• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les abus contre Assange démontrent qu’il s’agit d’une (...)

Les abus contre Assange démontrent qu’il s’agit d’une affaire d’Etat

Par Jonathan Cook

Source : https://www.jonathan-cook.net/blog/2019-05-27/abuses-show-assange-case-was-never-about-law/

Traduction : lecridespeuples.fr

 

 

Il est très étonnant de voir le grand nombre de personnes bien informées et a priori intelligentes qui continuent à répéter au sujet de Julian Assange qu’il a fui des accusations de viol en Suède en se réfugiant dans l’ambassade d’Équateur à Londres.

Cette courte phrase comprend au moins trois erreurs factuelles. Et en réalité, pour croire de telles contrevérités, comme tant de gens le font, il faut avoir vécu toute la dernière décennie terré dans une grotte – ou, ce qui revient à peu près au même, avoir puisé ses informations sur Assange dans les médias dominants, y compris de soi-disant médias libéraux tels que le Guardian et la BBC [ou Mediapart].

Tout récemment, un éditorial du Guardian – la voix officielle du journal et probablement la partie la plus scrutée et pesée par les plus hauts responsables – a justement formulé une telle affirmation fausse :

« Il y a ensuite l’accusation de viol qui a été portée contre M. Assange en Suède, et qui l’a amené à chercher refuge dans l’ambassade d’Équateur. »

[Un éditorial du Monde a fait la même chose, toute honte bue :

« Julian Assange est un justiciable comme les autres. Ses démêlés avec la police ont commencé parce qu’il a refusé de se rendre à une convocation de la police suédoise qui souhaitait l’entendre après les plaintes de deux femmes pour agression sexuelle, au motif fantaisiste, à l’époque, qu’il craignait que la Suède ne le livre à la CIA. Il a eu tort de refuser de s’expliquer sur ces graves accusations. »]

Le fait que le Guardian [ou Le Monde], qui est censé être le principal défenseur des valeurs libérales dans les médias britanniques, puisse faire cette déclaration qui regorge d’erreurs après près d’une décennie de couverture médiatique sur Assange est tout simplement stupéfiant. Et qu’il puisse faire une telle déclaration quelques jours après que les États-Unis aient finalement admis qu’ils voulaient emprisonner Assange pour 175 ans sur la base d’accusations « d’espionnage » fabriquées de toutes pièces – toute personne qui ne fermait pas délibérément les yeux savait depuis toujours que les États-Unis s’apprêtaient à jouer cette main – est encore plus choquant.

La réalité est qu'Assange ne fait encore l’objet d’aucune accusation en Suède, encore moins d’une « accusation de viol ». Comme l’expliquait récemment Craig Murray, ancien ambassadeur du Royaume-Uni, le Guardian a induit ses lecteurs en erreur en prétendant faussement que la tentative d’un procureur suédois de faire extrader Assange – bien que cette décision n’ait pas reçu l’aval du pouvoir judiciaire suédois – équivalait à son arrestation pour viol. Ce n’est pas le cas.

En outre, Assange n’a pas cherché refuge dans l’ambassade d’Equateur pour échapper à l’enquête suédoise. Aucun État au monde n’accorde l’asile politique à un non-citoyen du pays pour lui permettre d’éviter un procès pour viol. L’asile a été accordé pour des motifs politiques. L’Équateur a, à juste titre, pris au sérieux les inquiétudes d’Assange selon lesquelles les États-Unis demanderaient son extradition et le jetteraient dans un cachot pour le restant de ses jours.

Bien sûr, il a été prouvé – encore une fois – de manière décisive par les récents développements que les inquiétudes d’Assange étaient parfaitement fondées.

Moutons de Panurge

Le fait que tant de gens du commun continuent à faire ces erreurs fondamentales a une explication évidente. C’est parce que les médias dominants continuent à commettre ces « erreurs ».

Ce n’est pas le genre d’erreurs qui peut être expliqué comme un exemple de ce qu’un journaliste a appelé le problème du « chournalisme » : le fait que les journalistes, recherchant en permanence les informations d’actualité de dernière minute dans des bureaux dont le personnel est réduit en raison de coupures budgétaires, sont trop surchargés de travail pour couvrir les histoires correctement.

Les journalistes britanniques [et français] ont eu de nombreuses années pour établir les faits. À l’ère des réseaux sociaux, les journalistes du Guardian et de la BBC ont été bombardés par des lecteurs et des activistes avec des messages leur expliquant qu’ils se trompaient sur les faits les plus basiques de l’affaire Assange. Mais les journalistes ont tout de même maintenu leur récit. Tels des moutons de Panurge, ils sont pris au piège d’une mentalité grégaire totalement déconnectée de la réalité.

Plutôt que d’écouter les experts, ou même le bon sens le plus élémentaire, ces « journalistes » continuent de régurgiter les éléments de langage des instances sécuritaires de l’Etat britannique, qui sont presque identiques aux déclarations de l’Etat américain.

Ce qui frappe tellement dans la couverture de l’affaire Assange, c’est le grand nombre d’anomalies juridiques constatées dans son cas – et celles-ci s’accumulent sans cesse depuis le tout début. Presque rien dans son cas ne s’est déroulé conformément aux règles normales de la procédure judiciaire. Et pourtant, ce fait très révélateur n’a jamais été remarqué ni commenté par les médias dominants. Il faut avoir un angle mort de la taille de Langley [zone non incorporée qui abrite notamment le siège de la CIA], en Virginie, pour ne pas le remarquer.

Si Assange n’était pas à la tête de Wikileaks, s’il n’avait pas embarrassé les plus importants États occidentaux et leurs dirigeants en divulguant leurs secrets et leurs crimes, s’il n’avait pas créé une plate-forme permettant aux lanceurs d’alerte de révéler les outrages commis par les puissances occidentales, s’il n’avait pas affaibli le contrôle de cet établissement sur la diffusion de l’information, aucune de ces 10 dernières années n’aurait suivi le même cours.

Si Assange n’avait pas réalisé pour nous une révolution de l’information, qui sape la matrice narrative créée pour servir l’État sécuritaire américain, deux Suédoises – mécontentes du comportement sexuel d’Assange – auraient obtenu exactement ce qu’elles avaient demandé dans leurs déclarations en tant que témoins : de la pression de la part des autorités suédoises pour lui faire passer un test de dépistage du VIH pour qu’elles puissent avoir l’esprit tranquille.

Il aurait été autorisé à retourner au Royaume-Uni (comme, du reste, le procureur suédois l’avait autorisé à le faire) et aurait poursuivi le développement et le perfectionnement du projet Wikileaks. Cela nous aurait tous aidés à prendre davantage conscience de la manière dont nous sommes manipulés – non seulement par nos services de sécurité, mais également par les médias dominants, qui agissent si souvent comme leurs porte-paroles.

C’est précisément pourquoi cela n’est pas arrivé et pourquoi Assange est resté sous une forme de détention depuis 2010. Depuis lors, son aptitude à assumer son rôle de révélateur des crimes en série commis par les plus hauts niveaux des Etats a été de plus en plus entravée – au point qu’il ne sera peut-être plus jamais capable de superviser et de diriger Wikileaks.

Sa situation actuelle – enfermé dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, en isolement cellulaire et privé de l’accès à un ordinateur et de tout contact significatif avec le monde extérieur – repose jusqu’à présent uniquement sur le fait qu’il a commis une infraction mineure en violant les dispositions de sa liberté sous caution. Une telle violation, commise par qui que ce soit d’autre, ne fait presque jamais l’objet de poursuites, encore moins d’une longue peine d’emprisonnement.

Voici donc une liste loin d’être exhaustive – que je compile à l’aide des recherches de John Pilger, Craig Murray et Caitlin Johnstone, et par le travail d’investigation original de la journaliste italienne Stefania Maurizi – de certaines des anomalies les plus criantes des problèmes juridiques d’Assange. J’en liste 17 ci-dessous. Chacune aurait pu être possible si on la considère de manière isolée. Mais prises ensemble, elles constituent une preuve accablante qu’il ne s’est jamais agi d’appliquer la loi. Dès le début, Assange a été confronté à une persécution politique.

Aucune autorité judiciaire

1/ À la fin de l’été 2010, aucune des deux Suédoises n’a prétendu qu’Assange l’aurait violée dans ses déclarations à la police. Elles sont allées ensemble au poste de police après avoir appris qu’Assange avait couché avec toutes les deux à quelques jours d’intervalle, et elles voulaient qu’il soit forcé de subir un test de dépistage du VIH. L’une des femmes, SW, a refusé de signer la déclaration de la police lorsqu’elle a compris que celle-ci cherchait à obtenir un acte d’accusation pour viol. L’enquête concernant la deuxième femme, AA, concernait une agression sexuelle spécifique à la Suède [qui considère que toute relation non consentie explicitement, même entre conjoints, même sans menaces ou usage de la force, est un viol]. Un préservatif produit par AA, et qu’Assange aurait déchiré lors de relations sexuelles selon ses dires, ne contenait ni son ADN ni celui de Assange, ce qui sapait sa crédibilité.

2/ Les lois suédoises très strictes qui protègent les suspects de toute révélation de leur identité au cours des enquêtes préliminaires ont été violées pour dénigrer Assange en tant que violeur. En réponse, la procureure en chef de Stockholm, Eva Finne, s’est chargée de l’affaire et a rapidement abandonné l’enquête : « Je ne crois pas qu’il y ait la moindre raison de le soupçonner d’avoir commis un viol. » Elle a ensuite conclu : « Il n’y a pas de soupçon du moindre crime que ce soit. »

3/ L’affaire a été rouverte par une autre procureure, Marianne Ny, bien qu’elle n’ait jamais interrogé Assange. Il a passé plus d’un mois en Suède à attendre les développements de l’affaire, mais les procureurs lui ont dit qu’il était libre de partir pour le Royaume-Uni, suggérant que les soupçons à son encontre n’étaient pas considérés comme suffisamment sérieux pour le détenir en Suède. Néanmoins, peu de temps après, Interpol a émis une Notice rouge pour Assange, généralement réservée aux terroristes et aux dangereux criminels.

4/ La Cour suprême du Royaume-Uni a approuvé une extradition vers la Suède fondée sur un Mandat d’arrêt européen (MAE) en 2010, malgré le fait que celui-ci n’avait pas été signé par une « autorité judiciaire », mais seulement par le procureur suédois. Les termes de l’accord sur le MAE ont été modifiés par le gouvernement britannique peu de temps après la décision concernant Assange, afin de garantir qu’un tel abus de procédure ne se reproduise plus.

5/ La Cour suprême du Royaume-Uni a également approuvé l’extradition d’Assange, alors que les autorités suédoises ont refusé de garantir qu’il ne serait pas extradé aux États-Unis, où un grand jury formulait déjà secrètement des accusations draconiennes à son encontre en vertu de l’Espionage Act. De même, les États-Unis ont refusé de donner l’assurance qu’ils ne demanderaient pas son extradition.

6/ Dans ces circonstances, Assange s’est réfugié dans l’ambassade d’Équateur à Londres durant l’été 2012, demandant l’asile politique. Cela s’est produit après que la procureure suédoise, Marianne Ny, ait bloqué l’opportunité d’Assange de faire appel devant la Cour européenne des droits de l’homme.

7/ L’Australie a non seulement refusé à Assange, un de ses ressortissants, toute aide lors de sa longue épreuve, mais le Premier ministre Julia Gillard a même menacé de déchoir Assange de sa citoyenneté, jusqu’à ce qu’il soit signalé qu’il serait illégal pour l’Australie de faire une telle chose (car aucune personne ne peut être apatride).

8/ Dans le même temps, la Grande-Bretagne a non seulement encerclé l’ambassade avec une importante force de police à grands frais, mais le secrétaire aux Affaires étrangères William Hague a menacé de bafouer la Convention de Vienne en violant le territoire diplomatique de l’Équateur par l’envoi de la police britannique dans l’ambassade pour arrêter Assange.

Six ans de tergiversations

9/ Bien qu’Assange fasse toujours officiellement l’objet d’une enquête, Ny a refusé de venir à Londres pour l’interviewer, alors que des procureurs suédois ont procédé à des entretiens similaires 44 fois au Royaume-Uni durant l’intervalle où Assange s’est vu refuser ce droit.

10/ En 2016, des experts juridiques internationaux du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, qui déterminent si les gouvernements ont respecté leurs obligations en matière de droits de l’homme, ont rendu un verdict affirmant qu’Assange était détenu illégalement par la Grande-Bretagne et la Suède. Bien que les deux pays aient participé à l’enquête des Nations unies et aient apporté leur soutien au tribunal lorsque d’autres pays ont été reconnus coupables de violation des droits de l’homme, ils ont fermement ignoré sa décision en faveur d’Assange. Le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Phillip Hammond, a menti de manière éhontée en affirmant que le panel de l’ONU était « composé de profanes et non d’avocats ». Le tribunal est composé d’experts de premier plan en droit international, ainsi qu’il ressort clairement de leurs CV. Néanmoins, le mensonge est devenu la réponse officielle de la Grande-Bretagne à la décision de l’ONU. Les médias britanniques n’ont pas mieux agi. Un éditorial du Guardian a battu en brèche le verdict en le considérant comme un simple « coup de publicité ».

11/ Ny a finalement accepté qu’un entretien avec Assange ait lieu en novembre 2016. Un procureur suédois a été envoyé à Londres après six ans de tergiversations. L’avocat suédois d’Assange a toutefois été empêché d’être présent. Ny devait être interrogée à propos de l’entretien par un juge de Stockholm en mai 2017 mais a clôturé l’enquête contre Assange le même jour.

12/ En réalité, une correspondance révélée ultérieurement dans le cadre d’une demande au titre du droit à l’information – formulée par la journaliste d’investigation italienne Stefania Maurizi – révèle que le parquet britannique, le CPS, a fait pression sur la procureure suédoise pour qu’elle ne vienne pas à Londres interroger Assange en 2010 et 2011, créant ainsi le bras de fer à l’ambassade.

13/ En outre, le CPS a détruit la majeure partie de la correspondance incriminante pour circonvenir les demandes au titre du droit à l’information. Si des courriels ont pu faire surface, c’est seulement parce que certaines copies ont été oubliées par inadvertance au cours de l’orgie de destruction des preuves à laquelle il s’est livré. Ces emails étaient bien assez compromettants. Ils montrent qu’en 2013, la Suède avait voulu renoncer à son procès contre Assange, mais avait subi de fortes pressions britanniques pour continuer à faire semblant de demander son extradition. La CPS a envoyé des emails dans lesquels il était écrit : « N’allez pas vous aviser » de classer l’affaire, et le plus révélateur : « Nous vous prions de ne pas considérer que cette affaire est traitée comme n’importe quel cas d’extradition ».

14/ Il est également apparu que Marianne Ny avait supprimé un email qu’elle avait reçu du FBI.

15/ En dépit de son entretien avec un procureur suédois fin 2016, Assange n’a pas été inculpé par contumace par la suite – une option que la Suède aurait pu suivre si elle avait jugé les preuves incriminantes assez solides.

16/ Après que la Suède ait classé l’enquête sur Assange, ses avocats ont demandé, l’an dernier, d’obtenir l’annulation du mandat d’arrêt britannique pour violation des termes de sa liberté sous caution. Leur demande était bien fondée légalement, à la fois parce que les allégations pour lesquelles il avait été mis en liberté sous caution avaient été abandonnées par la Suède, et parce qu’il avait une raison légitime de demander l’asile étant donné l’intérêt manifeste des États-Unis de l’extrader et de l’enfermer à perpétuité pour des crimes politiques. Ses avocats pouvaient également soutenir de manière convaincante que le temps passé en isolement, d’abord en résidence surveillée puis à l’ambassade, était plus qu’équivalent à la peine qu’il devait éventuellement purger pour la violation de sa caution. Cependant, le juge Emma Arbuthnot a rejeté les solides arguments juridiques de l’équipe Assange. Elle était loin d’être une observatrice impartiale. En fait, dans un monde bien ordonné, elle aurait dû se récuser, étant donné qu’elle est la femme d’un élu du gouvernement qui est également le partenaire commercial d’un ancien chef du MI6, la version britannique de la CIA.

17/ Les droits légaux d’Assange ont de nouveau été violés de manière flagrante la semaine dernière, avec la complicité de l’Équateur et du Royaume-Uni, lorsque les procureurs américains ont été autorisés à saisir les effets personnels d’Assange à l’ambassade, tandis que ses avocats et les responsables de l’ONU se voyaient refuser le droit d’être présents.

L’âge sombre de l’information

Même à l’heure actuelle, alors que les États-Unis préparent leur dossier pour enfermer Assange pour le restant de ses jours, la plupart des « journalistes » refusent toujours de relier les points. Bradley Manning a été emprisonné à plusieurs reprises et fait maintenant face à des amendes ruineuses pour chaque jour où il refuse de témoigner contre Assange, alors que les États-Unis cherchent désespérément à défendre leurs fausses allégations d’espionnage. À l’époque médiévale, les autorités étaient plus honnêtes : elles infligeaient simplement le supplice du chevalet (pour obtenir des aveux sous la torture).

En 2017, alors que les autres médias prétendaient encore qu’il ne s’agissait que d’Assange fuyant la « justice » suédoise, John Pilger a déclaré :

En 2008, un document secret du Pentagone préparé par la « Direction des évaluations du contre-espionnage électronique » élaborait un plan détaillé pour discréditer WikiLeaks et dénigrer Assange personnellement. La « mission » était de détruire la « confiance » qui était le « centre de gravité » de WikiLeaks. Cela se ferait avec des menaces de « dénonciation [et de] poursuites pénales ». Le but était de faire taire et de criminaliser une source aussi imprévisible de vérité. […]

Selon des câbles diplomatiques australiens, la tentative de Washington de s’emparer d’Assange est « d’une ampleur et d’une nature sans précédents ». […]

Le ministère américain de la Justice a inventé des accusations d’ « espionnage », de « complot en vue de commettre de l’espionnage », de « conversion » (vol de biens appartenant au gouvernement), de « fraude et abus informatiques » (piratage informatique) et de « conspiration » de manière générale. L’Espionage Act si cher au pouvoir, qui visait à dissuader les pacifistes et les objecteurs de conscience pendant la Première Guerre mondiale, contient des dispositions qui peuvent aller jusqu’à l’emprisonnement à vie et la peine de mort. […]

En 2015, un tribunal fédéral à Washington a bloqué la divulgation de toutes les informations relatives à l’enquête sur la « sécurité nationale » menée contre WikiLeaks, car celle-ci était « active et en cours » et nuirait aux « poursuites prévues » contre Assange. La juge, Barbara J. Rothstein, a déclaré qu’il était nécessaire de faire preuve de la « déférence appropriée envers le pouvoir exécutif en matière de sécurité nationale ». C’est une parodie de procès, où le verdict est arrêté d’avance.

Toutes ces informations étaient à la disposition de tout journaliste ou média soucieux de les rechercher et de les publier. Et pourtant, aucun média dominant – à part Stefania Maurizi – ne l’a fait au cours des neuf dernières années. Au lieu de cela, ils ont étayé une série de récits officiels insensés des États-Unis et du Royaume-Uni, conçus pour maintenir Assange derrière les barreaux et renvoyer le reste d’entre nous à l’âge sombre de l’information.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence et ne manquer aucune publication, abonnez-vous à la Newsletter. Vous pourrez ensuite choisir de recevoir chaque nouvel article dès sa parution, ou opter pour un bulletin hebdomadaire.


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 6 juin 09:15

    Une affaire d’état profond alors...

    La dernière digue entre le monde ancien ou la raison tenait sa place, et les délires forgés par des psychopathes millénaristes.

    Einstein avait raison :

    “Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.”

    Et, “Nous aurons le destin que nous aurons mérité.”

    Bienvenue chez les cerveaux malades ! (qui ont disséqué le sien d’ailleurs).


    • rhea 1481971 6 juin 13:38

      @Clocel

      • Einstein avait une double pensée c’était loin d’être un saint


    • Clocel Clocel 6 juin 13:49

      @rhea 1481971
      Nous sommes bien d’accord, ce qui ne l’a pas empêché d’avoir quelques belles fulgurances sur son époque et son devenir.


    • Traroth Traroth 6 juin 15:52

      @rhea 1481971
      A quoi faites-vous allusion ? Question sans arrière-pensée...


    • Doume65 7 juin 10:06

      @rhea 1481971
      « Einstein avait une double pensée »
      C’est parce que la tienne est simple que le lui reproches ?
      Non, sérieux, qu’est-ce que ça veut dire, une double pensée ? On sait qu’Einstein avait ses faiblesses, notamment avec sa famille, mais qui n’en a pas ? A-t-il prétendu être un saint ? Non. Quelqu’un le lui a-t-il demandé ? Non plus. A-t-il été un humaniste, travaillé pour la paix et dénoncé les abus du système capitaliste ? Oui. Alors merci de préciser de quoi tu lui en veux, à ce physicien, au juste.


    • Le421 Le421 7 juin 13:31

      @rhea 1481971
      Einstein n’est pas seul à avoir une « double pensée ».
      C’est une caractéristique normale de tout être humain normalement constitué.
      Peser ou penser à la fois le bien et le mal tel que chacun le voit.
      Partisan de la solidarité et du partage, je suis parfois dégoûté par mes congénères et je me dis que le « chacun pour sa gueule », si je l’applique, ne me dérange pas tant que ça.
      Double pensée.
      Et laquelle est la bonne ??


    • Xenozoid Xenozoid 7 juin 14:23

      @Le421

      Et laquelle est la bonne ??

      celle que tu nourris


    • machin 6 juin 10:56

      Pour mediapart et le monde, c’est normal, ils roulent clairement pour l’oncle Sam.

      On peut également se poser la question sur la pourriture socialiste qui refusa de l’accueillir en France...


      • franc tireur 6 juin 16:29

        @machin

        T’en as de bonnes..Aucun gouvernement allié ne pouvait se le permettre, quand bien meme Assange est l’idole de beaucoup d’intellos proches du pouvoir. Les USA nous tiennent comme les autres (menaces de rétorsions qui peut aller jusqu’a la rupture de la chaine de coopération du renseignement ou la divulgation d’informations sensibles sur nos interets etc).


      • Ruut Ruut 6 juin 18:03

        @franc tireur
        C’est sur que vue le faible niveau de sécurité IT global en France en y incluant nos chaines de commandements et communications en France face aux services US, les USA peuvent facilement tout bloquer chez nous.

        Je ne parle meme pas de la domination Culturelle permanante subie par notre pays et imposée par les USA.

        Nos enfants connaissent mieux le droit US que Français.....


      • Doume65 7 juin 10:09

        @machin
        « la pourriture socialiste »
        La droite aurait été au pouvoir qu’elle ne l’aurait pas plus accueilli. Il y a des Young leaders dans les deux camps et a chose la plus partagée (avec la tromperie) en politique est la pusillanimité.


      • Le421 Le421 7 juin 13:34

        @Doume65
        C’est bon ça, oui !!
        La droite aurait été au pouvoir...
        Où ça ?? En France ??
        Mooouuuaaarrfff arf arf arf !! Mort de rire.
        Ça fait 63 ans que je vois la droite au pouvoir en France...
        Plus ou moins à droite, mais la droite.
        Remarquez, y’en a qui sont tellement cons qu’ils disent Macron « à gauche »...
        C’est grave docteur ??


      • ZenZoe ZenZoe 6 juin 15:03

        Assange représente une grave menace pour beaucoup de pays, pas seulement les EU. Tous ont des choses malpropres à cacher à leurs citoyens.

        Je me suis souvent posé la question. Pourquoi Assange, qui savait sûrement ce qu’il risquait, at-t-il joué avec le feu ? Espérait-il un réveil des peuples et un soulèvement international pour une plus grande transparence et un soutien à sa cause ?

        Raté, les peuples sont devenus apathiques et fatalistes. Si j’étais Assange, c’est ça qui me minerait le plus, risquer ma vie pour des zombis !


        • Traroth Traroth 6 juin 15:53

          @ZenZoe
          Si une beigne ne les réveille pas, une deuxième beigne y arrivera peut-être...


        • totof totof 6 juin 18:23

          @ZenZoe
          Juste une précision pour dire que nous tous, dans ce forum, faisons partie des zombies. Nous sommes derrière nos écrans à nous plaindre au lieu d’aller tous avec les Gilets Jaunes, seul mouvement de contestation digne de ce nom aujourd’hui.


        • ZenZoe ZenZoe 6 juin 19:08

          @totof
          On est d’accord.


        • Le421 Le421 7 juin 13:37

          @totof
          Joker.
          Les Gilets Jaunes, j’ai donné.
          Et beaucoup.
          Pour quel résultat ?
          La CSG, d’accord... Pour le reste.
          Diminuer les impôts de ceux qui en payent pas mal ? J’ai pas tout compris.
          Parce que c’est le clampin de la rue qui compense avec les indirects...


        • Traroth Traroth 6 juin 17:06

          Toute cette histoire montre la collusion des médias avec le pouvoir, même pour les pires aventures (détruire ce qui reste de la presse véritablement libre), même sur une longue durée. Les médias ne lâchent pas le morceau et obéissent fidèlement sans regimber, même pendant 10 ans !


          • JPCiron JPCiron 6 juin 17:19

            Voilà un Article bien ficelé.

            On regrette que les Journalistes d’Investigation des Médias Grand Public choisissent librement d’ignorer ces informations.

            .


            • Ruut Ruut 6 juin 18:04

              @JPCiron
              En France il n’y a plus que des Médiats de propagande.


            • JPCiron JPCiron 10 juin 08:52

              @Ruut

              En France il n’y a plus que des Médiats de propagande.>
              .
              Ce qui est frappant (lire : inquiétant), c’est l’assez grande homogénéité de vues des Médias Grand Public en France. Ils sont généralement silencieux sur les mêmes sujets, ou de la même manière partiaux sur d’autre sujets traités

              On remarque aussi que les Médias Grand Public Européens ont tendance à être plus homogènes entre eux, et à ’’suivre’’ ce qui se publie outre-atlantique.

              Ce qui se passe est très similaire à un phénomène de colonisation des idées par infiltration de ces dernières.

              Ce qui reste à comprendre/ démontrer sont les différents mécanismes derrière le phénomène. Précisons que je n’adhère pas aux vues ’complotistes’, mais favoriserais une convergence ’’naturelle’’ (lire : non contrainte) des élites.

              .


            • totof totof 6 juin 18:19

              Article important qui rassemble beaucoup d’informations sur cette affaire primordiale qui montre la nature des régimes occidentaux.

              J’attire votre attention sur l’attitude des féministes et d’une certaine extrême-gauche sur cette affaire, jetez un oeil à cet article dont j’extrais cette phrase :

              « Bref, Assange est tout sauf un héros de la liberté d’information et franchement un sale type »

              Nous voyons là qu’une partie de l’extrême-gauche aujourd’hui est en réalité un des mécanismes du néo-fascisme et de ses idéologies tels le féminisme, l’antisémitisme, etc. L’intoxication organisée sur Assange est reprise dans les médias mais aussi dans des relais militants. Les masques tombent...


              • Xenozoid Xenozoid 6 juin 18:23

                @totof

                on voit surtout que n’importe qui peux se délarer n’importe quoi


              • Xenozoid Xenozoid 6 juin 18:23

                @Xenozoid

                délarer=déclarer


              • JC_Lavau JC_Lavau 6 juin 18:26

                @totof. Depuis déjà quelques années, j’avais exhibé des preuves que l’ultra-gauche est phagocytée par le féminazisme :
                L’ultragauche malade du féminazisme
                 
                L’ultragauche toujours malade du féminazisme

                 
                La professionnelle de la haine sexiste, et son faux.

                 
                Elles ne toléreront aucune démocratie, aucun pluralisme.

                ...
                Ça n’est pas près de s’arranger.


              • totof totof 6 juin 18:28

                @Xenozoid
                vous dites ça à propos du fait que ces groupuscules se déclare féministes ou d’extrême-gauche ?


              • totof totof 6 juin 18:41

                @JC_Lavau
                Bien vos liens, c’est intéressant de recenser tout ça. (petite parenthèse, il y avait des femmes soldats quand j’ai fait l’armée et je peux le dire, en manœuvre, elles étaient toutes de vrais boulets, incapables de suivre notre rythme). Ce que vous appelez le féminazisme s’exhibe dans toute son horreur dans l’affaire Assange et sert de relais à la propagande officielle.


              • totof totof 6 juin 18:42

                @totof
                ma petite parenthèse sur les femmes et l’armée fait référence à votre lien sur Normand Lester, bien sûr.


              • Xenozoid Xenozoid 6 juin 19:47

                @totof

                je dis cela a propos de tout le monde,et je peux reconaitre un masque,c’est un + dans mon boulot


              • ribouldingue ribouldingue 6 juin 18:28

                La chasse aux sorcières est la poursuite, la persécution et la condamnation de personnes accusées de pratiquer la sorcellerie. Elle se rencontre à toutes les époques et dans toutes les civilisations.

                En Europe, ce mouvement débute dans les années 1430 dans l’arc alpin et connaît son apogée des années 1560-1580 aux années 1620-1630 jusqu’à sa remise en cause progressive par le christianisme, puis par la culture scientifique et technologique.

                Maccarthysme

                Entre 1950 et 1954, en pleine période de « guerre froide », une véritable chasse aux sorcières sévit aux Etats-Unis, sur l’initiative du sénateur Joseph McCarthy. Cette campagne contre les communistes est si effroyable que le maccarthysme reste encore aujourd’hui le symbole de l’intolérance et de la peur aveugle.
                Car le maccarthysme est bien né de la peur de l’Union soviétique et n’a jamais reposé sur le moindre fondement rationnel.
                Durant quatre années, des catégories entières de la population ont été dénoncées et arrêtées, chacun étant considéré comme un ennemi potentiel de l’Etat.
                Comment un obscur petit sénateur du Wisconsin, inconnu jusqu’alors, a-t-il pu plonger la première puissance mondiale dans un tel obscurantisme ?

                 

                 

                La naissance du maccarthysme

                Le 19 février 1950, à l’occasion d’une conférence, le sénateur J. McCarthy s’attaque avec virulence au communisme. A ses yeux, le communisme représente un danger mondial mais également un fléau au sein même des institutions américaines.
                Il affirme que des espions communistes se sont infiltrés dans l’Administration et occupent des postes clefs au sein même du gouvernement.

                Il encourage donc tous les Américains à mener une croisade pour démasquer ces traîtres qui mettent en péril la vie de la Nation.

                Contre toute attente, ce discours farfelu et sans aucun fondement va se répandre dans toute l’Amérique.

                Le maccarthysme est né. Il va plonger les Etats-Unis dans une véritable fièvre de dénonciations et calomnies.

                Qui était Joseph McCarthy ?

                Irlandais d’origine et catholique, McCarthy est un sénateur républicain. Réputé comme un bon vivant, c’est également un joueur et un grand buveur.
                Mais, cet homme qui a fait trembler l’Amérique pendant quatre ans est également un menteur qui a inventé de toutes pièces une biographie le mettant à son avantage.

                En 1950, quand il fait son discours qui a déterminé la suite des évènements, son mandat arrive à expiration. Il n’est pas du tout certain d’être réélu et met donc en œuvre une stratégie purement politicienne.
                Jusqu’à présent, McCarthy ne s’était jamais intéressé aux éventuelles infiltrations communistes.


                • JC_Lavau JC_Lavau 6 juin 22:40

                  @ribouldingue. J. McCarthy était entièrement manipulé par Edgar J. Hoover, véritable chef caché de ces années de folie.


                • lloreen 7 juin 09:24

                  Cela fait des lustres que des « maîtres du monde » se servent des humains comme d’un cheptel ce qui ne devrait même laisser planer aucun doute en écoutant les « petites phrases » des uns et des autres et des présidents de la républiques, monsieur Macron étant le champion toute catégorie de l’exercice.

                  Si Julian Assange est poursuivi de manière si acharnée ce n’est évidemment pas pour les raisons qui sont communément évoquées mais plutôt en raison de celles qu’ils veut exposer aux yeux du monde en collaboration avec d’autres comme Gary Mc Gannon et d’autres moins connus dont la particularité a été de démontrer, preuves à l’appui-rapidement évacuées... l’existence de programmes spatiaux secrets, de l’implication des plus grosses entreprises mondiales dans le commerce extra-terrestre et de l’existence de technologies de propulsion qui rendent instantanément obsolète les moyens de propulsion polluants qui sont vendus aux terriens avec la bénédiction de ceux dont le laïus est le combat contre la pollution.

                  Ce sujet hautement classifié pour cause de cataclysme économique -paraît-il... apparaît pourtant en filigrane dans les préoccupations politiques et militaires des chefs d’états puisque Trump lui-même en parle à présent ouvertement. 


                  • lloreen 7 juin 09:25

                    Pardon:obsolètes.


                    • lloreen 7 juin 09:27

                      Pardon:république-Gary Mc Kinnon.


                      • MAGURA 8 juin 22:59

                        Bravo Mr Cook, vous êtes un des rares à vous scandaliser de ce montage étatique (CIA ???), qui a été pratiquement partagé par toute la presse mondiale sans aucune critique. Triste dérive à laquelle nous assistons, impuissants, face à l’Empire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès