• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les gilets jaunes doivent devenir un mouvement politique

Les gilets jaunes doivent devenir un mouvement politique

JPEG

 Quoi qu’il adviennent de la bataille médiatique qui se jouera ce 8 décembre 2018 et dont l’issue est encore incertaine, le mouvement des gilets jaunes doit se transformer en mouvement politique s’il ne veut pas se perdre dans les méandres de l’histoire.

 Les mauvaises langues pourraient être amenées à penser que par sa gestion assez calamiteuse des manifestations du premier décembre avec des ordres qui semblent avoir tardé à venir, la partition jouée par le pouvoir en place serait celle d’une forme de pourrissement de la situation en espérant bien reprendre la main en bon sauveur de l’ordre républicain et de la sécurité nationale. Il serait sans doute aidé en cela par des médias qui lui sont acquis en grande partie. Médias dont la plupart des patrons se sont positionnés en faveur du président actuel lors de la dernière élection présidentielle et dont de nombreux éditorialistes cachent à peine leur proximité avec celui-ci. Cette forme de connivence entre médias et pouvoir en place est parfois évoquée pour des personnes comme Patrick Drahi et la chaîne BFM ou encore Ruth Elkrief, une de ses journalistes phare, dont vous vous souvenez peut-être de cette sorte « check » très amical qu’elle fit à Macron avant de débuter un meeting de campagne à Arras.

On pourrait également se demander si dans d’autres démocraties occidentales, une telle gestion de la manifestation du 1er décembre n’aurait pas entraîné illico presto la démission du ministre de l’intérieur ?

 Nul ne peut donc prévoir ce qu’il adviendra ce 8 décembre mais les gilets jaunes les plus déterminés ne comprennent probablement pas qu’on leur interdise les Champs-Elysées que l’on n’a pas hésité à fermer à la circulation pour Johnny Hallyday ou la coupe du monde de football. Ils doivent absolument être vigilants et ne pas se laisser entraîner par ces groupes de casseurs et ceux que d’aucuns pourraient considérer comme des sortes de milices telles que les Blacks blocs ou les Antifas dont on ne comprend pas très bien ni la structure ni les modes de financements mais qui ne ratent pas une occasion de faire parler deux lors de ce genres de manifestations.

La violence serait, de toute évidence, l’occasion pour le gouvernement de reprendre la main et ne ferait que desservir les intérêts des gilets jaunes. C’est pourquoi si la situation à Paris venait de nouveau à mal tourner, ils seraient bien inspirés de quitter les lieux d’affrontements pour aller se réunir pacifiquement et en très grand nombre dans un endroit comme le Champ De Mars par exemple.

 Qu’ils gagnent ou qu’ils perdent cette première bataille médiatique, les gilets jaunes ne doivent pas en rester là et occuper le terrain politique. Ils doivent se présenter directement aux prochains scrutins ou élire des représentants dignes de ce nom qui seront aptes en endosser des fonctions politiques afin qu’ils les représentent aussi bien au niveau des communes que des différentes assemblées.

Alors ils pourront mettre en œuvre certains éléments de programme comme un moratoire sur l'intégration européenne ou encore une mise en place du référendum d’initiative populaire.

Je rappelle que dans cette grande démocratie, comme on nous le rabâche à longueur de temps dans nos médias, le dernier référendum date d’il y a 13 ans et que que celui-ci n’a même pas été suivi d’effets.

Ce mouvement à attiré la sympathie de près de 80 % de la population et à mis en relief l’aspect inique de la situation sociale de ce pays. Comment pourrait-il disparaître ainsi ?

Comment pourrait-il laisser une poignée de milliardaires possesseurs de médias faire ou défaire des hommes politiques au point de contribuer à faire élire aux plus hautes fonctions de l’état un homme quasi-inconnu du grand public trois ans auparavant ?

Notre démocratie semble bien malade mais s’ils veulent commencer à vraiment essayer d’agir sur leur destin, les gilets jaunes ainsi que les nombreuses personnes qui les soutiennent doivent passer du mode « indignez-vous », pour reprendre l’expression de Stéphane Hessel, au mode « Présentez-vous ».

Cela n’est sans doute qu’un début et la tâche risque d’être difficile mais il n’y a probablement pas d’autre solution.

 

Pour aller plus loin, vous pouvez lire ce billet de Michel Onfray que je trouve intéressant :

https://michelonfray.com/interventions-hebdomadaires/l-insurrection-et-apres-?mode=text


Moyenne des avis sur cet article :  2.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • armand 8 décembre 12:20

    t’es pas à la manif ?????


    • Le421 Le421 8 décembre 21:13

      @armand
      Quand on voit le jugement d’abrutis qui passent sur les antennes, je suis vert.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 décembre 13:20

      Pierre Mendes France serait un parfait modèle. Régionaliste, opposé à la domination de la finance,.....Détestant la concentration des pouvoirs. HUMAIN.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 décembre 13:23

        ils ont certainement plus d’affinités avec une décroissance bien pensée qu’avec la gauche libertaire genre Cohn-Bendit. 


        • math math 8 décembre 15:35

          (Les gilets jaunes doivent devenir un mouvement politique)....surtout pas..c’est la politique qui tue la France..Le pouvoir c’est la perversion..


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 décembre 15:41

            @math

            justement, Pierre Mendès France prônait la dé-centralisation du pouvoir. A la limite de l’autogestion......


          • TSS 8 décembre 16:05

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            je vous plussoie ayant ,depuis toujours,été un admirateur de Mendès-France... !!


          • Fergus Fergus 8 décembre 17:31

            Bonjour, math

            Vous avez mille fois raison : ils ne doivent surtout pas devenir un parti politique ! 

            On voit d’ailleurs mal comment un mouvement du type Gilets jaunes, constitué de personnes venues d’horizons aussi divers, pourrait présenter lors d’un quelconque scrutin des revendications aussi hétéroclites, et à certains égards contradictoires !

            Il doivent rester hors du camp partisan pour exiger une réforme du système politique plus respectueuse des attentes populaires en terme de souveraineté des citoyens.


          • kirios 8 décembre 21:54

            @Fergus
            vous avez raison !
            la seule objectif à viser c’est un système électorale direct qui mette la souveraineté citoyenne au coeur de la Démocratie à instaurer


          • Croa Croa 10 décembre 09:46

            À math,
            Le mouvement est déjà politique mais c’est un mouvement de terrain seulement. C’est cette particularité qui lui permet de rassembler. S’il devient un parti et présente des candidats c’est fini pour lui. Par ailleurs ça affaiblirait encore les vrais oppositions existantes (RN et Ø essentiellement.)
            *
            Un beau cadeau à faire au système !


          • JBSERBIST JBSERBIST 10 décembre 12:35

            @math Tout à fait d’accord avec vous. En 1789 le Peuple, comme les cahiers de doléance l’avaient montré, était resté fidèle à la Monarchie, mais ce sont les jacobins qui s’en sont emparé du mouvement et ils sont toujours au pouvoir pour notre plus grand malheur.


          • Alren Alren 8 décembre 16:20

            Le mouvement des gilets jaunes est le fait de gens de tous horizons.

            Un mouvement politique serait obligatoirement classable à gauche, au centre, à droite. Ce qui amènerait à des fractionnements qui affaibliraient sa puissance.

            Diviser les manifestants en groupes opposés est le rêve de Macron. Ne tombons pas dans le panneau.


            • mac 8 décembre 17:29

              @Alren
              Quand je pense à mouvement politique, je pense au fait qu’ils soient reprsentés aux élections. Pourquoi la politique serait-elle uniquement une histoire de gauche ou droite ?
              De toute façon dans le cas contraire, avec les partis classiques on est dans une impasse...


            • Fergus Fergus 8 décembre 17:33

              Bonjour, mac

              Alren a raison. Voir ci-dessus mon commentaire à math.


            • Le421 Le421 8 décembre 21:18

              @Alren
              Quand un escroc comme Macron se présente comme « ni droite, ni gauche », on peut être sûr et certain qu’il est à droite et bien à droite.
              Comment on sait si on est à droite ou à gauche, question pour les idiots.
              Regarder le relevé de compte à la fin du mois.
              Dans 99% des cas, on voit de suite...
              Mon père m’a dit ça en 1962.
              Déjà, à l’époque.
              Maintenant, je sais, il faut même une « appli » sur le smartphone, comme pour vérifier si le Nutella c’est de la merde....

              Mmmmmmmm’béciles !!


            • kirios 8 décembre 22:00

              @mac
              les partis politiques sont des attrapes couillons qui ne servent qu’à enrichir et promouvoir quelques voyous , en captant le pouvoir avec le soutien de supporters conditionnés par les merdias .


            • Gilet 9 décembre 06:25

              @Le421
              Et quand un escroc comme Mélenchon qui se prétend de gauche et qui n’est qu’un vulgaire apparatchik du parti socialiste , qui se tape sa fille , on devrait le croire sur parole lui . Ton papa aurait du t’inculquer les bonnes manières et ne pas croire tous les bateleurs de foire de la politique. C’est çà les gilets jaunes , pas de syndicats et pas de politique véreux. Mais je doute que tu comprennes , comme disait ton papa , il faut pas discuter avec des brouettes comme toi , continu à faire grouik , grouik et à rester dans ta médiocrité.


            • Fergus Fergus 9 décembre 09:33

              Bonjour, kirios

              Sauf que l’on ne peut pas fonctionner sans partis politiques. Cela n’a jamais existé nulle part. Et dès que deux personnes s’unissent pour défendre des intérêts communs, c’est déjà l’embryon d’un parti politique.

              Qu’est-ce qu’un parti politique ? C’est le regroupement de gens qui défendent des intérêts ou des projets de société communs. Ce qui pose problème, ce ne sont pas les partis, c’est la manière dont ils sont dévoyés et la manière dont leurs élus se démarquent de ceux qui les ont mandatés.

              En conséquence, ce ne sont pas les partis qui doivent être détruits  ils renaîtront de leurs cendres —, mais des systèmes de contrôle de l’action des élus  voire des procédures révocatoires  qui doivent être mis en place.


            • Xenozoid Xenozoid 8 décembre 16:23

              que se vayan con todos

              Dans une atmosphère d’hystérie et de paranoïa collective, les récits des autorités ou/et autorisés n’ont pas besoin d’avoir de sens ou de résister à n’importe quel examen approfondi. Leur but premier n’est pas de tromper, mais plutôt de délimiter un territoire idéologique acceptable, d’expression et d’émotion auquel les gens « normaux » doivent se conformer. Au-delà des limites, se trouvent les ténèbres extérieures de « l’anomalie » et de « l’extrémisme », dont aucune personne « normale » ne veut. Pour éviter d’être jeté dans cette obscurité extérieure, les gens se conformeront aux absurdités les plus absurdes et paranoïaques que vous pouvez imaginer. 
              Les classes dirigeantes le savent, et c’est pourquoi elles s’en moquent si vous réfutez leurs récits sur Twitter ou sur un site web « déshonorant » qu’ils ont rendu pratiquement invisible de toute façon. Ils ne discutent pas des faits ou de la vérité ... ils marquent les limites de ce territoire « normal » et attirent des gens effrayés.


              • Jason Jason 10 décembre 10:00

                @Xenozoid

                « ils marquent les limites de ce territoire « normal » et attirent des gens effrayés. »

                Oui, vous avez tout à fait raison. C’est ce qu’on appelle le jeu du pouvoir. Pouvoir que les gouvernants et les puissants modulent selon leurs besoins.

                Ils sont les géographes du jeu politique et des idées qui le soutiennent. Ce qui manque aux GJ, c’est de ne pas s’être emparé de cette carte et de pouvoir la moduler selon leurs besoins. Par carte politique j’entends la délimitation claire des revendications qui imposent une ligne de fonctionnement de l’Etat. Passer des revendications (langage du pouvoir) aux exigences non négociables (langage GJ souhaité). Cela ne se demande pas humblement, face à une république monarchique. Cela s’impose, comme ce gouvernement impose son agenda et son vocabulaire.

                Les GJ s’empareront-ils de la carte et de l’agenda (espace et temps) ? Question de pouvoir, encore une fois.

              • mac 8 décembre 17:36

                J’avoue ne pas comprendre les réactions plutôt négatives à cet article.

                Je n’ai pas la science infuse et ne possède pas la vérité mais si les gens rentrent chez eux après tout cela et s’en remettent aux partis existants, on est certain d’avoir le même type d’élections qu’en 2017 et on tournera en rond ? Alors à quoi bon ?


                • Fergus Fergus 8 décembre 18:50

                  @ mac

                  « on tournera en rond » tant que la majorité des électeurs votera pour des partis du système peu ou prou au service des dérives néolibérales. 

                  Or, à chaque scrutin il y a des offres alternatives de partis n’ayant jamais exercé le pouvoir et décidés à réformer les institutions pour répondre aux attentes des classes populaires et moyennes. Qu’est-ce qui empêche de voter pour ces partis-là ?

                  Ne vous faites pas d’illusions, un parti des Gilets jaunes irait probablement droit dans le mur du fait de ses contradictions internes. 


                • mac 8 décembre 20:12

                  @Fergus
                  Entièrement d’accord avec vous mais encore faut-il que les gens connaissent les petits candidats qui ont du mal à dépasser les 1%.
                  Je ne dis qu’il faut forcément un parti des Gilets Jaunes mais il faut que ceux-ci utilisent leur élan pour exercer une influence sur la politique sinon rien ne changera. Et peut-être que les « meilleurs » d’entre-eux devraient se présenter avec ou sans étiquette. Après tout les petits candidats sont souvent issus de la société civile.


                • Le421 Le421 8 décembre 21:23

                  @mac
                  Voui...
                  D’autant plus que demander plus de justice sociale et financière, faut pas chercher midi à quatorze heures.
                  Té !!
                  Demandez à la blonde si elle veut rétablir l’ISF !!
                  Quand je vois les naïfs sans le sou qui la soutiennent...
                  La France, un pays de cons ? Pas vraiment. Il faut juste expliquer.
                  Le mouvement GJ le permets.
                  Et là, Jupiter, il va l’avoir dans le cul.
                  Il n’aurait jamais du laisser les gens discuter entre eux.
                  Les ennemis d’hier sont devenus amis. Pas bon du tout, ça !!


                • Fergus Fergus 9 décembre 09:36

                  Bonjour, mac

                  « un parti des Gilets jaunes irait probablement droit dans le mur du fait de ses contradictions internes »

                  Sans doute pas dans un premier temps. Une enquête montre aujourd’hui qu’une liste de Gilets jaunes aux Européennes obtiendrait 12 % des voix.

                  Des voix qui seraient massivement prises sur le RN et la FI. Avec à la clé ce paradoxe qu’une liste GJ servirait directement les intérêts de Macron et ceux de LR !!!


                • mac 9 décembre 21:37

                  @Fergus
                  On ne peut pas raisonner comme cela car pour ne parler que du FN et ce depuis Mitterrand, j’estime que ce parti à servi la causes des partis néolibéraux de gauche et de droite en alternance en jouant le rôle du croque mitaines au second tour de chaque scrutin.
                  12% ce n ’est pas si mal, n’oubliez pas que LREM n’exitait pas deux ans avant l’élection présidentielle et les sondages ça va, ça vient...


                • Jason Jason 10 décembre 10:11

                  @mac

                  Propos un peu naïfs de ma part. Si, comme on le constate, la politique est à la remorque de l’économie (vaches sacrées du patrimoine, de la rente et du capital), changeons cet ordre et faisons en sorte qu’en changeant l’économie, le politique suivra.

                  Mais, renverser la vapeur avec la seule aide des élections, cela parait improbable.

                  Retour au matérialisme de base et fin des discours lénifiants ?

                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 décembre 20:58

                  Les sionistes s’ils sont derrière Macron ont fait un très mauvais choix : Sur les réseaux sociaux les fameux GJ d’écrire : Macron pute à juif. Son arrogance et sa hauteur provoquera ce qui est le plus à craindre,...je n ’ai pas besoin d’insister


                  • Le421 Le421 8 décembre 21:25

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    Voui...
                    Vous prenez vos infos dans quel site Canard WC ??
                    En donnant comme exemple des phrases débiles, vous démontrez votre légèreté quand il s’agit de détrier le bon grain de l’ivraie...
                    Mais ce n’est probablement pas votre problème, vu d’outre quiévrain...



                  • zygzornifle zygzornifle 9 décembre 09:03

                    9a c’est bon pour Macron ,diviser pour mieux régner ....


                    • seken 9 décembre 09:46

                      Unissez-vous pour une revendication unique : Le référendum d’initiative citoyenne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

mac


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès