• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Léonard de Vinci, le Jocond, la Joconde, le Salvator mundi et le triomphe (...)

Léonard de Vinci, le Jocond, la Joconde, le Salvator mundi et le triomphe du domestique Salaï qui a servi de modèle

Léonard de Vinci : son "Salvator Mundi" vendu à 382 millions d'euros. C'est une vente aux enchères qui restera dans les annales ! Le "Salvator Mundi" de Léonard de Vinci est aujourd'hui la peinture la plus chère du monde (France info, journal télévisé du 16 novembre 2017).

19 petites minutes auront suffi. Du jamais vu dans l'Histoire des ventes aux enchères. Adjugé 400 millions de dollars, plus 50 millions de frais, l'équivalent de 380 millions d'euros, Le Salvator Mundi, portrait du Christ de Léonard de Vinci, devient la toile la plus chère du monde. Peint il y a 500 ans, c'était le dernier tableau du maître italien en possession d'un collectionneur privé et non d'un musée... Le vainqueur ne s'est pas fait connaître. "Il voulait vraiment ce tableau", explique Alex Rotter, représentant de la maison Christie's qui ajoute avoir trouvé l'acheteur "étonnament calme au regard de la somme qui était en jeu"

Certains émettent cependant des doutes sur son authenticité : "Pour moi, déclare Jacques Franck, historien d'art, spécialiste du peintre, ce n'est pas une peinture qui est intégralement réalisée de la main de Léonard de Vinci. Dans les années où l'on date ce tableau, Léonard n'avait pas le temps de peindre de façon suivie, étant donné qu'il était lent à la tâche et très méticuleux."... La main droite, celle qui bénit avec le majeur, n'est pas correcte du point de vue de l'anatomie. Il y a une erreur manifeste de perspective... Les disciples de Léonard de Vinci et les nombreux peintres présents dans son atelier auraient largement participé à la réalisation du tableau, poursuit l'auteure de l'article. 

Admirateur moi-même de Léonard de Vinci, auteur de plusieurs articles sur certaines de ses oeuvres inconnues et méconnues, je me permets de donner mon point de vue.

Primo : de nombreux peintres auraient été présents dans son atelier ? Non ! je ne vois pas sur quel témoignage on peut avancer une telle affirmation. S'il est vrai qu'un peintre tel que Rubens avait un atelier, allant jusqu'à laisser ses élèves terminer ses portraits, absolument rien de tel pour Léonard de Vinci qui préférait les laisser inachevés, quitte à les reprendre quand il en avait le temps. Il ne faut pas confondre collaborateurs occasionnels, suiveurs, avec le qualificatif d'élèves dans un atelier. Les seuls dont on peut dire que Léonard a incités à la peinture sont Salaï, un domestique peu doué pour l'art qu'il engagea à l'âge de 12 ans, et Melzi qui lui servit de secrétaire pour mettre de l'ordre dans ses affaires. 

 En revanche, le fait qu'il ait cherché à s'entourer de jeunes éphèbes pour les grandes fêtes qu'il fut chargé d'organiser me paraît tout à fait plausible. Tout ceci pour dire que, pour ma part, je n'ai rien à redire concernant la main droite du Christ, ayant plusieurs fois constaté que Léonard de Vinci n'hésitait pas, parfois, à fausser la réalité pour provoquer un effet esthétique ou autre. Le sourire de la Joconde en est un exemple.

Secundo  : il s'ensuit qu'il faut imaginer la vie de Léonard de Vinci d'une façon beaucoup plus bourgeoise qu'on ne pense. Une chambre à coucher, un bureau avec une bibliothèque pour écrire et lire, un atelier pour mettre son chevalet et ses pots de peinture et une salle à manger pour recevoir ses invités. Léonard de Vinci est un solitaire, mais un solitaire qui reçoit à sa table de nombreux invités pour discuter de tous les grands sujets qui le préoccupent. Pour cela, Il emploie à plein temps une cuisinière qui vit dans sa cuisine et que le petit Salaï aide pour les travaux ménagers, notamment pour faire les courses. Détail très important, Salaï mange à la cuisine, à la table de la cuisinière. Lorsqu'une ou plusieus fois peut-être, il est venu à la table des invités, Léonard de Vinci l'a mentionné dans ses carnets en écrivant que Salaî ne savait pas se tenir à table. On peut même supposer que la cuisinière a fait l'objet d'une remontrance pour ne pas avoir pris assez de soin à l'éducation de l'enfant. Ceci pour dire qu'il est tout à fait absurde d'imaginer une relation coupable ou difficile entre le maître et l'enfant. Même si au début, Léonard a mentionné les petits larcins du gamin en le qualifiant de petit diable, ce que signfie le mot 'Salaï", l'absence de reproches pendant que l'enfant a grandi prouve qu'il fut un fils adoptif respectueux et Léonard de Vinci, un bon père.

J'en veux pour preuve supplémentaire la célèbre "Cène de Milan" où Léonard de Vinci s'est représenté en train de discuter théologie avec saint Augustin. Nous sommes en plein débat. Salaï, devenu jeune homme, est dans le groupe. Il a exactement la même tête que Léonard en a fait dans un dessin de ses carnets. Il montre le Christ faisant l'offrande du vin et du pain, signifiant par là qu'ii ne se pose pas de questions comme son maître, et que, pour lui, les choses sont claires. Nous avons là la preuve irréfutable que Léonard de Vinci a été un vrai père pour son enfant adoptif et que cet enfant, élevé par la cuisinière, était un bon chrétien. S'il est mort dans une rixe, l'épée à la main, peut-être était-ce tout simplement pour défendre sa religion ? 

Tertio. Dès lors que l'on a compris le contexte relativement modeste de la vie domestique de Léonard de Vinci, rien d'étonnant à ce qu'il ait demandé à Salaï de poser pour esquisser certains de ses tableaux, l'imagination du poète le conduisant à l'idéal d'une oeuvre aboutie. Tous les experts sont d'ailleurs d'accord pour reconnaître les traits de Salaï dans le saint Jean-Baptiste du peintre.

Mais ce qui prouve que je n'ai pas, moi non plus, la science infuse est que je me suis complètement planté au sujet du livre de Madame Sophie Herfort intitulé "le Jocond", éditions Michel Lafon. Cette auteure démarre son récit en affirmant que le tableau du Louvre ne représente pas une femme mais un homme et que ses traits sont ceux de Salaî. Je dis "bravo" ! En revanche, je ne peux souscrire à l'idée que Léonard aurait peint Salaï parce qu'il était son amant. Léonard a peint Salaï parce qu'il lui servait de modèle, parce qu'il vivait dans sa maison et qu'il était, de ce fait, toujours disponible pour poser, tout en lui laissant le temps de la réflexion entre chaque essai. Ainsi s'expliquent les quelques dessins et peinture représentant Salaî en position assise, torse nu, avec des seins que, bien sûr, il n'avait pas.

Quarto : Il s'ensuit que le tableau du Louvre n'est pas la Joconde que l'on croit, mais une Flora, une idéalisation, en quelque sorte, de la nature, comme c'était la mode de l'époque, mais avec l'idée géniale d'avoir représenté, comme le plus beau symbole de la nature, la femme idéale, resplendissante de toutes les vertus de l'époque. Cela va dans le sens de ce que Léonard a écrit dans ses carnets : Si le poète dit qu’il enflamme les hommes à l’amour, ce qui est une chose capitale chez tous les êtres animés, le peintre a la puissance de faire de même, et d’autant mieux qu’il met devant l’amant la propre image de l’aimée ; et souvent l’amant embrasse cette image et lui parle, ce qu’il ne ferait pas avec les mêmes beautés représentées par l’écrivain ; mieux encore, le peintre contraint les esprits des hommes à tomber amoureux et à aimer une peinture qui ne représente aucune femme vivante.

Deux témoignages vont dans ce sens. D'abord, celui de Giovanni Paolo Lomazzo, peintre italien qui écrit : Par Léonard, une riante Pomone dont un côté est couvert de trois voiles, ce qui est très difficile dans cet art. Il la fit pour Francesco Valeio (François Ier de Valois). Ensuite celui de Luis d’Aragon : Rendant visite à messer Lunardo Vinci, âgé de plus de 70 ans, dans une dépendance du château d’Amboise, nous vîmes le tableau d’une certaine femme florentine fait d’après nature sur demande de feu le magnifique Julien de Médicis... portrait de la signora Gualanda (aurait précisé Léonard de Vinci)... qui n'est pas "Gioconda".

En revanche, le commandeur Cassiano del Pozzo, patron des Arts et humaniste, nous donne le témoignage suivant : En 1625 (6 ans aptès la mort du peintre) j’ai vu l’œuvre de Léonard de Vinci à Fontainebleau. Un tableau grandeur nature, sur bois, encadré de noyer sculpté, c’est le portrait en demi-figure d’une certaine Gioconda. C’est l’œuvre la plus complète de cet auteur car il ne lui manque que la parole... une Gioconda qui serait donc bien la Joconde, épouse du marchand de tissus Giocondo.

Par contre, Vasari, qui est le témoin le plus fiable, décrit la Joconde ainsi : Il a entrepris pour Francesco del Giocondo le portrait de Monna Lisa son épouse, il y a travaillé quatre ans, mais l’a laissé inachevé ; cette œuvre est maintenant chez le roi de France à Fontainebleau... les yeux, limpides, avaient la brillance de la vie ; cernés de nuances rougeâtres et plombées, ils étaient bordés de cils dont le rendu suppose la plus grande délicatesse. Les sourcils, avec leur implantation par endroits plus épaisse ou plus rare suivant la disposition des pores, ne pouvaient être plus vrais. Le nez, aux ravissantes narines roses et délicates, étaient la vie même. Le modelé de la bouche avec le passage fondu du rouge des lèvres à l’incarnat du visage n’était pas fait de couleurs, mais véritablement de chair. Au creux de la gorge, le spectateur attentif saisissait le battement des veines.

(extraits du livre de M. Serge Bramly sur Léonard de Vinci, p. 401) 

Les yeux, les cils, les sourcils, les narines roses et délicates, la bouche, le battement des veines qu'on devine sous le collier, tout cela ne se trouve pas dans le tableau du Louvre mais dans celui de Milan... mais Vasari se trompe en pensant qu'il se trouve au château de Fontainebleau.

Ah oui, j'oubliais de vous dire que la tête du Christ du "Salvator Mundi", objet de mon article - elle vaut 382 millons d'euros - c'est celle de Salaï, le domestique de Léonard de Vinci, avec son sourire de garnement en coin.

Bonne journée !

E. Mourey, 17 novembre 2017. Photos Wikipédia.


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 18 novembre 2017 11:25

    Bonjour, Emile

    Il me semble évident - mais c’est un avis personnel - que La Joconde, Monna Vonna et Saint Jean-Baptiste sont des représentations de la même personne, en l’occurrence Salaï.

    Le visage de Mona Vonna est d’ailleurs le même que celui de la Mona Lisa du Louvre, la première étant dotée d’une morphologie manifestement masculine - à laquelle ont été ajoutés des seins - qui accrédite cette thèse. 


    • Fergus Fergus 18 novembre 2017 11:34

      Il est des tableaux de Léonard de Vinci que je considère comme magnifiques. Ni la Joconde ni Monna Vonna, ni Saint Jean-Baptiste, ni a fortiori le bien médiocre Salavator Mundi (qui lui aussi a eu Salaï pour modèle) n’en font partie. Au contraire, le portrait de Salaï est à mes yeux tout à fait remarquable. Un avis personnel, cela va de soi.

      Un mot encore : le montant de l’enchère pour le Salvator Mundi est complètement délirant. Et cette envolée grotesque est sans doute à mettre plus sur le compte d’une dérive spéculative que sur celui d’une valeur avérée de la toile en question.


    • Emile Mourey Emile Mourey 18 novembre 2017 11:59

      @Fergus


      Merci pour votre avis qui confirme le mien. Je pense que vous avez compris l’ironie de mon article. J’ai aussi tenu à rendre à Salaï son honneur devant l’Histoire, face à tous les auteurs, et encore aujourd’hui, nombre de médias qui le présentent comme une crapule ;

    • cevennevive cevennevive 18 novembre 2017 15:37

      @Fergus, bonjour et bonjour aussi à Monsieur Mourey,


      Il semblerait que l’acheteur, très fortuné, de ce tableau, l’ait fait aux fins de le louer, très cher, à de riches et célèbres Musées.

      Dans ce cas, Fergus, vous avez raison de parler d’une « dérive spéculative ». Le prêt d’un tel tableau se chiffre à des sommes fabuleuses par jour !

      Comme me l’écrit ma fille Nathalie, spécialiste en peinture ancienne, il vaut peut-être mieux le louer aux riches Musées, ainsi le grand public pourra en profiter, car l’acheteur, vu le prix, ne pourra jamais le revendre.

      Bien à vous.


    • Fergus Fergus 18 novembre 2017 16:26

      Bonjour, cevennevive

      Difficile de savoir quelles sont les motivations de l’acheteur qui, effectivement, aura peut-être du mal à rentrer dans ses fonds s’il envisage un jour de revendre ce tableau.

      L’hypothèse de « riches musées » et plus encore de « riches sponsors » prêts à mettre pas mal de fric pour accrocher un Léonard de Vinci aux cimaises à, titre temporaire est en effet la plus plausible. A suivre...

      Pour ce qui est du « grand public » - dont je fais partie -, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais se polariser sur une toile, aussi illustre soit le peintre et aussi belle soit-elle, m’a toujours semblé étonnant alors qu’il y a tant d’autres œuvres à admirer. A titre d’exemple, ce que je préfère à la National Gallery est la série de 6 tableaux de Hogarth intitulée « Marriage A-la-Mode ». Des petits bijoux d’humour peints par l’un des plus grands maîtres britanniques.

      Cordialement.



    • Eric F Eric F 18 novembre 2017 19:58

      Le tableau a été présenté comme « attribué à » Léonard de Vinci, il me semble que cette désignation signifie l’absence de certitude absolue (traçabiité), l’authentification étant récente, suite à restauration, et non unanime. Quelle serait alors la valeur d’un Vinci dont l’authenticité n’a jamais été controversée ?


      • Emile Mourey Emile Mourey 19 novembre 2017 09:24

        @Eric F


        Ce n’est pas une question de vérité absolue - on a vu des faussaires tromper les meilleurs experts - mais de probabilité de plus en plus grande et de logique. Ce que j’essaie d’expliquer dans mon article, c’est que si ce tableau est un Léonard de Vinci, il est logique que Salaï ait posé puisqu’il apparaît qu’il ait posé pour d’autres. Si vous êtes physionomiste et que vous êtes d’accord pour reconnaître Salaî dans ce « Salvator mundi », nous serons trois. Donc, vous pouvez bien donner votre avis, ce qu’Agoravox vous permet de faire.

      • Eric F Eric F 19 novembre 2017 10:22

        @Emile Mourey
        Certains tableaux ont pu être suivis depuis l’origine, et donc leur authenticité ne peut pas être controversée, ce qui n’est pas le cas de celui-ci, du reste quand on voit ce qu’il était « avant » la restauration, il avait été considérablement modifié.
        Concernant la ressemblance, elle est effectivement forte avec le Jean-Baptiste, mais je la trouve peu évidente avec les autres oeuvres indiquées.
        Concernant la Joconde, j’ai lu qu’il existe une seconde versions très proche, également authentique, par contre le modèle est-il vraiment Mona Lisa, il n’y a guère de ressemblance avec le tableau de profil figurant dans l’article.


      • Emile Mourey Emile Mourey 19 novembre 2017 13:02

        @Eric F

        Le tableau très proche de la Joconde, c"est la dite Joconde nue que j’ai reproduite, Monna Vona, que cite Fergus et qui ressemble encore plus à Salaï. Quant à voir un homme, Salaï, dans le tableau du Louvre, la découverte n’est pas de moi mais de l’auteure que j’ai citée. Et quand vous ajoutez que la jeune femme de profil ne ressemble pas au tableau du Louvre, vous abondez dans ce sens, à savoir que la Joconde décrite par Vasari est la jeune femme de profil et que Salaï a posé pour le tableau du Louvre.

        Mon article rétablit un parcours logique... et qui vous dit que les supposées retouches ne seraient pas de la main de Léonard ? De toutes façons, tout le monde sait que les experts ne sont jamais d’accord entre eux, sinon ce serait trop simple.



      • Eric F Eric F 19 novembre 2017 18:19

        @Emile Mourey
        on a écrit tellement écrit dde choses différentes et contradictoires sur la Joconde du Louvre que l’on trouvera toujours une source pour étayer toute affirmation, pour ma part je ne trouve pas qu’elle ressemble en quoi que ce soit à un homme, et surtout pas à celui du tableau de la Cène, mais je ne suis pas expert en morphologie. Par contre je confirme qu’elle ne ressemble pas au portrait de profil, mais c’est une hypothèse hardie de considérer que « la dame à la résille de perle » soit Mona Lisa del Giocondo, et par ailleurs le tableau est désormais attribué à un élève.
        ref http://www.wukali.com/Leonard-de-Vinci-La-Dame-a-la-resille-de-perles-Leda-et-Bacchus-2127
        le portrait décrit par Vasari serait peut-être celui-ci
        http://monalisa.org/wp-content/uploads/2013/10/The-%C3%94Earlier-Version%C3%95-as-the-portr-ait-of-Lisa-del-Giocondo_1021_html_6e2c5e95.jpg



      • soi même 20 novembre 2017 23:12

        Salut Emile, je remercie ces vaniteux amateurs d’art, sans eux je n’aurais pas eux connaissance d’un nouveaux inconnue de Léonard de Vinci.
        Allez laisse pissé le mérinos le passé est derrière le le dos l’avenir est devant soi.


        • eddofr eddofr 24 novembre 2017 16:25

          L’art n’a de valeur que ce qu’un seul est prêt à payer pour le posséder.


          L’art devrait, par nature appartenir à l’humanité toute entière et n’avoir donc aucune valeur.

          Il n’est pas d’artiste que m’émeuve plus que Leonardo, si ce n’est peut-être le Caravage ... ou Wermeer ... ou Michelangelo ... laisse tomber y’en a trop ...

          • Emile Mourey Emile Mourey 24 novembre 2017 16:33

            Léonard de Vinci Le Caravage


            Nous sommes d’accord

            • ECornu 18 décembre 2017 00:55

              Bonjour, je découvre votre article,

               j’ai posté sur Facebook une petite vidéo, J’ai juste superposé Salvator Mundi avec une photo du suaire de Turin

              Qu’en pensez-vous ?

              Emmanuel Cornu
              e.cornu@free.fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires