• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Gilets Jaunes du Pain Bénit !

Les Gilets Jaunes du Pain Bénit !

J'ai lu le questionnaire du grand débat national

 S'il a le mérite d'exister, il fournit la perception politique de ceux qui l'ont élaboré. Je conçois donc qu'ils défendent leurs convictions tout en donnant l'impression d'être ouvert.
 C'est le "jeu" naturel du débat où l'on doit éviter les leurres pour rester sur le fond. A ce 'jeu" là les citoyens ne sont pas les mieux armés, depuis le temps qu'ils se font abuser nous le saurions, ainsi va la vie, rien dans ce domaine n'est acquis sans apprentissage. 
C'est souvent le reproche fait, ce sont des professionnels de la politique. Ce que ne sont pas les gilets jaunes qui vont donc se faire rouler.

Leur tirer le chapeau.

Par contre leur détermination est exemplaire et il faut les encourager en cela, car elle compensera leur amateurisme. Aidons les à ne pas baisser les bras malgré les quelques désagréments qui les accompagnent.
La fixation médiatique dessus est une stratégie éculée de tous les pouvoirs qui les utilisent en ''discreditation'. Cela demeure dans la ligne de la stratégie "de l'émotion" que développe le rappel constant de faits divers et de drames pour diriger le pays sur la peur.

Il ne faut succomber à celà car l'action des gilets jaunes sera profitable à tous, même à ceux qui dans l' immédiat en sont victimes.

'
N'attendez pas le suicide du président.

Ce questionnaire ne pourra pas conduire à la remise en cause de l'orientation politique du pouvoir. Cela me semble normal, il ne va pas se suicider.  

Nous avons eu des précédents avec les présidents Sarkozy et Hollande. Dans leurs revers electoral chacun d'eux a dit à sa manière : J'ai entendu le peuple, il trouve que l'on ne va pas assez vite dans les réformes. Le gouvernement va accélérer sa politique, et de procéder à des remaniements. Les citoyens suivent les débats politiciens et réinterriorisent leurs souhaits politiques.

Celui-ci dit : Je vous ai entendu voilà quelques mesures que vous paieraient. (j'espère qu'en lisant mes articles cela à été compris). Puis j'interrogerai le peuple.

Sa lecture sur l'essentiel. Disposer de la monnaie pour le développement social économique reste à la baisse et il propose de se répartir la pauvreté. C'est particulièrement honteux, de demander au peuple de choisir entre le financement de solidarités ou de l'écologie par exemple. 
Je crois que le résultat va être : "vous voyez j'ai interrogé le peuple, il demande de poursuivre le redressement du pays en économisant sur les dépenses de l'état et la réduction de la dette. "
Les paris sont ouverts.

Un moment vient toujours pour débattre.

Pour changer les choses il faut pouvoir transformer des convictions en réalité contrôlable. Il faut donc passer au débat à la rencontre, à la concertation, au contrat.
Or les gilets jaunes sont une jacquerie, l'expression d'un ras le bol contenu depuis 2005, si ce n'est pas plus avant suivant les sujet, mais certain en ce qui concerne la défiance du peuple en l'état et envers les élites. De ce fait ils n'ont pas intégré des structures démocratiques, les partis, les syndicats, les associations, les conseils économiques, choisissant le vote blanc et l'abstention pour être entendu. Au total ils ont perdu environ 9 ans. Ils leur a fallu ce temps pour sortir dans la rue.
 C'est également ce temps qu'ont perdu les gouvernements pour volontairement les ignorer, alors qu'ils savaient et s'en sortaient avec leurs leurres.
Combien de citoyens ont dit que nous étions dirigé par un gouvernement minoritaire de fait, rendu majoritaire que par le truchement du choix au deuxième tour du moins MAUVAIS.
Cela conduit bien évidemment à une forme d'autocratie (qualifié de dédain).

La confusion.

J'ai souvent écrit être un libéral socialiste combattant le capitalisme privé ou d'état.
Qui peut combattre le libéralisme, le droit de tous citoyens d'entreprendre. Le droit de tous les citoyens de pouvoir sortir de la soumission moderne du salariat ( que personne ne conteste trouvant cela normal, comme les travailleurs Grec pensaient que par la destinée ils étaient nés serviteurs)
Par contre pour y arriver il vous faut demander la monnaie à ceux qui la détiennent et qui sont les banques et des particulier. Ce n'est donc pas le libéralisme qui posent un problème mais le moyen de disposer de monnaie. Or en 1976 nous avons voté une loi pour donner ce pouvoir aux banques et en 92 à la BCE.
Nous avons renforcé le pouvoir des riches.
Alors ayons la clairvoyance d'appeller nos maux par leur nom, notre mal est le Capitalisme.
Il se développe grâce au libéralisme qui donne le pouvoir aux individus, mais pas pour exploiter les autres, ce qui est la caractéristique du Capitalisme.

Le Fascisme.

Malgré la divergence entre spécialistes de l'après guerre, il reste caractérisé par un certain nombre de critères biens établis et n'est pas la marque d'un état en particulier, il s'est déployé autant dans des démocraties que dans des dictatures.

C'est la manière dont nous concevons nos rapports aux autres dans leurs diversités culturelles, politiques et nationale. Le repli nationaliste, le chef salvateur (père des peuples), anti libéralisme, l'anti parlementarisme, la pensée unique, la normalisation et la surdité aux Autres sont des critères fascisantes. C'est dire qu'il est difficile de ne pas détenir un des critères, mais cela a existé.

Où trouver le temps de se retourner.

Quand prendre le temps d'une réflexion, de nous retourner sur notre existence, de nous regarder vivre. Pratiquement jamais.
 Pour ce faire nous avons 1/ se faire une retraite de quelques jours. 2/ de tomber malade et être alité. 3/ d'aller en prison. 4/ d'adhérer à un groupe de réflexion.
La plupart du temps, c'est quand nous tombons malade et que des symptômes surgissent pour nous l'indiquer.

La maladie jaune.

Je nous invite à regarder les gilets jaunes comme le symptôme d'une maladie socio politique. Une éruption cutanée de la peau du peuple. Que fait le pouvoir il gratte la peau avec la police en croyant soigner la maladie
 Il essaie de minimiser le symptôme pour qu'il ne s'étende pas à tout le corps, c'est la méthode Coué, quand il ne cherche pas l'emputation par les interdictions et les emprisonnements.
J'en reviens au questionnaire qui propose pour soigner la maladie par les maux qui l'ont crée.
Où l'on est chez les fous ou chez les ignorant. Je préfère être chez les ignorants car c'est heureusement notre nature, il y a un moyen alors, en sortir.

En sortir ?

L' Etat n'a de cesse de réduire le pouvoir de décision et d'action économique des citoyens à qui il est interdit en tant que tel de posséder en collectivité par leur représentation un bien ou une production publique.
Il est possible de passer outre cette idéologie en demandant aux élus de créer une société nationale sous formes de coop ou autres dont tout citoyen serait actionnaire de fait à sa majorité sauf renoncement. Les citoyens seraient appelés à désigner les responsables et définiraient les choix économiques.
Voilà une option pour concurrencer le capitalisme, une société nationale populaire.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Chantecler super ranger 9 avril 16:06

    « Voilà une option pour concurrencer le capitalisme, une société nationale populaire.  »

    autrement dit, une économie parallèle de pauvres en « concurrence » (rien qe ça !) avec la vraie économie ds riches, une façon de faire l’économie d’une révolution et de laisser en place toutes les structures (bancaires en particulier) qui permettront au capitale siffler la fin de la récrés quand il veut, des phalanstères, ilots de micro-utopies... pourquoi pas des abbayes protégées par leurs cloîtres des bruits assourdissants des guerres et des festoiements ?

    sauf que les dotations des abbayes en faisaient des sanctuaires culturels totalment indéodés au pouvoir médiéval et que les maitres des lieux appartenaeint aux familles nobles

    autrement dit, encore un attrape couillons


    • Jean De Songy Jean De Songy 9 avril 16:59

      « Misère de la philosophie » dit Marx à Proudhon auteur de « Philosophie de la misère », et autres apôtres des phalanstères.
      Qui pense en capitaliste est soumis aux capitalistes, les maîtres inconstestés du remplissage de l’auge ds la division international du travail
      Marx dit à GJ le réactionnaire :
      Contre les réclamations réactionnaires d’augmentation de salarire (il le dit), pensez une autre forme de société non basée sur la marchandise, « abolition du salariat » qui n’est pas une solution économique, elle est une solution ontologique. ça un gauchiste ne le comprendra jamais, le voleur est voleur car il n’a pas d’argent...


    • ddacoudre ddacoudre 9 avril 19:05

      @super ranger

      Bonjour

      Ton commentaire est intéressant car il démontre comment se stabilise une société. il faut que le plus grand nombre soit parfaitement intégrer dans les valeurs et la pensée qu’elle a développé. La société Aztèque avec comme monnaie la fève. Un lapin en valait six fèves un rendez-vous avec une prostituée dix fèves. Heureusement que tu n’étais pas né à cette époque, car tu n’aurais pas accepté que l’on passe à la monnaie or apportée par les Espagnols. Les assignats qui était de ma monnaie papier mis en place en 1720 par Law puis soir la révolution, tu l’as aussi refusé pour rester sur l’or qu’on t’avait imposé. Puis a Bretton Woods en 1944 l’on accepte la référence dollars du papier. Et bien-sûr tu me dis que l’on ne peut pas en sortir dois réserve d’être pauvre.

      Les 500 millards € du budget de l’État sont financés par seulement 28 millions de citoyens dont 22 millions de salariés. Il me semble qu’il y a de quoi créer une société, et je n’ai pas comptabilisé les impôts locaux. Sur tout ne me racontes pas que les entreprises participent je serais déçu de ton ignorance.la monnaie est une fiction ceux qui sont riches ne le sont que parce que les autres la désirent. Si l’on met des poichiches a la place et que les hommes y ont confiance pour leur échange. Les autres n’aurons entre les mains qu’une monnaie de singe. Tu m’explique donc que l’on ne peut pas se passer de la monnaie du singe que nous sommes encore.

      Cordialement ddacoudre OverBlog


    • ddacoudre ddacoudre 9 avril 19:51

      @Jean De Songy

      Bonjour ce n’était pas une question que se posait le cueilleur, et Parmipede et Platon ignoraient leur existence. En avaient conscience, peut être La Bible raconte que homme a été chassé de Eden. C’est à dire du lieu où il pouvait se nourrir sans travailler, donc de la vieille. Quelles sont les transformations de l’environnement qui a contraint l’homme a produire ses besoins Certainement ni la désobéissance ni la punition divine Mais c’est déjà énorme s’en ces temps ils aient pu avoir cette conscience, même s’ils le symbolisent par des contes . Le capitalisme est encore l’état simiesque de l’homme dans son évolution vers « hominisation ». Cela me fait penser à l’histoire des organes qui tous veulent être chef (dominant), quand le trou du cul y prêtant tous se moquent de lui. Alors de colère il se ferme, et pour ne pas mourir sous les déchets de leurs consommations ils le supplient de s’ouvrir pour les évacuer. Ainsi l’on comprend deux choses 1/ que dans le cadre d’une obligation de production la position du dominant revient a ne pas être adapté car il recherchera ce qui est naturel de nourrir sans effort. Sa nourriture il ne l’a trouvera pas sur les arbres ou autres mais en faisant travailler les autres à sa place Du temps de Parmenide ceux qui travaillaient pensaient que telle étaient leur condition il nous a fallu des siècles pour en arriver a la loi de1804 avec le salariat qui n’est pas une collaboration entre organes comme dans mon histoire, mais une exploitation entre eux. Si c’était un déterminisme nous n’aurions même pas à en débattre. Nous en sortirons donc un jour. Cordialement ddacoudre OverBlog

      .

      .


    • Jean De Songy Jean De Songy 9 avril 16:48

      Le purin multiculturel est la pensée dominante, car c’est où batifolent le mieux les requins de la finance. C’est pourquoi la classe dominante le défend mordicus.

      qq dissidents comme Z, qui profitent de la nvlle puissance d’internet (bientôt censuré) et qui ont étonné le système, qui ne s’attendait pas à ce qu’un seul vaillent 1000 journalopes...

       

      Qui défend pratiquement le modèle de l’oligarchie est bonniche de l’oligarchie, Mélenchon en tête, même s’il affiche une opposition.

       

      La meilleur définition du fascisme : nostalgique du futur. Ce qui le rapproche énormément du marxisme pour ce qui concerne l’historicisme. Pour ce qui concerne l’ontologie, le fascisme est la pure Idée, au delà de race, terre où Histoire, là encore grande convergence.

      Rappelons que Staline était commissaire aux nationalités, c.a.d cultures souchiennes, substrat de départ indispensable du communisme. Par contre au pt de vue de l’état, il se rapproche de la dictature du prolétariat, pas du sans état de Marx. C’est « le holisme autoritaire du blanc » (conférences de Macy), que détestent les requins de la finance et leurs bonniches.


      • ddacoudre ddacoudre 9 avril 20:01

        @Jean De Songy

        Re

        Nous ne retirons pas le pluralisme de notre pensée, mais de la terre, du sol, de la diversité des territoires sur lesquels nous nous sommes sédentarisés, a partir desquels nous nous sommes nourris, vêtu, habillé, comment nous avons procréer, comment nous avons compris notre complétude, comment nous avons pensé qu’il était le monde Le monde auquel tous ce que nous rencontrions devaient se plier. Nous en sommes encore là

        Cordialement ddacoudre OverBlog


      • zygzornifle zygzornifle 10 avril 09:53

        N’attendez pas le suicide du président.

        Avant qu’il se suicide il aura fait 60 millions de victimes ....


        • Le421 Le421 10 avril 19:08

          Le Grand Débat National a surtout servi à Macron à consolider sa faible implantation dans les régions.

          Point, barre...

          Le reste. Il s’en fout comme de sa première chemise !!


          • microf 10 avril 22:57

            Gilets jaunes, le point de vue d´un africain, très édifiant, á diffuser largement.

            https://youtu.be/O7E8oJ_BUJ0

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès