• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les foules, les clans, les partis et la Raison

Les foules, les clans, les partis et la Raison

Il est impossible d’être raisonnable, animé par la raison, et nombreux. Gustave Le Bon (1841-1931) le savait déjà et constatait « l'extrême infériorité mentale des foules, y compris les assemblées d'élite, » Qu’en est-il aujourd’hui ?

JPEG Ce qui différencie une foule vociférante et imprévisible d’une troupe militaire marchant au pas, c’est la nature et l’ampleur de l’autorité externe ainsi que le type et la force des liens entre individus. 100 milliards de neurones sont connectés les uns avec les autres pour former un système intelligent. Un neurone donné fait la somme des entrées, compare la somme à une valeur seuil, et répond en émettant un signal si cette somme est supérieure ou égale à ce seuil. Sans ce processus impliquant une réponse individuelle binaire 0 ou 1, oui ou non, les systèmes sombrent dans le bruit et ne manifestent aucune intelligence. Les mécanismes moléculaires essentiels doivent adopter des phénomènes de rétroaction pour fournir une réponse cohérente : cause et effet forment une boucle, il y a une action en retour de l’effet sur la cause.

 Pour les assemblées humaines, les interactions avec autrui peuvent être classées sous les termes généraux Haine et Amour. En faisant montre de l’un ou l’autre de ces sentiments, les correspondants excités vont renforcer le sentiment de l’excitateur. Toutefois, haine et amour induisent des phénomènes de rétroaction de bien différente ampleur : la haine est bien plus efficace que l’amour pour conforter le sentiment initial et ainsi le propager.

 Haine et amour sont des sentiments élémentaires omniprésents dans la Nature : l’homme doit protéger, chasser, dominer grâce à la première, la femme sait faire montre d’une extrême sollicitude pour ses enfants grâce à la seconde. Cette séparation des sentiments selon le sexe s’est révélée essentielle pour la survie et l’évolution de l’espèce humaine. L’amour maternel, même si il ne prête pas forcément à une rétroaction qui le renforcerait, prend tout son effet à long terme, de la naissance de l’enfant jusqu’à son essor. Les pulsions guerrières sont elles immédiates et retombent rapidement le combat fini.

 L’instinct et la réflexion relèvent des mêmes mécanismes et ne doivent pas être opposés ; ils somment besoins naturels (faim, soif, sexe…) et expériences du vécu. Pour un individu donné, seul le temps de réponse à la stimulation diffère. Pour les foules, les réponses dépendent de la connectique entre individus. Dans la quasi-totalité des cas, les connexions entre individus favorisent l’émoi, l’instant et font se perdre les aspects essentiels de la réflexion qui, par essence, demandent du temps et d’une bonne capacité d’analyse. Les foules en conséquence ont d’immenses difficultés à discerner la vérité de l'erreur, de faire preuve d’esprit critique, de pondération, d’intelligence et plus généralement d’amour. Même les professionnels de la charité et de la compassion, une fois unis au sein d’une meute, peuvent devenir d’horribles mercenaires.

 Les communications grâce à des messagers pédestres, puis à cheval, le télégraphe, le téléphone portable, internet ont changé le nombre d’excités sans modifier d’une quelconque façon les processus liés à la dualité amour-haine et les constantes de temps différentes qui leur sont associés. Les voies d’éducation permettant la réflexion n’ayant pas progressé à la même allure, la plupart des événements sont commentés du seul point de vue émotionnel.

 Si l’émotion restait aux mains des amateurs ou des amatrices, le mal ne serait que limité, mais les dirigeants des plus illustres Nations se flattent de s’adresser à leurs « peuples » avec les moyens les plus modernissimes de la communication avec lesquels, en une fraction d’instant, quelques millions, voire davantage, d’individus sont renseignés de leurs états d’âme créant des crises contre lesquelles aucune raison ne peut lutter. On élimine de cette façon des candidats aux élections, des humoristes, des journalistes…

 « Qui connaît l'art d'impressionner l'imagination des foules connaît aussi l'art de les gouverner. » Les quelques éléments rassemblés dans les lignes qui précédent sont bien évidemment connus des dirigeants même modestes et ils se font fort d’en tirer avantage pour eux, leurs proches, leurs communautés et même, pour les plus hardis, pour la planète toute entière. Les médias sont devenus de simples courroies de transmission entre une élite dominante et leurs obligés. Pour trouver des îlots de rationalité dans un océan d’informations entachées d’affectifs, il faut beaucoup du temps dont on manque déjà tant. Les journalistes font part de leur opinion plutôt que de leur analyse en arguant du fait qu’une pure objectivité ne peut pas exister, ce qui est d’autant plus vrai que l’on n’essaie pas.

 Mais les émois de l’instant avivent avec plus d’efficacité les mouvements de foule destructeurs que ceux qui permettent de bâtir un futur, un futur pour tous s’entend. Par voie de conséquence, le pouvoir exercé se veut planétaire, unique et définitif. Construire des salles de tortures, des stades pour rassembler d’éventuels émeutiers et autres édifices utilisés par le passé pour mater les émeutes n’est plus nécessaire. Pour exister, pour avoir droit au chapitre, pour vivre politiquement, chacun×es doit lui-aussi créer l’émoi, éclabousser le réel de taches de sang, de terreurs ou au moins d’angoisses. À ce prix vous avez accès aux médias, aux réseaux sociaux, à la possibilité de former un groupe d’autant plus vaste que vos slogans seront éloignés de toute espèce de réalité. Les savants des époques dépassées, qui possédaient un savoir acquis au prix de nombreuses années d’efforts, ne sont plus consultés, ils ne sont même plus connus, ils ont été remplacés par des experts qui se plient aux désirs d’audience des milieux télévisuels, par quelques retraités ayant appartenu aux cercles plus ou moins proches des dirigeants, par quelques dizaines d’enseignants libres d’enseignement et soucieux de mettre en valeur leur école. En d’autres termes, la réflexion est remplacée par le réflexe : hors le libéralisme, terme qui recouvre simultanément une doctrine soucieuse des droits individuels et une autre purement économique qui implique une meilleure domestication des dominés par quelques dominants, hors le libéralisme donc point de salut.

 Le renforcement de l’autorité n’est pas forcément une mauvaise chose lorsque le but est le bien commun et que l’on sait où l’on va ou du moins où on veut aller. Il n’est nullement acquis que ce soit le cas ! La voie empruntée pourra peut-être parvenir à surmonter les terribles défis que tous devront affronter… mais quelques uns seulement pourraient en voir les bénéfices. Il est devenu « tendance » d’afficher sa puissance par sa richesse, sauf que ce sont les scientifiques, les technologues, les artistes et les philosophes qui ont construit la société que nous connaissons souvent contre les marchands et toujours contre les vendeurs d’espoirs vains. Les économistes de tout acabit peuvent cependant faire fonctionner efficacement ce qu’ils sont incapables de construire : trop pragmatiques, trop terre-à-terre, trop insouciants de la justice qui entrave leur action. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

109 réactions à cet article    


  • Durand Durand 24 décembre 2017 11:53


     La tromperie universelle écrase la démocratie pour instaurer une gouvernance technocratique mondiale sur le modèle de l’Union Européenne. 

    L’éparpillement et la division font le jeu de ce Système.
    Les Français qui en sont conscients doivent se rassembler dans UN SEUL MOUVEMENT POLITIQUE pour retrouver leur souveraineté, condition primordiale de toute démocratie. 




    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 décembre 2017 13:14

      @Durand
      Je ne pense pas que le modèle envisagé soit celui de l’UE. Il y aura une petite minorités de richissimes individus qui dirigera la multitude dans tous les pays du monde, avec comme armes les médias, les réseaux sociaux, les prétendues nouvelles technologies.


    • Durand Durand 24 décembre 2017 13:44

      @Jacques-Robert SIMON


       « Il y aura une petite minorités de richissimes individus qui dirigera la multitude »

      Ah bon !..., parce que ce n’est pas une petite minorité richissime et non élue qui dirige déjà l’UE ? Vous vivez sur Mars ?




    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 décembre 2017 13:57

      @Durand
      Je ne peux pas présager de ce qui va arriver avec plus de précisions. L’UE me paraît démocratique par rapport à ce qui va advenir.


    • Arthur S Jeussey de Sourcesûre 24 décembre 2017 14:00

      @Durand

      il n’y a pas de modèle, mais il y a un avenir : 
       Bug 

    • Durand Durand 24 décembre 2017 14:52

      @Jacques-Robert SIMON


      C’est ça, l’UE est démocratique et la France est souveraine !!!! 
      On se rassure comme on peut, hein ?!!




    • Durand Durand 24 décembre 2017 15:03

      @Jeussey de Sourcesûre


      Oui, un bug, un global reset monétaire, une pénurie alimentaire monstre..., tout est possible...

      Mais la situation étant inédite, eu égard aux 7 milliard d’habitants de la planète, le possible pourrait aussi tenir de l’impensable...



    • Claudec Claudec 24 décembre 2017 18:42

      @Durand


      Vous auriez pu parler de 8 milliards, puisque c’est pour demain, et de plus de plus de 11 dans moins d’un siècle ; la seule raison pour laquelle ces chiffres pourraient ne pas être atteints étant que le grand chambardement ait eu lieu avant.

    • Legestr glaz Ar zen 24 décembre 2017 18:45

      @Jacques-Robert SIMON

      L’UE vous « paraît » démocratique ? C’est vrai que les beaux discours camouflent la vérité. 

      Dans l’UE, c’est la Commission européenne, non élue, qui dispose de l’initiative législative, jamais le parlement. Par ailleurs, c’est la même Commission européenne, non élue, qui dispose, seule, du pouvoir exécutif. 

      Il faut se poser la question du substantif qui désigne un système politique dans lequel une institution non élue possède à la fois le pouvoir de l’initiative législative et le pouvoir exécutif. Car cela porte un nom mais pas celui de « démocratie » qui, je le rappelle signifie « démos », le peuple et « kratos » le pouvoir. 
      Quel pouvoir ont donc les peuples de l’UE dans cette construction ? Hormis les puissances de l’argent et les lobbies, qui dirige l’UE et pour quels intérêts ? 

      Merci pour ce rappel de Gustave Le Bon. Il faut lire son livre. Mais, depuis sa rédaction il y a plus de cent ans, des sommes importantes de connaissances sur la psychologie sociale sont venues peaufiner le travail de Le Bon. Il faut lire aussi « système 1 - système 2 » de Daniel Kahneman et « la soumission librement consentie » de Beauvois et Joule. 



    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 décembre 2017 09:46

      @Claudec
      Les chiffres sont effectivement sujets à caution.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 décembre 2017 13:44

      @Ar zen
      Il y a énormément de choses grotesques (il assimile par exemple les foules aux être primitifs et aux femmes) dans le livre de M. Le Bon, mais quelques citations sont intéressantes.
      Je connais assez bien le fonctionnement de l’UE, on peut le qualifier de non démocratique mais les vrais problèmes sont ailleurs.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 décembre 2017 19:53

      @Jacques-Robert SIMON
      Et où sont les problèmes à votre avis ?


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 08:28

      @Fifi Brind_acier
      Manque de transcendance, de morale, d’éthique.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 18:22

      @Jacques-Robert SIMON
      Vous m’en direz tant .. Le capitalisme mondialisé et dérégulé, est dépourvu de ces qualités là... et le monde virtuel qu’il fabrique dans la tête des citoyens, pas davantage...

      Vous avez lu « La stratégie du choc - la montée du capitalisme du désastre » de Naomi Klein ?


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 19:54

      @Fifi Brind_acier
      Le désastre ne sera pas pour tout le monde.


    • gogoRat gogoRat 24 décembre 2017 12:26

       Celles et ceux qui font état de leur maîtrise des sciences exactes sont bien plus convaincants lorsqu’ils s’en tiennent aux formalismes inséparables de leurs démonstrations que lorsqu’ils s’aventurent dans la pétition de principes.
       
       Exemple de pétition de principe :
       ’ Les foules en conséquence ont d’immenses difficultés à discerner la vérité de l’erreur, de faire preuve d’esprit critique, de pondération, d’intelligence et plus généralement d’amour ’

       Exemple de théorème convaincant car démontré :
      le théorème du jury de Condorcet  !


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 décembre 2017 13:17

        @gogoRat
        Votre référence est intéressante mais ne remet pas en cause le morceau de texte cité.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 décembre 2017 13:20

        @gogoRat
        La référence mentionnée est intéressante mais ne remet pas en cause le texte cité.


      • Croa Croa 24 décembre 2017 19:24

        À gogoRat,
        De Condorcet était français je te rappelle ! Pourquoi nous embrouiller ainsi ?  smiley Voici le bon lien.


      • gogoRat gogoRat 24 décembre 2017 20:49

        le paradoxe de Condorcet = le théorème du Jury de Condorcet ??
        parce que Condorcet n’aurait pu nous laisser qu’un seul et unique constat ???

         Au passage :
         qu’attendez-vous pour combler les lacunes de la version française de wikipédia sur ce théorème du jury, dont la vacuité de précisions m’a poussé à vous orienter vers le travail anglo-saxon que vous arriverez peut-être à vous faire traduire ? 


      • izarn izarn 25 décembre 2017 12:09

        @gogoRat

        L’erreur c’est de considérer une foule à égalité ou supériorité, avec un individu. La foule c’est l’émotion, elle n’a pas de cerveau. C’est ontologique. Une foule intelligente n’est qu’individus séparés qui ne communiquent pas leurs émotions au travers de la foule. (Cf Psychologie de masse du fascisme) La foule est idiote, c’est ontologique. C’est la définition meme de la foule : La foule est fondamentalement conne, meme formée d’esprits intelligents. Je suis partisan du canon à eau contre l’humanité transformée en zombies éructant leur amour ou leur haine comme des protozoaires. La police doit charger...Tous en cure psychanalytique.


      • gogoRat gogoRat 24 décembre 2017 13:11

         Un rien de curiosité pourra emmener d’autres visiteurs de cet article vers cet autre texte,
        fort éclairant, mais, sans aucun doute, dans des perspectives fortement antagonistes selon la polarisation de l’éclairage aristocratique ou démocratique par lequel il sera abordé  !
         J’en retiendrai surtout cette perle :
         
         ’ ... Mon séjour dans les meilleurs milieux financiers m’a permis de déterminer sur quelles forces je pourrais compter : il devint évident qu’il vaut mieux avoir pour soutien quelques gens fortunés qui souhaitent le rester plutôt que beaucoup de pauvres qui ne veulent pas accepter leur condition ...’
         
         Ite missa est !!!


        • Fergus Fergus 24 décembre 2017 13:43

          Bonjour, gogoRat

          « plutôt que beaucoup de pauvres qui ne veulent pas accepter leur condition »

          D’autant plus que les pauvres sont une écrasante majorité sinon à accepter leur condition, du moins à ne pas se battre pour l’améliorer en exigeant une plus équitable répartition des richesses.

          Et c’est ainsi que se succèdent les pouvoirs spoliateurs !


        • Durand Durand 24 décembre 2017 15:29

          @gogoRat


           La messe est dite,... et sans doute depuis fort longtemps...

           « Traire la vache, mais pas jusqu’à la faire crier. » – James de Rothschild (1792 – 1868)

          « À plus de 2 billions de dollars, la richesse déclarée de la famille est 5 fois plus élevée que la richesse combinée des 8 premiers milliardaires individuels au monde, ce qui signifie que la famille Rothschild à elle seule contrôle plus de richesses que peut-être trois quarts ou plus de la population totale du monde... »




        • Croa Croa 24 décembre 2017 19:32

          À Durand,
          En fait il est en dessous de ce qu’il pense vraiment, à savoir que l’important est juste de ne pas faire crever la vache à lait, c’est tout. Sous entendu qu’elle peut crier et qu’est-ce que ça peut bien foutre ?
          Par ailleurs il est fort possible que le capitaliste ira tout de même jusqu’à faire crever la vache à lait, j’en suis persuadé !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 décembre 2017 18:35

          @Croa
          le capitaliste ira tout de même jusqu’à faire crever la vache à lait,

          Ce ne semble pas le cas en Chine, où le capitalisme se porte comme un charme ... Le Parti Communiste chinois a réussi brillamment à faire fonctionner le capitalisme sous la houlette de son Comité central...
          Comment se passe la répartition des richesses en Chine ? Je l’ignore.


          C’est curieux que les militants de Gauche soient d’une discrétion de violette sur ce sujet ..., même la Droite anti communiste, virulente dès qu’il s’agit de la Corée ou de Cuba, en reste tétanisée...
          « Xi Ping, le plus puissant dirigeant chinois depuis Mao. »

        • Ouam Ouam 25 décembre 2017 21:16

          @Fifi Brind_acier
          « Comment se passe la répartition des richesses en Chine ? Je l’ignore. »
           
          Ben tu devrais t’informer, c’est pas terrible !

           
          Meme si il existe des avancées sociales sans précédent, faut dire que ce n’est pas trop dur, vu d’ou ils etaient partis.
           
          +1 pour la suite, c’est d’ailleurs le constat qui fixe la pensée dogmatique.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 08:29

          @Ouam
          Il n’est pas facile de trouver des informations fiables sur la Chine..., je me méfie des médias occidentaux dès qu’il s’agit de pays en dehors de l’ OTAN.

          J’ai trouvé cette analyse sur le site « Le Grand soir », avec des comparaisons internationales. « La situation sociale en Chine », article qui donne les points positifs et négatifs.


          Sur le PC Chinois et la géopolitique, je fais confiance aux articles du site STRATPOL. C’est un site dirigé par un Français, Xavier Moreau, spécialiste de la Russie, qui conseille les entreprises qui veulent s’installer en Russie, il n’a pas intérêt à enfumer ses clients...

          Son site héberge plusieurs spécialistes en géopolitique pour l’ Asie, dont Emmanuel LINCOT, spécialiste de la Chine.
          Vous avez d’autres sources ?

        • gogoRat gogoRat 24 décembre 2017 13:39

           Voici par contre quelques « EVIDENCES » facilement vérifiables pour peu qu’on sache discerner la sincérité des témoignages snobés par les ’élites’ :
           (cf http://www.la-gauche-cactus.fr/SPIP/spip.php?article2224 )

           
           L’immigration a donc toujours été une variable permettant de contenir les salaires des plus nombreux au plus bas possible.
           ....
           
          Pourtant, beaucoup des plus grandes découvertes peuvent être attribuées à l’ingéniosité plutôt qu’aux savoirs abstraits.
           L’immigration dans le contexte de la disparition de la filière technique conduit à une mise en compétition de prolétaires endogènes avec des prolétaires exogènes moins exigeants quant aux conditions de travail car venant de régions où ils ont connu le pire.
          ....
           
           ... il aurait été possible de diminuer considérablement le nombre d’heures travaillées lorsque le labeur est pénible et d’augmenter significativement les salaires ...

           
           


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 décembre 2017 14:00

            @gogoRat
            C’est certain que le nombre d’heures travaillées va diminuer. Mais sera-ce dans le cadre de la démocratie ou d’une restauration du servage ??


          • gogoRat gogoRat 24 décembre 2017 21:01

            @Jacques-Robert SIMON
             pour ma part, je ne vois aucune raison d’utiliser le futur plutôt que le présent lorsqu’il faut dénoncer cette restauration du servage ... et s’interroger sur la diminution du nombre des heures ’travaillées’ ! 


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 décembre 2017 18:44

            @Jacques-Robert SIMON
            Le servage existe déjà, puisque les Traités européens et la mondialisation organisent la concurrence entre chaque salarié et d’autres salariés moins payés. Ce sont les ex-pays de l’ Est pour les pays occidentaux, et le reste de la planète....

            Tableau comparatif des salaires européens.

            Le salaire de base en Birmanie est de 2,47 $ par jour.


            Et cela ne va pas s’arranger. L’euro ne peut pas être dévalué, ce sont donc les salaires qui doivent servir de variable d’ajustement à la compétitivité. C’est ce que la Commission européenne impose à la France par les GOPé depuis 2014/2015.

          • Xenozoid Xenozoid 25 décembre 2017 18:52

            @Fifi Brind_acier
            la france n’a pas besoin de l’europe pour etre ce qu’elle est dans l’histoire,les 200 derniere années ne sont que divisions, en quoi la france sans l’europe ou avec a t’elle changé la condition du domestiqué ?


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 décembre 2017 20:12

            @Xenozoid
            Les Traités européens :
            - ont supprimé la démocratie.

            - on peut voter pour n’importe quel bourricot, on aura les mêmes politiques.

            - suppression du contrôle des mouvements de capitaux.

            - l’euro ne peut pas être dévalué, on va dévaluer les salaires.

            - la dette publique est illégitime, mais ruineuse.

            - l’ OTAN décide de la Défense et de la Politique étrangère.

            - le modèle social français de solidarité va être détruit.

            - 11 millions de sans emplois. Et 8 ou 10 millions en dessous du seuil de pauvreté.

            - les élus ne décident de rien d’essentiel.

            - la Commission européenne, la BCE , le FMI et Washington décident.

            - Bruxelles a corrompu les dirigeants syndicaux.

            - les néocons US ont perverti la Gauche française en la rendant européiste et mondialiste.

            - la Gauche « progressiste » a abandonné les ouvriers et les classes populaires.

            - l’agriculture est gérée par des textes européens, les paysans se suicident.

            - l’industrie est délocalisée, et les emplois avec.

            - on nous a imposé de consommer des produits à obsolescence programmée, et la malbouffe.

            - toutes les compétences essentielles de l’ Etat ont été transférées à l’étranger.

            - les lobbies dirigent la Commission européenne qui fait les lois.

            - les élus sont des « gouverneurs de provinces »

            - les euro-régions vont détruire la France..

            - la France a soutenu les islamistes et intervient illégalement dans des guerres d’ingérence, etc, etc

            Sinon, tout va bien !


          • Xenozoid Xenozoid 25 décembre 2017 20:16

            @Fifi Brind_acier

            sinon tu a vue une démocratie ?

            en france ?


          • Ouam Ouam 25 décembre 2017 21:10

            @Xenozoid
            "...sinon tu a vue une démocratie ? en france ?"

            ben.... sa liste à le mérite d’etre claire.. non ? pas pour toi ?

            Avant nous n’en avions pas bcp (de démocratie)...
            désormais nous n’en avons plus du tout !
             
            c’est un peu comme lorsque tu à 100€ dans ta poche, c’est peu, mais tu a...
            Lorsque les poches sonts vides... t’a plus rien...
             


          • Xenozoid Xenozoid 25 décembre 2017 21:14

            @Ouam
            en fait c’est pas comme si en france,on en a jamais eu de fric et démocratie,mais le point étant tout est ramené au fric non ?


          • Durand Durand 25 décembre 2017 21:23

            @Xenozoid



            La Cinquième République a permis à de Gaulle de servir la France et à tous ses successeurs de se servir. 



          • Ouam Ouam 25 décembre 2017 21:23

            @Xenozoid
            « ...,mais le point étant tout est ramené au fric non  ? »
             
            non la francen’est pas le pays bas, on ne parles pas forcément QUE de de fric.
             
            Certes c’est important, mais pas que !
             
            Tu à les notions dégalitées (et de redistribution) qui fonts un peu notre pays
            (enfin c’est une de ses bases culturelles)
             
            Les pros de l’open-bar , revent & ouvrent de détruire cette saloperie pour effacer au plus vite cette
             « erreur de l’histoire géographique & culturelle »


          • Ouam Ouam 25 décembre 2017 21:24

            @Ouam
            oeuvrent (fait ch... ce clavier)


          • Xenozoid Xenozoid 25 décembre 2017 21:29

            @Ouam
            si je n’étais pas né en france chez les péquenos je rigolerais,la france ?
            erreur , le sens des mots n’intéresse personne.sauf les avocats


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 08:31

            @Fifi Brind_acier
            Il n’existe que très partiellement et s’aggrave de jour en jour.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 26 décembre 2017 08:44

            @Xenozoid
            Oui, quand les lois étaient faites en France, les électeurs votaient pour un programme de politique intérieure nationale, ce qui est maintenant interdit.
            Le processus a été très lent, avec ce qu’on appelle « l’effet de cliquet », chaque perte de souveraineté en amenant une autre, sans retour en arrière.


            Depuis que les Traités s’appliquent, ce fut d’abord la PAC avec le Traité de Rome, puis le Traité de Maastricht en 1992, les programmes des candidats sont mirobolants, mais ce sont les Traités qui s’appliquent, particulièrement dans la zone euro, avec le Pacte de stabilité et de croissance de 1997.

            « Toutes les économies de la zone euro doivent converger »
            .
            Rêve !! C’est une grosse arnaque, les économies des pays de la zone euro ne cessent de diverger... , ce qui va finir par faire éclater l’euro, mais c’est un autre sujet.

          • pallas 24 décembre 2017 13:45
            Jacques-Robert SIMON

            Bonjour,

            Dans l’age d’or de l’Antiquité, les peuples étaient capablent de grandes prouesses architecturales, ils avaient le meilleur outil « le cerveau », avec un corps puissant.

            Nos machines et autres machins électroniques ne sont rien face à cette capacité.

            Et pourtant, nos ancêtres, doué d’une grande force physique et intellectuel, n’ont pas hésité à tout détruire, revenant à la barbarie, par lacheté et condamnant l’histoire dans une boucle sans fin de tenebres.

            La dernière grande guerre (la seconde guerre mondial), à mis fin de notre civilisation et surtout la capacité de survivre en tant qu’espèce.

            Notre temps est terminé, nous ne sommes riens d’autre que de piètre reliquats avec une conscience en ruine.

            Il ne faut pas s’y tromper, nous vivons dans l’heure de l’épilogue.

            Salut


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 décembre 2017 14:02

              @pallas
              Bien malheureusement je crains que vous n’ayez raison. C’est une raison de plus de se battre pour qu’un autre avenir soit offert à nos petits enfants.


            • Sparker Sparker 24 décembre 2017 14:11

              @pallas

              "Dans l’age d’or de l’Antiquité, les peuples étaient capablent de grandes prouesses architecturales, ils avaient le meilleur outil « le cerveau », avec un corps puissant."

              Et beaucoup d’esclaves...


            • pallas 24 décembre 2017 14:15

              @Jacques-Robert SIMON

              Bonjour,

              Je ne me battrais pas et ferai pas l’effort de bouger mon petit doigt, je suis un spectateur.

              Depuis que la vie existe, il n’y a qu’une seule règle depuis le début.

              Les humains sont comme les autres espèces, la pitié n’existe pas, la tricherie non plus.

              Que ça soit dans le passé ou le présent, ce monde à toujours été guidé par la loi du plus fort et il en sera toujours ainsi, et le plus fort de tous devient le maitre.

              C’est chose immuable et incontestable.

              La médiocrité et l’impuissance entraine le chaos, La France en est une représentation parfaite.

              C’est hélas la loi de la nature.

              Salut


            • pallas 24 décembre 2017 15:11

              @Sparker

              Bonjour,

              Seule la loi du plus fort prévaut.

              Il n’y a rien d’autre, les civilisations, les individues, ainsi que toutes formes de vies agissent ainsi, question de survivance.

              Le faible devient forcement la proie du plus fort.

              Je perd mon temps à expliquer envers mes concitoyens cette simple réalité, et du pourquoi La France est considéré comme une nation minable, contrairement à La Chine, Russie, Japon, qui sont des prédateurs.

              Notre nation est vu par les puissances étrangères comme une simple proie.

              Ils ont parfaitement raison smiley

              Salut


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 décembre 2017 15:27

              @pallas
              La loi du plus fort existe en particulier pour départager les gens sans idéaux, sans imagination, sans... intérêt.


            • pallas 24 décembre 2017 15:55

              @Jacques-Robert SIMON

              Bonjour,

              C’est encore une erreur de conception.

              Les êtres intelligents et conscients n’ont pas d’intérêts à vivre dans ce monde.

              Il s’agit d’ordre physique, notre univers est très limité.

              J’espère que vous allez lu les derniers rapports de vos confrères en la matiere ?.

               smiley

              Ce monde est celui du carnage, la négation de la pensée, l’ultime chambre avant le Tartare, c’est une réalité sémantique.

              Le Hadès en d’autre terme.

              Sa en devient ennuyeux à force.

              La Science et la religion sont les miroirs de la réalité et non des contradictions, simplement le reflet de son soit.

              Salut


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 décembre 2017 16:40

              @pallas
              Non, la Science (du moins les sciences dites exactes) n’ont rien à voir avec la religion.


            • pallas 24 décembre 2017 16:58

              @Jacques-Robert SIMON

              Bonjour,

              La théorie d’Einstein par exemple, qui est fausse, non prouver.

              Et pourtant faisant office de dogme absolu.

              C’est une religion.

              La conception du temps n’est simplement qu’office de perception du sujet évoluant dans l’espace.

              Nul ne connait le fonctionnement de l’univers, tel la gravité.

              Par plaisir égocentrique, la planète Pluton fut déconsidéré comme 9 emes planètes.

              Elle est toujours la, tournoyant tranquillement autour de son axe.

              Comprenez vous ?.

              Pour ma part, je m’interroge sur la réalité des humains, êtes vous des machines basiques ?.

              Je peut si le souhaitant renier votre propre réalité, juste un claquement de doigt.

              Salut


            • sarcastelle 24 décembre 2017 21:37

              @pallas

              .
              Sur Einstein, vous devriez développer. 
              La Relativité n’est peut-être pas une théorie ultime, mais c’est plus précis que ce qu’on avait avant. Dans le cas des vitesses élevées et des champs gravitationnels forts ce n’est même pas plus précis ; c’est radicalement différent. 

            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 décembre 2017 09:51

              @pallas
              Une théorie, même si elle n’est pas prouvée par une expérience, reste correcte si personne, par aucun moyen ne peut la réfuter. La théorie générale a elle été prouvée expérimentalement.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 décembre 2017 18:54

              @pallas
              Vous parlez de la France actuelle, avec des dirigeants soumis et corrompus, en particulier les dirigeants syndicaux. Mais cela n’a pas toujours existé...


              Le Programme du CNR mis en place à la Libération par les Gaullistes et les Communistes a offert aux Français, un modèle social qui redistribue plus de 50 % de la richesse produite.. Vous en avez profité toute votre vie, vous et votre famille...

              C’est ce modèle social que l’ Europe, le MEDEF et Macron veulent voir disparaître.
              Les impôts ( qui ne baisseront pas ) n’ont pas pour but la redistribution à la population, mais à engraisser les entreprises, genre CICE.
              Il faut privatiser les profits et socialiser les pertes.

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 décembre 2017 19:24

              @Jacques-Robert SIMON
              J’ai du mal à comprendre qu’autant de gens cultivés et intelligents passent leur temps le nez dans des grimoires qui ne correspondent plus à la situation actuelle... Bien sûr que l’émotion est utilisée depuis la nuit des temps pour empêcher les gens de penser, mais hélas, ce n’est pas la seule méthode...


              L’autre manière d’empêcher les citoyens de réfléchir, c’est de leur fournir de fausses informations, de la propagande, des informations triées ou biaisées.
              C’est ce que fait la CIA en Europe en cornaquant les journalistes. Mais la CIA n’existait pas du temps de Le Bon...

              Il y a autre chose qui n’existait pas, c’est Internet, et ça change tout.
              Pour que les citoyens réfléchissent, et ne se laissent pas aller à l’émotion, il faut qu’ils aient accès à des informations valides, c’est à dire qui reposent sur des faits, pas sur des opinions. Et qu’ils puissent vérifier et croiser les informations.

              La seule manière de soigner la démocratie, c’est d’injecter des doses massives d’informations valides et vérifiables par tout le monde. 
              De nombreux sites, des économistes, des historiens, font ce travail, ainsi que l’ UPR depuis 10 ans, pour démonter un par un les mensonges de la propagande.

              Par exemple, on nous explique que l’ Europe vient de Victor Hugo, qui était pour les Etats Unis d’ Europe. C’est vrai, mais l’info est biaisée. Hugo était un colonialiste pur jus, il voulait que les pays européens s’allient... pour coloniser et piller le reste de la planète...
              « Cf Victor Hugo et les Etats - Unis d’Europe »

            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 08:33

              @Fifi Brind_acier
              J’ai un peu peur de l’effet pot de terre contre pot de fer.


            • Claudec Claudec 24 décembre 2017 18:37

              Ajoutez à ceci que les foules sont naturellement et incontournablement faites des plus nombreux, qui sont aussi les plus prolifiques, les plus nécessiteux, les plus braillards, ... et les moins instruits ; donc les plus portés à croire n’importe quoi.


              Un calcul du niveau de la 4ème permet de déterminer que dans la relativité de la richesse et de la pauvreté, sur 100 être humains peuplant la planète, 14 sont riches et 86 sont pauvres, quel que soit l’aune à laquelle se mesurent richesse et pauvreté.  

              • Croa Croa 24 décembre 2017 19:50

                À Claudec,
                Sauf que c’est indémontrable en 4éme comme en math-sup. Pauvreté et richesse sont des valeurs relatives et subjectives donc calculer ça n’a pas de sens. Mais dans la société actuelle, quel que soit le niveau où on placerait le seuil pauvreté-richesse le nombre de riche tend à diminuer, ces riches devenant de plus en plus riche et inversement pour les pauvres.


              • pallas 24 décembre 2017 20:14

                @Croa

                Un vrai oiseau ténébreux, un corbeau, libre de ses envolés.

                Je vous apprécie bien smiley

                Il ne manque que le Fenrir et la fête sera parfaite.

                Salut


              • Claudec Claudec 25 décembre 2017 09:21

                @Croa
                Ne vous déplaise, la pauvreté à un seuil, qui est le niveau zéro de la richesse.

                Quant à cette dernière, si elle n’a effectivement pas de seuil, compte tenu précisément de sa relativité, elle n’a pas d’autres limites que les ressources de la nature et la cupidité de ceux qui la convoite.

                Pour la démonstration, je me permets d’en proposer une, SGDG, aux adresses suivantes :

              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 décembre 2017 09:54

                @Claudec
                Pour les foules, c’est ce que dit M. Le Bon.
                Pour les proportions de riches et de pauvres, c’est actuellement plutôt 0,1 à 1%.


              • Claudec Claudec 25 décembre 2017 11:02

                @Jacques-Robert SIMON


                Je suis réellement étonné que le scientifique que vous déclarez être puisse s’en remettre à une vision aussi sommaire et partisane, voire sectaire, de la société. À ce compte là, la proportion de riches est non pas de 0,1 à 1% mais de 1/8 milliards, puisque le plus riche de tous les individus qui composent cette société, celui qui siège en haut de la pyramide sociale, est par définition unique.

                Vous devriez un instant oublier l’idéologie qui vous conduit à tant de subjectivité et appliquer votre curiosité de chercheur à la « pyramidologie sociale ». (cf. liens ci-dessus). Vous auriez au moins conscience de ce que que vous rejetez aussi intuitivement.

              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 décembre 2017 12:29

                @Claudec
                Ce que j’écris est longuement pensé mais je suis conscient de n’être que moi, je peux me tromper.


              • Claudec Claudec 25 décembre 2017 15:14

                @Jacques-Robert SIMON

                Curieuse réponse de la part d’un chercheur patenté.
                Mon étonnement allant croissant, je suis amené à vous demander si vous croyez vraiment que le fait de penser longuement autorise quiconque à proférer n’importe quoi. Car prétendre que « Les proportions de riches et de pauvres c’est actuellement plutôt 0,1 ou 1% », c’est vraiment dire n’importe quoi, comme je vous invite encore à le vérifier.

                Je précise que je le regrette d’autant plus que je trouvais – comme d’autres lecteurs – votre article fort intéressant. À la réflexion, inspiré par la pensée d’autrui (Le Bon en l’occurrence), là est peut être tout l’intérêt qui s’y trouve. 

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 décembre 2017 19:44

                @Claudec
                L’auteur n’est pas chercheur... en Histoire, ni en géopolitique ! De ce point de vue, c’est un citoyen lambda, qui cherche à comprendre le monde dans lequel il vit.
                Ce qui est normal, vu le boxon ambiant, c’est un citoyen « normal », en somme ... Car les Français ne sont pas aussi cons que certains le croient. Quand on leur donne les bonnes informations, leurs neurones fonctionnent très bien.... 


                Par exemple, pourquoi l’Occident fait des cacas nerveux vis à vis de la Russie ? Parce que depuis le début du 20e siècle, les USA n’ont qu’une peur, c’est que se constitue l’ Eurasie, l’union entre l’ Europe et la Russie, qui deviendrait un concurrent économique des USA. 

                D’où l’abcès purulent installé (et soigneusement entretenu) en Ukraine, verrou entre l’ Europe et la Russie...

                Manque de bol, la Russie, lassée du cirque mené par les Mamamouchis européens et américains, s’est tournée vers le Moyen Orient, la Syrie, l’Iran, et vers la Chine et sa nouvelle route de la soie.
                Et c’est bien pire pour les USA, que l’Eurasie... !!!
                « La géopolitique du nouvel ordre mondial multipolaire du 21e siècle »


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 08:35

                @Claudec
                La conscience comme l’intelligence ne sont pas liées au taux de pauvreté. Les plus brillants esprits comme les plus riches industriels allemands furent nazis.


              • Claudec Claudec 26 décembre 2017 09:23

                @Fifi Brind_acier

                Merci pour lui, mais préoccupé de tout autre chose que de sa spécialité, ce chercheur ne se prive pas d’user de son statut pour emprunter à Le Bon de quoi prétendre « éduquer les foules » en pontifiant, pour raconter n’importe quoi. Par exemple au sujet de la richesse, ou en ne faisant pas la distinction entre « bonne conscience » et « avoir conscience ». 

              • Claudec Claudec 26 décembre 2017 09:57

                @Jacques-Robert SIMON

                Je parle de conscience dans le sens « d’avoir conscience » et non de « bonne (ou mauvaise) conscience ».
                Et qui prétend que l’intelligence, ou la conscience, soient liées au taux de pauvreté ? Et pourquoi cette référence aux nazis ?
                Ne mélangez-vous pas tout, un peu n’importe comment ? Ce qui pourrait expliquer qu’il vous arrive de dire n’importe quoi.

              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 10:42

                @Claudec
                Si vous voulez.


              • pallas 25 décembre 2017 11:31

                Jacques-Robert SIMON

                Bonjour,

                Quand, dans une civilisation, tous les individu(e)s, pratiquent sciemment et consciemment le mensonge permanent et la triche, alors la valeurs d’un mot n’a aucunes et moindres crédibilités.

                La France en est la, même la fête de noël est remis en cause.

                L’individu(e) se reniant lui même.

                Êtes vous des formes de vies conscientes ou des machines basiques ?.

                Pour ma part j’ai la réponse à la question.

                Faire d’une théorie une croyance, sa ce nomme une religion, peut m’importe le sus nommé « Einstein ».

                Salut


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 décembre 2017 12:31

                  @pallas
                  Une théorie est une suite d’hypothèses réfutables et cohérentes et n’a rien de commun avec une religion qui se contente d’affirmer des faits non vérifiables.


                • Claudec Claudec 25 décembre 2017 18:55

                  @Jacques-Robert SIMON

                  Si « La proportion de riches [Dans notre société] est 0,1 à 1% » – comme vous l’avancez –, est une hypothèse réfutable, est-elle cohérente ?
                  Dans l’affirmative :
                  1° comment parvenez-vous à ces pourcentages ?
                  2° Quelle est votre définition du “riche” ?
                   

                • Macondo Macondo 25 décembre 2017 13:18

                  Bonjour et merci. Un excellent article d’éducation populaire, pour ma très humble part.


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 décembre 2017 13:49

                    @Macondo
                    Éducation peut-être mais pas populaire, pour tous, c’est un peu différent.


                  • Macondo Macondo 26 décembre 2017 12:28

                    @Jacques-Robert SIMON ...
                    Vous remerciant de me rappeler l’une des règles les plus fondamentales d’Avox : le respect de l’incontournable sémantique spécifique et dédiée, seyant à un fil mais devant sitôt s’adapter à un autre. Suivant l’Auteur, son âge, ses repères, ses lectures et bien aussi le sens d’implantation de son poil, on se devra de dire : le Peuple, ou bien la Plèbe, ou les Gens, voir l’Humanité dans son entièreté pour les fraîchement débarqués dans ce grand merdier littéraire (littéral et auto-centré). Je m’autoflagelle d’avoir ainsi émis un commentaire qui se voulait positif et de n’avoir pas su y mettre les formes, ayant confondu l’affreux « populaire » (qui sent fort les aisselles de Nathalie Arthaud) avec un brillant « pour tous » bien mieux dessiné (un Wauquiez ?) et dont on saisit ici toute la portée pédagogique dans cet exercice de rattrapage de math. Sous mon clavier, « populaire » c’est, pardon c’était : « les autres et moi », quel con des fois ! Je dois avouer que c’est bien trop évanescent et donc totalement inaudible. Je tenterais le « pour tous » dès ma prochaine intervention dans notre académie sociale préférée, ce haut lieu de l’éducation des masses (?) via sa chaire de Correction Conceptuelle Populaire & Pour tous ! A priori pour toutes aussi, mais on attend un prochain communiqué ...


                  • velosolex velosolex 25 décembre 2017 19:33

                    Privilégier le rapport à la foule, plutôt qu’au peuple, c’est déjà mépriser, et justifier les mesures de maîtrise conduisant au facisme. La foule suscite en effet un regard hautain, comme celui de la scène où Orwell, dans « le troisième homme » de Carol Reed, tout en haut d’une grande roue tournant au dessus de Vienne, invite son protagoniste à profiter sans scrupule de ces fourmis indistinctes en bas....Hitler, grand lecteur de Le Bon, aura donc lui aussi joué au marionnettiste. Les publicitaires tentent eux aussi des saisir ces ressorts inconscients, dictant le consommateur vers le produit, d’une façon pavlovienne. Car la foule est bête, comme une statistique.

                     Le danger qu’elle en vient à ceux qui se gargarise de ses données d’en mépriser les hommes qui la composent, et leurs singularités.  Et à partir de là la mécanique s’emballe, renforçant l’ego des décideurs. Une machine à fou, qui nous envoie directement vers la fin du monde, ne parvenant pas à nous sortir d’une pensée primitive, coupée de la démocratie, et des enjeux futurs. 

                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 25 décembre 2017 19:51

                      @velosolex
                      Manipuler les masses est devenue une « industrie » à part entière.
                      « Spin doctors » , « relations publiques » ou « conseillers en communication », ce sont nos cerveaux qui les intéressent ... !!

                      PSYWAR- la Guerre psychologique.


                      Par exemple, la vidéo qui a fait le tour de toutes les télés du monde : la chute de Tripoli, en Libye, cette vidéo a été tournée avant les évènements, au Qatar, c’est le Président Libyen qui l’explique.

                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 08:37

                      @velosolex
                      Je crois que c’est plutôt Goebbels qui lisait Le Bon.


                    • pallas 25 décembre 2017 19:57
                      Jacques-Robert SIMON

                      Bonsoir,

                      Il faut que vous compreniez simplement, Copernic l’a fait .

                      Notre univers est faux.

                      Absolument tout n’est que sujet a interprétation, je n’est guere besoin d ’expérience pour savoir dans quel lieu me trouvant. juste de la logique.

                      Cet état de fait a été écris une multitude de fois.

                      Il semblerai que la limite humaine est là.

                      Intéressant constat.

                      Salut


                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 08:39

                        @pallas
                        Tout est le résultat d’une interprétation, je pense que ceci est correct.


                      • Jean Keim Jean Keim 25 décembre 2017 20:04

                        « 100 milliards de neurones sont connectés les uns avec les autres pour former un système intelligent... » ou plus exactement pour former un système plus ou moins ouvert à l’intelligence.


                        Je ne me résoudrai jamais à croire qu’une machinerie cellulaire et moléculaire conditionne nos comportements, il me semble que c’est plutôt l’inverse, nos comportements répétés induisent dans nos cellules des réactions (électrochimiques) qui s’impriment dans des mémoires et deviennent ainsi semblables à un processus itératif que l’intelligence a l’a possibilités de changer voire carrément de rompre.

                        • pallas 25 décembre 2017 20:22

                          @Jean Keim

                          Bonsoir,

                          L’humain ne fait que 99,999 % d’actes programmées, le 0,001 % dépend de la valeur de perception de son soi, chose non égalitaire en fonction de l’individu.

                          Êtes vous une machine ?

                          Salut


                        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 08:40

                          @Jean Keim
                          Non, tout provient bien de réactions chimiques élémentaires avec rétroaction.


                        • Jean Keim Jean Keim 26 décembre 2017 09:36

                          @Jacques-Robert SIMON & pallas


                          Je ne parle pas des automatismes et de ses boucles rétroactives qui conditionnent le bon fonctionnement des différentes fonctions du corps, je fais référence au comportement, quand vous affirmez que celui-ci est dicté par nos cellules, d’où vous vient cette affirmation ? C’est ce que la science médicale affirme, mais ce n’est pas suffisant pour que ce soit vrai, si je suis affublé d’un TOC et que je veux véritablement m’en débarrasser, il y a qq. chose d’autre que des mécanismes cellulaires qui interviendra, et les cellules se modifieront en conséquence, cette étrange autre chose peut également influer sur la santé physique, c’est observable, il est loisible d’en faire l’expérience, cette étrange chose est vraisemblablement ce qui fait que certains arrangements de matière manifeste ce miracle qu’est la Vie.

                        • Jean Keim Jean Keim 26 décembre 2017 09:39

                          Et tout en amont, c’est également cette étrange chose qui m’incitera à modifier voire carrément à changer ma façon de vivre.


                        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 09:59

                          @Jean Keim
                          Un être vivant est un immensément compliqué réacteur chimique que l’on peut comprendre. Mais je ne peux rien pour les TOC.


                        • Claudec Claudec 26 décembre 2017 11:17

                          @Jean Keim

                          Oû voyez-vous que la vie soit un miracle ? Elle est ou elle n’est pas, tout simplement.


                        • Jean Keim Jean Keim 26 décembre 2017 20:51

                          @Jacques-Robert SIMON & Claudel,

                          Il est vrai que l’on peut s’en tenir à la ligne d’horizon, généralement elle commence par : je pense que... , le reste vient tout seul smiley

                        • Hervé Hum Hervé Hum 26 décembre 2017 11:51

                          je ne sais plus qui disait que, dès qu’on parle politique, même le cerveau le plus rationnel, scientifique perd quasiment tous ses moyens intellectuels et se met à raisonner comme un attardé mental ;

                          Las, votre article n’échappe pas à ce constat.

                          Je ne vais pas reprendre tout votre article, mais juste donner un exemple. Vous écrivez

                          "Haine et amour sont des sentiments élémentaires omniprésents dans la Nature : l’homme doit protéger, chasser, dominer grâce à la première, la femme sait faire montre d’une extrême sollicitude pour ses enfants grâce à la seconde.« 

                          Sans entrer dans le détail, la haine n’a rien à voir pour »protéger et chasser", ni l’amour en tant que sentiment, mais l’amour en tant que raison, celle de perpétuer l’action de vie. Un animal ou ici l’humain ne tue pas sa proie à manger par haine, mais par nécessité vitale. De la même manière, la femme prend soin de son ou ses enfants par nécessité vitale, perpétuer l’action de vie. Ici, si l’amour de sa progéniture accompagne le plus souvent la nécessité, elle n’est pas essentielle, ce qui prime, c’est la volonté de vie qui anime tout être.

                          Autre chose, si la loi est toujours celle du plus fort, cela ne prédispose pas de savoir qui est le plus fort !

                          ainsi, dans une communauté organisé, le plus fort peut être le plus rusé ou le plus honnête et non le plus violent, cela en raison du principe que l’union fait la force. Ainsi, si une personne faible peut avoir raison d’une personne forte, c’est sur la base de ce principe. Par exemple, une personne faible mais intelligente peut retourner l’esprit d’une personne forte et donc le faire passer de l’opposition à l’union. Mais le principe selon lequel la loi est toujours celle du plus fort est une tautologie et indépassable, sauf qu’encore une fois, cela ne dispose pas de savoir qui est le plus fort !

                          Etc...


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 26 décembre 2017 12:10

                            @Hervé Hum
                            Il est difficile de traduire les sentiments profonds de l’Homme sans les deux mots Amour et Haine qui ne sont que des termes génériques pour tous les autres sentiments. Si je devais classer la chasse soit dans l’une soit dans l’autre catégorie, je choisirai encore la Haine.


                          • Hervé Hum Hervé Hum 27 décembre 2017 09:01

                            @Jacques-Robert SIMON

                            Certes, mais la chasse pour se nourrir ne peut absolument pas être mise dans la catégorie haine car personne ne chasse par haine envers la proie.

                            Ce que vous oubliez, c’est que la haine implique une relation sentimentale entre les êtres. Or, la chasse nourricière ignore de tels sentiments.

                            En fait, vous confondez trois termes que sont l’amour, la haine et la passion.

                            La passion, c’est ce qui fait d’accepter de souffrir pour atteindre son but. L’amour, c’est ce qui fait accepter l’autre tel qu’il est en lui même et non tel qu’on veut qu’il soit pour soi même. C’est à dire, servir ses propres intérêts.

                            Quant à la haine, c’est le refus d’accepter l’autre tel qu’il est, et est la raison essentielle pour laquelle la passion amoureuse se transforme le plus souvent en haine et non en amour pur.

                            Si on veut faire une généralisation de la haine, alors, on peut dire qu’elle est le refus d’acceptation de la fatalité des faits.


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 27 décembre 2017 11:43

                            @Hervé Hum
                            Je ne pouvais pas prendre une définition trop précise de la Haine comme de l’Amour si je voulais me contenter de deux termes pour décrire une immense complexité. Il faudrait les lire comme + ou - , positif ou négatif. Mais une chose distingue clairement les deux termes c’est la difficulté d’installer l’amour dans un groupe et la facilité de faire naître la haine.


                          • Hervé Hum Hervé Hum 27 décembre 2017 13:37

                            @Jacques-Robert SIMON

                            La plus grande complexité prend sa source dans la simplicité basique, cad, dans la dualité.

                            Les définitions que je vous donne sont générales et simples et vous donnent même la manière d’établir une graduation pour savoir si vous tendez vers l’amour, la passion ou la haine. Mais bien évidemment, cela évolue en extrême complexité instantanément.

                            Enfin, « distinguer », fournit un ou des éléments d’explication, mais n’est pas l’explication.

                            S’il est difficile d’installer l’amour dans un groupe et plus facile d’installer la haine, cela tient aux définitions elles mêmes. L’amour étant l’acceptation de l’autre tel qu’il est et non tel qu’on le veut, donc, de se contraindre soi même à ne pas dominer son prochain. Cela i implique à devoir le partager selon des règles d’équités, pour en retirer le droit d’y vivre sans haine et avec amour.

                            Mais il est plus difficile de voir l’ensemble d’un groupe interdire aux plus dominateurs d’imposer leur passion par la violence. Que cette violence fusse physique, psychique et en fait, les deux à la fois.

                            Résultat, si l’amour ne rencontre pas un défenseur sincère et avisé, soit celui ou ceux qui veulent dominer le groupe installent la haine pour diviser le groupe et imposer une relation de domination, soit, le ou les défenseurs sont trop faibles ou mal avisés et ils seront réduits au silence par le ou les dominateurs.

                            Ce n’est donc pas la faiblesse de l’amour qui le rend si difficile à installer, mais l’agressivité, parfois extrême, de ceux qui refusent que l’amour soit le guide du groupe au lieu du plus fort.

                            Ici, la distinction fait que seule la volonté de domination implique l’usage de la violence et la menace comme moyens normaux de gestion du groupe, alors qu’en l’absence de volonté de domination, l’usage de la force est réduite à contraindre ceux qui veulent dominer, à devoir partager.

                            Pour finir, il ne faut pas oublier que la définition de l’amour a pour base logique, cad, mathématique, le principe d’équilibre énergétique, car sinon, cela implique que l’un exploite l’autre à son profit. Si l’autre l’accepte en toute connaissance de cause, alors, il n’y a pas de vol. Le déséquilibre est maîtrisé.

                            Au niveau de la société humaine, le principe d’équilibre prend la forme du principe d’équité. L’équité est une égalité relationnelle et non pas une égalité indifférentielle. C’est à
                            dire, où chacun reçoit selon son propre apport (nul ne peut exploiter d’autre personne qu’elle même)h .

                            J’insiste fortement, la définition de l’amour implique qu’on ne peut tendre vers cette relation, qu’en appliquant strictement le principe d’équité comme base logique. C’est à dire, comme centre de gravité.


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 27 décembre 2017 14:21

                            @Hervé Hum
                            « il ne faut pas oublier que la définition de l’amour a pour base logique, cad, mathématique, le principe d’équilibre énergétique. » Je ne suis pas certain que le pur Amour puisse se quantifier : on donne tout, on attend rien. Mais le principe est certainement applicable en dehors de cet idéal.


                          • Hervé Hum Hervé Hum 28 décembre 2017 09:06

                            @Jacques-Robert SIMON

                            Je parle de base logique. Mais l’amour pur consiste t’il à « donner tout, on attend rien » ?

                            non, ce comportement fait appel à la passion humaine et non à l’amour.

                            L’amour, c’est accepter et vouloir l’autre tel qu’il est en lui même, donc, avec ses défauts, mais certainement pas tout donner sans rien attendre en retour.

                            Le secret des couples dont l’amour dure toute une vie, tient dans cette totale acceptation de l’autre tel qu’en lui même et dont la conséquence est ne pas tout donner, mais donner tout ce que l’autre à besoin pour lui même et ce, de manière réciproque. Cela implique aussi de préserver et cultiver son propre jardin, sa propre identité et donc, ne pas tout donner, mais tout partager.

                            Il ne peut y avoir d’amour dans la dépossession de l’un pour l’autre car c’est la passion, mais uniquement dans la réciprocité de l’un pour l’autre.

                            Donc, vous confondez amour pur et passion amoureuse L’amour pur est dans la parfaite osmose entre deux être différents mais chérissant ces différences. L’amour est ce qui fait que des êtres différents se désirent, la passion, c’’est au contraire vouloir que l’autre soit à l’image de soi même. En cela, l’amour pur est plus exigeant que la passion quant au respect et à l’attention donné à l’autre et in extenso, au couple.

                            L’amour pur, est donc cet équilibre énergétique parfait entre deux êtres où aucun des deux absorbe l’énergie de l’autre, cad, le vide de sa propre identité (tout donner et ne rien attendre) mais au contraire, l’enrichie.

                            Comprendre qu’un couple peut s’aimer malgré le déséquilibre, mais la règle c’est l’équilibre et c’est dans cet équilibre seul que se trouve l’amour pur, celui qui ne se fait pas au détriment de l’un.

                            Comprendre aussi que si on applique votre axiome « donner tout, on attend rien » et qu’on l’universalise, alors on se rend compte que cet axiome ne veut rien dire, car si tout le monde donne et n’attend rien, se pose la question de qui reçoit !

                            Vous vous présentez comme scientifique et pourtant vous ne respectez pas les bases élémentaires de la physiques. Car parler d’amour dans la réalité, c’est parler de physique et parler physique, c’est parler logique. Sans cela il ne peut exister de physique qui tienne.

                            Donc, votre axiome de l’amour pur oublie un principe fondamental qui est le principe de l’échange et ici, de la réciprocité qui seul permet de considérer tout un chacun et non que l’un se dépossède pour l’autre. Car encore une fois, dire que tous se dépossèdent pour tous ne veut rien dire, c’est totalement absurde.


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 28 décembre 2017 12:21

                            @Hervé Hum
                            Je maintiens ma définition mais je n’ai pas de nouvelles raisons à ajouter.


                          • Hervé Hum Hervé Hum 29 décembre 2017 11:26

                            @Jacques-Robert SIMON

                            « Je maintiens ma définition mais je n’ai pas de nouvelles raisons à ajouter. »

                            j’ai lu votre définition, mais je n’ai pas lu vos raisons ?

                            Je vous ait répondu que votre définition ne voulait rien dire parce qu’elle parle de don de soi envers l’autre mais non d’échange de l’un avec l’autre. Je vous ait dit que c’est confondre amour et passion. Que votre définition parle de dépossession de soi pour l’autre et si c’est cela l’amour, alors je n’en veux pas.

                            Je vous ait donné un argument pour invalider votre définition, mais loin de le réfuter, vous l’ignorez en vous contentant d’affirmer sans démontrer, c’est ce qu’on appelle l’argument d’autorité.

                            J’en terminerai avec ce dernier argument, mais il y en a beaucoup d’autres, le fait que le don de soi sans en attendre aucun retour (votre définition), cela s’appelle l’esclavage cher monsieur. Celui ci peut être consentit dans les situations passionnelles, mais généralement, c’est une situation contrainte.

                            A contrario, celui qui reçoit sans devoir donner, est définit comme l’esclavagiste, l’exploiteur, que ce soit de manière consentit par l’autre ou contrainte.

                            Répondez à cette question, l’amour renvoi t’il à un système en équilibre ou bien à un système en déséquilibre (comme votre définition) ? Pour vous aider, peut on parler d’harmonie, de symbiose au sein d’un système en déséquilibre énergétique ou bien seulement dans un système en équilibre ?

                            Comprenez bien, même si on part du postulat d’un couple répondant à votre définition, cad, où les deux donnent tout à l’autre et bien, une fois cela posé, le couple devra quand même définir ce qui est de l’un et ce qui est de l’autre, car un couple est constitué de deux êtres particuliers, donc, avec leur besoins et aspirations particulières. Et vouloir tout donner à l’autre, c’est vouloir satisfaire à ses désirs. Comme il y a réciprocité, alors, cela revient à trouver l’équilibre entre les désirs de l’un et de l’autre (la définition que je partage). Mais si à un moment donné, l’un se met à prendre et non plus à donner, alors, vous pourrez toujours dire que celui qui donne est dans l’amour pur et l’autre n’y est plus, mais selon votre propre définition, nous ne sommes plus dans une relation d’amour pur, sinon de domination.

                            Autrement dit, soit les deux appliquent votre définition et alors, cela aboutit à avoir une relation où c’est ma définition qui est strictement appliqué, soit un des deux n’applique pas votre définition et alors, on est dans une relation de domination et non plus d’amour pur.

                            Bref, désolé, mais c’est la définition que donne la raison pure qui est valide et non la votre, car elle est aussi valide pour définir un rapport de domination.


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 29 décembre 2017 12:55

                            @Hervé Hum
                            Un système vivant ne peut pas être à l’équilibre. Toutes les réactions chimiques impliquées sont hors équilibre ; la mort conduit à un système plus proche de l’équilibre.
                            Je pense que vous avez parfaitement compris ma définition (qui n’est guère originale) de l’amour. Bien entendu elle est arbitraire mais c’est la meilleure que j’ai pu trouver.
                            C’est vrai que je n’aime qu’à moitié la dialectique car j’ai besoin de temps pour trouver des arguments pertinents.


                          • Hervé Hum Hervé Hum 29 décembre 2017 23:39

                            @Jacques-Robert SIMON

                            "Un système vivant ne peut pas être à l’équilibre. Toutes les réactions chimiques impliquées sont hors équilibre ; la mort conduit à un système plus proche de l’équilibre. "

                            Je crains que nous ne parlons pas du même équilibre !

                            Ici, je ne vous parle pas de l’entropie d’un système, mais de l’équilibre interne nécessaire à son bon fonctionnement.

                            Ainsi, la définition d’un système en équilibre porte sur le fait qu’il doit y avoir un échange équilibré à l’intérieur d’un système (y compris à l’intérieur d’un couple) pour perdurer. Ainsi, à l’intérieur d’un corps humain, l’équilibre porte sur les échanges énergétiques des cellules constitutives du corps. Quand il y a déséquilibre, on note alors l’apparition de problèmes fonctionnels.

                            Sans équilibre, un système ne peut survivre et en premier lieu, naître. Donc, ne pas confondre l’entropie d’un système qui le fait mourir et l’équilibre interne du système nécessaire à son existence, donc, qui le fait vivre (la mort est une condition d’évolution de la vie).

                            Le principe d’équilibre est universel et en tant que principe découlant de logique causale, s’applique avec la même rigueur physique au niveau de la société humaine. Ainsi, toutes les crises humaines actuelles sont dû à ce déséquilibre énergétique entre les humains, quand à la répartition de la richesse produite selon le mérite de chacun. Le système qui domine la société actuelle n’est pas fondé sur le mérite de chacun à faire prospérer l’idéal social, qui justifie l’existence même de la société en tant que telle, mais est fondé sur la capacité de chacun à exploiter ou non son prochain, donc, à se trouver du coté positif de l’échange et non du coté négatif. C’est donc un système qui ne peut exister que si le système est déséquilibré pour permettre l’accumulation des uns au détriment des autres. Les défenseurs d’un tel système partagent totalement votre définition de l’amour pur, parce que leur idéal est que l’autre donne tout sans rien en attendre en retour, eux, étant disposés à prendre sans rien donner en retour.

                            Ici, j’utilise principalement la dialectique, mais elle se fonde sur un développement logique, quand le votre se fonde sur une opinion non rationnelle.


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 décembre 2017 08:07

                            @Hervé Hum
                            Les notions thermodynamiques d’enthalpie, d’entropie, d’énergie libre sont bien définies. Une réaction chimique (ou biologique) donnée est à l’équilibre lorsque la transformation de A+B vers C+D est égale à C+D vers A+B. Ce n’est jamais le cas dans un organisme vivant qui bénéficie d’apports énergétiques externes (apports alimentaires, soleil...). Il en est de même pour les comportements sociaux et pour les mêmes raisons (apport externe de gaz, de pétrole...).


                          • Hervé Hum Hervé Hum 30 décembre 2017 15:27

                            @Jacques-Robert SIMON

                            est ce moi qui ne sait pas me faire comprendre ou bien vous qui ne voulez pas comprendre ?

                            Evidemment, on ne peut pas avoir un équilibre parfait au sens où vous l’entendez, c’est à dire au sens de la conservation, que s’il est totalement isolé, mais alors, il n’y aurait pas d’évolution possible. Il n’y aurait pas d’échange possible. Il n’y aurait donc pas de vie possible. C’est le raisonnement par l’absurde, mais encore faut t-il ne pas y rester !

                            L’équilibre énergétique d’un système, est dans l’adéquation entre ses besoins et ses apports pour y répondre, de manière à avoir un fonctionnement optimal. C’est donc un équilibre énergétique relatif, c’est à dire, que le besoin énergétique dépend de l’activité du système. Si l’activité est forte, le besoin est fort, si elle est faible, le besoin est faible. Mais de la même manière que pour rouler à vélo, pour rester en équilibre, il faut toujours avancer, même très lentement !

                            Pour le corps humain ou pour les relations sociales, la notion d’équilibre est entre les besoins énergétiques et la satisfaction de ces besoins, où l’apport énergétique extérieur est ce qui permet l’équilibre et non ce qui l’interdit. Ainsi, pour ce qui est des « comportements sociaux », l’équilibre à rechercher est celui qui permet à tout un chacun de satisfaire ses besoins et non ce qui permet à certains d’accumuler et aux autres de devoir accepter de rester pauvre et d’être exploité.

                            Bon, j’ai bien conscience de la limite des réductions que je fais ici, mais je ne veux pas développer car cela demanderait trop de place.

                            Vous vous présentez comme scientifique, et à ce titre, vous savez que le principe de conservation de l’énergie implique que pour dépenser de l’énergie, il faut l’avoir produit, sauf si vous croyez à la magie ou à la création ex-nihilo (c’est la même chose !). Or, rien ne permet de dire que la réalité physique échappe à ce principe, mais plutôt de remarquer que c’est ce principe qui rend le mieux compte de la réalité physique.

                            Si on ne peut parler de création ex-nihilo, alors, c’est que l’Univers applique ce que Lavoisier résumait si bien par une formule (dialectique mathématisée) « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ».

                            C’est la seule alternative qui échappe à la magie ou à un Dieu pensant sa création, ou encore des... Extra-terrestres !!!

                            La question (toujours la même !) qui reste en suspens, c’est de savoir comment la nature produit l’énergie qu’elle dépense ? Ses conditions d’équilibre (ce qui implique aussi de déséquilibre) ?


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 30 décembre 2017 19:44

                            @Hervé Hum
                            Je suis d’accord (avec des réserves) avec ce que vous écrivez : "on ne peut pas avoir un équilibre parfait au sens où vous l’entendez, c’est à dire au sens de la conservation, que s’il est totalement isolé." Mais ce n’est pas limité à mon entendement, c’est une réalité générale.


                          • Hervé Hum Hervé Hum 31 décembre 2017 10:24

                            @Jacques-Robert SIMON

                            Autrement dit, vous êtes d’accord que je sois d’accord avec vous. Mais qui ne l’est pas !

                            Pour le reste, j’imagine que vous n’êtes pas d’accord, mais sans pouvoir expliquer pourquoi.

                            Si la science n’est pas nécessaire à la dialectique, par contre, cette dernière est essentielle à la science. Sans dialectique, pas de science possible car il est alors impossible de poser un raisonnement.

                            Mais encore faut t-il connaître et maîtriser les outils logiques pour faire une bonne dialectique, ce qui hélas n’est pas le cas de la science actuelle. Ses impasses pour comprendre la matière dans ses fondements sont dû à une mauvaise dialectique interdisant d’aller plus loin. Comme tout interdit, celui ci ne tient pas à une faiblesse intellectuelle, mais à un interdit du cogito humain, celui de devoir considérer ses propres limites ou impossibilité ontologique.

                            C’est que si par l’imaginaire l’humain peut penser faire tout et n’importe quoi, sans aucune limite d’espace-temps, dans la réalité physique il n’en est pas de même, aller au delà consiste à aller en arrière, c’est à dire, régresser, voir se détruire.


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 31 décembre 2017 14:09

                            @Hervé Hum
                            Il est difficile de parler de méthode scientifique, l’imagination côtoie une extrême rigueur, le flou précède souvent une aveuglante netteté. Par contre il y a des résultats scientifiques constitués d’observations ou de théories reproductibles et réfutables. Les outils logiques font souvent place à l’intuition et sont souvent l’étape finale d’un raisonnement vague.


                          • Taverne Taverne 27 décembre 2017 00:27

                            L’homme peut prendre deux formes d’excès : l’abandon aux bas instincts, le moi hypertrophié. Le premier excès est celui de la foule (comme le montre Gustave le Bon), le second est un excès produit par l’individu lui-même (le Moi haïssable comme disait Pascal). Evidemment, il ne faut tomber dans aucun de ces deux excès opposés.

                            Vous écrivez « la réflexion est remplacée par le réflexe ». c’est là une inversion de l’évolution, puisque l’homme a évolué du simple réflexe animal vers la réflexion. La réflexion incorpore le temps et conduit à la temporisation nécessaire à la pensée avant la réaction. Mais la foule abolit toute exigence de temporisation : elle réagit instinctivement en abolissant le temps nécessaire à la réaction.

                            Mais c’est aussi ce qui fait tout le charme de l’émotion collective : cette communion en temps réel. Avant les gens regardaient tous la télé et la même chaîne, spécialement le film du dimanche soir. Le lundi, ils parlaient entre eux du film vu la veille. Nous sommes dans un autre monde où chacun regarde un média différent. Il faut dès lors trouver d’autres grands moments de communion. D’où peut-être ma prolifération des cérémonies autours des drames collectifs qui autrefois n’étaient que des faits divers. D’où aussi les commentaires et images en boucle sur les chaînes d’information et en direct.

                            L’homme a toujours pratiqué l’émotion collective : dans les grottes ils partageaient leurs émotions « en direct » en les amplifiant en rendant hommage aux animaux. Les émotions étaient peintes sur les parois : la joie (de procréer, de chasser), mais aussi l’admiration teintée de crainte pour les grands fauves (très représentés sur les parois).


                            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 27 décembre 2017 07:42

                              @Taverne
                              Je vous remercie de votre intéressant commentaire auquel je ne peux qu’agréer.


                            • Jean Keim Jean Keim 28 décembre 2017 08:37

                              @Taverne

                              Donnons des crayons et une feuille de papier à un être humain et il dessinera.
                              Les lointains humains avaient à leur disposition des colorants diverses et des parois parfois planes, parfois avec un relief évoquant une forme et le reste a suivi.
                              On a aussi beaucoup raconté d’inepties sur nos ancêtres préhistoriques, ne peut-on envisager que leurs peintures rupestres ont été faites pour le plaisir, que les dessins de mains utilisées comme pochoir pour en dessiner le contour sur une paroi de grotte sont l’équivalent de nos selfies ? 
                              Les hommes de ce temps généralement n’habitaient pas dans des grottes, tout au moins pas directement, elles leur servaient peut-être tout simplement de salles de réunions et de fêtes.

                            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 31 décembre 2017 09:47

                              @Jean Keim
                              Il y a toujours eu des artistes... mais aussi des imbéciles sanguinaires.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès