• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Zeugme « Zupiter »

Le Zeugme « Zupiter »

Le global n'est pas et même hait l'universel.

Le premier, né et développé sous les bons soins de l'Europe moderne (colonialiste en diable) est tout ensemble capitaliste, individualiste, raciste et nationaliste. L'actualité mondiale est aujourd'hui prisonnière de ce quadrilatère de forces négatrices de l'Autre dont un Donald Trump est devenu l'image "exemplaire".

Le second, venu du plus "profond regard " (c'est une des étymologies grecques...) d'Europe, a été, tout au long de son histoire (grecque, romaine, chrétienne, révolutionnaire), en quête d'une quadruple logique de vérité (dialogique-dialectique-démocratique), du droit (civil, commun, naturo-écologique), de l'amour (fraternel, inclusif, solidaire) et de la liberté (personnelle, responsable, rationnelle et véritable).

Nous, Européens, avons à choisir entre poursuivre dans la voie du global (dont l'U.E. actuelle se veut la servante obéissante) ou "refonder l'Europe" pour la mettre en marche vers l'universel.

On le sait, notre Président, ce « Dieu avec nous » (sens hébreu de son prénom) se hisse volontiers jusqu'au divin Zeus ou Jupiter.

Pour l'euphonie, nous l'appellerons « Zupiter » car nous décelons en sa « pensée complexe  » toute la stylistique du Zeugme (syntaxique et sémantique, sans oublier les figures proches que sont la syllepse de sens, l'hendiadys, la concaténation et l'anacoluthe).

Atteler (zeûgma = « joug, lien ») ensemble le concret et l'abstrait (« il marchait...vêtu de probité candide et de lin blanc » ; V. Hugo, « Booz endormi »), ainsi fait le zeugme. Le zeugme « zupitérien » va plus loin en ce qu'il fait « fraterniser les impossibilités  », comme le notait Karl Marx à propos de la confusion générale que crée l'Argent (http://palimpsestes.fr/textes_philo/marx/argent-manuscrits.html).

Ainsi seraient réunies la gauche et la droite. Mais aussi, l' « efficacité et la justice ». La rigueur comptable et l'appel à l'Amour (dernier mot de son allocution du Louvre au soir de son élection). La défense des « intérêts supérieurs de la Nation » et celle d'une éthique de l' « Homme libre, conscient (sic) et critique  ». La liberté égocentrique de « faire » (...de l'argent) et la protection altruiste des démunis. La « fraternité  » et le rejet des « assistés permanents de l'Etat  ». Le « principe d'effectivité », soit : « l’application concrète, tangible, visible des principes qui nous guident » (toutes ces citations sont tirées du discours de Versailles http://www.elysee.fr/declarations/article/discours-du-president-de-la-republique-devant-le-parlement-reuni-en-congres/) et son abandon en rase campagne ...

 

En effet, que voyons-nous à ce jour de sa volonté de «  refonder l'Europe » ?

Là où nous attendions que changent les « images et les usages  », Mr. Macron a renforcé le soi-disant couple franco-allemand sans interroger jamais les limites de cette « image » plus qu'obsolète. Et il s'est engouffré à son tour dans cette politique du « cavalier seul » dont on peut à bon droit reprocher à la chancelière allemande un « usage » par trop fréquent (gestion « impériale » de la crise grecque, entrée massive de migrants, accord avec la Turquie, commerce gazier avec la Russie ; voir sur ce point http://www.ilsole24ore.com/art/commenti-e-idee/2017-08-26/la-governance-ue-e-l-azionista-maggioranza-222609.shtml?uuid=AEh9LBIC ).

 

Je parle là de son nationalisme économique sur le dossier des chantiers navals STX, et de son bonapartisme géo-politique dans la question libyenne. Tous deux ont blessé non seulement l'Italie, mais la qualité même de son propre « esprit européen ». Et que ce soit contre le troisième des grands pays fondateurs que la blessure ait été faite, dit assez que la déjà ancienne exclusion du jeu de nos cousins transalpins doit perdurer à ses yeux. « European » bi-nationalist business as usual…

 

Certes, des « conventions démocratiques » sur le devenir de l'Europe ont été annoncées pour novembre prochain. Quel sens, quelle organisation, quel calendrier prendront-elles et quel pays y participeront vraiment, la question demeure posée.

Mais déjà une chose est sûre. Elles ne sauraient être un énième blablabla de pure forme, mais doivent engager les peuples européens dûment connectés en et entre chacune de leur région. Et ainsi, en revitalisant vraiment la démocratie, leur offrir de décider par eux-mêmes : 1) de la nécessité ou non de ce changement de cap ; et 2) du fond même cet éventuel changement, le choix passant essentiellement entre poursuivre la logique « globale » du Profit égoïste ou bien s'engager dans une politique « universelle » du Partage solidaire (des richesses, du travail, du savoir, des biens communs, etc.).

 

Cela suppose à terme l'organisation d'un référendum pan-européen donnant ipso facto naissance à un nouvel acteur historique : le Peuple européen.

Pour que celui-ci puisse clairement faire entendre sa voix, il faut lui donner de nouveaux moyens de communication afin que, région par région, il puisse ouvrir un dialogue de vérité sur ses besoins et ses attentes dans les domaines essentiels de sa vie (énergie, environnement, éducation, emploi, entretien de soi, expression, épanouissement).

De nouveaux lieux et centres, outils et réseaux non seulement sociaux mais civiques doivent être créés. Car seuls de nouveaux débats de fond intra/interrégionaux comme supra-nationaux redonneront vie à ce « désir d'Europe  » évoqué par tant d'analystes politiques (http://www.spiegel.de/wirtschaft/soziales/eu-in-der-krise-gesucht-wird-ein-staat-namens-europa-a-1152661.html).

 

Une régionalisation effective, comme une digitalisation/médiatisation intra- et interrégionale articulée à une nouvelle presse européenne, sont donc nécessaires, avec tous les changements politico-institutionnels et les investissements économico-financiers que cela suppose. Et, plus encore que la création de nombreux nouveaux emplois, nous verrions par là une toute nouvelle route enfin s'ouvrir à nous, Européens (« Un pas de toi, c'est la levée des nouveaux hommes et leur en-marche  », Rimbaud, « A une raison »).

 

Vu sur un plan architectonique, « reprendre l'Europe à son début, à son origine même » ne signifie évidemment pas redonner le pouvoir aux six pays fondateurs, mais l'ouvrir aux présidents nouvellement élus des six grandes régions que compte l'U.E. (pays baltes, pays scandinaves, pays d'Europe centrale, continentale [plus l'Irlande], méditerranéenne, pays balkaniques ; http://www.ilsole24ore.com/art/commenti-e-idee/2017-05-30/la-societa-e-chiave-dell-idea-europa-194420.shtml?uuid=AEGlLqVB).

 

Ainsi les douze étoiles du drapeau européen seront-elles au complet autour de cette nouvelle table ronde d'une Europe partant à la conquête de ses propres valeurs dans l'Universel.

« Ja verroiz la Table Ronde Qui tournoie comme le monde. » (Tristan dans Tristan et Iseut de Béroul).


Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 29 août 19:06

    il semblerait que les tentations de nomadisme ou sédentarisme seraient inscrites dans notre ADN,...A méditer,... c’est le foutoir,...et vous savez quoi, je m’en fouts,....


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 29 août 19:10

      et si on décidait de l’avenir du Monde au dé ? Nous avons moins de chance de nous tromper,....


      • bob14 bob14 30 août 07:28

        Macron dans l’EU, c’est le morceau de PQ qui torche dame Merkel !


        • JL JL 30 août 10:32

          Macron c’est le Pétain du 21 ème siècle.

           
          Si l’Allemagne a été vaincue c’est parce que les Américains et les Russes ont eu peur d’une Allemagne über Alles ! 
           
          Pendant combien de temps encore, la pauvre France sera-t-elle déchirée entre les ambitions commerciales teutonnes d’une part, la domination culturelle de Mickey et l’hégémonie financière de Wall-street ?
           
          Sans parler des mafias, qui sont partout ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Elias

Elias

Philosophe


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires