• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les « Bossnappers » sont-ils des criminels ?

Les « Bossnappers » sont-ils des criminels ?

Que ce soit par la voix de SARKOZY, celle de FILLON ou des représentants de la CGPME, les actions de séquestration des patrons sont mises en exergue comme étant des actes criminels à la limite du terrorisme !

Si la crise est sans doute responsable, en partie, de licenciements massifs, elle est également un fabuleux prétexte pour certaines entreprises qui envisageaient déjà de maintenir leurs bénéfices et le cours de leurs actions en diminuant leurs coûts de production par la variable d’ajustement privilégiée qu’est le personnel.
 
Ces voix trouvent scandaleux le recours à la séquestration des cadres dirigeants, s’appuyant sur l’argument de « la loi » pour souligner la criminalité du geste. Soulignant que la France est un « état de droit » !
 
Mais qu’est-ce que cela peut bien signifier dans la bouche de tous ces « Tartuffes » de la morale qui sont corrompus jusqu’à la moëlle !
 
Le droit qu’ils se confèrent et qu’ils refusent à d’autres ????
 
Que penser du droit de ces milliers de salariés qui, sacrifiés sur l’autel de « la crise », sont eux pris en otages de la course aux profits.
 
Est-ce légal, digne d’un état de droit, de donner sa bénédiction à ce génocide salarial ?
Est-ce moral d’accepter qu’un dirigeant d’EDF parte en retraite avec 500 000 euros annuels alors qu’on accorde l’obole de 5 à 7 mois de salaires à ceux que l’on met à la porte ?
 
Toutes ces injustices expliquent le désespoir qui s’empare de ces sans noms qui devraient avaler sans sourciller les couleuvres quotidiennes.
 
Ce ne sont ni des anarchistes, ni des criminels, ni des extrémistes !
Ce sont simplement des êtres humains qui refusent de se laisser traîner à l’abattoir sans réagir.
 
Le mépris grandissant envers « le peuple », affiché par les nantis qui tiennent les rênes du pouvoir, de l’économie et du travail est le comburant idéal pour enflammer les braises qui couvent !
 
Nous allons sans aucun doute possible vers la multiplication des actions violentes qui, en aucun cas ne signeront une élévation du niveau de la criminalité ou de la délinquance, mais qui seront simplement des réflexes de survie !
Réflexe naturel de la part de tous ceux qui craignent ou sont déjà confrontés à la mise en œuvre de leur destruction.
 
Alors, si criminels il y a, c’est vers le haut de la société qu’il faut regarder !
Si dérive il y a, elle vient de ceux qui s’octroient le droit de nous écraser sans état d’âme.
Si respect des lois il doit y avoir, que cela s’applique en premier lieu aux donneurs de leçons !
 
Non, les salariés « bossnappers » ne sont pas des criminels ni des hors-la-loi !
 
Ce sont des êtres humains qui sont obligés, par la force, de faire respecter leurs droits élémentaires au respect, leur intégrité et qui oeuvrent pour garder leur dignité.

Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Polemikvictor Polemikvictor 17 avril 2009 14:20

    Legal, moral du bla bla et de l’abrutissement.

    Les salariés ont des droits et ils doivent les exercer, s’ils estiment le motif economique du licenciement non fondé, ils doivent poursuivre ( devant les tribunaux pas courir apres leurs dirigeants pour leur faire leur fete). La reglementation autour des plans sociaux est suffisamment complete pour que des actions juridiques puissent etre mise en oeuvre.

    Sinon on rentre dans le domaine de la déliquance.

    Un etat de droit peut disparaitre par ce que des individus font croire à d’autre que la loi ne peut pas les protéger et que seule l’action violente aura des résultats. C’est le comportement de ces individus qui est criminel et immoral.



    • MICHEL GERMAIN jacques Roux 17 avril 2009 14:58

      Tout pilote est responsable de la manière dont il conduit sont véhicule. Qu’il heurte un autre engin, renverse un pièton ou grille un feu il devra, s’il est pris, rendre des comptes devant la loi, l’assurance et sa morale.

      Tout pilote d’entreprise (entendons par là les relativement grosses entreprises + de 150 salariés on va dire, pour rester gentils) qui conduit celle ci à la faillite, dans le mur de la mauvaise ou inconsciente gestion, doit rendre également des comptes à ceux qu’ils bousculent ou jette dans l’angoisse des lendemains de misère. Car eux n’ont fait que traverser dans les clous en allant bosser pour créer la plus value qu’ils n’ont jamais vue. Eux n’ont jamais eu en mains les leviers de commande ou de décision. Eux feraient les frais d’un chauffard ivre de stock options qui voudrait regagner, sans reproches, sa résidence et son compte défiscalisé aux Caïmans ? 

      Bé tiens ! 


      • paul muadhib 17 avril 2009 15:15

        eh oui , pour voir les vrais criminels..regarder en haut...de toutes facons tout ce qui est produit l est collectivement, alors s il y a partage il sera collectif, le reste est du vol pure et simple....bcp commencent a se rendre compte de l arnaque des pseudos elites...on avance, merci a l auteur.


        • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 17 avril 2009 15:17

          Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. [ 5 ]Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ;

          Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

          Bon, je crois que toutes discussion est inutile. Vos pseudo-justifications n’ont pas lieu d’être.

          La réponse à la question du titre est probablement non, mais cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont innocents, selon le principe de la tripartition des infractions. N’étant pas avocat, j’ignore si la séquestration est un délit ou un crime.

          Vu la façon dont on parle des violations des droits de l’homme quand il s’agit de dictateurs africains, je ne voit aucune raison d’être indulgent sous prétexte que ce sont des syndicalistes français.

          Typhon


          • Fergus fergus 17 avril 2009 16:37

            Il y a quelques jours, j’écrivais dans un commentaire que, contrairement au discours droitier qui met en avant la violence exercée à l’encontre des patrons séquestrés, j’affirme qu’il n’y a là que de la contrainte sans violence.

            Je continue de le penser et de considérer que cette méthode est certes illégale mais compréhensible eu égard à la surdité des patrons concernés.

            Et si violence il y a dans ce pays en matière sociale, elle s’exerce indiscutablement à l’encontre des travailleurs, de plus en plus précarisés ou jetés à la rue sans ménagement car considérés de plus en plus souvent comme de simples variables d’ajustement.


            • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 17 avril 2009 17:05

              On en reparlera quand vous passerez deux jours en garde à vue.

              Typhon


            • Ratigan Ratigan 21 avril 2009 19:34

              De la contrainte sans violence. Pourquoi pas.
              Ça leur donne un petit air d’Arsène Lupin qui fait que ces preneurs d’otages sont soutenus par une moitié de la population.

              La violence sociale, il ne faut pas non plus oublier qu’elle est aussi le fait de tout ces conflits volontairement organisés contre les entreprises, a coup de grèves et sabotage. Pourquoi toujours tout reprocher au patronat lorsque les syndicats ont eux aussi leur part de responsabilité ?

              Ce que je propose, pour s’amuser un peu dans ces temps noircis par les medias, c’est de legitimer aussi la sequestrations de syndicalistes :

              Patrons français, n’hésitez plus ! Prenez vos syndiqués en otage ! ils vous empechent de faire fonctionner votre entreprise correctement ? qu’a cela ne tienne et lancez vous !

               

              A cela, plusieurs avantages :

               

              · Les syndicats ne pourront pas vous reprocher d’utiliser une de leurs méthodes.

              · La gauche vous soutient, pointant du doigt « une forme de désespoir et de souffrance »

              · La droite vous laissera faire sans vous inquiéter, vous allez dans le sens de l’entreprise.

              · Le gouvernement n’entamera aucune poursuite contre vous, ce serait une provocation de trop.

              · Les medias justement vous encenseront, seront fier de montrer ces patrons qui œuvrent pour l’entreprise, quitte à paraitre un peu rebelle et braver la loi.
              . La Justice ne fera rien contre vous, pour préserver « la paix sociale »


            • Polemikvictor Polemikvictor 17 avril 2009 16:56

              Ben voyons et un picpicket fait du partage sans violence.


              • paul muadhib 17 avril 2009 17:22

                petit rappel urgent...les lois sont votes par les deputes presents le jours du vote, generalement peu. Question : croyez vous que les deputes representent 1) leurs electeurs 2 ) eux meme 3) le patronat ,les banques , les puissants..
                reponse 2 et 3..
                les lois sont donc la representation des desirs des puissants.
                le general de gaulle etait hors la loi des puissants du moment.
                question : aurait il fallut l emprisonner ? d apres les umpistes oui.
                On parle de ministere de la justice.
                Question : si la « justice » existait vivrions nous dans une telle injustice flagrante ?
                reponse : non,bien sur ,alors il faut parler de ministere de la punition.
                on parle de forces de l ordre
                Question : de quel ordre s agit il, au profit de qui ?reponse:1) le meme ordre pour tous..2) l ordre pour les puissants..3) l ordre pour les petits.
                reponse 2..ordres et punition sont au service des puissants..
                Question : ceux qui ont le pouvoir sont en charge du bien commun pensez vous qu ils aient atteint cet objectif ?.
                Reponse : non
                Question : est il temps de virer les parasites improductifs ,de A a Z, de donner la juste place au travailleur manuel,sans qui ,rien ne se fait et d envoyer paitre les intello meme pas brilliants qui vivent au crochet du vrai travail et d envoyer les dits parasites travailler vraiment ,
                Reponse : oui
                Question : est ce possible ?
                Reponse : -sans changement revolutionnaire dans la psyche humaine, oui mais avec enormement de violence..il n y a aucune raison de continuer a se laisser faire
                  : -avec un changement radical dans la racine du probleme le cerveau analytique,
                 oui c est possible sans violence..solution sage, nous sommes loin du compte,
                l hominide etant toujours autant dans les tenebres.
                derniere question : malgre l etat deplorable du monde,( n en deplaise a ceux qui ne voit que argent et belle voiture et grande maison etc..)et le devenir plus qu inquietant est il possible de ..« VIVRE » de se realiser en temps qu humain ?
                Reponse : oui bien sur , mais pas la meme vie que la majorite qui habite la maison en feu trouvant cela tres bien, d ailleurs
                En restant prisonniers de notre cerveau analytique/ego, le malheur est la ,permanent ..
                et pour le fuir tout est bon , la religion, le pouvoir, l accumulation de biens et plus la nevrose grandit et devient puissante , plus ILS s en prennent a leur congeneres.
                Le principe des vases communiquants : plus je souffre, plus je fais souffrir et ceux qui n ont pas l envie de faire souffrir les autres se suicident !!
                www.kinfonet-fr.org


                • paul muadhib 17 avril 2009 17:30

                  dites moi paul muadhib , comment faites vous pour « voir » si juste ?
                  reponse : en etant ouvert, en regardant au dela des opinions comme un VRAI scientifique se laisse guider par ce qu il voit et non ce qu il voudrait voir, meme einstein avait falsifie des conclusions objectives pour que ca « colle » avec sa vision personnelle.
                  Demarrer une observation par des conclusions ce n est pas observer, c est etre dans le dogme,religion ou scientifique ,economique, politique.
                  Ne pas avoir de conclusion existante est la seule condition pour etre objectif, et ca , on peut le faire avec soi ,tout le temps....


                • Rough 17 avril 2009 22:55

                  article insupportable...les salariés qui séquestrent leurs cadres/patrons..ne méritent que le gnouf ou les dents cassées, ce sont des délinquants...ils ont plus de boulot car leur patron est un voyou....et bien que ne créent-ils pas leur entreprise ces vertueux salariés....
                  De gros beaufs cégétiste, ou pire, sudistes, qui ne seraient même pas foutus de gérer un kiosque à boissons et qui veulent participer à la gestion de leur usine que leur patron gère si mal...tartuffes !


                  • ykpaiha ykpaiha 18 avril 2009 02:24

                    Aux bonimenteurs et autres biens pensant clamant haut et fort que la « loi et l’ordre doivent regner » en brandissant tel code de bonne conduite édicté sous on ne sait quel régime de laquais,
                    Je rappelle et indique que la déclaration des droits de l’homme préembule de nos virtuelles constitutions, nous souligne ;
                    La résistance à l’oppression est selon la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789, un droit naturel, inaliénable et sacré de l’homme.
                    Apres toutes les interdictions édictées dans le flou et la précipitation d’évenements anodins voila que vous arrivez avec vos tete d’emplumés, distribuant des lecons de morale toutes aussi imbéciles.
                    Vos coteries ont faillit et cette faillite tant financiere que morale vous en portez la lourde responsabilité, Meme lorsque vous essayez, dans un ultime baroud d’un honneur que vous n’avez jamais eu, de détourner un fait intengible....
                    Votre monde est mort essayez au moins d’y survivre cela vous donnera un peu de dignité ...


                    • Sébastien Sébastien 18 avril 2009 09:37

                      Oui les bossnappers sont des criminels au sens ou ils ont commis un crime. Kidnapper une personne pour lui soutirer de l’argent, ca s’appelle de l’extorsion de fonds. Ni plus, ni moins.

                      D’ailleurs ils sont bien organises puisque ce ne sont pas les salaries de l’entreprise concernee qui retiennent les dirigeants mais des syndicalistes exterieurs qui sont violents et tres organises. Comme ca les salaries beneficient d’une eventuelle augmentation extorquee sans etre menaces de faute lourde.

                      Ce n’est pas parce que les raisons que vous decrivez dans votre articles sont serieuses que la violence est justifiee.


                      • antochrit antochrit 18 avril 2009 10:46

                        Quand le dialogue se résume à un « casse toi pauvre c... » rendu célèbre par un haut représentant du droit et de la loi de ce pays, on peut bien évidemment s’attendre à des réactions violentes !

                        Quel peut être le ressenti et l’espoir de tous ces gens qui, s’ils utilisent la voie « légale » risquent de se retrouver SDF bien avant que leurs affaires soient traitées par la justice !
                        Si celle-ci est prompte à rendre un jugement pour condamner des salariés à payer pour entrave au droit du travail, il n’en va pas de même pour condamner une entreprise qui licencie sans raison valable ou pour faire valoir les droits des salariés qui se retrouvent du jour au lendemain une main devant une main derrière après des années de travail au service de ceux là même qui les renient aujourd’hui sans aucun état d’âme.

                        De nos jours, la loi est faite pour et par les puissants ! Elle fait valoir le droit de ceux qui peuvent se payer les bons défenseurs et fait valoir les devoirs de ceux qui n’ont pas de moyens !

                        L’intervention ci-dessous démontre s’il le fallait où se situe la violence, la vraie :

                        "article insupportable...les salariés qui séquestrent leurs cadres/patrons..ne méritent que le gnouf ou les dents cassées, ce sont des délinquants...ils ont plus de boulot car leur patron est un voyou....et bien que ne créent-ils pas leur entreprise ces vertueux salariés....
                        De gros beaufs cégétiste, ou pire, sudistes, qui ne seraient même pas foutus de gérer un kiosque à boissons et qui veulent participer à la gestion de leur usine que leur patron gère si mal...tartuffes !"

                        A ce que je sache, les cadres séquestrés n’ont pas subi de violences, et tout ce que cet internaute souhaite aux salariés, coupables de vouloir se faire entendre, c’est de se faire tabasser pendant une garde à vue ???!!!!
                        Je ne peux que penser que cette personne est du bon coté du manche et craint pour sa petite personne !


                        • Ratigan Ratigan 21 avril 2009 19:45


                          « A ce que je sache, les cadres séquestrés n’ont pas subi de violences, et tout ce que cet internaute souhaite aux salariés, coupables de vouloir se faire entendre, c’est de se faire tabasser pendant une garde à vue ???!!!! »

                          Encore heureux qu’il n’y ai pas de violence (d’ailleurs, a la premiere apparition de violence, ca reglerai le probleme, ils perdraient tout leur credit).

                          Mais en quoi ces salariés peuvent ils legitimer de sequestrer (ou « obliger a rester dans leur bureau » si vous n’aimez que le politiquement correct« ) des gens pour se faire entendre ?

                          En tout cas, je sais maintenant grace a vous comment négocier a coup sur ma prochaine augmentation de salaire avec mon patron. Car non, ces gens ne négocient pas. Ils posent leur point de vue jusqu’a ce que la direction se plie a leurs exigences.

                          Vous pensez vraiment que c’est de la negociation que de sequestrer jusqu’a obtenir ce qu’on veut ?

                          D’autre part,
                          lorsque vous dites

                           »De nos jours, la loi est faite pour et par les puissants ! Elle fait valoir le droit de ceux qui peuvent se payer les bons défenseurs et fait valoir les devoirs de ceux qui n’ont pas de moyens !"

                          Ne pensez vous pas que ce droit ne vous protege pas non plus au quotidient ? C’est triste d’avoir une si basse estime de son pays et en sa justice.

                          Aller, je m’en vais taper une petite vieille dans la rue, j’ai un bon avocat.


                        • Polemikvictor Polemikvictor 18 avril 2009 12:03

                          Detrompez vous, la justice à condition que l’on veuille bien s’en servir est rapide dans les 2 sens  : les salariés de continental ont obtenus en quelques jours un jugement en référé pour interdire à la direction de sortir des outillages du site.

                          Si les salariés de Caterpillar ou d’autres sociétés ont des arguments pour expliquer que la justification économique du plan social n’est pas suffisante, ils obtiendront sans difficultés un jugement suspendant le plan social.

                          Si il n’y a pas eut les réunions de comité d’entreprise prévues par le code du travail ou par des accord d’entreprise, ils obtiendront sans difficultés la nullité du plan social.


                          • Tristan Valmour 18 avril 2009 13:48

                            Les kidnappeurs de patrons (et de cadres, ne l’oublions pas) sont-ils des criminels ?

                            Non, ce ne sont pas des criminels, mais assurément des délinquants. Comme ceux qui veulent saboter leur outil de travail, comme ceux qui veulent déverser des produits chimiques dans les fleuves, etc.

                            Or, ces gens sont des justiciables, et il appartient à la justice, même si elle est imparfaite, de se prononcer. Il appartient également à l’électeur, même si la démocratie est illusoire, de se prononcer. Point.

                            Je suis parfaitement d’accord sur la licéité des motifs d’agir, pas sur la nature de l’action.

                            Vous voulez des formes d’action intelligentes ? Il y en a 2 :

                            1. le boycott. Aucune loi n’empêche le consommateur de boycotter les produits et services vendus par les patrons qui délocalisent, qui s’arrogent une rémunération exorbitante, qui traitent mal leurs employés.
                            2. la création d’entreprises citoyennes. Aucune loi n’empêche les gens de se regrouper, de mettre leur argent en commun pour produire et vendre des produits et services selon les règles que ces gens ont décidé. Aucune loi n’empêche les personnes attachées aux services publics de créer une entreprise privée qui agira selon un service public.

                            Un peu de courage et d’esprit d’initiative bon sang ! Il n’y a rien à quémander, rien à voler, aucune loi à trahir. Juste à créer !


                            • Ratigan Ratigan 21 avril 2009 19:20

                              A la question « Les Bossnappers » sont ils des criminels« , la reponse devrait pourtant etre toute simple.
                              Oui.

                              Jusqu’a present, priver a un homme son droit d’aller ou bon lui semble est un crime. Qu’il soit patron, cadre, employé, syndicaliste, j’en passe et des meilleurs.

                              Apres, vous allez jouer avec la signification precise de crime. disons simplement qu’ils sont hors-la-loi.

                              La justification »oui, mais ce sont des mechants patrons" est d’un pietre niveau. D’autant plus que dans la plupart des cas, ce ne sont meme pas les patrons qui sont retenus, mais des cadres de ces entreprises. Je prendrai peut etre les syndicalistes au serieux lorsqu’ils prendront l’avion pour les Etats Unis, et reellement prendre en otage les vrais patrons de Caterpillar.

                              En attendant, je continue de me demander qu’est ce qui s’est passé pour que ce grand pays ai chuté aussi lamentablement au point de ne plus punir ceux qui outrepassent la loi.

                              C’est tout de même un comble de ne pas punir ceux qui commentent un crime, sous prétexte que ca déplairait aux coupables et risquer de fâcher leurs copains. La « paix sociale » est un principe artificiel créé pour l’occasion, tout simplement. Du politiquement correct a l’état pur pour ne pas froisser ceux qui sont capable de paralyser le pays. La justice en France est devenue comme cet éléphant qui aurait peur d’une souris.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès



Partenaires