• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Léa Salamé : la semaine « sans-faute » du service public

Léa Salamé : la semaine « sans-faute » du service public

Dans l'incapacité d'intégrer les vidéos sur cet article, vous pouvez les retrouver en cliquant sur ce lien.

Panorama Media est un média qui fait le choix d'une approche minimaliste. Nous cherchons à retranscrire une information à "l'état brut" et sourcée. 

Nos panoramas et nos parti-pris font notre marque de fabrique.

--------------------

En tennis, on parle de "Jeu set et match", en bowling de "Strike", en baseball de "Home run", pour la presse, on parlera d'éternel recommencement.

La semaine ne fut pas de tout repos pour la journaliste star du service public, Léa Salamé, lauréate du Prix de la meilleure intervieweur en 2015.

Fortement critiquée pour ses entretiens, aux tons bien différents, avec Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT, et l'ex-PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn sur France inter, un "incident" a retenu l'attention des internautes lors de l'émission qu'elle co-présentait sur France 2, "Vous avez la parole".

Si l'année 2020 succède bien à l'année 2019, les mêmes méthodes journalistiques ne semblent pas avoir fait l'épreuve des traditionnelles résolutions de début d'année. Un journalisme de salon perdure sur le service public. A l'irrévérence a succédé l'accointance, à l'information la confidence, à la gravité l'anecdotique.

Retour sur une semaine particulièrement agitée.

L'interview de Philippe Martinez sur France inter

Les journalistes Léa Salamé et Nicolas Demorand recevaient dans "L'invité de 8H20 : le grand entretien", le Secrétaire général de la Confédération générale du travail, Philippe Martinez, suite à la reprise des discussions avec Matignon le 7 janvier concernant la réforme des retraites portée par le Gouvernement. Si l'entretien peut paraître ordinaire pour certains observateurs avec la volonté des journalistes de prendre le contre-pied de l'invité, il demeure désobligeant et peu représentatif des interviews donnés traditionnellement par les deux intervieweurs. "J'ai l'impression parfois qu'on est sur les mêmes questions. On a un disque raillé depuis un mois !" lance la journaliste qui anime pourtant la discussion. Acrimed, l'observatoire des médias, a d'ailleurs fait un résumé saisissant de cet entretien accusatoire.

Léa Salamé rencontre Carlos Ghosn

Suite à la conférence de presse exceptionnelle organisée le 8 janvier à Beyrouth après son évasion du Japon pour se soustraire à la justice nippone, Carlos Ghosn, a offert un entretien exclusif à France inter (que vous pouvez retrouver en cliquant sur le lien) mené par Léa Salamé. Une interview qui contraste sacrément avec celle donnée quelques jours plus tôt de Philippe Martinez.

A l'irrévérence succède l'accointance, à l'information la confidence, à la gravité l'anecdotique. "L'impertinence et la neutralité" exprimées, entre oeil pétillant et sourire, dans l'extrait suivant : "Votre évasion fascine absolument le monde entier, pour beaucoup d'enfants vous êtes l'homme qui a voyagé dans la malle. Vous avez vraiment voyagé dans la malle ?"

"Vous avez la parole", l'émission politique de France 2 : société civile ou relai d'opinion LREM ?

L'émission "Vous avez la parole" succède à "L'émission politique". Elle est le nouveau rendez-vous politique de France 2 qui essaie tant bien que mal de relancer un intérêt pour la politique face à des audiences régulièrement faibles. Le Jeudi 9 décembre, la chaine présentait un numéro autour de la réforme des retraites dans lequel, les journalistes-présentateurs Thomas Sotto et Léa Salamé donnèrent la parole à des intervenants issus de la société civile afin d'entendre leurs quotidiens face à la plus grande grève depuis mai 68 et leurs réactions sur la réforme des retraites présentée par le Gouvernement.

Dans ce numéro, l'un des intervenants, Didier Desert, est présenté en début d'émission comme restaurateur à Paris. Celui-ci explique subir une baisse d'activité suite au prolongement du conflit social ; il défend cette réforme des retraites et ne comprendrait pas un recul du Gouvernement.

Les internautes sur Twitter relèvent très tôt l'identité complète de cet intervenant qui ne sera révélée que dans les toutes dernières minutes de l'émission par Léa Salamé : "Alors je précise ... Petite précision ... Vous êtes le mari de Florence Berthout, c'est bien ça ? Parce qu'on ne l'a pas dit. Florence Berthout, c'est la maire du Vème arrondissement de Paris, ex-LR qui a rallié Benjamin Griveaux". Benjamin Griveaux, membre du premier cercle de La République en Marche et candidat à la mairie de Paris pour les élections municipales de mars prochain. "Cela agite beaucoup les réseaux sociaux !" relève Thomas Sotto. Le contraire nous aurait étonné ...

Un sans-faute du service public. Et "Bonne année" !

#Panoramamedia


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 13 janvier 18:37

    C’est une journaliste complètement dominée par ses émotions et ses partis pris. Je me souviens de l’interview de François Fillon par elle avant le premier tour de la présidentielle. Elle débordait d’agressivité en accusant Fillon. Ce dernier réagissant à son agressivité lui a quand même fait remarquer qu’il n’était pas déclaré coupable mais simplement inculpé dans l’affaire de l’emploi de sa femme, Pénélope, affaire qui avait été gonflée de façon extraordinaire à quelques semaines de l’élection pour éliminer Fillon et préparer un duel Macron-Le Pen. Enfin, elle a joué un rôle non négligeable dans l’élection de Macron, c’est peut-être comme cela qu’elle voit son rôle de journaliste du service public. 


    • troletbuse troletbuse 13 janvier 20:43

      @Bernard Mitjavile
      N’utilisez pas le mot « jounaliste » mais « journapute », le mot adéquat qui revient dans de nombreux commentaires sur d’autres merdias.


    • pascal58 14 janvier 14:47

      @troletbuse
      Non, ce sont des militants. Le journalisme n’est qu’accessoire...


    • troletbuse troletbuse 14 janvier 19:20

      @pascal58
      Tout à fait. Des propagandistes bien-pensants. Mais je m’efforce de toujours faire court.


    • Furax Furax 19 janvier 12:56

      @troletbuse
      Cette petite doit faire preuve d’un peu de patience. Encore quelques années et elle rejoindra Brigitte, Nicole,Agnès, Ruth, Janick et bien d’autres au club flamboyant des MSM.
      (les deux « M »pour « Ménoposées » et « Macron ». Je laisse le « S » à votre imagination fertile smiley )


    • cétacose2 13 janvier 18:39

      La mère Salamé la plus odieuse des « fouillemerdes » de nos médias« bienaimés » serait bien inspirée d’aller tenir compagnie à son compatriote ,le nabot libanais....


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 janvier 18:52

        Les diamants sont éternels...


        • nemo3637 nemo3637 14 janvier 00:25

          Une freluquette au service du freluquet, avec encore moins de culture.

          L’exemple même de la « bonne-journaliste », manipulatrice de faible envergure, travaillant pour les grands médias.

          Il serait bon que l’on dénonce ainsi régulièrement l’un ou l’une de ces fantoches.

          Qu’en restera t-il à l’aune de l’Histoire ?


          • zygzornifle zygzornifle 14 janvier 09:16

            Ces journalopes sont les spécialiste du broutage du pouvoir en place ....

            Comme il n’y a pas a proprement parler de cerveau libre et indépendant mais un salmigondis de neurones le gouvernement ouvre proprement la boite crânienne et fait caca dedans .....


            • ZenZoe ZenZoe 14 janvier 10:27

              Toujours du bon côté du manche, sûre d’elle, de sa famille, de ses relations, de sa carrière, méprisante envers les faibles, cire-pompes des plus forts. Détestable en résumé.


              • Traroth Traroth 14 janvier 11:03

                Les vrais journalistes sont ceux qui, caméra au poing, se font tabasser dans les manifs. Salamé, Sotto, Demorand (et beaucoup d’autres) ne sont que des propagandistes au service du pouvoir financier, dont le pouvoir politique n’est qu’un autre valet. Quand un vrai journaliste réussit à s’infiltrer, il est vite exclu : Schneidermann ou Taddei en sont les parfaits exemples.


                • mazig 14 janvier 12:21

                  Lea Salamé , la fille de son papa , dont l’avenir et la carrière étaient tracés de par ses origines et sa religion.

                  L’intervew exclusive lui ayant été accordée par Carlos Ghosn n’est pas le fruit du hasard ni la preuve d’une quelconque compétence. Ils sont compatriotes (libanais) et co-religionnaires (chrétien).

                  Ceci dit , elle n’est pas la seule . Ce qui frappe le plus , c’est le nombre de pseudo journalistes sur les pseudo chaines d’info , avec des noms portant des particules.


                  • bebert 14 janvier 13:30

                    Il faudrait peut-être voir les « avantages » récemment obtenus notamment les déductions fiscales ceci expliquant celà ...


                    • vesjem vesjem 14 janvier 14:18

                      interview un peu plus pertinente de carlos, sur ses terres , au liban

                      https://www.youtube.com/watch?v=QbcOfimDZi0


                      • Elric Menescire Elric Menescire 14 janvier 15:06

                        « Je suis très heureuse, très honorée de modérer cette session finale pour mon baptême de feu à ces Rencontres économiques d’Aix-en-Provence. On écoutera dans une heure environ la conclusion finale de ces trois jours passionnants de réflexions et de débats par la voix de Jean-Hervé Lorenzi […] pour faire le bilan de cette 18e édition et nous donner les recommandations du Cercle pour l’année à venir. […] Et pour tenter de répondre à cette question difficile [« Quelles métamorphoses pour la France ? »], le Cercle des économistes a sélectionné un panel de qualité que je vous présente tout de suite. Qui mieux que le ministre de l’Économie et des Finances pourrait incarner les métamorphoses françaises ? Il vient de présenter son projet de loi emblématique, la loi Pacte, qui vise à transformer les entreprises et à simplifier leurs quotidiens. […] »

                        Léa salamé, animatrice des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence 2018

                        https://www.acrimed.org/Les-Rencontres-economiques-petit-paradis-pour


                        • Esprit Critique 14 janvier 16:51

                          Moralité : De gros nichons ne sont pas un gage de Moralité.

                          (Proverbe Libanais)


                          • bebert 14 janvier 17:55

                            Etre et faire partie de la caste au pouvoir ouvre bien des portes


                            • Le421 Le421 14 janvier 20:30

                              Vous pouvez nous rappeler l’audimat de l’émission « Vous avez la parole » ?

                              1 million ?

                              C’est 999.000 téléspectateurs de trop...

                              Léa Salamé et consort deviennent les symboles des serpillières passe-plats de Delphine Ernotte et Sibyle Veil.

                              Une Légion d’Honneur en puissance.

                              Comme Éric Brunet avec Sarkozy...


                              • troletbuse troletbuse 14 janvier 21:52

                                Une erreur dans le titre : « La semaine cent fautes »


                                • Jamais de la main gauche Jamais de la main gauche 19 janvier 10:28

                                  C’est mort, les gueux ne peuvent plus blairer toute cette petite caste de perroquets vénaux apatrides.

                                  Ça va couper chérie...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès