• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le vote utile, c’est Bayrou !

Le vote utile, c’est Bayrou !

Bayrou est le candidat préféré des Français… mais il ne semblerait pas faire le poids face aux deux champions autoproclamés ? C’est l’heure de la clarification. Convaincre les modérés de droite qu’il est le plus apte à éviter le péril de la gauche. Et remettre dans le débat les valeurs qui fondent la cohésion nationale.

Le sondage IFOP paru dans "Paris Match" ce jeudi 23 février 2012 était particulièrement important (crucial !) pour le staff de François Bayrou. Alors que depuis fin janvier 2012, le candidat centriste est en palier dans les intentions de vote, entre 11 et 14%, et distancé par les trois autres principaux candidats, l’institut de sondages a (enfin) voulu tester des hypothèses de second tour autres que le duel imposé des médias Nicolas Sarkozy vs François Hollande.


Bayrou le préféré

Ce qui s’évaluait intuitivement peut désormais être quantifié avec cette étude réalisée les 16 et 17 février 2012. La conclusion est sans appel : dans tous les cas, François Bayrou est le meilleur candidat. Il s’agit de préférence et pas forcément d’intentions de vote car la question était : "Des deux personnalités suivantes, laquelle préférez-vous ?", ce qui explique le total différent de 100%.

François Bayrou est préféré à François Hollande avec 51% contre 48%.
François Bayrou est préféré à Nicolas Sarkozy avec 61% contre 37%.
Alors que François Hollande est préféré à Nicolas Sarkozy avec (seulement) 55% contre 42%.

Ces hypothèses de second tour sont intéressantes et confirment les sondages de popularité très élogieux pour le candidat centriste. Dans cette même étude, d’ailleurs, François Bayrou est le candidat qui recueille le plus de bonnes opinions avec 65% devant François Hollande à 57% et Nicolas Sarkozy à 17%.

Un deuxième sondage, cité par l'ami Hervé Torchet, donne le même genre de résultat. Il a été réalisé par OpinionWay pour "Lyon Capitale" et est publié le 24 février 2012. Comme pour l'IFOP, ce sondage ne donne pas des intentions de vote (c'est interdit) mais des préférences entre deux personnalités. Là encore, le total n'est pas égal à 100% à cause des sans-opinion.

François Hollande est préféré à François Bayrou avec 46% contre 45%.
François Bayrou est préféré à Marine Le Pen avec 68% contre 25%.
François Bayrou est préféré à Nicolas Sarkozy avec 56% contre 35%.
Alors que François Hollande est préféré à Nicolas Sarkozy avec (seulement) 51% contre 40%.

Dans les deux sondages, ce qu'il ressort est que François Bayrou battrait plus largement Nicolas Sarkozy que ne le ferait François Hollande et dans l'hypothèse d'un duel entre François Bayrou et François Hollande, il y a une certaine équivalence (les indéterminations dans les sondages étant de plusieurs %). Ce qui signifie que rien n'est joué pour François Hollande.


Infléchir son positionnement ?

À la veille de son très important discours sur la démocratie et les institutions, troisième pilier de son projet présidentiel (le samedi 25 février 2012 à 14h00 à la Maison de la Chimie, retransmis sur LCP), François Bayrou va devoir sérieusement réfléchir à une inflexion de sa campagne.

Car il risque de se retrouver dans la même situation qu’en 2007 ou dans celle de Raymond Barre en 1988, plus apte à battre François Mitterrand au second tour mais incapable de franchir le premier tour.

Tous les arguments sur le vote utile pourraient donc se retourner en faveur de François Bayrou puisque, dans les deux hypothèses, il est le meilleur (en tout cas, celui qui aurait les plus grandes chances de l’emporter, même si face à François Hollande, cela resterait quasiment un ex æquo).

Le problème, et c’est sans doute le principal reproche qu’on lui fait depuis cinq ans, c’est qu’il ne serait pas "lisible". En votant pour Bayrou, on ne sait pas contre qui on voterait, puisque cela dépendrait de l’autre candidat présent au second tour. Face à Nicolas Sarkozy, on penserait que François Bayrou serait de gauche et face à François Hollande, qu’il serait de droite.

À cela, le candidat de la troisième voie répond tranquillement qu’il est étrange qu’on ne sache compter que jusqu’à deux et pas jusqu’à trois. Il est vrai que dans notre société de plus en plus numérique, tout se bipolarise entre 0 et 1, entre ouvert et fermé, entre vide et plein…

yartiBayrou2012021502


Pas de ni-ni qui compte

Pourtant, il y a, à mon sens, un réel problème de positionnement et ce n’est pas un hasard si Martine Aubry, la première secrétaire du PS, a encore fustigé le 22 février 2012 à "Questions d’Info" sur LCP et France Info sa politique du "ni ni". On ne peut pas jeter en l’air : "venez derrière moi et nous irons vers la victoire" à tout le monde, de gauche, du centre et de droite. Certes, tout repose sur son programme qui est sérieux et se différencie autant de celui de l’UMP que du PS. Mais le positionnement politique doit malgré tout être clarifié.

La situation est d’ailleurs très claire maintenant. François Hollande a réussi, depuis le 22 janvier 2012, contre toute prévision, à fédérer autour de lui le PS et tous les mouvements de la gauche non souverainiste (à tel point qu’il siphonne l’électorat écologiste), et à créer une dynamique très solide. De son côté, Nicolas Sarkozy est entré de façon très dynamique en campagne, le 15 février 2012, renforçant ainsi la bipolarité de la campagne et la sarkhollandisation de l’espace médiatique.


Une UMP encore plus décentrée

En entrant en campagne, Nicolas Sarkozy a accentué les thèmes qui divisent et qui stigmatisent, cherchant à l’évidence à reprendre le dessus sur l’électorat de Marine Le Pen. Or, cette position qui écorche les valeurs républicaines (qui ont toujours été strictement défendues tant par la gauche que par la droite jusqu’en 2007) met très mal à l’aise toute l’aile démocrate sociale de l’UMP, en particulier des personnalités comme Pierre Méhaignerie, ainsi que les sympathisants du Nouveau centre et les radicaux qui vont avoir chacun un important congrès, respectivement le 25 février 2012 et le 10 mars 2012, pour se déterminer dans l’élection présidentielle après les retraits d’Hervé Morin et de Jean-Louis Borloo.

Ce qu’a d’ailleurs expliqué François Bayrou le 23 février 2012 sur iTélé, aux membres du Nouveau centre, est assez simple : « S’ils examinent le plus profond de ce qu’ils croient, ces valeurs, cette vision de l’avenir, les choses qui nous paraissent précieuses, tout cela ne peut être défendu que par une candidature du centre indépendante. ».

Autrement dit, en se soumettant à Nicolas Sarkozy dès le premier tour, comme les y incite Hervé Morin, les centristes du Nouveau centre renonceraient définitivement à exister. François Bayrou pourra toujours le redire aux radicaux dans deux semaines. Tout le monde sait qu’il a raison. Ces deux partis centristes (qui se sont déchirés pendant la fausse campagne de Jean-Louis Borloo et d’Hervé Morin) n’auront aucun rapport de force avec l’UMP. Ils se sont vassalisés comme les radicaux de gauche de Jean-Michel Baylet avec le PS depuis l’union de la gauche en 1972.


Gagner le premier tour sur le centre droit

Car le réalisme, c’est de faire un état des lieux de l’opinion publique. Si Nicolas Sarkozy réussit à se rapprocher de François Hollande au premier tour dans les sondages, la base hollandiste est nettement plus solide. François Bayrou ne peut plus aujourd’hui envisager le cas de figure où François Hollande arriverait en troisième position. Hypothèse qu’avait pu aussi imaginer Nicolas Sarkozy pour gagner dans un duel face au FN comme en 2002.

Donc, le seul argument valable pour relancer une dynamique de victoire, c’est que François Bayrou se présente aux Français comme le plus apte à battre François Hollande en particulier et la gauche en général, c’est-à-dire, à éviter que la France s’enfonce dans un endettement excessif et une aventure financière (ce sont les socialistes Michel Rocard et Didier Migaud qui l'affirment) qui pourrait aboutir à des lendemains qui seraient loin de « réenchanter le rêve français ».

Il y a un risque à cela, celui de se cliver lui-même. Mais cette clarification est désormais nécessaire : elle est attendue du côté des parlementaires UMP qui n’en peuvent plus des provocations électoralistes quotidiennes de Nicolas Sarkozy.


Des valeurs fondamentales en jeu

François Bayrou serait par ailleurs une belle solution pour gagner sur les valeurs.

Refuser que les valeurs républicaines soient bafouées à droite par la stigmatisation des personnes, immigrés, chômeurs, fonctionnaires.

Mais refuser aussi que d’autres valeurs, familiales et éthiques, soient bafouées à gauche par la suppression du quotient familial, par la facilitation dangereuse de l’euthanasie alors que la loi Leonetti de 2005 n’est même pas connue des médecins, par le mariage des couples homosexuels sans prendre en considération qu’une partie non négligeable de la population serait choquée par l’escamotage d’une des dernières institutions appréciées, ou encore par l’autorisation de l’expérimentation des cellules souches en faisant fi des barrières morales qui se posent lorsqu’on détruit des embryons humains (« La recherche sur ces cellules est riche de promesses pour soigner et sauver des vies. » selon François Hollande à Évry le 22 février 2012).

Juste pour rappel à propos de l’euthanasie, le récent rapport de l’Observatoire sur la fin de vie (publié le 14 février 2012) est très inquiétant : aux Pays-Bas et en Belgique, un tiers des patients euthanasiés n’avaient pas formulé de demande explicite ! En Belgique, en effet, 32% des actes d’euthanasie sont réalisés sans demande explicite du patient : « Ce constat pose évidemment de nombreuses questions éthiques et juridiques. » (p. 160 du rapport), d’autant plus que ce sont les personnes les plus faibles qui sont concernées.

Pour moi, cette légalisation de l’euthanasie active (l’euthanasie passive est déjà légale depuis sept ans avec la loi Leonetti, j’insiste sur ce point) mettrait en péril les personnes les plus défavorisées au même titre que la stigmatisation outrancière des immigrés ou des chômeurs met en péril les personnes les plus fragiles de la société.


Valeurs contre valeurs

Il s’agit bien de cela : un enjeu à la fois économique et social (comment résoudre la crise ? au sein de l’Europe ou en s’isolant ?) et un enjeu sur les valeurs. En cela, le projet présidentiel de François Bayrou est unique, original, et cohérent. Par ailleurs, son cheminement personnel le rend authentique, sincère et courageux.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (24 février 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
L’État impartial.
Respecter les Français.
Le sondage de l’IFOP-"Paris Match" du 23 février 2012.
À quoi sert le Nouveau centre ?


(Photographies : François Bayrou sur Canal Plus le 15 février 2012).



yartiBayrou2012021504


Moyenne des avis sur cet article :  2.77/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • Yvance77 24 février 2012 09:36

    Les post inutiles... c’est Sylvain !


    • Fergus Fergus 24 février 2012 17:52

      Bonjour, Yvance.

      Inutile, peut-être pas, mais manipulateur et même malhonnête car ce sondage est présenté par l’auteur comme un sondage d’intentions de vote de 2e tour en début d’article. Certes, la question posée par les sondeurs, et portant en l’occurrence sur la préférence, est ensuite précisée dans l’article, mais sitôt après l’auteur réemploie le terme d’intentions de vote, ce qui est faux car le vote ne répond pas à la préférence mais à l’utilité de voter pour tel ou tel candidat, indépendamment des questions de sympathie.


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 24 février 2012 18:06

      Fergus, qui veut toujours faire le docte, ne sait pourtant pas bien lire puisque justement, je précise que ce ne sont pas des intentions de vote mais une préférence et j’insiste même, à l’occasion du second sondage, en indiquant qu’il est interdit de tester des seconds tours (car tout est très réglementé). Et j’évoque très clairement qu’au contraire, les intentions de vote pour François Bayrou sont sur un palier. Relisez donc !

      Alors, qui fait dans la manipulation ?
      Allez, je préfère mettre sur le compte d’un problème de lecture.
      François Bayrou s’est beaucoup investi depuis vingt ans dans l’illettrisme.
      Voulez-vous prendre un rendez-vous ?

      Cordialement.


    • Fergus Fergus 24 février 2012 19:23

      @ Sylvain Rakatoarison.

      Oui, c’est précisé dans le corps de l’article (je l’ai mentionné dans mon commentaire) mais précédé au début de la mention « hypothèse de second tour », mention volontairement répétée sous la même forme « hypothèse de second tour » après la citation de ces scores de préférence comparés. Comment appelez-vous cela ?

      Bonne soirée.


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 24 février 2012 19:44

      A Fergus,

      Eh oui, la manipulation, c’est de confondre « intentions de vote » qui est une expression très précise (et réglementée, je le répète) et « hypothèses de second tour », qui est vague et une expression personnelle pour indiquer qu’on a un peu contourné la réglementation pour tester d’autres duels (et j’explique quelques mots après très clairement qu’il s’agit de préférences). Alors, à part pour des personnes comme vous qui ne lisent que la première phrase des articles, je ne vois pas où est la manipulation ? Cela fait un peu léger comme critique, je m’en réjouis.

      Bonne soirée.


    • Fergus Fergus 24 février 2012 23:06

      @ Sylvain.

      Vous avez raison, je n’ai lu que la moitié de l’article, étant donné le caractère manipulateur de la première partie. Car vous jouez sur les mots : « hypothèses de second tour » revient clairement à évoquer des « intentions de vote », et vous le savez parfaitement car c’est dans ce but que vous l’avez rédigé ainsi. Or ce n’est pas du tout ce que mesurait cette enquête !

      Bonne nuit.


    • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 25 février 2012 00:52

      Mon bon Rako, qui fut d’abord contempteur de l’abominable Sarkozy, se rabat aujourd’hui, par défaut, sur Bayrou. C’est un réel progrès, je l’avoue. Reste qu’au jour venu il faudra, certainement, choisir entre le barbare urbain de Neuilly et le gentil corrézien Hollande.

      Encore un effort, Rako, et dans cinquante jours, entre les talonnettes et les sabots, tu choisiras les sabots.


    • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 28 février 2012 08:07

      Eh oui, Fergus, vous affichez votre mauvaise foi dont vous êtes coutumier, celle entre autres de commenter précipitamment les articles sans les lire. Cela occupe vos journées, au moins, c’est bien.

      Cordialement.


    • Marianne Marianne 24 février 2012 10:30

      Merci Sylvain. Cela me rappelle un billet que j’avais publié sur Agoravox le 6 mars 2007 (ceux qui votaient pour Ségolène Royal savaient bien qu’elle serait battue et s’ils avaient voulu éviter la victoire de Sarkozy, ils devaient voter Bayrou, CQFD) :

      « Et si le vote utile, c’était François Bayrou ? »

      Les sondages sont ce qu’ils sont, mais peuvent être bien utiles pour « voter utile ». Même et surtout lorsqu’ils font l’hypothèse d’un second tour qui paraît absurde avec Bayrou, qui n’est que troisième sur l’hypothèse du premier tour...

      Bayrou monte inexorablement dans les intentions de vote : aujourd’hui à 20%, derrière Ségoléne Royal à 27% et Nicolas Sarkozy à 28%, le Pen restant en retrait à 14%. Sa cote de popularité arrive en tête avec 58%, devançant les deux principaux concurrents à 51%. Et surtout, un sondage paru la semaine du 14 février, faisant l’hypothèse de la présence de Bayrou au second tour le donnait gagnant à 52% contre Sarkozy et à 54% contre Royal. Un sondage du 26 février et du 28 février par l’Express sur Internet donne des résultats encore plus prononcés : 62% pour Bayrou contre 32% Sarkozy et 66% pour Bayrou contre 26% Royal.

      Cette hypothèse de présence de Bayrou au second tour en hérisse plus d’un, qui dénoncent l’inanité de l’hypothèse puisque ce dernier n’est que troisième au premier tour dans les sondages. Or, cette hypothèse n’est plus du tout absurde et permet de voir que c’est bien le candidat préféré des français en synthèse, conforté par le vote de popularité. Par ailleurs, il permet de démontrer que Bayrou est le seul à pouvoir battre Sarkozy ! Les socialistes et plus généralement les « anti-Sarkozy » ont donc tout intérêt à miser sur Bayrou en vue du deuxième tour plutôt que pour Royal donnée d’avance perdante...


      • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 24 février 2012 18:25

        Bonjour Marianne,

        Je vois que j’ai presque plagié votre titre à cinq ans d’intervalle.
        Toutes mes excuses !!

        François Bayrou est le seul capable de casser ce système ubuesque UMP/PS et de renouveler et recomposer la classe politique. Tous les autres qui le prétendent trompent leurs électeurs car ils n’auraient pas les moyens de faire ce qu’ils revendiquent.

        Cordialement.


      • Txotxock Txotxock 24 février 2012 11:00

        Tiens, le clan des groupies.


        • Gillesdd Gillesdd 24 février 2012 11:29

          F. Bayrou a critiqué, beaucoup, Sarkozy et sa politique ces dernières années. Q’en a t’il été dans les faits ?
          Il a toujours, lui et ses amis, voté avec la droite.
          Il a, lui ou ses amis votés pour sur tous les budgets soumis par les gvt de droite.
          S’il critique maintenant les déficits, il ne fallait pas voter les budgets.
          Ou est la ligne de conduite cohérente dans tout cela ?Que fera t’il de différent s’il parvient au pouvoir ?
          J’ai beau chercher... Peut être peut il en dire plus sur ce sujet ?
          Ce centre qui n’est pas un centre puisqu’il est à droite, ne peut faire autre chose qu’appliquer une politique de droite. Nous l’avons vu avec Giscard.
          La forme sera certainement différente, c’est tout.


          • ecophonie ecophonie 24 février 2012 11:59

            Oulah, le vent se lève, vous venez d’invoquer le grand architecte, ça sent la tempête...


          • Marianne Marianne 24 février 2012 12:32

            Ce que vous dites est COMPLEMENT FAUX. Bayrou n’a pas voté le budget depuis 2007, il avait même voté avant la censure du gouvernement. Il s’est opposé (seul, car le PS était bien timoré ...) à la privatisation des autoroutes et à l’arbitrage privé en faveur de Tapie, au bouclier fiscal, à l’ouverture des magasins le dimanche, et à bien d’autres sujets ...


          • ecophonie ecophonie 24 février 2012 13:48

            Ce que dit Marianne est vrai, suffit de taper Bayrou budget gouvernement dans google et hop


          • Gillesdd Gillesdd 24 février 2012 18:17

            Après vérif, je reconnais avoir diffusé une fausse information. Depuis 2007 F. Bayrou a voté effectivement contre.


          • Gasty Gasty 24 février 2012 11:32


            Si vous le permettez mon cher Sylvain ( vous permettez que je vous appelle Sylvain ?), je vais faire brièvement l’historique de la situation !
            Aux dernières élections, souvenez-vous la situation pour n’être pas pire que celle d’aujourd’hui n’en n’était pas des plus meilleure , vous êtes bien d’accord n’est-ce pas ? !
            Déjà nous allions vers la catastrophe, nous le savions ...
            Nous en connaissions les causes !
            Car il ne faudrait pas croire que les responsables d’hier étaient plus ignorants des causes que ne le sont ceux d’aujourd’hui !

            Oui la catastrophe était annoncée !

            C’est-à-dire qu’en fait elle devrait être dénoncé et combattu !
            Or, que voyons-nous aujourd’hui ?
            Qu’elle est toujours là !
            Alors je vous pose la question, mon cher Sylvain :
            Est-ce en remettant toujours au lendemain ce combat contre les causes de la catastrophe, que nous arriverons un jour à nous en sortir ?
            D’ailleurs je suis bien d’accord avec votre analyse.... que si le gouvernement actuel n’est pas capable d’assurer la catastrophe, il est possible que François Bayrou s’en empare !

            D’après une idée réactualisé de Raymond Devos.


            • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 24 février 2012 18:19

              Bravo à Gasty-Devos !


            • interlibre 24 février 2012 11:38

              Pour moi, le vote « utile » c’est voter pour d’autres partis que ceux qui se partagent le pouvoir depuis plus de 40 ans. Voter pour les mêmes depuis 40 ans et se plaindre ensuite de la situation c’est être un con.


              • Pale Rider Pale Rider 24 février 2012 11:47

                Merci pour cet article remarquablement argumenté. D’une part, sur les valeurs, entre Sarko qui est d’une insincérité ignoble, et Hollande qui se laisse porter par les opinions dominantes ou réputées telles, Bayrou fait preuve d’un certain courage.
                Quant au positionnement, il s’affine peu à peu : Bayrou a dit beaucoup de mal de Sarko (et il a raison) : la porte de l’UMP tendance sarkozienne est donc close. Tant mieux !
                De l’autre côté, impossible de seulement suggérer une alliance avec Hollande. C’est trop tôt.
                Moi, je rêve d’un ralliement clair de Rocard à Bayrou. ça avait déjà failli se faire, à en croire un livre récent. Ce serait le miracle qui permettrait à Bayrou de décoller. Rocard est extrêmement estimable et honnête. Ah ! s’il pouvait venir à notre aide ! A son âge, il a prouvé sa liberté de parole.


                • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 24 février 2012 18:31

                  A Pale Rider,

                  Le PS a au moins cet atout qu’il y a une solidarité de parti (que n’a pas l’UMP). Malheureusement, elle se fait au détriment de l’intérêt national. Quand on est capable de si bien diagnostiquer l’irréalisme notoire du programme de Hollande et continuer à le soutenir, il y a de quoi parler d’irresponsabilité.

                  Aux électeurs de prendre leurs propres responsabilités.

                  Cordialement.


                • Pyrathome Pyrathome 24 février 2012 12:09

                  Le vote utile, c’est tout sauf sarko/lepen.....


                  • anatole archibald anatole archibald 24 février 2012 12:11

                    Oui mais pourquoi faire ?

                    Aucun candidat n’a de réel solution indolore pour un Revenu Minimum Décent, pour annihiler les déficits, résorber la dette, relancer les investissements. La seule méthode préconisée par nos candidats est de déshabiller Pierre pour habiller Paul.

                    Je suis d’avis que la société civile initie un coup d’état électoral à la présidentielle accompagné d’un hold-up aux prochaines législatives pour instaurer le Revenu Minimum Décent, annihiler les déficits, résorber la dette en dégageant les liquidités nécessaires à la relance des investissements. Et ce n’est pas because vous ne savez pas comment faire que c’est impossible à faire.

                    Ce serait utile et de salubrité publique


                    • ecophonie ecophonie 24 février 2012 12:46

                      Commence, on te suit.


                    • anatole archibald anatole archibald 24 février 2012 13:24

                      pourquoi suis je donc la ? sinon ... commencer le job. Alors t’en es ?


                    • ecophonie ecophonie 24 février 2012 14:23

                      Bah non...

                      Y a une élection, j’y crois encore un peu mais retente en Mai.


                    • Bulgroz 24 février 2012 12:15

                      Attention, vote ultra important au Congrès du Parlement sur un sujet ultra important. Le groupe Modem vote d’un bloc oui et non à la fois.

                      CONGRÈS DU PARLEMENT - SÉANCE DU 04/02/2008

                      SCRUTIN PUBLIC SUR le projet de loi constitutionnelle modifiant le titre XV de la Constitution.

                      Nombre de votants  : 893
                      Nombre de suffrages exprimés : 741
                      Majorité requise : 445
                      Pour l’adoption : 560

                      Contre : 181

                      DEPUTES NON INSCRITS (7)

                      Pour : 3
                      dont François Bayrou

                      Contre : 4
                      dont Jean Lassalle

                      Chapeau Bayrou pour la conviction

                      Tous derrière Bayrou.


                      • Hervé Torchet 24 février 2012 13:21

                        Ça vous emmerde donc tant que ça que, chez Bayrou, chacun vote selon sa propre conscience ?


                      • mrdawson 24 février 2012 15:23

                        Lorsqu’on s’est habitué à avoir une majorité qui sert de chambre d’enregistrement dans le parlement on à effectivement du mal à se faire aux votes propres, hein Zorglub ?


                      • mortelune mortelune 24 février 2012 12:34

                        On a un gugus aux commandes qui insulte les gens et ils veulent mettre un autre gugus qui gifle les gamins. Vous aimez les coups ou vous faites expres d’être stupide ?

                        Un homme d’état qui ne garde pas son sang froid à toutes occasions est dangereux pour un pays (surtout pour ses habitants du reste). Imaginez qu’Obama lui fasse les poches à votre Bayrou, vous pensez qu’il va le frapper ? 
                        je suis certaine d’une chose par contre, il ne giflera pas les financiers qui vous font les poches.


                        • Taverne Taverne 24 février 2012 12:36

                          Bayrou, lui, aurait su garder la dette froide...


                        • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 24 février 2012 18:35

                          A Mortelune,

                          François Bayrou a présenté ses excuses à la famille quelques jours plus tard et a regretté que ces images soient encore diffusées dix ans après, pas pour lui mais pour le gamin qui a le droit à la discrétion et à l’oubli.

                          C’est sûr que ne pas bouger un seul cil quand on reçoit un paquet de farine donne toutes les caractéristiques pour bien présider la France...

                          Cordialement.


                        • Taverne Taverne 24 février 2012 12:40

                          La terreur de Sarkozy et de Hollande, c’est d’avoir Bayrou au second tour car Bayrou peut les battre. Perso, je serais pour leur offrir ce grand moment de montée d’adrénaline.


                          • joelim joelim 24 février 2012 14:37

                            S’il peut émerger en troisième c’est clair qu’il faut voter pour lui, histoire de niquer les deux têtes de liste de l’Eurocratie... 

                            Mais je préfère Asselineau, bien plus intelligent et lucide.

                          • joelim joelim 24 février 2012 14:37

                            en deuxième


                          • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 24 février 2012 18:39

                            A Taverne,

                            Oui, le duel Bayrou/Hollande sera très incertain. Cela redonnera place à un vrai débat de société, avec des enjeux sur les valeurs (entre autres) et sur la gouvernance (considère-t-on les électeurs comme des adultes ou peut-on leur dire n’importe quoi ?).

                            Dans tous les cas, rien n’est plié.
                            Les socialistes se sont déjà répartis les postes, erreur...

                            Cordialement.


                          • Hervé Torchet 24 février 2012 13:28

                            Les gens de centre gauche ont encore peur que Sarkozy ne puisse rebondir. Or il est impossible qu’il rebondisse.

                            Bayrou, lui, peut rebondir, il l’a déjà fait et s’il est vrai qu’un report massif de la droite modérée sur lui pourrait épargner à la France l’erreur Hollande, il existe aussi un vote d’adhésion de centre gauche qui peut encore rejoindre Bayrou. Donc tout n’est pas joué. De ce fait, je partage la plupart des excellentes analyses de Sylvain, sauf sur le point de la polarisation. Ceux qui s’embarquent avec Sarkozy sont tous déjà morts et cette lucidité devrait suffire à convaincre les électeurs de droite républicaine et modérée de rejoindre Bayrou.

                            Et enfin, bon sang, qu’est-ce que ça les emmerde, que le centre soit encore vivant !


                            • Sylvain Rakotoarison Sylvain Rakotoarison 24 février 2012 18:45

                              Salut Hervé,

                              Oui, tu as raison sur ceux qui sont dans le même bateau que l’UMP. Une étiquette qui risque de faire comme en mars 2011 ou mars 2010, contreproductive. Car après la présidentielle, il y a les législatives puis l’après-2012, tant à l’UMP qu’au « centre » qui se réorganisera obligatoirement (tout le monde le dit, même au NC). Je prévois des voies de garage pour quelques destinées pleines d’espoir...

                              Amitié.


                            • Sarbacanne 24 février 2012 13:40

                              Et bien je suis une citoyenne venant de la gauche, et mon vote ira à Bayrou ; mais dans cet article au lieu de parler de stratégie je préfèrerais les convictions.. Où sont-elles celles des Morin -Borloo- Villepin ? ce ne me semble pas à Bayrou de faire un signe, mais davantage aux autres de savoir où ils habitent réellement. Après s’ils préfèrent des postes à l’intérêt général, c’est leur affaire pas celle de Bayrou. D’ailleurs on pourrait faire le même raisonnement à gauche : lorsqu’on voit un Michel Rocard, certes vieillissant, mais gardant tout de même une bonne analyse dire : « Le programme économique de François Hollande est irréaliste mais je voterai pour lui parce-qu’il est socialiste, que la culture française c’est droite-gauche... », et par ailleurs avoir de l’affection morale pour François Bayrou, je me dis que c’est tout de même assez grave, pour une étiquette partisane, de ne pas choisir dans l’intérêt du pays et de ses concitoyens. C’est pour cela que j’ai quitté le PS.


                              • musashi 24 février 2012 15:21

                                Effectivement l’attitude de Rocard est typique du mal actuel de notre démocratie. Les politiques qui nous gouvernent ne prennent plus des décisions pour le bien général de la France ou des français mais pour leurs intérêts personnels ou les intérêts de leur parti.

                                Les naufrageurs dehors avec F.Bayrou smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès