• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les bombardements de Marioupol en janvier 2015

Les bombardements de Marioupol en janvier 2015

Ces jours marquent le cinquième anniversaire de la reprise des hostilités dans l'est de l'Ukraine après la signature des premiers accords de Minsk.

 

Le bombardement d'un bus à Volnovakha le 19 janvier, d'une gare routière dans le centre de Donetsk le 22 janvier et dans la banlieue d’Ordzhonikidzevskyi à l'est de Marioupol le 24 janvier ont été des faits tragiques de l’histoire.

Événements du 24 janvier 2015

La banlieue d’Ordzhonikidzevskyi à l'est de la ville de Marioupol au sud-est de l'Ukraine a été bombardée par des lance-roquettes multiples (Type GRAD) le samedi 24 janvier 2015 à 9 h 15. Le bombardement a tué 30 personnes et en a blessé 107 autres. Au moins 16 bâtiments ont été partiellement endommagés.

Une heure plus tard, une patrouille de la Mission spéciale de surveillance (SMM) de l'OSCE de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe était sur place et a commencé à documenter les conséquences du bombardement. Le même jour, elle a publié un soi-disant "Spot Report", qui est toujours une importante source d'informations. Les jours suivants, le SMM est retourné sur les lieux à plusieurs reprises. Le 26 janvier, le SMM a rendu compte dans son rapport quotidien des résultats de ses enquêtes.

« Vers 24 h 15 le 24 janvier, le SMM de Marioupol, contrôlé par le gouvernement, a entendu des attaques massives de systèmes de lancement multiples (MLRS) en provenance du nord-est pendant 35 secondes. Vingt et quelques minutes plus tard, le SMM a reçu des informations du Centre commun de contrôle et de coordination (JCCC) de Marioupol et d'autres sources, selon lesquelles des bombardements avaient eu lieu dans la zone de la rue d’Olimpiiska, dans le district d'Ordzhonikidzevskyi, à 8,5 km au nord-est du centre-ville de Marioupol, à environ 400 mètres d'un poste de contrôle des forces armées ukrainiennes.

À 10 h 20, le SMM s'est rendu dans la rue d’Olimpiiska et a vu sept civils morts. Le SMM a observé sur une superficie de 1,6 km sur 1,1 km de multiples impacts sur les bâtiments, les commerces de détail, les habitations et une école. Le SMM a observé des voitures en feu et des fenêtres faisant face au côté nord-est d'un immeuble de neuf étages. Le SMM a pu compter 19 tirs de roquettes et est certain qu'il y en a plus »

Comme prévu, les parties au conflit, à savoir le gouvernement ukrainien et les dirigeants politiques de la République populaire de Donetsk se sont mutuellement accusés de cette tragédie. L'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch a également lancé une enquête pour trouver son chemin dans ce flot d'informations contradictoires. Sur les réseaux sociaux, des utilisateurs plus ou moins experts ont spéculé sur les circonstances et la responsabilité de l’incident.

Toujours d'actualité

La question est toujours d'actualité aujourd'hui, car les bombardements dans les zones résidentielles sont encore une pratique courante dans ce conflit mené contre la population du Donbass et pourraient devenir un coup d’arrêt au processus de paix mis en place par Denis Pouchiline.

Bellingcat inculpé

En mai 2018, plus de trois ans après les événements tragiques de Marioupol, l'équipe d'enquête Bellingcat a affirmé avoir identifié les responsables en la personne de plusieurs combattants des forces armées de la République populaire de Donetsk et de plusieurs officiers de l'armée russe. Bellingcat était d'avis que les bombardements provenaient de territoires dits "sous contrôle russe" et que ces bombardements étaient préparés, surveillés et conduits par des officiers russes actifs. Bellingcat affirme avoir identifié neuf officiers russes qui étaient directement impliqués dans l'opération. À cette fin, deux batteries de lance-roquettes multiples avaient été transportées de Russie vers la région de Marioupol la veille au soir. Aux petites heures du matin, ils se sont mis en place et, une fois l'opération terminée, ont de nouveau franchi la frontière nationale en direction de la Russie. L'ordre de tirer sur la banlieue d’Ordzhonikidzevskyi serait d’après eux venu du commandement des forces armées de la République Populaire de Donetsk.

Origine des informations

Dans son enquête, Bellingcat s'appuie essentiellement sur des conversations téléphoniques sur écoutes entre les agents impliqués, ainsi que sur l'analyse des images.

Les pourparlers sur lesquels se fonde l'enquête Bellingcat ont été mis à la disposition d'une petite équipe de journalistes d'investigation par le gouvernement ukrainien. Comme il s'agit de conversations via des téléphones portables, les autorités ukrainiennes chargées de l'application des lois et l'agence de renseignement SBU, sont les plus susceptibles d'être les initiateurs. En partant de l'hypothèse que les services de renseignements militaires se concentrent sur les équipements de télécommunications militaires, on peut être encore plus précis : les enregistrements des appels téléphoniques proviennent des services secrets nationaux ukrainiens SBU, notoirement connu pour ses violations des droits de l'homme et critiqué à plusieurs reprises par le passé par le Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme.

Les deux moyens les plus courants d'écouter les téléphones portables sont le clonage de la carte SIM et l'utilisation d'un capteur IMSI. Le premier nécessite un accès physique à la carte SIM d'un utilisateur. Un capteur IMSI imite la fonction d'une station de base conventionnelle pour la téléphonie mobile, de sorte que les appels dans une certaine zone passent par le capteur IMSI du service secret et non plus via l'infrastructure du fournisseur commercial. Le service a alors le contenu de l'appel, y compris les soi-disant métadonnées, qui contiennent des informations sur l'appareil téléphonique, la carte SIM, la durée et l'emplacement de l'appel et d'autres choses. Bellingcat a reçu les fichiers audio et les méta-fichiers séparément.

Cela aurait dû rendre Bellingcat suspect. La comparaison avec les données du fournisseur de télécommunications, sur l'infrastructure duquel les discussions ont été menées, est une forme de vérification faible, car il serait facile de produire des fichiers audio qui correspondent aux informations du fournisseur commercial. Il serait également intéressant de savoir de qui Bellingcat a reçu les informations des fournisseurs de télécommunications. Ces fournisseurs ne sont pas autorisés à communiquer leurs données à des personnes non autorisées, ce qui suggère qu'ils proviennent également du gouvernement ukrainien. En d'autres termes, Bellingcat a vérifié la fiabilité d'une source en utilisant des informations provenant de la même source.

Il est surprenant que les autorités ukrainiennes n'aient pas communiqué les résultats de leur reconnaissance d'artillerie lors des conversations téléphoniques qu'elles ont entendues. La précision des appareils soviétiques pour la prise du son, dont disposent les troupes du gouvernement ukrainien, est suffisante pour les besoins de Bellingcat.

L'utilisation de téléphones portables dans ce contexte est inhabituelle. Si des unités d'artillerie russes régulières étaient utilisées, elles auraient apporté leurs radios et autres équipements de télécommunications, car ce sont des équipements standard pour les unités d'artillerie. Dans la région de Kuznetsi - Bezimmene - Oktiabr, où les batteries ont pris position selon Bellingcat le matin du 24 janvier 2015, la communication à l'aide de talkies-walkies VHF conventionnels aurait été possible, car le terrain et les distances le permettaient.

Il existe une route au sud-est du village de Kuznetsi qui traverse la frontière entre la Russie et l'Ukraine. Ce n'est pas rare dans une zone où le tracé de la frontière n'est pas spécialement marqué sur de longues distances. Donetsk, à 100 km à vol d'oiseau, d'où le commandement aurait tiré, ne peut cependant pas être atteint avec de telles radios, car la distance est trop grande. Après le poste de commandement de la 9ème brigade d’infanterie mécanisé de la RPD, à Bezimmene, il est à prévoir que ce point était connecté au commandement du corps à Donetsk avec plusieurs moyens de télécommunications redondants, par exemple la radio troposphérique et à ondes courtes.

Sur la base des appels téléphoniques interceptés, Bellingcat affirme avoir identifié les unités d'artillerie qui avaient été déplacées à travers la frontière de l'État spécifiquement pour les bombardements de Marioupol : la « 200ème Brigade d'artillerie motorisée détachée (unité militaire 08275) » et la « 2ème Brigade d'artillerie motorisée (unité militaire 23626) » . Il n'y a aucune association avec ces noms dans l'armée russe.

Jugement de l'événement

Après le 24 janvier, le SMM est revenu pour examiner les cratères d'impact une deuxième fois et a publié un deuxième rapport ponctuel avec une analyse détaillée le 28 janvier 2015.

La zone bombardée est une zone rectangulaire avec une extension d'environ 1,6 x 1,1 km. La zone à l'est de la rivière Kalmius se lève puis s'aplatit à nouveau dans la banlieue d’Ordzhonikidzevskyi.

La limite nord de la zone bombardée se trouve à environ 400 m du checkpoint 14 des forces armées ukrainiennes. Au printemps 2015, le long du Taganrowskaya Shosse, il y avait des points de contrôle supplémentaires échelonnés, un autre à Kalinowka, à environ 2,5 km au nord du point de contrôle 14. À quelques centaines de mètres à l'est du point de contrôle 14, le point de contrôle 13 est l'installation la plus avancée des troupes du gouvernement ukrainien à l'est de Marioupol. Une position de défense préparée des troupes du gouvernement ukrainien est située à environ 2,5 km au sud du point de contrôle 14.

Les dernières positions ukrainiennes (points de contrôle 13 et 14) se trouvent à quelques centaines de mètres à l'est de la périphérie. À cette époque, un no man's land d'au moins 10 km de large s'étendait de là jusqu'aux positions des contre-révolutionnaires. Les positions les plus à l'ouest des anti-putschistes étaient sur le bord ouest d'Oktiabr (maintenant Verkhnoshyrokivske) et s'étendaient vers le sud jusqu'à Shyrokyne et la côte de la mer d'Azov. La conjecture du SMM est basée sur la proximité d'un point de contrôle de l'armée ukrainienne à l'embranchement de Taganrovskaya Shosse.

Carte : Points de contrôle sur la bordure Est de Marioupol

 

Si le but du bombardement avait été de soutenir une poussée terrestre des forces armées de la République populaire de Donetsk le long du Taganrovskaya Shosse, un bombardement simultané des points de contrôle 10 et 13 et des positions défensives de Lomakyne et Berdianskoe aurait été prévu. Bellingcat affirme qu'un plus grand nombre de cibles dans la section à l'est de Marioupol avaient été ciblées avec des lanceurs multiples ce matin-là. Le SMM n'a cependant signalé qu'un seul cas le matin et un en début d'après-midi.

De plus, Bellingcat n'a pas pu déterminer l'emplacement géographique des destinations marquées par des chiffres. La numérotation des cibles n'est pas une mesure pour déguiser des cibles, mais plutôt une pratique d'artillerie courante, qui devrait rendre les noms de cibles plus courts et plus précis. En d'autres termes, Bellingcat ne sait pas qui a tiré où. Cela élimine toute raison de confier à des officiers individuels la responsabilité du bombardement d'Olimpiiskaya wulitsa.

À partir d'images satellites, on peut voir que le point de contrôle 14 comprend des systèmes de tranchées des deux côtés de la rue et éventuellement aussi des abris qui s'étendent sur une superficie d'environ 250 sur 100m. Cette position défensive est susceptible d'être occupée par un groupe de résistant. Le poste de contrôle 13 était sensiblement plus petit, environ 50 sur 60 m et est probablement une position avancée d'un groupe motorisées d'environ 10 hommes.

Image satellite : Checkpoint 14 (source : google maps)

 

L'artillerie à tube aurait été beaucoup plus appropriée pour tirer sur une petite cible comme un point de contrôle. Et les distances auraient permis leur utilisation.

Enquête sur la mission spéciale de surveillance SMM

Selon le rapport Spot du 24 janvier 2015, les membres de l'équipe de surveillance de Marioupol ont entendu un tonnerre intense pendant environ 35 secondes. Les lance-roquettes produisent un son spécifique pendant le processus de lancement, que l'observateur expérimenté peut facilement distinguer des autres armes d'artillerie.

Dans la zone bombardée, 10 bâtiments ont été directement touchés dont une école. Six bâtiments ont été incendié, vers le marché de Kiewskyi Rinok, ce qui ne signifie pas nécessairement qu'ils ont tous été directement touchés. La Mission spéciale d'observation de l'OSCE a trouvé au total 30 cratères et en a analysé 26. Selon le SMM, trois cratères ont été créés par des roquettes tirées du type BM-27 "URAGAN" et 23 par le type BM-21 "GRAD". Le lance-missiles BM-21 "GRAD" est largement utilisé à la fois par les troupes du gouvernement ukrainien et par les russophones. Le BM-27 "URAGAN" est cependant assez rare des deux côtés.

Le lance-roquettes "GRAD" a tiré selon l'analyse du cratère effectuée le même jour par le SMM en direction nord-est, le "URAGAN" en direction est. Human Rights Watch a également analysé les cratères et est arrivé à la conclusion que les missiles avaient frappé depuis l'est. L’HRW n'a pas fourni d'informations plus précises.

Dans son rapport spot du 28 janvier 2015, le SMM a précisé ses informations dans le premier rapport spot. En analysant les cratères, le SMM a déterminé la direction de tir des missiles utilisés. Dans le cas du cratère provoqué par le "GRAD", le SMM a tiré des directions entre azimut 55 ° et 65 °, dans le cas de "URAGAN" 72 °. La méthode utilisée ici est basée sur la mesure des résidus d'explosifs.

Bellingcat a également réalisé une analyse de cratère à partir de photos disponibles sur Internet et de photographies aériennes de drones. Mais le SMM n'a toujours pas déterminé la direction du tir sur la base de photographies aériennes.

Les méthodes d'analyse de cratère utilisées par le SMM ne permettent pas de tirer de conclusions sur la distance de tir. La détermination des positions des lanceurs dans le rapport Spot SMM est basée uniquement sur l'observation des systèmes correspondants dans les villages d'Oktiabr et de Zaichenko dans les jours précédant l'incendie. Cela contredit la thèse de Bellingcat selon laquelle deux batteries d'artillerie réactives russes avaient été introduites dans la pièce la nuit précédente pour effectuer un tir sur Marioupol.

Conformément aux procédures applicables à l'artillerie réactive, les lance-roquettes des types "GRAD" et "URAGAN" doivent être placés à une distance de 6 à 8 km de la ligne de collision. Un positionnement plus proche de la ligne de collision expose inutilement ces systèmes au risque de tir des systèmes d'artillerie plus légers et doit donc être évité. L'hypothèse selon laquelle il s'agit d'un lance-roquettes du village d'Oktiabr, où se trouvent les positions les plus importantes des forces armées de la République populaire de Donetsk, semble moins que plausible. Il en va de même pour Zaichenko.

Croquis de la carte : Positions des parties en conflit et positions possibles pour l'artillerie réactive (source : auteur. Carte yandex.ru)

 

Lance-roquettes BM-21 "GRAD" et BM-27 "URAGAN"

Le SMM a signalé un bombardement de 35 secondes. Un lance-roquettes du type BM-21 "GRAD" peut tirer un maximum de 40 roquettes de calibre 122 mm dans une salve et cela prend 20 secondes. Cependant, il est également possible de tirer moins de 40 roquettes, car les roquettes individuelles sont tirées électriquement et l'équipe peut les régler elles-mêmes. Un lanceur de missiles de type BM-27 "URAGAN" peut tirer un maximum de 16 missiles en 8 à 20 secondes.

Selon le rapport SMM Spot, le bombardement a eu lieu à 9 h 15. Étant donné que Bellingcat affirme que les batteries d'artillerie russes tiraient presque en continu à partir de 8 h ce matin-là, ce décalage horaire est pertinent.

Les lanceurs de missiles sont un moyen de combattre les cibles terrestres et sont donc utilisés en batterie. Une batterie de quatre lanceurs BM-27 couvre une zone cible de 650 × 650 m avec ses 64 roquettes, une batterie de six BM-21 avec 240 roquettes couvre une zone cible de 450 × 450 m. Seule l'utilisation d'une batterie garantit l'effet matériel souhaité sur les cibles non protégées. La zone cible du Checkpoint 14 était significativement plus petite.

La durée de 35 secondes pendant laquelle le SMM a entendu les impacts signifie que les tirs des lanceurs BM-21 et BM-27 ont fusionné. Compte tenu des différents temps de vol des roquettes, on peut donc supposer que les deux lanceurs ont ouvert leur tir pratiquement simultanément. L'ouverture quasi simultanée du feu par deux lance-roquettes différents distants de six kilomètres nécessite une coordination, qui ne peut se faire que par radio ou par téléphone.

Les lanceurs de missiles BM-21 et BM-27 peuvent tirer différents types de missiles avec différentes ogives. Les images des impacts de roquettes à Marioupol suggèrent que de tels projectiles ont été utilisés. Malheureusement, ni le SMM ni le HRW n'ont donné d'informations plus précises sur le type de missile utilisé. Pour déterminer la distance de tir, il serait extrêmement important de savoir quel type de munitions a été utilisé, car les différents missiles ont des portées maximales de tir très différentes. Et pour déterminer la position de l'arme, en plus de la direction de tir, la distance de tir est également nécessaire. Sans ça, tout ne reste que spéculation.

Les types de munitions les plus courants dans le cas du BM-21 "GRAD" sont la série 9M22 avec une portée minimale de 1,6 km et une portée maximale de 20,4 km. Dans le cas du BM-27 "URAGAN" c'est le 9M37 avec une portée minimale de 10 km et une portée maximale de 35 km.

Champ de tir

En théorie, les projectiles balistiques atteignent la plus longue portée lorsqu'ils sont tirés à un angle de 45 °. En pratique, compte tenu de la résistance de l'air, l'angle de tir optimal est plus élevé, notamment avec les armes d'artillerie à longue portée ; jusqu'à 50 °.

Cependant, la résistance à l'air signifie également que l'angle d'impact des projectiles est toujours supérieur à l'angle de lancement. L'une des roquettes, frappées à Marioupol, dont les parties essentielles dépassaient du sol, peut être déterminée comme ayant un angle d'impact de 45 °, ce qui signifie qu'elle a été tirée à un angle inférieur à 45 ° et n'a donc pas été utilisée à portée maximale.

Image : résidus d'une roquette touchée

 

Les espaces de position à Kozatske et Pervomaiske, qui ont été identifiés dans l'étude de Bellingcat, sont en dehors de la portée maximale des missiles "GRAD".

Précision du tir d'artillerie

La précision des tirs d'artillerie dépend de nombreux facteurs différents, tels que l'état technique de l'arme et des munitions, la précision du travail du personnel dans tous les domaines, mais aussi de la disponibilité des données météorologiques de l'artillerie. La densité de l'air, sa température, sa teneur en humidité et la direction du vent influencent sensiblement la trajectoire d'un projectile. Bellingcat ne fait aucun commentaire sur cet aspect.

En ce qui concerne les conditions météorologiques, la règle d'or pour le lance-roquettes BM-21 "GRAD" est qu'une différence de température de 1 ° C peut entraîner une déviation de 20 m par rapport à la position de frappe. Cependant, un artilleur expérimenté peut compenser le manque de données météorologiques d'artillerie dans une certaine mesure en déterminant la soi-disant incohérence avant le tir. Il le fait en pointant une arme d'artillerie sur un point au sol qui peut être clairement identifié sur la carte et, après avoir tiré un ou plusieurs coups, mesure l'écart entre la position de tir calculée et la position effective. La valeur ainsi obtenue peut être interpolée linéairement à la plage de tir souhaitée de la prise de vue à impact.

Le temps d'hiver typique de la région autour de Marioupol sur la mer d'Azov est des gelées nocturnes avec des températures en hausse pendant la journée jusqu'à environ le point de congélation. Les écarts de température au 24 janvier 2015 étaient faibles, la température minimale était de -3,7 ° C, la température maximale de -0,8 ° C. Cette petite différence de température n'explique pas une différence significative dans la position de prise de vue, comme on peut l'observer dans le cas présent.

Un autre facteur est la précision du travail du personnel, qui doit déterminer avec précision les coordonnées de la cible et du lanceur, puis définir avec précision la direction du tir. L'expérience montre qu'en fonction de la distance de prise de vue, même avec un travail minutieux du personnel opérateur, le premier tir peut atterrir à 400 m de la cible souhaitée. Il appartient alors à un observateur d'ordonner les corrections nécessaires.

La précision des éléments mentionnés dépend également dans une large mesure des appareils de navigation et des aides à la direction utilisés : la détermination des emplacements à l'aide d'une carte est naturellement plus précise qu'avec les appareils de navigation par satellite tels que GPS ou GLONASS, la mesure des distances à l'aide de télémètres laser qu'avec les appareils de mesure mécano-optiques.

Si tous les facteurs influençant la position de tir sont connus exactement lors du calcul des éléments de tir, les armes d'artillerie sont capables de tirer des tirs précis sur les zones ciblées.

En supposant que le point de contrôle UAF à la fourche de Taganrovskaya Shosse était la cible, les missiles se sont éloignés d'environ 1,5 km de la cible. Un écart aussi important ne peut presque être expliqué que par de grosses erreurs manuelles du personnel au sol. Il n'est pas plausible que deux équipes opérationnelles travaillant à plusieurs kilomètres l'une de l'autre aient commis la même erreur grossière en même temps.

Croquis de la carte : écart de l'impact du groupe sud par rapport au point de contrôle UAF 14. Ellipse de diffusion et flèches jaunes = direction supposée du tir (base : croquis de la carte HRW ; les flèches blanches de l'est proviennent de HRW)

Les trajectoires des projectiles tirés avec des armes à feu ne fonctionnent jamais exactement de la même manière. La déviation d'une série de résultats par rapport à un point cible moyen est appelée diffusion. La dispersion technique est causée par des perturbations balistiques internes et externes, telles que les tolérances liées à la fabrication d'armes et de munitions, les fluctuations de température et l'usure.

Un seul lanceur "GRAD" disperse ses projectiles dans une ellipse, dont la taille dépend de la distance de tir. En règle générale, on peut supposer qu'il est deux fois plus long qu'il est large dans la direction du tir. Au centre de cette ellipse, la densité des impacts est la plus élevée et diminue vers l'extérieur. À une distance de 15 km, la longueur de l'ellipse de 400 et une largeur de 200 m est assez typique du "GRAD".

La répartition des impacts dans la banlieue d’Ordzhonikidzevskyi de Marioupol, un au sud et un au nord, plus proches du Taganrovskaya Shosse, suggère l'utilisation de deux lanceurs. L'ellipse nordique mesure près de 600 m de long et 300 m de large, celle du sud mesure environ 400 sur 300 m. L'existence de deux de ces ellipses suggère l'utilisation d'au moins deux lance-roquettes de type BM-21 "GRAD" et un de type "URAGAN", les lanceurs pouvant être utilisés à des distances différentes. La répartition des frappes suggère une direction de tir vers le nord plutôt que vers l'est.

Il y a une certaine différence ici avec l'analyse des cratères. Si le groupe nord d'impacts provient d'un lance-roquettes "GRAD", cela suggère un bombardement à 15 km du nord. Dans ce cas, le lanceur à l'ouest de Pavlopil devra être recherché sous le contrôle des forces gouvernementales ukrainiennes.

Croquis de la carte : positions des parties en conflit et positions des lance-roquettes


Mais le nombre plutôt restreint de frappes et les incertitudes mentionnées concernant le type de munitions, la détermination de la direction et d'autres incitent à s'abstenir de blâmer clairement. Cependant, il est clair que les allégations formulées après l'incident selon lesquelles les projectiles ont été tirés depuis le nord ukrainiens sont tout à fait crédibles.

On ne peut que spéculer sur la motivation du bombardement : si les forces armées de la RPD sont réellement responsables du bombardement, comme le prétend Bellingcat, alors se venger du bombardement sur la ville de Donetsk avec des lance-roquettes dans les jours précédant le 24 Janvier était une motivation. Tout au plus, la cible était également un lanceur de missiles des troupes du gouvernement ukrainien, que le SMM avait précédemment signalé dans la banlieue d'Ordzhonikidzevskyi.

À l'époque, le bombardement des zones résidentielles était une triste réalité dans la guerre sur le territoire du Donbass libre et celui sous occupation ukrainienne. Dans les jours qui ont suivi les tirs contre Marioupol, Donetsk, et peu après ceux contre Louhansk ont ​​été effectués avec des munitions en grappe qui étaient interdites en vertu du droit international. Cela témoigne du manque de considération du gouvernement ukrainien pour la vie et la sécurité des habitants en zone de guerre. Dans le cadre du conflit dans l'ex-Yougoslavie, les personnes impliquées ont déjà été condamnées pour crimes de guerre dans des cas similaires.

Feu l'après-midi

Dans l'après-midi, le SMM a observé un autre tir de lance-roquettes qui a apparemment touché le point de contrôle de l'UAF sur le Taganrovskaya Shosse.

« À 13 h 02 et à 13 h 21, le SMM a de nouveau entendu des salves MLRS entrantes d’une durée de huit secondes, venant de l’est. À une distance de 300 mètres, le SMM a vu de la fumée au-dessus du point de contrôle 14 des Forces armées ukrainiennes  ».

Dans ce contexte, la description du retour des deux batteries d'artillerie réactive russes en Russie est également intéressante. L'instruction a été donnée de se cacher dans les forêts. Quiconque connaît le sud de l'oblast de Donetsk et la côte de la mer d'Azov sait qu'il n'y a que de petits bosquets d'acacias qui pourraient camoufler une batterie avec 4 ou 6 lanceurs, le centre de commandement, le centre de calcul, les véhicules d'approvisionnement et d'autres équipements. La carte de Bellingcat montre qu'il n'y a pas de grandes forêts dans la zone affectée.

Conclusion :

En résumé, il convient de noter que les sources des conversations téléphoniques des services secrets ukrainiens ont été superficiellement exécutées par Bellingcat.

Bellingcat a commis de graves erreurs dans l'identification des unités impliquées, de sorte que l'identification des officiers impliqués doit également être traitée avec prudence.

Bellingcat n'est pas en mesure de déterminer la paternité des trois missiles "URAGAN", ni d'identifier les cibles sur le terrain qui ont été mentionnées dans les conversations téléphoniques. Il est clair que le 24 janvier, différentes cibles ont été visées par différentes directions avec de l'artillerie. Qui a tiré où et d'où reste incertain. Cela élimine toute raison de rendre des officiers individuels responsables du bombardement de la banlieue d’Ordzhonikidzevskyi.

La combinaison d'au moins trois lanceurs de calibres différents, qui ont tous tiré moins de roquettes qu'ils n'auraient dû tirer, à partir de positions où ils n'auraient pas dû être, selon les procédures opérationnelles, soulève des doutes sur la présentation de Bellingcat. L'hypothèse implicite du SMM selon laquelle le bombardement de la banlieue d’Ordzhonikidzevskyi est le résultat d'erreurs de tir de l'artillerie réactive de la part de la Russie ou des contre-révolutionnaires ne semble pas plausible.

Bellingcat ne commente pas tous ces faits, probablement pas par manque d'expertise. La soi-disant enquête ne peut être décrite que comme non professionnelle et douteuse. En outre, la transmission douteuse d'informations d'un service de presse de l'une des parties impliquées justifie le terme de "propagande".


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • V_Parlier V_Parlier 29 janvier 19:57

    Je pense que Bellingcat ne se donne même pas la peine de s’assurer que ses « informations » puissent être épluchées avec autant de minutie. L’essentiel est qu’elles plaisent aux commanditaires politiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès