• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les députés et les sénateurs ont-ils été élus pour défendre le peuple et (...)

Les députés et les sénateurs ont-ils été élus pour défendre le peuple et la nation, ou pour protéger Macron ?

Le peuple demande le départ de Macron. Les soi-disant opposants des deux assemblées fredonnent une tout autre chanson : celle de la dissolution, et donc, de la cohabitation.

Un éventuel gouvernement de co-habitation peut-il conduire à un réel changement de politique ?

Il est quand même ahurissant de voir tous les beaux-parleurs de la soi-disant opposition à Macron se bousculer sur les plateaux de télévision pour exprimer leur soutien, ou, plus timidement pour certains, leur sympathie et leur compréhension à l'égard du Mouvement des Gilets Jaunes, et refuser dans le même temps de signer la demande de destitution par le Parlement et le Sénat de ce président de pacotille qui insulte chaque jour la France et les Français !

Que ce soit les élus "Républicains" comme Wauquiez, ceux de la "France Insoumise" comme Mélenchon et Rufin, ceux du "Rassemblement National" ex-FN comme Louis Alliot, ceux de "Debout la France" comme Dupont-Aignan, tous ont été invités par les militants, les sympathisants, les responsables de l'UPR et de simples citoyens de base, à initier la procédure de destitution de Macron au motif de son incompétence et de son non-respect des règles fixées à l'exercice du mandat présidentiel par notre constitution.

Ce pouvoir est donné aux parlementaires de la République par l'article 68 de la constitution pour défendre le peuple et la nation, pour les protéger de l'éventuel mésusage du pouvoir présidentiel, pour les protéger, très précisément, des dérives et des trahisons dont Macron est l'affligeante représentation.

Or, tous les élus de l'opposition ou de la majorité qui ont répondu aux sollicitations qui leur ont été présentées, qui se sont exprimé sur cette question de la destitution de Macron, y compris ceux qui se présentent comme d'éventuels candidats à la direction des affaires du pays, tous choisissent de protéger Macron en se refusant à demander l'activation de l'article 68 de notre constitution.

Cette activation de l'article 68 est le seul et unique dispositif prévu par la constitution pour obliger le président à venir rendre des comptes devant les deux assemblées.

Après l'avoir entendu, les députés et les sénateurs décident, le cas échéant, de voter en connaissance de cause sa destitution, ce que demande de plus en plus instamment le peuple français.

On trouvera sur le site internet de l'UPR la liste des dix manquements graves de Macron aux obligations que lui fixe la constitution française, chacun de ces manquements graves justifiant à lui-seul la demande d'activation par les élus des deux assemblées de cet article 68, au nom du mandat solennel qui leur a été confié par le peuple souverain, ce mandat leur commandant de défendre en toutes circonstances,les intérêts du peuple et de la nation.

PDF - 836.4 ko
Proposition de résolution pour l’ouverture de la procédure de destitution du Président de la République en application de l’article 68 de la Constitution — 1er décembre 2018

Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • papat 10 décembre 2018 10:46

    bonjour ,

    peut être n’avez vous pas remarqué qu’ils étaient 315 godillots à l’assemblé national... aucune chance d’aboutir...


    • Arogavox 10 décembre 2018 10:51

      bis repetita :

      Ce qu’exige la situation, pour être honnête s’il fallait respecter la légalité actuelle, ce n’est ni une démission ni une dissolution, mais la destitution !

       Les fautes doivent être sanctionnées ;

      sur le plan pratique : pour faire un exemple dissuasif

      sur le plan de l’honneur du peuple : pour que la volonté générale ne soit pas soumise au bon vouloir de celui et ceux qui ont fauté et se sont rendus indignes de se voir confier les doléances des Français !

       ce qu’il « faut faire », c’est d’abord arrêter de tout attendre de Celui ou de Ceux que l’on veut empêcher de nuire davantage, et le ou les démettre d’abord de leur mandat !
       D’une part parce qu’il est indispensable de faire un exemple dissuasif pour celles ou ceux qui voudront prendre le relais !

       D’autre part parce que ce n’est pas au loup qui vient de dévorer son frère que l’agneau doit faire l’honneur de confier ses doléances !


    • cettegrenouilleci 10 décembre 2018 11:31

      @Arogavox

      Je suis tout à fait d’accord.

      Reste qu’il faut construire le rapport de force nécessaire à l’avènement d’un coup d’arrêt magistral aux méfaits des valets de l’Oligarchie qui se succèdent à la tête du gouvernement.

      C’est une bataille difficile qui n’est pas gagnée d’avance.

      Cordiales salutations


    • cettegrenouilleci 10 décembre 2018 11:35

      @papat

      Bonjour papat.

      Certes, la procédure de destitution a peu de chance d’aboutir dans l’immédiat.

      Elle enclenche néanmoins un processus nécessaire dont le peuple peut se saisir , et qui peut ouvrir le chemin à d’autres développements.

      Bonne journée à vous


    • ETTORE ETTORE 10 décembre 2018 12:23

      Ils sont tous Frères de Sang , une consanguinité née de leur avidité du pouvoir.

      Leur langage différencié ? n’est que le résultat malheureux d’une erreur de clonage.

      Une enveloppe charnelle, vendue au plus offrant, comme une image de substitution, un présentoir de vitrine, interchangeable selon les décors saisonniers.

      Des marionnettes, désincarnés, même pas animées de compassion pour le peuple des lèche-vitrines.

      Le geste d’un, fait oublier le geste de l’autre, voilà ce que cache ce grand jeu d’illusionniste, qui fait croire que les intérêts du peuple peuvent êtres (A)servis par cette fin de race désarticulée.

      Il est temps que ce théâtre, aux ors et velours rouge vermoulus, ferme ses portes.

      Et qu’il renaisse avec une fraicheur que TOUT citoyen serait apte à y apporter.


      • soi même 10 décembre 2018 22:17

        L’argent est roi, et nos élus ne vont pas ce sabordé comme ont fait les nobles lors des états généraux de 1789.


        • cettegrenouilleci 10 décembre 2018 22:31

          @soi même
          Il faudra bien pourtant qu’ils s’en aillent et le plus vite sera le mieux.

          Ils le feront s’ils y sont contraints par la force du soulèvement populaire, par sa détermination, son organisation, sa capacité à fédérer l’ensemble des luttes citoyennes.

          Les embûches ne manquent pas mais le peuple a beaucoup appris. Il ne sera pas facile de le berner ou de le lanterner une nouvelle fois.

          Cordiales salutations


        • aimable 11 décembre 2018 15:14

          les députés élus par le peuple sont les députés de Macron donc ils la pour défendre Macron , disons qu’ils sont la confirmation de l’élection de Macron, c’est la spécificité de la V ième république, les sénateurs eux sont issus de la cuisine des grands électeurs .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès