• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les dessous de la politique antitabac

Les dessous de la politique antitabac

Peut-être croyez-vous que l’interdiction de fumer sur les lieux de travail ou dans les restaurants a pour but de protéger les non-fumeurs ? Peut-être croyez-vous que la propagande antitabac a pour but de sauver la vie des fumeurs ? Peut-être répétez-vous que les fumeurs coûtent cher à la sécurité sociale ? Peut-être êtes-vous persuadé que le tabagisme passif est responsable de nombreux décès ? Si vous croyez tout cela et que vous le répétez à l’envi, vous êtes à votre insu un collaborateur de la nouvelle forme de pouvoir qui s’installe : la « démocrature ». Je ne vous demande pas de me croire. Ne croyez jamais personne mais réfléchissez et jugez par vous-même !

Protéger les non-fumeurs ?

S’il ne s’agissait que de protéger les non-fumeurs, aucune loi ne serait nécessaire. Notre système économique s’appuie sur la loi de l’offre et de la demande. Un restaurateur non-fumeur était déjà en droit d’interdire de fumer dans son établissement et d’y attirer un personnel et des clients non-fumeurs. Certains l’ont d’ailleurs fait bien avant la loi et c’était parfaitement leur droit.

Si l’Etat estimait qu’il n’y en avait pas assez, il lui suffisait d’inciter les restaurateurs à déclarer leur établissement non-fumeur par l’octroi d’une prime ou une réduction de la fiscalité. Ainsi chacun, restaurateur , client ou travailleur, fumeur ou non-fumeur, aurait pu effectuer un choix libre et, au lieu de se haïr, nos concitoyens auraient pu gérer leurs différences à l’amiable.

Trop simple, n’est-ce pas ? Trop logique pour des élus qui, en principe, devraient refléter les avis de toute la population !

C’est pourquoi toute personne intelligente comprendra que le but n’est pas de protéger les non-fumeurs mais de s’en servir à leur insu. Le véritable objectif est de restreindre les libertés individuelles et le droit à la propriété privée.

Car un restaurant, tout comme un lieu de travail, n’est pas un espace public. C’est une propriété privée, achetée à gros prix, dans laquelle l’entrepreneur a, de plus, investi beaucoup d’argent pour pouvoir y travailler et assurer son avenir. Il est donc normal qu’il soit seul responsable des décisions qui concernent son bien. S’il omettait de payer les cotisations sociales de ses employés, l’Etat serait d’ailleurs le premier à le sanctionner. Cette omission pourrait pourtant avoir pour cause la perte de clientèle orchestrée par les décisions irresponsables du gouvernement.

Nous verrons plus loin pourquoi nos dirigeants tiennent tant à restreindre la propriété privée et les libertés individuelles, mais poursuivons d’abord notre analyse.

Réduire le coût des soins de santé ?

Nombreux sont les citoyens qui croient dur comme fer qu’ils paient les soins de santé des fumeurs. C’est encore un des nombreux mensonges du gouvernement et un simple petit calcul peut vous permettre de vous en rendre compte.

Je l’ai fait pour la Belgique, puisque j’y vis, mais vous obtiendrez sans doute pour la France des résultats proportionnellement identiques. En 2004, le total des remboursements de frais médicaux pour l’ensemble du pays s’élevait à 3.790.030.000 € . Le ministre de la Santé insistait sur le fait que le tabac était la cause de 10% de ces coûts (ce qui n’est pas beaucoup quand on sait que les fumeurs constituent 30% de la population).

Sur un paquet de cigarettes à 5 €, le détaillant perçoit 0,40 €, le fabricant 0,581 € et l’Etat le reste, décomposé en "taxe de droit à la consommation" et en TVA. Le gouvernement touche donc plus de 4 € par paquet de cigarettes. Puisqu’il y a 3 millions de fumeurs en Belgique, pour une moyenne d’un paquet par jour, les recettes du tabac s’élèvent donc à 12 millions d’euros par jour, soit 4.380.000.000 par an, c’est à dire plus que le coût des soins de santé pour l’ensemble de la population. Et les fumeurs cotisent aussi à la mutuelle.

Si les recettes en provenance du tabac ne sont pas consacrées aux soins de santé, est-ce la faute des fumeurs ou bien celle des militants antitabac qui relaient sans aucun discernement les mensonges les plus grossiers ?

Les taxes sur les cigarettes et le tabac

Pratiquement chaque année, les gouvernements augmentent les accises sur le tabac. La dernière augmentation en Belgique date du premier janvier et elle est de 53 centimes.

"Bien fait pour eux" s’exclament les antitabac, s’imaginant avec une naîveté qui fait peine à voir qu’ils sont ainsi eux-mêmes épargnés.

Ce qui est faux car le tabac et les carburants ne sont pas repris dans l’indice des prix à la consommation et les taxes sur ces produits ne sont donc jamais compensées par des hausses de salaire qui pourraient bénéficier à tous les citoyens.

Pire, les 4 € par jour que chaque fumeur verse en taxes à l’Etat (et on a vu ce que ça faisait par an) échappent au chiffre d’affaires des commerçants qui ne cessent de souffrir de la baisse de pouvoir d’achat de la population. Si le commerce décline, les entreprises ferment et le chômage grossit. Et qui paie les allocations de chômage ? Seulement les fumeurs ?

Mais, me direz-vous, il faut bien que l’Etat prenne ses taxes quelque part. S’il ne les prenait pas aux fumeurs, il les prendrait ailleurs.

Sans doute, mais s’il les prenait sur des produits liés à l’indice des prix à la consommation, cette perte de pouvoir d’achat serait bientôt compensée par des augmentations de salaires, ce qui permettrait aux commerces de retrouver leur chiffre d’affaires et aux entreprises de continuer à produire de la richesse.

Pour le bien des fumeurs ?

Soyons sérieux ! S’il se souciait du bien des fumeurs, le ministre de la Santé n’aurait-il pas d’abord commandé une étude sur les risques inhérents aux comportements et produits de substitution que les fumeurs sont susceptibles d’adopter pour rééquilibrer leur vie en cas de sevrage ?

Nous vivons tous dans des conditions de stress et de frustrations accumulés : exigences de rentabilité, administration pesante, grève des transports en commun, pertes d’emploi, baisse du pouvoir d’achat, multiplication des interdits et des obligations légales...

Chacun essaie de se rééquilibrer comme il peut. Les uns ne peuvent maîtriser des accès de violence qui tournent au vandalisme ou à l’agression, d’autres s’adonnent aux drogues dures, d’autres encore à l’alcoolisme, certains se suicident, d’autres enfin fument et ce ne sont pas les plus dangereux ni pour les autres ni pour eux-mêmes.

S’il se souciait du bien des fumeurs, le ministre de la Santé les désignerait-il à l’opprobre public ? Les contraindrait-il contre leur gré ?

Le tabagisme passif serait la cause de milliers de décès ?

Voilà encore une pseudovérité qui va bientôt apparaître au grand jour suite à une action en justice pour faire cesser les nuisances des campagnes antitabac. Je suis en train de contacter à cette fin un panel d’experts, professeurs d’université en médecine et en psychologie. Je les choisis de préférence parmi ceux qui sont déjà engagés dans la lutte contre le cancer ou pour le sevrage du tabac afin d’assurer la crédibilité de leur expertise.

Sans préjuger de celle-ci, nous sommes déjà cependant d’accord sur les points suivants :

1) Il existe effectivement un certain nombre de patients qui, sans avoir eux-mêmes fumé, présentent les mêmes symptômes que les fumeurs. Leur exposition à la fumée des autres est cependant difficilement quantifiable. Certains ont vécu dans l’entourage de gros fumeurs, d’autres n’y ont été exposés qu’épisodiquement. Par ailleurs, l’intervention d’autres facteurs que le tabac n’est pas à exclure. Ce sont les décès dans cette catégorie de patients que les militants antitabac annoncent comme victimes du tabagisme passif.

2) Tout médecin et tout psychologue connaît l’effet placebo et son correspondant négatif appelé "nocebo"... Je vous invite à taper "placebo" dans Google et à lire l’explication qu’en donne Wikipedia. Tous les experts sont d’accord sur le fait que les prédictions alarmistes en matière de santé ont tendance à produire le développement de la maladie. Tous les médecins et psychologues le savent mais peut-être pas le ministre de la Santé ?

3) Les études entreprises sur les méfaits supposés du tabagisme passif sont postérieures à la naissance de la propagande antitabac. Auparavant, il faut croire qu’on n’en ressentait pas le besoin.

4) Il existe une évolution dans le temps quant à la manière dont le public perçoit la fumée de pipe ou de cigarette. Dans les années 60, elle était rarement perçue comme dérangeante, de nombreux non-fumeurs la trouvaient même plutôt agréable. Aujourd’hui, elle provoque plus souvent la répulsion. Il s’agit là d’une manifestation psychosomatique qui tend à accréditer l’influence de la propagande sur le développement de maladies tant chez les fumeurs passifs que chez les fumeurs actifs.

5) Le nombre de fumeurs reste stable ou se tasse et le nombre de cancers augmente. Il faut donc incriminer un autre agent que la cigarette.

6) La nicotine et les additifs placés dans le tabac pour renforcer l’assuétude ne semblent pas provoquer la moindre dépendance chez le fumeur passif. Ceci démontre à tout le moins que les effets de la cigarette ne sont pas les mêmes pour les fumeurs passifs. Pourquoi alors développeraient-ils les mêmes symptômes ?

En conclusion, il est plus probable que les méfaits du tabagisme passif dénoncés par les propagandistes antitabac soient dus à la propagande elle-même plutôt qu’au tabac des fumeurs.
Relayer cette propagande est donc dangereux pour sa propre santé et pour celle d’autrui.

Pourquoi alors cette charge contre les fumeurs ?

Ils vont faire l’Europe. La Communauté européenne, c’est une population presque deux fois plus importante que celle des Etats-Unis et la plupart des nouveaux adhérents n’ont pas l’héritage culturel de la liberté que nous a apporté la Révolution française.

Pour gérer l’Europe, d’aucuns estiment qu’il faut un gouvernement fort et autoritaire.sans lequel les décisions supranationales ne seront jamais respectées dans les Etats membres.

Pour instaurer ce type de gouvernement, ils ont simplement pris exemple sur la dernière méthode efficace utilisée en Europe. Souvenez-vous qu’au cours des années 30, les nazis ont progressivement désignés les Juifs coupables de tous les maux, qu’ils les ont spolié de leurs biens , qu’ils ont petit à petit créé un climat d’intolérance à leur égard, les ont éloignés des lieux de travail, les ont rendus infréquentables aux yeux de la population qui, relayant le discours officiel, a collaboré à la mise en place d’un pouvoir dictatorial.

Aujourd’hui, les fumeurs sont présentés comme des pestiférés, comparés à des animaux, pris en photos assouvissant leur vice par un temps à ne pas mettre un chien dehors. Si l’interdiction sur les lieux de travail est absolue, même pour le fumeur qui occupe seul un bureau, c’est pour l’obliger à sortir et ternir son image, pour lui faire perdre plus rapidement son emploi aussi.

Chassés des lieux de détente, condamnés à vivre en exclus et, sous la pression des taxes, à dégringoler d’une classe sociale, les fumeurs d’aujourd’hui sont dans la même situation que les Juifs des années 30. Vous croyez que leur sort est plus enviable parce qu’ils peuvent retrouver un statut normal en arrêtant de fumer ? Deux tiers ont essayé... sans succès.

Je ne veux pas d’une telle Europe, ni d’une telle Belgique, ni d’une telle France. L’Europe est une chance si elle reste démocratique et sait prendre ses distances avec le modèle anglo-saxon.

Hélas, ce ne semble pas être le cas. Les Chirac, de Villepin, Schroëder, Verhofstadt qui avaient osé s’opposer à Bush lors de la question irakienne (et on sait à présent combien ils avaient raison) ont disparu ou sont en perte de vitesse tandis que se profilent pour leur succéder un Sarkozy qui n’a jamais caché sa sympathie pour Bush et une Ségolène qui avoue son admiration pour Blair.

La seule réaction que nous pouvons avoir est d’offrir aux fumeurs et à tous les non-fumeurs qui souhaitent défendre leur liberté, l’occasion d’exprimer leur poids démocratique.

C’est pourquoi s’est créé en Belgique un parti politique qui prendra ouvertement la défense des fumeurs pour les législatives du 10 juin. Et je peux vous assurer, pour être en contact avec les gens lorsque je distribue mes affiches, que le vent de la contestation est fort. Si les médias nous relaient dans l’ensemble du pays, nous pouvons faire passer aux partis de pouvoir, et pour longtemps, le goût des lois liberticides.


Moyenne des avis sur cet article :  3.65/5   (414 votes)




Réagissez à l'article

253 réactions à cet article    



    • Rocla (---.---.107.78) 29 janvier 2007 10:35

      Ce qui est bien c’ est qu’ on n’ est pas obligé de fumer ,ni obligé de ne pas fumer , pas obligé de lire cet article , ni obligé de ne pas le lire .

      La liberté quoi ...

      Rocla


    • pierrarnard (---.---.86.85) 29 janvier 2007 10:48

      Ecellent article qui va a l’encontre de la bien pensance actuelle.C’est vrai que les fumeurs sont un bouc émissaire parfait presque autant que l’automobiliste. On les stygmatise mais c’est pour mieux les proteger, c’est pour leur bien...Les automobilistes tuent des qu’ils touchent un volant, les fumeurs tuent des qu’ils approchent un non fumeur, le bon citoyen est terrorisé. Mais heureusement l’état veille pour protéger le bon citoyen de tous ces méchants éléments subversifs. Et pendant ce temps on à dérogé pour utiliser l’amiante jusqu’en 1997 dans l’industrie. Petit rappel, en France il meurt 550 000 (cinq cent cinquante mille) personnes par an, dont 5000 (cinq mille) sur les routes, et 60000 (soixante mille) de maladies liés au tabac et à l’alcool.Il en meurt donc 4850000 (quatre cent quatre vingt cinq mille) d’autre chose... Dans les sondages lorsque l’on interroge le quidam, il pense que les deux premièreds causes de mortalité sont la route et le tabac.... Manipulés, nous ????


      • Petit 29 janvier 2007 10:53

        Mais c’est qu’il grogne le petit !


      • Rocla (---.---.107.78) 29 janvier 2007 10:55

        Mais c’ est donc quel jour qu’ on mourira (pour un peu de gaieté) d’ une mort naturelle à nouveau ?

        Rocla


      • msajusfr (---.---.215.23) 29 janvier 2007 15:44

        Ce qui m’étonne, c’est le fait que l’on n’ait pas préalablement envisagé d’interdire aux cigarettiers l’ajout de produits nocifs et surtout addictifs dans la cigarette. Ceci semble pourtant découler du bon sens.


      • soaz (---.---.210.104) 30 janvier 2007 00:01

        Oui ; j’avoue que la fumée est désagréable pour les non fumeurs, donc il faut respecter cela, mais il faut aussi réfléchir et je vois que les belges sont beaucoup moins atteints cérébralement que les autres ;

        d’ailleurs pour avoir travaillé 10 ans en hôpital je dois dire que c’est l’enfroit où il y a le plus de morts ; pourquoi ? à cause de la chimie médicamenteuse et de la promiscuité.

        je dois aussi rappeler aux ignorants que les industriels ont transformé la plante nommée tabac en y ajoutant plus de 4000 substances dangereuses et cancérigènes et que c’est cela qui est criminel ; ce qui est encore plus bizarre comme comportement politique, c’est qu’aucun état au monde n’interdit l’ajout de ces substances dangereuses.

        il est encore plus incompréhensible qu’au vu de la liste interminable de substances nocive ajoutées autabac, aucun consommateur, organisation de consommateur, médecin ou organisme de prévention ne souligne ce fait et en demande l’interdiction.

        Notez bien ça.

        car, on a les même problèmes avec l’alimentation industrielle et autres substance transformées actuellement, qui sont responsables des épidémies de gastros, d’asthme et autres allergies et autres maladies intestinales, et de cette fameuse obésité dont les américains ont déjà prévenu qu’elle tue maintenant plus que le tabac et plus vite.

        Notez bien ça ; on n’avait pas cela il y a 40 ans.

        nos enfants à l’avenir ne mourront pas du tabac, lequel n’a jamais tué personne dans l’antiquité, aucun écrit ne le signale bien que l’usage de fumer date de plus de 2000 ans, mais de ce qu’ils mangent, y compris des pillules bien chimiques faites avec des plantes transformées.

        Et ceci est déjà en cours.

        voyez-vous, moi, quand j’étais au lycée, au moment où on commençait à rajouter des additifs alimentaires, jai eu des profs intelligents qui avaient tout de suite vu le problème, ayant l’esprit clair et qui nous prévenaient de cela. et, moi, j’écoutais pendant les cours, ce que les gosses d’aujourd’hui ont bien du mal à faire vu leur état de délabrement précoce.

        ils serait temps de se refaire quelques neurones et de demander l’interdiction de transformer la nature car nous sommes en bout de chaîne alimentaire ; merci pour eux.

        soaz


      • dégueuloir (---.---.86.133) 30 janvier 2007 02:23

        fumer peut provoquer une mort lente et douloureuse...... ! lol...donc l’état est un tortionnaire puisqu’il commerce sans vergogne avec ce marché juteux....incohérence ! interdire la vente !! c’est comme pour l’arsenal nucléaire,comment peut-on empécher les autres de se doter de l’arme atomique quand on en possède soi-même..... smiley allez tiens j’m’en allume une petite nom d’un chien !!! pfffffffff smiley


      • (---.---.215.174) 31 janvier 2007 13:45

        TOUS LES SOIRS ! En montant dans mon lit, je tremble et j’ai peur : Statistiquement c’est le lieu ou l’on a le plus de « chances ? » de mourir.


      • levoisin (---.---.84.10) 29 janvier 2007 10:55

        Il ne faut pas non plus oublier que le coeur du problème n’est pas les clients des restaurants mais les employés des restaurants. Le restaurateur doit assurer leur sécurité et donc ne pas les exposer à la fumée toxique.

        Comme le chômage trop élevé empêche la majeure partie des employés de quitter leur poste, et que la jurisprudence protège les patrons sur ce sujet, les restaurateurs n’ont cure de la santé de leurs employés. Je rappelle qu’il a fallu imposer des lois dures pour que l’amiante soit réellement prise en considération dans les lieux de travail, alors que c’est un produit interdit et classé dangereux depuis des années.

        La solution la plus simple aurait été de laisser les employés poursuivre en justice leurs patrons pour obtenir des milliers d’euros d’indemnité, ce qui aurait entraîné la faillite de la plupart des restaurants. Donc on est encore obligé d’en passer par la loi. Dommage, mais c’est la vie. Quant à croire que l’augmentation de la tva sur des produits de base aboutirait à une augmentation des salaires, c’est un raisonnement de fonctionnaire. Dans le privé, c’est devenu largement décorrélé.


        • connaisseur (---.---.146.118) 29 janvier 2007 17:40

          Et les extracteurs, c’est fait pour les chiens ?


        • benalgue (---.---.139.175) 29 janvier 2007 11:02

          bonjour, je vous ecris tout en machant ma gomme de nicotine...c’est vrai que le fumeur pue lorsque l’on ne fume plus soi même... maintenant je suis pour la tolerance et les espaces fumeur non fumeur sont suffisants... si l’etat n’était pas hypocrite il interdirait carrement la vente du tabac comme il le fait malheureusement pour l’herbe...la prohibition ça s’appelle et parait que ça marche pas y a qu’à voir en amerique pour l’alcool dans les années ??? et en france pour les drogues douces. l’etat est un des plus grand beneficiaire de ce marché et pour cela l’auteur a parfaitement raison l’etat ne fait que semblant de nous inciter à ne pas fumer


          • Petit 29 janvier 2007 11:07

            Drogues douces ? L’alcool ue drogue douce ? Arf première nouvelle. Je vais en parler à mon père.

            Le tabac une drogue douce ? Deuxième nouvelle, je galère jour après jour d’avoir envie de fumer depuis des mois et des mois, alors que j’ai arrêté l’herbe du jour au lendemain sans aucun problème.

            Sinon oui le fumeur pue pour le non fumeur, et la prohibition totale ça sert à rien c’est vrai.


          • Voltaire Voltaire 29 janvier 2007 11:23

            Cet article est désolant.

            Que son auteur soit fumeur, cela ne fait guère de doute.

            Qu’il se sente un peu géné par cette interdiction de fumer dans les lieux publics, et donc brutalement obligé de prendre en compte la présence des autres autour de lui, cela est évident.

            Qu’il utilise autant d’arguments inexacts, voire mensongers, devient aussi nauséabond que sa fumée.

            Certains fumeurs (heureusement, une petite minorité), me font penser à certains automobilistes : pour eux, la route leur appartient, et le code de la route une privation de liberté ; pour ces fumeurs, les enfumés n’ont qu’à partir s’ils ne sont pas contents, et les laisser fumer en paix.

            Plus que les arguments de santé publiques ou économiques (que je ne détaillerai pas ici, faute de temps), vous devriez comprendre que cette interdiction de fumer dans les lieux publics est avant tout une mesure de respect pour autrui, une bienséance qui veut que l’on évite d’incommoder l’autre, surtout quand cette incommodation est dangereuse, tout comme les limitations de vitesses et autres régles de conduites sont faites pour éviter que les automobilistes ne tuent ou blessent les autres.

            Mais sans doute ce respect de l’autre vous est-il étranger pour que vous nous sortiez cet argumentaire égoiste.


            • Marsupilami Marsupilami 29 janvier 2007 11:33

              Je suis fumeur et je ne trouve pas cet article désolant mais scandaleux. Comparer le statut actuel des fumeurs européens à celui des juifs au temps des nazis est une ignominie.

              Et tout le reste de l’argumentation n’est que de la démagogie libertarienne de bas étage.


            • Petit 29 janvier 2007 11:38

              Bas-étage ou sous-sol ?


            • ZEN zen 29 janvier 2007 11:45

              @Marsu

              D’accord avec toi. Un bon moyen pour arrêter de fumer : se mettre ou se remettre au vélo.Je ne me suis sorti de ma drogue que par ce moyen , car on se rend vite compte que fumer et pédaler sont incompatibles.Si rouler peut être dangereux, fumer l’est à coup sûr...

              Un ami qui te veut du bien smiley


            • Petit 29 janvier 2007 11:49

              En plsu cet hiver fut clément ce qui à fait le bonheur de pas mal de cycliste. Enfin tout sport d’endurance ou qui dure longtemps est très efficace contre la cloppe.


            • LE CHAT LE CHAT 29 janvier 2007 11:49

              @zen

              moi j’ai arrété il y 9 ans et c’est à la course à pied dans la guarrigue que je prends mon pied !

              il y déjà des années que j’ai apposé les autocollants interdit de fumer là où je bosse , l’usine est assez grande pour qu’ils aillent fumer ailleurs que sous mon nez smiley


            • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 13:07

              Bonjour Voltaire,

              Vous avez pu identifier mon article comme un « argumentaire », ce en quoi vous avez raison.

              Toutefois, je ne trouve dans votre message aucune réponse à aucun argument. Je n’y trouve que des affirmations relayant la propagande officielle, ce qui démontre sa dangereuse efficacité.

              J’y trouve enfin des accusations d’égoïsme et d’insensibilité à la souffrance d’autrui qui font bien rire ceux qui me connaissent et qui vous auraient fait rire aussi si vous aviez visité mon site (notamment la partie non fumeur dont le concept « robin », et la biographie).

              Un bon conseil : cherchez l’information mais fuyez la propagande si vous voulez garder votre liberté de penser.


            • PIKI (---.---.184.177) 29 janvier 2007 13:08

              Bizarrement j’ai toujours constaté que les anti-fumeurs se comportait comme détenant la vérité et se comportaient comme des despotes ... ceci est aussi valable pour les certaines religions, les végétariens, etc ...

              Pour ma part je fume, mais ne bois qu’en « société », mange végétarien ou autre suivant les circonstances ... et je sais aussi calculer que par exemple les soit disant coûts de santé des fumeurs sont cent fois remboursé par les taxes ... qui contribuent a financer la santé d’autres maladies ...

              Mais il faudrait une taxe pour financer les malades détenants la vérité et voulant l’inscrire dans la constitution ! au nom de leur propre vérité ...

              Et comme partout il y a une minorité qui fout la merde ... que ce soit ceux qui veulent faire interdir de fumer comme les fumeurs qui ne respectent pas les non fumeurs ... mais me direz vous ... pour ma part je vais monter un lobby anti parfum avec tous ces gens qui schlingues d’essences en tout genre ... leur molécules pollue car d’autant plus qu’elles sont de plus en plus de synthèse ...


            • alberto (---.---.242.188) 29 janvier 2007 13:11

              Attention quand même : le vélo aussi ça peut être dangereux !

              D’ailleurs, je me demande s’il faudrait l’interdire...


            • alberto (---.---.242.188) 29 janvier 2007 13:14

              Attention, Zen, le vélo aussi ça peut être dangereux !

              D’ailleurs, je me demande s’il ne faudrait pas l’interdire ...


            • ZEN zen 29 janvier 2007 13:18

              @Alberto

               ?????????????????????????????????????????????????????? smiley


            • LE CHAT LE CHAT 29 janvier 2007 13:27

              @ZEN

              je pense qu’alberto parlait de la pratique du vélo sans selle sur les tôles ondulées smiley


            • Marsupilami Marsupilami 29 janvier 2007 13:50

              @ Zen

              J’ai énormément pratiqué le cyclisme tout en étant fumeur. Ça ne m’empêchait pas de pédaler allègrement après quelques premiers kilomètres très arheu arheu. J’ai cessé de pédaler il y a une quinzaine d’années quand j’ai commence à avoir peur devant l’incivisme routier grandissant.

              J’ai énormément pratiqué la grande randonnée tout en étant fumeur. Ça ne m’empêchait pas de marcher allègrement après quelques premiers kilomètres très arheu arheu. J’ai arrêté pour cause de vieilles entorses mal soignées.

              Cet article est essentiellement démagogique, même s’il pointe un fait sans doute vrai, même si l’auteur en fait une traduction complotiste paranoïaque et poujadiste : il est plus facile à nos gouvernants de s’en prendre aux fumeurs érigés en boucs émissaires aisément visibles et repérables, surtout après campagnes d’intox idoines que de s’attaquer aux grandes industries pollueuses. Y a qu’à voir ce qui vient de se passer récemment au niveau des 35.000 substances chimiques estimées dangereuses au niveau de l’UE : rideau de fumée sur la législation qui devait avoir lieu...


            • Denis (---.---.14.200) 29 janvier 2007 16:34

              votre avis est insultant pour la liberté des gens : La société que vous construisez est une société où la responsabilité personnelle n’existe plus. Oui fumer est dangereux, et je fume car j’aime ça. Oui la ceinture de sécurité protège et je la mets. Quel est le risque pour les autres que je ne mette pas la ceinture ? Votre société est une société de moutons bien tondus et irresponsables. Cela arrange les collectivistes comme vous et les capitalistes qui font font leur beurre avec toutes ces lois liberticides Au fait qui sont nos donneurs de leçons ? Pour qui se prennent ils ? En quoi sont ils plus sages que les autres, ou meilleurs ou exemplaires ? Face à cette société de démagos, laissez nous fumer notre clope tranqille. Et même mourrir de nos vices. Moi j’aimerais mourrir vivant.


            • msajusfr (---.---.215.23) 29 janvier 2007 16:38

              Continue à pédaler. Seules les 10 premières années d’abstinence sont vraiment difficiles.


            • chat huant (---.---.169.87) 29 janvier 2007 16:50

              Chat fume plus ? Les souris dégustent !


            • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 29 janvier 2007 17:10

              Selon l’Hebdomadaire de rue, « L’itinérant », « l’espérance de vie d’un SDF ne dépasserait pas les 45 ans » ! Ce désastreux constat a été confirmé par des institutions sérieuses...

              Face à la mort de l’Abbé Pierre, beaucoup de nos élites politiques (pas tous, heureusement !) ont versé des larmes de crocodiles devant sa dépouille : QUELLE HONTE !!!! Pendant ce temps, la chèreté de la vie, alliée au chômage croissant et à la montée du prix de l’immobilier (au plan locatif), accroit de plus en plus les misères ! Pas un seul candidat ne s’est exprimé sur ce problème : C’EST LAMENTABLE !!!

              Alors, je pose à, Xavier Bertrand, Ministre de la Santé la question suivante : « Est-ce que vivre, sans toit, dans le froid, dans la canicule, dans un manque total d’hygiène, dans la promiscuité des foyers, dans la haine, dans l’indifférence généralisée, dans les multiples dangers de la rue liés aux agressions de toutes sortes, ne représente pas, pour tout SDF, bien malgré lui privé de logement décent, un problème de santé publique ? ».

              Autres problèmes de pollution dont notre Gouvernement ne s’occupe guère :

              - « est-il normal, alors qu’on parle de réchauffement climatique, de constater que, le soir venu, les tours de bureau de LA DEFENSE restent, pour la plupart, illuminées toute la nuit ? » ;

              - « Pourquoi ne pas augmenter la fréquence des transports publics (bus, transilien, métros, RER) et des taxis à Paris intra et extra muros la nuit, ce, pour éviter l’affluence de voitures dans la capitale française ? » ;

              - « Pourquoi ne pas augmenter le nombre de parkings payants à des tarifs avantageux à toutes les portes de Paris, de manière à inciter les automobilistes à fréquenter les transports en commun ou à prendre un taxi ? » ;

              - Pourquoi ne pas engager des recherches sérieuses destinées à développer l’énergie solaire, l’énergie hydrolique... ?"

              Non fumeur moi-même, je suis contre ce décret pour la simple raison que c’est aux chefs d’établissements publics d’interdire l’usage du tabac dans les lieux publics !

              Quant aux lieux dits de plaisir comme les restaurants, les bars, les cafés, les brasseries, les boîtes de nuit, les clubs discothèques, les cabarets..., l’interdiction de fumer devrait être laissée à la discrétion de leurs dirigeants... Personnellement, je connais un gérant, qui, bien avant la création de ce décret, a interdit l’usage du tabac dans son restaurant !

              Il est à se demander, puisque c’est un décret et non une loi qui a été pondu par le Ministre de la Santé, si cette interdiction ne va pas créer une jurisprudence ? En effet, les les bars, les cafés, les brasseries, les boîtes de nuit, les clubs discothèques, les cabarets... sont des propriétés privées « ouvertes à usage du public », et, non des établissements publics !

              Pour conclure, ce décret est une ode prononcée en faveur de la haine des non fumeurs à l’encontre des fumeurs...


            • pif le chien (---.---.146.118) 29 janvier 2007 17:43

              @ Voltaire:tu portes bien mal ton pseudo : Voltaire était connu pour son esprit caustique et sa tolérance, de plus il fumait en restant attentif aux autres:ce n’est pas ton cas. smiley


            • andree2 (---.---.248.85) 29 janvier 2007 20:36

              Il suffirait par exemple de ne pas rembourser les soins à ceux qui n’ont pas de ceinture


            • david (---.---.221.197) 29 janvier 2007 21:11

              De santé publique ou économique ? il faudrait savoir. Vous etes dressés et domestiqués comme des touotous et vous en redemandez en plus ! ah c’est bien vrai que la FRance est un pays de veaux !


            • dégueuloir (---.---.86.133) 30 janvier 2007 02:34

              excellent article ,et bonne analyse ...le tabac est révélateur de l’absurdité légiférante à tous crins ,bien sûr que fumer est nocif mais respirer l’oxyde de carbone à longueur d’année l’est encore plus, car respiré par tout le monde, mais ça, tant qu’il a des profits à faire........ smiley


            • dégueuloir (---.---.86.133) 30 janvier 2007 02:42

              Le bon tabac xı « Quand, sur les photographies de Jean-Paul Sartre, sa cigarette lui a été retirée de ses doigts, ses doigts ont présenté au regard public ce léger écartement qui en laissait le souvenir. En observant au plus près sa main sur le côté, on pouvait remarquer qu’on lui avait vraiment dérobé son éternelle dernière cigarette. Ce qui lui manquait, ce qui lui avait été enlevé au nom de la bienséance qui caractérise notre époque, c’est une partie de lui-même.

              tabac clopetabac clope

              Cette partie qui pourrait nous laisser abusivement croire que la cigarette aide à penser la société. Pourtant, les signes d’une consommation effrénée du tabac qu’offrent les images des temps passés semblent vécus dans la joie, si on en croit les visages réjouissants des stars avec leurs fume-cigarette. C’est cette vision anachronique du bonheur de fumer qu’il faut éradiquer aujourd’hui. La chasse aux fumeurs en s’inscrivant rétroactivement dans l’Histoire se donne les artifices d’une correction patrimoniale qui lui permet de prendre son envol pour l’avenir. Les images d’autrefois sont-elles une source de contamination ? Dans une logique prophylactique imparable, il vaut mieux ne négliger aucun risque. Les portraits des morts, sans cigarette au bec, auront au moins l’air de vrais cadavres avec leurs lèvres écartées autour d’un trou. »

              Henri-Pierre JEUDY, « Nouvelle terreur contre les fumeurs », Libération, 5 janvier 2007 allez tiens une petite .... !! ppppffffffffffff smiley


            • Maximumm (---.---.159.234) 31 janvier 2007 16:02

              Oui c’est vrai... je suis sur que c’est TOI qui détient la VERITE... smiley smiley


            • Mister Gottt (---.---.53.204) 3 février 2007 18:52

              @ Monsieur Demian West

              « s’adonner au tabac est un fléau social qu’il faut soigner et guérir, par toutes voies communes. »

              Ca fait froid dans le dos !!!

              Je me méfie énormément des soigneurs de fléau social. Vos propos sont bien plus nauséabonds que n’importe quel cendrier...


            • Rocla (---.---.107.78) 29 janvier 2007 11:37

              J’veux pas faire du négativisme , mais je crois que l’ auteur il est pas rano .

              Rocla


              • benalgue (---.---.139.175) 29 janvier 2007 11:37

                @ petit je n’ai pas voulu dire que le tabac ou l’alcool était des droges douces !!! mais je parlais bien de la bonne ganga que je ne fume plus non plus cause trop de ptit cons voleurs à croiser et qualité mediocre pour quantité minuscule


                • Petit 29 janvier 2007 11:40

                  Appuies sur réagir au commentaire pas à l’article :)

                  Désolé j’ai mal lu on va dire. Mais bon les commerçants c’est tous des voleurs par définition smiley


                • SERGIO (---.---.130.92) 29 janvier 2007 11:38

                  Tout à fait d’accord avec cet article, bien que je ne sois pas fumeur. Je constate que les états et l’Europe légifèrent de plus en plus sur tout et n’importe quoi, ce qui fait qu’effectivement le champ de liberté des citoyens se rétrécit comme peau de chagrin. Et il est vrai aussi que si le gourvernement veut « s’occuper » d’un certain type de citoyens, il faut d’abord les diaboliser. Et c’est vrai que de dire, je me moque de cette chasse aux sorcières contre les fumeurs car je ne suis pas fumeur est une grosse erreur. En effet un jour, les législateurs s’occuperons aussi de moi qui rentre dans une autre catégorie de citoyens que l’on va déclarer diabolisable. Quand on a voulu faire rentrer encore un peu plus d’argent avec les automobilistes et bien on a créé les radars fixes que certains appellent les tirelires à Sarko. Et on a expliqué qu’en fait ce m’était pas pour faire rentrer un peu plus d’impôts mais pour sanctionner les vilains automobilistes qui roulent trop vite. Cette explication est vrai en parti, mais c’est formidable lorsque l’on peut trouver une taxe ou un impôt supplémentaire « vertueux », suivant l’expression à la mode.


                  • Stéfan Stéfan 29 janvier 2007 11:39

                    « Chassés des lieux de détente, condamnés à vivre en exclus et, sous la pression des taxes, à dégringoler d’une classe sociale, les fumeurs d’aujourd’hui sont dans la même situation que les Juifs des années 30. »

                    N’importe quoi.


                    • Dragoncat Dragoncat 29 janvier 2007 11:40

                      Nous sommes d’accord !!!


                    • Petit 29 janvier 2007 11:42

                      En fait l’auteur a raison c’est ps le tabac qui lui detruit le cerveau, mais on se demande bien c’est quoi. smiley


                    • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 13:29

                      A tous ceux qui, faute d’arguments, tentent de jouer sur l’indignation des lecteurs en jugeant injurieuse ma comparaison entre le sort actuel des fumeurs et celui des Juifs des années 30.

                      Si vous me citez, n’occultez pas la fin de la phrase : « des années 30 ». Au cours des années 30, il n’y avait encore ni chambre à gaz, ni four crématoire.

                      Il y avait diabolisation des Juifs, confiscation de leurs biens, pression morale sur les Allemands à ne plus les employer, à ne plus les fréquenter.

                      Je pense que les Juifs qui me liront se souviendront de cette époque (ne fût-ce que par leurs livres d’histoire) et considéreront au contraire ma comparaison comme venant de quelqu’un qui a compris comment un Etat peut provoquer la haine à l’égard d’une communauté et dénonce ces pratiques.


                    • Nicolas (---.---.38.148) 29 janvier 2007 18:04

                      Il n’y a pas de confiscation de biens pour les fumeurs, ils n’ont pas d’etoiles jaunes, ils ne sont pas discriminés. La seule chose qu’on leur empeche, c’est de fumer à l’interieur des lieux publics. Ils doivent donc se retenir de leur vice, et quand le besoin se fait trop pressant, ils peuvent sortir pour fumer sur le trottoir.

                      Je pense que les juifs dans les années 30 et 40 n’avaient pas de trottoirs où ils pouvaient être parfaitement libre, et qu’ils auraient bien été heureux d’être seulement brimé comme le sont les fumeurs actuels.


                    • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 18:31

                      Dans les années 30, l’Etat nazi tolérait encore les Juifs qui restaient cloîtrés chez eux.

                      Vous écrivez que la Communauté Juive n’avait pas le moyen d’échapper à sa nature. Et si elle en avait eu le moyen, aurait-elle dû la renier ?

                      Vous supposez que le fumeur peut s’arrêter mais ce n’est vrai que pour une minorité d’entre eux. Que faites vous des 2/3 des fumeurs qui ont essayé mais n’y sont pas parvenus ?


                    • freddy (---.---.73.241) 29 janvier 2007 23:23

                      Pas d’étoiles mais dans une école de Flandre un badge représentant des poumons dégeux « ce n’est qu’un début continuez le combat »,et ce sont les mêmes cons qui écrivaient en 68 « il est interdit d’interdire » qui poussent à ce type de loi !!!


                    • Dragoncat Dragoncat 29 janvier 2007 11:39

                      @ l’auteur

                      De deux choses l’une, soit vous êtes un fumeur aigri, soit vous habitez dans un village de trois habitants non-fumeurs et vous n’avez jamais mis les pieds dans un restaurant ou une boite de nuit.

                      Vous nous inventez une ènième théorie du complot - il y en a 20 par jour, simplement sur Agoravox - pour expliquer les politiques anti-tabac. Mais on peut retourner le raisonnement et justifier les décennies de tabac partout, de cancer généralisés, de frais de sécurité sociale exhorbitant et les morts du tabagisme passif, par la puissance des lobbies du tabac et leur influence sur les pouvoirs publics.

                      Quand au bien des fumeurs, hormis les frais qu’ils occasionnent à la société, il est évident qu’on s’en tape. Mais de là comparer les « excès de violence et les agressions » aux dégats causés par le tabac... C’est un argument de discussion de comptoir. Sûr : comparé aux violeurs, aux terroristes et aux tueurs en série, les fumeurs ne nuisent pas à la société. Une fois que vous avez dit ça, vous n’avez rien dit. smiley

                      S’il fallait compter sur la bonne volonté des gens - surtout en France - pour faire cohabiter fumeur et non-fumeur... Essayez d’aller dire avec le sourire à une table de fumeurs dans un restau d’éteindre leur cigarette et vous verrez comment vous êtes reçu.

                      Si la bonne volonté suffisait, les radars routiers seraient inutiles. Il suffirait de demander poliment aux gens de rouler prudemment et de ne plus boire au volant. Il est évident que ce serait plus efficace que la répression... smiley

                      Sur le tabagisme passif, allez dire au non-fumeur de 24 ans qui bosse dans une boite parisienne et qui a déjà un cancer des poumons que sa maladie est psychosomatique. Décidément, l’absurdité ne vous arrête pas...

                      Et pour finir, la comparaison entre les fumeurs et les juifs des années 30 ! Avec une énormité comme celle-là, vous naviguez entre la propagande de la même période et le délire paranoïaque. Essayez le tranxen et si vous voulez défendre le droit de fumer, faites le avec des arguments qui tiennent la route.


                      • Dragoncat Dragoncat 29 janvier 2007 12:30

                        Hello LE CHAT

                        Si tu ne parles pas de tabac, nous sommes d’accord, et c’est là un client sérieux qui en a bougrement besoin. smiley

                        Je vais lui envoyer un lien pour télécharger « le mateur »...


                      • Denis (---.---.14.200) 29 janvier 2007 17:28

                        Vos arguments ne sont pas valables : Vous dites que l’on ne peut pas compter sur la bonne volonté des gens et que c’est pour cela qu’il faut faire des lois. Mais en fait, c’est le contraire : plus vous faites des lois moins vous pouvez compter sur la bonne volonté des gens. Au point où nous en sommes aujourd’hui, c’est la fuite en avant de la répression contre la mauvaise volonté.


                      • Dragoncat Dragoncat 29 janvier 2007 18:00

                        @ Denis

                        Si on vous suit, transféré sur le problème de la sécurité routière, il suffirait de supprimer la répression policière pour voir une population responsable conduisant doucement, sans boire d’alcool, etc.

                        Ca vous parait vraisemblable ?

                        Je peux vous dire que je maudis les radars fixes mais force m’est de reconnaitre qu’ils ont fait baissé significativement le nombre d’accident et de mort sur la route. C’est quand même un résultat non ?


                      • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 19:04

                        "Si on vous suit, transféré sur le problème de la sécurité routière, il suffirait de supprimer la répression policière pour voir une population responsable conduisant doucement, sans boire d’alcool, etc.

                        Ca vous parait vraisemblable ?

                        Je peux vous dire que je maudis les radars fixes mais force m’est de reconnaitre qu’ils ont fait baissé significativement le nombre d’accident et de mort sur la route. C’est quand même un résultat non ?"

                        Cela dépend du point de vue. Moi je pense qu’il est déplorable d’en être arrivé à une société où les gens ont davantage peur d’une amende que d’un accident ! Où l’obéissance à des lois se substitue au sens des responsabilités.

                        Il me semble évident qu’un politique qui promeut ce type de société est un mauvais politique. Il prend ses concitoyens pour des gamins.

                        Qui peut le mieux juger du danger de rouler à telle ou telle vitesse compte tenu de l’état de la route, de la fluidité du trafic, des conditions atmosphériques, de la visibilité, de son propre état de santé etc... Le ministre dans son bureau ou l’automobiliste sur la route ?

                        Si les radars fixes obtiennent de bons résultats, cela signifie qu’une grande partie de la population est infantilisée par les méthodes d’éducation de l’école voulues par le gouvernement.

                        Eduquer les gens à réfléchir par eux-mêmes est possible mais un peuple libre et conscient est plus difficile à gérer qu’un troupeau de moutons ;


                      • Dragoncat Dragoncat 29 janvier 2007 22:30

                        @ Benevole

                        Certes, mais en attendant, il faut bien tenir compte des réalités...

                        On ne peut diriger le pays en fonction de ce que le peuple devrait hypothétiquement être, mais en fonction de ce qu’il est...


                      • benevole (---.---.35.118) 30 janvier 2007 01:18

                        J’accepte cette remarque mais n’est-ce pas aussi l’Etat qui détermine les programmes d’éducation ?

                        Et quel est son intérêt à avoir une population conscientisée, responsable, dotée d’esprit critique plutôt que des sujets dociles ?


                      • (---.---.33.228) 29 janvier 2007 11:45

                        Bonjour Jean-Marc,

                        Merci de votre article, indispensable ; je suis entièrement d’accord avec vous, le tabac n’est qu’un prétexte.

                        C’est une stratégie de manipulation que l’on retrouve dans les bases de méthodes de vente pour les commerciaux : il s’agit de canaliser l’interlocuteur dans un raisonnement en « entonnoir », en l’enfermant par étapes dans un réseau de vérités partielles auxquelles il est obligé de répondre toujours « oui ».

                        Les débuts de l’équipe actuelle du gouvernement en sont un exemple parfait, avec ses deux projets-phares : la lutte anti-tabac et la lutte contre l’insécurité routière.

                        Voyons, pensez-vous qu’il s’agissait des problèmes les plus urgents, les plus importants pour ce pays ? Non, mais les vrais problèmes nécéssitaient une maîtrise et un pouvoir qu’aucune équipe politique ne possède aujourd’hui ; on a donc choisi des domaines accessibles, et des arguments irréfutables car les plus simplistes :

                        « Vous n’êtes pas pour le cancer du poumon, n’est-ce pas ? » Non bien sûr. « Vous n’êtes pas pour la mort sur la route, non plus ? » Non, évidemment. "Alors, vous voyez-bien que nous avons un bon gouvernement, qui s’est mis au travail pour le bien de tous !" Oui, en effet...

                        C’est la base même des arguments d’un Etat populiste : simplistes, primaires, et d’autant plus forts qu’ils s’appuyent sur une majorité épargnée, présentée comme la norme de vertu, pour la jouer contre une minorité blâmable et donc à juste titre sacrifiée.

                        Bien sûr, interdire de fumer, cela paraît très bénin, ce n’est pas du tout comparable à l’internement en camps d’une population. Mais c’est le processus qui est inquiétant, parcequ’il est, toute proportion gardée, le même dans les deux cas.

                        Et surtout parce que ce n’est pas une chose accidentelle, ce n’est pas un méchant dictateur qui fait le populisme, mais la société elle-même qui le suscite, par son état d’évolution et d’ambiance, quand l’avenir devient illisible et donc angoissant.

                        La question n’est donc pas le tabac, mais à qui va-t-on ensuite s’attaquer ? Qui sera le prochain bouc émissaire ? Qui fera l’objet du prochain nettoyage ?

                        Cordialement Thierry


                        • Petit 29 janvier 2007 11:52

                          Vite la bible de la vérité t’attends rejoint le parti de la loi naturelle ! http://www.youtube.com/watch?v=IgDHlpX3rrQ


                        • Rocla (---.---.107.78) 29 janvier 2007 12:02

                          228

                          Avec un bon entonnoir on peut aussi jouer de la trompette .

                          Rocla


                        • benevole (---.---.35.118) 30 janvier 2007 01:12

                          Bonjour Thierry,

                          Merci pour ton complément d’analyse.

                          Il est très utile d’expliquer aux gens par quels procédés on les manipule. Cela leur permet de se défendre.

                          On devrait enseigner ces techniques de manipulation dans les écoles car lorsqu’on les connaît , elles deviennent inopérantes.

                          As-tu vu le spot télévisé dont j’ai réclamé et obtenu le retrait ? http://www.justicesociale.net/crbst_27.html

                          Je serais curieux de voir si ton analyse corrobore la mienne.

                          Pour moi, le message sous-jacent est : les fumeurs sont des cochons repoussants, des animaux dégénérés, ils laissent traîner leurs mégots partout, s’ils ne crèvent pas de leurs clopes il faudra les abattre.

                          Le ministre belge de la santé a fini par le retirer non sans se plaindre de la propension du JEP à réagir souvent contre les spots anti-tabac.

                          Cordialement ! Jean-Marc


                        • dégueuloir (---.---.86.133) 30 janvier 2007 02:51

                          allez encore une ptie clope vindieu !! ppppfffffffffffff...... smiley


                        • aquad69 (---.---.100.34) 30 janvier 2007 12:27

                          Bonjour Jean-Marc,

                          je suis allé voir ton blog, et je te rejoint complètement : ce genre de message est ignoble, et surtout très inquiétant : il devient petit à petit normal et habituel de donner une image dégoûtante de l’adversaire ou seulement des gens « différents », de procéder par exclusion en permanence ; la mentalité « intégriste » se répand partout !

                          Je te félicite d’avoir pu le faire retirer, je crois qu’en France celà aurait été plus difficile...

                          Je suis allé aussi voir ce qu’était le système « Robin », que je ne connaissais pas ; je t’avoue que je suis un peu sceptique : qui contrôlera tout ça, et comment pourrait-on vivre indépendant en ne gagnant que des robins ?

                          Je crois beaucoup plus au retour de l’économie de gratuité et de troc à l’échelle locale et des quartiers, et au développement d’une marge significative de micro-économies moins contrôlées, moins soumises à la dictature de la comptabilité actuelle.

                          Mais cela impliquerait le retour des liens entre les gens, de la culture du respect, le retour de la dignité humaine, la science de refaire pousser un tissus social dans les quartiers, et les occidentaux ne sont certe pas prêts à celà aujourd’hui !

                          D’autant plus que les Etats y sont clairement inscrits en opposition :

                          Toutes les politiques de créations d’économies de « services », censées être l’avenir de notre développement, sont très exactement le contraire de cette démarche :

                          Au lieu de favoriser les noyaux d’activités de voisinages gratuites, sécurisantes, basées sur une solidarité naturelle, et de protéger les gens d’une dépendance trop extrême vis de l’économie de système, de leur éviter d’être « pris à la gorge » en permanence, on veut justement mettre encore plus ces « métiers » sur le marché, et donc les intégrer et les soumettre complètement au système comptable et fiscal, tout en développant la propagande sur l’horreur de toute activité « au noir ».

                          Pour changer d’orientation, il faudrait qu’il existe encore une société humaine capable de dominer des systèmes étatiques qui ne sont plus aujourd’hui ni efficaces ni bienveillants ou favorables, mais clairement nuisibles à la nature humaine.

                          C’est dire à quel point cet espoir serait idyllique !

                          Si le débat t’intéresse, tu peux me joindre sur ken.thierry@yahoo.fr

                          Amicalement Thierry


                        • benevole (---.---.35.118) 30 janvier 2007 22:37

                          Pour aquad69

                          Bonsoir Thierry,

                          Merci encore pour ton commentaire et pour avoir visité le site JRL.

                          En ce qui concerne le concept du robin, il n’est pas question de vivre en indépendant en ne percevant que des robins. Les robins ne permettraient de régler que 20% du prix des biens et services, lesquels seraient donc toujours payés à 80% en euros.

                          Mais ces 80% en euros ne constituent ni plus ni moins que les 100% actuels. Le volume d’argent en circulation n’est pas affecté par l’existence des robins. Donc, si je ne paie que 80% du prix d’un produit, je garde 20% pour en acheter un autre et je relance le commerce.

                          Comme les robins s’ajoutent aux euros, le pouvoir d’achat de tout un chacun augmente et comme la manière de gagner des robins est d’investir du temps ou de l’argent dans un but social, humanitaire ou écologique, les problèmes de société comme la faim, la pauvreté, l’effet de serre, se règlent nettement plus vite grâce à des moyens financiers exponentiels/

                          Par ailleurs, l’altruisme n’étant plus pénalisé mais récompensé, la société devient beaucoup plus conviviale et fraternelle.

                          Enfin, puisque le robin rend possible l’augmentation du pouvoir d’achat sans risque d’inflation pour la monnaie officielle, le commerce se relance, les entreprises voient s’inverser le rapport entre l’offre et la demande, cette dernière étant actuellement insuffisante vu la réduction du pouvoir d’achat, et l’embauche reprend, soulageant le portefeuille du contribuable.

                          Mais comme ce n’est pas le sujet du débat, je préfère y consacrer un prochain article. Ou, comme tu le suggères, dans une conversation privée.

                          Amicalement Jean-Marc


                        • Nathanael (---.---.252.222) 29 janvier 2007 11:46

                          Sinon je peux aussi vous inviter dans le restaurant où je bosse et où je passe quasiment 10 heures par jour depuis 10 ans à respirer l’air avarié des fumeurs....

                          Là peut être vous comprendrez pourquoi certains vont respirer (hélas dans 1 an avec la dérogation) d’ici peu...


                          • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 14:02

                            Pour Nathanaël

                            Croyez-bien que je compatis à votre souffrance. Mais vous avez peut-être remarqué que je ne préconise pas l’autorisation de fumer partout et d’emmerder les non-fumeurs.

                            Il doit être aussi pénible pour le non-fumeur de travailler dans un environnement fumeur que pour le fumeur de travailler dans un environnement non-fumeur.

                            La loi de l’offre et de la demande justifie l’existence de restaurants non-fumeurs et de restaurants fumeurs. Si j’étais ministre de la santé, dans le cas où le nombre de restaurants non-fumeurs m’apparaîtrait insuffisant pour répondre à la demande de la population, j’en inciterais la création par des mesures d’exonération fiscale destinées à compenser le risque temporaire d’une perte de clientèle.

                            En agissant ainsi, je respecterais tous mes électeurs, fumeurs, non-fumeurs et restaurateurs. Quant au personnel, en supposant qu’il se répartit, comme l’ensemble de la population en fumeurs et non-fumeurs, je suppose qu’il postulera plus volontiers dans les restaurants où il se sentira le plus à l’aise. Au besoin, s’il s’avérait que des fumeurs travaillent dans des restaurants non fumeurs et vice versa, je favoriserais les transferts.

                            Je pense qu’il faut respecter tout le monde. Et que tout le monde doit lutter contre les mesures anti-démocratiques sous peine de se réveiller bientôt sous la dictature.


                          • (---.---.54.69) 29 janvier 2007 16:48

                            C horrible, je vis depuis 25 ans 24h/24 à respirer l’air avarié des conducteurs de voitures, des joyeux chimistes et des cheminées...

                            La peut être pourquoi certains ne vont pas respirer d’ici peu !

                            Soyons serieux quand même...


                          • Dragoncat Dragoncat 29 janvier 2007 18:04

                            @ Bénévole

                            L’argument fumeur / non-fumeur sur la liberté réciproque est un argument fumeux.

                            Il est pénible à un fumeur d’être dans un environnement non-fumeur, certes ! Il ne peut pas se faire plaisir, et pour les addictions les plus fortes, souffre de son manque de nicotine.

                            Dans l’autre sens, il n’est pas QUE pénible à un non-fumeur de bouffer de la cigarette malgré lui, ça lui est aussi NOCIF, malgré toutes les théories extravagantes des cancers psychosomatiques des non-fumeurs que vous nous avez pondu. smiley

                            La comparaison entre les deux situations est donc évidemment abusive.


                          • benevole (---.---.35.118) 30 janvier 2007 00:52

                            Dragoncat,

                            Vous jugez extravagantes mes affirmations concernant la nocivité de la propagande anti-tabac ?

                            C’est simplement parce que vous ne l’avez jamais lu nulle part. Sujet tabou par excellence. Un discours opposé à la propagande officielle vous paraît incongru et vous vous sentez donc le droit de le traiter d’extravagant.

                            Pourtant, je ne m’appuie que sur des faits et quand je cite des avis extérieurs, ce sont ceux de professeurs de psychologie et de médecine précisément actifs dans le sevrage tabagique et la pneumologie. Sur mon site, je propose en téléchargement, l’étude d’épidémiologie du tabagisme effectuée par un professeur de Strasbourg.

                            Il est évident que la médecine n’aime pas trop faire la publicité de l’effet placebo car elle l’utilise pour guérir des patients. Comme cet effet est basé sur la confiance du patient, il pourrait ne plus agir si le patient croyait qu’on ne lui administre qu’un placebo. Or, en règle générale, les médecins administrent des médicaments actifs. Le placebo est utilisé en médecine pour tester par comparaison avec un placebo un nouveau médicament.

                            Comme un placebo (médicament vide) guérit 30% des patients par effet psychosomatique, un nouveau médicament doit obtenir un taux de guérison significativement supérieur pour être commercialisé.

                            Je vous invite à vous documenter et à interroger vous-même des médecins ou psychologues en leur soumettant les 6 points énumérés dans mon article dans le chapitre tabagisme passif. Vous serez étonné.

                            Je ne vous demande pas de le faire pour que vous me donniez raison. Je vous le demande seulement pour vous-même. Il n’est jamais bon de rester dans l’ignorance.


                          • Fred (---.---.155.75) 30 janvier 2007 12:51

                            @benevole

                            Le fumeur peut toujours aller satisfaire son plaisir a l’exterieur. Le non-fumeur n’a pas ce luxe. Vous pouvez debattre de psychologie autant que vous voulez, le fait est qu’il n’est pas interdit de fumer partout donc si votre vice devient incontrolable, il peut etre assouvi alors que le non-fumeur doit subir sans rien dire puisqu’apparement il enfreindrait sur les droits du fumeur.


                          • lyago2003 (---.---.62.106) 29 janvier 2007 11:49

                            Bonjour, Quand certains citent des chiffres et les manipulent en faveur de leur thèse c’est répugnant. On ne traffique pas les chiffres de personnes décédées c’est immoral. Moi, j’aimerais bien mourir de mon vivant disait Coluche.


                            • ZEN zen 29 janvier 2007 12:04

                              @lyago2003

                              ...et en bonne santé, si possible... smiley


                            • Darwin’s Beagle (---.---.177.84) 29 janvier 2007 11:59

                              Voilà un article qui relève le niveau de cette agora. Quelle plaisir de voir Voltaire et autres Marsupilami et Dragoncat en baver de rage comme des limaces sur du gros sel !


                              • Dragoncat Dragoncat 29 janvier 2007 18:09

                                @ Beagle

                                Personnellement, je ne consomme de gros sel que sur mon foie gras. Quand à consommer de la limace, je vous laisse ce plaisir. smiley

                                Et sur le fond, je suis moi-même fumeur occasionnel, de cigare. Mais maman Dragoncat ayant soigneusement veillé à l’éducation de son fils, je ne fais pas une jaunisse à l’idée de savourer cela dans un environnement où je n’emboucane personne. Question de savoir-vivre, un art qui se perd... smiley


                              • dégueuloir (---.---.86.133) 30 janvier 2007 02:54

                                c’est la faute à Voltaire !! mais le pauvre !!le monde ne peut plus le porter,mais il est mort de la vérole le malheureux !!!...lol smiley


                              • Mister Gottt (---.---.53.204) 3 février 2007 19:58

                                @ Dragoncat

                                Le fumeur de cigare qui veut interdire la clope parcequ’un plaisir est encore meilleur s’il n’est pas partagé, ça me fait penser à un curé du moyen âge qui interdit la sexualité à ses contemporains pendant qu’il s’en paye une bonne tranche, le salaud !


                              • Romain (---.---.10.200) 29 janvier 2007 12:00

                                Autant je suis d’accord avec la partie hypocrisie de l’état mais...

                                « les fumeurs d’aujourd’hui sont dans la même situation que les Juifs des années 30 »

                                Vous avez pas l’impression d’éxagérer la ?


                                • PIKI (---.---.184.177) 29 janvier 2007 13:10

                                  Il ne faut pas confondre la situation des juif en 1930 et celles des juifs en 1940 ... et actuellement la société conduit justement dans la direction émise par l’auteur de cet article ...


                                • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 14:21

                                  Je ne pense pas manquer de respect aux victimes de l’holocauste , au contraire.

                                  Celles-ci ne savent que trop bien comment tout a commencé : culpabilisation, diabolisation, exclusion des lieux de travail , exclusion tout court, confiscation de droits et de biens.

                                  Je ne dis pas que l’Etat a déjà en vue la création de camps de concentration mais il crée un climat d’extrême droite en jouant sur la peur des gens qu’il renforce à grands coups de propagande....et ce faisant, il tue déjà par effet nocebo (plus exactement, il accroît les risques liés au tabagisme actif et est responsable des victimes du tabagisme passif).


                                • dégueuloir (---.---.86.133) 30 janvier 2007 02:58

                                  en tous les cas les 10 millions de juifs morts dans les camps l’ont été par la fumée...de gaz sarin......


                                • andree2 (---.---.37.216) 29 janvier 2007 12:19

                                  La vraie raison, pour moi, nous l’avons appris ce matin : si un fumeur doit sortir de l’entreprise pour fumer, il ne travaille pas pendant ce temps-là. L’entreprise pourra donc demander aux fumeurs de récupérer le temps de travail perdu.


                                  • Bruno (---.---.109.53) 29 janvier 2007 12:33

                                    Soyez plus gentil avec les fumeur !

                                    c’est vrai quoi !

                                    pensez qu’ils vont bientot mourir smiley


                                    • (---.---.0.27) 29 janvier 2007 12:39

                                      Sur la propagande fumeurs passifs, a propos des chiffres etonnants qu’on nous annonce (plusieurs milliers par an en France) : si tu lis le rapport remis a l’assemblee nationale, et que tu remontes aux etudes scientifiques sur lequel il est base, tu constates que ces chiffres incluent... les fumeurs victimes du tabagisme passif smiley En gros, t’es fumeur, mais fumeur passif aussi, donc tu meurs plus vite du tabac, mettons de 1% plus vite, donc on rajoute 1% des cancers de fumeurs aux cancers de non-fumeurs, et ca gonfle les chiffres sur le tabagisme passif.

                                      D’autre part, il s’agit indeniablement d’une confiscation de la capacite des citoyens a vivre ensemble, d’une de-responsabilisation, puisqu’il appartient desormais aux pouvoirs publics de faire comprendre au fumeur qu’il incommode, ou au non-fumeur qu’il exagere. Projet de societe ?


                                      • Christophe (---.---.51.7) 29 janvier 2007 12:43

                                        @l’auteur,

                                        Il est évident, pour ceux qui osent encore réfléchir, qu’il existe une approche faussée du problème du tabac. Je n’irais cependant pas jusqu’à faire le comparatif que vous faites avec l’époque sombre européenne.

                                        Etant dans le monde associatif dans le domaine de la scolarité, j’ai eu maintes discussions avec des professeurs de pneumologie compte tenu du fait que les rejets d’une usine chimique passaient au dessus d’une école maternelle et primaire.

                                        Etant donné les symptômes des enfants (entre 3 et 10-12 ans), pour ces professeurs, il ne subsistait aucun doute que ces personnes (à l’état d’enfants) seraient tous atteintes de maladie des voies respiratoires. Mais le sujet n’est pas là. J’ai donc poursuivi la discussion sur le domaine de l’usage privé de produits dont on nous expliquait, à l’époque, la nocivité prouvée.

                                        Ces professeurs étaient tous unanimes sur la question. Le tabac est un facteur agravant, à n’en pas douter ; pour le fumeur s’entend. Est-il la cause des maladies des voies respiratoires ? C’est la question primordiale dont la réponse nous est jetée en pâture sans autre forme de procès. A cela, les chercheurs me répondaient qu’il était quasiment impossible de définir par la preuve si une mort due à une maladie des voies respiratoires pouvait être exclusivement attribuée au tabac ; bien que cela soit le cas au niveau de la comptabilité du nombre de morts du tabac.

                                        Scientifiquement, il est difficile d’isoler l’influence du tabac (actif) sur la durée (une quarantaine d’années). D’autre part, attribuer la mort à une raison n’est possible que si l’on parvient à démontrer que, si la personne n’avait pas absorbée ces produits, elle ne serait pas décédée d’une maladie des voies respiratoires ; ce qui reste très difficile, voir impossible. Il est encore plus difficile d’isoler l’influence du tabac passif.

                                        In fine, pour les gosses qu’ils suivaient, ils ont exprimé clairement que ceux qui fumeront viendront grossir les morts du tabac alors que la source même est déjà certaine et sans ambiguité aucune ; les rejets chimiques.

                                        Il n’y a pas d’ambiguité dans les colloques des pneumologues sur les sources diverses et variées des maladies des voies respiratoires ; les sources sont très nombreuses. Ce qui n’empêche d’être clair ; fumer reste un facteur agravant !


                                        • Vincent 29 janvier 2007 13:35

                                          Article intéressant, fumeur moi-même j’appréhende le 1er Février 2007 date à laquelle il sera interdit de fumer dans les entreprises.

                                          Nous aurons juste le droit d’aller dehors, au début dans une sorte d’abris bus, puis après si l’on retrouve des mégots et des gobelets de café éparpillés, l’interdiction sera totale, la loi l’y autorise.

                                          Donc en gros au mois de septembre fini la clope sur le lieu de travail.

                                          Quand vous passez une dizaine d’heure par jour sur votre lieu de travail, et que vous avez pris l’habitude de fumer 5 à 6 clopes par jour, ça va être difficile au début, et après aussi je pense. Sans compter les risques d’incendie liés à ceux qui vont fumer en cachette.

                                          Je travaille dans une usine qui produit en 3x8, environs 600 personnes dont au moins la moitié de fumeurs, nous allons bien voir dans les mois à venir les conséquences sur la productivité, elle risque d’augmenter, puisque les anciens fumeurs passerons moins de temps en dehors de leurs postes de travail.

                                          Nous vivons de plus en plus dans une société aseptisé, la loi nous contraint de plus en plus et nous pousse à transgresser un peu plus chaque jours, entre le permis à point, l’interdiction de fumer, ......

                                          Bientôt nous allons tous avoir le droit au cours de gym matinal obligatoire pour diminuer les risques cardio-vasculaires, l’obésité.......

                                          Je suis d’accord pour l’existence d’un cadre légal, mais plus on réduit la dimension de ce cadre, plus les tensions internes vont être importante et plus les risques d’explosions sont grands.

                                          Sous couvert de décisions humanistes, émotionnelles, bien pensantes les lois nous font progressivement rentrer dans le rang.

                                          A force de nous brider on va finir pas s’emballer, nous sommes informés des risques que nous prenons, nous cotisons, donc nous avons le droit entre-nous (fumeurs) de nous enfumer les uns les autres.

                                          Cette loi, sectorise encore plus la population, et une population divisée est plus facile à gérer qu’un peuple uni.

                                          Bientôt les grandes reformes vont pointer, donc plus les classes seront divisée plus les réformes seront faciles à appliquer.

                                          Voilà mon avis.


                                          • (---.---.112.201) 29 janvier 2007 14:50

                                            « Nous aurons juste le droit d’aller dehors, au début dans une sorte d’abris bus, puis après si l’on retrouve des mégots et des gobelets de café éparpillés, l’interdiction sera totale, la loi l’y autorise. »

                                            Un truc de fumeur que je n’ai jamais compris. Pourquoi balancer systématiquement son mégot par terre ? J’ai 25 ans et de toute ma vie je n’ai jamais balancé mes ordures dans la rue ! Le pire, c’est justement dans les abris bus. Il y a une poubelle à trois mètres et le gars va balancer son mégot par terre ?!

                                            « Quand vous passez une dizaine d’heure par jour sur votre lieu de travail, et que vous avez pris l’habitude de fumer 5 à 6 clopes par jour, ça va être difficile au début, et après aussi je pense. Sans compter les risques d’incendie liés à ceux qui vont fumer en cachette. »

                                            Vous vous êtes jamais demandé au non-fumeur si c’était dur pour lui de supporter la fumer de vos 5 à 6 clopes par jour ?

                                            « Nous vivons de plus en plus dans une société aseptisé, la loi nous contraint de plus en plus et nous pousse à transgresser un peu plus chaque jours, entre le permis à point, l’interdiction de fumer, ...... »

                                            C’est vrai, le code de la route sert strictement à rien. Conduisons tous comme bon nous semble. Non mais franchement, vous avez imaginez ce qui se passerait si il n’y avais pas de code la route ? Ca fait 7 ans que j’ai mon permis et je n’ai pas perdu un seul point. Je ne dit pas que je respecte tous le temps les limitations de vitesse mais je suis qu’en même bien content qu’a chaque fois que je prends la voiture je suis presque sur d’arriver à bon port et de ne pas me prendre un taret de la vitesse ou un alcoolique dans la tronche. Le code de la route, c’est comme l’interdiction de fumer dans les espaces publics. Ce n’est pas pour vous protéger vous mais pour protéger les autres de vous !

                                            « Bientôt nous allons tous avoir le droit au cours de gym matinal obligatoire pour diminuer les risques cardio-vasculaires, l’obésité....... »

                                            Et non. Vous pouvez être obèse. Ca ne risque pas de tuer votre voisin.

                                            « Je suis d’accord pour l’existence d’un cadre légal, mais plus on réduit la dimension de ce cadre, plus les tensions internes vont être importante et plus les risques d’explosions sont grands. »

                                            Et oui, 15 ans de loi Evin pas appliquer et on en arrive toujours à des extrémités.

                                            « Sous couvert de décisions humanistes, émotionnelles, bien pensantes les lois nous font progressivement rentrer dans le rang. »

                                            Excusez moi. Je ne savais pas que le fait de ne pas vouloir respirez votre fumer fait de moi quelqu’un d’humaniste, d’émotionnelle et bien pensant.

                                            « A force de nous brider on va finir pas s’emballer, nous sommes informés des risques que nous prenons, nous cotisons, donc nous avons le droit entre-nous (fumeurs) de nous enfumer les uns les autres. »

                                            Tous à fait et vous avez toujours se droit. Vous pouvez toujours fumez chez vous et dans les espaces réservés aux fumeurs ou même dans la rue. D’ailleurs n’hésitez pas à fumer 2 ou 3 paquets de clopes par jours si vous voulez. Tant que vous ne fumez pas dans le même endroit que moi ça me va. C’est prouvez, les fumeurs améliorent le niveau de vie des non fumeurs. Je n’ai aucune raison de voir les fumeurs disparaître. Juste de bonne raison de ne pas les avoir à coté de moi.

                                            « Cette loi, sectorise encore plus la population, et une population divisée est plus facile à gérer qu’un peuple uni. Bientôt les grandes reformes vont pointer, donc plus les classes seront divisée plus les réformes seront faciles à appliquer. »

                                            Vous avez parfaitement raison. Mais ce n’est pas parce que vous fumez que je ne vous écouterai pas. Ce n’est pas parce que vous fumez que je ne vous parlerai pas et que je ne vous aprécierai pas. Mais, s’il vous plait, quand je vous demande de ne pas fumez à coté de moi, écoutez moi.


                                          • Vincent 29 janvier 2007 15:23

                                            Vous vous êtes jamais demandé au non-fumeur si c’était dur pour lui de supporter la fumer de vos 5 à 6 clopes par jour ?

                                            Heu non, en fait nous avons une salle fumeur, qui ne répondant plus a la norme (>35m²) va être fermée ou reconditionnée en salle non fumeur.

                                            Personnelement je ne jette ni mes gobelets, ni mes mégot, mais dès que vous avez un lieu avec une fréquentation d’au moins 300 personnées, dans le lot il y en aura toujours une qui ne se conduira pas correctement (enfin cela est une autre histoire)

                                            Mon point de vue signifie simplement qu’à force d’interdire et de vouloir légiférer sur tous et n’importe quoi, à vouloir contrôler l’ensemble, ce la devient ingérable et provoquera tôt ou tard l’exaspération.


                                          • Luc DUSSART Luc DUSSART 29 janvier 2007 22:45

                                            (Pub) En entreprise il existe des stages d’aide à l’arrêt assez performants. Ce n’est le plus souvent ni médical ni validable médicalement, et marche assez bien avec les fumeurs non malades.

                                            Si la médecine savait faire, toutes ces solutions plus ou moins miraculeuses auraient disparu depuis longtemps, d’autant qu’en France avec la couverture de soins que l’on a le coût n’est pas un problème. D’ailleurs en quoi fumer est-elle une maladie ? La médecine n’est pas forcément la bonne science à mobiliser pour inciter et aider à l’arrêt du tabagisme...

                                            Faites passer !


                                          • dégueuloir (---.---.86.133) 30 janvier 2007 03:01

                                            lol.........clic,,PFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF !!!!! smiley VIVE LA CLOPE !!!!


                                          • le hérisson (---.---.121.162) 29 janvier 2007 13:55

                                            votre article est nul et non avenu ! je me suis arrêté de fumer il y a cinq ans, mon père est décédé d’un cancer du poumon, j’ai perdu un autre ami à 42 ans... Le tabac libre est un vrai scandale de santé publique. Point barre.


                                            • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 14:34

                                              Mon père n’a jamais bu ni fumé, même passivement. C’était un sportif (maître d’armes et cyclotouriste). Il a été atteint de la maladie de Parkinson (contre laquelle la nicotine vaccine) du diabète, d’un ulcère à l’estomac chronique (mais il se soignait), d’un infarctus et il est mort à 69 ans d’un cancer généralisé qui a débuté à l’estomac et s’est tout de suite propagé aux poumons.

                                              Point barre !

                                              (Juste pour vous dire que votre argument ne prouve rien.)


                                            • JP (---.---.98.190) 29 janvier 2007 14:00

                                              Mouais. Je ne suis pas convaincu par le raisonnement. D’accord sur le fait que l’Etat trouve son compte dans les taxes sur les cigarettes. Mais pour le reste. Qui n’a pas vu autour de lui agoniser un fumeur d’un cancer des poumons ou de la gorge ? Le cancer est une lente agonie effrayante. Et je trouve normal que les Etats tentent des nouvelles politiques.


                                              • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 15:43

                                                Vous avez raison, le cancer est une longue et horrible maladie. J’ai vu en mourir mon père (qui ne fumait pas) et mon frère (qui fumait un peu -beaucoup moins que moi- mais buvait.

                                                Une de mes chiennes en est morte aussi et le cancer tuait déjà à des époques où les cigarettes n’existaient pas.

                                                Il faut donc soutenir la recherche sur les soins du cancer. Et surtout ne pas en rajouter en faisant peur aux gens. Si, dans le public, la majorité ignore encore les effets psychosomatiques (et même la signification de ce mot)de type placebo, croyez bien que les psychologues, médecins et ministres les connaissent.

                                                Croyez-vous que quelqu’un ignore encore que le tabac accroît les risques de cancer ou de maladie cardiaque ? Croyez-vous qu’il soit impossible de renvoyer le public vers une information objective comme je le fais sur mon site http://www.justicesociale.net/crbst_19.html ?

                                                Alors, à quoi sert la propagande sinon à implanter la peur dans les cerveaux et à provoquer ainsi ces maladies qu’on prétend vouloir éviter ?


                                              • jcm (---.---.145.144) 29 janvier 2007 14:08

                                                S’il est bien question de santé : « On estime à une centaine de cas par an le nombre de cancers du poumon dus au tabagisme passif »

                                                A lire sur le site de « La ligue contre le cancer ».

                                                Plans anti-cancer : le tabac en rideau de fumée...


                                                • dread (---.---.131.14) 29 janvier 2007 14:21

                                                  Et l’alcool alors ? Drogue dure par excellence. Autant de décès par an que le tabac(+ n° incalculé de buveurs « passifs » victimes de violences, crimes, etc...). Quel est son cout « social » ?? Hein, hein ??

                                                  Mais bon on va pas non-plus s’attaquer au bon vieux pinard. C’est du français ça Monsieur ! smiley


                                                  • Mister Gottt (---.---.53.204) 3 février 2007 20:44

                                                    @ dreadmachin

                                                    La ganja aussi c’est nocif (et je sais de quoi je parle)


                                                  • dread (---.---.131.14) 5 février 2007 14:04

                                                    @ Mister Gottt : Tu sais de quoi tu parles... mais tu parles de quoi ? Je parles d’alcool et tu réponds ganja. Expliques-moi STP le lien.. (ahhh mon pseudo.... au moins je ne me prends pas pour Dieu... smiley )


                                                  • troll (---.---.82.128) 29 janvier 2007 14:23

                                                    article vraiment stupide !... (ca faisait longtemps que je n’avais pas lu un truc aussi foireux sur avox)

                                                    il ne vous est pas interdit de fumer si je ne me trompes, il vous est interdit de m’empester !...

                                                    est ce que vous trouveriez normal que je laisse mon scooter allume dans le bureau tout ca parce que j’adore le son du scooter avec un carbu de 18 ?... et bien non !... remarquez qu’on n’a pas eu besoin de voter de loi pour interdire ca, mais la connerie humaine etant sans limite peut etre qu’un jour il le faudra...

                                                    un ex-fumeur...


                                                    • (---.---.54.69) 29 janvier 2007 16:54

                                                      ex-fumeur et neo-tolérant ?!...

                                                      Sais tu que l’air le plus pollué de Franc est l’air intétieur des maisons ? Et pas que des maisons des fumeurs...

                                                      Ceci est du à tous ls produits de nettoyage, peintures, colle, etc., etc. Et c’est pas REACH ni cette exclusion des fumeurs qui y changera quoi que ce soit. smiley


                                                    • troll (---.---.82.129) 29 janvier 2007 17:04

                                                      tres drole : je dois tolerer les fumeurs, mais vous vous ne voulez pas tolerer les non-fumeurs !... pour demeler cet assertion, rien de plus naturel que de prendre comme reference celui qui ne fait aucune action...

                                                      ca m’a toujours fait marrer comment on pouvait essayer de tordre la logique pour essayer d’en sortir une verite....


                                                    • Ender (---.---.39.193) 29 janvier 2007 14:45

                                                      Le non-fumeur n’agit pas par son comportement sur autrui. Le fumeur agit par son comportement sur autrui.

                                                      Fumer est un acte délibéré, ne pas fumer est un acte naturel.

                                                      On ne peut comparer une action avec une non-action ! Ce n’est quand même pas pareil !

                                                      Alors bien sur ! et la libeté individuelle du fumeur ? Ben oui mais elle marche dans les deux sens...

                                                      Ceci étant, ça ne me dérange pas quand des amis fument quelques clopes devant moi en soirée. Il faut aussi être tolérant coté non fumeur et ne pas virer Ayatollah.


                                                      • Ark (---.---.85.6) 29 janvier 2007 14:53

                                                        Le rapprochement avec les annees 30 allemandes me paraissent abuses. « comparaison n’est pas raison ». Cela etant dit, quel est la liberte du fumeur de fumer, en partant du fait que le tabac est une drogue dure, et qu’il est difficile d’arreter. Certains ancien fumeur vont me dire , il faut de la volonte, j’ai bien reussi moi. Ce qui sous entend une egalite parfaite de tous devant les effets de la dependance psychique et physique. Ce qui me parait faux. Je suis moi meme fumeur et je ne me sens certainement pas libre, je serais libre de fumer si je pouvais me contenter d’une clope par jour ou moins , d’un bon cigare de temps a autre. Or a quelques exceptions la cigarette plaisir je la croise peu. L’industrie du tabac devrait etre condamne et controle sur leurs soit disant additifs et autres extrait de saveurs ( ammoniac entre autre pour accelerer l’absorption de la nicotine). Stigmatiser le fumeur c’est effectivement ce qui en ressort et apres on passera a qui ? Et si tous les fumeurs pouvaient stopper ne serait-ce qu’une semaine tiens ! Quelles en seraient les consequences ?


                                                        • Thierry (---.---.130.76) 29 janvier 2007 15:07

                                                          A l’auteur,

                                                          vous me faites tristement penser à ces serbes, partisans de Milosevic, qui se mettaient ostensiblement une cible sur la poitrine pour (se) persuader qu’ils étaient des cibles. C’était déjà une référence scandaleuse à l’étoile jaune qui était imposée aux juifs, sous peine de mort. Rien de tel pour entretenir la paranoïa.

                                                          Donc, pour votre gouverne : vous êtes et resterez libre de fumer. Pas n’importe où, car les autres existent. Point.

                                                          Maintenant, quelques chiffres. J’avais lu il y a quelques années une étude comparée des différentes drogues. On y indiquait, pour chacune, le pourcentage de consommateurs qui étaient dépendants (je cite de mémoire). Dans le cas de l’alcool, il y a moins de 5% des consommateurs d’alcool qui sont dépendants. Dans le cas des drogues dures, cocaïne, héroïne, opium et autres, pas une ne dépassait 30%. Je dis bien : il n’y a pas plus de 30% de consommateurs de ces drogues qui y sont « accros ». Qu’en est-il de la nicotine ?

                                                          Eh bien, la proportion de consommateurs de nicotine qui en sont dépendant est d’au moins 80%, soit très au-delà de toutes les autres drogues.

                                                          Donc, puisque vous êtes un si grand adorateur de la liberté, posez-vous cette question : vous êtes libre de fumer, êtes vous libre de ne pas fumer ?


                                                          • aquad69 (---.---.33.228) 29 janvier 2007 16:56

                                                            Bonjour,

                                                            petite précision : Le signataire du commentaire précédent n’a rien à voir avec moi.

                                                            cordialement Thierry


                                                          • Luc DUSSART Luc DUSSART 29 janvier 2007 23:06

                                                            Thierry > Ces chiffres sont approximatifs. Cela dépend en particulier de comment on définit la dépendance. Il existe plusieurs référentiels (OMS, DSM, etc..), mais aucun n’est vraiment adapté au tabagisme.

                                                            On peut dire que l’on est dépendant si l’on doit fumer chaque jour, ne serait-ce qu’une seule fois. La quasi totalité des fumeurs de cigarette sont dépendants avec cette définition. La cigarette ne laisse que peu de chances d’en réchapper : à la sortie du service militaire obligatoire, du temps où le paquetage mensuel comprenait une cartouche de ’Troupes’, seuls 10% des conscrits ressortaient du service national Non Fumeur (source Lagrue). Les petites natures, ceux qui avaient eu des nausées lors de lors toutes premières expériences en réchappaient. Les autres mettront des décennies à s’en sortir.

                                                            Voila en quoi ce produit est fort : il rend accro sans que l’on le veuille ni s’en rende compte.

                                                            Les médecins utilisent une échelle de mesure de la dépendance, histoire de ’doser les patchs’ : cette échelle, nommée score de Fagerström n’est basée sur aucune théorie ni aucune métrique (Etter) : c’est du pur pipeau, histoire de faire croire que l’on porte un diagnostic médical.

                                                            Quelle que soit la quantité de tabac que l’on fume chaque jour, le problème est le même : ne pas rechuter 6 mois ou 6 ans plus tard : le niveau d’intoxication passé n’a alors plus vraiment d’importance. Ceci n’est malheureusement pas compréhensible par la science médicale : c’est ’psychocognitif’ (lié à la mémoire et au désir).

                                                            Comment ne pas rechuter ? Voila LA bonne question. Le ’sevrage’ proprement dit n’est pas un problème pour un fumeur en bonne santé générale, contrairement à ce que d’aucuns tentent de nous faire croire, avaler, coller, inhaler, etc. Redevenir Non Fumeur résulte d’un apprentissage : cela peut s’apprendre avec quelques leçons, et la chimie n’y aidera en rien.


                                                          • Mister Gottt (---.---.53.204) 3 février 2007 20:41

                                                            @ Thierry (IP:xxx.x71.130.76)

                                                            Comparer les différents pourcentages (calculés comment ? Par qui ? sur quel échantillon de la population ? Jeter des chiffres à tout va est la technique de manipulation favorite de notre société) d’addictions liés à différentes drogues n’a de sens que si l’on considère le statut légal des différents produits. Si l’héro et la coke étaient légaux et l’alcool prohibé, vos chiffres seraient sensiblements différents. Mas je suis sûr que d’aucuns en tireraient des vérités « scientifiques » irréprochables, comme vous le faites...


                                                          • gem gem 29 janvier 2007 15:13

                                                            l’article n’est pas bon. Et pourtant je suis plutôt d’accord avec l’auteur ! Mais le ton est trop outré, trop extrême.

                                                            S’il ne fallait retenir qu’un truc, c’est celui-là :

                                                            Nous vivons tous dans des conditions de stress et de frustrations accumulés [...]

                                                            Chacun essaie de se rééquilibrer comme il peut. Les uns [...], d’autres enfin fument et ce ne sont pas les plus dangereux ni pour les autres ni pour eux-mêmes.

                                                            Je crois que les fumeurs (dont je ne suis pas) fument pour des raisons qu’ils faut prendre en compte, sinon ils feront d’autres choses plus génantes ou ils continueront.

                                                            Je crois que je n’ai pas envie de transformer toute la société en un vaste lycéee où il n’est possible de fumer que dans les chiottes, en cachette. J’ai passer l’âge des surveillants et autre garde-chiourme, et si ça suppose de supporter les fumeurs (ou de les rabrouer moi-même, ce dont je ne me prive pas ), banco !


                                                            • Fred (---.---.155.75) 29 janvier 2007 15:39

                                                              Mais enfin, il ne va pas etre interdit de fumer, juste dans les lieux publics. Rien n’empeche les fumeurs d’aller dehors s’ils sont incapables de ne pas fumer pendant la duree d’un repas. Et ils pourront toujours fumer 10 paquets par jour chez eux s’ils le veulent.


                                                            • Non fumeur (---.---.148.200) 29 janvier 2007 15:18

                                                              Tristes réflexions émanant probablement d’un fumeur.

                                                              Il ne faut pas oublier une chose essentielle : jusqu’à maintenant, les fumeurs ont empêché les non fumeurs de bien vivre et de passer une soirée sympa au resto par exemple. Ce n’est aujourd’hui qu’un juste retour des choses. Peu importe le « tabagisme passif » qui engendre ou pas un éventuel cancer : c’est uniquement une question d’agrément.

                                                              Si les non fumeurs vont être banis des restaurants au 1er janvier 2008, il ne faut pas perdre de vue que, jusqu’à maintenant, c’était les non fumeurs qui l’étaient, par la faute de fumeurs égoïstes qui considèrent que les non fumeurs sont des « chieurs » ; c’était tout simplement inverser les rôles.

                                                              L’interdiction de fumer dans les lieus publics et dans les restaurants est une excellente chose, quel que soit le degré de démagogie dont fait preuve le gouvernement.

                                                              Il est pas ailleurs affligeant de faire le parallèle entre les lois anti-tabacs et le nazisme. C’est un raccourci digne d’un discours d’extrême droite.

                                                              Que Yahoo ébèrge un texte aussi lamentable est plus que discutable.


                                                              • Fred (---.---.155.75) 29 janvier 2007 15:37

                                                                +1

                                                                On s’en fiche que ce soit un complot ou que le gouvernement s’inquiete reellement de notre sante, le fait est que la fumee derange les non-fumeurs dans les restaurants. Les fumeurs qui parlent d’atteinte a la liberte de toute evidence se contrefoutent des gens autour d’eux lorsqu’ils fument.


                                                              • Julien (---.---.227.52) 29 janvier 2007 15:46

                                                                @Non Fumeur : même si j’estime que le texte de l’auteur est exagéré, notamment dans l’analogie avec le nazisme, je pense que vous en avez mal compris le fond. Personne ne conteste le fait que les restaurants non-fumeurs soient une très bonne chose... pour les non-fumeurs.

                                                                Pour les gens qui ne sont nullement dérangés par la fumée, pourquoi ne pas envisager des restaurants exclusivement réservés aux fumeurs ? Le problème lié aux libertés individuelles se situe là.


                                                              • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 16:04

                                                                Il faut croire que dans les restaurants que vous fréquentiez, il n’y avait pas d’espaces non-fumeurs !

                                                                Dans presque tous ceux que j’ai fréquentés, un tel espace existait bien et la plupart du temps, il était quasiment vide alors que l’espace « fumeurs » était comble. Dans ces cas là, monsieur, j’attendais mon tour ou je sortais à la recherche d’une table dans un espace fumeur. Je n’allais pas m’asseoir dans un espace non-fumeur.

                                                                Si vous avez vu à cette époque des fumeurs fumer dans un espace réservé aux non-fumeurs, ils avaient bien entendu tort de ne pas vous respecter. Car des lieux existaient pour leur permettre de vous respecter. A présent, bien que j’aie décidé de ne plus mettre un pied dans un restaurant avant l’abolition de cetteloi, je comprendrais qu’un fumeur vous empeste car c’est vous qui nous étouffez en nous refusant le droit d’exister.

                                                                Si j’étais restaurateur, je radierais bien vite mon registre de commerce et je rebaptiserais mon restaurant « ilôt de liberté ». La loi n’interdit pas (encore) de recevoir des gens chez soi et de leur offrir à boire et à manger, pas plus qu’elle n’interdit aux invités de participer aux frais. Si cette participation aux frais se trouve correspondre aux prix pratiqués dans les restaurants, quoi de plus normal ?


                                                              • Fred (---.---.155.75) 29 janvier 2007 16:21

                                                                "Il faut croire que dans les restaurants que vous fréquentiez, il n’y avait pas d’espaces non-fumeurs !

                                                                Dans presque tous ceux que j’ai fréquentés, un tel espace existait bien et la plupart du temps, il était quasiment vide alors que l’espace « fumeurs » était comble. Dans ces cas là, monsieur, j’attendais mon tour ou je sortais à la recherche d’une table dans un espace fumeur. Je n’allais pas m’asseoir dans un espace non-fumeur.

                                                                Si vous avez vu à cette époque des fumeurs fumer dans un espace réservé aux non-fumeurs, ils avaient bien entendu tort de ne pas vous respecter. Car des lieux existaient pour leur permettre de vous respecter. A présent, bien que j’aie décidé de ne plus mettre un pied dans un restaurant avant l’abolition de cetteloi, je comprendrais qu’un fumeur vous empeste car c’est vous qui nous étouffez en nous refusant le droit d’exister.

                                                                Si j’étais restaurateur, je radierais bien vite mon registre de commerce et je rebaptiserais mon restaurant « ilôt de liberté ». La loi n’interdit pas (encore) de recevoir des gens chez soi et de leur offrir à boire et à manger, pas plus qu’elle n’interdit aux invités de participer aux frais. Si cette participation aux frais se trouve correspondre aux prix pratiqués dans les restaurants, quoi de plus normal ?"

                                                                Il y a beaucoup de restaurants a Paris sans zone non-fumeur et encore plus de restaurants ou la zone non-fumeur est rapidement empestee par la zone fumeur. C’est pas Tchernobil ou la fumee s’arrete a la frontiere entre les deux zones.

                                                                En quoi je vous refuse le droit d’exister ? Avec cette loi vous sera-t-il interdit de fumer dehors, non, vous sera-t-il interdit de fumer chez vous ou vos amis, non. Quand vous fumez, c’est bien vous qui faites quelque chose d’actif qui peut potentiellement deranger quelqu’un d’autre.

                                                                Moi, j’aime bien manger avec un fumigene allume. Je vais donc aller dans la section fumeur et allumer mon fumigene et voir si les fumeurs vont etre toujours aussi ouverts et enclin de parler de liberte. C’est quand meme triste si vous n’etes pas capable de comprendre que certaines personnes aimeraient apprecier leur nourriture sans avoir a bouffer votre fumee en meme temps.


                                                              • stephane23 (---.---.160.199) 29 janvier 2007 15:44

                                                                j’ai cessé de lire cet article à la hauteur du texte mettant en parallèle les « fumeurs » et les « juifs », et les périodes discriminatoires que les premiers allaient connaitre. je trouve abusif et choquant la tentative de raprochement utilisé par l’auteur ! j’ai mis des guillemets au mot « juif » car je trouve que c’est un terme que trop de gens (apparemment bien intentionnés) utilisent comme un drapeau pour s’en servir et non pas servir la cause Juive, et la cause Juive ne s’en porte t-elle jamais mieux que lorsqu’on lui fout la paix... ??? Beaucoup pius intéressant, le début de l’article qui donne un angle de vision qu’à cet endroit, je partage plus largement. Fumez moins, roulez moins vite, payez vos taxes et vos impots, vous vivrez mieux et (peut-être) plus vieux... ???

                                                                stéphane


                                                                • dégueuloir (---.---.86.133) 30 janvier 2007 03:04

                                                                  PPPPFFFFFFFFFFFFFFFF............LOL smiley


                                                                • Renaud D. (---.---.82.59) 29 janvier 2007 15:46

                                                                  Bonnes questions et bonne analyse. Pourquoi le tabac serait-il responsable de l’augmentation continue des cancers observés depuis les années 60 alors que la génération des poilus fumait comme des régiments de sapeur sans que l’on note une augmentation significative des cancers dans les décennies qui ont suivi la première guerre mondiale ?

                                                                  Votre rapprochement avec le problème juif est cependant très regrettable.

                                                                  L’augmentation des cancers semble par contre bien corrélée avec les explosions nucléaires dans l’atmosphère, l’explosion de la centrale Lénine à Tchernobyl et l’usage de plus en plus fréquents d’obus à l’uranium. Des éléments radioactifs hautement cancérigènes, à durée de vie extrêmement longue, ont été et continuent à être dispersés autour de la planète.

                                                                  Vous voyez un gouvernement expliquer : vous êtes cancéreux à cause de nos conneries ?

                                                                  Tellement plus simple d’expliquer aux foules avides de vérité que la faute en incombe aux fumeurs. En plus, ça marche.

                                                                  Votre article a le mérite de soulever le problème. Vous auriez pu l’inclure sous la rubrique « marketing de la peur ».

                                                                  Cordialement

                                                                  Renaud D.


                                                                  • gomi (---.---.48.43) 29 janvier 2007 15:59

                                                                    Autant je n’ai rien contre les fumeurs, vu que j’en suis un repenti, autant lire un tel amoncellement d’inepties me désole.

                                                                    Je passe sur les pseudo-justifications économiques, calculs faits à la va-vite sur un coin de serviette au bar des amis, arguments médicaux pour lecteurs de Santé MAgazine, etc...

                                                                    Mais alors l’analogie avec le nazisme, excusez du peu !! Je doute que l’Etat prenne un jour le parti d’enfermer les fumeurs dans des camps pour les faire travailler jusqu’à leur mort... Arrêtez de déverser votre hargne de ne pouvoir assouvir votre vice (car c’en est un) en évoquant de tels arguments. D’une vous vous décrédibilisez, de deux vous suscitez la colère et l’indignation de gens qui, contrairement à vous, pensent...

                                                                    Je ne remets pas en question l’hypocrisie de l’Etat, l’ingérence des revenus du tabac, et nombre d’autres griefs justifiés. Mais le « fumeur-Cosette », pardon ! Si ce dernier avait un minimum de savoir-vivre, il ne serait pas nécessaire de lui interdire de fumer dans les lieux publics. Il le ferait de lui même, sans qu’on l’y force... Mais ça, compte-tenu de l’égoïsme grandissant de la nature humaine, on peut rêver...

                                                                    Pour finir, et juste pour la forme, un commerce est un lieu public, par opposition à un lieu privé, pas par définition.


                                                                    • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 17:09

                                                                      Mon parallèle avec le nazisme a apparemment choqué plusieurs lecteurs.

                                                                      Vous devriez vous poser la question de savoir pourquoi les Allemands, au cours des années trente, ont adhéré au National socialisme d’Hitler et quelle aurait été leur réaction, sans doute la même que la vôtre, si à cette époque on les avait mis en garde contre le risque d’une effroyable dictature.

                                                                      Eux au moins avaient l’excuse de ne pas connaître de précédent historique né dans un tel climat. Vous n’avez celle que de votre absence de mémoire ou d’information historique.

                                                                      Les Allemands des années 30 rêvaient d’une revanche sur l’humiliante défaite de la guerre précédente. Plusieurs mails aujourd’hui évoquent un retour de balancier, une revanche à prendre sur les fumeurs.

                                                                      La propagande d’Hitler avait pour thème la pureté ethnique, celle d’aujourd’hui la pureté sanitaire.

                                                                      Les nazis accusaient (à tort) une communauté d’être responsable des difficultés économiques et de polluer la race aryenne.

                                                                      Les politiques d’aujourd’hui accusent (à tort) les fumeurs d’être responsables des dépenses de santé publique et de provoquer des cancers chez les fumeurs passifs (alors que, comme d’autres mails l’ont souligné, les causes de cancer sont multiples et que rien ne prouve l’influence du tabac sur les cancers de non-fumeurs et que tout donne à penser au contraire que la propagande y est pour quelque chose)

                                                                      Hitler et les siens ont encouragé l’exclusion de la communauté juive avant de l’imposer. Ils ont progressivement réduit leurs droits individuels. Nos gouvernements ne font pas autrement avec les fumeurs.

                                                                      Cela, ce sont des faits ! Depuis quand serait-il indigne de comparer des faits ? Je n’ai pas écrit que ça se terminerait par des chambres à gaz mais on peut craindre le pire quand on voit ce spot télévisé : http://www.youtube.com/watch?v=CvFkjlkxZCg

                                                                      Nous l’avons fait retirer de nos châines de TV (voir la décision du jury d’éthique publicitaire sur : http://www.justicesociale.net/crbst_27.html )

                                                                      Cette publicité dit en termes à peine voilés : « Les fumeurs sont des cochons repoussants, des animaux dégénérés, ils jettent leurs mégots partout, s’ils ne crèvent pas d’eux-mêmes il faudra les abattre. »

                                                                      Et l’association avec les Gitans rappelle comme par hasard une des cibles de l’Allemagne nazie.


                                                                    • Cosmic Dancer (---.---.174.72) 29 janvier 2007 16:05

                                                                      Mais que se passe-t-il en ce 29 janvier ? Les paranos sont de sortie ? L’auteur de cet article est en plein délire, et c’est lamentable. Je ne reviens pas sur le symbole de l’étoile jaune, d’autres l’ont fait plus haut. Je suis fumeuse, j’aime fumer, et j’applaudis la loi qui m’obligera tout simplement à cesser de nuire à ceux qui m’entourent sans l’avoir choisi. Par contre, si nous devions en arriver à une solution à l’américaine (en Californie, si mes souvenirs sont bons), où un bailleur peut exiger du locataire qu’il soit non-fumeur, c’est-à-dire à une situation où l’on ne pourrait plus s’adonner à ce vice - ç’en est un - sans encourir une amende, un procès, ou le risque de se retrouver à la rue, je serais la première à m’insurger. Même si je ne suis pas dupe du fait que réprimer les fumeurs est plus facile que s’attaquer aux consortiums des fabricants, même si je sais que ces derniers, dans leur cynisme absolu, ont encore et toujours plus de clients dans les pays plus pauvres, cette mesure de santé publique me paraît juste.


                                                                      • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 17:19

                                                                        J’aimerais savoir quel âge vous avez.

                                                                        Si vous votez, vous avez apparemment plus de 18 ans. La loi vous considère donc comme adulte et responsable. Cela signifie capable de prendre vos décisions.

                                                                        Alors, vous n’avez pas besoin d’une loi pour vous forcer à la prendre.

                                                                        Moi aussi, je m’étais fixé une limite. On a supprimé les voitures de chemin de fer réservées aux fumeurs, je n’ai rien dit... On a interdit la publicité pour le tabac...On a interdit de fumer dans les lieux publics (administrations, postes, etc...) je n’ai toujours rien dit. On interdit maintenant de fumer dans les restaurants (qui sont la propriété privée des restaurateurs et non des lieux publics, je persiste et signe) , là je réagis.

                                                                        Et si vous ne réagissez pas, ce que vous redoutez pour demain sera bientôt d’application chez nous aussi. Et là, vous serez seule à vous insurger car ceux qui l’ont vu venir auront déjà été écrasés.


                                                                      • Cosmic Dancer (---.---.174.72) 29 janvier 2007 17:52

                                                                        @ Bénévole : Oui, je suis majeure. Et non, je n’ai jamais eu BESOIN d’une loi pour demander à ceux qui m’entouraient, dans des lieux publics ou dans des lieux privés autres que le mien, l’autorisation de fumer, sans jamais renâcler à sortir si elle m’était refusée. Ça ne m’empêche pas de trouver cette loi juste. Je n’aime pas voir les non-fumeurs en apnée autour de moi. Personne ne nous empêche de nous intoxiquer dans la rue !


                                                                      • Mister Gottt (---.---.53.204) 3 février 2007 21:16

                                                                        Pas encore...


                                                                      • Martin Mystère (---.---.122.66) 29 janvier 2007 16:08

                                                                        Eternel recommencement... Les arguments des uns et des autres sont connus, ressassés, répétés... On ne peut malheureusement pas compter sur la simple bonne volonté des français pour régler ce problème, comme cela a été dit plus haut, donc faisons une loi. Je dois bien avouer que, non fumeur et contraint de supporter la fumée des autres si je veux avoir un semblant de vie sociale (ce qui me gâche réellement certaines soirées), j’attends le 1er février 2008 avec impatience. Même des amis très proches ne se rendent pas compte de la gêne que peut occasionner leurs cigarettes. Enfant, même, les voyages en voitures avec père ou grand-père fumant dans le véhicule étaient un enfer. C’est terrible mais on finit par en détester - un court moment - ceux qu’on aime. Je ne crois pas que faire l’effort de ne plus fumer 2 heures au restaurant sera plus difficile que lorsque moi je dois me servir de la carte comme d’un éventail pour écarter - vainement - la fumée qui se dépose sur cheveux et vêtements. Et quand bien même, très égoïstement à mon tour, j’estimerai que c’est un juste retour des choses. Mon esprit me pousse à être tolérant, mais j’avoue en avoir assez de passer des soirées à m’entraîner à faire de l’apnée.


                                                                        • zorino (---.---.33.166) 29 janvier 2007 16:08

                                                                          Un peu excessif, cet article, mais je comprends le fond. Il est orthogonal aux idées reçues et mérite pour cela qu’on s’y intéresse.

                                                                          J’aimerais ajouter deux choses :

                                                                          1) En matière de mesures pour limiter le tabagisme, il me semblerait beaucoup plus efficace de lutter contre les propagandes et publicités très habiles de nos tabatiers. Celles par exemple qui développent sous une marque de vêtements l’image du « baroudeur » ou du « cowboy moderne » derrière en fait une marque de cigarette... C’est d’un effet désastreux sur les jeunes.

                                                                          2) Il faudrait parler justement des jeunes : le nombre de lycéens et même de collégiens qui fument est en progression constante. C’est à mon avis sur cette population qu’il faut travailler, par l’information, la sensibilisation. La responsabilisation très tôt.

                                                                          Les lois répressives ? Je n’y crois pas trop... Que certains dirigeants souhaitent une population plus docile, plus soumise, moins attachée à prendre elle-même ses responsabilités ? Oui, j’y crois.


                                                                          • Cosmic Dancer (---.---.174.72) 29 janvier 2007 16:13

                                                                            @ Zorino : exact. La proportion de fumeurs chez les ados est très inquiétante, malgré les campagnes au sein des établissements. Quant à l’alcoolisme auquel ils sont invités par les marques - pour ceux qui sortent en boîte -, c’est scandaleux. Cela dit, j’ai remarqué qu’ils fument plus facilement des pétards que des cigarettes. Je ne dis certainement pas que c’est mieux, la combustion des végétaux entraînant d’autant plus de problèmes pulmonaires qu’ils sont sans filtre.


                                                                            • Mister Gottt (---.---.53.204) 3 février 2007 21:30

                                                                              @ Zorino et Cosmic Dancer :

                                                                              Les ados d’aujourd’hui ne rêvent plus d’être le cowboy de Marlboro... Mais les « marketeurs » du tabac et de l’alcool savent parfaitement coller aux modes favorites de leur coeur de cible ; la propagande pour le tabac ne s’adresse évidemment pas aux fumeurs.

                                                                              Quant aux campagnes de prévention, il faut bien mal connaître les adolescents pour en espérer un quelconque résultat.

                                                                              En ce qui concerne les pétards, leur impact sur l’assiduité et le comportement est pour moi plus préoccupant que les problèmes pneumologiques qu’ils entraînent


                                                                            • mcm (---.---.121.69) 29 janvier 2007 16:16

                                                                              En tout cas avec tout le respect que je dois à l’état Français, c’était lors de mon service militaire qu’en m’a distribué gratuitement des pleines cartouches de tabac.

                                                                              Maintenant quand il me pénalise moi consommateur tabagiste après m’avoir incité ladite tabagie je lui suggère qu’en l’occurence, il joue le rôle du dealer doublement enrichi par son deal et sa repression !

                                                                              Gainsbourg disait : « Dis leur merde au dealers ! », Les politiciens du star ac ajoutent : « Consomme leur somme au consommateur ! ».

                                                                              Moi je me suis doublement fait avoir, mais bon raison de plus pour décrocher de cette drogue dont l’effet de dépendance n’a rien à envier à celui des drogues dures.


                                                                              • ketxa (---.---.203.210) 29 janvier 2007 16:18

                                                                                Le tabac est une aliénation. Cependant, puisque vous vous référez aux Juifs des années 30, je dirais que la cigarette est une étoile jaune que les fumeurs cousent eux-mêmes point par point sur leurs vêtements. La comparaison n’est pas possible : on n’oblige pas les fumeurs à fumer.

                                                                                Il est vrai que les difficultés de la vie poussent les gens à trouver du réconfort dans un vice, quel qu’il soit : lire Voici, manger du chocolat, parler des heures au téléphonne, boire de l’acool, frapper sa femme, se conduire comme un abruti au volant de sa grosse bagnole, maltraiter ses employés... Il faut pourtant parfois limiter les libertés individuelles, lorsqu’elles atteignent tout simplement la liberté d’autrui.

                                                                                Alors je ne sais pas où vous êtes allé chercher que le fumeur est devenu un bouc émissaire, j’ai plutôt l’impression que c’est le tabac qui est l’objet de la discorde, pas les personnes qui fument. On n’a pas interdit l’accès des restaurants aux fumeurs, on leur demande de sortir fumer dehors, là où ils ne gèneront pas les personnes non-fumeuses (et de nombreux fumeurs génés par la fumée !) qui souhaitent déguster leur repas : comme tout le monde le sait, goût et odorat sont liés. De même, sur le lieu de travail, il n’est pas normal que des personnes aient à subir les effets des activités de leurs collègues. Puisque le bon sens ne suffit pas...

                                                                                Je suis personnellement trés gênée par la fumée, et j’ai de nombreux amis fumeurs. Lorsqu’ils viennent chez moi, ils sortent fumer sur mon balcon. Lorsque je suis chez eux, ils prennent garde à ne pas envoyer leur fumée dans ma direction. Je ne peux pas en dire autant des fumeurs dans les restaurants, sur le quai de la gare, à l’arrêt de bus, ceux qui jettent leurs cigarettes encore fumantes sur le trottoir, ceux qui crachent leur dernière bouffée à l’intérieur du transport en commun car le bus est arrivé trop tôt, ceux qui viennent se planter à côté de moi, pile dans la direction du vent, et qui m’envoient de grosses rafales de fumée dans le visage, ceux qui allument leur clope dans l’escalier en partant au boulot et ne peuvent attendre d’être au pied de l’immeuble, propageant une odeur nauséabonde dont profiteront tous les autres occupants...

                                                                                Ce n’est pas le fumeur qui est visé, mais, dirais-je, le connard. Il y en a d’autres espèces, celui qui conduit vite, celui qui parle fort dans son téléphonne portable dans le train, celui qui frappe plus faible que lui pour se défouler, bref, celui qui n’en a rien à faire des autres. Et dans le cas des fumeurs, celui qui n’a pas compris avec la loi Evin qu’il dérangeait un peu les autres.

                                                                                Il me tarde l’année prochaine, quand je pourrai sortir avec des amis et rentrer chez moi sans puer et sans avoir l’impression pulmonaire d’avoir passé la soirée dans un incendie de forêt.

                                                                                Votre article est scandaleusement idiot smiley

                                                                                Ketxa


                                                                                • benevole (---.---.187.181) 29 janvier 2007 23:07

                                                                                  Pour Kébra,

                                                                                  Il ne vous est pas encore arrivé à l’esprit que la dernière bouffée de fumée rejetée dans le bus arrivé trop tôt, dans l’ascenseur ou dans le hall d’une habitation à appartements multiples est la conséquence d’une multitude d’interdictions ?

                                                                                  On ne peut plus fumer au travail, ni à la piscine, on se retient aussi de trop fumer devant les enfants, on ne peut plus fumer dans les administrations, les postes, les gares, les trains, les bus et, en fin, de journée, quand on voudrait enfin se détendre avec un bon repas entre amis , au moment où la cigarette donne le plus de plaisir, encore interdit.

                                                                                  Si les interdictions étaient mesurées (la poste, l’administration, le bus...d’accord) , si on sentait la volonté de respecter le fumeur autant que le non-fumeur, je n’aurais pas pris la plume.

                                                                                  Vous écrivez que ce n’est pas le fumeur qui est visé mais la cigarette. Celle-ci fait malheureusement partie intégrante de la personnalité de nombreux fumeurs car c’est la manière dont ils s’équilibrent.

                                                                                  Je ne prétends pas que c’est bien, je dis seulement que c’est comme ça. Des centaines de milliers de fumeurs n’entreront jamais dans un restaurant où il est interdit de fumer. Comprenez donc qu’ils se sentent exclus.


                                                                                • ketxa (---.---.203.210) 30 janvier 2007 12:04

                                                                                  Tout d’abord, je ne m’appelle pas Kebra, mais Ketxa.

                                                                                  Je me demande un peu de quel fumeur vous parlez : il semblerait, d’aprés votre discours, que les fumeurs forment un ensemble homogène, qu’on pourrait résumer à un comportement, à une attitude, le genre « fumeur respectueux et non respecté », qu’on blâme, qu’on culpabilise, qu’on agresse même avec une multitude d’interdictions.

                                                                                  Vous voyez pourtant, dans les différentes réactions à votre article, des non-fumeurs (dont je suis) qui ne portent pas un regard négatif sur l’ensemble des fumeurs mais sur les quelques-uns qui les agressent par leur attitude, et des fumeurs qui vous disent eux-mêmes ce que vous refusez d’entendre : la fumée de cigarette est désagréable, lorsqu’on la reçoit dans le visage même à l’extérieur, lorsqu’on la respire dans une pièce fermée, lorsque la cigarette est éteinte et reste dans le cendrier, dans la poubelle, la cigarette réduit le souffle, ôte le goût des aliments et du bon vin, pique les yeux, sent mauvais...

                                                                                  Contesterez-vous ce que je viens de dire ?

                                                                                  En outre, il ne m’est jamais venu à l’idée que « la dernière bouffée de fumée rejetée dans le bus arrivé trop tôt, dans l’ascenseur ou dans le hall d’une habitation à appartements multiples est la conséquence d’une multitude d’interdictions ? »

                                                                                  Donc, si je suis votre argument, ces personnes souffrent de tellement d’interdits, plient sous le poids de l’accablement, leur sort déplorable les conduisant à des actes extrêmes... Ne trouvez-vous pas cela un peu ridicule de considérer que la personne qui fume en attendant le bus souffle sa dernière inhalation à l’intérieur de ce bus parce qu’il souffre que cela soit interdit... ? La cigarette n’est tout de même pas prohibée, que je sache, les fumeurs fument à l’extérieur et dans les espaces privés, des lieux traversés par une personne dans une vie qui sont plus longs à énumérer que la pauvre liste que vous citez (travail, transports en commun, administrations, bars et restaurants, soit les lieux de vie en groupe), sachant que de nombreux fumeurs ont déjà commencé à prendre l’habitude de sortir fumer pour ne pas géner les autres.

                                                                                  Alors, que voulez-vous, il va falloir vous résigner, vous êtes un dinosaure égocentrique, qui n’entendez même pas les arguments de ceux que vous prétendez défendre, alors que vous ne parlez que pour vous.

                                                                                  Je vous salue, mais de loin (vous m’enfumez)


                                                                                • Fred (---.---.155.75) 30 janvier 2007 12:19

                                                                                  @benevole

                                                                                  Qu’est ce qui empeche le fumeur de finir sa cigarette et de prendre le bus ou l’ascenceur suivant ? Si la cigarette lui est aussi important que ca et bien il peut attendre son bus. Les autres n’ont pas a subir votre incapacite a controler vos vices.

                                                                                  Un fumeur qui va dans un restaurant non-fumeur peut toujours aller fumer sa cigarette dehors. Lorsque je recois un coup de telephone au restaurant, je vais dehors pour repondre pour ne pas deranger les autres personnes. C’est a la personne active de respecter les autres, c’est un minimum de savoir vivre.


                                                                                • benevole (---.---.35.118) 30 janvier 2007 21:35

                                                                                  A Ketxa

                                                                                  "Vous voyez pourtant, dans les différentes réactions à votre article, des non-fumeurs (dont je suis) qui ne portent pas un regard négatif sur l’ensemble des fumeurs mais sur les quelques-uns qui les agressent par leur attitude, et des fumeurs qui vous disent eux-mêmes ce que vous refusez d’entendre : la fumée de cigarette est désagréable, lorsqu’on la reçoit dans le visage même à l’extérieur, lorsqu’on la respire dans une pièce fermée, lorsque la cigarette est éteinte et reste dans le cendrier, dans la poubelle, la cigarette réduit le souffle, ôte le goût des aliments et du bon vin, pique les yeux, sent mauvais...

                                                                                  Contesterez-vous ce que je viens de dire ?"

                                                                                  Vous voyez aussi dans mon article et dans de nombreux commentaires des fumeurs qui comprennent la nécessité de respecter l’autre.

                                                                                  Je ne refuse pas d’entendre que la cigarette peut incommoder l’autre. D’ailleurs, chez moi, je me suis fait construire un petit bureau pour y fumer à mon aise sans déranger le reste de ma famille. Et au resto, je n’ai jamais été manger dans un espace non fumeur.

                                                                                  Mon article ne demandait d’ailleurs pas un droit d’empester sans retenue mais suggérait que le propriétaire d’un restaurant puisse se déterminer « non fumeur » ou « ouvert à tous » afin d’y accueillir le type de clientèle qu’il souhaite. De cette manière, les fumeurs et les non-fumeurs y trouveraient satisfaction et si l’un d’entre eux chosit d’aller manger dans la catégorie « différente », soit il s’abstiendra, soit il tolérera. Quant au personnel, il postulera de préférence dans l’un des restaurants qui répond le mieux à sa propre qualité de fumeur ou de non fumeur.

                                                                                  Sur mon site, et dans le programme de mon parti, il n’a jamais été question de nier les risques liés au tabagisme. J’offre à télécharger une étude épidémiologique du professeur Elisabeth Quoix, experte en pneumologie, de l’Université de Strasbourg. Si j’en extrais certains passages , prêtant certaines vertus à la nicotine, je ne manque pas de souligner que les effets négatifs sont plus importants.

                                                                                  Ce que je refuse, c’est la propagande anti-tabac. J’étais d’accord pour interdire la publicité pour les cigarettes mais pas pour laisser le champ libre à la propagande anti-tabac qui est mensongère, excessive, polluante pour l’esprit, tout aussi nocive pour la santé et liberticide.

                                                                                  Comme l’a très bien fait remarquer un autre membre de ce débat , elle a abouti à nous dresser les uns contre les autres et à ne plus nous respecter. C’est le sens que je voulais donner à l’image du fumeur qui jette sa clope à l’arrivée du bus et expire sa fumée à l’intérieur. A force de se sentir montré du doigt , chassé de partout, même des endroits qui lui étaient auparavant réservés et où il ne gênait personne, il finit par rendre l’irrespect qu’il ressent.

                                                                                  Voyez vous-même : il n’est pas possible d’écrire un article pour dénoncer une loi liberticide sans s’attirer les commentaires de militants anti-tabac qui se réjouissent d’empêcher les fumeurs de partager encore des repas dans des zones leur réservées.

                                                                                  Cette réaction dictatoriale fait bondir les fumeurs à juste titre. Si les militants anti-tabac n’avaient pas réclamé la suppression des wagons fumeurs et des espaces fumeurs dans les restaurants, le respect mutuel entre fumeurs et non fumeurs aurait été mieux servi. L’ennemi commun des fumeurs et des non fumeurs est le militant anti-tabac et ses relais politiques.


                                                                                • benevole (---.---.35.118) 30 janvier 2007 21:49

                                                                                  « Un fumeur qui va dans un restaurant non-fumeur peut toujours aller fumer sa cigarette dehors »

                                                                                  Bien sûr ! Et un non-fumeur qui irait dans un restaurant fumeurs pourrait aussi tolérer la fumée. L’important est que chacun aie le choix d’aller dans un restaurant qui lui convient.


                                                                                • Fred (---.---.155.75) 1er février 2007 08:52

                                                                                  Et donc le serveur non fumeur devrait aussi choisir l’endroit ou il travaille, c’est vrai que la France a tellement d’emplois qu’il aurait ce luxe.


                                                                                • benevole (---.---.191.122) 1er février 2007 11:20

                                                                                  La France a en tous cas le luxe de sacrifier encore un grand nombre d’emplois sur l’autel de la pureté sanitaire. Vous allez voir en janvier 2008 quand il sera interdit de fumer dans les restaurants.

                                                                                  Après 15 jours de cette interdiction en Belgique, une enquête de la radio nationale dans la ville de Mons a donné la parole aux restaurateurs. Un seul estimait n’avoir pas perdu de clientèle, tous les autres estimaient leur perte entre 30 et 60%.

                                                                                  Après 18 jours le patron d’une taverne restaurant liégeoise a fait savoir bien haut dans la presse qu’il remettait les cendriers sur les tables, ses clients le désertant pour aller dans des endroits où on pouvait encore fumer. http://www.justicesociale.net/crbst_10.html (en bas de page)


                                                                                • Fred (---.---.155.75) 1er février 2007 11:23

                                                                                  Oui et les clients sont revenus dans les autres pays ou cette loi a ete appliquee. Au meme titre que les non-fumeurs sortaient malgre le desagrement, les fumeurs feront la meme chose.


                                                                                • benevole (---.---.191.122) 1er février 2007 11:41

                                                                                  Certains y retourneront...

                                                                                  Des centaines de milliers ne mettront jamais les pieds dans un resto non fumeur, cela je peux vous le garantir et, dans la mesure où ils emmenaient aussi leur famille non-fumeur, cela fera une perte de plusieurs millions de clients.

                                                                                  Les traiteurs, ça existe. Les invitations entre amis aussi. Et certains restos feront bien de radier leur registre de commerce et d’offrir , à titre privé, le couvert à leurs ’invités" qui, bien entendu, auront à coeur de participer aux frais.

                                                                                  Vous n’étiez pas dans la résistance pendant la guerre ? Moi, non plus, je n’étais pas né. Mais j’y serai demain.


                                                                                • Fred (---.---.155.75) 1er février 2007 12:03

                                                                                  La frequentation des restaurants en Irlande est en hausse. Je ne mettrais pas forcemment ca sur le fait qu’ils soient devenus non-fumeurs mais en tout cas, il n’y a pas eu de baisse.

                                                                                  Si vous voulez protester contre cette loi en n’aillant plus dans les restaurants, libre a vous. Apres avoir vecu a San Francisco 5 ans, je peux vous dire que ca n’empechait pas les fumeurs de sortir. Ils allaient s’en cramer une tout en se degourdissant les jambes entre les plats et revenaient apres.


                                                                                • benevole (---.---.191.122) 1er février 2007 12:18

                                                                                  Et aucun n’en profitait, entre le plat et le dessert, pour filer à l’anglaise ?


                                                                                • Fred (---.---.155.75) 1er février 2007 12:22

                                                                                  Ben non. Les gens ne vont pas au restaurant pour fumer mais pour manger et boire et passer du temps avec leurs amis.


                                                                                • (---.---.17.187) 1er février 2007 12:29

                                                                                  Voila Fred à Briseur d’idole tu lui FUMES MON GARS

                                                                                  WAAAAARFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFFF

                                                                                   smiley smiley chuuuuuuuuuuuuuuuuttttttttttt !!

                                                                                  HEIN TU SAIS POURQUOI Y’A DU BON QU’ARRIVE BIENTOT

                                                                                  LACHE PAS LA RAMPE BUDDY ET DEMANDES DE L’AIDE S’IL FAUT OK ??????????

                                                                                  on est pas au bout là

                                                                                  t’arretes pas en route

                                                                                  toi non plus


                                                                                • (---.---.17.187) 1er février 2007 12:32

                                                                                  Et la j’ai la dalle mon gars

                                                                                  je fais une pause

                                                                                  paix et benefice buddy

                                                                                  5mn de repsi pour la,planete là

                                                                                  tu leur fais fermer leur bouche

                                                                                  ils me saoulent lol je vais m’en griller une ou que je veux d’ailleuurs sauf le respect D’ailleurs je soir à 119h55 j’arrete demain au 13h de france 2 si ça a fait le buzz j’arrete sinon je continue rien que pour emmerder les anti fumeurs

                                                                                  T’as vu Bordeaux lol un ch’ti gars du bout du mond eça leur ferait du bien demain à autre buddy pour ça il est au jus


                                                                                • Fred (---.---.155.75) 1er février 2007 14:16

                                                                                  euh ok, je sais pas ce tu fumes mais il n’y a pas que du tabac dedans.


                                                                                • (---.---.87.125) 29 janvier 2007 16:58

                                                                                  Dans les mines de charbon, il était interdit de fumer pour cause de risque d’explosion. Les fumeurs avaient donc pris l’habitude de chiquer. Si fumer est interdit, il faut exercer le droit à la chique, et l’installation de crachoirs dans tous les lieux publiques pour y remplacer les cendriers. Nous verrons bien la réaction.


                                                                                  • Luc DUSSART Luc DUSSART 29 janvier 2007 23:16

                                                                                    Anonyme > C’est ce que préconise le Pr Robert MOLIMARD, dans son dernier petit ouvrage ’Petit manuel de défume’ (Sides, 2007).

                                                                                    Le tabac non fumé, selon cet éminent tabacologue (il a fondé et présidé 25 ans je crois la Société Française de tabacologie avant qu’elle ne soit reprise en main par les laboratoires pharmaceutiques) serait une solution viable. Elle est largement pratiquée en Suède, mais INTERDITE à la vente ailleurs dans l’Union Européenne (y voir l’influence des lobbys cigarettiers ???).

                                                                                    Il indique dans ce livre - je répète qu’il s’agit d’un Professeur de Médecine - comment se fabriquer ses propres dosettes de tabac pour éviter de fumer... Avis aux amateurs.


                                                                                  • dancer (---.---.237.186) 29 janvier 2007 17:03

                                                                                    Mouaif... C’est vrai que cet article contient du bon et du mauvais. Le problème, c’est qu’à vouloir trop en faire, l’auteur nuit à son message. Je suis fumeur et n’ai JAMAIS eu de problème avec des non-fumeurs, pour une simple raison : le respect. J’ai conscience que le tabac pue (surtout froid, moi-même trouve ça dégeu..), alors, même quand je reçois chez moi, je ne fume pas. Quand je suis chez des amis, je ne fume pas, au bureau, je ne fume pas. Je ne me pose pas en modèle, loin s’en faut, mais sachez qu’il existe quand même des gens qui font encore un peu attention aux autres. Cette loi ne me dérange pas, mais elle me désole, parce qu’elle traduit une fois de plus le fait que nous nous « individualisons » tous, que nous perdons le respect des autres.

                                                                                    Ceci dit, les campagnes anti-tabac m’énervent un peu plus, quand même. Je suis un adulte responsable, je sais quels sont les risques quand je fume, quand je prends ma voiture... alors j’en ai marre qu’on me prenne pour un môme ! Le tabac tue ? oui, mais les produits chimiques contenus dans les moquettes, les peintures, les colles, la bouffe aussi !

                                                                                    M’enfin, avec cette loi, les fumeurs auront l’avantage d’aller faire un tour dehors de temps en temps, et seront paradoxalement plus « aérés » que les autres...


                                                                                    • Jeff de Bruges (---.---.121.100) 29 janvier 2007 17:05

                                                                                      Article interessant. Autre donnée à inscrire au crédit de l’auteur de l’article à propos des supposés couts pour l’état des maladies liées au tabac : Non seulement les fumeurs paient très largement en taxes sur le tabac le sur-risque médical qu’ils représentent par rapport à la population générale, mais il est par ailleurs acquis que leur age moyen de mortalité et de morbidité correspond en moyenne à .. l’age de la retraite !

                                                                                      En d’autres termes, les fumeurs (en moyenne, sauf exception) auront cotisé toute leur vie sur leur salaire pour une retraite qu’ils ne toucheront pas, mais dont l’argent ira à des non fumeurs , qui vivront plus vieux. Le fumeur ( surtout s’il est cadre, gagne beaucoup, et donc cotise beaucoup) est le citoyen idéal pour le régime des retraites ! Donc, oui, cessons de stigmatiser les fumeurs, y compris sur leur cout social. Le problème est ailleurs.


                                                                                      • Willmore (---.---.253.207) 29 janvier 2007 17:15

                                                                                        Ceux qui veulent en savoir un peu plus sur les rapports que les Nazis pouvaient entretenir avec les fumeurs peuvent consulter mon site http://conspiration.org , et plus précisément l’article intitulé « L’écran de fumée de la loi Bur ». Si vous êtes non-fumeur intégriste, n’y allez pas, ça va vous énerver smiley


                                                                                        • Reinette (---.---.28.195) 29 janvier 2007 17:16

                                                                                          Les Etats-Unis et la France sont les 2 pays occidentaux les plus avancés dans ce qui est la tendance politique émergente du 21è siècle : le libéral-fascisme, combinaison du néo-libéralisme et du fascisme.

                                                                                          Le libéral-fascisme consiste à accorder toujours plus de liberté aux entreprises (base du libéralisme) et toujours moins de liberté aux citoyens (base du fascisme).

                                                                                          Le libéral-fascisme revient à accorder l’impunité aux élites dirigeantes, et simultanément, à augmenter le contrôle et la répression envers les citoyens ordinaires, en leur appliquant le principe de la « tolérance zéro ». Quand le libéralisme conduit au fascisme.

                                                                                          LA LIBERTE DES ENTREPRISES CONSISTE A POUVOIR POLLUER ET SACCAGER L’ENVIRONNEMENT, à être dispensées du financement de la collectivité par le biais des allègements d’impôts et de charges sociales, et à pouvoir disposer de salariés corvéables à merci, licenciables facilement et payés le moins cher possible.

                                                                                          La « liberté » des entreprises est donc susceptible de provoquer une révolte de la population. La réduction des libertés individuelles et l’augmentation de la répression contre les citoyens sont donc le complément indispensable du supplément de liberté accordé aux entreprises.

                                                                                          Par ailleurs, les conditions économiques de plus en plus difficiles augmentent le nombre des chômeurs, des précaires, et des sans-abris. Quant à ceux qui travaillent encore, ils touchent souvent un salaire misérable, insuffisant pour subvenir à leurs besoins compte-tenu du coût du logement et des produits de base. Afin de prévenir les réactions violentes ou illégales des pauvres et des exclus, le libéralisme nécessite le renforcement de la répression et l’instauration d’un état policier.


                                                                                          • Reinette (---.---.28.195) 29 janvier 2007 17:17

                                                                                            En France, Nicolas Sarkozy, est presque en tous points aligné sur la politique de Bush et des néo-conservateurs américains : suppression des libertés au nom de la « sécurité », mépris des droits de l’homme, répression à outrance du moindre délit commis par le citoyen ordinaire, politique économique ultra-libérale, communautarisme, discrimination positive, et encouragement implicite de l’islamisme afin d’attiser ensuite la peur, la « matière première » indispensable du fascisme.


                                                                                          • Denis (---.---.14.200) 29 janvier 2007 17:33

                                                                                            C’est pas plutôt le socialisme qui conduit au fascisme ? Nazi = National socialisme non ? et les Nazis étaient fascistes, du moins il me semble ...


                                                                                          • Gazi BORAT (---.---.164.192) 29 janvier 2007 17:48

                                                                                            « Liberal fascisme ? »

                                                                                            - Votre commentaire m’inspire une comparaison : les campagnes actuelles de lutte contre le réchauffement climatique. Plutôt que de s’en prendre aux plus gros facteurs de pollution :- les industriels, la consommation débridée (a-t-on réellement besoin de changer de voitures tous les ans ?), les municipalités (a-t-on réellement besoin de tout ces éclairages publics ?) on préfère s’en prendre aux comportement des individus (avez-vous éteint votre ampoule de 75 W en quittant la pièce ?), quantitativement insignifiants en comparaison au niveau de l’impact sur ce phénomène.

                                                                                            - Il est vrai que l’on finit par se demander si cela n’aurait pas pour bénéfice de détourner l’attention (et ne pas freiner la sacro-sainte croissance) en faisant prendre à chacun l’habitude de surveiller et rappeler à l’ordre son voisin.

                                                                                            - En ce sens, je pense que, pour des motifs socialement incritiquables, de réelles et insidieuses formes de fascisme se répandent actuellement.

                                                                                            Gazi BORAT

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès