• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le véritable état islamique est en train de naitre sous nos yeux en (...)

Le véritable état islamique est en train de naitre sous nos yeux en Turquie

L’islam politique de Recep Tayyip Erdogan

Le frère-musulman, président, sultan en devenir et aspirant calife, Recep Tayyip Erdogan, vous savez, le national-islamiste pyromane à l’occasion (souvent !) n’a jamais caché ses penchants pour l’islam politique. Il n’y a que l’Union européenne qui ne le voit pas, aveuglée par la vision que lui impose l’Allemagne, qui a d’autres intérêts…

Les Azéro-turco-djihadistes égorgent les Arméniens de l’Artsakh. Les vidéos qui circulent font froid dans le dos : des têtes coupées d’Arméniens fièrement exhibées par les illuminés.

A la question : Quel est cette bête immonde qui fait ça ? On peut répondre : Pire, c’est un homme ! Enfin, la forme est humaine mais le reste…

J’ai souvent écrit sur la situation politique de la Turquie d’Erdogan. Malgré la résistance des milieux laïques qui représentent tout de même un peu moins de la moitié de la population turque, le maître d’Ankara a toujours su tirer profit de toutes les situations et gagner les élections depuis le début des années 2000. Encore mieux : quelquefois il les a créées lui-même, ces situations qui lui ont été favorables…

Union européenne : exemple de l’aveuglement de la communauté internationale

L’Union européenne est absente, totalement paralysée par les enjeux qui semblent la dépasser. Elle montre sa taille de nain politique, recroquevillé dans sa relative opulence et externalisant les problèmes.

Dans les faits, l’UE est acculée : elle ne sait que faire face à la Turquie d’Erdogan, sachant que ce dernier n’hésite jamais à instrumentaliser tout ce qui se trouve à portée de la main pour arriver à ses fins. Et cette fois, il a un atout de taille : les réfugiés syriens sur son sol. Et s’il les lâchait vers l’Europe ? Je n’ose même pas imaginer les cauchemars des dirigeants européens… Et les droits de l’homme me direz-vous. Ça, c’est une autre paire de manche : on utilise les droits de l’homme à géographie variable depuis si longtemps que nombreux sont ceux qui n’osent même plus les évoquer…

L’islam politique, c’est d’abord un comportement spécifique ; Erdogan l’applique méthodiquement et surement à son peuple et tente de l’imposer au monde. Les premiers qui en souffrent sont les Turcs eux-mêmes. Ensuite tous les voisins et tous ceux qui tentent une autre approche de la vie et des relations entre individus et entre États.

Là où le culot ne manque pas ! Charlie Hebdo au pilori !

Toujours à propos du comportement de la Turquie d’Erdogan.

Le 3 septembre 2020, le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoï, a fermement condamné la republication de caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo[1].

Accusant, par la même occasion, la classe politique française et en particulier le président Emmanuel Macron, Aksoï a déclaré, toujours selon la même dépêche, que cette publication ne pouvait être justifiée par l’invocation de la liberté de parole et d'expression artistique.

Elargissant ses accusations aux dirigeants européens, le porte-parole du ministère turc déclarait encore : « A chaque occasion, les démocrates autoproclamés servent la nouvelle génération de fascistes et de racistes en France et en Europe, en adoptant des pratiques qui augmentent la xénophobie et l'anti-islamisme ».

C’est sûr ! La grande démocratie turque où être Kurde, chrétien, arménien, grec… représente un risque vital et où être avocat, de gauche, démocrate, politicien d’opposition, laïc, femme, athée, agnostique…représente également un risque vital, peut donner des leçons de laïcité et de vivre ensemble à l’occident et notamment à la France.

La religion est doit demeurer une question privée et l’islamophobie n’a rien à voir là-dedans ; Charlie Hebdo a publié davantage de caricatures sur le christianisme, le judaïsme et d’autres religions, que sur l’Islam.

Enfin, toutes les idéologies peuvent être critiquées ; c’est l’essence même de la démocratie !

Détournement !

Je reviens un peu sur l’histoire récente de Charlie Hebdo, au moment où tout le monde, ou presque, était Charlie.

Un exemple ? Le Premier ministre turc en poste au moment des assassinats terroristes au siège de Charlie Hebdo, Ahmet Davutoglu, a assisté en bonne place à la tête du cortège, à la manifestation « Je suis Charlie » à Paris, aux côtés du président français !

Entre le « Je suis Charlie » et l’instrumentalisation de l’islamophobie, devenue le pain béni des islamistes de tout bord, il y a un monde, et ce monde s’appelle la liberté de penser et la liberté d’expression et d’opinion.

Aucune philosophie n’est sacrée ! Cette notion a été inventée par l’homme pour soumettre l’homme.

Et la Turquie ne peut donner des leçons de démocratie car aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur, le comportement de l’État turc est loin d’être exemplaire (j’aime les euphémismes !).

Une presse muselée

Par ailleurs, la presse en Turquie est dans sa presque totalité, entre les mains des amis et parents du président tout puissant.

Les journalistes, les juges, les enseignants, les intellectuels, les opposants, sont emprisonnés. Aucune voix discordante ne peut survivre dans ce pays !

Alors, la vérité et la réalité sont déformées et cousues sur mesure pour le pouvoir et le président élevé au rang de sage infaillible !

Un rapide coup d’œil à la presse turque nous démontre cette réalité, dans les pires circonstances qui soient.

La revue de la presse turque au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty est caractéristique : après avoir déjà traité le sujet pendant le week-end (en première ligne pour amplifier de plus en plus le thème des supposées dérives islamophobes et racistes observées en France à la suite de l’attaque), et sous le titre "ce meurtre est l'œuvre des services de renseignements", le quotidien Yeni Şafak revient spécifiquement sur le sujet : il évoque la décapitation d'un enseignant à Conflans Sainte Honorine pour avoir "montré une caricature insultant notre prophète" et indique que "ce meurtre et le fait que la police ait abattu un jeune et placé en garde à vue 9 personnes (il s’agit de la presse du 19 octobre 2020) dans le cadre de cette affaire ont fait gagner une nouvelle dimension à l'islamophobie". Le journal cite dans ce contexte le Secrétaire de l'Union internationale des érudits musulmans, Ali al-Qaradaghi, qui aurait fait remarquer que "l'affaire qui contient de nombreuses zones d'ombre pourrait avoir été planifiée par les services de renseignements français".

L’autre sujet qui a retenu l’attention de la presse turque est le projet du gouvernement français de lutter contre les séparatismes. Le traitement de ce sujet révèle le climat qui règne en Turquie en ce moment : le quotidien progouvernemental Yeni Şafak accuse en Une le Président de la République, Emmanuel Macron, de "stigmatiser les Musulmans". "Tandis que le gouvernement Macron a déclaré la guerre contre l'islam en France, des dizaines de mosquées et écoles privées ont été fermées sous prétexte de "lutte contre le radicalisme"", affirme le journal qui relaie le témoignage de deux Françaises, Selma Ajam et Karine Boissieux, qui "ne pouvant plus supporter les pressions, ont quitté la France et sont venues s'installer à Istanbul. Ajam a déclaré que Macron faisait de tous les Musulmans une cible avec sa rhétorique islamophobe". Sous une photo des deux Françaises, le journal relate le parcours de celles-ci : "Selma Ajam, d'origine algérienne, s'est exprimée ainsi sur ce qui l'a conduite à Istanbul : après mes études, j'ai cherché du travail. Mais on m'a fermé toutes les portes au nez. On me disait clairement que le fait que je porte le voile posait un problème. La haine s'est accrue avec les déclarations islamophobes de Macron. Même lorsque vous marchez dans la rue, quelqu'un peut vous interpeller et insulter votre foulard et votre religion. Quant à Karine Boissieux qui s'est convertie, à l'islam avec son époux, elle raconte que nombreux sont ses collègues qui avaient arrêté de la saluer au bureau : "ils se moquaient de moi lorsque je priais. C'était devenu insupportable. Mon mari aussi se débattait face à des problèmes similaires. Nous savions que nous n'avions plus d'avenir en France et nous avons donc décidé de quitter le pays".

Inutile de relever les amalgames et autres raccourcis qui mènent tous à stigmatiser l’islamophobie supposée être cachée derrière ce projet…

Un monde pire que celui imaginé par Orwell

La société turque muselée et traumatisée n’ose pas réagir, car, parallèlement au contrôle quasi orwellien imposé par le pouvoir, le nationalisme est également instrumentalisé. De cette manière, aucune force politique, laïque ou supposée l’être, n’ose contredire le pouvoir, car immédiatement traitée de « traitre à la patrie » !

L’exemple le plus typique est celui qui se déroule sous nos yeux actuellement : l’agression azerbaidjanaise contre l’Artkakh (Haut-Karabagh) et l’Arménie.

Depuis la fin septembre 2020, le conflit armé entre l’Azerbaïdjan d’un côté et l’Artsakh et l’Arménie, de l’autre, fait rage, après la nouvelle agression azerbaidjanaise. Malgré les accords de cessez-le-feu établis début octobre, les combats toujours à l’initiative de l’Azerbaïdjan, se poursuivent.

Enfin, plusieurs vidéos et témoignages directs montrent la présence et l’implication de mercenaires syriens, recrutés dans le nord-est du pays, aux côtés de l’armée azérie. Ces mercenaires, recrutés par la Turquie, ne souhaitent que l’instauration d’un État islamique au profit de la Turquie, qui a fait main basse sur l’Azerbaïdjan et rêve de joindre physiquement les deux territoires (turc et azéri), coupés par l’Arménie…

 

 

[1] Dépêche de l’Agence Anadolu.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • sylvain sylvain 22 octobre 2020 16:09

    oui l’EI a enfin trouvé un cadre puissant, reconnu et organisé et le gouvernement Turc les soldats fanatiques dont il avait besoin . J’espère qu’ils feront pas trop de bébés


    • Clocel Clocel 22 octobre 2020 16:52

      Bhé alors ! Il est très bien Iznogoud !? Vous n’aimez pas !?

      Allons, quand on entretient des relations avec les états pourris du golfe, on ne fait pas le délicat...

      Pis, s’il nous emmerde, c’est parce que ça arrange nos alliés américains, pas qu’on s’émancipe surtout...


      • Super Cochon 24 octobre 2020 19:01

        @Clocel
        .
        .
        Pays du Golfe ou Erdogan ! ...... on ne choisi pas entre la Peste et le Choléra !
        .
        .
        .


      • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 2020 22:02

        @Super Cochon
        En 2011 les traitres tenant le France en main avaient choisi le grand copinage avec Erdogan pour foutre la Syrie par terre : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-theoreme-de-bachar-el-assad-228001 . Maintenant il y a de la brouille... et bien tant pis pour eux ! Macron a beau faire le dur en glorifiant des caricatures à la con, ce n’est pas ça qui va ramener la sécurité (la vraie) en France.


      • Buzzcocks 22 octobre 2020 17:56

        Agoravox est le repaire des adorateurs de Trump.... or qui a laissé tomber les kurdes après service rendu contre l’IS ? Et qui a donc laissé les coudées blanches en Syrie aux troupes syriennes ? Ce ne serait pas notre ami Trump ?

        Bon, c’est vrai que l’europe n’a pas tellement pesé non plus mais on n’a pas d’armée. Donc on ne peut pas trop bander les muscles.


        • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 2020 22:04

          @Buzzcocks
          Trump n’est pas mon ami. Le seul avantage que je lui trouve c’est que les européistes le détestent et qu’il montre le vrai visage des USA. Biden sera pire dans les faits, plus sournois dans la communication, mais adoré par tous nos traitres inféodés.


        • Olivier 22 octobre 2020 18:51

          Le mégalomane Erdogan, après le coup de pied au cul qu’il a reçu en Syrie, se rabat sur les quelques Arméniens que les Turcs n’ont pu égorger en 1915. Pour l’UE il n’a aucune raison de se gêner, vu le niveau de lâcheté et de complicité qu’il est sûr de trouver à Bruxelles. En Syrie par contre, face à Poutine il file doux et notre matamore se faire tout miel...


          • binary 22 octobre 2020 21:28

            @Olivier
            C est des SU35 qui surveillent le ciel de l Arménie. Erdogan ne fera que ce qu on lui laissera faire.


          • Christian Slipenfer 1er 23 octobre 2020 01:36

            Il y à toujours l’épineux problème de la migration des entrepris européenne en en turquie, je n’est pas la liste ,mais c’est énorme.

            L’Union européenne à 28 demeure le premier partenaire commercial de la Turquie avec une part de marché stable (42% en 2018 et 41% en 2019) mais un volume d’échanges commerciaux en baisse de 7,4% par rapport à 2018. La Turquie a exporté pour 83 Mds USD de biens vers l’UE, qui absorbe ainsi 48,5% des exportations turques (contre 50% en 2018), et a importé pour 69 Mds USD de produits ...

            ça en fait des boulons et des robots reprogrammables ,quand ils aurons tout le gras en l’air pour nous maudire et pire peut-être ,les actionnaires feront quoi......, ? ça pas être facile de vitrifier tout ça .. smiley


            • vraidrapo 24 octobre 2020 19:18

              @Slipenfer 1er

              J’ai entendu le chiffre de 20,000 entreprises européennes qui sont implantées en Turquie.
              Et c’est Erdogaz qui fait du chantage sur l’UE...

              Si l’UE n’avait pas fait de la Mondialisation un dogme gravé dans le marbre, Erdogaz ne ferait pas tant le mariole... dans le dos du Yanki.

              Quand je pense qu’Erdogaz a fait charger 50 de ses sbires contre 12 manifestants à Washington !!!
              La technique de répression turque c’est le coup de pied dans la tête... ça se pratique aussi sur les femmes. Dans chaque turc sommeille un fou de ... balle

               smiley smiley


            • vachefolle vachefolle 25 octobre 2020 00:15

              @vraidrapo
              L’economie Turque est dans le rouge complet.
              La seule arme de Erdogan est son lacher de migrants, qu’il amene lui meme a la frontiere de l’UE en Bus.

              Sauf que en echange il touche les Milliards de Merkel.
              Donc en fait il n’a plus aucune cartouche contre l’UE.


            • vraidrapo 26 octobre 2020 07:39

              @vachefolle
              Donc en fait il n’a plus aucune cartouche contre l’UE.

              Erdogaz peut utiliser la tagadaktactique de l’Europe... faire tourner la planche à billets. En interne, le populo n’y verra que du feu. Il n’y a qu’au niveau des importations que ça risque de coincer. Pour le pétrole, il troque avec son vassal Aliyev contre des drones et les militaires mis à disposition.
              En conclusion, je pense qu’Erdogaz peut serrer les fesses encore quelques mois même si Merkel fermait le robinet.
              Cette vache de Merkel et surtout ses petits copains de l’Industrie, ne craignent finalement que le Yanki et le courroux juif... et comme Israël est avec les turcs depuis 1947...


            • DACH 23 octobre 2020 10:00

              A pétinos, bonjour. Oui votre constat peut se vérifier : un témoignage parmi d’autres, cette fois au niveau du climat en Turquie=

              Istanbul, 23 oct 2020 (AFP) - Ils ont beau avoir adopté un profil bas
              depuis le début des combats au Nagorny Karabakh, des membres de la petite
              communauté arménienne de Turquie se sentent sous pression du fait du soutien
              inconditionnel d’Ankara à l’Azerbaïdjan face l’Arménie dans ce conflit.
              Depuis le début des affrontements le 27 septembre, l’Arménie et les
              Arméniens en général sont en effet visés par un discours de haine par de
              nombreux politiciens et des médias turcs.
              "Les Arméniens autour de moi sont dévastés d’entendre depuis une dizaine de
              jours ’Les Arméniens sont ceci, les Arméniens sont cela’. En fait, nous
              étouffons. Lentement, jour par jour, heure par heure. Nous étouffons sous
              votre haine", a écrit Delal Dink le 8 octobre dernier dans Agos,
              l’hebdomadaire de la communauté arménienne de Turquie.
              Les mots de la fille de Hrant Dink, journaliste arménien assassiné en 2007
              à Istanbul, traduisent le climat d’inquiétude et de pression au sein de la
              communauté arménienne du pays depuis le début des hostilités au Nagorny
              Karabakh entre les séparatistes appuyés par l’Arménie et l’Azerbaïdjan.
              Le président Recep Tayyip Erdogan a à plusieurs reprises qualifié l’Arménie
              d’«  Etat voyou  », tandis que les chaînes turques évoquent de supposés "crimes de
              guerre" commis par les Arméniens.
              Des convois de voitures brandissant des drapeaux d’Azerbaïdjan, klaxonnant
              à tout-va et lançant des slogans de haine ont fait le tour des quartiers
              d’Istanbul connus pour être historiquement peuplés des Arméniens.

              - «  Je n’allume pas la télé  » -

              Pour de nombreux membres de la communauté, descendante des survivants du
              génocide arménien de 1915 et comptant aujourd’hui environ 60.000 membres
              vivant essentiellement à Istanbul, ces comportements ravivent leur malaise.
              "Je n’allume jamais la télé chez moi, mais je vois le discours de haine et
              la diabolisation des Arméniens qui y est propagé lorsque j’entre dans un
              magasin où les gens regardent les infos", raconte Silva Ozyerli, une
              Arménienne originaire de Diyarbakir, dans le sud-est du pays, et vivant à
              Istanbul.
              "Les médias et la rhétorique de l’Etat font de nous des ’ennemis’. Je me
              sens prise en otage", ajoute-t-elle.
              La vague de démocratisation du début des années 2000 en Turquie avait
              pourtant quelque peu amélioré le quotidien de la communauté arménienne, qui
              avait été, dans le passé, victime de nombreuses attaques et discriminations.
              Pour Yetvart Danzikyan, le rédacteur en chef d’Agos, la situation est
              aujourd’hui «  pire que dans les années 1990  ».
              "Les chaînes télévisées et les officiels répètent sans cesse à quel point
              l’Arménie est un pays ’terroriste’. L’Arménie est ensuite remplacé par les
              Arméniens dans les discours. Cela met naturellement les Arméniens de Turquie
              sous tension. On ne sait pas ce qui peut nous arriver dans la rue",
              s’alarme-t-il.

              - «  Traître  » -

              Lorsque des affrontements mineurs avaient eu lieu en juillet entre
              l’Arménie et l’Azerbaïdjan, suivis d’une accalmie qui a précédé les combats en
              cours, trois migrants d’Arménie avaient été attaqués et blessés par des
              inconnus à Istanbul, avait rapporté le journal Agos.
              "La montée d’un discours nationaliste est épuisante pour la communauté
              arménienne qui se sent asphyxiée et acculée", ajoute M. Danzikyan.
              Dans ce climat tendu, des appels pour la paix au Nagorny Karabakh
              deviennent inaudibles ou, pire, assimilées à une trahison.
              Garo Paylan, député arménien d’opposition du parti prokurde HDP, a été
              accusé d’être «  un traître  » par des groupes nationalistes pour avoir appelé la
              Turquie à «  ne pas mettre de l’huile sur le feu  » dans le conflit.
              "J’ai seulement dit qu’il n’y aurait pas de gagnants dans cette guerre.
              Etre contre la guerre a suffi pour que je sois désigné comme cible",
              affirme-t-il.
              Avant d’être assassiné en 2007 devant les locaux d’Agos, Hrant Dink s’était
              dit «  craintif tel un pigeon  » face aux menaces qu’il recevait.
              «  Nous vivons aujourd’hui craintifs tels des pigeons  », confie M. Paylan en
              écho aux mots de Hrant Dink.
              Pour le député, le climat de haine qui serait «  attisé par le gouvernement  »
              risque de provoquer des «  crimes de haine  ».
              «  Nous avons perdu Hrant Dink dans une atmosphère similaire  », prévient-il.
              "Seul un climat de paix et la fin des discours de haine peuvent assurer la
              sécurité de tous".

              Par Fulya OZERKAN et Burcin GERCEK

              par Ara Toranian le vendredi 23 octobre 2020

              • DACH 23 octobre 2020 10:02

                Autre témoignage de cet état faschisant qu’est devenu la Turquie du mamamouchi Erdogan=Un soldat Azéri, Emin Pashkhali Zahiroglu, prisonnier des Forces arméniennes de l’Artsakh a confirmé la présence d’officiers Turcs au sein de l’armée azérie. Selon ce soldat Azéri, ce sont les spécialistes militaires Turcs qui organisent cette guerre de l’Azerbaïdjan face à l’Artsakh. Il raconte que lors de son instruction militaire de préparation à la guerre, il y avait trois Turcs. «  On pouvait les remarquer par leur façon de parler et de leurs habits militaires. Les cours ils les réalisaient eux-mêmes selon leurs plans établis. Ces stages durèrent 10 à 15 jours. Ces Turcs se trouvent actuellement sur nos centres de commandement et sans leurs ordres, nos troupes ne peuvent pas agir seuls  » dit le prisonnier de guerre Azéri.
                Blessé et soigné dans un hôpital de Stepanakert, la santé du soldat Azéri est satisfaisante.

                par Krikor Amirzayan le vendredi 23 octobre 2020
                © armenews.com 2020

                • vraidrapo 23 octobre 2020 11:58

                  @DACH
                  le prisonnier de guerre Azéri. Blessé et soigné dans un hôpital de Stepanakert

                  Comme Stépanakert est sous les bombes, il n’est pas tiré d’affaire smiley
                  J’espère qu’une fois sur pied, il ne se mettra pas à égorger le personnel soignant...
                  Qui n’a pas en mémoire le coup de folie de ce fonctionnaire radicalisé qui a tué à l’arme blanche 4 de ses collègues à la Préfecture de Paris ?
                  Le fanatique est incontrôlable, on ne sait pas ce qui se mijote dans sa petite tête..


                • zygzornifle zygzornifle 23 octobre 2020 10:31

                  Et la grande Europe Islamiste qui prendra pour capitale Marseille ?


                  • karim 23 octobre 2020 11:10

                    @zygzornifle
                    .....et le monde qui prendra pour capitale Jérusalem (J.Attali)


                  • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 2020 22:12

                    @karim
                    Les deux iront ensemble...


                  • karim 26 octobre 2020 07:37

                    @V_Parlier
                    Jamais deux sans trois.


                  • vraidrapo 23 octobre 2020 10:56

                    Les Arméniens de Turquie (moderne) sous pression alors que le conflit fait rage en Artsakh

                    Istanbul, 23 oct 2020 (AFP) - Ils ont beau avoir adopté un profil bas
                    depuis le début des combats au Nagorny Karabakh, des membres de la petite
                    communauté arménienne de Turquie se sentent sous pression du fait du soutien
                    inconditionnel d’Ankara à l’Azerbaïdjan face l’Arménie dans ce conflit.
                    Depuis le début des affrontements le 27 septembre, l’Arménie et les
                    Arméniens en général sont en effet visés par un discours de haine par de
                    nombreux politiciens et des médias turc.

                    https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=70587

                    l’AFP n’étant pas connue pour son arménophilie débridée


                    Côté français : hier à 20hr, TF1 a donné un reportage du côté azéri....


                    • vraidrapo 23 octobre 2020 11:11

                      Un reportage de propagande turco-azéri sur TF1 provoque le scandale

                      Le Système est « indécrottable », dès que le peuple baisse la garde, ses mécanismes se remettent en action.
                      Le fort contre les faibles,
                      Le pétrole contre l’éthique.

                      DEMOCRATIE ASSASSINEE - ETHIQUE BAFOUEE

                      DIMANCHE 25 OCTOBRE A PARTIR DE 15HR DE LA PLACE DU TROCADERO JUSQU’AU QUAI D’ORSAY ( Cet État dans l’État)

                      Pour la Reconnaissance de l’ARTSAKH

                      TF1 qui s’est montré peu attentif à la «  guerre  » faisant rage au Haut-Karabakh depuis l’agression turco-azerbaïdjanaise du 27 septembre dernier a diffusé dans son journal de 20h du 22 octobre un reportage reprenant à son compte les éléments de langage de la propagande azerbaïdjanaise, sans le moindre recul critique, recoupement, vérification, sans la moindre mise en perspective. Cette partialité caricaturale a provoqué une flambée de protestations chez les téléspectateurs dont certains nous mis en copie de leurs lettres.

                      ...

                      https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=70588

                      Le courrier de M. Frédéric D résume l’indignation provoquée par cet acte de propagande en faveur des agresseurs, les dictatures des régimes Aliev et Erdogan, dans le cadre d’une « guerre » totalement inégale.


                      • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 2020 22:15

                        @vraidrapo
                        Il me semble que vous avez oublié le traitement de la guerre au Donbass, repris directement des bulletins la junte de Kiev. A côté les arméniens sont bien traités (même si j’admets que ce traitement est déjà douteux).


                      • vraidrapo 23 octobre 2020 11:22

                        Une autre falsification de la machine de propagande d’Aliyev  :

                        dans le film en langue arménienne, le drapeau azéri est agité par le vent tandis qu’aucune feuille de l’arbre ne bouge

                        https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=70578

                        (Le peuple azéri ignore toujours le nombre de ses morts ( près de 6000).

                        Les premières minutes de la seconde trêve avortée ont été mise à profit par les azéris pour pénétration des troupes tandis que leurs cadavres sont abandonnés à la décomposition et aux animaux de la faune locale...)

                        Reportage Human Right Watch :

                        Bombes à sous-munitions sur 3 villages arméniens

                        https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=70592


                        • vraidrapo 23 octobre 2020 12:03

                          @vraidrapo

                          y’a encore un truc qui m’interpelle...
                          Je pensais que pour accéder au paradis du « grand » allah, le corps devait être dans son intégrité... Si un animal bouffe des parties du corps humain, il faut traquer cet animal pour l’ajouter au linceul de mehmet ?
                          Les azéris vont avoir du boulot avec la recherche des animaux correspondant et de l’ADN ?


                        • vraidrapo 23 octobre 2020 20:41

                          @vraidrapo
                          Renseignement pris auprès d’un habitant de la Région, il y a beaucoup de cochons sauvages dans cette région du monde...
                          Le musulman n’a pas le droit de manger du cochon ! Qu’en est-il de la réciproque ?
                          Finalement, Aliyev n’est pas si croyant que les naïfs pourraient le penser.


                        • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 2020 22:16

                          @vraidrapo
                          Il n’est pas sûr que les meneurs soient réellement croyants. L’essentiel pour eux est que les hommes de main le soient.


                        • vraidrapo 23 octobre 2020 11:44

                          Quelques membres français du Comité Scientifique de l’Institut du Bosphore

                          Institut du Bosphore groupe de lobbying.

                          http://www.institut-bosphore.org/scientific-committee/?lang=fr

                          Augustin de Romanet ( PDG du Groupe ADP)

                          Alexandre Adler (Lui-même)

                          Béatrice de Clermont Tonnerre (Klépierre)

                          Bernard Guetta

                          Elisabeth Guigou

                          Pierre Lelouche

                          Thierry de Montbrial (IFRI)

                          Pierre Moscovici (Commissaire Européen)

                          Henri de Castries

                          Anne Lauvergeon (ex-Areva de FrançAfric)

                          Jean-Pierre Jouyet

                          Alain Juppé (droit dans mes bottes)

                          Catherine Tasca


                          Michel Rocard : Avant sa disparition pour un monde meilleur


                          • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 2020 22:18

                            @vraidrapo
                            C’est mignon. Je parie qu’il y en a déjà qui crache dans la soupe aujourd’hui quand le vent tourne.


                          • Esprit Critique 23 octobre 2020 16:31

                            Enfin un article sur un vrai problème !

                            La Turquie occupe Militairement et illégalement la moitié de Chypre, un petit morceau de Syrie, elle envoie des commandos en Lybie, au Liban, en Arménie ...

                            Elle n’a absolument pas sa place dans l’OTAN. Un de ces jours, si on le laisse faire encore, Erdogan devra être Vitrifié


                            • vachefolle vachefolle 25 octobre 2020 00:12

                              @Esprit Critique
                              Ou beaucoup plus simple et moins couteux : Remplacé aux prochaines elections en Turquie............


                            • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 2020 22:19

                              @Esprit Critique
                              C’est peut-être parce-qu’il fout la merde qu’il est tacitement protégé par l’OTAN.


                            • vraidrapo 23 octobre 2020 20:37

                              Les Franco-Arméniens ont protesté devant le siège de TF1 à Paris après le reportage scandaleux pro-azéri d’hier au Grand journal de 20hr.

                              Une commande du dictateur Aliyev à Bouygues !

                              https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=70622


                              • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 2020 22:20

                                @vraidrapo
                                On a sûrement dit à Macron que c’était pour glorifier les caricatures de CH, donc il s’est dit : C’est bon, tout va bien.


                              • DACH 24 octobre 2020 15:00

                                Une analyse qui tient compte des ambitions affirmées du mamamouchi Erdogan=

                                INTERVIEW DE MICHEL FOUCHER
                                «  Le but de guerre ultime d’Ankara est le contrôle par Bakou du Zanguezour  »

                                Extraits de l’interview à paraître dans le numéro de novembre de NAM de Michel Foucher, géographe, ancien ambassadeur, titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d’études mondiales (FMSH, Paris)

                                Nouvelles d’Arménie Magazine : Que cherche Ankara selon vous  ? 

                                Michel Foucher : Les autorités turques se sont lancées dans une offensive multi-directionnnelle qui joue sur divers registres : prendre la direction du monde sunnite et de la mouvance des Frères musulmans (à partir de la Syrie et de l’alliance avec le Qatar), affirmer une présence dans des fragments de l’ancien empire ottoman (Libye et Somalie), offrir aux pays dits «  turcophones  » (expression impropre, qui évoque la francophonie, alors que ces peuples ne parlent pas la langue turque même s’il y a une famille linguistique turcique) qui vivent en Asie centrale, dans le Caucase et demain, qui sait, dans le Tatarstan de Kazan en Russie, enfin s’afficher comme puissance maritime dans la «  patrie bleue  » en Méditerranée orientale.
                                Dans le cas précis du conflit actuel, je reste convaincu, comme je l’avais déjà écrit il y a trente ans dans «  Fronts et Frontières  », que le but de guerre ultime d’Ankara est le contrôle par Bakou du Zanguezour (province arménienne de Siounik) qui offrirait, via l’enclave azerbaïdjanaise du Nakhitchevan, un corridor terrestre entre la Turquie et la mer Caspienne. Ce projet est pris en compte dans le traité russo-turc de 1921 qui définit les limites des deux districts autonomes de l’époque, Nakhitchevan et Haut-Karabagh. Il est clair que ce changement territorial ne serait accepté ni par l’Iran ni par la Russie. Mais comme l’a compris Erdogan qui fait du Poutine, seul compte en ces temps d’affaissement des règles multilatérales, le fait accompli. Il lance des initiatives et il empoche ce qui marche, comme dans le nord de la Syrie ou à Tripoli, en Libye.

                                Nouvelles d’Arménie Magazine : La France en tant que coprésidente du groupe de Minsk, joue un rôle important dans la recherche d’une solution au conflit. Dénoncer l’Azerbaïdjan comme agresseur et la Turquie pour ses connivences avec les mercenaires djhadistes, comme l’a fait le président Macron, peut avoir des conséquences  ? 

                                Michel Foucher : Il est extrêmement rare en effet qu’un chef d’Etat désigne ouvertement un agresseur. Ceci est en soi un premier pas, évitant la querelle des communiqués sur les responsabilités, comme on le note maintenant quand le cessez-le-feu est violé. La ligne rouge évoquée par le Président français a été l’envoi de contingents de mercenaires syriens payés mille cinq cents dollars par mois et la connaissance par les services français, qui suivent de près les djihadistes présents en Syrie que d’autres acheminements étaient en cours. La Turquie a été prise en quelque sorte la main dans le sac et je suppose que c’est ce que le Président français, en tant que co-président du Groupe de Minsk, avait prévu de dire à son homologue turc lors de l’échange téléphonique annoncé le 2 octobre.

                                L’intégral de l’entretien sera à lire dans le numéro de novembre des Nouvelles d’Arménie.
                                https://www.armenews.com/spip.php?page=commander&etape=offres

                                Dernier ouvrage paru : Les frontières, CNRS éditions, 2020

                                par Ara Toranian le samedi 24 octobre 2020
                                © armenews.com 2020====

                                • DACH 24 octobre 2020 15:03

                                  Bizarre les copies... herewithe l’analyse annoncée =

                                  « Le but de guerre ultime d’Ankara est le contrôle par Bakou du Zanguezour »


                                  Extraits de l’interview à paraître dans le numéro de novembre de NAM de Michel Foucher, géographe, ancien ambassadeur, titulaire de la chaire de géopolitique appliquée au Collège d’études mondiales (FMSH, Paris)

                                  Nouvelles d’Arménie Magazine : Que cherche Ankara selon vous ? 

                                  Michel Foucher : Les autorités turques se sont lancées dans une offensive multi-directionnnelle qui joue sur divers registres : prendre la direction du monde sunnite et de la mouvance des Frères musulmans (à partir de la Syrie et de l’alliance avec le Qatar), affirmer une présence dans des fragments de l’ancien empire ottoman (Libye et Somalie), offrir aux pays dits « turcophones » (expression impropre, qui évoque la francophonie, alors que ces peuples ne parlent pas la langue turque même s’il y a une famille linguistique turcique) qui vivent en Asie centrale, dans le Caucase et demain, qui sait, dans le Tatarstan de Kazan en Russie, enfin s’afficher comme puissance maritime dans la « patrie bleue » en Méditerranée orientale.
                                  Dans le cas précis du conflit actuel, je reste convaincu, comme je l’avais déjà écrit il y a trente ans dans « Fronts et Frontières », que le but de guerre ultime d’Ankara est le contrôle par Bakou du Zanguezour (province arménienne de Siounik) qui offrirait, via l’enclave azerbaïdjanaise du Nakhitchevan, un corridor terrestre entre la Turquie et la mer Caspienne. Ce projet est pris en compte dans le traité russo-turc de 1921 qui définit les limites des deux districts autonomes de l’époque, Nakhitchevan et Haut-Karabagh. Il est clair que ce changement territorial ne serait accepté ni par l’Iran ni par la Russie. Mais comme l’a compris Erdogan qui fait du Poutine, seul compte en ces temps d’affaissement des règles multilatérales, le fait accompli. Il lance des initiatives et il empoche ce qui marche, comme dans le nord de la Syrie ou à Tripoli, en Libye.

                                  Nouvelles d’Arménie Magazine : La France en tant que coprésidente du groupe de Minsk, joue un rôle important dans la recherche d’une solution au conflit. Dénoncer l’Azerbaïdjan comme agresseur et la Turquie pour ses connivences avec les mercenaires djhadistes, comme l’a fait le président Macron, peut avoir des conséquences ? 

                                  Michel Foucher : Il est extrêmement rare en effet qu’un chef d’Etat désigne ouvertement un agresseur. Ceci est en soi un premier pas, évitant la querelle des communiqués sur les responsabilités, comme on le note maintenant quand le cessez-le-feu est violé. La ligne rouge évoquée par le Président français a été l’envoi de contingents de mercenaires syriens payés mille cinq cents dollars par mois et la connaissance par les services français, qui suivent de près les djihadistes présents en Syrie que d’autres acheminements étaient en cours. La Turquie a été prise en quelque sorte la main dans le sac et je suppose que c’est ce que le Président français, en tant que co-président du Groupe de Minsk, avait prévu de dire à son homologue turc lors de l’échange téléphonique annoncé le 2 octobre.

                                  L’intégral de l’entretien sera à lire dans le numéro de novembre des Nouvelles d’Arménie.
                                  https://www.armenews.com/spip.php?page=commander&etape=offres

                                  Dernier ouvrage paru : Les frontières, CNRS éditions, 2020

                                  par Ara Toranian le samedi 24 octobre 2020=


                                  • vachefolle vachefolle 25 octobre 2020 00:10

                                    Vous avez raison sur la turquie qui est devenu une dictature islamiste.

                                    Mais il y a un vrai espoir !

                                    TRump sera viré le 3 novembre et remplacé par Biden.

                                    Or je vous invite a relire les ecrits de Biden sur Erdogan en 2019, ca n’est pas tendre, et les senateurs US veulent lui faire payer les S400 russes.

                                    La monnaie Turque est deja en chute depuis que la victoire de Biden est dans les tuyaux.

                                    Bref, Erdogan va se retrouver tout seul, avec contre lui , l’UE, l’Egypte, les US, et la Russie. Et ce n’est pas en insultant Macron et en renvoyant son bateau petrolier en med, quil va se faire des amis.

                                    Dans 1 an la Turquie sera ejectée de l’OTAN de gré ou de force, ou rentrera dans le rang.

                                    Dans 2 ans la turquie partie en guerre civile aprés la défaite aux elections de Erdogan.


                                    • V_Parlier V_Parlier 25 octobre 2020 22:21

                                      @vachefolle
                                      Vous attendez quelque chose de positif de la part de Biden ? Mais vous rêvez debout !


                                    • Désintox Désintox 25 octobre 2020 11:23

                                      En effet, Erdogan est à la tête d’un régime particulièrement répressif.


                                      • troletbuse troletbuse 25 octobre 2020 22:53

                                        Pour combattre le Boucher de Damas (vous vous rappelez)

                                        Al-Nostra faisait du bon boulot (Fabtus)

                                        La France avec Hollandouille et le débris Le Drian voulaient destituer Assad qui n’avait pas le droit de vivre (Toujours Fafa)

                                        Les terroristes ont toujours0é té les alliés de la France. Alors les attentats ???

                                        Malheureusement pour nos politicards, la Russie est intervenue et les Amerloques ont laisser tomber. Alors on ne les a plus entendu.

                                        Belloubete, aux ordres de Micronimbus, et le terne Le Brian voulaient ramener nos amis djihadistes en France.

                                        Aujourd’hui, on ramène les enfants. Les parents suivront.

                                        Assad a du changer de métier vu qu’on ne l’appelle plus boucher.

                                        Tarlouzette peut faire des moulinets avec ses petits bras. Erdogan le tient.

                                        La France reçoit la monnaie de sa pièce.

                                        Heureusement Zorra le Covid est arrivé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité