• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les « Bleu Blanc Rouge » ont remplacé les « Black Blanc Beur » mais pas (...)

Les « Bleu Blanc Rouge » ont remplacé les « Black Blanc Beur » mais pas pour tout le monde

Cette expression de 1998, bien évitée aujourd’hui à juste titre, a vécu. Le « multikultu » associé, importé d’Allemagne alors, aussi. La page semblait tournée.

On croyait avoir nettoyé les « cerveaux malades » comme dirait Patrick Cohen, en supprimant « Black Blanc Beur », expression vertueuse à l’origine mais dévoyée au fil du temps, du discours officiel médiatique.

Tout se serait probablement bien passé si notre Président n’avait pas cru bon de donner une leçon malencontreuse, à propos de la crise migratoire, au gouvernement italien en le traitant de « cynique… d’irresponsable… ». L’Italie lui répondit qu’ « …elle ne peut accepter de leçons hypocrites de pays qui ont toujours préféré détourner la tête lorsqu’il s’agit d’immigration ».

Le moment était mal choisi pour ces invectives.

L’Italie abandonnée avec ses 700 000 migrants, au motif de l’accord de Dublin qui laisse à charge les migrants au pays qui les reçoit en premier, a réveillé (conséquence ?) des élans racistes pas encore totalement oubliés. Les mouvements politiques de l’Italie du nord, gardiens d’une certaine nation italienne, n’ont pas apprécié cet enchainement d’événements. 

Il n’en fallait pas plus pour révéler une animosité sportive (90% des italiens soutenaient la Croatie en finale) mêlée de racisme, spécialité italienne dont Mario Balotelli, entre autres, est un habitué. Lorsqu’il jouait à l’Inter de Milan, il était systématiquement sifflé, à minima, pendant les matchs

L’équipe de France du donneur de leçons et sa composante multiethnique arrivait à point nommé pour concentrer les sarcasmes transalpins. Les italiens notamment, ont ainsi brocardé les joueurs français au motif de leurs origines africaines.

Le temps n’est pas si loin où le fascisme a emballé l’Italie entre les deux guerres laissant à Mussolini la possibilité de développer une idéologie politique dont une des facettes était le racisme et l’antisémitisme (bien que lors de sa rencontre avec Hitler en 1932 il lui aurait dit ne pas être antisémite). Je ne ferai pas d’amalgame ici ; les propos racistes ne sont qu’une composante du fascisme italien dont on ne doit pas les affubler pour autant, comme il serait absurde de généraliser ces excès à toute l’Italie. Cependant, un peuple ne peut pas oublier une période aussi grave de son histoire, il appartient donc à chacun de porter attention aux causes et aux conséquences de ses discours, en qualité de Président surtout.

Cet épisode est l’occasion de rappeler que les bleus ont été appréciés pour leurs performances et en leur qualité de « bleu blanc rouge » c’est-à-dire appartenant au peuple français, sans autres considérations. La coupe du monde réunit des peuples qui s’enflamment pour leur équipe nationale considérant que celle-ci les représente, de même l’équipe qui porte les couleurs du peuple qui la supporte, peut s’exalter pour ce motif. La dimension de cette osmose est rare et précieuse.

Ce qui n’est pas le cas par exemple lors des coupes d’Europe. L’arrêt BOSMAN a libéré les clubs de leur obligation à limiter à trois joueurs étrangers une équipe sur le terrain, tous les grands clubs en Europe utilisent donc des « mercenaires » (*) aujourd’hui. L'affairisme pouvait se lâcher dans le foot aussi. ARSENAL a joué fréquemment avec des équipes composées exclusivement d’étrangers. 

(*) « Dans le sport, en particulier dans le football, le terme ‘’mercenaire’’ est utilisé pour désigner un sportif qui joue uniquement pour l'argent, sans prêter attention au maillot ou à la nation qu'il représente. » https://fr.wikipedia.org/wiki/Mercenaire

Il en résulte une relation très différente entre les joueurs et les supporters. L’adhésion d’un « mercenaire » ne vaut que pour ce que lui rapporte le club et s’offre au mieux disant. L’épisode Neymar et son absence du PSG pour cause de cheville blessée a permis de mesurer son peu d’attachement à Paris et à ses supporters qu’il a quittés dès que possible pour se soigner dans son pays. La relation est forte des supporters vers le « mercenaire », dans l’autre sens elle n’est que façade.

Pour la coupe du monde, les bleus nous ont montré que l’engagement valait dans les deux sens.

BRAVO aux français.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 20 juillet 12:16

     
     
     
    « Plus le multi-eth-niquage est profond, plus la Finance est assurée. » Soros
     
     


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 20 juillet 13:53

      Cest en effet une « explication globale » qu’il faut donner car au fond il ne s’agit nullement d’un exploit footballistique comme je l’ai expliqué ici : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/non-l-afrique-n-a-pas-gagne-le-206225#forum5260731



      «  »Mohammed MADJOUR 20 juillet 13:11

      @Vous avez raison, l’Afrique n’a rien gagné, elle a au contraire tout perdu.


      Ceci dit, la « coupe du Monde », a part le petit sac d’argent engrangé par le « vainqueur », n’est pas vraiment un exploit, elle n’a pas une grande valeur. A ce jour la puissance économique, intellectuelle, militaire ou scientifique n’a pas entraîné les USA, la Russie, la Chine, l’Inde, le Canada à trôner sur le podium de la FIFA ! Personne ne peut dire le contraire, le niveau du foot africain est faible, mais d’un autre côté, il n’est pas inférieur à celui des Etats Unis d’Amérique ou de la Chine ou de la Russe qui colonisent et la Terre et le Ciel avec leurs engins ! Le foot est un jeu, il est d’abord un sport collectif national qui n’aurait jamais du entrer en collusion avec les montagnes de merde de l’argent sale des affaires minables de milliardaires pourris ! J’ai moi-même commencé à détesté les « rencontres » depuis l’ascension du « jongleur Maradona » qui à vrai dire n’arrivait pas à la cheville du Roi Pelé !!! 

      Mais il y a tout de même un exploit caché et ô combien pernicieux et traître ! Il faut voir en effet tout ce qui a permis à la France de drainer la jeunesse sous-développée vers l’hexagone afin de l’exploiter et de l’asservir et cela dans tous les domaines de la vie et de l’existence. C’est donc en l’occurrence une grande victoire de l’idéologie française, une victoire de la France-Afrique !

      Non, il n y a aucune joie à fêter un non-événement faussement sportif qui est aussi bâtard que l’est la mondialitude bâtarde de l’argent ! On a plutôt la nausée...«  » 

      • Odin Odin 20 juillet 14:39

        Touches pas à mes bleus même si sur 23 sélectionnés, 16 ont des origines africaines. Par contre :

        « ses supporters qu’il a quittés dès que possible pour se soigner dans son pays  » et j’en passe.

        Pendant sa convalescence, un joueur n’a pas le droit de retourner dans son pays pour voir sa famille et de s’y faire soigner sachant que ses cliniques reçoivent des clients du monde entier du fait de la qualité des interventions ?

        « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil. »


        • titi 20 juillet 17:55

          @L’auteur

          « en supprimant « Black Blanc Beur », expression vertueuse à l’origine mais dévoyée au fil du temps, du discours officiel médiatique »

          L’expression « black blanc beur » n’était pas vertueuse.

          Il s’agissait d’une récupération politique d’un fait sportif par les tenants de la bienpensante et du multiculturalisme gnagnan.

          Il s’agissait de promouvoir la mixité comme un vecteur de réussite auprès des tenants du « bleu blanc rouge »

          Ca a bien fonctionné pendant 4 ans.
          Mais en 2002 la France « black blanc beur » s’est prise une taule monumentale à la coupe du monde. Et la boum ! le boomerang est revenu dans la gueule de ceux qui l’avaient lancé.

          Du coup maintenant la prudence est de mise.

          C’est plus le « black blanc beur » auprès des « bleu blanc rouge » qui est promu, mais le « bleu blanc rouge » auprès des « blacks blanc beurs ».

          Petit rappel historique : http://www.artnet.com/WebServices/images/ll00339llda14GFg7XECfDrCWvaHBOc8C1 D/anonymous-(20)-trois-couleurs,-un-drapeau,-un-empire.jpg


          • zygzornifle zygzornifle 21 juillet 10:50

            Le Kebab face au jambon beurre ....


            • buratino buratino 21 juillet 11:07

              J’ai vu un match à Londres en Arsenal et l’Inter de Milan, il n’y avait aucun italien ni anglais sur la pelouse, même les entraîneurs étaient étrangers et la sécurité avaient tous des bergers allemands

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès