• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les femmes et les hommes sont différents...

Les femmes et les hommes sont différents...

Si le titre de cet article est sans aucun doute un truisme, vous ne saviez peut-être pas qu'au niveau de l'ADN, la ressemblance entre un homme et une femme est du "même ordre de grandeur qu'entre un être humain et un chimpanzé de même sexe" (98,5%). Entre deux hommes ou deux femmes la ressemblance est 99,9%. J'ai lu ça dans ma feuille de chou quotidienne et comme vous le savez déjà la presse est tellement mensongère, alors méfiance. On dit bien que l'homme est proche du porc, ce qui est faux et injuste pour l'animal, l'homme est bien plus cochon. Bon maintenant ça suffit, halte au spécisme ! Les femmes et les hommes sont tous égaux, mais pas dans le domaine de la santé !

Les stéréotypes de genre ont la vie dure

Oui, vous savez, la femme qui serait douillette et fragile, contrairement au mâle viril et inoxydable, genre Roky Balboa, "j'ai pas mal ! " qu'il hurlait sur le ring, la tête ensanglantée et défoncée par les coups de poing d'une montagne russe de muscles. Bon, ce n'était que du mauvais cinéma. Mais que penser de cette étude qui prétend que "les femmes attendent en moyenne 16 minutes de plus que les hommes aux urgences avant de recevoir un antidouleur". Encore un fake venu des Etats-Unis ? Toujours est-il que par rapport à des représentations stéréotypées, les femmes seraient victimes de "sous-diagnostics". Donc, elles seraient moins bien soignées que les hommes ce qui serait totalement inadmissible si cela était vrai.

Prenons l'exemple de l'infarctus du myocarde qui serait sous-diagnostiqué chez les femmes. Et vous savez pourquoi ? "Car considéré comme une pathologie masculine", à peine croyable non ? Alors que "56% des femmes meurent de maladies cardiovasculaires", pour seulement 46% des hommes. "Première cause de décès dans le monde devant le cancer du sein".

Que faire pour mieux soigner les femmes ?

Une médecine sexuellement différenciée, voilà la solution préconisée, car apparemment ce n'est toujours pas le cas ou pas suffisamment. Pourtant, depuis Hippocrate on sait que les femmes et les hommes sont différents face aux maladies. Le "père de la médecine" écrivait déjà au IV siècle : "Les médecins commettent la faute de ne pas s'informer de la cause de la maladie, et de traiter comme s'il s'agissait d'une maladie masculine. Il faut, dès le début, interroger sur la cause ; car les maladies des femmes et celles des hommes diffèrent beaucoup pour le traitement." 

Encore un exemple parmi d'autres des différences sur le plan de la santé entre les genres, les effets secondaires des médicaments sont deux fois plus nombreux chez les femmes et dans certains cas sont éliminés plus lentement que chez les hommes. 

Reste à répondre à une épineuse question : "Les femmes soignent-elles mieux ?"

Voudrait-on déclencher une sanglante guerre des sexes entre les professionnels de la santé ? Toujours est-il qu'une étude de l'université de Havard "qui a porté sur 1,5 million de patients âgés dont les taux de mortalité et de réadmission à l'hôpital se sont avérés légèrement inférieurs quand ils étaient soignés par une femme".

Pour l'infarctus, les femmes auraient plus de chances de survie si elles sont prises en en charge aux urgences par un médecin femme. 

Mais ce qui est valable pour le sexe féminin peut valoir également pour le masculin. Donc, si une femme docteur soigne mieux les femmes que les hommes. Alors un homme médecin soigne mieux les hommes que les femmes. Dans les deux cas, c'est grave docteur !

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Raymond75 1er octobre 2018 12:10

    Maintenant, lorsque j’entends le mot ’femme’, je coupe le son ...


    • arthes arthes 1er octobre 2018 13:52

      @Raymond75

      Et bien il faudra dire « homme » alors, enfin employé dans le sens humain.

      Je suis un homme, je suis un homme, quoi de plus naturel, en somme ?



    • sweach 1er octobre 2018 13:19

      *la ressemblance entre un homme et une femme est du « même ordre de grandeur qu’entre un être humain et un chimpanzé de même sexe » (98,5%). Entre deux hommes ou deux femmes la ressemblance est 99,9%*

      Il faut être très prudent avec les pourcentages de l’ADN, car en réalité ces comparaisons ne concernent que les gènes (les partis codantes) et les protéines qui en découle.

      Ces comparaisons d’ADN ne s’occupent pas des parties non codante de l’ADN, ni du niveau de l’expression des gènes, beaucoup plus variable entre les individus. (exemple un homme blanc et noir possèdent tout les deux l’ADN de la mélanine, mais elle est bcp plus exprimé chez le noir)

      Nous possédons également des petites variations dans notre ADN mais qui aboutisse au même résultat, elles n’ont donc aucun impact sur les protéines produites.

      L’homme a un chromosome Y que ne possède pas la Femme, il possède donc des gènes en plus, mais en même temps il ne possède qu’un seul chromosome X donc certain gène sont moins exprimés que chez les femmes.

      La sélection naturel a fini par donner beaucoup de caractère de différentiation sur le chromosome Y et le fait de ne posséder qu’un seul exemplaire du chromosome X augmente encore ces différentiations en jouant sur l’expression des gènes.

      Les différences hommes - femmes sont une réalité et le résultat de notre évolution, aujourd’hui la tendance est de les ignorer ou carrément de prétendre qu’elles n’existent pas, il serait pourtant judicieux de mieux connaitre nos différences afin de mieux exploiter nos potentiels respectif, mais on arrive vite sur du sexisme.

      • Nobody knows me Nobody knows me 1er octobre 2018 17:53

        @sweach


        Les femmes ne demandent, à ADN égal, que des salaires égaux... Et qqs bouffes en moins.
        Y a pas de raison qu’un chromosome de plus ou de moins, ou l’expression d’un gène plus ou moins prégnante, soit un prétexte pour payer moins une personne.
         smiley

      • sweach 2 octobre 2018 10:33

        @Nobody knows me
        *Les femmes ne demandent, à ADN égal, que des salaires égaux...

        soit un prétexte pour payer moins une personne.*
        Je ne sais pas dans qu’elle monde vous vivez, mais ce n’est pas le mien.

        Je travail dans un organisme a majorité féminine, mais la classe dirigeante est à majorité masculine, afin de « rééquilibrer » ces écarts de salaire (plus due aux fonctions qu’au sex), les hommes à bas salaire évolue moins vite que les femmes.
        Donc dans ma boite à compétence équivalente un homme est moins bien payé qu’une femme et il évolue moins vite, tout ça dans un but d’égalité des sex évidemment, en réalité c’est le haut de la pyramide qui veut garder ses privilèges et c’est le bas qui doit morfler.

        Mais cette logique s’applique également dans un organisme a majorité masculine, les femmes évolue considérablement plus rapidement les compétences étant souvent oublié au passage, on doit imposer l’égalité des sex afin que l’organisme est une bonne image.

        Avant de crier que c’est anormal que les hommes gagnent plus que les femmes, on doit aussi se demander pourquoi c’est aux hommes de payer le restaurant ou bien pourquoi les femmes préfère des hommes plus riche qu’elles ?
        Sans parler de notre passé religieux et traditionnel où la femme devait s’occuper de la famille et l’homme devait pourvoir aux revenus du foyer et de sa femme.

        Notre société a été construite sur des codes, qu’on a détruit sans se préoccuper des conséquences.

        La transition ne peut pas se faire instantanément et je suis convaincu qu’on a perdu beaucoup de chose qu’avaient nos anciens, qu’on ne connaîtra jamais.
        Quand je vois les femmes d’aujourd’hui je ne les trouve pas spécialement plus heureuse et je ne suis pas certain que leur victoire sur notre société leur soit bien profitable.

        J’ai beaucoup d’amie homme qui on était viré par leur femme, alors qu’ils ne sont pas infidèle, ils ne sont pas violent, ils sont aimant, ...
        C’est juste que leur femme pense que la vie sera mieux sans eux, mais je n’ai aucun exemple de femme plus heureuse après avoir détruit leur couple, généralement elles sont en galère et finisse par trouver pire que le premier.

      • zygzornifle zygzornifle 1er octobre 2018 13:39
        Les femmes et les hommes sont différents...

        C’est Doc Gynéco qui me l’a dit .....

        • Dom66 Dom66 1er octobre 2018 14:33

          @zygzornifle


          « C’est Doc Gynéco qui me l’a dit ..... »

          Moi c’est Macron  smiley


        • zygzornifle zygzornifle 1er octobre 2018 17:17

          @Dom66


           Brigitte n’a que peu besoin de Doc car elle ménopause grave ....

        • Nobody knows me Nobody knows me 1er octobre 2018 17:03
          J’ai un autre scoop qui va en faire un deuxième à pas mal de monde : à l’exception des jumeaux qui doivent avoir une « proximité génétique » particulière, deux hommes (et respectivement deux femmes) distinct(e)s sont différent(e)s...
          Je vous laisse, je vais m’allonger là.
          Après un tel effort, j’ai besoin de récupérer.

          • zygzornifle zygzornifle 1er octobre 2018 17:19

            à l’exception des jumeaux qui doivent avoir une proximité génétique .


            Comme Igor et Grichka Bogdanov ....

            • troletbuse troletbuse 1er octobre 2018 18:28

              Tiens Grounichou est revenu avec ses articles débiles où le titre suffit . Il lui en a fallu du temps pour s’en apercevoir.


              • L'enfoiré L’enfoiré 1er octobre 2018 21:21
                Pourquoi y a-t-il des homosexuels ?
                Parce qu’il y a des nuances chez certaines femmes qui se rapprochent des hommes et chez certains hommes qui se rapprochent des femmes.
                Les neurosciences, ce que j’ai appelé « La science des neurones » s’occupent de ce genre de nuances pour comprendre l’humain.
                Les différences morphologiques ne sont pas seules. 

                • Le Gaïagénaire 2 octobre 2018 00:37

                  @L’enfoiré 1er octobre 21:21
                  La bonne question est pourquoi va t’on vers son semblable ?

                  La réponse est simple mais tabou. Tous les êtres non désirés naissent avec un programme de non reproduction.

                  Non reproduction de soi, non reproduction de la nature aussi.

                  Alors ? Connaissez-nous des êtres qui ont été désirés avant la copulation, pendant la grossesse et une fois nés ? Par les deux partenaires.

                  Nous sommes donc tous des lesbiennes par l’ADN mitochondrial, par delà les X ou les Y. Idem pour tous les vivants.

                  Cordialement


                • L'enfoiré L’enfoiré 2 octobre 2018 10:07
                  @Le Gaïagénaire bonjour,

                   Vous avez raison.
                   La maxime « qui se ressemble, s’assemble » ne me convient pas.
                   J’ai toujours recherché un « autre que moi ».
                   Je ne m’entendrais pas avec mes trop semblables.
                   Ils ne m’apprendraient rien de nouveau.
                   Quand j’ai écrit « Le bonheur d’être différent » sous-titre du livre au sujet de l’autiste Asperger, Josef Shovanec, je l’ai pris à mon compte comme titre.

                  Bonne journée à vous

                • Le Gaïagénaire 2 octobre 2018 18:07

                  @L’enfoiré 2 octobre 10:07

                  Bonjour, l’enfoiré,

                  "« Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis ». 

                  Ainsi parlait l’ADN mitochondrial autiste à un Y universitaire Français.



                • sweach 2 octobre 2018 18:16

                  @L’enfoiré
                  Des études ont mit en évidence deux fonctionnements du cerveau pour la sexualité.


                  Il y en a deux modes inter ou intra-hémisphère en IRM, soit on est attiré par les femmes intra-hémisphère, soit on est attiré par les hommes inter-hémisphère .

                  Le plus marrant dans ces études c’est que les femmes lesbiennes ont leur cerveau qui fonctionne comme ceux des hommes hétéro et les hommes homosexuel ont leur cerveau qui fonctionne comme ceux des femmes hétéro.

                  L’étude a également mit en évidence, la faculté des femmes de pouvoir changer de mode de fonctionnement et ainsi passer du mode homo à hétéro ou inversement, une faculté qui n’a pas été mise en évidence pour les hommes dans l’étude.

                  En partant du postula que l’homosexualité n’est pas une maladie ou bien une anomalie, on étudie tout simplement pas l’éventualité de dysfonctionnements au niveau du cerveau.
                  Mais cela touche tout les comportements l’addiction, la violence, etc ....

                • L'Astronome L’Astronome 2 octobre 2018 08:47
                   
                  « Les femmes et les hommes sont tous égaux  »
                   
                  Oui, surtout les hommes...
                   


                  • zygzornifle zygzornifle 2 octobre 2018 09:49

                    Une fois dépecé par un serial killer je ne sais pas trop , faut avoir l’oeil exercé comme Tempérance dans Bones ou le Dr House ....


                    • troletbuse troletbuse 2 octobre 2018 12:29

                      Grounichou vient de passer ses vacances au Cap d’Agde, dans le coin naturiste. C’est alors qu’il a eu « la révélation » : les hommes et les femmes sont différents. D’ailleurs, si ils étaient pareils, les mots homme ou femme n’existeraient pas  smiley


                      • Le Gaïagénaire 2 octobre 2018 18:10

                        @troletbuse 2 octobre 12:29


                        C’est pour mieux te confondre mon enfant.


                      • troletbuse troletbuse 2 octobre 2018 21:07
                        Eh Grounichou comme Fergus n’est pas venu te féliciter pour ton superbe article, je me permets de le faire à son place.
                        Tout à fait d’accord avec toi Grounichou. Moi je m’en suis aperçu quand j’étais adolescent, contrairement à toi lors de ta vieillesse. Un jour j’étais avec ma petite amie et, l’instinct aidant, je lui ai mis la main dans sa culotte et je me suis écrié : Mais tu n’as pas de zizi.
                        Elle m’a répondu : Oui mais avec ça, j’en attrape autant que j’en veux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès