 10:23
        @mmbbb

        je vous sens « radicalisé »là, prêt à tuer, en défense de vos lubies.
        votre « dossier » à charge du roundup est vide, et ce n’est pas pour avoir tout fait pour tenter de diaboliser ce produit, cf les démonstrations rigolotes d’un de vos gourous Seralini.
        Et il y a une étude , très exhaustive qui a été faite aux USA, et qui montre sans le moindre doute, que les agriculteurs ,confrontés à ce produit, mais bien d’autres, sont moins touchés par le cancer
        étude que, comme par hasard, le CIRC a évité de citer en publiant ses conclusions sans attendre sa publication annoncée.

        Concernant l’amiante, le tabac, les mineurs, le lien entre exposition et maladie a été démontré, par contre je n’ai pas eu vent de vieillards en fin de vie, dont on aurait pu démontrer la mort prématurée, en trouvant des micro particules dans les poumons ?

        si besoin, un petit rappel
        la nature vous veut mort

      • joletaxi 31 mai 10:24

        @samuel


        hypothèse idiote, quoique, je n’envisage pas vivre jusqu’ à 250 ans

      • samuel 31 mai 10:54

        @joletaxi

        c’est bien, au moins vous admettez qu’il y a une limite à la consommation de pétrole. 


      • eddofr eddofr 30 mai 12:26

        Constat local totalement « non généralisable » ...


        La production de mon potager est directement proportionnelle au nombre de vers de terre que je retrouve sur ma terrasse les jours de pluie.

        La production de mon potager est inversement proportionnelle au nombre de limaces que je retrouve sur ma terrasse les jours de pluie.

        En ce moment je ne retrouve que des limaces ...

        • UnLorrain 30 mai 15:51

          @eddofr

          Je « déplace » la limace ainsi : un tube semirigide,pvc doit être possible,longueur un mètre environ et bouché a un bout,de l’autre bout la limace va être forcée d’entrer en l’y poussant et bien la faire descendre puis s’inspirer du lanceur de la pelote basque pour « déplacer » cette fichue limace...loin..là-bas smiley

          A propos du billet. Se peut-il que la déforestation favorise la désertification ? Mais,plus « subtile » encore,se peut-il que le mono élevage ( caprins,ovins et on peut supposer que des régions et des pays entiers s’y adonnerent par un passé relativement lointain) fut la cause de désertification du sol par disparition de ce qui maintient la Terre,essentiellement la racine de l’herbe que ce c.. d’ovin détruit en la broutant ou cette chèvre qui ruine la jeune pousse d’un feuillus..Racines détruites,érosion par les pluies et vents,restera la roche la pierre,le sable stérile.


        • Dzan 31 mai 10:31
          @UnLorrain
          Regardé un documentaire sur la réintroduction de 15 loups, il y a 25 ans, dans le parc de Yellowstone aux USA.
          La forêt de trembles avait pratiquement disparu. Les saules, les buissons à myrtilles et airelles aussi.
          Tout un écosystème bouleversé par le nombre ( plus de 30 000 ) wapitis, qui dévoraient les jeunes pousses.
          Les loups, ont régulé leur nombre.
          La forêt a repoussé, les castors sont revenus. La truite aussi, car les ours, ne trouvant plus de baies, se nourrissaient exclusivement de truites, et quelques fois de jeunes wapitis.
          Comme quoi.

        • foufouille foufouille 30 mai 13:16
          « Et derrière lui, il ne reste que les cailloux, un désert minéral. »
          faudrait mettre une photo.
          les vers de terre se vendent sans problème pour la pêche ...................

          • CORH CORH 30 mai 22:23

            @foufouille
            Faux, ce ne sont pas des lombrics (ou vers de terre)


          • @CORH


            Il est possible de faire sois-même des lombrics :

            Les différent appâts pour pêcheurs !


            @+ P@py


          • Effectivement très sale temps pour nos sympathiques lombrics, depuis quelques temps ; un vers à tête plat les « dévorent » sources.


            @+ P@py

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Christophe G

Christophe G
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès