• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Leaders des gilets jaunes, élections présidentielles et manipulation

Leaders des gilets jaunes, élections présidentielles et manipulation

JPEG

Les leaders des gilets jaunes

Le processus de l’apparition des leaders des gilets jaunes demande à être analysé car les médias y jouent un rôle ce qui est problématique. Il est clair que ce n’est pas à l’ennemi de désigner les leaders des gilets jaunes. En fait, pour qu’un leader émerge, il faut la conjonction de trois conditions :

  1. Il se fait reconnaître sur les réseaux sociaux.
  2. Il est médiatisé.
  3. Il ne se laisse pas corrompre.

Le fait qu’en grande partie ce sont les médias qui reconnaissent les leaders est source d’ambiguïté et de confusion car ceux-ci, par nature, défendent des intérêts opposés à ceux des gilets jaunes. Ils essaient parfois de corrompre ceux qui ont su rester purs et durs. Il est certain que le gouvernement fait tout pour les corrompre et il est possible que dans certains cas il y arrive. Mais, nous l’avons vu avec Ingrid Levavasseur, quand il y parvient le leader en question se trouve immédiatement grillé auprès des gilets jaunes. Son autorité de représentant s’effondre. Parfois le pouvoir tente tout simplement d’inventer des leaders-traitres en les désignant lui-même par l’intervention des médias. N’est-ce-pas la méthode la plus simple pour avoir des leaders des gilets jaunes qui seront en fait au service du système milliardaires-Macron-Media ? Nous avons vu ainsi apparaître deux « listes de gilets jaunes candidats aux élections européennes ».

  • La liste « Alliance Jaune » du chanteur Francis Lalanne et de Jeremy Clement qui a fait 0,54%.
  • La liste « Evolution Citoyenne » du forgeron Christohe Chalençon qui a fait 0,01%.

Voilà donc trois « leaders des gilets jaunes » qui ont été inventés de toutes pièces par les médias mais qui n’ont jamais été reconnus comme tels par le mouvement des gilets jaunes. Ni les uns ni les autres n’auraient jamais osé venir défendre leur initiative devant une assemblée des gilets jaunes. Par la même occasion cela nous éclaire, une fois de plus, sur le rôle des sondages. Nous savons que ceux-ci sont faits pour défendre ceux qui les commandent et les paient. La liste Alliance Jaune était créditée du mirobolant score de 13% des intentions de vote. Un bel encouragement à voter pour ces ambitieux traitres. Ne doutons pas d’ailleurs que, s’il doit y avoir une élection présidentielle en 2022, les mêmes forces tenteront d’imposer un candidat des gilets jaunes pour faire une division de plus au bénéfice du candidat des capitalistes. Les médias ont voulu aussi inventer comme leaders des gilets jaunes quelques réactionnaires de DLF ou du RN ce qui auraient permis de valider les calomnies sur les gilets-jaunes. Voilà typiquement le style de manœuvre que les gilets jaunes ont su déjouer et de véritables leaders ont pu émerger.

Les figures les plus connues sont : François Boulo, Éric Drouet, Priscillia Ludosky, Maxime Nicolle, et Jérôme Rodrigues. Ils invitent parfois dans des assemblées des intellectuels comme Juan Branco, Etienne Chouard ou Philippe Pascot qui apportent un éclairage que les gilets jaunes jugent pertinent. Ces gilets jaunes laissent le gouvernement et les milliardaires dans l’embarras parce qu’ils ne jouent pas au même jeu que les dirigeants syndicaux qui courent toujours après la concertation sociale. Un mouvement de protestation est à peine entamé qu’ils se précipitent chez les patrons pour se proposer comme interlocuteurs prêts à négocier. A l’opposé les leaders des gilets jaunes se méfient de tout contact avec l’ennemi de classe et évitent tout ce qui pourrait apparaître comme des compromissions. Cela affole et désempare leurs adversaires. Nous ne doutons pas que les leaders des gilets jaunes subissent d’énormes pressions. Certes, dans tout ce que disent ces leaders, bien des choses sont critiquables mais il ne faut pas leur reprocher de ne pas être capables de se sauter par-dessus la tête. Il est impossible qu’il en soit autrement pour ses jeunes militants inexpérimentés, qui ne connaissent souvent rien de l’héritage du mouvement ouvrier et qui se sont soudainement trouvés propulsés à la tête de ce mouvement. Le cran dont ils font preuve pour ne pas trahir impose le respect. Ce sont des militants de cette trempe qui seront les leaders révolutionnaires de demain. Il faudra leur donner les outils d’analyse des marxistes et les organiser dans un parti qui reste à construire pour faire la révolution. Les grossières insultes lancées contre eux condamnent ceux qui les profèrent notamment quand il est question du passé politique de l’un ou de l’autre. Nous n’avons pas l’intention de faire des enquêtes sur leur passé. Nous n’avons aucune raison de chercher chez eux des zones d’ombres. Peu nous importe de savoir pour qui ils ont voté à telle ou telle occasion. Les représentants des gilets jaunes avec leurs forces et leurs faiblesses sont remarquables par leur détermination et leur défiance radicale à l’égard du régime. Ils ne se soumettent pas aux limites de la légalité comme les bureaucrates des syndicats alors que, bien évidemment, le gouvernement veut toujours imposer des limites plus contraignantes.

L’élection présidentielle

Au cas, que nous ne souhaitons pas, où il faudrait attendre les élections présidentielles de 2022 pour que la situation change, ce qui nous inquiète le plus c’est qu’il n’est nulle part question d’un candidat unique pour les trois grands partis du mouvement ouvrier : PS, PCF, FI. Comment se fait-il qu’aucun groupe, aucun militant n’exprime dès maintenant, comme une exigence du mouvement ouvrier, cette stratégie ? Comment faire pour imposer cela aux directions du mouvement ouvrier ? Comment se fait-il, notamment, que les militants de la FI ne se prononcent pas dans ce sens alors que leurs dirigeants jouent une ouverture vers les forces réactionnaires invitées à participer à leur université d’été ? C’est tout le contraire qu’il faut faire pour gagner : il faut unir les rangs du mouvement ouvrier contre les réactionnaires. Et, Jean-Luc Mélenchon sait à quel point cette aspiration à l’unité des travailleurs est forte. Dans la vidéo intitulée : « Bilan raisonné de 1981 et de la présidence de François Mitterrand par Jean-Luc Mélenchon » il dit (entre 26mn 32s et 26mn 57s) :

« lui (Mitterrand) et sa toute petite organisation (le PS de l’époque), avec le puissant Parti Communiste, il sait que tous les autres ne peuvent faire qu’une chose ou bien monter dans le train de l’union ou périr. Car l’aspiration populaire à l’unité est tellement puissante, en toutes circonstances, qu’elle déchiquette ceux qui se mettent en travers de son chemin. »

Nous demandons à tous les militants du PCF, du PS et de la FI d’exiger de leurs dirigeants qu’ils présentent un seul candidat dès le premier tour de l’élection présidentielle pour ces trois partis. Peu importe qui il sera. Peu importe de quel parti il sera. Ces questions-là sont très secondaires. Il ne faut pas répéter l’abomination de 2017. La priorité absolue est qu’il n’y ait qu’un seul candidat. S’il le faut qu’ils organisent des primaires pour les partis du mouvement ouvrier. L’exigence absolue de tous les militants est d’avoir un seul candidat face aux candidats des capitalistes.

Pour notre part, nous nous soucions très peu de savoir qui sera ce candidat puisqu’aucune de ces trois organisations ne se prononce en faveur du Frexit. Nous savons donc qu’à peine élu ce candidat essaiera d’appliquer les directives anti-ouvrières de l’UE et nous pourrons préparer dès le soir des élections nos banderoles : «  A bas le traitre », « Le pouvoir aux travailleurs ». En aucun cas nous n’accepterons qu’il fasse la politique d’un Tsipras.

A l’étape de l’élection présidentielle, il s’agira uniquement de battre les candidats des capitalistes. A l'étape suivante, il faudra lutter contre les traitres pour imposer le Frexit. Alors les masses populaires pourront se tourner vers les frexiteurs qui leur ont toujours dit la vérité ouvrant ainsi la perspective d'un véritable gouvernement des travailleurs.

Une nouvelle manipulation

Une nouvelle tentative de manipulation du mouvement des gilets jaunes par les médias vient de se faire jour avec un article de A. Seba en date du 2 novembre 2019 paru dans le Parisien sous le titre : « Gilets jaunes : « les cadeaux du gouvernement c’est de la poussière » ». Bien entendu, quand il s’agit de manipuler, il faut commencer par avoir l’air favorable au mouvement des gilets jaunes. Cela semble bien être le sens de l’article consacré à la dernière des Assemblées des Assemblées qui s’est tenue à Montpellier les 1, 2 et 3 novembre 2019. A la fin de l’article le journaliste indique :

Les idées lancées dans les ateliers de travail sont validées en séances plénières. « Je propose, dit Marc, d'organiser des primaires entre nous pour porter un candidat à la présidentielle de 2022. C'est la seule solution viable pour l'avenir des Gilets jaunes, car la révolution voulue n'a pas eu lieu. Si nous n'arrivons pas à faire ça avant 2021, c'est fini pour nous ».

Si nous lisons bien, le journaliste indique seulement qu’une personne, prénommée Marc, a confié dans un atelier qu’il propose « d'organiser des primaires entre nous pour porter un candidat à la présidentielle de 2022 ». En aucun cas il ne s’agit d’une proposition de l’Assemblée des Assemblées. Cependant la première pièce de la manipulation est déjà en place.

Un nouvel article proposé par un auteur qui se fait appeler « anarchiste » est proposé sur Agora Vox. Il commence par cette phrase :

« Il semble que l'idée d'une « Primaire Gilets Jaunes » en 2021 pour trouver un candidat à la présidentielle de 2022 a émergé à l'ADA 4 de Montpellier les 1,2 et 3 novembre 2019 »

Ce n’est plus seulement une déclaration de « Marc ». C’est devenu une idée qui a émergé lors de l’Assemblée des Assemblées. La deuxième pièce de la manipulation est maintenant en place. Du moins, "il semble que"... Pour manipuler il faut être le plus flou possible.

Un pas de plus dans la manipulation apparaît à la fin de l’article :

« Déjà plus de 2700 citoyens français veulent organiser une « Primaire Gilets Jaunes » … affaire à suivre ! Le texte proposé sur le groupe Facebook (facebook.com/groups/FraterniteCitoyenne/) est le suivant : (…) »

Voilà un joli tour de passe-passe ! Un candidat des gilets jaunes va miraculeusement sortir d’un chapeau pour venir diviser les rangs ouvriers lors des présidentielles afin de garantir l’élection du candidat des milliardaires.

Et, nous ne savons pas qui est en fait dernière l’initiative puisque d’un seul coup ce sont 2700 citoyens français qui font cette proposition sans qu’on sache qui les y a incités. Nous ne savons pas qui a créé une page Facebook et recueilli les signatures en question avec un texte sorti lui aussi d’un chapeau. Nous ne savons pas qui l’a rédigé et qui a décidé de le publier sous cette forme. Vous l’avez compris : ce texte propose ni plus ni moins d’organiser des primaires des gilets jaunes.

Ce ne sera pas la première tentative de manipulation des gilets jaunes. Gageons que celle-ci n’ira pas très loin.


Moyenne des avis sur cet article :  3.54/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

79 réactions à cet article    


  • Blanche Colombe Andy Capp 15 novembre 08:48

    « En fait, pour qu’un leader émerge, il faut la conjonction de trois conditions :

    1. Il se fait reconnaître sur les réseaux sociaux.

    2. Il est médiatisé.

    3. Il ne se laisse pas corrompre. »

    C’est un peu comme si on disait :

    « En fait, pour que Dieu apparaisse, il faut la conjonction de trois conditions :

    1. Il présente ses papiers pour prouver son identité.

    2. Il sait transformer le plomb en or.

    3. Il ne ment jamais. »


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 09:37

      @Andy Capp
      Bonjour,
      Je ne comprends pas bien ce que vous essayer de dire. J’essaie d’expliquer la réalité : comment sont apparus les leaders des gilets jaunes. Je suis prêt à entendre toute autre explication que la mienne. Vous semblez comparer ce processus avec quelques actes surnaturels. Mon intention est au contraire d’expliquer les choses telles qu’elles se passent sur ce bas monde. J’ai conscience d’avoir pointé une contradiction puisque les médias, arme des ennemis, jouent un rôle dans le processus que j’essaie de décortiquer. J’essaie d’en tirer toutes les conséquences.


    • Paul Leleu 15 novembre 19:00

      @Jean Dugenêt

      vous dites que les militants GJ n’ont aucune expérience ni culture politique... c’est bien cela qui est grve... typique de notre époque... de demeurés fiers de leur imbécilité, qui sortent dans la rue, pour crier « Macron pédé » parce-qu’ils n’arrivent plus à se payer leur clopes et leurs smartphone...

      Ludowski se faisait les ongles, Rodrigues fumait et dealait du shit, Drouet se passionnait pour le tunning, et Boulot votait Sarkozy en écoutant Dire Straits... voilà la racaille française dans toute sa beauté...

      et ces bouffons se réveillent un beau matin, après 10 ans d’austérité et 40 ans de néolibéralisme et de casse sociale et culturelle, pour « s’indigner » ????????? Tout ça parce-qu’ils n’arrivent plus a assurer leur petit train de vie de branleurs et branleuses français...

      Cette société n’est que le fruit de leur renoncements... ils sont les responsables de leur propre esclavage... ce sont eux qui ont permis aux milliardaires de nous mettre en laisse... et c’est à eux qu’il faut commencer par demander des comptes... et qui doivent se remettre en question


    • cettegrenouilleci 15 novembre 19:12

      @Paul Leleu

      « Ils sont responsables de leur propre esclavage...../....
      C’est à eux qu’il faut commencer par demander des comptes. »

      Il est évidemment plus simple de s’en prendre à celui qui reçoit les projectiles en pleine tronche qu’à ceux qui donnent l’ordre de tirer sur les manifestants.


    • Attila Attila 15 novembre 19:36

      @Paul Leleu
      En tous les cas, ceux qui ont la culture et l’expérience politique n’avaient pas réussi à créer un mouvement aussi important que les Gilets Jaunes.
      Bravo les « demeurés » !

      .


    • Kapimo Kapimo 15 novembre 21:00

      @Paul Leleu

      « de demeurés fiers de leur imbécilité »

      Etonnant la faculté que vous avez d’écrire des choses odieuses.


    • alexis42 alexis42 15 novembre 21:57

      @Paul Leleu

      Vous devriez un article sur la haine : je suis sûr que vous êtes le plus con-pétant pour en parler.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 09:19

      Nous demandons à tous les militants du PCF, du PS et de la FI d’exiger de leurs dirigeants qu’ils présentent un seul candidat dès le premier tour de l’élection présidentielle pour ces trois partis. Peu importe qui il sera. Peu importe de quel parti il sera

      Quels militants ?? Ils se barrent les uns après les autres, quand ils ne sont pas virés après des simulacres de procès.

      Je ne sais pas à quoi s’occupe le PS ? Sans doute à préserver ses mairies.

      La FI, le PCF s’occupent davantage des islamistes que de la lutte des classes...

      Mélenchon ne s’est pas pris les pieds dans le tapis de prière, uniquement depuis dimanche dernier. C’est un choix assumé avec le PCF et Martinez.

      Celui qui aurait le plus intérêt à l’unité à Gauche, c’est Mélenchon.

      Hélas, tous ceux qui ont essayé de proposer une autre stratégie, comme Kuzmanovic, ont démissionné, ou ont été exclus, comme Thomas Guénolé.

      Thomas Guénolé parle de la FI comme « d’un astre mort », qui émet encore de la lumière, alors qu’il est éteint.

      Alors, les militants et les Partis de la Gauche, ils sont où ??


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 09:26

        @Fifi Brind_acier
        Bonjour,
        J’ai l’impression que la perspective d’un candidat unique des exploités dès le premier tour ne t’enchante guère et que tu t’évertues à expliquer que c’est impossible.
        Je ne me pose pas du tout la question dans ce sens là. J’essaie d’exprimer clairement les aspirations plus ou moins conscientes des masses. Cette unité les exploités y aspire. Je les engage à faire leur expérience en leur demandant d’agir dans ce sens. Tout ce qui adviendra à partir de là ne pourra que les rendre plus conscients des réalités. Je sais bien que les directions des grands partis ouvriers sont des traitres mais je prends en compte les illusions de ceux qui leur font encore confiance.
        Je dis clairement d’ailleurs ce qui arrivera si cela devait réussir.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 10:08

        @Jean Dugenêt
        J’ai l’impression que la perspective d’un candidat unique des exploités dès le premier tour ne t’enchante guère et que tu t’évertues à expliquer que c’est impossible.

        Tu as très bien compris.
        Les électeurs, aussi bien que les militants, fuient les Partis de Gauche et les syndicats. Je ne vois pas où et qui exprime le souhait de l’unité à Gauche aujourd’hui ? A part moi, qui fait remarquer régulièrement que les 30 Partis de Gauche pourraient bien s’unir au lieu de se diviser comme les amibes.
        Réponse : silence radio.

        Les Gilets jaunes l’expriment ? Non.
        Les militants de Gauche sur Agoravox, à part Fergus, je n’en vois aucun.

        Je conviens que c’est gravissime, mais la confiance dans des organisations, cela ne se décrète pas. Tu écris : mais je prends en compte les illusions de ceux qui leur font encore confiance.

        Des illusions et de la confiance, il n’y en a plus.

        Il y a quelques jours, je discutais avec un copain qui a voté pour Hamon en 2017.
        Quand je lui ai fait voir que Hamon avait défilé avec les islamistes, il était consterné. Il n’a pas voté Hamon pour cela. Cela fait 40 ans que la Gauche nous prend pour des truffes.

        Je trouve même que les citoyens sont vachement patients ! Il a fallu qu’un étudiant s’immole, pour que Hollande soit pris à partie et ses livres déchirés par les manifestants. Ils lui ont fait comprendre que c’était est un traitre.
        Ils ne lui ont pas demandé de faire l’unité à Gauche.


      • cettegrenouilleci 15 novembre 11:11

        @Fifi Brind_acier et Jean

        Je pense qu’il convient de faire un distinguo entre les « partis de gauche » qui sont tous passés avec armes et bagages, bombes à retardement et prêches à deux balles dans le camp de l’ennemi de classe pour préserver leurs petites boutiques et profiter tranquillement des prébendes de leurs multiples trahisons, et les militants en déshérence trompés par leur dirigeants et entrainés malgré eux sur des chemins foireux pour y prendre des coups assassins et essuyer les défaites et les régressions programmées par leurs directions pourries jusqu’à la moelle.

        Aux militants ne restent guère que les leçons tirées (et à tirer) de leur amère expérience, l’exemple de leurs aînés des générations précédentes dans la conduite de la résistance dans des conditions tout autant (ou bien davantage) défavorables, leur instinct de survie et leur conscience de classe, l’engagement dans les luttes pour leur survie et la survie de leur entreprise, la recherche patiente, tenace, déterminée des chemins de l’unité avec leurs compagnons de lutte de tous les secteurs économiques dont aucun n’est épargné.

        Mais cette unité, pour être utile, [et non mortifère et suicidaire comme cela a été le cas avec « le programme commun » des années soixante-dix et plus encore avec l’accession de la « gauche » au pouvoir en 1981 après l’élection de Mitterrand à la présidence de la république et la caution apportée par le PCF en 1983 au démantèlement de la sidérurgie et autres fruits amers du même acabit pour conserver ses strapontins ministériels, ses alliances électorales avec la gauche soi-disant démocratique, ses élus et son train de vie,] doit se faire sur des objectifs clairs en prenant les garanties nécessaires pour ne pas retomber dans l’ornière des trahisons et des pièges de l’ennemi à la première occasion.

        Peut-être n’est-il pas inutile d’évoquer ici le résultat funeste du vote des députés de toute la gauche (communiste inclus) donnant à Guy Mollet les pleins pouvoirs pour soi-disant faire la paix en Algérie. Il y avait là aussi une belle unité dont les conséquences se sont révélées catastrophiques pour le peuple français.

        Aujourd’hui, c’est à peu près la même soupe qu’on essaie de (et qu’on réussit à) vendre au peuple pour construire une autre Europe : « Tous ensemble on est plus fort et on préserve la paix et la prospérité en se protégeant des ravages de la mondialisation contre laquelle on ne peut rien ». Mais cette Europe là, c’est un camp de concentration ; c’est une nasse. Plus on y reste, plus on essaye de l’accommoder ou de s’en accommoder, plus on est condamné à y rester. C’est un piège où il n’aurait jamais fallu entrer et dont il faut sortir au plus vite.

        Ainsi, une alliance politique (y compris électorale) qui ne prendrait pas en compte la nécessité impérieuse de sortir la France de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan (que prône et qu’explique patiemment l’UPR), ne serait pas seulement inefficace. Elle serait dévastatrice. Elle signerait l’arrêt de mort de la nation française à jamais engloutie dans la marmite infernale que l’oligarchie a mise au point pour y mijoter à loisir la paupérisation de la société, le renforcement des conditions d’exploitation des travailleurs, la marchandisation et le transfert au privé de tous les secteurs de l’économie y compris nos services publics, la spéculation sans limite, l’ouverture à tous les appétits du capitalisme mondialisé de notre patrimoine national public et privé. Elle retarderait et empêcherait une organisation cohérente et efficace de la résistance (d’abord la résistance économique et sociale, celle des luttes des salariés), y compris à travers la réappropriation par les travailleurs de leurs organisations syndicales achetées, soudoyées, perverties par l’ennemi de classe notamment au travers des structures d’inféodation mises en place avec l’UE comme la Confédération Européenne des syndicats.

        Elle serait un frein énorme à l’émergence d’une alternative politique, d’une issue à la crise dans laquelle le pays s’enfonce jour après jour.

        Elle serait un obstacle majeur à la construction du grand rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour organiser et conduire la résistance des forces saines de la nation, pour créer le rapport des forces qui est nécessaires pour rétablir notre indépendance nationale en sortant la France de la prison infernale de l’UE, de l’euro et de l’Otan, pour reprendre vraiment le chemin de la libération, du droit à une vie digne pour tous, et des« jours heureux ».

        Cette lutte là est légitime. C’est même un devoir citoyen. Elle n’a pas à se soumettre au légalisme bourgeois auquel FA accepte de se plier.

        C’est au peuple qu’il appartient de défricher et d’emprunter les chemins de sa libération de la façon qu’il jugera opportune, de redéfinir la loi, de rétablir et de faire respecter par tous nos principes républicains.

        C’est l’un des messages que portent le mouvement des Gilets Jaunes et le refus désormais majoritaire de nos concitoyens de participer au cirque électoral institutionnel qui ne sert qu’à « valider », maintenir et aggraver la soumission de notre peuple aux intérêts de l’infecte oligarchie mondialisée.

        Merci à tous deux pour vos précieuses contributions aux multiples débats qui sont nécessaires pour trouver les moyens d’éclairer les consciences et de mobiliser les énergies de façon constructive afin d’organiser efficacement la résistance et d’ouvrir la voie qui permettra de libérer la nation des rapaces qui la vampirisent.

        Cordiales salutations

        Gérard


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 11:17

        @cettegrenouilleci
        Bonjour Gérard,
        J’ai plaisir à te revoir sur Agora Vox.


      • Attila Attila 15 novembre 11:31

        @cettegrenouilleci
        Avec tout ce qu’on sait aujourd’hui sur l’abandon des classes populaires ainsi que des valeurs et des thèmes politiques et sociaux auxquelles elles tenaient par la gauche, je pense qu’il est grand temps de faire son deuil de cette gauche d’aujourd’hui.
        Les Gilets Jaunes du début ne se réclamaient pas de la gauche mais de la justice sociale. C’est sur ce thème de la justice sociale que nous devons recréer des actions.

        .


      • cettegrenouilleci 15 novembre 11:31

        @cettegrenouilleci

        correction orthographique

        §4 communistes inclus

        (avant-dernier §):le rapport des forces qui est nécessaire (et non pas "nécessaires)


      • cettegrenouilleci 15 novembre 11:40

        @Attila

        Bonjour Attila

        merci pour ton commentaire.

        Tout à fait d’accord sur l’appréciation que tu portes sur le mouvement des Gilets Jaunes et sur les chemins à suivre pour repartir dans la bonne direction.

        D’accord aussi sur ce que tu dis de la « gauche » d’aujourd’hui. La dénommer ainsi est d’ailleurs lui faire beaucoup d’honneur qu’elle ne mérite aucunement. Nous avons malheureusement à faire à une clique politicienne qui ne vaut pas mieux que celles qui se réclament ouvertement de la politique destructrice de l’oligarchie, de l’asservissement du peuple et de la préservation des privilèges des nantis.

        Cordiales salutations.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 11:42

        @Fifi Brind_acier
        Je vais essayer de t’expliquer le point de vue des marxistes. Ce n’est pas le même que celui des staliniens de choc (Anne Lacroix Riz) ni celui des fascistes (Marc Laufer).
        Nous ne parlons pas de « gauche » et de « droite » mais d’exploités et d’exploiteurs. Il est certain que les exploités sont plus nombreux que les exploiteurs. Quand nous parlons d’élection, il ne s’agit pas pour nous d’une panacée. Nous ne pensons pas que le bulletin de vote est le moteur de l’histoire. Bien sûr personne n’affirme cela mais dans une quantité de discours nous entendons bien que des auteurs n’envisagent de changements sérieux que dans des perspectives électorales. Or, je l’ai mille fois expliqué, si nous nous promenons dans le temps et dans l’espace, nous voyons une quantité de grands changements advenir dans une quantité de pays et ce n’est jamais du fait d’une élection. Les marxistes rejettent tout à la fois le crétinisme anti-électoral de certains gauchistes et le crétinisme électoral de ceux qui ne jurent que par les élections. Pour nous les élections sont l’occasion de faire progresser le niveau de conscience des exploités. Nous cherchons à promouvoir le « vote de classe » c’est à dire que sur le terrain très déformé des élections nous voulons faire apparaître le camp des exploités et l’opposé à celui des exploiteurs.
        Or, le camp des exploités est structuré par des organisations ouvrières-bourgeoises c’est à dire qu’elles sont contradictoires comme vient de l’expliquer notre ami CetteGrenouilleCi. Elles sont « ouvrières » parce qu’elles ont été créées pour défendre les exploités et elles sont « bourgeoises » parce que leur dirigeants traitres sont passés avec armes et bagages dans le camp des exploiteurs. Quand le camp des exploités se mobilise, que ce soit dans les élections ou dans les grèves, il ne peut le faire qu’en passant par ses organisations traditionnelles qui sont « ouvrières-bourgeoises ». C’est pourquoi, pour les élections, nous prônons toujours ce que nous appelons le Front Unique Ouvrier c’est à dire l’unité des organisations traditionnelles du mouvement ouvrier. Cela se concrétise aujourd’hui par l’unité PCF, PS, FI.
        Tu peux décrire autant que tu le veux toutes les vicissitudes ou l’état de putréfaction de ces organisations cela ne change rien au problème.
        Bien évidemment l’affaire ne s’arrête pas là et le combat des marxistes non plus. Il y a toujours la volonté de la part des organisations traditionnelles soit de refuser l’unité de classe soit de promouvoir une collaboration de classe avec des gouvernements de type front populaire comme ce fut le cas en 1981.
        Pour anticiper sur cela, j’ai pris le soin d’expliquer que l’élection d’un candidat de FUO (Front Unique Ouvrier) ne serait qu’une première étape et j’ai indiqué ce qui, de mon point de vue, serait la deuxième étape avec le Frexit...


      • cettegrenouilleci 15 novembre 12:15

        @Jean Dugenêt

        Salut Jean.

        Je ne crois pas que l’étiquette « stalinien », et encore moins « stalinien de choc » permette en quoi que ce soit de clarifier le débat, ni de qualifier honnêtement et scrupuleusement le positionnement politique d’Anne Lacroix Riz.

        Sur la conclusion de cette mise au point adressée à Fifi à propos de l’élection d’un candidat d’un Front Unique Ouvrier à la présidentielle, je suis en total désaccord.

        L’avant-garde est là pour éclairer le chemin, pas pour être spectatrice de ses errements et encore moins pour les cautionner ou les soutenir, ne fût-ce qu’électoralement.

        L’étape numéro 1, ce n’est pas un gouvernement de la « Gauche » que nous connaissons, unie, ou pas.

        L’étape 1, c’est l’accession au pouvoir dune nouvelle direction politique décidée à défendre le droit de chacun à une vie digne, et nos principes républicains, et donc à sortir de suite de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan.

        Sans cette étape 1, il n’y a pas d’étape 2, ni 3. La case Gouvernement populaire conduit par un front unique « ouvrier » conduit par PCF-PS-FI ne peut déboucher sur une sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

        Pour passer par la case sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan, ce n’est pas seulement d’un Front OUVRIER dont nous avons besoin. Ce qui est nécessaire, c’est la construction d’un grand rassemblement populaire majoritaire tel qu’évoqué par la charte de l’UPR, avec une direction politique entièrement nouvelle qui va se construire au fur et à mesure de l’avancée de ce grand projet de libération nationale, en transcendant tous les clivages politiques traditionnels qui ne font qu’empêcher une organisation effective de nos concitoyens pour défendre ensemble leurs intérêts et ceux de la nation.

        Gérard


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 12:32

        @cettegrenouilleci
        Merci pour tes explications :

        "Ainsi, une alliance politique (y compris électorale) qui ne prendrait pas en compte la nécessité impérieuse de sortir la France de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan (que prône et qu’explique patiemment l’UPR), ne serait pas seulement inefficace. Elle serait dévastatrice.

        « 

        Donc, pas d’unité sans Frexit. Et tu n’es pas d’accord avec la proposition de Jean, d’unité PS/ FI/ PCF, ce serait une unité »dévastatrice.

        Le 1er obstacle, c’est que les Gilets jaunes ne demandent ni l’une, ni l’autre.
        C’est déjà mal barré. Donc, je vous laisse à vos cogitations, je ne vois pas de solution actuellement. Je pense que les manifestations peuvent faire reculer Macron, mais qu’il n’y aura rien d’autre de constructif à la suite.

        On ne crée pas un autre monde avec des gens qui fonctionnent dans le cadre européen. Les Grecs ont fait plus de 20 000 manifestations, ils avaient pourtant le PC grec, rien à voir avec le PCF. Ils sont ruinés.

        Les révolutions ont toujours été initiées par des gens qui ont un projet et une vision géopolitique du monde. A la tête des Gilets jaunes, je ne vois personne de cette envergure. Pas plus Boulo, européiste jusqu’au trognon, que les autres.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 13:28

        @cettegrenouilleci
        Tu veux opposer le FUO à un vote pour l’UPR censée devenir majoritaire.
        Personne ne croit que l’UPR pourrait remporter l’élection présidentielle de 2022 alors que l’aspiration populaire à l’unité est aussi forte dès qu’elle devient réaliste car il devient alors réaliste de gagner une élection avec cette unité.
        Qui a dit que cela amènerait un changement fondamental dans la mesure où toutes les directions sont opposées au Frexit ? Surtout pas moi. Mais qui pense que l’UPR pourrait emporter l’élection de 2022 ? Absolument personne.
        Je ne me fais aucune illusion. Les chances d’avoir un candidat unique PCF PS FI sont minimes mais je ne vois pas d’autre solution que d’encourager les militants à faire leur expérience dans ce sens. Je suis par ailleurs certain que c’est ce que craignent le plus les milliardaires pour cette hypothétique élection. C’est le bilan qu’il faut tirer de l’élection de 2017.

        Ils craignent encore plus ce qui pourrait advenir à la suite du 5 décembre...
        Il ne faut pas réduire ma proposition à la première étape qui se termine d’ailleurs par la préparation des banderoles avec « A bas le traitre » et « Le pouvoir aux travailleurs » dès le soir des élections.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 14:23

        @Fifi Brind_acier
        A défaut d’être complètement d’accord, il est déjà important que nous nous comprenions et qu’il soit bien acquis que nous avons en commun de penser que le Frexit reste la priorité.

        La discussion porte très concrètement sur le premier tour de l’hypothétique élection présidentielles de 2022.
        Vous proposez de voter et appeler à voter pour François Asselineau en sachant qu’il ne sera pas élu.
        Je propose de faire campagne pour un candidat unique PCF PS FI. Si cela réussit, je propose de voter pour lui. Si cela ne réussit pas je propose de voter pour F. Asselineau.

        Le résultat ne diffère que si un candidat unique PCF PS PI se fait jour auquel cas je le vois élu. J’ai voté pour lui au premier tour. Vous avez voté pour François Asselineau au premier tour et, je l’espère, pour le candidat du FUO au deuxième.
        Ce dernier est élu.

        Vous et moi, nous en sommes au même point. Le soir même nous préparons nos banderoles . Voici les miennes :« A bas le traitre », « Frexit », « Le pouvoir aux travailleurs ». Je crois que nous aurons des banderoles en commun.

        ====

        Maintenant, pourquoi je fais tout ce travail avec notamment l’écriture de mon livre qui est maintenant terminée. J’en suis aux relectures pour les corrections orthographiques, ponctuation... Je cherche à regrouper une avant-garde du mouvement ouvrier qui sera indispensable dans un avenir proche lequel s’annonce mouvementé.
        Je sais très bien que mon orientation est minoritaire d’où justement la difficulté. Je me tourne essentiellement vers les militants de l’UPR et les gilets jaunes. Effectivement, ils n’ont pris position ni pour le Frexit ni pour un candidat FUO mais je remarque aussi, qu’à l’inverse de bien des partis politiques, ils n’ont pris position ni contre le Frexit ni contre un candidat FUO.

        Cela reste donc la position que je défends auprès d’eux.


      • cettegrenouilleci 15 novembre 16:03

        @Jean Dugenêt

        Ce qui va se passer le 5 décembre prochain aura certainement plus de retentissement que n’importe quel résultat électoral bidon à l’occasion de la prochaine présidentielle.. Je suis tout à fait d’accord avec ça.

        L’expérience d’’une « première étape » électorale puis gouvernementale portée par le PCF, le PS et la FI re-soudée pour l’occasion, les Français connaissent. Ils ont déjà donné. Cela n’arrivera pas.

        Il serait selon moi irresponsable de soutenir une telle coalition aussi bien électorale que gouvernementale dès lors que ne figurerait pas au premier point de son programme, avec un calendrier et des modalités précises et crédibles, la sortie rapide, très rapide, pour ne pas dire quasi-immédiate, de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan.


      • cettegrenouilleci 15 novembre 16:08

        @cettegrenouilleci

        correction orthographique :

         une « première étape » électorale puis gouvernementale portée par le PCF, le PS et la FI re-soudés pour l’occcasion (et non "resoudée).


      • cettegrenouilleci 15 novembre 17:57

        @Jean Dugenêt

        Les choses ne sont pas figées comme le démontre l’irruption sur la scène du mouvement des Gilets Jaunes.

        Nul ne peut dire à quoi ressemblera le paysage politique de la France en 2022.

        Il est vraisemblable que, d’ici là, d’autres voix que celles de l’UPR et des « Patriotes » se seront fait entendre pour réclamer le rétablissement de notre indépendance nationale et donc la sortie immédiate de l’UE, de l’euro et de l’Otan. D’autres forces politiques et syndicales feront sans doute partie du paysage.

        Une coalition crédible regroupant ces forces n’est pas à exclure.

        Ce n’est pas des élections qu’il faut attendre une solution miracle. C’est le développement du mouvement populaire [portant les revendications vitales et urgentes des couches les plus durement frappées par les effets de la politique égoïste et destructrice de l’oligarchie] qui peut bousculer le paysage politique et inverser en sa faveur le rapport des forces dans le combat qui se joue entre le peuple et ses bourreaux exploiteurs.

        La meilleure préparation des présidentielles de 2022, c’est le soutien aux revendications populaires et la poursuite de l’admirable travail d’éducation populaire engagé par l’UPR pour faire connaître et comprendre aux Français les ressorts de la dictature de l’UE et leur proposer un itinéraire crédible et des moyens tangibles pour en sortir.

        J’ajoute que ce qui compte, ce n’est pas que ces outils soient estampillés UPR mais qu’ils soient effectivement mis entre les mains de nos concitoyens pour en faire l’usage qui convient.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 18:49

        @Jean Dugenêt
        Tu en sais des choses... !

        En 1989, qui savait que l’ URSS allait s’effondrer ? Personne.
        En 2013, qui savait qu’en 2019, Assad serait toujours là ? Personne.
        En 2016, qui savait que les Démocrates seraient remplacés par Trump ? Personne.
        En 2016, qui savait que les Britanniques allait dire oui au Brexit ? Personne.
        En 2016, qui savait que Fillon ne serait pas élu en 2017 ? Personne.

        Les mesures anti sociales sont en train de faire bouger les plaques tectoniques un peu partout. Je ne sais pas si Macron finira son mandat, et je ne sais pas ce qui va se passer d’ici 2022.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 19:19

        @cettegrenouilleci
        "Je ne crois pas que l’étiquette « stalinien », et encore moins « stalinien de choc » permette en quoi que ce soit de clarifier le débat, ni de qualifier honnêtement et scrupuleusement le positionnement politique d’Anne Lacroix Riz.« 

        J’ai peut être eu tort de parler d’elle puisqu’il y a sans doute plus important à faire. Cependant, il s’agit bien de ma part d’une qualification honnête visant à la définir le plus exactement possible par ses positions. Je pourrais d’ailleurs ajouter qu’elle porte gravement atteinte aux avancées du féminisme.

        Je ne sais pas si elle renie les déclarations de Jeannette Vermeersch, la femme de Maurice Thorez, à propos de l’avortement dans le style : les femmes des travailleurs ne veulent pas des vices de la bourgeoisie. C’était encore la position du PCF en 1968.

        Elle n’est pas pressée de rappeler que le couple des Thorez a passé les cinq années de la guerre dans une confortable datcha (villa) de la banlieue de Moscou et qu’ils en sont revenus pour appliquer les ordres de Staline qui consistaient à demander aux résistants de déposer les armes et de se plier à la politique de De Gaulle. Elle met entièrement sur le dos de de Gaulle le fait qu’il y ait eu un recyclage massif des cadres du pétainisme sans dire que les ordres de Staline étaient que le PCF n’y fasse pas obstacle. Elle dénonce comme l’un de ces cadres Couve De Murville sans dire que François Mitterrand a eu exactement le même parcours (Il ne faut pas renier l’appui du PCF à la politique de Mitterrand).

        Elle explique que les femmes tondues à la libération n’ont pas seulement étaient punies pour cause de collaboration horizontale et elle n’a aucun autre jugement à prononcer sur cette pratique. Merci le féminisme !

        Je ne fais là que référence à son dernier bouquin sur »la non épuration« et à ce qu’elle en a dit sur des vidéos de YouTube mais ce qu’elle dit à propos des crimes de Staline est bien plus horrible.

        Elle cautionne que les victimes de Staline était bien des sales traitres trotskistes à la solde des américains. Elle en donne pour preuve qu’elle a consulté les archives récentes des enquêtes qui ont précédé les procès. Elle remarque alors que les accusés ont avoué leurs crimes avant les procès lors des »interrogatoires« dans les caves du Guépéou ce qui figure sur les notes sténographiques.

        Elle ose présenter comme preuves ce que les bourreaux de Staline ont réussi à arracher à leurs victimes.

        Elle donne aussi comme preuve que lors de l’ouverture des archives de Trotsky en amérique tout le monde a pu remarquer que Trotsly avait des contacts avec des opposants en Russie. Personne n’a nié cela. Trotsky a fait tout ce qu’il pouvait pour organiser une opposition à Staline. Elle essaie d’inventer que Pierre Broué (historien du mouvement ouvrier décédé) qui était un des premiers à découvrir les dites archives serait donc en opposition avec Jean Jacques Marie (historien du mouvement ouvrier vivant). Elle veut ainsi opposé cet historien décédé aux historiens vivants alors qu’ils étaient complètement d’accord ensemble.

        Elle en est encore à contester une partie de la politique de Kroutchev sur les »abus du culte de la personnalité". Elle explique que le PCF est allé trop loin dans ce sens.

        Pour elle la famine en Ukraine était une disette...

        Je m’arrête là et je confirme que c’est une stalinienne de choc.


      • Eric F Eric F 15 novembre 19:19

        @cettegrenouilleci
        concernant le 5 décembre, les initiateurs de la journée d’action et grève sont les défenseurs des régimes spéciaux de retraite des salariés des grandes entreprises parapubliques. Ils engrangent avec satisfaction tous les autres mécontentements, la convergence leur donne des décibels. Il y aura donc des bannières « macron démission », « ric », « frexit », mais ce sera du bruit de fond, les mesures tangibles du gouvernement pour faire redémarrer les trains seront catégoriellement ciblées.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 20:46

        @cettegrenouilleci
        "L’expérience d’’une « première étape » électorale puis gouvernementale portée par le PCF, le PS et la FI re-soudée pour l’occasion, les Français connaissent. Ils ont déjà donné. Cela n’arrivera pas. « 

        Je ne sais pas ce qui te permets d’affirmer cela.
        En 2017 des français ont voté pour Mélenchon. D’autres ont voté pour Hamon. Je n’essaie pas d’affirmer pourquoi ils l’ont fait mais ils ont bel et bien mis des bulletins dans l’urne avec ces noms là. S’il y avait eu un accord pour qu’il n’y ait qu’un nom celui-ci battait Macron. Tu viens me dire que si cela se produit en 2022, ils ne voteront pas pour le candidat unique. Ton argument c’est »les français connaissent. Ils ont déjà donné". Mais justement ce qu’ils savent c’est qu’en aucun cas il ne faut faire confiance à celui qui sera ainsi élu d’où la suite de ma proposition qui est indissociable du début. Le soir même nous préparons les banderoles et l’étape suivante...
        Penses-tu que les français sont indifférents au fait qu’il est possible de battre le candidat des milliardaires aux élections ? Penses tu que les français sont indifférents au fait qu’il est possible au second tour d’avoir un autre choix que de voter soit pour le candidat des milliardaires soit pour le candidat du RN ? Il n’y a qu’une seule autre possibilité : un candidat unique du PCF, du PS et de la FI.
        C’est cela la première étape que je propose de gagner et je propose ensuite d’en gagner une autre.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 21:25

        @Fifi Brind_acier
        Je ne sais pas à quoi tu fais référence. Ai-je fais des prévisions trop hasardeuses ?


      • cettegrenouilleci 16 novembre 06:59

        @Jean Dugenêt

        Battre le candidat des milliardaires pur le remplacer par l’ennemi déclaré de la finance élu avec le soutien de tous les partis de gauche au deuxième tour de l’élection présidentielle, c’est ce qui s’est passé en 2012 avec les résultats que l’on connaît. Le résultat tangible de cette mascarade, c’est l’ascension fulgurante du Front National.

        Les mêmes causes produisant les mêmes effets....


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 08:52

        @Jean Dugenêt
        Tu as écrit qu’Asselineau ne serait pas élu en 2022, perso, je n’en sais rien.

        La Gauche est dans les choux, la Droite a sombré dans le triangle des Bermudes.
        Le FN ne tient que parce que Macron en a besoin, comme épouvantail à moineaux.Et Macron est encore plus détesté que Sarkozy et Hollande réunis.

        Ce qui va se passer d’ici 2022, je n’en sais strictement rien, mais le paysage politique me semble plus favorable à l’ UPR qu’en 2017.

        Je trouve un peu détestable cette manie des trotskistes d’aller se nicher comme des coucous dans le nid des autres. Je ne te reproche pas de défendre tes idées au sein de l’ UPR, mais de ne jamais défendre l’UPR. Et si possible de la torpiller.
        Avec des amis comme toi, l’UPR n’a pas besoin d’ennemis.

        Pourquoi ne va-tu pas faire le coucou au PRCF ?
        Ils sont révolutionnaires et favorables à un Brexit de Gôooche !?


      • nono le simplet nono le simplet 16 novembre 09:10

        @Fifi Brind_acier
        Tu as écrit qu’Asselineau ne serait pas élu en 2022, perso, je n’en sais rien.

        tu passes ton temps à faire des prévisions péremptoires et là ... non smiley


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 10:39

        @Jean Dugenêt
        Je ne veux pas entrer dans le débat stalinisme/ trotskisme, je n’ai pas les éléments qui me permettent de le faire. Je sais très bien qu’Annie Lacroix Riz défend l’ URSS, et que les trotskistes ont toujours combattu le stalinisme.

        Vu que les USA rêvent de mettre la main sur la Russie, depuis bien avant la révolution de 1917, il doit y avoir des exagérations des deux côtés, les uns magnifient l’URSS, les autres trouvent que tout est à rejeter, je ne fais entièrement confiance ni aux uns, ni aux autres...

        Si j’ai bien compris, le PCF a depuis, largué les amarres avec le marxisme pour devenir un européiste enthousiaste, et maintenant, il trouve les islamistes vachement bien !! Et un certain nombre de trotskistes sont entrés au Parti Socialiste pour soutenir activement Mitterrand. No comment.
        Comme quoi le marxisme mène à tout, à condition d’en sortir.

        Ce qui m’intéresse chez Annie Lacroix Riz, ce sont ses analyses du capitalisme, et son travail sur les archives. J’apprécie ses analyses sur la construction européenne, sur les élites françaises entre 1940 et 1944, sur le fascisme français.

        Et même sur la non épuration à la Libération, car cela explique la suite, les réseaux Stay Behind et Gladio, la récupération et le recyclage des nazis par les USA.

        Et le fait que les z’élites collabos, aussi en France qu’en Allemagne sont restées en place. Ce qui éclaire assez bien les raisons pour lesquelles, le projet économique de l’ UE ressemble autant au projet économique qu’Hitler avait prévu pour l’Europe après la guerre...


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 novembre 19:48

        @Fifi Brind_acier
        Bonsoir,
        Il y aurait une quantité de remarques à faire sur ce que tu viens de dire. Je me contenterai de faire quelques observations pour dégager des méthodes saines d’analyse et de discussion. Il ne faut pas confondre des pays et les régimes politiques qu’ils incarnent à telle ou telle période.
        Par exemple, Trotsky n’a jamais combattu l’URSS pas plus que la France, la Belgique... Il a combattu le régime stalinien. Il l’a fait dans un premier temps en essayant de redresser le cours des partis communistes puis, à partir de 1938, ayant constaté l’ampleur des dégâts du stalinisme, il a estimé que les partis communistes n’étaient plus redressables.
        La même remarque s’applique dans l’autre sens. Je ne reproche pas à Annie Laroix-Riz de défendre l’URSS. Je lui reproche de défendre le stalinisme.
        Même remarque aussi quand tu dis que « les USA rêvent de mettre la main sur la Russie ». Les visées extensionnistes (colonialisme sans colons) des USA sur l’URSS comme sur l’ensemble de l’Europe (avec l’UE aujourd’hui) sont une chose. La volonté des gouvernements capitalistes (comme ceux des USA) d’interdire la propriété collective en est une autre. La haine de tous les capitalistes contre la révolution russe et une haine contre toutes les révolutions qui remettent en cause le régime capitaliste.

        Le PCF n’est plus marxiste. Là dessus tu as raison. Il n’est plus marxiste depuis qu’il défend le principe du « socialisme dans un seul pays » c’est à dire depuis les années 20 (approximativement). Les raisons que tu donnes sont sans rapport avec ça.
        « il trouve les islamistes vachement bien ! »

        Le jugement sur les religions n’a rien à voir avec ça. Peu m’importe ce que les uns ou les autres pensent des islamistes, des chrétiens ou des juifs. Je suis athée comme tous les marxistes. Je suis par la même occasion partisan de la laïcité.

        « Et un certain nombre de trotskiste sont entrés au Parti Socialiste pour soutenir activement Mitterrand ».
        C’est exact à une nuance prêt : quand ils sont entrés au PS, ils ont cessé d’être trotskiste.
        Par ailleurs il y a peu de choses à tirer comme conclusion à partir des destinées individuelles.
        Marcel Déat est passé du parti socialiste à la collaboration.
        Jacques Doriot est passé du parti communiste à la collaboration.
        David Rousset d’abord socialiste devient trotskiste puis gaulliste.
        Mitterrand pétainiste se rallie à De Gaulle puis devient socialiste.
        Couve de Murville pétainiste devient gaulliste.
        Jospin, Mélenchon, Cambadélis sont passés du trotskisme au PS.
        On peut sans doute citer des milliers de cas comme ceux-là de personnes qui ont changé d’orientation politique au cours de leur vie. Il faut se garder de tirer des déductions abusives de ces cas et il ne faut jamais faire de généralisations abusives.

        Pour pouvoir discuter en toute clarté, il faut éviter les insinuations. La formule « no comment » est de ce point de vue condamnable. Il est inutile de faire une affirmation s’il n’y a rien à en déduire, aucun commentaire à faire.

        Je suis d’accord avec ce que tu dis concernant ce que j’appelle le recyclage massif des cadres du pétainisme dans l’administration française à la libération. Il est préférable de le dire ainsi plutôt que de parler d’une « non épuration » car il y a eu une épuration sur laquelle il y aurait beaucoup de choses à dire.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 novembre 20:11

        @Fifi Brind_acier
        « Tu as écrit qu’Asselineau ne serait pas élu en 2022, perso, je n’en sais rien. »

        J’ai déjà eu l’occasion d’expliquer simultanément trois choses au sein de l’UPR :
        Pour éviter les déceptions, il convient de ne pas semer d’illusions.
        Les mêmes causes produiront toujours les mêmes effets. Nous sommes les plus dangereux pour ceux qui contrôlent les médias de masse. Ils feront donc toujours tout ce qu’ils peuvent pour nous blacklister. Cela nous sanctionne gravement.
        Il ne faut pas capituler sur cette question et nous progressons. Cependant, plus nous progressons plus les barrières qui sont mises pour nous limiter sont difficiles à franchir. Nous l’avons analysé en montrant que nous sommes dans un régime de plus en plus totalitaire (les recours au CSA ne peuvent plus aboutir...).

        Non seulement je ne torpille pas l’UPR en disant ce que je viens d’écrire, bien au contraire mais, de plus, je permets à une quantité de militants de prêter une oreille bien différente à notre égard. Tous particulièrement aux militants de la FI qui sont favorables au Frexit même quand ils ne le disent pas. L’attitude qui revient à les braquer contre nous n’est pas constructive.

        Tu fais preuve d’un sectarisme inadmissible dans l’UPR qui d’après sa charte est opposée au clivage gauche/droite ce que je formule autrement en disant qu’elle n’a ni vocation à défendre le capitalisme ni vocation à l’attaquer.

        Pour ma part je n’accuse pas ceux qui défendent le capitalisme de torpiller l’UPR.

        J’envoie tous mes livres à François Asselineau et tous mes articles passent sur facebook dans des groupes liés à l’UPR :
        Discussions autour de l’UPR
        Le Frexit au plus vite
        UPR propositions des militants
        Fr-Exit
        Amis qui aiment François Asselineau

        Personne ne m’a jamais accusé de torpiller l’UPR.

        « Pourquoi ne va-tu pas faire le coucou au PRCF ? »
        Si tu as bien lu ce que je dis d’Anne Lacroix-Riz, tu as dû constater que je suis moins conciliant que toi à son égard. Dois-je déduire que tes idées sont plus proches de celles du PRCF que les miennes ?

        « Ils sont révolutionnaires et favorables à un Brexit de Gôooche !? »
        Faut-il bien comprendre que tu invite les militants de l’UPR « favorables à un Brexit de Gôooche » à quitter l’UPR.
        Qui torpille l’UPR ?


      • Cadoudal Cadoudal 17 novembre 20:17

        @Jean Dugenêt
        Mon brave Lambertiste, vous allez réussir à torpiller l’UPR comme vous avez torpiller les Gilets Jaunes et LFI...

        C’est votre Karma d’avant garde du prolétariat...lol...


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 novembre 20:21

        @Cadoudal

        Pour les gilets jaunes c’est déjà réussi.


      • Cadoudal Cadoudal 17 novembre 20:44

        @Aita Pea Pea
        Mais Dugenet à beaucoup d’ambition...

        Et il a l’art de se faire des copains...

        Quand il souhaitait que Daech prenne le pouvoir pour nous faire la peau, y a le vieux guerrier Cova qui avait réagi...

        Le Dugenèt à effacé son post vite fait, mais il en reste des traces...lol...

        covadonga*722 13 octobre 17:24

        @Jean Dugenêt
         Par comparaison, j’admire les islamiques quand je lis votre prose. J’en viendrais à souhaiter qu’ils nous envahissent pour nous protéger de l’arrogance des vôtres.

        hé hé , serrant ses petits poings l’avant garde révolutionnaire trépigne d’avoir été lâchée par le prolétariat sous-chien.La racaille de gauche bourgeoise éduquée est prête a s’allier avec le barbu pour garder sa posture révolutionnaire .
        Que la gauche « révolutionnaire » ne s’inquiète pas elle sera soit mouton dhimmis soit nous lui réserverons le sort que ce bon Félix Dzerzhinsky proposait aux ennemis du peuple .....

        https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/tous-ensemble-ou-dialogue-social-218485#forum5584113

        Maintenant que l’éminent prolo de l’avant garde Dugenet veuille virer Fifi pour déviationnisme anti muzz, n’est que la suite logique d’un long processus....


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 novembre 21:07

        @Cadoudal

        Dugenou il y a longtemps que je l’ai relégué aux penseurs vides .


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 novembre 09:27

        @Cadoudal
        « Le Dugenèt à effacé son post vite fait »
        C’est faux je n’ai rien effacé du tout.
        J’ai fait un signalement pour vos abus et vous avez été interdit d’intervention sur mes articles. Je viens de lever l’interdiction et j’ai peut être eu tort.

        "Par comparaison, j’admire les islamiques quand je lis votre prose. J’en viendrais à souhaiter qu’ils nous envahissent pour nous protéger de l’arrogance des vôtres.« 
        Lisez bien ce que j’ai écrit. Par comparaison avec toute la haine dont vous faites état je ne crois pas que les islamiques pourraient être pire. J’ajouterai que le mythe d’un envahissement des islamiques vous appartient et que pour ma part je n’y crois pas du tout. Finalement je ne veux que vous retourner toute votre haine.

         »Que la gauche « révolutionnaire » ne s’inquiète pas elle sera soit mouton dhimmis soit nous lui réserverons le sort que ce bon Félix Dzerzhinsky proposait aux ennemis du peuple ...« 
        Traduction de l’humour à Cadoudal. Si vous ne devenez pas les sujets moutons des musulmans nous vous exterminerons avec la méthode de Félix Dzerzhinsky .

        Que »Dugenet veuille virer Fifi".
        C’est l’inverse. C’est Fifi qui veut virer Dugenet. Vous avez des alliés.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 18 novembre 09:29

        @Aita Pea Pea
        Mon pseudo est Jean Dugenêt.
        Charte de bonne conduite :
        « Le détournement du nom ou du pseudo de son interlocuteur dans le but de l’humilier n’a pas lieu d’être dans les forum. »


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 09:57

        Mon article a été publié plus rapidement que je ne l’avais prévu. Voici l’introduction que je vais mettre pour la version sur Facebook.

        ==============================================================

        Nous nous sommes déjà exprimés au sujet du mouvement des gilets jaunes. Nous allons y revenir pour évoquer le processus d’émergence des leaders de ce mouvement. Celui-ci est problématique puisque les médias y interviennent. N’y a-t-il pas risque que les milliardaires qui possèdent les médias tentent d’imposer des « leaders des gilets jaunes » à leur convenance ? Nous évoquerons ensuite l’hypothétique mais possible élection présidentielle de 2022. L’intérêt des exploités serait qu’il n’y ait qu’un seul candidat pour les représenter dès le premier tour. Celui-ci pourrait ainsi battre successivement le candidat des milliardaires et celui du RN. Pour finir, nous ferons état d’une nouvelle manipulation des milliardaires qui vise à faire apparaître pour les présidentielles un « candidat des gilets jaunes ». Celui-ci serait ainsi un élément de division supplémentaire dans le camp des exploités. Il est certain qu’une telle manipulation aurait le soutien des médias et il se trouverait rapidement un sondage pour indiquer que ce candidat serait crédité d’un score phénoménal. Mais, jusqu’à maintenant, les gilets jaunes ont su écarter toutes les manipulations et il y a fort à parier que celle-ci n’ira pas très loin. Elle ne passera pas le cap de la prochaine assemblée des assemblées.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 13:21

          @Jean Dugenêt
          Intéressant article de Charles Sannat, qui introduit un facteur non prévu dans ton agenda :

          "... En poursuivant une politique de destruction systématique de tout ce qui faisait le pacte social français que nous n’avons – soyons justes – pas du tous les moyens de maintenir dans notre organisation actuelle (pas de souveraineté monétaire, pas de souveraineté douanière), la convergence des « luttes », comme on dit, n’est qu’une question de temps. Nous y sommes.

          Alors vite… divisons, mais comment faire si ça converge ?

          Pour éviter la convergence, il faudra jouer la division « ethnique ».

          Au bout de ce processus politico-économique, le pouvoir n’aura plus qu’une carte à jouer. Funeste. En réalité il la joue déjà. C’est le vieux principe du diviser pour mieux régner.

          On fait monter le Front national, pardon le Rassemblement national, pour choisir son adversaire. Pour faire cela, il faut appuyer sur les divisions ethniques qui cisaillent notre pays. Des centaines de morts ces dernières années sur notre sol. Dans nos villes... etc


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 13:33

          @Fifi Brind_acier
          Je suis bien d’accord sur le fait que mettre en avant les questions des migrants, de l’islam et autres sert essentiellement à introduire des divisions dans le camp des exploités et à les détourner du seul objectif qui permettrait de les sauver : la lutte unie contre les exploiteurs.


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 13:53

          @Fifi Brind_acier
          Ici, je suis bien d’accord avec la référence que tu proposes. Ce que dit Charles Sannat est très censé. Malheureusement, il ne propose rien et je ne lui en veux pas : ce n’est pas son rôle.
          On trouve quelques renseignements sur lui ici. Il est spécialiste d’économie, et je ne le suis pas, mais je trouve ces propositions en la matière intéressantes.

          il est favorable à l’étalon-or ;

          il prédit la fin de l’euro ; 

          il privilégie l’or comme « assurance patrimoniale » ;

          il préconise la répudiation de la dette publique.

          Sur ces deux deniers points je suis particulièrement d’accord et je conseille fortement aux petits épargnants d’acheter de l’or en liquidant leurs placements en banque.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 18:54

          @Jean Dugenêt
          A part les deux dernières propositions, Asselineau dit la même chose que Charles Sanat : « La sphère politico médiatique se sert du voile des musulmans pour cacher les problèmes ».


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 21:04

          @Fifi Brind_acier
          Je suis évidemment complètement d’accord avec ça.
          J’ai d’ailleurs préféré ne pas intervenir sur toutes les polémiques à propos d’une manif dont chacun interprétait le sens à sa façon : pro-islamique, anti-islamophobe, antilaïque ou laïque.


        • Kapimo Kapimo 15 novembre 16:03

          « les trois grands partis du mouvement ouvrier : PS, PCF, FI. »

          J’ai arrêté de lire à cet endroit.

          Il faut regarder la réalité en face : que vous le vouliez ou non, le premier parti ouvrier est aujourd’hui le RN, et aucun mouvement ne peut se prétendre « ouvrier » sans intégrer cette donnée.

          Quant au PS (et même le PC), ils n’ont plus rien d’ouvrier depuis 1983, et sont pro-UE (et OTAN), c’est à dire pour le néo-libéralisme. Plein de gilets jaunes se moquent comme une guigne de ces partis, et du « mouvement ouvrier » institutionnel dont les représentants (syndicaux et politiques) sont devenus complices des pouvoirs.

          Votre logiciel est une machine à perdre. Vous devriez faire un peu plus d’effort pour déterminer vos priorités : le plus important, c’est d’aller au combat avec ceux qui combattent l’ennemi aujourd’hui en 2019 (à commencer par l’UE qui est la courroie de transmission du néo-libéralisme, et par l’OTAN qui est la courroie de transmission du néo-colonialisme), pas d’aller au combat avec un groupe de potes.


          • cettegrenouilleci 15 novembre 16:21

            @Kapimo

            Un parti ouvrier, ce n’est pas un parti qui capte les voix de la classe ouvrière. C’est un pari qui défend les intérêts de la classe ouvrière qui, contrairement aux intérêts de l’oligarchie européiste, se conjuguent étroitement avec les intérêts de la nation.

            Le Rassemblement national est, à l’instar du parti socialiste, un parti docile de l’oligarchie . La classe ouvrière n’a rien à en attendre de bon. Rien du tout.


          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 18:39

            @Kapimo
            "Il faut regarder la réalité en face : que vous le vouliez ou non, le premier parti ouvrier est aujourd’hui le RN, et aucun mouvement ne peut se prétendre « ouvrier » sans intégrer cette donnée.« 

            J’aurais pu, en faisant un raccourci de langage, parler des partis ouvriers mais je ne l’ai pas fait. J’ai parlé des »partis du mouvement ouvrier« .
            Ce n’est pas par l’appartenance des militants à la classe ouvrière que se défini un parti ouvrier mais par son appartenance au »mouvement ouvrier« c’est à dire à la lutte depuis deux siècles des exploités pour en finir avec le capitalisme. Dans cette lutte, la classe ouvrière s’est dotée d’organisations : syndicats et partis dont nous héritons. Au fils de l’histoire la plupart des dirigeants des organisations ouvrières ont trahi ce qui a amené à la création d’autres organisations. Ainsi les partis de la IIème internationale ont renié en 1914 leur engagement de s’opposer à la guerre et une nouvelle internationale a été construite. C’est pourquoi nous trouvons dans quasiment tous les pays des partis socialistes et des partis communistes. Quelle que soit leur composition sociale ce sont des partis du mouvement ouvrier et il est permis de dire, par raccourci de langage, que ce sont des partis ouvriers.

            Finalement c’est le déroulement de l’histoire qui fait que nous avons des anarchistes, des socialistes, des communistes, des trotskistes de même que nous avons des juifs, des chrétiens, des musulmans...

            Ce n’est pas depuis 1983 que ces partis ont des directions complices du pouvoir. C’est depuis 1914 pour les socialistes, depuis 1938 pour les communistes et cela ne change rien au problème. Cela n’empêche pas que ces organisations appartiennent au mouvement ouvrier et elles y appartiendront tout le temps qu’elles existeront malgré toutes les saloperies dont elles se sont rendues coupables malgré qu’elles collaborent à l’UE, l’OTAN, la CES...

            L’attitude »gauchiste« que j’ai rappelée dans un précédent article en faisant strictement référence au livre de Lénine intitulé »La maladie infantile du communisme : le gauchisme« ne permet aucunement d’aider les masses ouvrières à s’orienter vers la prise du pouvoir. La surenchère dans le vocabulaire pour paraître pur et dur ne permet pas de progresser. Elle permet de se situer en commentateur des événements. Parfois les »gauchistes« virent vers les actions individuelles, les actions exemplaires voire même le terrorisme. Il n’y a rien de plus contre-productif. Les révolutionnaires de la phrase ne proposent rien.

            J’aimerais savoir, par exemple à quelle proposition concrète fait référence une phrase comme celle-là : »le plus important, c’est d’aller au combat avec ceux qui combattent l’ennemi aujourd’hui en 2019 (à commencer par l’UE qui est la courroie de transmission du néo-libéralisme, et par l’OTAN qui est la courroie de transmission du néo-colonialisme)"

            Je ne comprends pas cet ajout : « pas d’aller au combat avec un groupe de potes. ».

            Je ne pense pas avoir proposé d’aller au combat avec un groupe de potes.


          • Kapimo Kapimo 15 novembre 18:46

            @cettegrenouilleci

            Le PS et le PC défendent la classe ouvrière ?
            Ils ont été au pouvoir longtemps, on a vu qui étaient leurs maitres....

            Le RN n’a pas été au pouvoir, et avait au dernières présidentielles un programme social comparable à celui de LFI (qui est effectivement un parti « ouvrier » au sens ou vous l’entendez).
            Après, si c’est une affaire de foi quasi-religieuse avec sa morale sur les bons et les méchants, je vous laisse continuer à vous faire entuber en faisant élire Macron ou son clone.
            Personnellement, je vote et voterai pour toute alternative (UPR, FI, RN) face au néo-libéralisme (en commençant par l’UPR, qui est le parti le plus clair dans la lutte face à l’UE qui impose nos lois sociales, nos budgets, le cours de notre monnaie, nos traités avec le reste du monde etc).


          • Kapimo Kapimo 15 novembre 21:41

            @Jean Dugenêt

            Bonsoir,

            Ma compréhension de votre texte est que vous espérez encore quelque chose d’un mouvement d’union de la « gauche » quand vous écrivez : "ce qui nous inquiète le plus c’est qu’il n’est nulle part question d’un candidat unique pour les trois grands partis du mouvement ouvrier : PS, PCF, FI« .
            Or vous avez très bien compris que les seuls marqueurs de »gauche« qui restent au PS et au PC sont des marqueurs sociétaux (LGBT, immigration, écologie politique etc.). Par contre, le marqueur social anti-mondialisation néolibérale a été abandonné par le PS et le PC depuis longtemps. Une union crédible est donc aujourd’hui impossible, sauf à ce que le PS et le PC redeviennent sociaux (par quel miracle ?, n’y comptez pas une seconde tant ils sont contents de gérer leur petit capital sociétal en accord avec le système néo-libéral).

            Que ça vous déplaise ou pas, comme tout programme social passe par un rejet des directives néo-libérales de l’UE, seuls les partis anti-européens et souverainistes donnent des perspectives pour la mise en oeuvre d’une politique sociale consécutive à une opposition à l’UE, c’est à dire seuls l’UPR, la FI et le RN (les partis trotskystes d’extrême gauche sont exclus car ce sont des partis atlantistes contre la sortie de l’UE/OTAN).

            Si vous avez à coeur le sort des ouvriers et de la classe exploitée, alors il faut accepter une alliance de tous ceux qui sont prêts à s’opposer à l’UE (c’est la démarche de rassemblement de l’UPR), et passer outre vos préventions contre le RN. N’oubliez pas que la résistance et le CNR étaient constituée autant d’homme dits »d’extrême droite« que d’hommes dits »d’extreme gauche« , et que chacun a sa part d’ombre et de lumière (https://www.les-crises.fr/livres-un-paradoxe-francais-antiracistes-dans-la-collaboration-antisemites-dans-la-resistance-par-simon-epstein/). La résistance, surtout quand on est faible, c’est combattre l’ennemi avec tous ceux qui souhaitent le faire, pour espérer retrouver déjà notre liberté, notre capacité de décider.
            Et si cela doit passer par la même phase de destruction du système que celle déclenchée par les »deplorables« américains qui ont élu Trump face à la candidate du système néo-libéral, qu’il en soit ainsi.

            Votre souhait d’union de la gauche, aussi respectable soit-il, n’est aujourd’hui plus qu’un rêve romantique anachronique (combattre avec des gens du même camp du »bien« idéalisé, le »groupe de potes" que j’évoquais).


          • cettegrenouilleci 16 novembre 07:21

            @Kapimo

            Bonjour Kapimo

            Merci pour votre commentaire

            J’estime pour ma part que le PS et le PCF ne sont plus aujourd’hui des partis ouvriers. Ils ont été réduits électoralement à presque rien en raison de leur cascades de trahisons. Leur discours politique est hors sol. Ils défendent l’un et l’autre enfermement de la France dans la dictature de l’UE. Ils se sont appliqués, avec les « verts », au cours des dernières décennies, à dévoyer la contestation sociale vers des leurres destinés à détourner les salariés et les couches populaires enjeux vitaux les concernant tandis que l’oligarchie installait à loisir ses règles du jeu : concurrence libre et non faussée, liberté totale de circulation des capitaux et de la main d’oeuvre, casse du droit social, liquidation et privatisation des services publics, liquidation des libertés individuelles et des droits des salariés dans les entreprises, guerres coloniales et diplomatie guerrière...
            Le « mariage pour tous », la PMA pour tous et la liberté de décider qu’on est un garçon alors qu’on est une fille, ou de décider qu’on est une fille alors qu’on est un garçon, voilà à peu près tout ce que les soi-disant partis de gauche ont apporté à la classe ouvrière tandis que l’oligarchie et le patron fermaient les usines, cassaient le droit du travail et le régime des retraites, etc...


          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 16 novembre 09:50

            @Kapimo
            Bonjour,
            Vous vous opposez à ma proposition de Front Unique Ouvrier c’est à dire à une alliance PS, PCF et FI en proposant une autre alliance : UPR FI et RN. L’UPR malheureusement ne dépassera pas 3% autant dire que votre proposition c’est une union assez singulière et originale FI + UPR. Outre que cela ne se fera jamais quels sont vos curieux arguments :

            "seuls les partis anti-européens et souverainistes donnent des perspectives pour la mise en oeuvre d’une politique sociale consécutive à une opposition à l’UE, c’est à dire seuls l’UPR, la FI et le RN« 

            C’est parce que, d’après vous, ils seraient anti-européens et souverainistes que ces partis devraient s’unir. Vous n’avez peut être pas remarqué que le RN et la FI sont farouchement opposés au Frexit.

            Et vous ajoutez pour ceux qui n’ont pas compris :

             »Si vous avez à coeur le sort des ouvriers et de la classe exploitée, alors il faut accepter une alliance de tous ceux qui sont prêts à s’opposer à l’UE (c’est la démarche de rassemblement de l’UPR), et passer outre vos préventions contre le RN. "

            D’après vous cette alliance serait conforme à la démarche de l’UPR. Je crains que vous ne vous soyez pas beaucoup renseigné sur la politique de l’UPR. et vous me proposez de passer outre mes « préventions contre le RN ». Autant me proposer de passer outre mes préventions contre Hitler et Mussolini pendant que vous y êtes. Ne croyez pas que ce que je dis est une exagération. Jacques Doriot, qui venait du PCF, et Marcel Déat, qui venait du parti socialiste, ont tenu des discours de ce genre avant de devenir les pires collaborateurs.

            Vous ajoutez encore :
            "N’oubliez pas que la résistance et le CNR étaient constituée autant d’homme dits »d’extrême droite« que d’hommes dits »d’extreme gauche« , et que chacun a sa part d’ombre et de lumière"

            Là je crois que vous confondez résistance et collaboration.

            Je vous remercie pour votre participation.


          • Kapimo Kapimo 16 novembre 14:47

            @Jean Dugenêt

            « en proposant une autre alliance : UPR FI et RN. L’UPR ».

            Bonjour,

            Vous m’avez mal lu ou je me suis mal exprimé, je ne propose aucune alliance formelle LFI-UPR-RN, contrairement à ce que vous proposez pour la gauche (un candidat commun).
            L’alliance de ces appareils politiques est impossible, j’en ai bien conscience et je ne la souhaite pas. Je parlais d’une alliance (le mot est sans doute mal choisi dans ce cas précis) de facto des électeurs dans le vote face au néo-libéralisme au second tour d’une élection.
            Ceux qui refusent de voter contre le néo-libéralisme lorsqu’ils en ont l’occasion ont selon moi tort.
            Lorsqu’un maitre-chanteur type Macron ou son clone dit en substance, « c’est soit moi avec mon néo-libéralisme qui vous détruit dans les formes acceptées par le système, soit des »affreux« qui n’ont pas l’appui du système et avec lesquels vous prenez des risques terribles d’autodestruction », je n’hésite pas une seconde et je choisis les « affreux ».
            Céder au chantage des maitres-chanteurs, c’est d’une part dégradant pour soi, et c’est surtout d’autre part les encourager à aller de plus en plus loin (voir la trilogie infernale Sarkozy-Hollande-Macron).
            De plus, il ne sera JAMAIS possible de gagner face au néo-libéralisme sans les électeurs du RN.

            « Là je crois que vous confondez résistance et collaboration. »
            Merci pour moi....
            Manifestement, vous n’avez pas lu l’article que j’avais mis en lien, et que je remet en lien. https://www.les-crises.fr/livres-un-paradoxe-francais-antiracistes-dans-la-collaboration-antisemites-dans-la-resistance-par-simon-epstein/

            Sinon, dire Le Pen = Mussolini, c’est factuellement faux vu son programme, quelles que soient les préventions qu’on puisse avoir par ailleurs.
            Vous préférez être un perdant magnifique pour satisfaire votre posture morale, plutôt que vous battre dans les conditions (perverses) qu’impose le système.

            Moi, je voterai UPR au premier tour de toutes les élections, et je continuerai à voter contre le néo-libéralisme et l’UE/OTAN au second tour (avec une préférence pour l’UPR, mais sinon pour LFI ou le RN si c’est le choix qui m’est laissé).


          • Tall Tall 15 novembre 18:00

            Le Pouvoir a fort évolué dans son efficacité à manipuler l’Opinion, hélas. Je le vois chaque jour.

            Trois exemples ( parmi bien d’autres )

            1 ) l’élection de Macron, présenté comme l’homme du renouveau, alors qu’il a été le mentor économique de Hollande pendant tout son quinquennat jusqu’à un an des élections ( conseiller financier à l’Elysée, puis ministre des finances ). Et tout le monde pouvait le voir sur sa fiche wikipedia.

            2 ) le choix des « icones » par les médias comme l’évoque l’article : une gamine ayant un look limite trisomique pour le climat, et un gars avec un look de djihadiste chez les gilets jaunes

            3) les documentaires « historiques » des médias qui ont présenté mai 68 comme une révolution folklorique de la jeunesse en zappant totalement les accords de Grenelle ( +35% sur le smig et +10% sur tous les salaires, entre autres )

             etc ... 


            • Kapimo Kapimo 15 novembre 18:59

              @Tall

              Si cet aspect des choses vous interpelle, les bouquins de Lucien Cerise sont une mine d’info sur l’ingénierie sociale :
              https://www.youtube.com/watch?v=nxCAh3lWnsw

              Sinon, le bouquin référence de Noam Chomsky, « La fabrication du consentement ».


            • Paul Leleu 15 novembre 19:05

              @Tall

              les gens sont manipulés parce-qu’ils veulent bien l’être... la liberté concerne certainement une élite minoritaire... et la quête est peut-être bien spirituelle


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 20:58

              @Paul Leleu
              les gens sont manipulés parce-qu’ils veulent bien l’être.


              Si la propagande ne fonctionnait pas, les capitalistes auraient cessé d’en faire...
              Qui remarque qu’il n’y a plus de débats contradictoires sur les sujets sensibles ?
              « Les experts », sortis d’on ne sait où, sont toujours d’accord sur l’essentiel.

              La BBC interdit les scientifiques qui rejettent les conclusions du GIEC.
              Au moins, ils sont tranquilles, la pensée unique est assurée.

              Il faut un certain niveau de culture pour vérifier ce qu’on a entendu, chercher et croiser les informations. Et du temps pour le faire. Et puis, il faut se trouver en situation de dissonance cognitive. Si on n’a aucun doute sur les infos entendues, on n’a aucune raison de chercher plus loin.


            • Eric F Eric F 15 novembre 19:16

              "En fait, pour qu’un leader émerge, il faut la conjonction de trois conditions :

              1. Il se fait reconnaître sur les réseaux sociaux.
              2. Il est médiatisé.
              3. Il ne se laisse pas corrompre.« 

              Il faut surtout qu’il ait une représentativité reconnue par une majorité des gens se considérant comme »Gilets Jaunes« , car on a vu beaucoup de candidats au leadership être dénigrés par les autres courants. »Se faire reconnaitre sur les réseaux sociaux« est une sorte de doigt mouillé de notoriété, mais les gens de base ne sont pas tous accrocs aux réseaux sociaux. Certains évoquent la notion d’ »avant garde agissante« , c’est alors les gros bras et grandes gueules qui s’autoproclament et font taire les autres (on lit par exemple : »imposer" le frexit, mais comment : par intimidation ?).


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 19:29

                @Eric F
                « Il faut surtout qu’il ait une représentativité reconnue par une majorité des gens se considérant comme Gilets Jaunes »

                Je veux bien cela mais je ne sais pas comment ça se mesure puisque tout le monde peut se considérer gilet jaune. A tout prendre je préférerai dire qu’il ne faut pas qu’ils aient été rejeté lors d’une assemblée des assemblées. Je crois que la liste que je donne correspond bien à cela.
                Je ne sais pas qui a parlé « d’imposer le Frexit ». Pour ma part, j’essaie de convaincre les gilets jaunes qu’ils devraient se prononcer en faveur du Frexit.
                Je ne comprends pas bien la notion « d’avant garde agissante ».


              • Eric F Eric F 15 novembre 21:03

                @Jean Dugenêt

                Tout le monde peut se déclarer Gilet Jaune parce qu’il n’y a pas de formalisme d’adhésion ou d’appartenance, l’absence de structure rend difficile de consulter « la base » (dans le cas d’une entreprise en grève, c’est plus facile), mais cela implique qu’en l’état, nul ne peut légitimement parler au nom du courant GJ de manière générale. Le concept de « leader » ou de « porte parole » d’un mouvement non structuré est discutable.
                « Ne pas se faire rejeter » par une assemblée est une faible indication de représentativité, car la participation aux assemblées se fait par décisions individuelles d’y venir, rien n’indique qu’elles soient réellement représentatives de l’ensemble des GJ. Dans ce type de réunions, des courants peuvent rameuter leurs partisans, il peut y avoir noyautage par un courant déterminé -il est probable que ça se produise plus ou moins-.

                A propos d’« imposer le frexit », j’ai relevé cette phrase de l’article : « A l’étape de l’élection présidentielle, il s’agira uniquement de battre les candidats des capitalistes. A l’étape suivante, il faudra lutter contre les traitres pour imposer le Frexit » (ne pas y être favorable serait donc de la traitrise !)

                Concernant l’« avant garde agissante », j’avais relevé cette phrase d’un intervenant, à propos de participation aux élections : « L’avant-garde est là pour éclairer le chemin, pas pour être spectatrice de ses errements et encore moins pour les cautionner ou les soutenir, ne fût-ce qu’électoralement. »


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 21:11

                @Eric F
                Tout va bien. Vous avez raison et je maintiens ce que j’ai dit. J’avais pensé que vous parliez d’imposer le mot d’ordre du Frexit aux gilets jaunes.
                Je pense en effet que si un président de la république était élu avec une candidature FI PCF PS il faudrait immédiatement engager le combat pour le Frexit.
                L’UE voudra imposer à ce gouvernement qu’il applique les GOPE comme les autres et immédiatement la question sera soulevée. Le peuple mobilisé lors de l’élection restera mobilisé... et il ne pourra obtenir satisfaction sur aucune de ses revendications sans le Frexit.


              • Eric F Eric F 15 novembre 21:51

                @Jean Dugenêt
                c’est donc plutôt « s’efforcer de convaincre » qu« imposer », car cela se place dans le cadre électif, où une majorité d’union de la gauche aurait remporté les présidentielles (et probablement dans la foulée les législatives). Mais la formulation dans l’article résonne plus « musclée »...


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 16 novembre 09:53

                @Eric F
                Je suis d’accord pour ce genre de nuances. En fait, il faut imposer à ceux qui n’en voudront jamais en s’efforçant de convaincre le plus grand nombre de se joindre à nous.


              • Sparker Sparker 15 novembre 19:46

                Bonsoir,

                Je ne sais pas si c’est pas impossible, hum, tout est tellement éclaté avec chacun son angle de vue et toute la réflexion qui suit.

                Ces règles du jeu sont devenues obsolètes, il faut casser ces règles et en établir d’autres.

                Il faut que les citoyens participent de plus près aux décisions, qu’ils aient un contrôle sur leur application, seul moyen de créer de la responsabilité et de redonner le goût du bien commun et ainsi favoriser la sortie de la béatitude consumériste.

                Il faut des gens conscient d’eux mêmes et de la responsabilité de faire commun vu le potentiel chaos qui vient (à moins d’un miracle...)

                Une sixième république ou autre forme pourrait faire consensus. Mais bon le bordel serait pour après...


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 novembre 21:05

                  @Sparker
                  Il faut que les citoyens participent de plus près aux décisions,


                  Les décisions sont prises à Bruxelles, à la Commission européenne et au Conseil européen ; à Francfort pour la BCE ; à la Cour de Justice européenne au Luxembourg, ainsi qu’à l’OTAN, à Bruxelles et à Washington...


                • Sparker Sparker 15 novembre 22:05

                  @Fifi Brind_acier

                  Certes certes mais on en arrive à une pression quasi subversive, ça va plus loin que les traités, il y en à plein les bottes de cette mainmise sur le réel de ces...
                  On ne peut quasi plus se contenter de ne sortir que des traités pour reprendre le cours de la cinquième, c’est mon avis certes subjectif mais vu le bazar on échappera pas à une forme de tabula raza.
                  La main mise sur la démocratie aussi...


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 09:14

                  @Sparker
                  La Constitution de la Ve République a été modifiée 24 fois pour la rendre compatible avec les transferts de la souveraineté aux Instances européennes.

                  Les autres pays européens ont tous des Constitutions différentes, et pourtant ils appliquent tous les programmes économiques anti sociaux de Bruxelles. Ce qui prouve bien que la Constitution n’y est pour rien. Elles ont toutes été adaptées aux exigences des Traités.

                  On peut discuter Constitution, cela n’engage à rien. Mais si on veut en changer, ou même la modifier, tout en restant dans l’ UE, il faut passer par les fourches caudines du Droit communautaire. Le Droit Communautaire est supérieur aux Droits des Etats, y compris dans le domaine constitutionnel.

                  "La primauté du droit européen sur les droits nationaux est absolue. Ainsi, tous les actes européens ayant une force obligatoire en bénéficient, qu’ils soient issus du droit primaire ou du droit dérivé. (..)

                  La Cour de justice a estimé que les constitutions nationales sont également soumises au principe de primauté. Il revient ainsi au juge national de ne pas appliquer les dispositions d’une constitution contraire au droit européen."


                  Il ne faut pas prendre ceux qui ont rédigé les Traités pour des demeurés.
                  Ils ont prévu toutes les éventualités, pour que les peuples ne puissent rien changer, et ils ont verrouillé tout le système. 

                  La seule issue, c’est de se barrer, et ensuite, on pourra discuter démocratie, Constitution, faire des référendum etc... Si l’UPR avait trouvé dans les traités européens, le moyen de récupérer la souveraineté, on ne s’enquiquinerait pas à créer un rassemblement pour sortir de l’ UE.



                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 novembre 21:16

                    @kimonovert
                    Il est certain que les adversaires des gilets jaunes écrivent des livres sur les gilets jaunes. Ils trouvent d’ailleurs facilement des éditeurs pour cela. C’est comme les adversaires des révolutions tels que Stéphane Courtois. Eux aussi trouvent des éditeurs et beaucoup de publicité pour leur bouquin. J’ai moi aussi écrit un livre sur les gilets jaunes qui sortira dans 2 ou 3 semaines. Il n’y aura pas beaucoup de médias et de critiques littéraires pour faire de la publicité sur mon livre. Je suis dans le même cas que François Asselineau. Tout va bien.


                  • Eric F Eric F 15 novembre 21:43

                    @kimonovert

                    « autopsie du mouvement des Gilets Jaunes »

                    C’est un intéressant point de vue, mais très idéologiquement orienté ; On peut y voir une stratégie du courant « prolétariste » à prendre le contrôle du mouvement

                    Extraits : "De l’expérience des gilets jaunes il faut déduire que le soulèvement populiste spontané sera pris en charge par le prolétariat révolutionnaire, cette « avant-garde » qui aura germé dans le giron de la guerre de classe prolongée« 
                    et aussi » l’éventuelle hégémonie de la classe prolétarienne sur le Mouvement permettra de transformer en insurrection populaire"

                    Il y a une autre vision : selon un sondage Ifop juste avant avant le vote aux européennes, 44 % des personnes interrogées se considérant gilets jaunes indiquaient vouloir voter pour le RN, contre 12 % pour LFI et 4 % pour La République en marche (médiapart)


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 novembre 09:26

                    @Eric F
                    Depuis, un autre sondage indique que les Français prévoient un duel Macron/ FN, mais qu’à 72%, ils ne le souhaitent pas. En clair, la majorité des Français n’a pas envie de choisir entre la peste et le choléra.

                    Fait nouveau, l’ Europe ne fait plus rêver les Français, ils ne sont plus que 29% à y voir une source d’espoir.

                    Un autre sondage, sorti d’on ne sait où, indiquerait que Ségolène Royal serait en tête des sondages pour 2022. C’est elle qui le dit.


                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 16 novembre 09:56

                    @Fifi Brind_acier
                    Pour ma part, je ne commente plus les sondages.
                    J’ai compris qu’ils sont faits pour donner satisfaction à ceux qui les commandent et les paient. En plus ils ne nuiront jamais à leur plus gros commanditaires (vous voyez peut être qui je veux dire).


                  • Eric F Eric F 16 novembre 13:43

                    @Fifi Brind_acier
                    Dans les 72% de Français qui ne souhaitent pas le duel Marine Le Pen vs Emmanuel Macron se trouvent forcément des partisans de l’une et des partisans de l’autre, souhaitant un autre adversaire pour le second tour.

                    La construction européenne ne fait pas « rêver » les Français depuis des lustres, mais elle est considérée par beaucoup comme un moindre mal, le résultat des votes aux élections européennes le montrent, les « eurocritiques » sont en force, mais les partisans du retrait sont en faible proportion.

                    Les sondages deux ans à l’avance ne sont pas fiables car ils ne peuvent évidemment pas prendre en compte les évènements qui vont se produire entretemps, ils se sont presque toujours trompé sur les présidentielles (Jospin devait être élu en 2002, DSK devait être élu en 2012, Juppé en 2017...). Du reste ils ne se présentent pas comme étant des pronostics, mais un baromètre à l’instant t. En général les sondages des trois derniers mois sont fiables, mais il faut tenir compte de la marge d’incertitude de plus ou moins 3% (le résultat de 2002 entrait dans les éventualités en tenant compte de la marge).


                  • Eric F Eric F 16 novembre 14:13

                    @Jean Dugenêt
                    Les sondages donnent des indications sur l’état de l’opinion, et s’il est vrai que dans les sondages « commandités » les questions sont parfois posées de manière alambiquée pour orienter la réponse, par contre la question « pour qui avez vous voté » est claire, et cela correspond généralement à ce qui sort de l’urne. La question « pour qui allez vous voter dans deux ans » ne peut à contrario pas être considérées comme autre chose qu’un état actuel de l’opinion, sans caractère de prophétie...
                    Dans les études sur les préférences politiques des Gilets Jaunes ou de telle catégorie sociale, ce qui importe ce sont les « grandes tendances » :  tel courant est nettement plus important que les autres, ou alors tel et tel courants sont d’ampleur comparable. Se voiler la face parce que cela ne correspond pas à ses souhaits est stérile, par exemple NDA ressortait à chaque fois le couplet qu’il obtiendra un fort score que masquent les sondages, or dans les urnes il restait dans les ordres de grandeur indiqués par les sondages (il y a quatre ou cinq instituts qui se concurrencent, celui qui se gourerait trop par rapport au résultat final sera discrédité). Désormais NDA en a tiré la leçon et ne prétend plus rassembler tout seul une majorité, il s’est repositionné dans une stratégie d’union des droites (dut-on le déplorer au niveau du programme). 
                    Une tentative de manipulation médiatique ou sondagère peut être contre productive, par exemple le charivari pour le « oui » au referendum de 2005 a braqué les hésitants. Idem aux dernières européennes, la méthode Coué sur une victoire LREM a fait un flop.


                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 novembre 20:30

                    @Eric F
                    Vous faites ce que vous voulez des sondages. Pour ma part je ne leur accorde aucun crédit. Je peux par contre tirer des déductions en analysant le résultat des élections.
                    Je constate d’ailleurs qu’il y a souvent une énorme contradiction entre le résultat des élections et les sondages qui avaient précédé. Je rappelle les deux principaux cas connus de tous :
                    Au premier tour de l’élection présidentielle de 2002, aucun sondage ne donnait comme gagnants pour le second Chirac et Le Pen.
                    Au référendum de 2005, aucun sondage ne donnait le « Non » l’emportant.

                    J’en rapporte un autre dans l’article où l’écart entre le sondage et le résultat est encore plus grand. La liste « Alliance jaune » a été créditée par un sondage du score de 13% et elle a réalisé 0,54%.

                    Les sondages tout comme les médias de masse sont des instruments de propagande et non pas des instruments d’information.

                    Il y a mille manière d’être mieux informé qu’avec les sondages surtout à propos des gilets jaunes où les paramètres d’incertitudes sont nombreux et les manipulations diverses sont tout aussi nombreuses. Le mieux est de s’en tenir aux votes des assemblées.


                  • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 15 novembre 22:35

                    A propos de Boulo (et des autres ?) qui veulent désobéir aux traités...
                    https://www.facebook.com/asselineau/videos/656788858475984/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès