• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les escadrons de la mort sociale

Les escadrons de la mort sociale

  Le fascisme est un système autoritaire qui associe populisme, nationalisme et totalitarisme au nom d'un idéal collectif. Il s'oppose à la démocratie parlementaire et au libéralisme traditionnel. Le Néofascisme innove en ce qu’il n’a besoin d’aucun chef providentiel, une minorité agissante se reconnait dans le système et fait appliquer les commandements sans qu’elle ait à recevoir des ordres.

 

JPEG

Le fascisme nécessite l’installation d’une caste dirigeante. Il rejette la notion d’égalité, un ordre hiérarchique doit apparaître avec à son sommet le plus apte, le plus grand, un leader égal d’un dieu. Un idéal de pureté ethnique en découle qui conduit à l’antisémitisme, à l’homophobie, à l’exclusion des personnes handicapées. Le fascisme exalte la force et s’appuie sur la virilité et célèbre les vertus guerrières. Le parti fasciste est contre la démocratie, l’individualisme, la société libérale, le capitalisme, le socialisme et le communisme. Le néofascisme sera pour l’individualisme, la société libérale et le capitalisme mais restera contre le socialisme, le communisme... et la démocratie prise au sens strict impliquant une possibilité d’expression égale pour tous.

Oeuvrer pour le bien du capitalisme présente l’immense avantage de pouvoir se passer d’un Chef source de toute directive suprême. En effet se doter de valeurs (morales ou non) conduit inévitablement à un foisonnement d’idéologies pas toujours incompatibles les unes avec les autres mais malgré tout difficilement conciliables engluées qu’elles sont dans des incarnations d’idées venant de tous horizons. Tout au contraire, le culte de l’argent fournit une valeur commune à tous sans même qu’il soit nécessaire d’expliciter ses commandements. Le néofascisme se débarrasse ainsi de tout lider maximo qui devient vite gênant car il prend vite toute la place dans les médias et foisonne dans le coeur des militants. Une nébuleuse prend sa place sous forme d’un réseau complexe grâce à des affinités électives et surtout des intérêts communs : le centre de décision, délocalisé, perd toute visibilité.

Toute domination a tendance à s’étendre en éliminant ceux qui ne se rangent pas sous sa bannière. Le néofascisme, qui est en quelque sorte une version doucereuse du fascisme, doit séduire s’il ne veut pas avoir à réprimer trop visiblement. Toutes sortes de délices sont offertes à ceux qui acceptent, plus ou moins volontairement, plus ou moins consciemment, de renoncer à leur intelligence personnelle pour adopter les pensées gazeuses à la mode. Chaque citoyen est en particulier réduit à son état d’électeur et le système lui fournit ce qu’il réclame souvent à cor et à cri en tant que sous-groupe social : quelques subsides puisées dans l’argent magique des dettes, des libertés sociétales plus ou moins imaginatives, la possibilité de faire repentance pour tenter de se faire pardonner les exactions commises dans le passé, donner à ceux qui le souhaitent le plus ardemment un statut de victime lui permettant un accès à diverses facilités... et tant d’autres choses n’ayant pas grand-chose à voir avec la vie politique de la Cité.

La volonté de puissance de l’élite n’étant pas complètement satisfaite, elle se détache de ses semblables nationaux et fait sécession en jetant son dévolu sur des forces de travail lointaines et encore peu protégées de l’esprit de rapine des plus cupides. Une gouvernance mondiale fut rêvée sous l’égide du pays phare du néofascisme, la seule envisageable, mais il fallait pour ce faire contraindre sous une forme ou sous une autre l’ensemble du continent asiatique et ses cinq milliards d’habitants, et distraire aussi les presque 2 milliards de musulmans de leurs habitudes religieuses dans lesquelles ils se sont réfugiés pour avoir raté l’accès à la modernité occidentale. Le déclin étatsunien menaça avant que le gouvernement mondial puisse émerger, mais la gouvernance imposée par d’immenses compagnies multinationales avait beaucoup progressé jusqu’à transférer les centres de décision des conseils d’administration encore quelque peu peuplés d’humains aux nébuleuses financières impalpables, vaporeuses, insaisissables.

Le marché pharmaceutique représente environ 1000 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Les cinq premiers groupes à l’échelle mondiale comportent deux américains, deux suisses et un allemand. Lors de la récente pandémie, un vaccin a été mis sur le marché en évinçant les autres plus pour des raisons politiques que médicales. Une clause aurait été signée pour dédouane le laboratoire de toute responsabilité dans le cas de la survenance d’effets indésirables. L’efficacité du vaccin s’est révélée bien au-dessous des annonces. Des attaques d’une violence extrême furent menées contre ceux qui mettaient ces faits en lumière et d’autres promoteurs de molécules susceptibles d’amoindrir les problèmes liés à la maladie.

Mais rien, ou pas grand-chose, ne fut décidée au niveau gouvernemental pour tenter de conduire à une mort sociale les déviants de la doxa vaccinale, le néofascisme n’agit pas ainsi. L’un des intéressés fut menacé de mort. Une plainte fut déposée, une enquête menée, le coupable fut trouvé. Il ne s’agissait pas d’un illuminé, ni d’un nervi d’un groupuscule d’activistes mais du chef de service infectiologie du CHU de Nantes. Ainsi, nul besoin d’engager des paramilitaires pour faire régner l’ordre dans un secteur professionnel, quelques uns de celui-ci, les plus sensibles à la vulgate du temps, se donnent pour tâche d’éliminer tous ceux qui tentent de réfléchir par eux-mêmes y compris contre la bien-pensance du moment ce qui peut aller jusqu’à remettre en question d’in-évidentes preuves scientifiques.

Pour déclencher les vagues d’insultes, les menaces, les remises en cause personnelles ou professionnelles, pouvant conduire à la mort sociale, il suffit d’activer un des mots clés contre lesquels s’est bâti le néo-fascisme.

« Quelques jour après sa mise en ligne, ma vidéo sur la théorie du grand remplacement fait l’objet d’une campagne d’insultes et d’avis négatifs sur YouTube. Plus de 3 500 « dislikes », de « pouces rouges » accompagnent les commentaires haineux »

Tout autre mention même parfaitement policée à un sujet considéré comme sensible s’accompagne des mêmes réactions.

« Depuis plusieurs semaines, tribunes et articles de presse d’une particulière virulence se multiplient , pour désigner à la vindicte populaire un seul homme, T. R. sur lequel pèse l’accusation infamante d’ antisémitisme. Une publication a été faite récemment intitulée ‘Critiques des intellectuels communautaires’ où est pourfendue le soutien exclusif de certains intellectuels français envers Israël au mépris de leur prétention à l’universalité. Cela est fâcheux car depuis longtemps le philosophe est dans la ligne de mire des personnalités dont il fustige l’alignement systématique sur les positions israéliennes. » Et les choses ne resteront pas là car des actions pour agressions sexuelles vinrent prendre le relais des diatribes.

« L’homosexualité reste un des derniers tabous de notre société dite ’libérale et avancée’. Les organes de presse évitent en général d’en parler sauf lorsqu’il s’agit de renforcer le caractère particulièrement odieux d’une agression ou d’un crime. Le journaliste soulignera alors avec effroi et délectation que l’agresseur est homosexuel. » Cette assertion peut être contestée, le gouvernement ayant financé une vaste campagne d’affichage indiquant en lettres immenses : ‘Oui, mon père est gay.’ ‘Oui, ma coloc est lesbienne.’

Les escadrons de la mort sociale ne sont pas organisés selon une hiérarchie stricte mais ils sont puissants, ils peuvent détruire en un instant une vie, une vie professionnelle, sans aucun tribunal autre que celui de la rumeur. Les persécuteurs sont animés par des rancoeurs ancestrales et ont à leur disposition les tout derniers moyens technologiques. Tous les champs leur sont accessibles : recherche, industrie,moeurs,politique, vie privée et ils s’adossent aux réseaux numériques pour satisfaire leur appétit de puissance en tablant sur le fait qu’éliminer les contradicteurs permet de faire apparaître la vraie raison, la leur.

En France, plus de 40 % des moins de 50 ans ont subi des attaques répétées sur les plates-formes sociales en ligne. Doit-on s’habituer au lynchage médiatique impuni et servant constamment les intérêts d’une même caste ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 26 avril 08:32

    Moi, il me semblait qu’au contraire, les LGBT avait plutôt le vent en poupe, dans le camp du bien !


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 avril 08:47

      @Séraphin Lampion

      Les minorités sont systématiquement utilisées pour diviser les perdants de la mondialisation.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 26 avril 08:55

      @Jacques-Robert SIMON

      les femmes (plus de 50% de la population) seraient-elles une minorité ?


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 avril 09:31

      @Séraphin Lampion

      Les femmes comme les hommes sont divisées dans le même but.


    • mmbbb 26 avril 08:52

      «  « Quelques jour après sa mise en ligne, ma vidéo sur la théorie du grand remplacement fait l’objet d’une campagne d’insultes et d’avis négatifs sur YouTube. Plus de 3 500 « dislikes », de « pouces rouges » accompagnent les commentaires haineux » » Vous n avez besoin de poster des videos dans la vie courante, vous ne pouvez plus affirmer une opinion franche . Au travail, il est dans votre intérêt de ne pas avoir une sincérité 

      Les coups ourdis , la mise à l ecart , sont de mises 


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 avril 09:32

        @mmbbb

        C’est exact, la répression est constante.


      • tashrin 26 avril 09:26

        En France, plus de 40 % des moins de 50 ans ont subi des attaques répétées sur les plates-formes sociales en ligne. Doit-on s’habituer au lynchage médiatique impuni et servant constamment les intérêts d’une même caste ?

        Je ne suis pas sur que ce soit l’apanage d’une seule caste. les campagnes de harcelement sont tout aussi bien presentes chez les fans du bloc identitaire que chez les soutiens LGBT. C’est plutot le reflet de l’époque, et l’utilisation abusive de l’arme à disposition de tous que sont les réseaux sociaux, actionnable par n’importe qui, contre n’importe qui, et pour n’importe quoi par le biais de la publicité.

        Comme disait Frayssinet, on peut dire n’importe quoi, y aura toujours des mecs pour soutenir l’inverse. Et pire, y en aura toujours pour être d’accord

        Sur tout le reste, je souscris à votre analyse. Ce neofascisme autoalimenté est terrifiant


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 avril 09:33

          @tashrin

          C’est vrai que tous les groupes sont animés par le désir de domination mais un d’entre eux a nettement le dessus.


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 26 avril 10:26

          « Le capitalisme contemporain est devenu par la force de la logique de l’accumulation, un ’’capitalisme de connivence ’’. Le terme anglais ’’ crony capitalism ’’ ne peut plus être réservé aux seules formes ’’sous-développées et corrompues’’ de l’Asie du Sud est et de l’Amérique latine que les ’’vrais économistes’’ (c’est à dire les croyants sincères et convaincus des vertus du libéralisme) fustigeaient hier. Il s’applique désormais aussi bien au capitalisme contemporain des États-Unis et de l’Europe. Dans son comportement courant, cette classe dirigeante se rapproche alors de ce qu’on connaît de celui des « mafias », quand bien même le terme paraîtrait insultant et extrême.  » Par Samir Amin, économiste et président du World Forum for Alternatives

           

          Mafiosisme  : système socio-économique qui se caractérise par le fait que les fortunes personnelles des très riches se confondent avec celles de leurs empires industriels, financiers ou mafieux, à l’instar des rois qui « possédaient » la France. Avec toutes les tares mafieuses mais sans les avantages de la royauté. Évidemment.

           


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 avril 11:04

            @Francis, agnotologue

            Si je me fie uniquement à ce que je connais très bien, la recherche est en train de sombrer sous les coups des marchés.


          • zygzornifle zygzornifle 26 avril 10:50

            La gauche a voter pour .....


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 avril 11:05

              @zygzornifle

              La « gauche » n’offre aucune perspective de dignité aux classes dites populaires.


            • pierrot pierrot 26 avril 15:21

              Je me réjouie qu’enfin l’UE fasse le ménage sur les sites antisociaux où prolifèrent des anonymes obscurantistes et complotistes contre la vérité des faits, très souvent d’extrême droite.


              • Julien30 Julien30 26 avril 15:46

                @pierrot
                Oui l’UE pour dire le vrai et interdire tous ceux qui la contredisent voilà une saine vision démocratique, comme l’avait annoncé Churchill les fascistes dans votre genre se parent des oripeaux de l’anti-fascisme, vous êtes à ce titre encore plus dangereux que les originaux.


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 avril 17:47

                @pierrot

                Je crois me souvenir que le ménage est éminemment sélectif.


              • eddofr eddofr 26 avril 15:45

                Le fascisme de Benito MUSSOLINI est vraiment mis à toutes les sauce de nos jours.

                Il doit kiffer un max, au fond de son trou plein de lave incandescentes, aux enfers, le le Benito !

                Problème fondamental de la pensée « collectiviste » :

                Comment récompenser celui qui œuvre au profit de la collectivité ?

                Comment punir celui qui œuvre à son profit personnel au détriment de la collectivité ?

                Comment surtout protéger de la vindicte collective celui qui œuvre à son profit personnel, sans profiter ni nuire à la collectivité ? 


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 avril 17:49

                  @eddofr

                  Il n’y a aucune récompense à envisager lorsqu’on oeuvre pour le bien collectif.


                • Verbalant_P Verbalant_P 27 avril 10:23

                  @Jacques-Robert SIMON Je dirais même plus : « La vertu est à elle-même sa propre récompense » (Spinoza) 


                • eddofr eddofr 29 avril 10:38

                  @Jacques-Robert SIMON

                  Stakhanov était quand même fier et content de ses médailles.

                  Nul être humain n’existe en dehors du regard de l’autre et l’approbation c’est quand même vachement bien, même si tu ne fait pas les choses « pour ça ».


                • VDob 26 avril 19:16

                  Il n’y a qu’à voir la façon dont les médias américains ont accueilli l’élection de Trump en 2015 pour comprendre que la démocratie était clairement rentrée dans le collimateur.


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 27 avril 07:34

                    @VDob

                    C’est exact:il est difficile d’admettre des bornes à la démocratie même si une expérience passée fut désastreuse.


                  • zygzornifle zygzornifle 27 avril 08:45

                    Avec Macron c’est la roulette Africaine, version de la roulette Russe mais ou ne retire qu’une seule balle du barillet ..... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité