• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les enjeux de la campagne d’influence sur la grippe H1N1 : un cas (...)

Les enjeux de la campagne d’influence sur la grippe H1N1 : un cas d’indécidabilité ?

On ignore encore ce qui va advenir. Mais, ce qu’on sait déjà, c’est que le nom de la grippe H1N1 restera attaché à une campagne d’influence planétaire comme on en a rarement vu ces dernières années. Jamais, semble-t-il, on n’aura suivi la progression d’une grippe aussi attentivement, avant même que son nom ne soit définitivement arrêté : elle a été tour à tour appelée « grippe mexicaine », du nom du pays où elle est apparue, puis « grippe porcine », du nom de l’animal qui en aurait été le vecteur, puis « grippe A » et enfin « grippe H1N1 ».

1- Le procédé de la répétition
 
Ce qui frappe, c’est l’ampleur des moyens mis en œuvre, tant internationaux avec l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), que nationaux pour tenir en haleine et en alerte depuis plusieurs mois une opinion publique d’abord distraite, voire indifférente.
 
 On a été très tôt mis au courant de la mise en fabrication de centaines de millions de doses de vaccins en prévision de l’expansion probable de l’épidémie à l’approche de l’hiver en Europe, après l’hiver austral d’Amérique du Sud. Des débats sur l’innocuité du vaccin ou sa dangerosité selon les patients, avec ou sans adjuvant, ont maintenu sur le devant de la scène cette épidémie qu’on a vu avancer pas à pas. Puis il a été question du port de masque par prévention. On en croise dans le métro parisien.
 
Si plan médias il y a eu, on est frappé par la docilité des médias traditionnels à relayer les directives gouvernementales comme les menus faits relatifs à l’épidémie. Y a-t-il eu un seul jour depuis plusieurs mois où le sujet de la grippe H1Ni n’ait pas été traité dans les journaux radiophoniques ou télévisés du midi ou du soir ? Après la querelle sur les vaccins, est venu le décompte minutieux des victimes, d’abord des malades, dans les autres pays et en France, puis des cas mortels, avec parfois des erreurs dans l’imputation de la cause du décès. Les fermetures d’établissements scolaires ont été l’une après l’autre égrenées. Sous diverses formes, la grippe H1N1 est ainsi souvent restée présente à « la une » des journaux.
 
Puis ont été évoqués les consignes de vaccination, la réticence des professions de santé dans un premier temps, les appels incessants à ne pas prendre cette grippe à la légère. Tous les médias ont été mobilisés. Des messages publicitaires ont conseillé de mettre son coude devant sa bouche quand on tousse ou un mouchoir de papier et de jeter le mouchoir après usage. Il n’a pas été dit ce qu’on devait faire du coude. On a même vu des appels s’inscrire sur les panneaux lumineux de la signalisation autoroutière. Une première, sauf erreur ! (voir photo ci-contre) 
Le procédé employé, on le voit, est celui de la répétition inlassable sous toutes ses formes et ses diverses déclinaisons ou redondances. Pas d’enseignement ni d’inculcation sans une répétition incessante, dans l’apprentissage intellectuel ou physique comme dans une campagne d’influence. 
 
2- L’argument d’autorité
 
Pour vaincre les résistances qui cependant ne désarmaient pas, l’argument d’autorité a été asséné. Les sommités médicales sont venues inciter le peuple à la vaccination, depuis l’OMS jusqu’aux mandarins de la médecine. La ministre de la santé a même payé de sa personne : dans une mise en scène soignée, elle a offert son bras en public à la piqûre. On n’attend plus qu’une cérémonie à l’Élysée où l’on verrait le président de la République et tout le gouvernement en faire autant sous les yeux des journalistes accrédités préalablement ameutés.
 
3- La stimulation intensive du réflexe de la peur
 
Le troisième procédé employé est bien entendu la stimulation du réflexe de la peur, « ce grand moteur des actions humaines », selon Clémenceau. Il faut s’être bouché les oreilles et les yeux pour ne pas savoir que cette grippe peut être mortelle selon les patients. Le précédent de la grippe espagnole, en 1918, avec sa trentaine de millions de morts a été souvent agité par les hautes autorités médicales et politiques. Il est même désormais question d’une mutation du virus H1N1 dans trois cas, pouvant ouvrir sur une incertitude accrue. 
 
Comment, dès lors, ne pas céder à la peur, même si, dans un premier temps, on s’est montré réfractaire ou qu’on était seulement dans l’expectative ? Le doute a fini par s’insinuer et la peur a été inoculée avant même les germes inactivés du vaccin.
 
4- La pression du groupe
 
Les centres de vaccination seraient pris d’assaut, les files et les temps d’attente s’allongeraient ; on a fait appel aux médecins militaires, au bénévolat des étudiants en médecine pour renforcer le personnel soignant. Les généralistes libéraux demandent de pouvoir vacciner dans leur cabinet. Le but poursuivi semble être atteint. On insiste désormais sur le nombre de vaccinés : déjà un million de personnes ! trompette-t-on dans les médias. On reconnaît le leurre de la pression du groupe. On sait, en effet, depuis les expériences de Solomon Asch, que nul ne sort indemne d’une confrontation avec le groupe : ou l’individu adopte le point de vue du groupe, fût-il absurde, ou il reste rongé par un doute délétère sur la légitimité de sa propre opinion.
 
Un cas d’indécidabilité ?
 
La paradoxe est que l’on a beau disposer des moyens d’information les plus performants que l’humanité ait jamais connus, on reste dans l’impossibilité de savoir si cette campagne d’influence a été montée de toutes pièces ou au contraire répond à l’application élémentaire du principe de précaution. Certains laissent entendre qu’elle tombe bien, en pleine crise économique et financière : de là à imaginer un plan médias comme leurre de diversion pour détourner les esprits de ce scandale absolu qu’est le fonctionnement de la finance mondialisée, il n’y a qu’un pas. Ils avancent comme argument qu’il existe bien d’autres maladies qui tuent quotidiennement beaucoup plus que la grippe H1N1 mais qui ne font pas l’objet de tant d’attention médiatique et dont les victimes ne sont pas aussi méticuleusement recensées.
 
Mieux, si, par malheur, la grippe H1N1 fait un grand nombre de victimes, les autorités seront à l’abri de tout reproche pour avoir pris les devants et mobilisés la population. Et si, par bonheur, elle en fait peu, les autorités seront encore justifiées en mettant en avant la campagne de vaccination qui a porté ses fruits. On est bien en présence d’un cas où il est impossible de se prononcer sur les enjeux de cette campagne d’influence : les performances technologiques médiatiques qui ouvrent comme jamais des accès aux informations, n’empêchent pas de laisser le citoyen démuni devant un cas d’indécidabilité. Paul Villach
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • french_car 30 novembre 2009 10:36

    Villach au lieu de rester allusif dites-nous quelle autre maladie tue bien plus quotidiennement que le H1N1 et pour laquelle on dispose également d’un arsenal préventif ? Pourquoi parler de victimes non méticuleusement recensées ? Il y a des affections dont la déclaration est obligatoire et d’autres non.
    Le gouvernement ne fait pas dans la diversion, au pire cette crainte peut se surajouter aux difficultés actuelles et cela renforce la mauvaise humeur de l’électorat. Le gouvernement se prémunit, les précédents de sang contaminé (oups on va avoir droit au couplet sur la Halde et le président Schweitzer, le père Beau et tout le toutim !!) et de canicule poussent le ministère à l’anticipation, qui s’en plaindrait ?
    Et pourquoi parler d’indécidabilité ? Se vacciner ou non ? Faites le pari de Pascal : le vaccin lui ne tue pas, tout au plus il vous filera 2 jours de fièvre et peut-être, sans-doute il vous protégera contre le virus.
    Quant au syndrome de Guillain-Barré - je sais que certains l’évoqueront ici - il n’a pas été constaté. C’est une rumeur par association avec des faits vieux de 33 ans lire ci-dessous :
    http://www.pandemiedegrippe.com/2009/09/16/le-vaccin-contre-la-grippe-a-h1n1-et-le-syndrome-de-guillain-barre/
    Faites-vous vacciner si vous en avez l’occasion !


    • herve33 30 novembre 2009 13:16

      @french_car
      Au rythme actuel , il faudrait 3 ans pour faire vacciner toute la population .

      Le vaccin ne tue pas , pour l’instant , on en sait absolument rien , mais ce qui est certain , c’est que sur des dizaines de millions de vaccinés , des centaines de vaccinés développeront des effets secondaires graves et des dizaines irréversibles .

      Combien de morts réels de la grippe H1N1 , soit disant une centaine , ce chiffre est à prendre avec des pincettes car c’est plutot le nombre de morts sans risques connus qu’il faut prendre en compte , et cela ne doit pas dépasser une dizaine de cas . Ce qui ne doit pas etre supérieure en cas d’épidémies de grippes ou de gastro .

      Donc , si vous n’etes pas une personne à risques , le rapport bénéfice/risque du vaccin penche largement en défaveur du vaccin .


    • french_car 30 novembre 2009 14:55

      Herve33 explicitez-vous : « ce qui est certain , c’est que sur des dizaines de millions de vaccinés , des centaines de vaccinés développeront des effets secondaires graves et des dizaines irréversibles » .


    • menfin menfin 1er décembre 2009 10:44

      BEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!!!!!!!!


    • french_car 30 novembre 2009 10:39

      Chose qui n’a rien à voir je voudrais bien savoir pourquoi Revelli est venu faire un tour sur mon profil Viadeo. Certes il n’avance pas masqué mais je commence à me demander quelle exploitation est faite des données de connexion ...


      • Jackie H amatchi 30 novembre 2009 11:09

        M. Villach, vous avez tout à fait raison de citer les expériences de Solomon Asch. 
        Ce qui se passe en est l’illustration typique, pas seulement parmi le public mais aussi parmi les parlementaires ou les décideurs intermédiaires qui, j’en suis persuadée, ne sont pas tous des « vendus » à l’industrie pharmaceutique. 
         
        La pression du groupe est omniprésente dans cette affaire, et bien rares sont ceux qui se permettent d’exercer leur libre arbitre, malgré l’évidence de bénignité de la grippe.


        • willy 30 novembre 2009 11:14

          Et si, par malheur, le vaccin fait un grand nombre de victimes ???


          • RougeNoir 30 novembre 2009 11:14

            Ce qui est très amusant est qu’effectivement, on parle beaucoup d’engouement des foules pour se faire vacciner, mais on ne peut se fier qu’aux « bonnes » paroles des médias, d’habitude si prompts à utiliser essentiellement et majoritairement l’image. Là, aucune photos de ce phénomène de masse (comme illustration sur Yahoo, je n’ai vu qu’un petit vieux de dos, qui n’avait pas l’air très bousculé ou très bousculeur, il était seul sur la photo, et on ne sait même pas s’il se trouvait devant un centre de vaccination. Question : où sont passés les centaines de milliers de clichés, les heures de films, si chers aux médias, qui plus est dans des circonstances aussi exceptionnelles ? A moins que tout cela ne soit fabriqué... Les médias n’ont pas pu rapporter d’images car il n’y en a aucune.


            • Augustule pipo 30 novembre 2009 12:43

              et surtout pas un seul direct !!!!


            • bugsy 30 novembre 2009 11:38

              lire : Le virus du pouvoir

              Enquête sur une campagne de vaccination prise en grippe

              ce virus tue beaucoup moins que celui de la grippe saisonnière
              les hôpitaux manquent de matériels et de personnels : vous risquez d’en mourir
              les vaccins arrivent ... après le virus, mais avant d’avoir été évalués dans les règles de l’art
              plus de la moitié des 2 milliards de masques achetés par la France ne filtrent pas les virus
              les gels et solutions hydro-alcooliques ne remplacent pas l’eau et le savon
              il reste de gros stocks d’antiviraux depuis la grippe « aviaire » de 2005
              mais les labos s’en sont déjà mis plein les fouilles ... et ils ne seront pas responsables en cas d’accidents !

              Vous trouverez le .PDF ici : http://www.revoltes.net/?article1700


              • Serge Serge 30 novembre 2009 14:53

                Que les zélés défenseurs de la politique du gouvernement en matière de lutte contre la grippe A et pourfendeurs de ces pauvres ignares de français qui n’acceptent pas les « boniments officiels » répondent à ces quelques questions pour prouver que Bachelot et sa clique « d’experts » sont dans le vrai.
                1) Nous allons...« maintenir un schéma vaccinal prudentiel (? ??) à 2 INJECTIONS. »
                 R.Bachelot...Le FIgaro du 6/11/2009.
                Sans explication on passe à UNE INJECTION !!!
                Où est le sérieux médical ?N’est-ce pas la preuve que ces vaccins n’ont pas été soumis à des tests cliniques sérieux et complets ???
                2) Alors que la propagande médiatico-politique ne cesse de nous répéter depuis des mois que la grippe A est « UNE PANDEMIE »qui va faire de nombreux morts ( certains ont même parlé de « peste du XXI ème siècle !!! ) pourquoi le site officiel du gouvernement est toujours à la PHASE 5,c’est à dire »extension des cas.«  ?
                Est-ce lié au fait que le passage en PHASE 6,c’est à dire PANDEMIE...implique la gratuité des soins ???
                3)Pourquoi le gouvernement refuse de communiquer les contrats financiers de commande des vaccins avec GSK ( 50 millions de doses ),Sanofi ( 28 millions de doses ),Novatis ( 16 millions de doses )...SECRET COMMERCIAL ET INDUSTRIEL...tel est l’argument...ce qui en dit long sur la conception de la santé des français...LA SANTE=UNE MARCHANDISE QUI RAPPORTE !!!
                4) Pourquoi les laboratoires bénéficient de la »protection juridique" ???
                ETC...ETC...


                • cathy30 cathy30 30 novembre 2009 16:16

                  Paul Villach
                  ne vous inquietez pas, les politiciens cherchent un scenario pour un film catastrophe ou bien ils prennent trop de coke, qui sait ?


                  • chips 30 novembre 2009 18:56

                    @ Cathy30

                    Le scénario catastrophe c’est vous qui l’écrivez



                    • AniKoreh AniKoreh 30 novembre 2009 17:10



                      Au tout début de l’année, rappelons-nous, point de grippe mexicaine, point de grippe porcine.. Point d’alerte 6, de pandémie, de virus A H1N1 à l’horizon.. 

                      Cependant, voici ce que l’on pouvait lire le 16 janvier 2009 dans Le Parisien. La page existe toujours. Bachelot, déjà, était à la barre.. (Il y a une belle photo) Pour reprendre les termes de l’article : « De la motivation, (il y) en aura besoin en cette année 2009 qui s’annonce chargée.. » On reste confondu devant tant de pré-science. Tout cela n’est-il pas tout bonnement merveilleux ? 

                      http://www.leparisien.fr/saint-denis-93200/un-qg-pour-faire-face-aux-crises-sanitaires-16-01-2009-375348.php

                      Saint-Denis Un QG pour faire face aux crises sanitaires
                      16.01.2009
                       
                       
                      C’est un lieu hautement stratégique qui s’est discrètement installé fin décembre à Saint-Denis, à deux pas du Stade de France. Son nom : l’EPRUS, pour Etablissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires. Créée en 2007 et auparavant implantée à Paris (VIème ), cette agence de 700 m2 regroupe 31 salariés qui ont reçu hier matin la visite de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot. (photo) . « Je suis ravie de voir enfin l’EPRUS installée dans des locaux adaptés, avec une équipe motivée », s’est réjouie la ministre au terme d’un bref échange avec le personnel. Pandémie, tsunami, attentats…

                      De la motivation, l’EPRUS en aura besoin en cette année 2009 qui s’annonce chargée. « Notre rôle est de devenir une plaque tournante qui permettra de fournir les pouvoirs publics en moyens humains et matériels en cas de crise sanitaire grave ou de problèmes plus ponctuels », résume Thierry Coudert, directeur général de l’EPRUS depuis octobre. Pandémie grippale, tsunami, attentats terroristes, dengue : le « pool de professionnels de la santé » de l’Eprus interviendra en cas de situations exceptionnelles impliquant un risque de désorganisation du système de soins en France et à l’étranger .

                      Selon Thierry Coudert, le « chantier de 2009 » est de recenser et de vérifier la qualité des médicaments, vaccins et masques actuellement en stock (voir notre édition nationale d’hier). Mais aussi de recruter une « réserve sanitaire », un vivier de 1.500 volontaires mobilisables immédiatement (voir encadré), de couvrir juridiquement et servir d’agence de voyages. « L’idée est de réagir le plus vite possible aux sollicitations », insiste Thierry Coudert.

                      Par ailleurs, l’EPRUS devrait acquérir cette année le statut d’établissement pharmaceutique qui lui permettra de stocker les médicaments sur différents sites tenus secrets en France, mais aussi de sous-traiter leur fabrication en cas de besoin. Lors des attaques terroristes de Bombay en décembre, l’EPRUS a déjà envoyé une mission composée de cinq médecins, deux psychologues et deux convoyeurs. Elle pourrait intervenir très rapidement à Gaza, dans les territoires palestiniens, où un manque de chirurgiens a récemment été signalé.

                      Le Parisien


                      • @politique @politique 30 novembre 2009 19:42

                        BONSOIR A TOUS !
                         wè...c’est un fait, l’homme est mortel. Quelle révélation...
                        Quand j’ai la chance d’admirer la voute céleste, je me dis que nos préoccupations fondamentales devraient êtres bien autre. Car mourir n’est pas une maladie. Ce que nous faisons de notre passage ici est bien plus essentiel non ???
                        Enfin, à chacun de voir.
                        Peur de mourir ? égale peur de vivre.


                        • chips 30 novembre 2009 20:41

                          Ben ouai expliquez cela a ceux qui ont peur d’une bête piqure ....

                          Comment réagiront ils lorsqu’ils devront subir des interventions lourdes ???? la réponse est simple, il se feront anesthésier par des produits effectivement connu des poisons, le curard c’est pas mal ....... ils subiront leur chimio en priant pour leur survie...

                          Certain comprendront peut être alors que si la souffrance et la maladie peuvent être évités c’est tant mieux


                        • willy 30 novembre 2009 20:47

                          @ « Chips »

                          N’importe quoi ! Quelle bassesse d’esprit. Ce que vous dites est une honte. Vous devriez vous en excuser.


                        • chips 30 novembre 2009 23:09

                          De quelle bassesse parlez vous ? lorsque de jeunes sont mis en coma artificiel, ou qu’ils sont mis sur respirateur. Lorsque vous considerez que 500 000 Décès de la grippe sont le résultat d’une grippette


                        • Paul Muad Dib 1er décembre 2009 10:26

                          salut @politique...peur de mourir = peur de vivre, tout a fait d’accord..les deux sont absolument lies, car début = fin, or a refuser de voir cet aspect mortel , ce qui est le cas , on ne peut être réellement vivant, certes on fait des « choses » mus par la peur, comme d’accumuler des sommes démentielles d’argent et autres attitudes enfantines, reste que notre ego est en fuite permanente de sa mort a venir, donc il fuit ,c’est la que nait la peur, et donc on est en fuite de notre nature réelle, donc on vit dans une illusion !!! peut être au moment de mourir cet ego se dira : si j’avais su....trop tard ,hélas...
                          théorie personnelle : je me demande si certaines maladies virales ne sont pas profitables au corps ,voir a l’esprit, j’ai eu cette impression plusieurs fois, d’ailleurs j’en suis rendu a ne même plus prendre d’aspirine ou de paracétamol,..en cas de maladie tres grave c’est a voir, la medecine de la derniere chance existe bien sur...
                          précision : je ne souhaite pas en faire du prosélytisme bien sur, cela est du domaine de la décision personnelle, c’est juste une question que je lance..


                        • aspic aspic 30 novembre 2009 20:29

                          Conséquences de cette affaire pour moi (et beaucoup de gens autour de moi) : 
                          -doute en la sincérité des nouvelles par France Inter, JT etc...(les journalistes dégradées en serviteurs aveugles du régime en place)
                          -désintérêt de regarder « la propagande »
                          -envie de trouver les vrais infos ailleurs (Agoravox et autres, surtout sites étrangers)
                          Nouvelle qui m’a été rapporté hier : la petite ville a coté competerait déja 12 vaccinées sur environs 2000 habitants. (longues attentes dans les centres de vaccinations ?) 


                          • chips 30 novembre 2009 20:36

                            Les sites étrangers dont vous parlez reprennent les articles d’agoravox.

                            Nous parlons d’un site en train de disparaitre, a force de lasser, lorsqu’il n’y a plus de modération, celaest précurseur, lorsqu’il n’y a plus que le sensationnalisme pour attirer le chaland ce n’est pas bon du tout ...


                            • docdory docdory 30 novembre 2009 21:51

                              Cher Paul Villach


                              Je ne saurais trop vous conseiller, au sujet de la grippe A H1N1, la lecture d’un excellent article de mon confrère Dominique Dupagne, éminent agoravoxien de surcroît . Ce médecin généraliste enseignant , dans un texte qui est accessible , sinon au commun des mortels , mais en tout cas à tous ceux qui ont une culture scientifique du niveau bac , essaie de répondre à la question « faut il ou non se faire vacciner contre cette grippe » .

                              Dominique Dupagne est , sur le plan médical , l’archétype de ce que Montaigne appelait « l’honnête homme » .

                              Son article est un modèle de ce que devrait être « le consentement éclairé du patient » , et nécessite une lecture approfondie.

                              Je donne souvent la référence internétique de ce texte à ceux de mes patients qui me posent la question de l’opportunité du vaccin, parce que l’argumentation qu’il développe est trop longue pour être entièrement développée dans une consultation. 

                               http://www.atoute.org/n/article134.html

                               Disons que nous ne sommes pas à proprement parler dans un cas d’indécidabilité , mais que c’est au patient de décider en son âme et conscience, sans pression du médecin, car celui-ci ne saurait être le propriétaire d’une décision qui n’appartient qu’au patient .

                              Personnellement , je ne me suis pas fait vacciner, ni mes enfants , car nous l’avons tous attrapé avant que le vaccin ne soit disponible !


                              • vergobret 6 décembre 2009 18:01

                                Doc,

                                « Éminent agoravoxien ». A quel niveau la sommité ?
                                En terme de fréquence de fréquentation du lieu, ou de position hiérarchique dans la spécialité ?
                                En terme d’éminence ce-que-vous-dites, nous avons Dr Girard, si si, c’est récent mais avéré, les 100 questions...
                                Que ne le citez vous pas ?
                                Il est virologue, lui. Et peu philosophe, pour cette cause.
                                Que n’incitez-vous pas vos patients à consulter en même temps ses déclarations (référencées), afin d’équilibrer le poids des données, et ainsi faire œuvre d’objectivité.
                                Bisous


                              • chips 30 novembre 2009 23:11

                                Ben mais comme nous sommes tous parano ici, nous pouvons facilement imaginer que sans avoir l’air d’y toucher il oriente bien contre cette vaccination.


                                • Francis, agnotologue JL 1er décembre 2009 09:14

                                  Sur France Inter ce matin il a été dit que la vaccination des enfants des maternelles et primaires aurait lieu aujourd’hui.

                                  Sur cette même antenne, l’inénarrable Hélène Cardin disait l’autre jour, je cite : « il n’est pas sûr que les enfants de maternelles et primaires pourront refuser le vaccin comme peuvent le faire leurs ainés des lycées et collèges ».

                                  Comme il a été annoncé sur cette même antenne que les petits devront être accompagnés de leurs parents, c’est donc tout et n’importe quoi qui se dità la radio nationale censée « savoir ».

                                  Comme rien n’est anodin dans cette affaire, quelqu’un peut-il en dire un peu plus sur cette vaccination des petits dans les centres de vaccination ?


                                  Ps : il semble que dans mon environnement proche, à peine 3 ou 4 % des collégiens ont une autorisation de vaccination signée des parents. Plus de 95% ont des attestations de refus. Si d’aventure, ils vaccinaient les petits sans autorisation des parents, ainsi qu’Hélène Cardin le sous entendait, ce serait un casus belli.


                                  • Francis, agnotologue JL 1er décembre 2009 09:55

                                    Renseignements pris auprès des autorités compétentes, ce sont bien les parents qui conduiront leurs enfants dans les centres de vaccination.

                                    Madame Hélène Cardin en annonçant sur France Inter que, je cite : « il n’est pas sûr que les petits puissent refuser le vaccin » a donc dit n’importe quoi.


                                  • AniKoreh AniKoreh 1er décembre 2009 11:54

                                    @ chips : desquels « 500.000 décès de la grippe résultat d’une grippette » parlez-vous ?? 

                                    Non, je vous le demande, car j’y trouve comme une curieuse similitude avec les chiffres officiels de l’OMS justement : celui des décès consécutifs à la grippe saisonnière dans le monde, chaque année.

                                    Et dites-moi, le comptage des décès attribuables à la grippe A H1N1 dans le monde, et toujours selon l’OMS, hein, il en est où ?? Vous ne sauriez l’ignorer, j’imagine, mais bon je le rappelle, n’est-ce pas : « près de 9.000 décès » (chiffres officiels communiqués par l’OMS, il y a 3 jours). 


                                    • AniKoreh AniKoreh 1er décembre 2009 12:25


                                      Précisons encore : « L’OMS fait état d’ »au moins 7.826 morts« dans le monde depuis l’apparition du virus en mars-avril dernier » (AFP). 

                                      Donc, petite rectification à mon post : « près de 8.000 décès ». Au temps pour moi.


                                      • Mohammed MADJOUR Mohammed 6 décembre 2009 14:23

                                        Définition du mot « pandémie » :

                                        "Une pandémie (du grec pan = tout et demos = peuple) est une épidémie qui s’étend à la quasi-totalité d’une population d’un continent ou de plusieurs continents, voire dans certains cas de la planète."

                                        Le conditionnement des populations par les tra la la de la démocratie politique a réussi !

                                        La crainte, l’obéissance, le repli, l’alignement, l’égoïsme... ont atteint l’ensemble de l’humanité !

                                        C’est en effet le dernier échelon de la plus grave pandémie : Le Refus étant mort, l’humanité devient amorphe, elle survit alors sournoisement grâce aux acquis du passé lesquels acquis sont de plus en plus remis en cause par les heureux élus d’une médiocre démocratie !

                                        Mohammed.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès