• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les dirigeants américains sont-ils les ennemis de Bachar el-Assad (...)

Les dirigeants américains sont-ils les ennemis de Bachar el-Assad ?

Le peuple syrien vient de se faire massacrer dans une relative indifférence pendant dix ans. Nous parlons de « massacres » parce qu’il y a eu plus de 380 000 morts mais aussi 6 millions d’exilés et 6 millions de déplacés à l’intérieur de la Syrie pour une population totale de 21 millions de syriens. Nous parlons d’une « relative indifférence » parce que face à ce désastre des campagnes de soutien auraient dues être menées dans tous les pays pour que des armes lourdes soient envoyées à la population afin qu’elle se défende, seule solution pour que ces massacres cessent. Pourquoi cette relative indifférence ? Parce que ce qu’il est convenu d’appeler « la gauche » au niveau international a, en fait plus qu’en paroles, soutenu le dictateur Bachar el-Assad lequel a voulu s’accrocher au pouvoir et mâter son peuple qui se révoltait. Pour être plus précis, cette gauche a cumulé le pacifisme bêlant et le soutien à un bloc anti-impérialiste. Il s’agissait, au nom du soutien à un bloc dans lequel se trouvait la Syrie, de soutenir en fait le dictateur de la Syrie.

Cette gauche issue essentiellement des anciens partis communistes jadis inféodés au pouvoir du Kremlin a déjà eu par le passé une lourde responsabilité en couvrant les massacres de Staline, de Mao, de Pol Pot. C’était toujours au nom de la lutte contre l’impérialisme que cette gauche s’était ainsi compromise en apportant sa caution aux pires horreurs. Mais, il y avait alors une petite circonstance atténuante. Les régimes de Staline, de Mao, de Pol Pot avaient exproprié le capital et ils organisaient une économie avec un mode de collectivisme plus ou moins rigide, plus ou moins critiquable mais il y avait assurément une socialisation de la production. Cela était insupportable pour les défenseurs du capitalisme qui ont toujours exprimé leur haine farouche contre ce type de fonctionnement de l’économie. Ce n’était certes pas une raison pour justifier tant d’horreurs, au nom du combat contre l’impérialisme, mais il y avait un semblant de logique à parler d’anti-impérialisme.

Pour ce que nous venons de voir pendant 10 ans en Syrie, cette « gauche » n’a même pas cette excuse. La dictature des el-Assad père et fils n’avait strictement rien à voir avec l’expropriation du capital, avec une économie un tant soit peu collectiviste. Elle n’avait aucun rapport, de ce point de vue, avec ce qui existe en ce moment en Iran ni même avec ce qui s’était mis en place avec Mossadegh.

Cette « gauche », regroupe les anciens PC et les organisations adeptes du Castro-Chavisme. En France étaient ainsi notamment concernés le PC, la FI et le PRCF. Le soutien que ces organisations apportent n’est pas toujours clairement affiché. Jean-Luc Mélenchon, par exemple, soutien surtout Vladimir Poutine qui est allié à Bachar el-Assad. Lorsqu’on l’interrogeait sur les bombardements russes ciblant délibérément les rebelles hostiles à Bachar al-Assad plutôt que les forces de Daech, il répondait simplement que c’était faux. Il s'agissait bien en fait d'un soutien à el-Assad. D’autres organisations « de gauche » comme le PS et les Verts ont apporté leur appui aux « représailles humanitaires » des américains. Nous préciserons cela par la suite.

Au nom de quels principes toutes ces organisations ont justifié cet appui au sanguinaire dictateur Bachar el-Assad ? Elles ont, comme par le passé, invoqué la nécessité de combattre l’impérialisme comme si Bachar el-Assad n’en était pas un pur représentant. Mais non ! Ils n’ont pas voulu l’entendre ainsi. Ils ont décidé que le monde est divisé en deux blocs : un bloc pro-impérialiste (les méchants) et un bloc anti-impérialiste (les gentils). Le vocabulaire employé pour désigner ces deux camps varie selon les organisations concernées et les circonstances mais on retrouve toujours cette idée de deux blocs. Dans le camp des méchants, se trouve bien évidemment en tête l’Amérique suivie par ses alliés : l’Arabie Saoudite, la France, le Royaume Uni et toutes les forces de l’OTAN ainsi bien évidemment qu’Israël. Dans le camp des gentils, on trouve tous ceux qui s’opposent dans cette région à Israël et aux USA c’est-à-dire la Syrie, la Russie, l’Iran. Je vous laisse compléter ces deux listes à votre convenance. Voici, dans quels termes le PRCF exprime cette distinction entre pro-impérialistes et anti-impérialistes :

« Dénonçons aussi (…) ceux qui ne voient pas la nécessité de tenir compte de la dynamique anti-impérialiste à laquelle les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud- peuvent objectivement contribuer en laissant des espaces d’intervention aux peuples, même si la plupart des régimes en question sont bel et bien contrôlés par la grande bourgeoisie nationale, avec toutes les inconséquences que cela comporte (le cas de la Chine doit être analysé spécifiquement). »

Le PRCF désigne bien une liste de pays qui tout en étant capitalistes (le cas de la Chine étant analysé à part) contribuent « objectivement » à la « dynamique anti-impérialiste ». Précisons que cette citation vient d’un article consacré à la Syrie et qu’il ne faut pas douter que la Syrie d’el-Assad va dans le même groupe. Dans ce même article, le PRCF nous signale que la position du PC syrien est exactement la même :

« Le rôle des communistes, des anti-impérialistes, des forces de paix est de s’appuyer sur ces contradictions pour créer un rapport de forces favorable à la lutte des peuples et c’est d’ailleurs ce que fait intelligemment le PC syrien qui, sans cesser de maintenir sa position de classe indépendante, privilégie la lutte contre l’ingérence impérialiste en Syrie et adopte une position résolument anti-impérialiste et patriotique »

Je me permets de souligner, pour ceux qui ne voudraient pas comprendre, que le PRCF approuve donc ce PC Syrien qui est particulièrement intelligent parce qu'il ne se contente pas de lutter contre le dictateur de la Syrie mais qu'il "privilégie la lutte contre l'ingérence impérialiste". La lutte entre « impérialisme » et « anti-impérialisme » l’emporte donc sur la lutte des classes. Il ne reste plus qu’à définir comment se répartissent ces deux blocs. Je signale, pour les initiés, que les authentiques trotskistes sont habitués à décrypter ce genre de discours. C’était celui de Michel Pablo dans les années 1950.

En fait, il faut distinguer deux périodes dans cette politique de la gauche. Le soutien au bloc « anti-impérialiste » est apparu surtout lorsque Poutine, les ayatollahs et le Hezbollah se sont présentés comme des soutiens à el-Assad. C’est à partir de ce moment que s’est dessiné le bloc en question avec au minimum la Syrie, la Russie et l’Iran. A aucun moment, ces organisations « de gauche » ne se sont prononcées pour que des armes lourdes soient envoyées à la population afin qu’elle organise sa défense. Le PCF, la LFI et le PRCF critiques volontiers el-Assad et parlent de l’urgence d’obtenir un cessez-le-feu et de protéger les populations civiles. Les politiciens ne sont jamais avares de discours de ce style mais, s’il est bien question de protéger les populations, il n’est jamais question de leur donner les moyens de se protéger elles-mêmes. C’est ce que j’appelle le pacifisme bêlant en référence au mouton qui bêle (il est pour la paix) quand on l’envoie à l’abattoir. Quoi de plus inutile !

Il convient donc maintenant de rappeler le point de vue opposé des marxistes lesquels sont internationalistes. Notre point de vue n’a rien à voir avec une quelconque division en blocs qui s’affrontent. Notre point de vue aujourd’hui est le même que celui des internationalistes qui en 1914 refusaient la guerre de 1914-18 entre deux blocs : la Triple-Alliance et la Triple-Entente. Nous sommes pour les jeunes, pour les travailleurs, ouvriers et paysans, pour les femmes travailleuses de Syrie, d’Amérique, d’Israël, de Palestine, d’Arabie, de Russie, d’Iran, de France, du Royaume Uni et de tous les autres pays pour qu’ils en finissent avec tous les dictateurs et avec les politiques qui dressent les peuples les uns contre autres. Il n’est bien évidemment pas question pour nous de considérer comme une entité homogène la Syrie. Cette entité regrouperait tout ensemble le dictateur et les syriens qui se révoltent. C’est pourtant bien au nom de la défense de la Syrie que toute cette « gauche » a voulu, et veut encore, défendre le dictateur. Il n’est pas davantage question pour nous de considérer comme une entité homogène l’Amérique avec ses dirigeants-guerriers qui veulent dominer le monde et les américains qui ne veulent plus de toutes ces infâmes guerres. C’est pourtant bien au nom de la prétention des dirigeants américains à vouloir dominer le monde que cette « gauche » a décidé que l’Amérique, dans son ensemble, était contre la Syrie, dans son ensemble. Dans ces conditions, les américains seraient un danger immédiat puisqu’ils seraient tous disposés à venir immédiatement envahir la Syrie avec toute leur puissance militaire. Avez-vous demandé à la femme de ménage qui nettoient des bureaux à Manhattan ce qu’elle en pense ? Avez-vous demandé à ce petit noir qui vit à Harlem ce qu’il en pense ? Sans doute que non (moi non plus d’ailleurs) ! Et pourtant, ce qu’ils pensent, l’un comme l’autre et les centaines de millions d’américains qui leur ressemblent est une donnée importante pour comprendre ce qui se passe en Syrie car, assurément, l’Amérique n’est pas un bloc monolithique. Les dirigeants guerriers de l’Amérique sont en effet contraints de tenir compte des désirs de tout ce peuple américain, de ce qu’ils sont prêts à accepter, des discours qu’ils veulent entendre de la part de leurs dirigeants et de toutes leurs attentes. Ce que nous appelons globalement l’opinion publique américaine est en effet le produit de toutes ces attentes de ces millions de personnes et, bien évidemment, l’opinion publique évolue.

Pour que l’Amérique lance, le 20 mars 2003, la grosse cavalerie de son invasion de l’Irak, il avait fallu qu’il y ait, quelques temps auparavant, les attentats du 11 septembre. Cette invasion était en effet présentée dans le cadre de la « Global War » comme une réponse aux attentats. Huit ans plus tard, quand éclate la révolution syrienne, les attentats du 11 septembre sont loin et le peuple américain est saturé du bourbier dans lequel les USA sont engagés en Irak. Obama avait promis de supprimer le camp de torture de Guantánamo mais il est toujours en place. Les photos qui montrent les exactions des américains dans la prison d’Abou Ghraib sont insupportables... Bref ! les américains ne veulent plus de cette guerre et personne ne pense une seconde à remettre ça avec la Syrie.

Quand la révolution démarre, toute la « gauche » mondiale en mal de « lutte anti-impérialiste » explique que les dirigeants des USA voudraient intervenir pour bloquer el-Assad au moment où il a choisi de mâter son peuple en pleine rébellion. Ils expliquent finalement que les USA seraient une puissance prête à voler au secours d’une révolution mise en danger par un dictateur. C’est ça la « gauche » ! C’est ça la lutte contre l’impérialisme ! Quand et où avez-vous vu les USA se mettre du côté des révolutionnaires contre des dictateurs ? Cela n’a jamais existé et cela n’existera jamais ! En Syrie comme ailleurs, en 2011 comme à n’importe quel autre moment, l’impérialisme américain a été, et sera toujours, une force contre-révolutionnaire prête à se mobiliser pour écraser des révolutions. Cette puissance contre-révolutionnaire ne peut que se réjouir de voir un dictateur faire le travail. Cela les dispense d’avoir à s’en mêler eux-mêmes. Dans la région, ils n’ont pas supporté la révolution iranienne et ils ne rêvent que de prendre leur revanche. Et voilà que cette « gauche » affirme que les américains vont agir pour déranger un dictateur qui veut écraser une révolution. C’est évidemment faux ! A aucun moment l’Amérique n'a fourni des armes aux milices populaires et à la population syrienne insurgée pour qu’elle se défende face à tous ses agresseurs.

Mais, nous l’avons dit et il faut le répéter : l’Amérique n’est pas un bloc monolithique. Il n’y a pas que les dirigeants américains. Il y a aussi le peuple américain et l’opinion publique américaine. Or, le peuple américain n’est pas prêt à entendre de la bouche de ses dirigeants le discours cynique où ils expliqueraient crûment leur politique d’éternels massacreurs de toutes les révolutions. Alors les dirigeants américains sont bien obligés d’avoir l’air secourables à l’égard des syriens. Ils veulent faire croire qu’ils désirent mener une politique « humanitaire ». Ils tiennent pour cela un discours guerrier contre Bachar el-Assad. La « gauche » avale tout cela sans broncher et se lance illico dans la défense du pauvre Bachar en lui attribuant toutes les vertus.

Et maintenant, avec le recul du temps, cette « gauche » réfléchit-elle un moment aux nuisances que les américains auraient dû, selon sa logique, apporter à Bachar el-Assad pendant ces dix années ? A-t-elle fait le décompte des pertes qu’ils lui auraient fait subir ? Qu’ils nous disent maintenant quels sont les dégâts que les américains ont infligés aux troupes de Bachar ! Combien d’avions ont-ils descendus ? Combien d’hélicoptères, de chars d’assauts, de canons, de camions, de lances missiles, de mitrailleuses lourdes ? Combien d’installations militaires ont-ils endommagées ? Lui ont-ils pris un canon, un fusil, un poignard, un canif ? Rien ! Les américains n’ont jamais dérangé Bachar el-Assad.

Voici un extrait d’un discours tenu dès décembre 2012 par Barak-Obama afin de satisfaire le peuple américain :

« Aujourd’hui, je veux dire très clairement à Assad et à ceux qui obéissent à ses ordres que le monde entier (vous) observe. Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable ». « Si vous commettez l’erreur tragique d’utiliser ces armes, il y aura des conséquences et vous en répondrez. Nous ne pouvons pas permettre que le XXIe siècle soit assombri par les pires armes du XXe siècle »

C’était la fameuse politique de la ligne rouge que Barak Obama avait solennellement interdit à Bachar el-Assad de franchir. Mais celui-ci franchit allégrement la ligne au moins le 21 août 2013 avec le massacre de la Ghouta au gaz sarin et… les américains ne réagissent pas. Bachar, son ami Thierry Meyssan, infoSyrie, Poutine et les ayatollahs donnent alors en chœur une version invraisemblable des faits incriminant les opposants au régime. Ce serait eux qui auraient réussi à faire ses bombardements sans avions et avec ce gaz dont on se demande où ils auraient pu le trouver. Quant aux militants de la belle « gauche française », pour eux c’est encore plus simple : il n’y a pas eu du tout d’attaque chimique. Tout cela n’est que de la vilaine propagande occidentale. Il reste cependant acquis pour tous dans cette affaire que les américains ont fait des discours menaçants mais qu’ils n’ont nullement dérangé Bachar el-Assad.

Mais, il fallait bien que les américains donne l’impression d’agir ne serait-ce que pour satisfaire l’opinion publique américaine. En 2015, ils tentent mollement mais à grands frais (500 millions de dollars) d’ouvrir une « guerre par proxy » (guerre par procuration). Ils ont conclu un accord avec la Turquie pour former un corps de 15 000 rebelles mais l’opération a tourné au fiasco. En juillet et septembre 2015 seulement 120 hommes sont entrés en Syrie : le premier groupe est aussitôt attaqué par un groupe affilié à Al-Qaïda qui fait plusieurs prisonniers, le second remet une partie de ses armes aux djihadistes pour obtenir un droit de passage. Les combattants de cette « Nouvelle force syrienne » désertent ou font défection et à la mi-septembre, le chef de « l'United States Central Command », reconnait que seulement « 4 ou 5 » rebelles formés et équipés par les forces américaines combattent l'État islamique sur le terrain puis ils s’évanouissent dans la nature. L’opération était simplement impossible parce qu’en Syrie se déroulait une révolution et les américains ne pouvaient pas, dans ces conditions, disposer de faux-rebelles qui resteraient à leur service. En fait les hommes qu'ils ont recrutés ont d'une façon ou d'une autre rejoint l'opposition à el-Assad.

Les forces américaines se sont alors mises totalement en retrait du terrain jusqu'à la fin du mandat de Barak Obama et d’autres acteurs internationaux en ont profité pour intervenir : les russes et les iraniens. De quoi satisfaire « la gauche ». Les anti-impérialistes entrent en action pour le grand malheur de la classe ouvrière syrienne.

Le bilan est toujours le même : aucune nuisance pour Bachar el-Assad de la part des américains.

Voyons maintenant ce qui s’est passé avec la mise en place puis la destruction de « l’Etat Islamique ». C’est simple : dans tout le processus, Bachar el-Assad et les américains ont agi en parfaite harmonie.

Les États-Unis, ont soutenu, financé et armé des djihadistes, y compris les plus réactionnaires. L’Arabie saoudite, les Émirats et la Turquie ont fait de même avec la collaboration des services secrets occidentaux. Tandis que Bachar lui-même a apporté sa contribution en libérant de ses geôles les djihadistes qu’il avait emprisonnés. Mais, la créature monstrueuse a échappé à ses créateurs, et Daesh a déstabilisé toute la région, allant même, jusqu’à prendre certaines zones pétrolières et à écouler son pétrole sur le marché mondial ce qui, à l’évidence, nécessitait bien des complicités. Les dirigeants occidentaux, qui avaient largement contribué à mettre à pied d’œuvre tous des djihadistes ont alors fait feu de tout bois pour éliminer « l’Etat Islamique ». Dans l’Ouest de la Syrie (comme Damas et Alep) les troupes au sol de Bachar avec les mercenaires russes étaient appuyés par l’aviation russe tandis que dans la partie Est de la Syrie (comme Raqqa) les milices kurdes au sol étaient appuyées par l’aviation américaine (les forces de la coalition). Ces bombardements aériens ont souvent fait plus de morts chez les civils que chez les djihadistes. Les chiffres avancés à ce sujet sont extrêmement fluctuants. Signalons seulement que Airwars (un collectif de journalistes) estime à entre 7 500 et 12 077 le nombre de civils tués par les frappes aériennes de la coalition (essentiellement les américains), de septembre 2014 à mars 2019, en Irak et en Syrie. Il est admis que ce sont les frappes sur Mossoul (Irak) et Raqqa (Lybie) en 2017 qui ont été les plus meurtrières. Les américains ont ainsi fait d’énormes dégâts matériels. Notamment la ville de Raqqa (6ème ville de Syrie) a été détruite. Quand les bombardements des américains ont commencé, le ministre de la Réconciliation nationale du régime syrien, Ali Haidar, a déclaré que selon lui les attaques des Etats-Unis allaient dans le bon sens.

 « En ce qui concerne les attaques en Syrie, je pense que ce qui s’est passé jusqu’à présent est un processus qui va dans la bonne direction, puisque le gouvernement syrien en est informé et qu’elles ne visent pas les installations militaires syriennes ni les civils. » (voir Internacional europa press) Il a également confirmé « que le gouvernement syrien avait été mis au courant et qu’il avait été assuré que les installations militaires syriennes ne seraient pas attaquées, ni les cibles civiles ».

Il s’agit bien, purement et simplement, d’une collaboration meurtrière entre el-Assad et les américains dont la population civile a fait les frais au moins autant que les djihadistes qu’ils avaient mis en place ensemble auparavant.

Pour finir de décrire les actions des américains en Syrie, voyons ce qu’ont été les « représailles humanitaires ». Les 13 et 14 avril 2018, l’impérialisme américain a lancé des attaques aériennes avec la participation de la France et du Royaume-Uni en expliquant qu’il fallait riposter parce que l’état syrien avait à nouveau utilisé des armes chimiques. Un an plus tôt il y avait eu le massacre de Khan Cheikhoun, le 4 avril 2017, mais il était alors question à ce moment, de punir une présumée attaque chimique à Douma le 7 avril. En France les socialistes et EELV étaient favorables à cette intervention militaire. Ces attaques américaines n’ont pas endommagé les installations militaires du régime de Damas. Ce n’était pas leur but. Trump avait lui-même déclaré : « Notre objectif est de parvenir à une forte dissuasion ». Il s’agissait, là aussi pour l’essentiel, de satisfaire l’opinion publique américaine en apparaissant, avec des visées humanitaires, dans une sorte de baroud d’honneur donnant l’impression que les forces américaines jouaient encore un rôle sur la région alors que, en fait, c’était déjà la Russie de Poutine qui occupait l’espace.

Voyons maintenant ce bilan d’après un article du Monde.

« Les frappes n’ont fait « aucune victime » civile ou militaire, selon Moscou. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a confirmé que les cibles étaient « complètement vides », leurs personnels ayant été évacués « il y a plus de trois jours ». Selon les capitales occidentales, les bombardements ont visé trois sites liés au programme d’armement chimique syrien »

Autrement dit, les frappes n’ont rien endommagé puisque le programme d’armement chimique syrien était censé être stoppé. Là encore, à l’évidence, les américains n’ont nullement dérangé le régime de Damas.

Revenons maintenant aux discours invraisemblables de cette « gauche » qui explique que les 388 000 morts de Syrie seraient les victimes des américains qui se sont attaqués à el-Assad lequel a fait son possible pour protéger sa population.

Dans leur version des faits, il n’est question que de coups fourrés ourdis en coulisses dans des officines étrangères : ce seraient des agents étrangers infiltrés qui auraient tiré sur les enfants à Deraa, les manifestants auraient été rémunérés par des puissances étrangères... Ce genre d’explication, qui relève du roman d’espionnage, est somme toute assez classique. Cela revient souvent et toujours de la part de ceux qui soutiennent un régime contre un peuple qui le conteste. Cette désinformation, est relayée au niveau international, notamment en France avec le site web infoSyrie et tous les sites rouge-bruns de la mouvance d’Alain Soral tel que le Réseau Voltaire créé par Thierry Meyssan, l’ami français de Bachar el-Assad. Dans la même veine, on trouve aussi des articles sur le site belge : « Le Vilain Petit Canard ». Les services de propagande d’el-Assad trouvent des agents dans chaque pays. En France, ils savent jouer sur la méfiance de la population à l’égard des médias de masse. Ceux-ci-sont en effet dans les mains de quelques milliardaires et ils mènent une propagande pour le gouvernement de Macron et pour l’Union Européenne. Les agents d’el-Assad profitent de ce rejet des informations officielles par une grande masse de la population pour nier tous les faits qui accablent le régime de Damas. Ils installent ainsi un récit falsificateur qui prétend « rétablir la vérité ». Cette inversion des réalités vise à réécrire le conflit syrien en faisant d’el-Assad une victime, voire même un sauveur, mais jamais un coupable et surtout pas un dictateur.

Je ne trouve nulle part un exposé cohérent des faits de la part de cette « gauche » qui parle parfois d’un putsch des américains, en d’autres endroits d’agents infiltrés ou d’un possible coup d’état… Je ne comprends pas, dans leurs explications, comment une action américaine aurait pu aboutir à cette escalade de la montée en puissance de la mobilisation populaire et de la répression.

Je donne donc en annexe un extrait d’une chronologie du début des évènements. Elle démarre le 15 mars 2011 quand les manifestants ne se comptaient que par dizaines et je l’arrête au mois de juillet quand el-Assad commence à utiliser les hélicoptères pour lancer des bombes sur les quartiers occupés par l’opposition. L’auteur de cette chronologie est une journaliste qui s’appelle Catherine Gouëset avec laquelle je n’ai pas d’affinités particulières. Elle a écrit un livre « La Syrie, terre de mission des conspirationnistes » que je n’ai pas lu. Je pense seulement qu’elle a fait ici un travail de journaliste en essayant de nous livrer une énumération des faits.

Cette chronologie est cohérente parce que la vérité est toujours cohérente. Celui qui s’en tient aux faits ne peut jamais être pris en défaut de cohérence. Ceux qui contestent ces faits en criant haut et fort que ce n’est que de la propagande occidentale sont incapables de nous fournir leur chronologie cohérente. Je n’en ai jamais vu.

Les grands silences sont une autre caractéristique des versions de la « gauche » crypto-stalinienne et Castro-chaviste car, pour éviter les incohérences, ils préfèrent se taire. Nous ne trouvons donc pas chez eux une version de la chronologie des faits qui rendraient les américains et leurs alliés seuls responsables du désastre Syrien. De plus, si nous leur demandons quelle différence fondamentale il y aurait, selon eux, entre ce qui s’est passé d’une part en Tunisie et en Egypte et d’autre part en Syrie, ils ne répondent pas. En général, ils admettent en effet qu’il y a eu des mouvements révolutionnaires en Tunisie et en Egypte mais pas en Syrie. Pourquoi ? La question restera sans réponse.

Je vais pour ma part rappeler ce qui s’est passé en 2011 en mettant en perspective ces trois révolutions. La révolution syrienne s’inscrit dans le mouvement que la presse a appelé « le printemps arabe ». Ce mouvement embrase sous diverses formes tous les « pays arabes » de la Mauritanie à la Turquie et à l’Irak avec des foyers plus importants en Tunisie, en Egypte, en Lybie, au Yémen et à Bahreïn. Quand le mouvement éclate en mars 2011, deux dictateurs sont déjà tombés : Ben Ali a quitté le pouvoir le 14 janvier 2011 et Moubarak le 11 février 2011. Ainsi, après les dictateurs de Tunisie et d’Egypte, il semble bien que le tour du dictateur de Syrie soit arrivé. C’est ce qu’un enfant écrit sur un mur à Deraa… Que le régime de Damas soit une dictature, il faut une bonne dose de mauvaise foi pour en douter. Citons à ce sujet quelques passages de la page de la Wikipédia intitulée Politique en Syrie :

« La Syrie n'a plus connu d’élection démocratique depuis 1961 (…) Depuis 1963, la République arabe syrienne est gouvernée par le Parti Baas arrivé au pouvoir par un coup d'État (…) il était inscrit dans la Constitution que le pays ne pouvait être gouverné que par le parti Baas. À la mort du président Hafez el-Assad en 2000, son fils Bachar el-Assad prend le titre de président. »

Ajoutons que bien des syriens avaient espéré que l’arrivée de Bachar qui succédait à son père, comme dans une monarchie allait, malgré tout, amener des améliorations. C’est dans l’enthousiasme général qu’il a pris ses fonctions comme le montre cette vidéo dont le titre en arabe peut se traduire par : « Manifestation dans la capitale syrienne, Damas, en soutien à Assad ». Ce jeune président (il a 46 ans) s’affiche comme un homme moderne, éduqué (il a fait des études d’ophtalmologie). Il est accompagné d’une jeune épouse charmante qui semble, elle aussi, ouverte au changement. Les syriens espéraient notamment une levée de l’état d’urgence en vigueur depuis 1963. Mais, rien ne change. Un éphémère « printemps de Damas » dans les années 2000 exprime la déception des syriens. L’intensité de la révolte sera à la mesure de la déception elle-même d’autant plus forte que l’espoir était grand. Quelques années plus tard les révolutions de Tunisie et d’Egypte sont un encouragement supplémentaire à la révolte.

La chronologie de Catherine Gouëset rend compte de la montée en puissance de la révolution. Les manifestants ne se comptaient que par dizaines le 15 mars 2011. Il ne s’agissait alors que de quelques syriens qui voulaient faire comme en Tunisie et en Egypte. Mais trois jours plus tard, quatre manifestants sont tués. Les manifestants se comptent alors par centaines mais à la fin du mois on compte une trentaine de mort. Au début du mois d’avril, dans les manifestations qui se déroulent le vendredi à la sortie de la mosquée, les manifestants se comptent maintenant par milliers. Un mois après le début du mouvement on compte une centaine de mort. Des chars sont maintenant envoyés contre les manifestants. A la fin du mois, les manifestants se comptent par dizaines de milliers.

C’est donc, quoi qu’en dise toute cette « gauche » une révolution qui démarre en Syrie avec une escalade dans la mobilisation du peuple et dans la répression lancée par el-Assad. A chaque montée en puissance de la mobilisation, el-Assad répond par des répressions plus violentes et plus massives. L’escalade continue ainsi. Les manifestants se comptent en centaines de milliers au mois de juillet et à chaque nouvelle étape, les atrocités de la répression font toujours monter davantage la colère de la population. J’ai au sujet de cette répression d’autres informations glanées simplement sur internet avec un moteur de recherche :

Avec la même technique j’ai aussi des informations sur la contribution d’el-Assad pour mettre en place les « terroristes djihadistes » qui lui seront si utile d’abord pour justifier la répression puis comme force guerrière lancée contre une population avide de liberté, de laïcité, de tolérance…

Ah ! Il va falloir que la « gauche » qui ne veut voir dans tout cela que de l’infâme propagande occidentale travaille beaucoup pour contester toutes ces sources diverses et variées qui s’opposent à ces supposés sanctuaires de la vérité que seraient Radio-el-Assad, BacharTV, infoSyrie et Réseau Voltaire. Et cette « gauche », qui va jusqu’à contester qu’il y ait eu des attaques chimiques, je ne lui proposerai aucun article sur le sujet mais seulement des photos et des films. Iront-ils expliquer que la photo jointe à l’article est le résultat du travail d’un metteur en scène qui a demandé à des enfants… Si vous voulez d’autres photos, faites simplement comme moi. Avec un moteur de recherche vous pourrez voir toutes celles-là. Et, si vous osez regarder la vérité en face, je vous invite à visualiser ce film intitulé « The Cave ». En voici un résumé glané sur internet

« En Syrie, dans la Ghouta assiégée, qui a subi la pire des attaques chimiques enregistrée ces 25 dernières années, les habitants ont construit un hôpital de fortune dans les entrailles de la Terre, qui ressemble à une gigantesque caverne. Alors que le conflit fait rage, la pédiatre Amani Ballour tente de faire son travail, face à des malades qui refusent parfois d’être soignés par une femme. Avant tout, il faut sauver des vies, réconforter, trouver des médicaments, nourrir le personnel et les malades. »

Regardez ces enfants encore vivants qui ont été intoxiqués par du gaz sarin et vous aurez le droit, quand vous serez allés jusqu’au bout, d’écrire dans des commentaires (comme certains l’ont fait avec mon article précédent) qu’il n’y a jamais eu d’attaques chimiques en Syrie, que tout cela n’est que de l’infâme propagande occidentale.

Je ne peux guère faire plus dans la clarification et le rétablissement de la vérité.

Quand on a balayé toutes les idéologies et tous les discours des divers politiciens, quand on a mis les faits à nu, alors une évidence apparait : les américains n’ont jamais réellement combattu les troupes armées du régime de Damas et ils leur sont même venus en aide. Mais, surtout, les Etats Unis et toutes les autres puissances mondiales ont refusé de remettre des armes lourdes à l’opposition syrienne pour qu’elle se défende. Ils ont laissé Bachar les massacrer avec l’appui de l’aviation de Poutine et de ses mercenaires. La population syrienne a aussi été victime de l’Etat Islamique. Sans armes, ils se sont faits massacrer de toutes parts. Plus que cela, les américains, principale force de la coalition, ont collaboré avec Bachar el-Assad pour bombarder les villes comme Raqqa en faisant plus de victimes chez les civils que chez les djihadistes. Tous les discours anti-Assad de Barak Obama puis de Donald Trump avaient pour but essentiel de paraître protecteurs et secourables à l’égard des victimes de la répression. C’était essentiellement une question de politique intérieure des USA qui les préoccupait. Ils se souciaient avant tout de l’opinion publique américaine surtout en période électorale. Mais, pour ce qui est de leur véritable action en Syrie, ils ont agi en bon contre-révolutionnaires en aidant, dans les faits, Bachar el-Assad.

Quel est le bilan de la « bonne gauche » qui vient des anciens PC ? Cette « gauche » qui par le passé a plus ou moins couvert les abominations de Staline, de Mao et de Pol Pot. Le bilan est lourd, très lourd. Il est dans la lignée de ce qu’ils ont fait précédemment et je n’ai pas l’intention d’attendre des décennies pour le dénoncer.

Le peuple syrien vient de se faire massacrer pendant dix ans dans une relative indifférence parce que ceux qui avait le devoir de défendre les syriens, les organisations du mouvement ouvrier, ont en fait soutenu le massacreur comme ils avaient jadis soutenu Staline, Mao, Pol Pot.

Plus de 380 000 morts. 6 millions d’exilés. 6 millions de déplacés internes

Honte à ceux qui ont soutenu le dictateur, le massacreur de son peuple !

 

 

Chronologie des événements

15 mars 2011 : Inspirés par les exemples tunisien et égyptien, quelques dizaines de Syriens manifestent, le 15 mars, à Alep, Hassakah, Deraa, Deir Ezzor, Hama et Damas. A Deraa, des enfants d'une dizaine d'années qui avaient inscrit des slogans hostiles au gouvernement sur les murs de la ville sont arrêtés quelques jours plus tôt. Leurs parents venus réclamer de leurs nouvelles sont brutalisés. Le 18, les habitants descendent dans la rue de plusieurs villes dont Deraa où 4 manifestants sont tués par les forces de l'ordre. Les manifestations s'étendent. Le 30 mars, alors que l'on compte une trentaine de morts, le président Bachar el-Assad, dénonce une "conspiration". Le régime et la famille El-Assad, qui a fait main basse sur le pays, veulent garder le contrôle du pays.

8 avril 2011 : le vendredi, jour férié en Syrie devient jour de manifestation, après la prière hebdomadaire : c'est le seul rassemblement public à ne pas tomber sous le coup de la loi sur l'état d'urgence. Les forces de l'ordre tirent sur les protestataires à Deraa, tuant 17 personnes. Le 10, le régime envoie pour la première fois des chars contre les manifestants à Baniyas, sur la côte. Un mois après le début de la contestation, la répression a fait une centaine de morts.

21 avril 2011 : Bachar el-Assad lève l'Etat d'urgence en vigueur depuis 1963 et annonce l'autorisation des manifestations pacifiques. Le lendemain, les forces de l'ordre tirent sur les dizaines de milliers de Syriens qui sont descendus dans la rue, tuant 40 personnes. Le 25, Deraa est assiégée et pilonnée. L'armée intervient aussi à Homs, à Al Rastan dans le centre du pays puis, en mai, à Hama, Jisr el-Choghour, Idleb. .. Tout en envoyant l'armée dans plusieurs villes du pays, le président syrien multiplie les promesses d'ouvrir "un dialogue national".

21 mai 2011 : le corps de Hamzah el-Khatib, 13 ans, est rendu à sa famille mutilé. Il devient le symbole de la brutalité de la répression du régime contre la révolte des civils. Après deux mois de manifestations pacifiques, 800 civils ont été tués. L'Union européenne impose des sanctions à Bachar el-Assad et à une vingtaine d'autres dignitaires du régime, dont son frère Maher, qui commande la quatrième division mécanisée, aux avant-postes de la répression.

10 juin 2011 : les troupes syriennes interviennent à Jisr el-Chogour dans le nord-ouest du pays, où une partie de l'armée s'est ralliée aux manifestants. Des centaines d'habitants fuient en direction de la Turquie voisine. C'est le début d'une vague de réfugiés qui va s'accélérer progressivement : Ils seront 35 000 dans la région en mars 2012, 700 000 en janvier 2013.

22 juillet 2011 : les manifestations sont toujours plus massives. L'opposition revendique 1,2 millions de manifestants à Deir Ezzor et à Hama. Le 31, à la veille du ramadan, l'armée donne l'assaut sur Hama. Plus d'une centaine de civils sont tués selon l'opposition. Cette brutale répression amène des dizaines de soldats à faire défection. Des officiers déserteurs créent l'Armée syrienne libre (ASL) qui grossit à mesure que de nouveaux militaires quittent l'armée.

7 août 2011 : le président syrien est lâché par trois pays du Golfe, l'Arabie saoudite, Bahreïn et le Koweït qui rappellent leurs ambassadeurs.

2 octobre 2011 : plusieurs opposants, réunis à Istanbul, forment le "Conseil National Syrien" qui inclut des islamistes, des libéraux, des nationalistes, ainsi que des partis kurdes et assyriens. Le 5 octobre, alors que la répression sanglante des manifestations a fait plus de 2700 morts depuis la mi-mars, la Chine et la Russie opposent leur veto à l'ONU à un projet de résolution condamnant la répression et menaçant Damas de "mesures ciblées".

16 octobre 2011 : première attaque commando de l'Armée syrienne libre contre un centre des services secrets syriens près de Damas.

2 novembre 2011 : la Syrie accepte le "plan de paix" de la Ligue Arabe qui prévoit le retrait de l'armée, la libération des prisonniers, l'envoi d'observateurs arabes et des négociations avec l'opposition. Dans les six jours qui suivent, 70 personnes sont tuées par le régime. Le 12, la Ligue arabe, suspend la Syrie de l'organisation et appelle au retrait des ambassadeurs arabes. Le 16, c'est le tour de la France. Le 22, après le roi Abdallah II de Jordanie, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan appelle au départ du président syrien "pour le salut de (son) peuple, de (son) pays et de la région".

22 décembre 2011 : les observateurs de la Ligue arabe arrivent en Syrie, après deux journées sanglantes qui ont causé la mort de 250 personnes. Le bilan des violences depuis le mois de mars a dépassé les 5000 morts, selon l'ONU. Le 23, des attentats à la voiture piégée contre des bâtiments des services de sécurité tuent une quarantaine de personnes selon Damas. Les autorités incriminent Al Qaïda, l'opposition accuse l'Etat.

11 janvier 2012 : le journaliste français Gilles Jacquier est tué dans la ville de Homs assiégée où il se trouvait en reportage. Le mois suivant, ce sera le tour du français Rémi Ochlik des Américains Marie Colvin et Anthony Shadid. Les journalistes étrangers mais plus encore les Syriens paient un lourd tribut dans le cadre de ce conflit.

24 janvier 2012 : après le départ, le 11, de l'un des membres de la mission d'observation qui accuse le régime de "mises en scène" et de commettre des "crimes en série", tous les autres observateurs se retirent du pays et le 28, la Ligue arabe suspend sa mission.

3 février 2012 : plus de 200 civils sont tués en une seule nuit lors de bombardements massifs de la Ville de Homs qui est brutalement pilonnée par le régime depuis la fin décembre 2011. Ce qui n'empêche pas, le lendemain, la Russie et la Chine d''opposer une nouvelle fois leur veto à un projet de résolution condamnant la répression.

27 mars 2012 : nommé émissaire de l'ONU pour la Syrie, Kofi Annan annonce que Damas a accepté son plan de paix qui a obtenu l'aval de la Russie et la Chine. Il prévoit l'arrêt immédiat de toute forme de violence armée, le retrait des forces syriennes des centres de population, le renoncement aux armes lourdes, et la libération des prisonniers détenus arbitrairement. Un an après le début de la contestation, le bilan est lourd : plus de 8000 morts, 200 000 déplacés à l'intérieur du pays, 30 000 réfugiés.

12 avril 2012 : un cessez-le-feu entre en application. Une résolution de l'ONU prévoit l'envoi d'observateurs qui arrivent en Syrie le 15. Mais pas plus que les précédentes, la promesse d'accalmie n'est pas tenue, alors que depuis le début de la révolte, on atteint le bilan de 10 000 morts.

25 mai 2012 : plus d'une centaine de civils, dont de nombreux enfants sont massacrés dans le village de Houla. Une dizaine de jours plus tard, un nouveau massacre a lieu à Al Kubeir, dans la même région. Les Chabihas, milices du régime sont mises en cause par l'opposition. "Le régime ne contrôle plus ses supplétifs", explique à l'Express Thomas Pierret, spécialiste de la Syrie, qui craint "une dynamique de divisions confessionnelle à la libanaise" dans cette région de la Syrie. Après le massacre de Houla, plusieurs pays occidentaux dont la France expulsent les ambassadeurs syriens.

12 juin 2012 : un rapport de l'ONU accuse Damas de tortures et d'exécutions sommaires d'enfants et révèle que les soldats syriens les utilisent comme "boucliers humains".

16 juin 2012 : les observateurs de l'ONU suspendent leur mission. Homs est à nouveau pilonnée massivement. En 15 mois, le conflit a fait plus de 15 000 morts.

22 juin 2012 : un avion de chasse turc est abattu au-dessus de la frontière avec la Syrie.

3 juillet 2012 : Manas Tlass, général de la Garde républicaine syrienne et ami d'enfance de Bachar al-Assad, fait défection. Il est accueilli en France. Les désertions sont toujours plus fréquentes et la résistance armée se renforce, ce qui conduit Bachar el-Assad à parler de "situation de guerre". De fait, son régime ne contrôle plus entièrement le territoire de la Syrie : Dès que l'armée se retire d'une ville où elle est intervenue, les manifestations reprennent et les combattants de l'Armée Syrienne Libre réoccupent le terrain. Elle a perdu le contrôle de l'espace rural qui entoure les centres urbains. De nombreuses villes, et plusieurs grandes agglomérations échappent à son emprise.

15 juillet 2012 : l'Armée Syrienne Libre lance la "bataille pour la libération" de Damas. Pour la première fois des hélicoptères de l'armée sont utilisés pour bombarder les quartiers rebelles. Le 20, ils lancent la bataille d'Alep, capitale économique du pays. Le régime est affaibli par ces offensives, mais "le régime syrien a encore les moyens de prolonger son agonie", explique à L'Express le politologue Ziad Majed, spécialiste de la Syrie.



Moyenne des avis sur cet article :  1.45/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

241 réactions à cet article    


  • @Jean Dugenêt

    Lol, dur dur la vie de propagandiste faux nez de communiste...

    J’ai presque pitié. Juste « presque », hein, pas exagérer non plus smiley


  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 14:33

    @Philippe Huysmans, Complotologue
    Bonjour,
    Je m’attends à plus que ça de votre part.
    Précisons !
    Je ne m’attends pas à ce que vous argumentiez pour expliquer que je suis un « propagandiste ». Je m’attends par contre à un peu de verbe et de verve pour expliquer que la vérité n’existe pas et qu’il est donc impossible de différencier propagande et vérité, la propagande des uns étant la vérité des autres et vice-versa... Ou tout ce que vous voulez...


  • @Jean Dugenêt

    Pas nécessaire d’argumenter, et sur quoi d’ailleurs ? Désormais la Syrie est protégée par la Russie qui n’a pas pour habitude de laisser tomber ses alliés, donc vous pouvez sauter à pieds joints en agitant vos petits bras poilus, vous rouler par terre ou retenir votre respiration jusqu’à ce que Poutine livre Assad à la CIA (ma préférée), ça ne change rien à la réalité du monde smiley


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 11 mai 14:51

    @Jean Dugenêt
     
     ’’ la propagande des uns étant la vérité des autres et vice-versa’
     
     Il en est de même des paires de mots tels que : terroristes et résistants ; complotistes et normopathes.
     


  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 15:17

    @Philippe Huysmans, Complotologue
    « donc vous pouvez sauter à pieds joints en agitant vos petits bras poilus, vous rouler par terre ou retenir votre respiration »
    Voilà ce que j’attendais : du verbe, de la verve, bref ! de la littérature.
    Pour le reste voici la phrase de votre argumentaire :

    « Désormais la Syrie est protégée par la Russie qui n’a pas pour habitude de laisser tomber ses alliés »

    Elle confirme toute mon analyse. Il y a d’une part amalgame dans chaque pays entre exploités et exploiteurs, dirigeants et population et d’autre part constitution de « blocs ». Ici la Russie et la Syrie sont ensemble dans le bon bloc (anti-mpérialiste) contre les méchants. Je ne vais pas reprendre tout ce que j’ai expliqué mais cela vous amène à apprécier la collaboration Poutine/Assad. Pour ma part, je ne sais pas lequel des deux est le plus détestable... quoique Assad a bien massacré en Syrie. A ce niveau, il bat Poutine. Mais jusqu’au Poutine serait-il capable d’aller si une révolution se mettait en branle en Russie ?


  • @Jean Dugenêt

    Vous êtes pathétique, on peut pas dire autrement, désolé. J’ai déjà vu des propagandistes dogmatiques, mais dans le genre plat de spaghettis vous pourriez être une référence. Le problème, voyez-vous, c’est qu’on vous entend venir à 100m, avec vos gros sabots atlantistes.

    J’ai pas mal écrit sur l’agression de la Syrie sous la houlette des amères-loques, aujourd’hui, cela ne m’intéresse plus parce qu’il ne s’y passe plus rien, et c’est très bien ainsi.

    Les forces impérialistes ont été mises en échec en Syrie, et c’est définitif, il va falloir vous y faire.

    Il n’y a pas « des blocs », ça c’est une légende entretenue pour justifier l’existence de l’OTAN qui aurait du être démantelé en 1990. Non, il y a UN bloc, et en face quelques pays qui refusent de danser sur l’air qu’on leur chante, comme la Chine ou la Russie.

    Et comme ils ont la bombe, vos petits copains ne peuvent pas régler le problème à la manière « guerre de Corée » en carbonisant 20% de la population au napalm.

    smiley


  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 16:08

    @Philippe Huysmans, Complotologue
    "Il n’y a pas « des blocs », ça c’est une légende entretenue pour justifier l’existence de l’OTAN qui aurait du être démantelé en 1990. Non, il y a UN bloc, et en face quelques pays qui refusent de danser sur l’air qu’on leur chante, comme la Chine ou la Russie.« 

    Beaucoup de phrase et de verbe pour faire des reformulations qui sont présentées comme des antithèses. Il n’y a pas  »des blocs« dîtes vous et aussitôt vous en dessinez deux : »le bloc« c’est à dire celui des américains avec leurs alliés et l’autre avec la Chine et la Russie. Autant ne rien dire.

    Et, tout en soutenant des grands démocrates (! !!) comme Poutine vous laissez encore entendre que je suis dans l’autre bloc. Quand on n’est pas dans l’un pour vous c’est qu’on est dans l’autre. Sauf que vous refusez le point de vue marxiste que je ne vais pas rappeler encore une fois.

    Je serai donc avec les dirigeants américains. Je rappelle à ce sujet ce que j’ai écrit dans l’article :

     »Les régimes de Staline, de Mao, de Pol Pot avaient exproprié le capital et ils organisaient une économie avec un mode de collectivisme plus ou moins rigide, plus ou moins critiquable mais il y avait assurément une socialisation de la production. Cela était insupportable pour les défenseurs du capitalisme qui ont toujours exprimé leur haine farouche contre ce type de fonctionnement de l’économie."

    " Obama avait promis de supprimer le camp de torture de Guantánamo mais il est toujours en place. Les photos qui montrent les exactions des américains dans la prison d’Abou Ghraib sont insupportables...

    « 

     »Ils expliquent finalement que les USA seraient une puissance prête à voler au secours d’une révolution mise en danger par un dictateur. C’est ça la « gauche » ! C’est ça la lutte contre l’impérialisme ! Quand et où avez-vous vu les USA se mettre du côté des révolutionnaires contre des dictateurs ? Cela n’a jamais existé et cela n’existera jamais ! En Syrie comme ailleurs, en 2011 comme à n’importe quel autre moment, l’impérialisme américain a été, et sera toujours, une force contre-révolutionnaire prête à se mobiliser pour écraser des révolutions. Cette puissance contre-révolutionnaire ne peut que se réjouir de voir un dictateur faire le travail. Cela les dispense d’avoir à s’en mêler eux-mêmes. Dans la région, ils n’ont pas supporté la révolution iranienne et ils ne rêvent que de prendre leur revanche. Et voilà que cette « gauche » affirme que les américains vont agir pour déranger un dictateur qui veut écraser une révolution. C’est évidemment faux ! A aucun moment l’Amérique n’a fourni des armes aux milices populaires et à la population syrienne insurgée pour qu’elle se défende face à tous ses agresseurs."

    Est-ce cela la propagande envers les américains ?

    Prenez si vous le voulez le problème dans l’autre sens. C’est le titre de l’article : Les dirigeants américains sont ils les ennemis d’Assad ? et la conclusion de l’article c’est : non !

    Faut-il que je recopie la conclusion ?


  • nono le simplet nono le simplet 16 mai 10:52

    @velosolex
    salut à toi !
    depuis toutes années je reste sidéré que Poutine et surtout le boucher El Assad soient présentés par certains comme de gentils démocrates par simple anti-américanisme primaire ... et si on n’est pas d’accord on devient des suppôts de l’oncle Sam ...
    et à Gaza à peine vaccinés ils recommencent à se foutre sur la gueule ... le monde d’après épidémie risque fort d’être encore pire ...
    ha si ! c’est possible que l’épidémie et le Brexit aient rapprochés les irlandais du nord et du sud ... peut être pas jusqu’à l’unification mais un grand mieux ... le Bloody Sunday semble loin ...


  • Attila Attila 16 mai 12:58

    Récapitulons :
    — Nous avons des documents officiels du Département Américain à la Défense, déclassifiés et publiés : « la possibilité existe d’établir de façon officielle ou pas une principauté salafiste dans l’est de la Syrie (Hasaka et Der Zor) , et c’est exactement ce que veulent les pouvoirs qui appuient l’opposition, de façon à isoler le régime syrien…  »
    Nous avons un témoignage d’un général américain qui atteste avoir lu en 2001 au Pentagone un document du Secrétariat Américain à la Défense prévoyant d’envahir 7 pays du Moyen-Orient, dont la Syrie et l’Iran.
    — Nous avons le témoignage de l’ancien Ministre des Affaires Étrangères Roland Dumas, deux ans avant la guerre en Syrie, où des hauts responsables anglais lui font part d’un projet anglais d’attaque de la Syrie.
    Nous avons donc deux sources américaines et une source anglaise, toutes de très haut niveau, qui font état de projets, antérieurs aux événements, d’attaque de la Syrie .
    Le doute n’est plus permis, l’accusation de « dictateur » et l’exploitation de la contestation politique ne sont que des mensonges pour mettre en œuvre le projet de destruction de la Syrie.

    .


  • samy Levrai samy Levrai 11 mai 10:40

    Tu te fais complice de la propagande américaine pour ses changements de regime.

    Honte à toi.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 10:58

      @samy Levrai

      "Tu te fais complice de la propagande américaine pour ses changements de regime.

      Honte à toi."

      Tu claironnes...


    • samy Levrai samy Levrai 11 mai 13:32

      @Jean Dugenêt
      pas plus que la dernière phrase de ton texte...


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 14:27

      @samy Levrai
      "pas plus que la dernière phrase de ton texte...

      "
      La dernière phrase de mon texte est précédée par mon texte.


    • samy Levrai samy Levrai 11 mai 19:22

      @Jean Dugenêt
      Je trouve hallucinant que tu fasses de la retape pour l’Empire et que tu prennes le camps des takfiristes.



    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 mai 11:03

      « face à ce désastre des campagnes de soutien auraient dues être menées dans tous les pays pour que des armes lourdes soient envoyées à la population afin qu’elle se défende »


      ben tiens !

      t’as vu ça d’ta f’nêtre ?



      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 11:40

        @Séraphin Lampion
        Bonjour,
        Oui, il faut bien lire que cela aurait dû être le thème des campagnes de soutien... Évidemment, ensuite il faut manier la dialectique, nous savons très bien qu’aucun dirigeant d’un pays capitaliste, quel qu’il soit, n’accepterait d’armer une révolution. Mais nous étions en plein « printemps arabe » et tous les peuples de la Mauritanie à l’Irak regardaient la Syrie. Les égyptiens et les tunisiens venaient de virer leur dictateur...


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 mai 13:46

        @Jean Dugenêt

        « Les égyptiens et les tunisiens venaient de virer leur dictateur... »

        quand on voit la suite et le résultat, on peut penser que les Tunisiens et les Egyptiens on été bia=en aidés par la CIA. Pour ce qui est de Kadhafi et Sadam Hussein, c’est le Pentagone qui s’en est chargé directemetn. Manquerait plus qu’on puisse payer le pétrole autrement qu’en dollars.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 14:25

        @Séraphin Lampion
        « quand on voit la suite et le résultat, on peut penser que les Tunisiens et les Egyptiens on été bia=en aidés par la CIA »

        Vous ne nous avez pas habitué à ce niveau-là... Ce n’est pas ce qui advint ensuite qui permet d’affirmer quoi que ce soit à propos de ce qui s’est passé avant... Mais si le seul argument est « on peut penser... » alors oui ! Tout le monde peut penser et inventer tout ce qui lui passe par la tête.


      • Captain Marlo Captain Marlo 12 mai 09:52

        @Jean Dugenêt

        Quelle dialectique ? Hollande a fournit des armes « aux pseudos rebelles » ! Pas aux citoyens syriens qui se battaient aux côtés de Bachar et de l’armée syrienne. 

        Plus de 80% des victimes du terrorisme djihadiste sont des musulmans.

        La Coalition occidentale a réussi ce tour de force d’armer des fous de Dieu pour qu’ils tuent un maximum de musulmans, en leur faisant croire qu’ils pourraient installer leur califat.


      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 18:44

        @Captain Marlo

        "La Coalition occidentale a réussi ce tour de force d’armer des fous de Dieu pour qu’ils tuent un maximum de musulmans, en leur faisant croire qu’ils pourraient installer leur califat."


        Il faut répéter combien de fois qu’ils étaient d’accord Bachar et les autres pour faire monter le djihadisme. C’était un « bon moyen » pour justifier la répression contre toute la population et aussi pour mettre en place ces hordes de fous contre une population avide de liberté, de tolérance, de laïcité... Est-ce que je n’ai pas mis assez de lien sur des textes qui expliquent le rôle de Bachar en la matière. C’est vrai que tu t’es convertie à infoSyrie, Réseau Voltaire... etc... et toute l’info qui vient directement des services de propagande à Bachar. Je te rappelle quelques liens.

        Dans ces cas-là tu dirais :

        « C’est ça, va te reposer et consulte les liens que je t’ai envoyés, si tu en veux d’autres, j’en ai des caisses à te fournir ! De quoi t’occuper pendant 4 jours »

        Mais je t’ai dit que je ne trouve pas cela correct. L’impératif me dérange… J’y suis franchement allergique.


      • roman_garev 11 mai 13:54

        On voit de plus en plus de soi-disant articles sur l’AV qui ne sont en fait que des copié-collé des merdias avec leur soi-disant « opinion unanime » (c’est-à-dire la seule décrétée et admise par leur seigneur).

        Celui-ci en est un exemple typique.


        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 14:20

          @roman_garev

          "On voit de plus en plus de soi-disant articles sur l’AV qui ne sont en fait que des copié-collé (...) Celui-ci en est un exemple typique."

          Encore les affirmations gratuites. J’attends au moins un exemple avec au moins une phrase qu’on retrouverait dans mon texte en m’indiquant de quel autre texte elle provient.


        • racbel 11 mai 15:45

           L’auteur de l’article, plus royaliste que le Roi et suceur de boules des mondialistes


          • njama njama 11 mai 15:55

            @Jean Dugenêt
            « les faits, rien que les faits ; »

            et de faire porter le chapeau à Bachar al-Assad, de tous ces morts, dont une bonne partie de patriotes, de civils innocents, est ce bien « les faits, rien que les faits ; » ?
            C’est quand même comique, vous trotskyste, de vous voir faire le jeu des impérialistes... en reprenant leur rhétorique...
            un peu de discernement que diable, mettez quelques priorités là où il faut... plutôt que de jeter le bébé et l’eau du bain avec


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 16:17

              @njama
              "et de faire porter le chapeau à Bachar al-Assad, de tous ces morts, dont une bonne partie de patriotes, de civils innocents« 

              Pourquoi préciser »bonne partie de patriotes, de civils innocents«  ? Oui, assurément, beaucoup de civils innocents sont morts mais il y a assurément à cela une cause. S’il n’y avait pas eu cette terrible répression qui s’est abattue sur les premiers manifestants ce qui a amené toute cette escalade qui a ensuite tourné à la guerre civile, il n’y aurait pas eu tous ces morts. Le coupable est bien Assad.

               »C’est quand même comique, vous trotskyste, de vous voir faire le jeu des impérialistes... en reprenant leur rhétorique..."

              Alors je vais répéter encore une fois ce que j’ai écrit pour que vous m’expliquiez en quoi c’est la rhétorique des impérialistes.

               »Les régimes de Staline, de Mao, de Pol Pot avaient exproprié le capital et ils organisaient une économie avec un mode de collectivisme plus ou moins rigide, plus ou moins critiquable mais il y avait assurément une socialisation de la production. Cela était insupportable pour les défenseurs du capitalisme qui ont toujours exprimé leur haine farouche contre ce type de fonctionnement de l’économie."

              " Obama avait promis de supprimer le camp de torture de Guantánamo mais il est toujours en place. Les photos qui montrent les exactions des américains dans la prison d’Abou Ghraib sont insupportables...

              « 

               »Ils expliquent finalement que les USA seraient une puissance prête à voler au secours d’une révolution mise en danger par un dictateur. C’est ça la « gauche » ! C’est ça la lutte contre l’impérialisme ! Quand et où avez-vous vu les USA se mettre du côté des révolutionnaires contre des dictateurs ? Cela n’a jamais existé et cela n’existera jamais ! En Syrie comme ailleurs, en 2011 comme à n’importe quel autre moment, l’impérialisme américain a été, et sera toujours, une force contre-révolutionnaire prête à se mobiliser pour écraser des révolutions. Cette puissance contre-révolutionnaire ne peut que se réjouir de voir un dictateur faire le travail. Cela les dispense d’avoir à s’en mêler eux-mêmes. Dans la région, ils n’ont pas supporté la révolution iranienne et ils ne rêvent que de prendre leur revanche. Et voilà que cette « gauche » affirme que les américains vont agir pour déranger un dictateur qui veut écraser une révolution. C’est évidemment faux ! A aucun moment l’Amérique n’a fourni des armes aux milices populaires et à la population syrienne insurgée pour qu’elle se défende face à tous ses agresseurs."

              Est-ce bien cela la rhétorique des impérialistes ?

              Au fait, à propos de propagande occidentale, les armes chimiques, est-ce qu’il y en a eu ?


            • agent ananas agent ananas 12 mai 06:55

              @Jean Dugenêt
              Au fait, à propos de propagande occidentale, les armes chimiques, est-ce qu’il y en a eu ?

              La preuve !


            • simir simir 12 mai 09:41

              @njama
              « C’est quand même comique, vous trotskyste, de vous voir faire le jeu des impérialistes.. »
              Et avant la 2ème guerre mondiale les trotskystes avaient choisi le camp d’Hitler.
              Dans « La lutte antibureaucratique » Trotsky écrivait : « Je suis sûr d’une chose le régime ne survivra pas à la guerre..... Les représentants du régime,la bureaucratie sont effrayés par la perspective de la guerre parce qu’ils savent mieux que nous qu’ils ne survivront pas à la guerre en tant que régime »
              C’est une des nombreuses prophéties loufoques de Trotsky, il est sûr que le régime bolchévique ne survivra pas.
              Toujours dans le même ouvrage au moment où Hitler préparait son plan de guerre Trotsky appelle l’Armée rouge à faire un coup d’Etat « Pour préparer cette levée des masses, il faut un nouveau parti, la 4ème Internationale. »
              Un tel événement aurait crée une pagaille monstre, ouvrant le pays entier aux chars allemands.
              Dans sa haine du communisme, Trotsky incite les nazis à la guerre contre l’URSS et apprend aux nazis qu’ils ont toutes les chances de gagner la guerre : les staliniens capituleront (on a vu), l’armée et la population sont démoralisés (dans sa tête seulement) Staline sape la résistance (faux).....
              C’est sa propagande trotskyste qui incitait au défaitisme et à la capitulation, et qui pensait que la victoire du fascisme était certaine.Elle a poussé à des « insurrections » ou des attentats pour éliminer les dirigeants bolchéviques « qui trahiront dans les moments difficiles »
              Les groupes antisoviétiques et opportunistes pouvaient donc tenter leur chance.
              Dans tous les cas, ces façons d’agir de Trotsky ont directement aidé les nazis.
              Notons aussi qu’au moment où le fascisme s’était lancé dans les guerres (Ethiopie,Espagne, annexion Autriche, Tchécoslovaquie) Trotsky affirme :« le spectacle le plus affreux et odieux sur terre est l’agonie du socialisme »

              Quoi donc d’étonnant qu’aujourd’hui leurs descendants soient les idiots utiles du camp impérialiste ?


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 26 mai 17:14

              @simir
              « Et avant la 2ème guerre mondiale les trotskystes avaient choisi le camp d’Hitler. »

              Il existe encire des gros staliniens de chocs pour reprendre ces calomnies.
              Le pacte de non agression entre Hiltler et Staline est-ce que ça vous dit quelque chose ? Molotov et Ribbentrop ? Staline lui-même qui à l’occasion a porté un toast à Hitler en soulignant qu’ils avaient en commun de combattre les démocraties bourgeoises. J’ai bien l’impression que ce sont les staliniens qui avaient choisi le camp d’Hitler. Non ?


            • @Jean Dugenêt

              J’ai bien l’impression que ce sont les staliniens qui avaient choisi le camp d’Hitler. Non


              So much so qu’ils les ont anéantis. Pour la course à la crédibilité je suis au regret de te dire que tu ne figures pas dans le peloton de tête mais si tu veux on a encore une petite place dans la camionnette-balai smiley


            • Ouam Ouam 26 mai 17:31

              @Jean Dugenêt
              « . J’ai bien l’impression que ce sont les staliniens qui avaient choisi le camp d’Hitler. Non ? »

              Oui c’est sur avec de 22 a 25 millions de morts chez eux massacrés par les nazis
               

              je cite un extrais du wiki ici
               

              En 2001, un groupe officiel d’historiens russes estimait les pertes de ce conflit à 26,2 millions de tués (environ 16 % de la population de l’Union soviétique de 1940) dont probablement 11 millions de soldats et officiers (6,8 millions de tués directs et 3,8 millions de prisonniers de guerre décédés entre les mains de la Wehrmacht),

               

              C’est incommentable en fait.....


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 26 mai 19:23

              @Philippe Huysmans, Complotologue
              Je vois un peu plus clair. Vous vous sentez visé quand je parle des staliniens. Et vous êtes toujours dans la confusion entre les dirigeants et le peuple. Le peuple russe et les staliniens ce n’est pas la même chose. C’est bien Staline (son représentant Molotov) qui a signé le traité avec Hitler. Ce n’est pas Staline qui a gagné la guerre... Avec une telle diplomatie je dirais d’ailleurs que le peuple russe a gagné malgré Staline.


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 26 mai 19:29

              @Ouam
              Et, avec tous ses morts Staline et son représentant Molotov était toujours vivant de même que Thorez bien planqué lui aussi dans une datcha...
              Le peuple russe, tant sacrifié, ce n’est pas la même chose que les staliniens. Le peuple a gagné, au prix d’énormes sacrifices malgré Staline qui avait signé (par son représentant Molotov) un traité avec Hitler et il avait, à l’occasion, porté un toast en l’honneur d’Hitler.

              Et aujourd’hui les nostalgiques du stalinisme veulent s’approprier les sacrifices du peuple russe.


            • @Jean Dugenêt

              Je t’ai simplement mis le nez dans ton mensonge, et rien de plus.


            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 26 mai 21:25

              @Philippe Huysmans, Complotologue
              « Je t’ai simplement mis le nez dans ton mensonge, et rien de plus. »

              Il est où le mensonge ? Je répète :

              "Le pacte de non agression entre Hiltler et Staline est-ce que ça vous dit quelque chose ? Molotov et Ribbentrop ? Staline lui-même qui à l’occasion a porté un toast à Hitler en soulignant qu’ils avaient en commun de combattre les démocraties bourgeoises. J’ai bien l’impression que ce sont les staliniens qui avaient choisi le camp d’Hitler. Non ?"

              J’ai bien dit les staliniens et non pas le peuple russe. La vérité est dure à avaler.


            • njama njama 11 mai 15:59

              "Lors de la conférence sur la sécurité de Munich en février 2017, John McCain est apparu et a déclaré : « Je refuse d’accepter la disparition de notre ordre mondial ». John McCain était encore en vie à l’époque. Il était l’un des faucons militaires et des partisans de la ligne dure aux États-Unis ayant beaucoup d’influence dans la diplomatie internationale, et son discours a été très bien accueilli à cette conférence où les militaires et les diplomates du monde occidental, de l’OTAN, se réunissent chaque année."

              Si vous ne savez pas très bien qui est ce sénateur américain, vous aurez une idée de ce à quoi ressemble un faucon US (activez le sous-titrage en français si besoin), en plus qu’il il MENT effrontément à cette femme syrienne très courageuse, car ceux qu’il a rencontrés en Syrie (pas tous syriens d’ailleurs) sont des terroristes, et les États-Unis leur ont fourni des tonnes d’armement et de renseignements. Un être froid, sans âme, ou une âme reptilienne diraient certains... ce sont des gens comme ça qui dirigent le monde.

              https://www.youtube.com/watch?v=4E0y8kQuUS8



              • njama njama 11 mai 16:12

                Republican senator John McCain secret trip to syria in 2013
                légende l’image :
                John McCain sneaks into Syria illegally in May 2013 to meet with known terrorists, promising them weapons and regime change by way US bombs would drop in the Fall of 2013.


                https://www.sott.net/image/s19/389290/large/McCain_ISIS.jpg


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 16:30

                @njama
                Et le résultat de tout cela c’est quoi ? C’est la politique qui a été menée en Syrie par les américains. Très bien. C’est le titre de l’article et la démonstration que j’ai faite :
                Les dirigeants américains sont-ils les ennemis d’Assad ? Réponse : non !


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 16:33

                @njama
                Vous confirmez ce que j’ai écrit :
                "Les États-Unis, ont soutenu, financé et armé des djihadistes, y compris les plus réactionnaires. L’Arabie saoudite, les Émirats et la Turquie ont fait de même avec la collaboration des services secrets occidentaux. Tandis que Bachar lui-même a apporté sa contribution en libérant de ses geôles les djihadistes qu’il avait emprisonnés."

                Par ailleurs quand vous faites des citations en langue étrangère, il serait bien de joindre la traduction surtout si c’est de l’arabe mais aussi si c’est de l’anglais.

                « John McCain se faufile illégalement en Syrie en mai 2013 pour rencontrer des terroristes connus, leur promettant des armes et un changement de régime grâce à des bombardements américains vers l’automne 2013 »


              • njama njama 11 mai 17:04

                u@Jean Dugenêt

                Les dirigeants américains sont-ils les ennemis d’Assad ? Réponse : non !

                ah, bon ! mais alors que font-ils les US en Syrie sans y avoir été invités, amis amis ?
                Et là ils se sont « incrustés » à l’est de l’Euphrate à soutenir quelques factions séditionnistes kurdes qui ne sont pas représentatives ni du peuple kurde, ni du peuple syrien kurde, sauf pour BHL...
                vous êtes son sous-marin ?...


              • njama njama 11 mai 17:10

                @Jean Dugenêt

                pour les traductions, réveillez vos cours de lycée, sinon il y a des traducteurs en ligne
                https://www.lexilogos.com/anglais_traduction.htm

                et pour les traductions depuis l’arabe, on peut supposer que vous auriez des amitiés syriennes pour vous aider, ce qui serait la moindre des choses dans votre combat révolutionnaire contre la Syrie


              • agent ananas agent ananas 11 mai 23:06

                @Jean Dugenêt
                Par ailleurs quand vous faites des citations en langue étrangère, il serait bien de joindre la traduction surtout si c’est de l’arabe mais aussi si c’est de l’anglais.

                Lorsqu’on a la prétention de traiter un sujet international, la moindre des choses serait de parler au moins une langue étrangère, l’anglais étant un minimum requis !
                Nous sommes plus à l’époque où la francophonie rayonnait au Levant après les accords de Sykes-Picot. Les seuls francophones que l’on y trouve aujourd’hui sont les jihadistes de nos banlieues !


              • Soizic 12 mai 02:28

                @njama
                Oui et il faut préciser pour ceux qui ne lisent pas l’arabe qu’il s’agit d’une rencontre avec Abou Bakr el Baghdadi le chef d’al Qaïda !


              • Captain Marlo Captain Marlo 12 mai 09:58

                @Jean Dugenêt
                Les dirigeants américains sont-ils les ennemis d’Assad ? Réponse : non !

                Réponse oui ! Ils se sont servis des mercenaires islamistes complètement fascistes et givrés pour détruire les Syriens et la Syrie.

                Pareil pour l’Afghanistan, l’Ukraine, la Somalie,le Soudan, le Liban, l’Irak etc.
                Ils se sont cassés les dents sur la Syrie grâce à l’intervention russe.
                Et sur l’Iran, allié de la Russie. Tous les autres pays ont été détruits.


              • QAmonBra QAmonBra 12 mai 11:48

                @Captain Marlo

                (. . .) « Tous les autres pays ont été détruits. »

                Sauf l’exception confirmant la « règle » : L’Algérie.

                D’où le fait qu’ils ont, semble t il, l’intention de remettre ça avec les mêmes « reloockés », mais chat échaudé craint l’eau froide. . .


              • Captain Marlo Captain Marlo 12 mai 18:46

                @QAmonBra
                Sauf l’exception confirmant la « règle » : L’Algérie.

                Je crois pourtant que les frères Musulmans sont au pouvoir en Algérie, non ?

                Et les années noires de combat contre le FIS ont détruit des milliers de vies.


              • QAmonBra QAmonBra 12 mai 23:29

                @Captain Marlo

                Comme en Tunisie avec R. Ghannouchi, la présidence de l’Assemblée nationale n’est pas le pouvoir, juste un os a ronger pour des islamistes jouant la modération, mais sous haute surveillance et sous contrôle comme les séparatistes $ionnisés, car, justement, les algériens n’ont pas oublié le cauchemar sanglant des années 90 et n’ont nulle envie que cela recommence.

                En tous cas certainement pas l’Armée Nationale Populaire qui, quoiqu’on en pense, constitue la colonne vertébrale d’une Algérie très jalouse de sa souveraineté.

                En Algérie, les barbus coupeurs de têtes n’ont jamais pu dépasser le stade de la guérilla et du terrorisme aveugle, les ayant totalement disqualifié auprès d’un Peuple sachant très bien « qui tue qui ».
                Ils se sont fait progressivement laminer par des combattants surentrainés et surarmés, formés au combat asymétrique et appuyés par des milices populaires maitrisant leur territoire.
                Si les islamistes ont accepté les propositions paix et d’amnistie sous la présidence de Bouteflika, c’est qu’ils étaient militairement acculés et asphyxiés logistiquement et économiquement.

                Mais tout cela est du passé pour les algériens, comme la Russie se tournant résolument vers l’Asie, c’est vers son avenir Africain que l’Algérie se tourne, elle a de grands projets et de puissants partenaires lui fournissent les moyens d’y parvenir, ainsi que ceux pour les défendre. . .


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 09:26

                @Captain Marlo

                « Les dirigeants américains sont-ils les ennemis d’Assad ? Réponse oui ! Ils se sont servis des mercenaires islamistes complètement fascistes et givrés pour détruire les Syriens et la Syrie. »

                Désolé mais ils sont nombreux à s’être servi des « mercenaires islamistes complètement fascistes et givrés » à commencer par el-Assad qui les a fait sortir de ses prisons. Ils étaient tous d’accord pour faire monter le djihadisme contre la révolution.

                « Pareil pour l’Afghanistan, l’Ukraine, la Somalie,le Soudan, le Liban, l’Irak etc. »

                Deux grosses différences entre le Syrie et les autres pays que tu cites. En Syrie il y avait une révolution et les américains ne voulaient surtout pas qu’elle soit victorieuse alors ils ont laissé Assad massacrer autant qu’il le voulait. D’où la deuxième différence : ils ne sont pas intervenus en Syrie sauf en fin de conflit pour aider Assad à supprimer l’Etat Islamique qui devenait trop encombrant pour eux puisqu’il allait jusqu’à vendre du pétrole sur le marché mondial (Faut tout de même pas exagérer !). Assad était très content de cette intervention américaine qui « allait dans le bon sens ». C’est ce que j’explique dans l’article.

                Ce sont les faits. Mais il y a beaucoup d’autres politiciens qui ne veulent jamais que des révolutions soient victorieuses. Tu en connais peut-être.

                Il y a un troisième point qu’il faut souligner. Si je prends les cas de l’Irak et de la Lybie, l’impérialisme américain y est intervenu de façon très différente alors que, je le répète, il n’est pas intervenu en Syrie. Dans ces cas-là, il fallait bien évidemment se prononcer contre ces interventions de l’impérialisme américain. Il fallait défendre les peuples irakien et lybien contre ses agressions étrangères (bien réelles dans ces cas là contrairement à la Syrie). Pour autant, il ne fallait pas se laisser aller jusqu’à défendre Kadhafi et Hussein au point de nier que c’étaient des dictateurs. Faut-il voir encore une différence avec ce qui se passe actuellement à propos de la Syrie ?
                Encore une précision. Quand les USA ont annoncé qu’ils allaient lancer des « représailles humanitaires » mes camarades trotskistes s’y sont opposés. Pour ma par, je m’étais fourvoyé dans un autre parti qui lui aussi, à juste titre, s’y était opposé. En effet, il fallait être contre une agression de l’impérialisme américain contre le peuple syrien. Pour autant, il ne fallait pas défendre le dictateur Assad. Il faut savoir faire les nuances et les séparations. Mais ce qui est évident pour ceux qui raisonnent en termes de luttes des classes ne l’est pas pour tout le monde.
                Maintenant que nous connaissons la réalité des objectifs et des dégâts de ces « représailles », je m’en tiens à ce que j’ai dit dans l’article ce qui n’est nullement en contradiction avec cette précision.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 09:35

                @njama

                « Pour les traductions, réveillez vos cours de lycée, sinon il y a des traducteurs en ligne  »

                Quoi ? Elle ne vous plait pas ma traduction. Est-ce que je trahis le sens ? Vous aussi vous voulez jouer au professeur. Vous êtes décidément nombreux à vouloir vous la péter sur ce ton-là. Pensez-vous que ce genre de posture vous grandit ?


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 09:38

                @njama

                Assad se plaint-il actuellement de l’action américaine en Syrie ? Les américains se chamaillent avec les mercenaires russes sans aucun coup de feu semble-t-il. Je suis partisan qu’ils rentrent tous chez-eux : russes et américains. Les américains sont dans la zone où ils ont aidé Assad à se débarrasser de l’Etat Islamique par des bombardements alors que les kurdes intervenaient au sol. Assad en était très satisfait. Comme les américains intervenaient au sol en Irak, ils ont, il est vrai, débordé sur le sol syrien. Assad a-t-il protesté ? Il semblerait que le nombre de blindés ne dépasse pas la demi-douzaine et qu’il y aurait moins d’une centaine d’hommes pour les manœuvrer. Je persiste à dire qu’ils sont en parfaite entente avec Assad. Bien sûr si celui-ci proteste alors il faudra, non pas que je revoie ma position, mais que je considère que la situation a évolué. Je pense qu’el-Assad n’envisage pas pour l’instant d’aller se promener dans la zone où ils sont.

                La question reste la même :

                « Quels sont les dégâts que les américains ont infligés aux troupes de Bachar ! Combien d’avions ont-ils descendus ? Combien d’hélicoptères, de chars d’assauts, de canons, de camions, de lances missiles, de mitrailleuses lourdes ? Combien d’installations militaires ont-ils endommagées ? Lui ont-ils pris un canon, un fusil, un poignard, un canif ? Rien ! Les américains n’ont jamais dérangé Bachar el-Assad. »


              • babelouest babelouest 24 mai 05:15

                @Jean Dugenêt
                « Les dirigeants américains sont-ils les ennemis d’Assad ? Réponse : non ! »
                .
                Là, c’est très, très fort de café !
                .
                D’autant que, les faits abondent par troupeaux entiers, il est plus que largement prouvé que Washington est l’ennemi de tout le monde, y compris de ceux qui se prennent pour ses alliés, et dont il profite abondamment tout en les méprisant.
                Washington est même l’ennemi des Étatsuniens, dès qu’ils osent protester, voire s’insurger.
                Quant au reste, il suffit de demander l’avis des habitants de la Grenade, des Chagos, d’Irak, d’Afghanistan, du VietNam, du Venezuela, de Colombie (mais eux n’ont pas le droit de l’ouvrir), du Chili, d’Okinawa, et j’en oublie la moitié.... la Washingtonnerie, le seul régime qui ne vit que PAR et POUR la guerre.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 24 mai 08:55

                @babelouest
                C’est toujours pareil ! Vous confondez les peuples et leur dirigeants. Il est certain que les dirigeants américains veulent dominer le monde. Ils s’attaquent à tous les peuples. Ce sont assurément les ennemis du peuple syrien. Ils ont surtout la haine des peuples qui se rebellent. C’est dire que la révolution du peuple syrien était insupportable pour les américains. C’est pourquoi ils ont laissé Assad massacrer son peuple autant que nécessaire pour briser cette révolution.


              • babelouest babelouest 24 mai 09:12

                @Jean Dugenêt vous mélangez les fomenteurs de troubles payés par Washington et le peuple syrien.... oui, bien sûr , les Syriens ont manifesté, comme les Gilets Jaunes en France, mais quand ils ont vu qui posait problème, ils se sont rangés derrière Assad, qui les a défendus. Il ne faut pas oublier que les soldats syriens sont des conscrits, comme les Français il n’y a pas si longtemps encore. Les « islamistes » ne sont que des mercenaires plus ou moins contrôlés par la CIA et/ou le Grand Turc.


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 24 mai 13:16

                @babelouest
                "vous mélangez les fomenteurs de troubles payés par Washington et le peuple syrien....

                "

                Il faudrait que vous soyez plus précis. Qui est payé par Washington ?
                Allez-vous, vous aussi, nous refaire le coup du complot judéo-bolchévique ? Ce sont les grosses fortunes juives de Wall-Street qui ont fomenté la révolution russe avec des bolchéviques à leur solde... Êtes-vous d’accord avec ça ? C’est un grand classique. Il existe une version pour la révolution syrienne. Attila nous l’a trouvée... Un joli roman d’espionnage :
                Le jour avant Deraa : Comment la guerre a éclaté en Syrie


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 17:49

                Je suis désolé mais je vais devoir cesser la discussion pendant 4 jours. Quand je reviendrai, j’essaierai de répondre le plus possible aux nouveaux messsages. Je cesse donc momentanément cette discussion pour deux raisons :
                - Je vais m’occuper de mes petits enfants.
                - étant solliciter pour cela, je n’hésite pas à m’y consacrer car la discussion ici me paraît avoir une importance moindre.

                Je ne fais en effet que de me répéter et chacun campe sur ces positions. Dans ces conditions, la disussion n’avance pas. Je vais donc tenter une réponse globale. Je suis accusé, sans surprise, de faire de la propagande occidentale. Je rappelle quelques extraits de mon article afin que chacun puisse tenter de m’expliquer en quoi ce serait de la propagande occidentale :

                [Les régimes de Staline, de Mao, de Pol Pot avaient exproprié le capital et ils organisaient une économie avec un mode de collectivisme plus ou moins rigide, plus ou moins critiquable mais il y avait assurément une socialisation de la production. Cela était insupportable pour les défenseurs du capitalisme qui ont toujours exprimé leur haine farouche contre ce type de fonctionnement de l’économie.
                (...)
                Obama avait promis de supprimer le camp de torture de Guantánamo mais il est toujours en place. Les photos qui montrent les exactions des américains dans la prison d’Abou Ghraib sont insupportables...
                (...)
                Ils expliquent finalement que les USA seraient une puissance prête à voler au secours d’une révolution mise en danger par un dictateur. C’est ça la « gauche » ! C’est ça la lutte contre l’impérialisme ! Quand et où avez-vous vu les USA se mettre du côté des révolutionnaires contre des dictateurs ? Cela n’a jamais existé et cela n’existera jamais ! En Syrie comme ailleurs, en 2011 comme à n’importe quel autre moment, l’impérialisme américain a été, et sera toujours, une force contre-révolutionnaire prête à se mobiliser pour écraser des révolutions. Cette puissance contre-révolutionnaire ne peut que se réjouir de voir un dictateur faire le travail. Cela les dispense d’avoir à s’en mêler eux-mêmes. Dans la région, ils n’ont pas supporté la révolution iranienne et ils ne rêvent que de prendre leur revanche. Et voilà que cette « gauche » affirme que les américains vont agir pour déranger un dictateur qui veut écraser une révolution. C’est évidemment faux ! A aucun moment l’Amérique n’a fourni des armes aux milices populaires et à la population syrienne insurgée pour qu’elle se défende face à tous ses agresseurs.]

                A l’évidence, il ne s’agit pas de propagande occidentale. Ma principale source d’inspiration est un recueil de 32 articles que vous pouvez trouver ici en suivant le lien (C’est un texte au format Word que je garantis sans virus).
                On en est là parce que tous mes contradicteurs s’enferme dans une analyse avec deux « blocs » que je refuse. Ils veulent tous être dans le « bloc des gentils anti-impérialistes » : Syrie, Russie, Chine, Iran... et contre le « bloc impérialiste des méchants » : l’Amérique et ses alliés. Je rejette cette conception de « blocs » en adoptant le point de vue marxiste : je suis pour les exploités contre les exploiteurs (voir l’explication dans l’article). Mais, apparemment, mes contradicteurs refusent de le comprendre. Pour eux, si on n’est pas dans un bloc c’est qu’on est dans l’autre. Puisque je ne suis pas dans leur bloc alors je ne peux qu’être avec l’impérialisme américain. Assurément, si on était en 1914, ils partiraient tous gaiement à la guerre, la fleur au fusil, pour mettre une branlée aux adversaires.

                Je suis bien fier d’être ainsi contre ces deux « blocs » : celui de l’impérialisme américain dont je viens de dire ce que j’en pense (voir ci-dessus) mais aussi celui des soi-disant anti-impérialistes avec l’infâme Poutine qui impose un régime ultra-autoritaire au peuple russe. Avec lui la théocratie d’Iran. Est-ce nécessaire d’en dire plus ? Et enfin ce Bachar el-Assad qui trouve encore des défenseurs.
                Je suis bien fier de n’être pour aucun de ceux-là et je laisse à ceux que cela ne répugne pas le soin de défendre les uns ou les autres.

                Je remarque tout de même un progrès par rapport à mon article précédent. Ceux qui affirmaient que c’était de l’infâme propagande occidentale que d’oser parler d’attaques chimiques ont baissé d’un ton. Je les en remercie. Les images et les films des enfants intoxiqués au gaz sarin sont en effet insoutenables.

                J’invite enfin ceux qui m’accuse de défendre les dirigeants américains à voir le problème dans l’autre sens. C’était à la fois tout le but et le titre de mon article : « Les américains sont-ils les ennemis de Assad ? » . La réponse est : Non. je ne vais reprendre ici ni la démonstration ni la conclusion. Alors, ceux qui défendent Assad, défendent les américains ou, au moins, ils apprécient que les forces américaines n’aient jamais, et en aucune manière, dérangé leur protégé.


                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 18:01

                  @Jean Dugenêt
                  La même chose avec quelques coquilles (orthographe) en moins
                  =================================================
                  Je suis désolé mais je vais devoir cesser la discussion pendant 4 jours. Quand je reviendrai, j’essaierai de répondre le plus possible aux nouveaux messages. Je cesse donc momentanément cette discussion pour deux raisons :
                  - Je vais m’occuper de mes petits enfants.
                  - étant sollicité pour cela, je n’hésite pas à m’y consacrer car la discussion ici me paraît avoir une importance moindre.

                  Je ne fais en effet que de me répéter et chacun campe sur ces positions. Dans ces conditions, la discussion n’avance pas. Je vais donc tenter une réponse globale.
                  Je suis accusé, sans surprise, de faire de la propagande occidentale. Je rappelle quelques extraits de mon article afin que chacun puisse tenter de m’expliquer en quoi ce serait de la propagande occidentale :

                  [Les régimes de Staline, de Mao, de Pol Pot avaient exproprié le capital et ils organisaient une économie avec un mode de collectivisme plus ou moins rigide, plus ou moins critiquable mais il y avait assurément une socialisation de la production. Cela était insupportable pour les défenseurs du capitalisme qui ont toujours exprimé leur haine farouche contre ce type de fonctionnement de l’économie.
                  (...)
                  Obama avait promis de supprimer le camp de torture de Guantánamo mais il est toujours en place. Les photos qui montrent les exactions des américains dans la prison d’Abou Ghraib sont insupportables...
                  (...)
                  Ils expliquent finalement que les USA seraient une puissance prête à voler au secours d’une révolution mise en danger par un dictateur. C’est ça la « gauche » ! C’est ça la lutte contre l’impérialisme ! Quand et où avez-vous vu les USA se mettre du côté des révolutionnaires contre des dictateurs ? Cela n’a jamais existé et cela n’existera jamais ! En Syrie comme ailleurs, en 2011 comme à n’importe quel autre moment, l’impérialisme américain a été, et sera toujours, une force contre-révolutionnaire prête à se mobiliser pour écraser des révolutions. Cette puissance contre-révolutionnaire ne peut que se réjouir de voir un dictateur faire le travail. Cela les dispense d’avoir à s’en mêler eux-mêmes. Dans la région, ils n’ont pas supporté la révolution iranienne et ils ne rêvent que de prendre leur revanche. Et voilà que cette « gauche » affirme que les américains vont agir pour déranger un dictateur qui veut écraser une révolution. C’est évidemment faux ! A aucun moment l’Amérique n’a fourni des armes aux milices populaires et à la population syrienne insurgée pour qu’elle se défende face à tous ses agresseurs.]

                  A l’évidence, il ne s’agit pas de propagande occidentale. Ma principale source d’inspiration est un recueil de 32 articles que vous pouvez trouver en suivant le lien (C’est un texte au format Word que je garantis sans virus).

                  On en est là parce que tous mes contradicteurs s’enferme dans une analyse avec deux « blocs » que je refuse. Ils veulent tous être dans le « bloc des gentils anti-impérialistes » : Syrie, Russie, Chine, Iran... et contre le « bloc impérialiste des méchants » : l’Amérique et ses alliés. Je rejette cette conception de « blocs » en adoptant le point de vue marxiste : je suis pour les exploités contre les exploiteurs (voir l’explication dans l’article). Mais, apparemment, mes contradicteurs refusent de le comprendre. Pour eux, si on n’est pas dans un bloc c’est qu’on est dans l’autre. Puisque je ne suis pas dans leur bloc alors je ne peux qu’être avec l’impérialisme américain. Assurément, si on était en 1914, ils partiraient tous gaiement à la guerre, la fleur au fusil, pour mettre une branlée aux adversaires.

                  Je suis bien fier d’être ainsi contre ces deux « blocs » : celui de l’impérialisme américain dont je viens de dire ce que j’en pense (voir ci-dessus) mais aussi celui des soi-disant anti-impérialistes avec l’infâme Poutine qui impose un régime ultra-autoritaire au peuple russe. Avec lui la théocratie d’Iran. Est-ce nécessaire d’en dire plus ? Et enfin ce Bachar el-Assad qui trouve encore des défenseurs.

                  Je suis bien fier de n’être pour aucun de ceux-là et je laisse à ceux que cela ne répugne pas le soin de défendre les uns ou les autres.

                  Je remarque tout de même un progrès par rapport à mon article précédent. Ceux qui affirmaient que c’était de l’infâme propagande occidentale que d’oser parler d’attaques chimiques ont baissé d’un ton. Je les en remercie. Les images et les films des enfants intoxiqués au gaz sarin sont en effet insoutenables.

                  J’invite enfin ceux qui m’accusent de défendre les dirigeants américains à voir le problème dans l’autre sens. C’était à la fois tout le but et le titre de mon article : « Les américains sont-ils les ennemis de Assad ? » . La réponse est : Non. je ne vais reprendre ici ni la démonstration ni la conclusion. Alors, ceux qui défendent Assad, défendent les américains ou, au moins, ils apprécient que les forces américaines n’aient jamais, et en aucune manière, dérangé leur protégé.


                • Captain Marlo Captain Marlo 12 mai 10:04

                  @Jean Dugenêt
                  C’est ça, va te reposer et consulte les liens que je t’ai envoyés, si tu en veux d’autres, j’en ai des caisses à te fournir ! De quoi t’occuper pendant 4 jours :

                  les articles sur la Syrie du site de Michel Collon/ Site Investig Action.


                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 09:16

                  @Captain Marlo

                  « C’est ça, va te reposer et consulte les liens que je t’ai envoyés, si tu en veux d’autres, j’en ai des caisses à te fournir ! De quoi t’occuper pendant 4 jours »

                  Justement, sur la Syrie, je ne suis pas du tout d’accord avec Michel Collon qui est un crypto-stalinien venant du PC de Belgique. Il est proche du PTB (parti du Travail de Belgique). Ce n’est pas cela que je lui reproche mais il est bien dans la lignée de cette « gauche » qui considère les conflits comme une opposition entre blocs alors que je parle de luttes de classes. Le problème de Collon c’est qu’il n’a pas vu, ou qu’il n’a pas voulu voir, qu’il y avait une révolution en Syrie et que les américains combattent toutes les révolutions. De ce fait, les positions correctes qu’il défendait souvent pour l’Irak ou l’Afghanistan ne s’appliquent pas pour la Syrie.

                  Je te dispense des liens sur Réseau Voltaire (Thierry Meyssan), infoSyrie (Louis Denghien), Égalité et Réconciliation (Alain Soral), Investig’action (Michel Collon). C’est justement pour contrer tout ce qu’ils racontent et que je connais bien, que j’ai écrit cet article.

                  Est-ce que tu estimes que ces sources sont fiables et que le reste est de la propagande occidentale ? Mes sources sont ici :

                   http://www.avant-garde-internationaliste.com/articles/pdf/syrie32articles.docx

                  C’est un recueil de 32 articles dans un fichier Word.

                  Comment dis-tu dans ces cas-là  ?

                  C’est ça, va te reposer et consulte le lien que je t’ai envoyé. Je n’en ai pas des caisses. Il n’y en a qu’un mais il compte pour 32. De quoi t’occuper pendant 4 jours.

                  Je trouve que ce genre de déclaration ne favorise pas la convivialité. En fait, ce que je réprouve c’est l’usage de l’impératif. D’ailleurs ce temps de conjugaison est souvent associé à des formulations ordurières. Je ne te donne pas d’exemple.


                • babelouest babelouest 24 mai 05:24

                  @Jean Dugenêt OOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUAAAAAAAAAIIIIIIS !
                  Des trotskos ! Cela explique tout, ce sont eux qui ont fourni les têtes pensantes aux néocons US. La logique s’y retrouve. Les grands ennemis des nations du monde depuis un siècle, les voilà.
                  https://www.youtube.com/watch?v=c_47GxDSF5c


                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 11 mai 18:05

                  Avec mes excuses. Les fautes d’orthographes et le lien sur mon recueil de 32 articles sont dans la première version.


                  • @Jean Dugenêt

                    Et pour ceux qui voudraient un autre son de cloche :

                    https://www.levilainpetitcanard.be/category/international/syrie/

                    Voili voilou on espère que vos petits-enfants sont vaxxinés on voudrait pas qu’ils tuent papy, hein smiley


                  • Captain Marlo Captain Marlo 12 mai 10:10

                    @Philippe Huysmans, Complotologue
                    Et pour ceux qui voudraient un autre son de cloche :

                    Merci, je vais compulser tout ça !


                  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 09:12

                    @Philippe Huysmans, Complotologue

                    "Et pour ceux qui voudraient un autre son de cloche"

                    Avec ce son de cloche, j’ai l’impression que l’orchestre n’est pas complet. J’espère que vous n’avez pas l’intention de nier qu’il y a eu des attaques chimiques en Syrie. Merci de cela.


                  • babelouest babelouest 24 mai 06:51

                    @Jean Dugenêt des attaques chimiques par des mercenaires lancés par « les OXYDANTaux » c’est fort possible.


                  • anna anna 11 mai 18:37

                    Hassan Diab, 11 ans, Syrien, qui avait été montré dans une présumée attaque chimique à Douma, raconte que tout a été mis en scène par les casques blancs.

                    https://www.youtube.com/watch?v=AL3I-tr1N-E


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 09:07

                      @anna

                      "Hassan Diab, 11 ans, Syrien, qui avait été montré dans une présumée attaque chimique à Douma, raconte que tout a été mis en scène par les casques blancs."

                      Avez-vous remarqué que ce que vous ramenez ici ne me contredis nullement ? Sachant qu’il y avait cette contestation, j’ai pris soin d’écrire : « une présumée attaque chimique à Douma le 7 avril. » J’ai bien dit « présumée ».

                      Bien sûr, vous ne dîtes rien de faux mais, en exhibant le cas où il y a contestation sans parler des autres, j’ai l’impression que le tableau n’est pas complet. Il manque justement les attaques chimiques avérées. J’espère que vous n’aviez pas l’intention de couvrir toutes ces abominations. Merci de cela.


                    • anna anna 14 mai 05:47

                      @Jean Dugenêt
                      https://www.youtube.com/watch?v=pjLV7lVJNQ8 

                      pourtant il suffit de chercher, et de se poser la question  pour quel raison des « rebelles » avaient un tel besoin de filmer les mises en scènes et les fausses morts dans des fausses attaques chimiques, il n’y avait pas assez des vrais ?


                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 10:10

                      @anna
                      Et le sujet des véritables attaques chimiques ne vous intéresse pas.


                    • anna anna 14 mai 12:30

                      @Jean Dugenêt
                      bien sure que si, et comment que ça m’intéresse :

                      1. le général américain Wesley Clark dévoile un plan secret des USA d’invasion militaire en Syrie (entre autre) encore en 2001 https://www.lorientlejour.com/article/453313/Clark_revele_un_plan_secret_ame ricain_pour_une_intervention_militaire__au_Liban%252C_en_Syrie_et_en_Iran.html
                      2. la France en petit caniche de l’oncle Sam se prépare a cette invasion https://www.youtube.com/watch?v=zs5CNvBtmJI 
                      3. la France livre des armes (notamment les armes chimiques aux pseudo-rebelles faussement démocrates, authentiquement islamistes) https://www.youtube.com/watch?v=6Yc8r4zIPlc
                      4. les médias français se mettent en mode d’hystérie collective contre méchant Bachar Assad et prépare l’opinion publique en faveur d’une intervention, complètement illégale de point de vue de droit internationale, mais hautement « humanitaire » a coté de la botte de l’oncle Sam
                      5. l’oncle Sam, en personne d’Obama, fait la marche-arrière et laisse Hollande comme un con sur le perron se débrouiller tout seul, sauf que tout seul, il ne peux pas
                      6. la dessus (après que toute la Syrie devient un tas de ruine sous le joug de Daech), arrive Poutine et sauve les syriens et la Syrie et tout le MO de Daech
                      7. Conclusion : votre conte de fée de l’utilisation des armes chimiques par Bachar Assad, utilisé comme un paravent pour pouvoir attaquer la Syrie sous un faux prétexte, n’a servi a rien, mais a donné des morts, des catastrophes, des réfugiés. Remerciez vous, vous même


                    • Attila Attila 14 mai 13:27

                      @anna
                      Il en sait plus que tout le renseignement américain sur les attaques chimiques en Syrie :
                      « The U.S. has no evidence to confirm reports from aid groups and others that the Syrian government has used the deadly chemical sarin on its citizens, Defense Secretary Jim Mattis said Friday. »
                      Les Etats-Unis n’ont aucune preuve que le gouvernement syrien ait utilisé du gaz mortel Sarin contre sa population ; a déclaré le Secrétaire à la Défense Jim Mattis.
                      Lien

                      .


                    • alinea alinea 11 mai 21:36

                      Là où j’ai ri, jaune, c’est « la gauche a soutenu Bachar el Assad » !! Où ? Quand ?

                      Avez-vous alors discuté avec jaja, sur ce site ? Le NPA pensait que les quartiers d’Alep bombardés par les Russes, plus tard, pour en libérer les prisonniers civils, étaient des quartiers de démocratie participative, un modèle de bonheur donc, qui de ce simple fait mettait Bachar el Assad et Poutine tellement en rage, qu’ils les ont bombardés !

                      Heureusement que vous n’êtes pas historien, c’est tout ce que l’on peut dire !

                      Je ne suis pas allée plus loin parce que je ne suis pas maso, mais à lire les commentaires, je vois que c’était du même tonneau !

                      Vous avez écouté Roland Dumas ? Ses quelques paroles suffisent à descendre votre belle théorie de carton pâte.

                      (636) Roland Dumas :« les Anglais organisaient la guerre en Syrie deux ans avant son début » - YouTube


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 09:10

                        @alinea
                        « Avez-vous alors discuté avec jaja, sur ce site ? Le NPA pensait que les quartiers d’Alep bombardés par les Russes »

                        Celle-là vous me l’avez déjà faite... La dernière fois, vous introduisiez votre propos par "Je suppose que vous pensez comme le NPA que... "et ensuite vous critiquiez le NPA. Vous supposez très mal.

                        Et c’est reparti ! Vous vous adressez à moi pour critiquer le NPA. Que voulez-vous que je vous réponde sinon que vous vous trompez d’adresse ?

                        Mieux que cela vous venez ici participer à la discussion d’un article dont vous dîtes que vous ne l’avez pas lu. C’est un peu plus compliqué puisque vous dîtes que vous n’êtes pas allé plus loin de ce qu’a dit le NPA ailleurs ! Mais vous pouvez tout même déduire des jugements à partir du néant puisque vous affirmez : "heureusement que vous n’êtes pas historien". D’où sort ce jugement ? Pourquoi ? Après tout cela, vous m’envoyez tout de même un lien. Excusez-moi mais : non merci ! Abstenez-vous !


                      • alinea alinea 13 mai 10:18

                        @Jean Dugenêt
                        Aucun argument en réponse ?
                        NPA : vous dîtes la gauche était pour Assad !! vous ne comprenez pas ?
                        Je m’en fous.
                        J’ai lu l’article en modé,

                        c’est là que je vous ai laissé un message, je voulais vous éviter la honte de devoir assumer tant d’approximations, tant d’erreurs, mais surtout parce que ce sont celles que font volontairement les suppôts de l’empire !


                      • njama njama 13 mai 13:08

                        @alinea
                        bonjour
                        Jean Dugenêt habite sur une autre planète, celle de la suffisance... il est persuadé d’une révolution populaire en Syrie, on a beau lui montrer, lui remontrer que rien n’y ressemblait, il persiste...

                        A son insu, il soutient les islamistes qui voulaient faire de la Syrie un Califat, un État confessionnel, à l’image de l’entité sioniste*, l’auto-proclamée « État Juif » que presque personne ne reconnaît, un État qui n’a même pas de Constitution, un État gouverné par l’extrême-droite ultra nationaliste sous la coupe des fanatiques religieux ultra-orthodoxes qui attendent le retour du Messie.
                        L’ami Jean Dugenêt fait l’impasse totale sur le contexte régional, sur l’idéologie sioniste, sur l’impérialisme néo-colonial qui sévit sur le ciel de cette région du Moyen-Orient.
                        Il fait l’impasse sur la magnifique mosaïque du peuple syrien... pour un peu, mais non puisqu’’il est trotskyste, il se lamenterait sur le sort des Chrétiens d’Orient...

                        * voir la Lettre de David Ben Gourion à Moshe Sharett, alors Premier ministre d’Israël (1954)... est particulièrement éloquente et sidérante et n’a pas perdu une ride puisque cette ligne politique est toujours en vigueur dans ce gouvernement « ethnocratique » avec la complicité de ses alliés.


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 14:06

                        @njama

                        Vous utilisez des expressions du style « A son insu, il soutient… » ceux que… je ne soutiens pas du tout. Pour ce qui vous concerne, c’est en toute connaissance de cause que vous soutenez un dictateur en croyant qu’il n’y a pas d’autres moyens pour combattre le sionisme. Vous m’envoyez donc de la littérature et des liens sur la question comme s’il était nécessaire de m’expliquer tout ce que le sionisme a d’exécrable dans ses fondements comme dans ses conséquences quand il est mis en pratique.

                        Je suis par contre profondément contre l’antisémitisme et le fait que je sois à la fois anti-sioniste et contre l’antisémitisme est reconnu de longue date notamment par mes amis de l’UJFP (l’Union Juive Française pour la Paix) qui relaient mes écrits et mes vidéos. Il est également reconnu par me amis palestiniens notamment ceux de notre groupe de discussion sur Facebook. Au lieu de m’envoyer des liens, je vous propose de regarder mes productions à ce sujet dont quelques-unes ont eu tellement de succès que les sionistes m’ont à un moment envoyé une bande de trolls-sayanim organisés pour tenter d’en bloquer la diffusion. Ce fut notamment le cas avec ma vidéo sur Ahed Tamimi. Mes amis de l’UJFP ont relayé ma vidéo sur l’agression des sionistes contre les juifs othodoxes et mon article « Comment le peuple juif fut inventé ». Ils ont par contre refusé mon article sur Dieudonné car ils ne veulent même pas voir son nom. Je m’excuse de faire des liens sur mes propres productions mais il arrive un moment où je n’ai pas de meilleure solution pour montrer que le sionisme est aussi détestable que la dictature mais qu’il ne l’est pas moins. Il faut aussi que vous compreniez que les liens que vous m’envoyez sont complètement inutiles.


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 15:22

                        @njama
                        "il est persuadé d’une révolution populaire en Syrie, on a beau lui montrer, lui remontrer que rien n’y ressemblait, il persiste... "

                        Voilà la description que je donne des trois premiers mois du conflit. Cela montre bien qu’au moins au troisième mois l’ampleur du mouvement et son irréversibilité montre bien qu’on était dès lors entré dans une révolution :

                        « Les manifestants ne se comptaient que par dizaines le 15 mars 2011. Il ne s’agissait alors que de quelques syriens qui voulaient faire comme en Tunisie et en Egypte. Mais trois jours plus tard, quatre manifestants sont tués. Les manifestants se comptent alors par centaines mais à la fin du mois on compte une trentaine de mort. Au début du mois d’avril, dans les manifestations qui se déroulent le vendredi à la sortie de la mosquée, les manifestants se comptent maintenant par milliers. Un mois après le début du mouvement on compte une centaine de mort. Des chars sont maintenant envoyés contre les manifestants. A la fin du mois, les manifestants se comptent par dizaines de milliers.

                        C’est donc, quoi qu’en dise toute cette « gauche » une révolution qui démarre en Syrie avec une escalade dans la mobilisation du peuple et dans la répression lancée par el-Assad. A chaque montée en puissance de la mobilisation, el-Assad répond par des répressions plus violentes et plus massives. L’escalade continue ainsi. Les manifestants se comptent en centaines de milliers au mois de juillet et à chaque nouvelle étape, les atrocités de la répression font toujours monter davantage la colère de la population »

                        Alors quand vous dîtes « on a beau lui montrer, lui remontrer que rien n’y ressemblait  » cela signifie en fait : « on a beau lui dire, lui répéter que ce n’était pas une révolution, il s’en tient aux faits et refuse de se mettre la tête dans le sable pour ne rien voir »


                      • njama njama 13 mai 15:44

                        @Jean Dugenêt
                        Vous utilisez des expressions du style « A son insu, il soutient… » ceux que… je ne soutiens pas du tout.

                        Si c’est à votre insu, cela ne veut pas dire que vous les soutenez / les soutiendrez, mais indirectement à votre insu, et à votre corps défendant, car visiblement vous n’avez pas toutes les cartes en main, vous le faites


                      • njama njama 13 mai 15:58

                        @Jean Dugenêt
                        Pour ce qui vous concerne, c’est en toute connaissance de cause que vous soutenez un dictateur en croyant qu’il n’y a pas d’autres moyens pour combattre le sionisme.

                        Écoutez, mon petit séjour en Syrie au printemps 2009 n’a rien eu d’éprouvant, bien au contraire, je n’ai à aucun moment ressenti d’être en dictature... ou être dans un état policier, comme j’avais pu le ressentir en filigrane en Égypte ou au Maroc, et bien pire en Israël.

                        Faut juste montrer patte blanche pour obtenir un visa (un peu d’argent, ne pas avoir un tampon visa de l’État hébreu qui traine sur le passeport, ce qui est juste normal dans le contexte, et réciprocité avec cette entité qui vous refuserez un visa si votre passeport attesté d’un séjour en Syrie...), indiquez où on va, quelle(s) relation(s) nous aurions...) , mais en dehors de cela, rien, rien, on pouvait parfaitement circuler librement en Syrie, dans toute la Syrie ...
                        ce qui me donne l’impression que vous fantasmez complétement sur la vie en Syrie, telle qu’elle pouvait être avant 2011., en imaginant un dictateur oppresseur de son peuple... et des geôles infernales et patin couffin


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 17:16

                        @njama
                        Les impressions d’un touriste français qui fait un petit séjour dans un charmant pays étranger ne lui font pas ressentir à chaque instant qu’il est dans une dictature. C’est assurément vrai et surtout quand ce n’est pas la préoccupation du touriste en question qui ne se pose guère de questions à ce sujet. Ils sont nombreux ceux qui allaient profiter du soleil, de l’eau de mer bien chaude, et des pensions de luxe à bas prix (car le personnel est peu payé) à Djerba, par exemple et qui ne se sont pas souciés de savoir si Ben Ali était un dictateur. Idem pour le Maroc dont vous avez parlé ou pour l’Égypte où il était possible de faire de belles croisières sur le Nil. Idem pour l’Espagne de Franco quand elle a ouvert ses portes aux touristes et c’est sans doute la même chose pour des centaines de pays dans le monde pour qui le touriste est un apport non négligeable pour le pays et doit donc être bichonné. J’ai fait un séjour en Hongrie qui était loin d’être une dictature et j’ai eu l’occasion de constater qu’en tant que touriste j’avais droit de la part de la police à beaucoup plus d’égard que le citoyen hongrois normal (Je m’étais fait piqué mon portefeuille...).
                        Le seul problème c’est qu’à partir de ces impressions de touriste vous déduisez des conclusions d’ordre politique sur la nature du régime. Avez vous demandé aux syriens ce qu’ils pensaient du massacre de la prison de Palmyre en 1980 ou de celui de Hama en 1982 (10 000 à 40 000 personnes, en majorité des civils, sont tuées dans les bombardements ou exécutées sommairement). Je crois que, 19 ans plus tard, ils étaient encore nombreux à s’en souvenir. Leur avez vous demandé quand il leur était arrivé de voter...

                        Votre conclusion est formidable : puisque, pour ma part, je persiste à dire que ce régime était une dictature vous en déduisez, empli de vos impressions de touriste, que je fantasme alors que votre impression traduit la vérité...

                        Je vous invite seulement à réfléchir.


                      • njama njama 13 mai 18:38

                        @Jean Dugenêt

                        ah que re-voilà vos préjugés sur la Syrie...

                        je n’étais nullement touriste mais invité, par mon neveu, M2 en Histoire, instituteur à l’École française de Alep depuis plus de deux ans, qui avait commencé à apprendre l’arabe dès qu’il était arrivé, et le parlait couramment quand je suis venu...
                        contrairement à tous ses collègues qui ne s’en donnaient même pas la peine de l’apprendre, ne fût-ce qu’un peu...

                        Je n’ai rien à apprendre de vous de la Syrie, qui visiblement n’y avez jamais mis les pieds...


                      • njama njama 13 mai 18:42

                        @Aita Pea Pea
                        ta batte ne me fais pas peur vieux con de l’Isèle
                        si ma grand’ mère, celle que je visite tous les ans au cimetière du Haut-Pont était encore de ce monde, elle t"enverrait dans les ronces..., espèce de malotru


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 18:47

                        @njama
                        "Je n’ai rien à apprendre de vous de la Syrie, qui visiblement n’y avez jamais mis les pieds...

                        "
                        Croyez vous que le fait de vous promenez en Syrie sans réfléchir à ce qui s’y passe vous confère une autorité particulière pour exiger que tout le monde gobe ce que vous en dîtes.


                      • njama njama 13 mai 19:06

                        @Jean Dugenêt
                        et vous depuis votre canapé... ?

                        Les faits que vous aurez rapportés l’OSDH depuis Londres ?...
                        C’est quoi vos amitiés syriennes ?


                      • njama njama 13 mai 19:13

                        dsl pour l’orthographe

                        « Lysel », un quartier de la banlieue immédiate de Saint-Omer jouxtant la gare... dont est originaire ma grand mère


                      • njama njama 13 mai 19:57

                        @Jean Dugenêt

                        Croyez vous que le fait de vous promenez en Syrie sans réfléchir à ce qui s’y passe vous confère une autorité particulière pour exiger que tout le monde gobe ce que vous en dîtes.

                        Je n’exige rien Monsieur Dugenêt, vous confondez d’abord promenade touristique et « rencontre »...
                        faîtes état de votre côté de vos liens avec des amitiés syriennes et on en reparle...
                        J’en ai une bonne poignée de mon côté...


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 22:00

                        @njama
                        « C’est quoi vos amitiés syriennes ? »

                        J’ai déjà donné plusieurs fois ma source principale. C’est un recueil de 32 articles de deux organisations trotskistes l’UIT-QI et la LIT-QI. Suivre le lien.

                        Mais vous avez aussi :

                        3 liens sur les victimes de la répression et de la guerre : http://www.vdc-sy.info/index.php/en/, sn4hr.org, Syrian Archive | Syrian Archive

                        Syrie Factuel. Ce collectif citoyen francophone lutte contre la désinformation sur la Syrie en se fondant sur des faits replacés dans leur contexte. Syrie Factuel – Medium

                        James Le Mesurier, directeur de l’ONG Mayday Rescue qui avait aidé au développement et à l’entraînement des Casques blancs en Syrie, est retrouvé mort à Istanbul en novembre 2019. Syrie Factuel l’avait interviewé en 2018. Voici cet entretien exclusif : James Le Mesurier : « Les Casques blancs ont contribué à montrer au monde la réalité de ce que fait Assad » | by Syrie Factuel | Medium

                        Un Œil sur la Syrie, blog lancé en avril 2011 par Wladimir Glassman, alias Ignace Leverrier, arabisant, ancien diplomate et grand connaisseur de la Syrie constitue des archives irremplaçables sur la période 2011-2015. Après sa mort le 21 août 2015, sa famille et ses proches décident de les laisser en accès libre : avril 2011 – Un oeil sur la Syrie (lemonde.fr)

                        Les Dimanches de Souria Houria, conçus et animés par Farouk Mardam-Bey, depuis avril 2014, sont désormais accessibles sur YouTube. Rendez-vous important pour les Syriens de Paris et les Français qui cherchent à comprendre avant de juger. Mais bien entendu « Comprendre n’est pas justifier » Le temps laissé aux questions et aux interventions du public, qui a le sentiment d’être pris au sérieux et respecté permet d’éviter les polémiques stériles. Les Dimanches de Souria Houria (LDSH) – YouTube

                        Sana Yazigi, graphiste de métier à l’origine, a fédéré autour d’elle une équipe et des soutiens financiers pour nourrir un site en trois langues (anglais, arabe, français) qui documente et archive les créations nées dans le sillage de la révolution. Archives – Creative Memory

                        – La mémoire de la révolution en 300 points situés sur une carte établie par le site Creative Memory

                        – La mémoire de la révolution en près de 400 dates. 2011-2013 : de la révolution à l’attaque chimique ; 2014-2016 : de Daech à la chute d’Alep ; 2017-2019 :de la chute de Deraa à la loi César.

                        4/100 Visages de la révolution, les visages derrière les chiffres (100 Faces of the Revolution, the Faces behind the numbers). Blog lancé en mars 2020 par des activistes syriens dispersés dans le monde entier avec un objectif : restituer les 100 visages, 100 histoires de ceux qui ont fait la révolution en Syrie, l’un des plus grands mouvements sociaux de l’histoire moderne. 100 Faces of the Revolution – The faces behind the numbers. (wordpress.com)

                         

                        Newlines Magazine. Fondé en 2020 par le chercheur Hassan Hassan, originaire d’Al-Shaafah près d’Al-Bukamal, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, qui en est le rédacteur en chef. Le magazine est une initiative du Newlines Institute for Strategy and Policy basé à Washington. About & Staff | Newlines Magazine

                        L’association Les familles pour la liberté (Families for freedom) regroupe des femmes qui exigent la libération des détenu(e)s politiques ou disparu(e)s. Families for Freedom – We want our loved ones back. (syrianfamilies.org)

                        Le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (Syrian Center for medias and freedom of expression, SCM) fondé par Mazen Darwish à Damas, en 2004. Syrian Center for Media and Freedom of Expression (scm.bz)

                        Le Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits humains (The European Center for Constitutional and Human Rights, ECCHR) est une ONG à but non lucratif créée en 2007 à Berlin (Allemagne) par Wolfgang Kaleck et des avocats. Son but est de défendre les droits humains par des moyens juridiques. À l’aide d’actions en justice, il vise à tenir pour responsables les auteurs de violations des droits humains. L’ECCHR s’engage dans des poursuites pénales, en utilisant le droit national, européen et international. ECCHR : ECCHR – European Center for Constitutional and Human Rights

                        En mars 2017, avec sept Syriens ayant survécu à la torture et les juristes Anwar al-Bunni du Centre syrien pour les recherches et les études juridiques (Syrian Center for Legal Researches & Studies, SCLRS) et Mazen Darwish du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (Syrian Center for Media and Freedom of Speech, SCM), l’ECCHR a adressé une première plainte au procureur fédéral allemand contre six officiers de haut rang appartenant à la branche militaire des services secrets syriens. Leurs actions et leurs efforts ont abouti au procès de Coblence en avril 2020 et à une première condamnation en février 2021.

                        La Commission pour la justice internationale et la responsabilité (Commission for International Justice and Accountability, CIJA) Who we are | cijaonline.org. organisation fondée en 2011 par le Canadien Bill Wiley, ancien enquêteur des tribunaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda, rassemble experts et analystes dans le but de collecter les preuves des crimes commis en Syrie, notamment par le régime puis par l’organisation État islamique (EI).

                        Mécanisme international impartial et indépendant pour la Syrie, créé en 2016 par l’ONU afin de faciliter les enquêtes sur les violations les plus graves du droit international commises en République arabe syrienne depuis mars 2011 et d’aider à juger les personnes qui en sont responsables. pdf (undocs.org)

                        Open Society Justice Initiative (OSJI) est un programme opérationnel de la Fondation Open Society. Who We Are – Open Society Justice Initiative. a concouru à déposer une plainte le 1er mars au tribunal judiciaire de Paris contre Maher al-Assad et d’autres hauts responsables du régime à propos des attaques chimiques d’août 2013.

                        Bonne lecture.

                         

                         

                         


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 22:07

                        @njama

                        « faîtes état de votre côté de vos liens avec des amitiés syriennes et on en reparle... »

                        Mes camarades et moi œuvrons à la construction d’un parti révolutionnaire syrien et il est évident que nous ne donnerons pas publiquement la liste de nos contacts.


                      • @Jean Dugenêt

                        Mes camarades et moi œuvrons à la construction d’un parti révolutionnaire syrien


                        Basé à Genève, je suppose ? Ils tapent le carton tous les mercredis après-midi en buvant un chocolat chaud ?

                        Sérieux, Jean, c’est terminé. Game over, tu comprends ça ?

                        Bon allez, au débotté, sur les événements en Isräel, je suppose qu’un authentique communiste défenseur de la veuve et de l’opprimé que tu es prend résolument fait et cause contre l’oppresseur israélien ? smiley


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 22:52

                        @Philippe Huysmans, Complotologue
                        « Basé à Genève, je suppose ? »
                        A Genève, ils manifestent devant le palais des congrès pour demander la libération des syriens emprisonnés en espérant qu’ils soient encore vivant.

                        « sur les événements en Israël, »
                        Je ne vous ai pas attendu pour combattre le sionisme.

                        Et pendant ce temps-là, vous cherchez dans la propagande d’Assad comment détourner avec « un autre son de cloche » le regard de ceux qui se tournent vers les victimes des attaques chimiques... Comment vanter les qualités d’un dictateur et les bienfaits d’un grand démocrate comme Poutine où du pouvoir de la théocratie iranienne... Vous pouvez ricaner.


                      • @Jean Dugenêt

                        Je ne vous ai pas attendu pour combattre le sionisme.


                        Eh bien on attend votre prochain article enflammé sur la question...

                        J’espère qu’on n’attendra pas trop longtemps smiley


                      • Attila Attila 14 mai 13:42

                        @alinea
                        « Aucun argument en réponse ? »
                        Surtout aucune réponse sur les témoignages de Roland Dumas et du général américain Wesley Clarke :
                        L’invasion de la Syrie et de l’Iran planifiées depuis 2001

                        .


                      • Attila Attila 14 mai 13:50

                        @Attila
                        Petit extrait des déclarations du général Clarke :
                        « Mais on a une bonne armée et on peut renverser n’importe quel gouvernement. »

                        .


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 17:23

                        @Attila
                        « L’invasion de la Syrie et de l’Iran planifiées depuis 2001 »

                        Vous les avez vu les invasions de la Syrie et de l’Iran. Ils ont planifié de dominer le monde d’envahir tout... et alors.
                        Pour l’instant, les américains n’ont nullement dérangé Bachar el-Assad puisque ce qu’ils ont surtout planifié c’est de ne jamais laisser des révolutions victorieuses. Alors un type qui massacre autant qu’il le peut pour mater une révolution ça les arrange bien. Même celles qui ont été confisquées par des théocraties ou des staliniens comme l’Iran et Cuba les font enrager. Ils ne supportent pas que le capital soit exproprié. Ils ne cherchent qu’à se venger. Ils ont surement aussi planifié d’envahir Cuba...
                        Vous en avez des bien bonnes comme celle-là à m’apprendre ! Bien sûr que ces discours et d’autres du même genre il y en a eu et il y en aura encore. Ce qu’est formidable c’est que vous pensez m’annoncer une grande nouvelle qui irait à l’encontre de ce que j’explique.

                        J’essaie de comprendre. Le fait que dans un discours antérieur ils aient planifié d’envahir la Syrie serait-il à vos yeux la preuve qu’ils ont envahi la Syrie ?

                        Tout cela est un peu lourdingue et n’avance à rien.

                        Êtes-vous toujours certain qu’il n’y a pas eu d’attaques chimiques en Syrie ? Même Poutine et Assad ne sont pas d’accord avec vous. Ils ont une autre version mais personne ne nie (à part quelques type sur Agora Vox) qu’il y a eu des attaques chimiques en Syrie. Mais, il y a plus royaliste que le roi.


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 17:39

                        @Attila

                        « Petit extrait des déclarations du général Clarke :
                        « Mais on a une bonne armée et on peut renverser n’importe quel gouvernement. » »

                        Qu’essayez-vous de montrer comme ça ? Des discours guerriers des dirigeants américains il y en a à la pelle et quand ils ne disent rien ils n’en pensent pas moins.
                        Je reviens à vos discours sur la planification d’un envahissement de la Syrie. On sait qu’il y a le projet du « grand israël » des sionistes. En principe l’ONU et les américains y sont opposés. Mais c’est « en principe ». En fait, les israéliens tentent toujours d’aller le plus loin possible et, après quelques grimaces, les USA entérinent. La danger est donc permanent pour la Syrie et le Liban. Ce qui n’était pas programmé c’était le « printemps arabe » et la révolution en Syrie qui annulent les plans antérieurs. La priorité absolue pour les dirigeants américains c’est la lutte contre la révolution. Ils craignent comme la peste qu’une révolution soit victorieuse même si, en absence d’un parti révolutionnaire, cette révolution devait se trouver confisquée par une théocratie musulmane du style de celle de l’Iran ou, pire, de l’Etat Islamique.

                        C’est pourquoi les américains n’ont nullement dérangé el-Assad. Je répète, une fois de plus :

                        "Quels sont les dégâts que les américains ont infligés aux troupes de Bachar ! Combien d’avions ont-ils descendus ? Combien d’hélicoptères, de chars d’assauts, de canons, de camions, de lances missiles, de mitrailleuses lourdes ? Combien d’installations militaires ont-ils endommagées ? Lui ont-ils pris un canon, un fusil, un poignard, un canif ? Rien ! Les américains n’ont jamais dérangé Bachar el-Assad"

                        Cela, ce sont les faits. Ce n’est ni de la propagande occidentale ni de la propagande de bel-Assad.

                        Quelle position adopter ? En premier lieu, il faut soutenir toutes les révolutions. Ensuite il faut faire tout ce qui est possible pour qu’elle soit victorieuse et que personne ne la confisque. Elle doit alors avoir des prolongements dans la région...

                        .


                      • Xenozoid Xenozoid 14 mai 17:43

                        @Jean Dugenêt

                        Êtes-vous toujours certain qu’il n’y a pas eu d’attaques chimiques en Syrie ? Même Poutine et Assad ne sont pas d’accord avec vous. Ils ont une autre version mais personne ne nie (à part quelques type sur Agora Vox) qu’il y a eu des attaques chimiques en Syrie. Mais, il y a plus royaliste que le roi.

                        mais en quoi dire que,le gouvernement de assad n’a pas utilisé d’arme chimique prouve qu’il l’a fait ? il peux tres bien dire que ses ennemis l’on fait pour l’accuser, et ce ne sont pas les casques blanc qui peuvent le prouver, pourrait tu prouver par exemple que les jihadistes sont des révolutionaires contre une dictature ? une fois cyrus me disait que tous révolutionaire est contre l’ordre établis,il pense comme toi que les jihadiste sont donc sur la bonne voie, un peut comme l’autre qui disait qu’il faisait du bon boulot... tout est confus et on ne reçoit que des brides de ce que l’on veux voire....

                        le problême n’est pas la dictature, non ce n’est pas non plus la conscience politique, c’est cette arogance qui a besoin de se définire dans l’adversité...mais là on sort de la logique qui permet a certain d’utiliser la violence pour un match de foot,alors sommes nous en fait ce que les images nous dictes ?



                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 19:36

                        @Xenozoid
                        Je pense qu’il y a des confusions dans ce que tu dis et que tu me prêtes des propos ou des idées qui ne sont pas du tout les miennes.

                        « mais en quoi dire que,le gouvernement de assad n’a pas utilisé d’arme chimique prouve qu’il l’a fait ? »

                        Assurément cela ne prouve rien. Je n’ai jamais avancé ce sophisme.

                        « il peux tres bien dire que ses ennemis l’on fait pour l’accuser »

                        Oui et il ne s’en prive pas.

                        « pourrait tu prouver par exemple que les jihadistes sont des révolutionaires contre une dictature ? »

                        Non seulement je ne peux pas le prouver mais je suis convaincu du contraire.

                        « il (Cyrus) pense comme toi que les jihadiste sont donc sur la bonne voie »

                        Il pense ce qu’il veut mais moi je ne pense pas ça.

                        "le problême n’est pas la dictature, non ce n’est pas non plus la conscience politique, c’est cette arogance qui a besoin de se définire dans l’adversité... "

                        Moi, je pense que la dictature est un sacré problème.


                      • cyrus cyrus 14 mai 20:00

                        @Jean Dugenêt

                        Salut jean , xenozoid est un fouteur de merde , qui colporte et deforme les propos des autres pour sa propre propagande ...
                        Comme tu le sait il nous adore beaucoup smiley

                        il me prete ces paroles , come si je faisait ’ apologie de l’ islamisme ou plus genaralement du terrorisme ...

                        « il (Cyrus) pense comme toi que les jihadiste sont donc sur la bonne voie »

                        En fait non , mon credo serais qu’ il faut privilegier l’ evolution societale progressive et democratique , mais que par fois quand l’ evolution est en panne et que la democratie est en berne , il est necessaire de se revolter et de foutre un grand coup de pied au cul du systeme ....le plus pacifiquement possible , et surtout sans JAMAIS Toucher au civil , voir meme en evitant les mort des opposant....


                        <<saboteur, attention à ton fardeau, dynamite ! C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères, La haine à nos trousses et la fin qui nous pousse, la misère. >>

                        A+


                      • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 21:47

                        @cyrus
                        Merci d’avoir éclairé ma lanterne.

                        <<saboteur, attention à ton fardeau, dynamite ! C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères, La haine à nos trousses et la fin qui nous pousse, la misère. >>


                        <<Il y a des pays où les gens aux creux des lits font des rêves. Ici, nous vois-tu, nous on marche et nous on tue... nous on crève... Ici, chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait, quand il passe. Ami, si tu tombes, un ami sort de l’ombre à ta place.>>


                      • Attila Attila 15 mai 12:16

                        Récapitulons :
                        Nous avons des documents officiels du Département Américain à la Défense, déclassifiés et publiés : « la possibilité existe d’établir de façon officielle ou pas une principauté salafiste dans l’est de la Syrie (Hasaka et Der Zor) , et c’est exactement ce que veulent les pouvoirs qui appuient l’opposition, de façon à isoler le régime syrien…  »
                        Nous avons un témoignage d’un général américain qui atteste avoir lu en 2001 au Pentagone un document du Secrétariat Américain à la Défense prévoyant d’envahir 7 pays du Moyen-Orient, dont la Syrie et l’Iran.
                        Nous avons le témoignage de l’ancien Ministre des Affaires Étrangères Roland Dumas, deux ans avant la guerre en Syrie, où des hauts responsables anglais lui font part d’un projet anglais d’attaque de la Syrie.
                        Nous avons donc deux sources américaines et une source anglaise, toutes les deux de très haut niveau, qui font état de projets, antérieurs aux événements, d’attaque de la Syrie .
                        Le doute n’est plus permis, l’accusation de « dictateur » et l’exploitation de la contestation politique ne sont que des mensonges pour mettre en œuvre le projet de destruction de la Syrie.

                        .


                      • Copain 11 mai 22:22

                        « Pourquoi montrer le succès des systèmes de défense israéliens alors que le ministre de la Défense se cache des attaques palestiniennes dans un bunker ? »

                        « Allons tous au bunker et attendons que le Hamas soit à court de missiles. Quand le ministre de la Défense du pays est le premier à descendre au refuge, on ne peut parler d’aucune sécurité. « 

                         »Gantz lui-même a eu des ennuis et ne sait plus où se cacher."

                        Environ 400 missiles au total ont été tirés sur Israël, tandis que des missiles iraniens assez modernes sont également utilisés.
                        le ministère israélien de la Défense ait annoncé l’interception de 90% des missiles tirés sur les villes israéliennes (selon des données objectives, ce chiffre est inférieur à 30%)


                        • agent ananas agent ananas 11 mai 22:46

                          Encore un article de quelqu’un qui ne maîtrise pas son sujet et dont la seule source est la propagande de L’Express !

                          Quelle ironie pour quelqu’un prétendant être « allergique aux atlantistes » (voir mon échange) mais qui soutient leur menées impérialistes en Syrie.

                          Schizophrénie ou foutage de gueule ?


                          • alinea alinea 11 mai 23:01

                            @agent ananas
                            Je me pose la question aussi, tellement ça paraît gros !! et pourquoi un tel article aujourd’hui ?


                          • agent ananas agent ananas 11 mai 23:32

                            @alinea
                            Peut être qu’il s’ennuie et qu’il ne lui reste plus tel un mantra que le catéchisme du NPA ? smiley

                            Plus sérieusement cela sent la fin de partie au Levant dont le grand perdant est Israël et ses rêves « expansionistes » ...
                            Le blocus contre la Syrie n’est plus opérationnel maintenant que la marine russe protège les approvisionnements en blé et pétrole. Le mois dernier l’aviation russe a même détruit un camp jihadiste ; une attaque à proximité des bases US dans l’est syrien, une première.
                            Cerise sur le gâteau, l’Iran et l’Arabie Saoudite ont entamé des pourparlers après des années de brouille. Un réalignement dans le monde arabe où les jihadistes risquent d’en faire les frais.


                          • alinea alinea 11 mai 23:38

                            @agent ananas
                            Bien ! je n’ai pas suivi tout ça ces derniers temps... quand on voit ce qui reste à reconstruire dans « le berceau de l’humanité », on espère que ce sera au plus tôt !



                          • alinea alinea 12 mai 18:32

                            @agent ananas
                            Bon, je vais essayer de me débrouiller avec l’anglais bavard !!
                            Merci


                          • agent ananas agent ananas 13 mai 04:09

                            @alinea

                            Pour faciliter la compréhension, il est possible d’ouvrir la transcription (cliquez les trois points à côté de « enregistrer » sous de la fenêtre de visionnage sur Youtube).
                            Cela fonctionne bien avec Firefox. Je ne sais pas avec les autres navigateurs ...


                          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 09:33

                            @agent ananas

                            "Encore un article de quelqu’un qui ne maîtrise pas son sujet et dont la seule source est la propagande de L’Express !"

                            Je n’ai fait aucune citation de l’Express. Par contre j’ai cherché une chronologie sur le net et celle que j’ai trouvée vient d’une journaliste de l’Express qui, évidemment, cite l’Express. Quel crime ai-je fais là ! Si j’avais trouvé une autre chronologie je l’aurais sans doute prise. Mais cela, je sais que les amateurs d’infoSyrie, radioElAssad et Cie ne le produiront jamais. J’ai expliqué pourquoi dans l’article. Donc aucune chronologie ne vous conviendra... Ce sera toujours pour vous de la propagande occidentale. Je pourrais faire la mienne. Il me suffirait, pour commencer, de reprendre celle-là en enlevant les liens. Mais je préfère la vérité, l’honnêteté...

                            Et puis ! La prétention ! L’énorme prétention qui va de pair avec le mépris :

                            "Encore un article de quelqu’un qui ne maîtrise pas son sujet« 

                            Un petit clic sur »agent ananas" pour voir toutes les productions du grand maître donneur de leçons sur Agora Vox. Le résultat : néant ! Rien du tout ! Félicitations ! Le sujet que vous maitrisez c’est donc le néant. Vous devriez vous en tenir là. Quant à vos commentaires, dont vous êtes très fier, ils sont tous au format Twitter. Vous êtes un grand spécialiste du néant et des petites phrases.

                            Mais, puisque vous êtes très fier de vous, vous me rappelez que vous aviez envoyé un lien lors d’un autre article où vous étiez allé jusqu’à envoyer un lien sur YouTube. C’est bien ça : un lien sur un lien. Il y a de quoi être fier. J’avais répondu : "Dommage qu’elle ne parle pas en hongrois. Je suis allergique aux envahisseurs atlantiste de l’ouest (les américains). Je ne parle pas leur langue."

                            Mais, pour vous qui maitrisez le néant, c’était trop fort de tenter de faire de l’humour. Alors, je vous l’explique au premier degré : je ne parle pas le hongrois qui est une langue assez particulière. J’évite maintenant la formule plus classique avec « hébreu » à la place de « hongrois » car, par les temps qui courent c’est risqué (Si vous ne comprenez pas je vous ferai un dessin). Le hongrois, dis ai-je, n’est pas une langue d’origine indo-européenne. Cela explique que très peu de personne en France connaissent cette langue. Je suppose, si j’ai dit cela, que le texte sur lequel vous êtiez fier d’avoir mis un lien était en anglais et c’était cela mon reproche. En effet, bien que ce soit la seule langue étrangère que je connaisse, je suis allergique à l’américain. Devinez pourquoi !

                            Mais, vous insistez dans un autre post. Alors que je vous avais une nouvelle fois reproché de nous ramener la langue de l’ennemi vous aviez écrit :

                            "Lorsqu’on a la prétention de traiter un sujet international, la moindre des choses serait de parler au moins une langue étrangère, l’anglais étant un minimum requis ! Nous sommes plus à l’époque où la francophonie rayonnait au Levant après les accords de Sykes-Picot. Les seuls francophones que l’on y trouve aujourd’hui sont les jihadistes de nos banlieues  !"

                            Comme quoi vous êtes toujours fier de vous et content d’être envahi par la culture américaine avec en plus une pointe de racisme. Vous amalgamez les banlieusards aux djihadistes et vous leur reprochez de ne pas adopter la langue de l’ennemi. Je préfère mille fois ces banlieusards que vous méprisez aux petits bourgeois prétentieux qui se délectent avec leurs petites phrases.

                            Et toujours cette outrecuidance à vouloir donner des leçons :

                            "Lorsqu’on a la prétention de traiter un sujet international".

                            Je ne vous demande pas de donner l’exemple. J’ai des doutes sur vos capacités.

                            Mais, diantre ! Je suis en train de dépasser le format Twitter. C’est peut-être trop pour vous, cher grand maître. J’ai d’ailleurs oublié, dans le style que vous maitrisez : "Schizophrénie ou foutage de gueule ?"
                            Je vous laisse dialoguer avec alinea. Les deux font la paire.


                          • agent ananas agent ananas 16 mai 19:59

                            @Jean Dugenêt
                            Oh punaise ! c’est encore plus grave que je ne pensais. Si vous souffrez de troubles cognitifs allez vous faire soigner. Vous êtes la preuve vivante que le ridicule ne tue pas Dug.... (à compléter au choix, en espérant que le clone de Bouygues ne censurera pas ce « droit de réponse »).
                            Je n’ai hélas ni le temps ni assez de « cerveau disponible » pour rebondir sur tous les points abordés de votre (inter)minable logorrhée que personne ou presque ne lit.
                            Je ne savais pas que ceux qui republiaient la propagande mainstream sur agoravox étaient élevés au rang de spécialiste et détenteur de vérité et par conséquent eux seuls avaient droit au chapitre.
                            Je ne savais pas non plus que parler l’anglais était une trahison et un signe de complaisance à la « culture américaine ». En suivant votre raisonnement, ma connaissance du dialecte napolitain (mon côté maternel) ferait de moi un membre de la Camorra ou mes rudiments de thaï-laotien un adepte du bouddhisme theravada ?
                            Concernant les banlieusards, j’ai plutôt de la pitié que du mépris. J’ai moi même passé une bonne partie de mon adolescence dans une cité pourrie du Val de Marne. Donc que des banlieusards pour la plupart d’origine maghrébine participent aux côtés des brigades takfiristes internationales à une guerre d’agression en Syrie ne relève pas du racisme mais est un fait bien documenté.
                            Quant « aux petits bourgeois prétentieux », regardez vous dans un miroir. Pour choisir un avatar comme le votre il faut avoir la « cafetière » passablement enflée et une haute opinion de soi même.
                            Enfin, désolé pour mon style « tweeter » (oui il y a une vie en dehors d’agoravox) ..., et je me concentre donc sur l’essentiel au lieu de déblatérer des élucubrations sans fin ni tête.


                          • babelouest babelouest 12 mai 03:20

                            De qui les dirigeants « américains » ne sont-ils pas les ennemis ? D’eux-mêmes ? Pas sûr....


                            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 09:03

                              @babelouest

                              "De qui les dirigeants « américains » ne sont-ils pas les ennemis ? D’eux-mêmes ? Pas sûr..."

                              En effet, ils veulent diriger le monde et le monde n’est pas d’accord.


                            • simir simir 12 mai 09:00

                              Les communistes ont soutenu Pol Pot....

                              Rien que cela donne le ton mensonger de tout l’article.

                              Ils n’ont pas soutenu mais expliqué comment on en était arrivé là dont la cause principale les milliers de tonnes de bombes étasuniennes déversées sur le pays.

                              Aux débuts des années 70, le président Richard Nixon et son conseiller Henry Kissinger ordonnèrent de lancer sur les zones rurales du Cambodge plus de bombes que n’ furent lancées sur le japon pendant la deuxième guerre mondiale, tuant au moins 750.000 paysans cambodgiens

                              Les survivants horriblement marqués dans leur corps et en tout cas traumatisés par l’expérience quotidienne des bombardements terroristes ont fuit dans les villes.

                              À la fin de la guerre, dans la seule capitale, il y avait deux millions de cambodgiens déracinés par la guerre et amassés dans des « taudis » et « bidonvilles »

                              Il faut ajouter à tout cela les « massacres à grande échelle » perpétrés par les troupes de Lon Nol, arrivé au pouvoir en 1970 par un coup d’Etat préparé à Washington.

                              Alors oui c’est Pol Pot qui a pris la décision d’évacuer les villes, mais cette attitude même est poussée par le spectacle de villes terriblement surpeuplées.

                              Pourquoi le jugement devrait il être pire pour Pol Pot que pour Nixon et Kissinger ?

                              Après la reconquête de leur pays par les vietnamiens ce sont les Etats Unis qui ont soutenu Pol Pot er surtout l’armée vietnamienne communiste qui l’ renversé.

                              Le gouvernement de Thatcher a aussi soutenu à ce moment là le régime défunt de Pol Pot aux sein des Nations Unies et a même envoyé le SAS (Forces Spéciales - NDT) pour former ses troupes exilées au Thailande et en Malaisie. Au mois de mars dernier (2009), un ancien membre du SAS, Chris Ryan, aujourd’hui un auteur à succès, s’est lamenté dans une interview que « lorsque John Pilger, correspondant à l’étranger, a découvert que nous formions les Khmers Rouges, nous avons été renvoyés chez nous et j’ai du rendre les £10.000 que j’avais reçues pour mes frais. »


                              Donc voilà je ne suis même pas allé plus loin dans l’article me doutant que cela doit être les mêmes mensonges sur Bachar El Assad qui a avec l’aide des russes écrasé la fameuse « armée syrienne libre » que l’on présentait comme une rebellion modérée, alternative à B El Assad s’est mise sous le parapluie de la Turquie ou a fait alliance avec les groupes terroristes affiliés à Al Qaïda ou ayant fait allégeance à Daech et à son autoproclamé khalifat islamique.

                              Il n’est pas bon de résister à l’empire pour certains qui doivent rager que la « révolution » du printemps arabe n’a pas pris en Syrie, protégeant ce pays d’Al Nosra qui avait fait du si bon boulot. Bravo aux syriens, les vrais, par ceux aux bottes des occidentaux et des islamistes.

                              N’est ce pas M Dugenêt ?




                              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mai 22:41

                                @simir
                                « Bravo aux syriens, les vrais, par ceux aux bottes des occidentaux et des islamistes ».

                                Je ne peux pas répondre à tout ce que vous dîtes. Je ne prends donc que cette conclusion. Les mots que vous employez me conviennent à l’exception du mot « islamistes » que je remplace par « djihadistes ».

                                Oui, je dis bravo aux syriens d’avoir su affronter avec tant de courage et de persévérance la dictature d’Assad. Malheureusement, faute de soutiens, le peuple s’est trouvé beaucoup trop désarmé par rapport à l’adversaire. Une telle disproportion dans le rapport des forces a été fatale à la révolution. Le peuple syrien a été massacré de toutes parts : bombardé par les avions russes et américains combattu au sol par la partie de l’armée syrienne restée fidèle au dictateur et bénéficiant du renfort des mercenaires russes. Il a fallu en plus qu’elle affronte la cinquième colonne : les djihadistes de l’Etat Islamique qui avaient été mis en place par toutes les forces réactionnaires : el-Assad, les services secrets américains, l’Arabie... Bien évidemment, à un certain moment, la disproportion dans le rapport des forces était telle que, malgré sa vaillance, la population révoltée ne pouvait plus faire face à une telle puissance militaire. Le dictateur aux bottes de toutes les puissances contre-révolutionnaires, y compris les américains, est finalement resté debout même s’il ne gouverne plus grand chose. Il doit maintenant obéir à Poutine et aux ayatollahs dans un pays qui n’a plus d’état et ne contrôle pratiquement plus ses frontières.


                              • QAmonBra QAmonBra 12 mai 11:20

                                @ moi l’auteur, juste quelques mots :

                                Toutes les nations arabes refusant de reconnaitre l’apartheid $ionnard, a commencer par ses plus proches voisines,

                                ont de graves problèmes avec les pays occidentaux, c’est à dire tous les états à populations d’origine européenne.

                                Tous les régimes arabes collaborant, même en secret, avec ledit état colonial ont été laissé tranquilles et protégés, même si c’était et c’est toujours, pour la plupart d’entre eux, les plus obscurantistes, les plus arriérés, les plus sanguinaires et les pires dictatures de la planète, auprès de qui, en tous cas, un dirigeant arabe élu et laïc comme B. Al Assad passe pour un enfant de cœur.

                                Comme vous ne me ferez jamais gober votre ignorance de cette factuelle et incontestable réalité, ma question est donc qu’est ce qui pousse la prétendue extrême « gÔÔÔche » dont, semble t il, vous êtes un partisan, a faire le lit de la ploutocratie mondialiste ?

                                Le fait d’être « $ionnisée » à cœur, comme quasiment l’ensemble du spectre « politichien » français, voire occidental ?

                                L’alléchante perspective d’un hypothétique gouvernement mondial, potentielle opportunité pour l’internationalisme communiste des rêves trotskistes ?

                                Tout cela à la fois ou/et autre chose que votre humble contradicteur ignore ?

                                Merci d’avance pour la réponse quand vous pourrez, en vous priant de m’épargner la nauséeuse et lancinante logorrhée « merdiatique ». . .


                                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 19:55

                                  @QAmonBra

                                  « Toutes les nations arabes refusant de reconnaitre l’apartheid $ionnard, a commencer par ses plus proches voisines, ont de graves problèmes avec les pays occidentaux, c’est à dire tous les états à populations d’origine européenne »

                                  Cette appréciation me semble quelque peu raciste : les arabes contre les blancs avec une exception pour les arabes qui lèchent les bottes aux sionistes.

                                  « Tous les régimes arabes collaborant, même en secret, avec ledit état colonial (Israël) ont été laissé tranquilles et protégés »

                                  Il est préférable de les citer : Arabie, Emirats... quels autres ? Je pense qu’il y a surtout des intérêts de grandes finances liés au pétrole.

                                  « un dirigeant arabe élu et laïc comme B. Al Assad passe pour un enfant de cœur. »

                                  Je crois qu’Assad est devenu président après le décès de son père. Il a hérité du poste comme dans une monarchie. Ce n’est qu’un des aspects de ce régime dictatorial. Il est exact que c’est une dictature laïque c’est à dire tolérante sur les questions religieuses (ce qui n’empêche pas un favoritisme pour une religion). Ce n’en est pas moins une féroce dictature.

                                  « la prétendue extrême « gÔÔÔche » dont, semble t il, vous êtes un partisan »
                                  Non je n’en suis pas partisan. Je suis pour la révolution socialiste.

                                  « L’alléchante perspective d’un hypothétique gouvernement mondial »

                                  Ce n’est pas mon problème. Ma perspective n’a rien de nouveau. C’est exactement le même combat que celui de Marx (plus de 170ans).

                                  « en vous priant de m’épargner la nauséeuse et lancinante logorrhée « merdiatique ». »

                                  J’espère vous avoir épargné.


                                • QAmonBra QAmonBra 15 mai 12:57

                                  @Jean Dugenêt

                                  (. . .)« Cette appréciation me semble quelque peu raciste : les arabes contre les blancs »(. . .)

                                  Mon propos serait raciste alors que pour vous les arabes ne sont pas des blancs !?

                                  Pour le moins surprenant comme argumentation de la part d’un prétendu marxiste, je suis curieux de savoir où se trouve pour vous le curseur de la blancheur de peau ?
                                  Avoir exclusivement un teint rose pastel, virant au fushia quand on l’excite ?

                                  Ou bien être génétiquement d’origine européenne, donc caucasienne ?

                                  Aurait je déniché en votre étonnante personne, une espèce idéologiquement aussi rare et étrange que l’ornithorynque en zoologie : Un marxiste racialiste, mondialiste et $ioniste, bref, un caméléon idéologique ?

                                  (. . .)« Je pense qu’il y a surtout des intérêts de grandes finances liés au pétrole. »(. . .)

                                   !? Les royaumes hachémite et chérifien liés à la finance pétrolière ?

                                  Wouaouuu ! Que voilà un « scoop » de premier plan, les monarchies jordanienne et marocaine seront ravies d’apprendre qu’elles sont assises sur des gisements d’hydrocarbures, assez conséquents pour intéresser les grands financiers de la planète.

                                  Plus sérieusement, dites moi que vous faites simplement partie de ceux soutenant « le droit à l’existence » de l’état $ioniste et, comme tous les $ionnards, ayant une dent contre le Président syrien, les choses seront plus claires pour tout le monde. . .


                                • JC_Lavau JC_Lavau 12 mai 11:22

                                  Une note de 11 sur 112. La rosemarde et le Sylvain font sensiblement aussi bien.


                                  • xana 13 mai 12:07

                                    Rien d’intéressant dans cette ènième resucée de haine anti-assad.

                                    Merci J Dugenêt, on la connait déjà par coeur.

                                    Moi, je ne sais pas pourquoi, plus je lis cette littérature haineuse, plus j’aime ce « dictateur », et il semble que les Syriens font de même.

                                    Oh, je me doute qu’il n’est pas « tout blanc », bien sûr. Mais être haï par tous ces salauds, et par tous ceux dont le métier est de colporter une haine de commande, ca vous rend presque saint.

                                    Vive la Syrie libre, et vive Bachar Al Assad !


                                    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 11:26

                                      @xana
                                      « Vive la Syrie libre, et vive Bachar Al Assad !  »
                                      Vous n’avez pas peur des contradictions ! Pourquoi pas : « Vive l’Allemagne libre, vive la Neue Europa et vive Hitler ! »


                                    • BA 13 mai 12:30

                                      C’est l’article le plus important de l’année 2021 :


                                      Notre armée est infiltrée.


                                      https://www.place-armes.fr/post/lettre-explosive-le-capitaine-alexandre-juving-brunet-a-rejoint-place-d-armes


                                      • Xenozoid Xenozoid 13 mai 22:54

                                        jean , que penses tu des casque blancs ?


                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 10:06

                                          @Xenozoid
                                          Globalement, je pense beaucoup de bien des casques blancs mais il faudra que je me renseigne davantage.
                                          Je ne sais plus où j’ai lu que dès que les troupes d’Assad reprenaient du terrain, elles viraient les casques blancs.
                                          Je n’ai rien abordé jusqu’à maintenant des questions les plus importantes : les différents courants et tendances de « l’opposition ». Sa direction officielle qui restait une direction « bourgeoise ». La différence entre soutien militaire et soutien politique qui amène parfois les révolutionnaires à combattre aux côtés de forces dont la direction est contestable. Et surtout le plus important : l’absence de parti révolutionnaire et comment le construire. Quelques personnes ont tenté d’ouvrir la voie. Voir par exemple :« A l’est de Damas, au bout du ponde. Témoignage d’un révolutionnaire syrien »

                                          Avant d’aborder les véritables questions, il faut se farcir les réformistes, néo-réformistes, crypto-staliniens, castro-chavistes, anti-révolutionnaires, contre-révolutionnaires et pro-dictateurs... beaucoup de travail préliminaire avant d’aborder les questions importantes.


                                        • chantecler chantecler 14 mai 10:11

                                          @Jean Dugenêt
                                          Ouais et il faut aussi se farcir les divagations de Dugenêts et là c’est pas de la tarte .


                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 11:29

                                          @chantecler
                                          « Ouais et il faut aussi se farcir les divagations de Dugenêts et là c’est pas de la tarte ». Est-ce que quelqu’un vous oblige à lire ce que j’écris ? Quant au terme « divagations », je vous rappelle qu’un jugement de valeur négatif sans argumentation s’appelle une insulte.


                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 11:44

                                          @cettegrenouilleci
                                          « Tu te couvres de honte et de ridicule. » et il y en a quelques autres qui commencent à avoir la queue basse...


                                        • chantecler chantecler 14 mai 11:51

                                          à Dugenêt ,
                                          Je ne comprends pas comment de tels articles et propos basés sur des analyses spécieuses , mensongères pour ne pas dire purement idéologiques passent la modération .
                                          Vous avez le droit de tenir un blog .


                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 13:15

                                          @chantecler
                                          "Je ne comprends pas comment de tels articles (...) passent la modération« 

                                          Que pensez-vous du fait d’interdire des écrits qui ne correspondent pas à ce que vous pensez ? N’est-ce pas ce que font les dictateurs ?
                                          Je participe à la modération et ce n’est pas sur des critères de ce genre que je porte mes jugements. Je regarde en premier si la charte d’Agora vox est respectée (pas de racisme, calomnies, insultes, diffamations...) Ensuite je regarde si l’auteur argumente son point de vue, donne des références concernant les faits...

                                          Exemple de ce que je refuse. Vous affirmez trois choses concernant ce que j’ai écrit :
                                           »propos basés sur des analyses spécieuses , mensongères pour ne pas dire purement idéologique"
                                          Trois affirmations sans référence, sans argumentation, sans preuve. Voilà ce que je refuse. Par contre je ne demande pas que l’auteur soit d’accord avec moi.


                                        • @Jean Dugenêt

                                          Trois affirmations sans référence, sans argumentation, sans preuve. Voilà ce que je refuse.

                                          Reste à s’entendre sur ce qui vaut « référence » pour toi et j’ai dans l’idée que les nôtres ne trouveraient pas grâce à tes yeux.

                                          T’as tellement de mal à assurer ce que tu es ?


                                        • velosolex velosolex 16 mai 10:44

                                          @Jean Dugenêt
                                          « Je ne comprends pas comment de tels articles (...) passent la modération« 

                                          Volià le cri qui fait sens. Comment se fait il qu’ils aient laissé passé ça...Une trahison ?...Ne sommes nous pas en syrie. ? Qui a osé parler, contredire la vérité officielle de notre cher président Poutine et de son valet Bachar....C’est vrai que le sujet est toujours ici tellement traité de façon caricaturale que les prosélytes sont surpris de voir la vérité exprimée, de la même façon qu’un militant de daesh peut l’être quand il voit une femme à visage découvert dans la rue....

                                          Effectivement moi aussi je suis surpris. Bravo à la direction donc d’agoravox, qui tient tout de même à représenter la diversité d’opinion, la doxa habituelle sur le sujet le boucher Bachar, étant si caricaturale et négationniste, que même la Pravda en aurait été épouvanté. Il faut que la dissidence ait un minimum de représentation pour que la voix officielle soit crédible, tout de même, et entretenir un minimum de crépage de chignon. Sinon, le débat faute d’opposant est en mort clinique avancée. C’est pour cela que n’importe quel journal extrémiste tient à donner une minimum de représentation aux opposants. 
                                          La Syrie nous montre qu’il est inutile de montrer des images, de donner des chiffres, de récolter des témoignages face à des gens blindés comme du béton, ou qui sont influenceurs, propagandistes ou sentinelles
                                          . IQu’importe les millions d’exilés, les enfants torturés, seul leur importe le confort de leur certitude infatuée....C’est la même chose que le débat sur le covid. Les chinois veillent au grain, et ont mille petites mains pour tenter de tenir le couvercle en place. Essayez donc de faire un article sur le labo de wuhan, d’où de plus en plus de probités, le désigne comme la source de l’épidémie. »Fake news ?" N’empêche, la vérité se fait jour, au fur et à mesure que le scandale de la manipulation et du mensonge explose


                                        • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 mai 14:30

                                          @Philippe Huysmans, Complotologue
                                          "Reste à s’entendre sur ce qui vaut « référence » pour toi et j’ai dans l’idée que les nôtres ne trouveraient pas grâce à tes yeux« 

                                          C’est beaucoup plus simple que cela. Je parle de référence au sens où l’entends la Wikipédia dans « Référence souhaitée ». Le sens c’est : vous venez d’affirmer quelque chose mais dîtes nous d’où vous sortez cela. Il faut donner un fait ou une citation...

                                           »T’as tellement de mal à assurer ce que tu es ?"
                                          Si j’avais des problèmes psychologiques je n’irais pas vous trouver comme thérapeute. Ne vous tracassez pas pour moi.


                                        • troletbuse troletbuse 14 mai 06:20

                                          Je suppose que les sources viennent de la presse mainstream. Donc, c’est du lourd ..... de mensonges.


                                          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mai 11:43

                                            @troletbuse
                                            « Je suppose que les sources viennent de la presse mainstream. Donc, c’est du lourd ..... de mensonges. »

                                            Si c’est de mes sources que vous parlez, vous supposez très mal. J’ai déjà donné mes sources et je les rappelle.

                                            ========================================

                                            Ma source principale est un recueil de 32 articles de deux organisations trotskistes l’UIT-QI et la LIT-QI. Suivre le lien.

                                            Mais vous avez aussi :

                                            3 liens sur les victimes de la répression et de la guerre : http://www.vdc-sy.info/index.php/en/, sn4hr.org, Syrian Archive | Syrian Archive.

                                            Syrie Factuel. Ce collectif citoyen francophone lutte contre la désinformation sur la Syrie en se fondant sur des faits replacés dans leur contexte. Syrie Factuel – Medium

                                            James Le Mesurier, directeur de l’ONG Mayday Rescue qui avait aidé au développement et à l’entraînement des Casques blancs en Syrie, est retrouvé mort à Istanbul en novembre 2019. Syrie Factuel l’avait interviewé en 2018. Voici cet entretien exclusif : James Le Mesurier : « Les Casques blancs ont contribué à montrer au monde la réalité de ce que fait Assad » | by Syrie Factuel | Medium

                                            Un Œil sur la Syrie, blog lancé en avril 2011 par Wladimir Glassman, alias Ignace Leverrier, arabisant, ancien diplomate et grand connaisseur de la Syrie constitue des archives irremplaçables sur la période 2011-2015. Après sa mort le 21 août 2015, sa famille et ses proches décident de les laisser en accès libre : avril 2011 – Un oeil sur la Syrie (lemonde.fr)

                                            Les Dimanches de Souria Houria, conçus et animés par Farouk Mardam-Bey, depuis avril 2014, sont désormais accessibles sur YouTube. Rendez-vous important pour les Syriens de Paris et les Français qui cherchent à comprendre avant de juger. Mais bien entendu « Comprendre n’est pas justifier » Le temps laissé aux questions et aux interventions du public, qui a le sentiment d’être pris au sérieux et respecté permet d’éviter les polémiques stériles. Les Dimanches de Souria Houria (LDSH) – YouTube

                                            Sana Yazigi, graphiste de métier à l’origine, a fédéré autour d’elle une équipe et des soutiens financiers pour nourrir un site en trois langues (anglais, arabe, français) qui documente et archive les créations nées dans le sillage de la révolution. Archives – Creative Memory

                                            – La mémoire de la révolution en 300 points situés sur une carte établie par le site Creative Memory

                                            – La mémoire de la révolution en près de 400 dates. 2011-2013 : de la révolution à l’attaque chimique ; 2014-2016 : de Daech à la chute d’Alep ; 2017-2019 :de la chute de Deraa à la loi César.

                                            4/100 Visages de la révolution, les visages derrière les chiffres (100 Faces of the Revolution, the Faces behind the numbers). Blog lancé en mars 2020 par des activistes syriens dispersés dans le monde entier avec un objectif : restituer les 100 visages, 100 histoires de ceux qui ont fait la révolution en Syrie, l’un des plus grands mouvements sociaux de l’histoire moderne. 100 Faces of the Revolution – The faces behind the numbers. (wordpress.com)

                                             

                                            Newlines Magazine. Fondé en 2020 par le chercheur Hassan Hassan, originaire d’Al-Shaafah près d’Al-Bukamal, dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, qui en est le rédacteur en chef. Le magazine est une initiative du Newlines Institute for Strategy and Policy basé à Washington. About & Staff | Newlines Magazine

                                            L’association Les familles pour la liberté (Families for freedom) regroupe des femmes qui exigent la libération des détenu(e)s politiques ou disparu(e)s. Families for Freedom – We want our loved ones back. (syrianfamilies.org)

                                            Le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (Syrian Center for medias and freedom of expression, SCM) fondé par Mazen Darwish à Damas, en 2004. Syrian Center for Media and Freedom of Expression (scm.bz)

                                            Le Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits humains (The European Center for Constitutional and Human Rights, ECCHR) est une ONG à but non lucratif créée en 2007 à Berlin par Wolfgang Kaleck et des avocats. Son but est de défendre les droits humains par des moyens juridiques. À l’aide d’actions en justice, il vise à tenir pour responsables les auteurs de violations des droits humains. L’ECCHR s’engage dans des poursuites pénales, en utilisant le droit national, européen et international. ECCHR : ECCHR – European Center for Constitutional and Human Rights. En mars 2017, avec sept Syriens ayant survécu à la torture et les juristes Anwar al-Bunni du Centre syrien pour les recherches et les études juridiques (Syrian Center for Legal Researches & Studies, SCLRS) et Mazen Darwish du Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression (Syrian Center for Media and Freedom of Speech, SCM), l’ECCHR a adressé une première plainte au procureur fédéral allemand contre six officiers de haut rang appartenant à la branche militaire des services secrets syriens. Leurs actions et leurs efforts ont abouti au procès de Coblence en avril 2020 et à une première condamnation en février 2021.

                                            La Commission pour la justice internationale et la responsabilité (Commission for International Justice and Accountability, CIJA) Who we are | cijaonline.org. organisation fondée en 2011 par le Canadien Bill Wiley, ancien enquêteur des tribunaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda, rassemble experts et analystes dans le but de collecter les preuves des crimes commis en Syrie, notamment par le régime puis par l’organisation État islamique (EI).

                                            Mécanisme international impartial et indépendant pour la Syrie, créé en 2016 par l’ONU afin de faciliter les enquêtes sur les violations les plus graves du droit international commises en République arabe syrienne depuis mars 2011 et d’aider à juger les personnes qui en sont responsables. pdf (undocs.org)

                                            Open Society Justice Initiative (OSJI) est un programme opérationnel de la Fondation Open Society. Who We Are – Open Society Justice Initiative. a concouru à déposer une plainte le 1er mars au tribunal judiciaire de Paris contre Maher al-Assad et d’autres hauts responsables du régime à propos des attaques chimiques d’août 2013.

                                            ======================================================

                                            Toutes ces sources sont très différentes de celles qui viennent des services de propagande de Bachar el-Assad et de son ami Poutine comme infoSyrie, Réseau Voltaire...


                                          • Attila Attila 15 mai 18:07

                                            Il soutient le spéculateur Georges Soros : c’est le bouquet !
                                            « Open Society Justice Initiative (OSJI) est un programme opérationnel de la Fondation Open Society. Who We Are – Open Society Justice Initiative. »
                                            L’officine « Open Society » est financée par George Soros. Soros a participé à financer les événements de la place Maïdan en Ukraine :
                                            « Ce week-end, George Soros a confié à Fareed Zakaria de CNN qu’il est responsable de la création d’une fondation en Ukraine qui a contribué en définitive au coup d’État et à l’instauration d’une junte triée sur le volet par le département d’État américain. »
                                            « Soros a travaillé en étroite collaboration avec l’USAID, la National Endowment for Democracy (Fondation nationale pour la démocratie, qui effectue désormais un travail que la CIA faisait autrefois), l’International Republican Institute, le National Democratic Institute for International Affairs, la Freedom House, et l’Institut Albert Einstein afin de débuter une série de révolutions de couleur ».
                                            Révolutions de couleur qui servent à déstabiliser et à renverser des gouvernements qui n’obéissent pas à l’impérialisme américain.

                                            .



                                          • JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 17:15

                                            @Jean Dugenêt. Merci de ton aveu : tu travailles pour György Soros !


                                          • @JC_Lavau

                                            Bah comme tous les trotskystes, pourquoi as-tu l’air étonné ?

                                             smiley


                                          • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 24 mai 18:23

                                            @JC_Lavau
                                            Vous êtes encore avec vos agents secrets, Wall Street et la CIA pour expliquer la lutte des classes, les révolutions et les guerres... Amusez-vous bien !


                                          • JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 19:37

                                            @Jean Dugenêt.

                                            Dû à Lewis Carroll :

                                            « Je n’ai pas cassé la théière que vous m’avez prêtée, parce que :

                                            1) Quand je vous l’ai rendue, elle n’était pas cassée,
                                            2) Quand vous me l’avez prêtée, elle était déjà cassée,
                                            3) Et de toute façon, ce n’est pas à moi que vous l’avez prêtée. »

                                            Sur ce modèle :

                                            Le complot dont je suis le porte-parole n’a jamais existé, n’est que le produit de votre imaginature enfiévrée.

                                            Et le complot est bienveillant par définition, puisqu’il me caresse dans le sens du poil.

                                            Et vous les trop soupçonneux et résistants, vous serez écrabouillés, car je suis infaillible, omniscient et tout-puissant.


                                          • njama njama 15 mai 13:31

                                            Syrie le peuple opprimé sous la botte du dictateur

                                            20 déc. 2016 (1’20) https://www.youtube.com/watch?v=rYiJF5OCgFQ


                                            • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 17 mai 14:33

                                              @njama
                                              C’est mieux de nous donner la pub à Poutine que celle de l’extrême droite mais on connait les limites. Vous restez dans le même cercle


                                            • njama njama 15 mai 13:46

                                              @Jean Dugenêt

                                              Loin de ce que vous vous représentez de la Syrie j’imagine

                                              un p’tit tour à Damas en bonne compagnie si vous avez un quart d’heure histoire de coller un peu avec la réalité du peuple syrien dont vous voudriez en être le chantre, le libérateur

                                              SYRIENNES

                                              Reportage réalisé en Syrie par Julien Rochedy pour TV Libertés. On y découvre le point de vue de femmes et filles syriennes, libres de faire leurs études, de pratiquer leurs passions ou d’exercer leur profession, dans la peur qu’elles ressentent tous les jours depuis le début du conflit Syrien de voir les rebelles islamistes triompher. Ce reportage permet d’offrir un autre angle sur le conflit le plus sanglant de ce début de XXIe siècle, afin de comprendre une réalité bien plus complexe que celle qui nous est montrée par les grands médias traditionnels.

                                              13 déc. 2016 https://www.youtube.com/watch?v=EhL8D0wYevo

                                              faîtes la révolution en France plutôt, une dictature s’y installe..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité