• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les « Gilets jaunes », la « lettre de Macron » : Le dialogue n’aura (...)

Les « Gilets jaunes », la « lettre de Macron » : Le dialogue n’aura pas lieu

Les premières phrases de la « lettre » disent tout ce qui empêche tout dialogue : « « La France n’est pas un pays comme les autres.
Le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs.
L’exigence d’entraide et de solidarité plus forte. » » :

C’était bien inutile de rappeler « ces histoires » pour mieux montrer tous les échecs.

« « C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires. C’est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d’opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie. Et chaque citoyen a le droit de choisir celles et ceux qui porteront sa voix dans la conduite du pays, dans l’élaboration des lois, dans les grandes décisions à prendre. Chacun partage le destin et chacun est appelé à décider du destin de tous : C’est tout cela la Nation française. » » :

Ce qui a sans doute le plus déçu le peuple qui se voit accusé de revendiquer ce qu'il a « visiblement acquis depuis longtemps », à en croire monsieur Macron... 

Non ce n’est pas au temps de Jacques Chirac que la « fracture sociale » a eu lieu en France, comme le rapportent les journalistes qui ne cessent d’alimenter la diversion.

Non, la « fracture sociale » n’est pas seulement le fait des bas salaires, des retraites insuffisantes, ni même de celui de la « précarité » ou de la « pauvreté »…

La « fracture sociale » en France mais aussi ailleurs est le gouffre qui sépare désormais les « régimes politiques au pouvoir » avec les sociétés actuelles.

 La « démocratie » est un projet rêvé par l’ensemble des Tribus, l’ensemble des Groupements humains et par l’ensemble des nations : La « démocratie » est un « pacte intelligent », c’est un « Contrat social », c’est un compromis d’abord tacite qui n’a pas besoin d’être traduit en dissertations ; c’est plutôt le besoin, c’est la nécessité de « vivre ensemble », c’est donc un projet humain et politique tel qu’il a été expliqué par les anciens Grecs : « L’homme est (nécessairement) un animal politique ». La politique est ce qui permet le meilleur compromis : Celui qui amène les individus à vivre ensemble avec la garantie d'une meilleure justice sociale. 

Macron est interpellé plus que l’ont été ces prédécesseurs car les « Gilets jaunes » sont justement « le peuple » en dehors des partis et des syndicats mais aussi de l’élite et des associations… Macron, qui dit « comprendre le peuple » comme l'ont toujours dit ses prédecesseurs mais ne prends aucune décision politique conséquente qui pourrait valider son discours, se contredit ouvertement. Car la revendication de tout un peuple ne peut être fidèlement traduite par les mots et par les phrases politiciennes qui permettent beaucoup plus de leurrer l’opinion que de solutionner un problème, Macron a échoué en appelant au « dialogue » au lieu d’agir utilement et politiquement. Si des problèmes sociaux sont parfois « tabou », le peuple ne peut pas les afficher ni les exprimer : La solution demande un changement de politique ou d’idéologie qu’aurait bien perçues et bien reçues le peuple sans avoir à passer par le dialogue interminable et fatalement infructueux qui débouchera finalement sur le statu quo.

La fracture sociale, la « fissure » originelle qui a commencé à séparer les « Etats » des « peuples » est née avec l’avènement même de la « démocratie », c’est-à-dire avec cette « intelligence collective » (au niveau d’une Tribu ou au niveau d’une nation développée) qui voulait que le pouvoir du souverain, c’est-à-dire le pouvoir politique d’un dirigeant, soit conforme au « contrat social » autrement dit à l’intérêt général et donc à la justice sociale.

C’est précisément cette fissure, cette fracture que l’ensemble des peuples avaient essayé de « colmater » ou du moins de minimiser en menant les révoltes, les revendications et les révolutions pendant de longs siècles… Les situations nationales et la situation mondiale d’aujourd’hui montrent bien que les peuples ont échoué. Il n’y a aucun Etat dans aucun pays qui soit véritablement un « Etat national », c’est-à-dire un Etat qui soit produit par l’intelligence collective du peuple considéré et qui agit conformément aux intérêts et conformément au "rêve" de ce peuple. La démocratie a lentement mais surement cédé au profit d’un « leurre démocratique » qui a détruit les rêves, les contrats sociaux et le principe même de la légitimité politique, celle qui permet au « président » de décider efficacement et avec l’autorité requise au nom de la justice sociale que personne ne peut ni contester ni refuser.

La « république », qui veut dire simplement « la chose publique », c’est-à-dire ce qui appartient à l’ensemble d’un peuple (y compris les dirigeants) est devenue :

  • Celle des seuls dirigeants qui se permettent des folies de grandeur en dehors des « rêveries populaires » (les peuples du monde entier aspirent au développment, à la paix et au bonheur)
  • Elle est devenue celle des milliardaires-accumulateurs des richesses et qui agissent par ambition personnelle, par égoïsme et donc en opposition frontale par rapport aux intérêts collectifs.
  • Elle est devenue celle des élites assoupies qui s’accommodent bien de leur condition, de leurs rentes et de leur « liberté intellectuelle et politique »  ; des élites qui sont « naturellement le réservoir de la fausse alternance au pouvoir »…
  • Elle est aussi celle de tous les nantis qui « résistent à tous les vents de changement » qui menaceraient leurs acquis légitimes ou illégitimes, un changement qui leur signifierait plus de solidarité et plus de partage…
  • Elle est enfin celle de tous les corrompus satisfaits ou « en attente » qui espèrent accumuler des richesses sur le compte des Trésors publics ou sur le compte des fortunes privées, monnayant des « services totalement hors la loi »…

La république d’aujourd’hui n’est pas une chose publique, elle a perdu son sens et son but. Elle est le produit du leurre démocratique qui visiblement ne peut plus contenir les remous qui peuvent provoquer l’anarchie. Les votes, les scrutins, les consultations « pré-fabriquent le résultat final » par l'intermédiaires des médias mais aussi par tous les agissement politiques (abus d'autorité, abus de pouvoir, fraude et corruption) qui empêchent l'alternance au pouvoir... Ce qui permet le maintien du même régime, le renforce ou le remplace par son semblable : C’est une démocratie de la haute trahison. Il va sans dire que désormais la minorité (nationale ou mondiale) qui détient l’ensemble des richesses ne peut pas tenir longtemps devant les revendications légitimes des peuples qui continuent à travailler et à produire sans toutefois bénéficier d’un quelconque acquis palpable et durable.

La « Mondialisation », en mondialisant le « pouvoir du portefeuille » à la place du pouvoir des « valeurs humaines » a produit l’aberration. Les peuples et les sociétés existent bien, les pays existent, les nations existent, les richesses nationales existent et sont exploitées, le « développement humain » suit son cours, mais dans quel « but » et au profit de qui ? 

Ce « gouffre social », désormais visible dans tous les pays est le résultat de l’échec de toutes les révolutions du passé, des révolutions recyclées lentement mais sûrement en contre révolutions qui ont inhibé par la violence les revendications sociales au nom de la « Liberté, Egalité, Fraternité », une revendication historiquement d’expression française mais qui était légitimement européenne, occidentale et planétaire.

Dans l’ensemble des mes écrits, j’avais évoqué l’échec de la « révolution française » et expliqué clairement que nous vivons actuellement les conséquences de cet échec historique.

Aucun scientifique, aucun intellectuel, aucun historien, aucun écrivain, aucun politicien, aucun religieux, aucun observateur n’est vraiment allé à l’origine du « mécontentement chronique et maladif de la société française ». La question est pourtant claire.

La « révolution française » d'une si grande ambition avait bien accouché d’un « Calendrier révolutionnaire », d’ailleurs rapidement abandonné. Est-ce un détail ? Non, toutes les explications sont au contraire dans l’échec du « Calendrier révolutionnaire français ». Car un calendrier est, comme tout le monde le sait « un tableau qui montre la division du temps… » Or le Temps est la chose la plus universelle qui soit puisqu’il est lié au Ciel, au Astres, aux Planètes et à l’ensemble de l’Univers et le calendrier qui lui est consacré gère l’ensemble des activités humaines. Un calendrier est le « présent » mais aussi l’avenir tout en conservant la mémoire du passé. Un calendrier est toujours le fait d’un avènement planétaire, il est toujours le produit d’un évènement grandiose qui intéresse l’ensemble de l’humanité, un calendrier est intimement lié à la « religion » !

« Liberté, Egalité, Fraternité » était un slogan révolutionnaire mais ce n’était pas une « religion » combien même cela est tout-à-fait conforme à la lettre et aux préceptes religieux. A vrai dire conforme à moitié... Car la religion montre à la fois le devoir mais aussi le droit de chaque individu, devoir et droit qui permettent l’équilibre social. 

La « révolution française », rapidement récupérée par les contre-révolutionnaires et recyclée en une contre révolution avait ébloui les peuples par la récitation des « droits de l’homme » qui étaient en vérité et exclusivement les droits des dirigeants, des nantis, de la nouvelle noblesse de l’argent, des élites et des satellites autour des pouvoirs en place… C’était donc nécessairement « les droits des hommes », ceux qui étaient intelligents, actifs et pouvaient lutter ouvertement : Les droits des femmes n’étaient pas à jour. La contre révolution française a laissé de côté la moitié de l’humanité, elle avait consacré le seul « pouvoir politique masculin », un pouvoir tout a fait naturel (animal) qui se passerait de toute nécessité de développement et de justice social... 

L’idéologie de la « déclaration des droits de l’homme » n’est pas une idéologie universelle qui pourrait entrainer l’ensemble des peuples vers un monde plus juste et plus équilibré, elle a fini par produire son propre échec en persistant dans la propagation d’un texte périmé car non conforme à la science et aux sciences humaines, tout en encourageant des politiques irrationnelles qui dévaluent les valeurs humaines fondamentales mais aussi dégradent la condition des femmes qui sont en vérité les plus grandes victimes.

De la "laïcité…" Aucune religion n’a eu l’ambition d’uniformiser et d’homogénéiser les sociétés humaines. La « leçon » est donnée, les humains étaient libres d’apprendre et de s’y conformer ou pas.

La « révolution française » qui avait l’ambition de s’affranchir de la religion était donc une contre-religion sans toutefois aller jusqu’à dépasser la valeur des percepts religieux, mais qui malheureusement a « bien fonctionné » puisqu’elle a produit l’échec humain d'aujourd'hui.

Quiconque sait ce qu’est une « révolution » comprend alors que la « chose » la plus grandiose et la plus universelle est « l’avènement d’une religion » qui embrasse l’ensemble de l’humanité. La violence qui suit toujours une révolution humaine est « la résistance au changement »… La tentative infructueuse qui a toujours consisté à dépasser la religion a toujours été celle des ambitieux qui voulaient s’autoproclamer « Dieu » ou « Prophète » sans avoir ni la Sagesse ni la légitimité et ni l’envergure.

La « Liberté » de l’homme face à l’homme est le fondement de la religion : Il se trouve que « l’exploitation de l’homme par l’homme » est aujourd’hui quasi universelle !

« L’Egalité » de tous les humains découle nécessairement de la religion, elle énonce les devoirs, fait valoir les droits et donne la légitimité politique au gouvernant qui doit agir conformément a la Morale humaine et aux lois justes ; c’est celle qui produit et fait vivre « la décision démocratique » : Il se trouve que le monde d’aujourd’hui est l’extrême de tous les extrêmes où seul le compromis de l’intérêt immédiat maintient un semblant d’équilibre social…

La « Fraternité » n’a vu le jour qu’après l’avènement de la religion qui a ouvert les yeux aux humains et les a encouragés à mener la lutte de l’émancipation et de la libération.

C’est principalement l’idéologie et le discours autour de la « révolution française », celle qui « aurait permis les droits de l’homme », celle qui voulait « le divorce avec la religion », celle qui « voulait libérer les hommes », qui ont trompé l’humanité. La définition même du mot « religion » interdit d’énoncer l'existence d'une « humanité sans religion » ! La culture humaine, la culture d’un peuple est comme un « bain » dans lequel chacun barbote comme il peut… dans les cultures, dans les légendes, dans les écrits, dans les histoires, dans les discours, il y a toujours la tare des fausses interprétations qui façonnent les sociétés mais surtout qui empêchent la compréhension : Nous sommes dans l'Ere des amalgames, de la désinformation et de l'égarement.

La culture française a mal interprété la religion musulmane dès les premiers siècles et continue aujourd’hui à polluer les esprits.

Ceux qui continuent à alimenter la controverse et la polémique autour de la religion sont ceux-là mêmes qui empoisonnent le monde : La dernière religion a presque quinze siècles, le monde a bien évolué depuis ! On ne peut ni discuter ni réformer les textes religieux, ni impliquer ce que la religion avait énoncé en son temps dans les errements d’aujourd’hui. Les religions restent un socle culturel, un patrimoine pour l’ensemble des peuples qui, s’ils veulent bien honorer la valeur de la religion, doivent se conformer aux lois justes et à la justice. La Morale humaine, la Justice et la Solidarité sont des valeurs religieuses : La législation imparfaite d’aujourd’hui n’est que le produit imparfait des valeurs religieuses mal interprétées. C'est principalement l'ambition du "pouvoir politique humain" (celui de l'intérêt personnel) qui veut se substituier au "pouvoir de Dieu" (celui des Lois justes et de la solidarité), qui empêche le monde de se redresser. Le pouvoir de l'homme ne peut libérer l'homme, c'est "une lutte"qui n'a aucun sens. Il faut que la "Loi" vienne d'en dehors de la Nature humaine, qu'elle soit observée par tous, qu'elle soit la réference et la Norme pour que la lutte ait un sens et un objectif : C'est cela le sens de la religion. 

L’absurdité humaine parle de « réforme de la religion » quand elle garantie en même temps le « droit d’auteur »… Par définition et par principe, seul Dieu peut décider de "réformer" et de révéler une "nouvelle religion qui remplacerait une autre",  par l’intermédiaire d’un « nouveau prophète ». Or il est déjà dit que ce « processus » est bien terminé.

 

La religion étant « Une recommandation de Dieu » nécessairement conforme au Bien, elle n’est pas la définition du « pouvoir de Dieu » car celui-ci a naturellement « le pouvoir sans le consentement humain ». Ce sont les hommes politiques (ou religieux) qui veulent acquérir le pouvoir, un « pouvoir humain » nécessairement en contradiction avec « le pouvoir de Dieu » puisque Dieu laisse libre l’humain de choisir entre le Bien et le Mal, quand le politicien (ou le religieux malhonnête) contraint l’homme et l’asservit pour ses intérêts personnels.

La « Loi » n’est pas humaine. Les fondements de la Législation ne sont pas humains, il s’ensuit que la science juridique humaine, produite par la fausseté et l'ignorance est tout-à-fait à côté de la Vérité et de la Justice : Elle ne peut produire aujourd’hui le nécessaire équilibre social.

Aujourd’hui il s’agit de réformer les sociétés, de les amener sur la voie d’une meilleure législation qui ferait fonctionner une Nouvelle organisation humaine, sociale et politique conforme au temps présent. Le niveau intellectuel des peuples n’est pas celui des siècles passés, il en est de même de l’expression des besoins utiles ou futiles : Seule une nouvelle législation basée sur de nouveaux concepts et sur de nouveaux principes, notamment le balisage efficace de la fonction politique peut assurer la paix et la stabilité. 

Le mot « république » peut toujours être celui de Platon, mais le contenu et l’idéologie qui le feraient vivre ne peuvent être les mêmes. On ne peut oublier l’héritage des anciens, mais les idées gréco-latines ne peuvent aujourd’hui guider les nations.

Monsieur Macron ne doit plus animer les Agoras, il a le choix entre : démontrer aux Français qu’il comprend bien leur profonde revendication en prenant les décisions qui conviennent, ou bien de dire clairement son refus en abandonnant la présidence.

Un homme politique au pouvoir ne dialogue pas avec le peuple ; il énonce, il prend des décisions qui doivent être conformes à l'intelligence collective, à l'intérêt général, à l'intérêt national et donc logiquement à la démocratie. Un exercice politique qui est, (comme toutes les activités humaines), soumis au risque toujours probable d'un refus ou d'une révolte populaire. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.59/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 janvier 12:19

    Je rappelle ce que j’avais toujours dit dans mes articles et commentaires depuis des années à propos du « dialogue » selon l’intelligence de l’Elysée.

    A l’Intérieur du pays, afin de discuter des lois, des décrets ou des réformes, comme à l’Extérieur, lors des dialogues et discussions avec les pays étrangers sur des questions qui intéressent deux ou plusieurs parties, « L’ÉLYSÉE N’ACCEPTE DE SE METTRE A TABLE QU’APRES AVOIR ACQUIS LA CERTITUDE DE DOMINER LA SITUATION ET D’AVOIR FINALEMENT RAISON ».

    Ce la peut se défendre à certains niveaux d’intelligence ou de consciences, cela se comprend à tous les niveaux de la ou des sociétés, mais cela ne permet pas de capitaliser en définitive tout ce qu’on a engrangé par la malice, par les tromperies, par la corruption, par les menaces, par les calculs et par les intrigues... Toutes choses dans la vie ayant leurs limites et leurs seuils qu’il ne faut pas dépasser...


    • kirios 18 janvier 10:40

      @Mohammed MADJOUR
      si j’ai bien compris votre dernier paragraphe l’ « homme politique au pouvoir » est omnipotent , il doit prendre les décisions conformes à l’intérêt général —mais c’est lui qui conçoit « l’intérêt général » et de toute évidence (la démonstration est permanente) , qu’il soit président , député sénateur ou maire (ou délégué syndical) cette conception passe d’abord et toujours par son intérêt PERSONNEL.


    • Pierre 17 janvier 13:44

      Ouf, si c’est j’ai bien compris, ce sont les bondieuseries qui vont nous sauver de ce bordel !


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 janvier 15:50

        @Pierre

        Alors là... faut-il à chaque fois rappeler aux Français les versets de leur propre Bible culturelle ???  « Ne vaut-il pas mieux avoir affaire au Bon Dieu qu’à ses saints  » ?

        Dites-le clairement s’il faut vénérer Saint Macron ou au contraire lui rappeler son devoir face aux fidèles des Bidons des urnes ! Un « Saint » qui dit « servir ses croyants » mais trahit leur cause dès son installation au Saint siège de l’Élysée et leur recommande le Temple de Bruxelles... Il croit en quelle religion ?


      • Pierre 17 janvier 16:16

        @Mohammed MADJOUR
        Il ne vous est jamais venu à l’esprit que des gens n’en ont rien à faire de toutes ces bondieuseries et qu’ils ne vénèrent rien dans cette gamme de produits ?


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 janvier 17:12

        @Pierre

        Bien au contrainte, c’est même devenue une idée fixe dans mon cerveau ! Comment se fait-il que les bipèdes sont assez conciliants avec leur semblables qui les enfourchent durant toute leur vie mais s’éloignent bêtement de ce qui peut les soulager de leur fardeau ? 

        De tout ce qu’on peut vénérer, rien ne vaut plus que la Sagesse qui conduit à la libération.


      • Durand Durand 18 janvier 11:28

        @Mohammed MADJOUR

        .

        « De tout ce qu’on peut vénérer, rien ne vaut plus que la Sagesse qui conduit à la libération. »

        .

        Oui, et quel que soit le chemin emprunté pour accéder à cette sagesse, fut-il celui de la foi religieuse...

        Un commentateur me faisait part de cette évidence en portant à ma connaissance cette citation de Bernanos :

        .

        « Les gouvernements prétendent convaincre les peuples qu’ils sont ingouvernables et, pour les rendre gouvernables, ils ne songent qu’à renforcer la puissance, déjà énorme, de l’État. Mais ce n’est pas l’État qu’ils renforcent, c’est l’administration, qui deviendra bientôt cette équipe de techniciens tout-puissants, incontrôlables, irresponsables, instrument nécessaire de la prochaine, de la très prochaine dictature universelle. Il n’est d’État que dans un pays libre. Un pays libre est un pays qui compte une certaine proportion d’hommes libres. C’est ce nombre plus ou moins grand d’hommes libres qui fait la légitimité, la dignité, l’honneur de l’État. [...] L’État n’est rien s’il n’a son compte d’hommes libres capables non seulement de le servir, mais de le penser, de se faire de lui une idée juste et claire, acceptable par tous. Il faut donc refaire des hommes libres. Français, ô Français, si vous saviez ce que le monde attend de vous ! »

        Georges Bernanos, « Français si vous saviez... » écrit entre 1945 et 1948.

        .

        Bernanos est un de ces rares Gaullistes de la première heure qui ont réussi à garder leur distance vis-à-vis de de Gaulle et dont ce dernier dira de lui : « celui-là, je n’ai jamais pu l’accrocher à mon char ! »...

        .


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 18 janvier 11:58

        @Durand

        Ah, Ah... Durand, mais combien de Français comprennent cela ? Sont-ils nombreux à comprendre ce qui s’était vraiment passé très justement dans les années 1945 et 1948, lorsque très très justement Bernanos avait dit ce que vous rapportez !

        Dans mes écrits et commentaires, moi j’avais dit quelque chose comme ... « Non le CFLN n’avait pas libéré la France » !

        Vous garderez à l’esprit que tant l’Elysée n’accepte pas le dialogue que j’avais préconisé depuis 2003 lorsque j’avais rédigé la « SYNTHÈSE DES ÉVÉNEMENTS HISTORIQUES » , il n’ y aura aucune sortie de la plus grande crise qu’aura connue l’histoire de France !


      • Durand Durand 18 janvier 13:43

        @Mohammed MADJOUR

        .

        Ni le CFLN, ni le GPRF qui lui a succédé n’auront libéré la France de l’emprise anglo-saxonne et de la faune socialo-pétainiste qui, dès la Libération à bénéficié des deux seules radios capable d’émettre sur l’ensemble du territoire métropolitain : la BBC et Radio Andorre, toutes deux aux mains de ceux qui haïssaient de Gaulle et qui voulaient sa perte...

        L’échec politique de de Gaulle et l’adoption de la Constitution de 1946 est le couronnement de cette entreprise et comme vous le dites, la France n’a pas été libérée, elle n’a fait que changer d’occupant !

        .


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 18 janvier 16:02

        @Durand

        Les Visages Pales Américains avaient enrôlé De Gaulle et accompli leur besogne : Ils avaient détruit le IIIe Reich qui était « le projet européen » conforme à cette époque, en détruisant aussi complètement l’Europe à laquelle ils avaient ensuite accordé leur Plan Marshall... un Empire allemand qui, s’il avait réussi par la canonnière à fusionner les peuples d’Europe, aurait été la première et l’indétrônable puissance mondiale (politiquement, militairement, culturellement ...) eu égard à l’incommensurable héritage gréco-latin mais aussi, ne jamais faire semblant de l’oublier, l’héritage musulman que l’Occident avait ruminé pendant tout le Moyen Age avant de se réveillez et de débarquer sur l’ensemble des Continents ! 

        1936-1945-1954-1965-1980-1991... Avec le chapelet CFLN-FLN-HARKI-TERRORISME-OAS-EVIAN-TRAHISON-INGÉRENCE-MAGOUILLE ... La France n’a jamais été un pays intelligent, elle avait fait en Afrique du Nord ce qui lui interdira éternellement sa liberté et son indépendance ! 


      • Durand Durand 18 janvier 17:37

        @Mohammed MADJOUR

        Il se peut que nos avis divergent longtemps à propos du colonialisme... Ma position étant que si les Britanniques n’avaient pas réussi à rassembler sous leur empire 25% des terres émergées de la planète, la France n’aurait jamais eu besoin d’empire colonial pour faire le poids. Les peuples colonisés ont été l’herbe où se sont battus les éléphants mais la France n’a jamais été à l’initiative de la colonisation, ni pendant la première vague, monarchiste, ni pendant la seconde, post révolutionnaire.

        La France Chrétienne n’a jamais ourdi de complot pour gouverner le Monde, contrairement à Rome, Venise, Amsterdam et aujourd’hui, la City et Wall Street... Elle est même la seule puissance au Monde qui ait passé son temps à combattre ces complots, y compris, lorsqu’elle fut encerclée par ses ennemis, en faisant alliance avec les Musulmans de l’Empire Ottoman...

        Les chemins des intérêts de l’argent et de la corruption se superposent exactement et ne faut pas que la douleur brouille nos esprits, au risque de nous tromper d’ennemis...

        .


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 19 janvier 09:42

        @Durand

        Très, très intéressant ce que vous dites. Il se trouve que moi-même je n’ai jamais (ou presque) parlé de colonisation... La questiuon est ailleurs, elle est la « Question algérienne » que j’affiche sur ma Page Facebook. 

        Voilà très axactement pourquoi j’insiste : La France ne s’en sortira pas en refusant de dialoguer mais surtout en aceptant (peut-être) le dialogue avec d’autres parties. 

        « LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET EPISTEMOLOGIE » de 2001, puis « LA SYNTHESE DES EVENEMENTS HISTORIQUES » de 2003 sont toujours et resteront toujours la seule base du dialogue qui permmettra la sortie de crise. 

        Tout le monde (politiciens, historiens, journalistes...savent de quoi je parle)


      • Durand Durand 19 janvier 13:50

        @Mohammed MADJOUR

        .

        La France, depuis longtemps, ne dialogue plus qu’avec les amis de l’OTAN...

        La France n’est pas une nation « non alignée » comme elle devrait l’être pour pouvoir dialoguer, non seulement avec l’Algérie mais également avec la Syrie, le Vénézuela, Cuba et tant d’autres Nations qui font honneur à la Résistance et qui sont toujours debout, malgré les pénuries et les efforts qu’elles doivent faire pour maintenir leur indépendance.

        Aujourd’hui, l’Algérie est bien plus algérienne que la France n’est française... Avec qui voulez-vous instaurer un dialogue réparateur ?!!! On ne dialogue pas avec une nation qui n’est même plus l’ombre d’elle même.

        Lisez le dernier traité que Macron va signer Mardi prochain en Allemagne... C’est désespérant !...

        .

        https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/le-nouveau-traite-franco-allemand-qui-sera-signe-le-22-janvier-804036.html

        .


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 19 janvier 14:58

        @Durand

        La France n’a jamais dialogué avec personne, elle jouait son jeu seule.
        Elle trompait ceux qu’elle pouvait tromper et croyait tromper ceux qui laissaient intelligemment apparaître cette impression.

        La France ne considère même pas qu’elle dialogue avec un pays lorsqu’elle a en face « ceux d’Alger »... Il y a des intérêts des plus solides entre les deux régimes de sorte que le « dialogue parfois de spectacle politicien » et surtout le « dialogue de sourds-muets » entre ces deux régimes finit toujours dans l’intérêt des uns et des autres en dehors des intérêts des peuples des Deux Rives, comme ce fut toujours le cas depuis... très, très longtemps ! 

        J’ai l’impression qu’il sera un jour plus facile de découvrir le secret de l’Univers que de démasquer complètement tout ce qui lit solidement et durablement les deux « systèmes » dans une étreinte indéfectible et indémontable, nécessairement alors... mortelle pour eux !

        Il est bien vrai par ailleurs que la France d’aujourd’hui n’est RIEN ailleurs dans le monde ! Si je retourne à mes écrits de 2001-2003 j’avais alors affirmé que «  »La France doit changer profondément son idéologie car si elle persiste dans cette voie sans issue, elle ne pourra pas plus tard « noyer son chagrin » ni dans « l’amitié franco-allemande », ni dans le « Cirque de Bruxelles » !«  »

        H.Védrine avait dit en 2003, lors d’une conférence « Nous nous sommes trompés, nous pensions qu’après la chute du mur de Berlin, on allait... etc. » 

        J’étais présent, mais je n’avais pas posé de questions : J’aurais dit « Monsieur Védrine, l’erreur n’était pas celle de votre génération mais plus tard, lorsque vous étiez au pouvoir, vous ne l’aviez pas corrigée, elle avait aggravé la situation »  ; ce qu’il n’aurait pas apprécié.

        Sans développer toutes les autres questions, je rappelle seulement que la France a toujours oublié un fait essentiel : Elle n’a jamais admis que des individus « d’ailleurs » ou des peuples étrangers ont aussi la faculté d’évoluer et de devenir potentiellement ses possibles éclaireurs : La France, à cause de son égoïsme légendaire, du mépris qu’elle témoigne aux enfants du Bon Dieu et de son incommensurable orgueil face aux « ignorants » avait fait Hara Kiri en 2001-2003... Une occasion de rattraper tout ce qui s’était éloigné lui avait échappée.


      • Durand Durand 19 janvier 20:30

        @Mohammed MADJOUR

        On sent dans vos lignes la sourde colère de ceux que la France a cocufiés... Et pas seulement par l’intermédiaire de Gaulle, qui lui, à été appelé par la IVème République en panique pour régler une situation dont il n’était pas à l’origine, ni pour l’Algérie, ni pour le Traité de Rome...

        Ce sont ceux qui ont récupéré le pouvoir de 1946 à 1958, qui ont laissé dégénérer une situation que de Gaulle voulait régler dès l’entre-deux guerres ou il prônait déjà la décolonisation et de nouveau en 1946, contre l’avis des principaux médias, déjà à cette époque...

        C’est la vielle garde pétainiste qui a réussi, avec certains appuis financiers et médiatiques à tromper une fois de plus les Francais. Mitterrand et la socialie y ont battu leur beurre...

        Hubert Védrine, c’est la socialie de deuxième génération... C’est lui, qui se prétend mitterrando-gaulliste et dont le père avait été décoré de la Francisque en même temps que Mitterrand et pour la même sombre raisons : sauver les meubles, quitte à trahir...

        C’est encore lui qui chantera les louanges des accords de Maastricht, comme chantaient déjà ses pères spirituels pour ceux de Munich !

        À la Libération, il n’y a qu’une seule chose que l’on pourrait reprocher à de Gaulle : c’est de ne pas avoir eu l’âme d’un véritable dictateur et de ne pas avoir réussi à s’imposer en 46... Mais ses ennemis avaient le bras long !..., long jusqu’aux banques anglo-saxonnes...

        .


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 20 janvier 09:30

        @Durand

        Aux banques anglo-saxonnes qui avaient engrangé le « Trésor du FLN » amassé par les Porteurs de Valises de la très haute trahison, dont le chef de file était le Terrorisme en puissance Francis JANSON que le gouvernement de l’Elysée de Di Goule avait refusé de juger et de condamner (on comprend pourquoi...) mais à qui plus tard le « FLN » avait proposé une Médaille de Grand Mérité que le terroriste avait déclinée (on ne comprendra jamais assez les abysses de la trahison...)


      • troletbuse troletbuse 17 janvier 14:27

        Je n’ai qu’une seule revendication : Micron dégage


        • Shaw Shaw 17 janvier 14:28

          @troletbuse

          NEIN, j’y suis j’y reste tant que c’est pas VP qui me répond EN TOI !


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 janvier 15:58

          @troletbuse

          C’est légitime... A cette remarque près : Descendez encore l’échelle ; le « Micron » était la hauteur de vue de son prédécesseur, Missié est « dans l’infiniment petit », c’est du nano ! 


        • C’est le dialogue entre un ouvrier et un banquier d’affaires...


          • Durand Durand 17 janvier 16:11

            .

            Tant que rien ni personne n’obligera l’armée à sortir des casernes pour s’interposer entre le peuple et le pouvoir, il ne se passera rien.

            .


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 17 janvier 17:06

              @Durand

              C’est... Assez pertinent !


            • barakon barakon 18 janvier 09:44

              Qu’on dialogue ou pas ...

              Pauvres Gilets jaunes.

              Sinistre Macron

              Qu’est-ce qui pourrait l’obliger à faire ce qu’il ne veut pas faire...,

              Dans ce monde il n’y a que la force.

              Le dialogue est une porte de sortie un peu dérobée où des complices leur passeront la vaseline


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 18 janvier 11:09

                @barakon

                Ce qu’expliquent tous mes articles : La véritable démocratie, celle qui luttait pour l’intérêt général, est presque morte ; elle est remplacé par le leurre démocratique qui produit les politiciens hors la loi, les milliardaires, les nantis, les crédules et tous les résignés par la corruption, par la terreur, par la désinformation, par la manipulation : C’est un monde qui ne tiendra pas ! 


              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 18 janvier 12:04

                Seule le commentaire de « Durand 18 janvier 11:28 » ci-dessus doit inciter à plus de réflexion : On ne peut rien faire ni défaire qui puisse produire l’avenir, en dehors de l’histoire. 


                • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 18 janvier 16:11

                  Macron est en ce moment même en train de saliver avec les Maires ... On pense peut-être que la Mairie pourra faire reluire le son fronton suite aux agoras animées par Macron (tombé si bas à cette occasion...) 

                  Ce n’est même pas une diversion car elle passe difficilement aux yeux même des politiciens ... Ignore t-il vraiment ce qui fait mal aux Français d’en Bas pour faire semblant de torturer les maires des villages ? 


                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 19 janvier 10:38

                    Partagez et informez les Gilets jaunes à toutes fins utiules :

                    LA DESINFORMATION EST L’ARME ABSOLUE DU POUVOIR.

                    Je regette de vous le dire ainsi mais le président Donald TRUMP est aujourd’hui le seul président qui semble bien comprendre le plus grand fléau qui cause la décheance humaine au quotidien ! Dès les premiers jours de campagne électorale, il avait dénoncé le pouvoir de la presse et des médias et depuis son intallation au pouvoir, il ne cesse de s’attaquer à la vermine ! Posez-vous la question « L’intellegience américaine » est-elle OUI ou NON conforme à la science ou est-elle hypocrite ! Si la politique des USA doit certainement se corriger dans le domaine des relations internationales et dans celui de la coopération équitable et équilibrée avec l’ensemble des peuples, il est à noter cependant que l’intelligence de TRUMP ne trahit pas jusqu’à présent les intérêts fondamentaux du peuple américain : Un peuple qui doit travailler pour lui-même afin de pouvoir aider les autres ! D’autres futilités restent toujours à discuter...

                    La presse, les médias en général et toute la machine de ce qu’on appelle « L’INFORMATION » était depuis toujours et est toujours au service du pouvoir : C’est « L’INTERFACE » entre le peuple et le pouvoir.

                    C’était connu depuis longtemps, mais ce XXIe siecle, avec l’avènement du Web (que personne ne pourra plus ni contrôler ni administrer, ni contenir, ni supprimer) donne l’occasion à l’ensemlble des individus dans chaque pays et à l’ensemble des peuples sur la planète, de choisir entre le VRAI et le FAUX que sont les deux faces de L’INFROMATION : C’est le résultat de ce choix, de cette lutte sociale, locale et planétaire qui décidera de l’avenir du Monde ! 

                    Les journalistes français qui ont pris connaissance de mes écrits sur la science et sur l’histoire en 2001 et 2003 savent très exactement de quoi je parle !

                    — Ce sont ces journalistes qui dissimulent la vérité, la recycle, la remodèlent et la redistribue sous forme dePOISON au peuple tenu dans l’obscurité !

                    — Ce sont ces mêmes journalistes qui participent aux complots qui font semblant de dénoncer LES COMPLOTS  !

                    — Ce sont tous ces journalistes qui POLLUENT LES ESPRITS ET EMPECHENT LES GENS DE VOIR CLAIR !

                    — Ce sont tous ces journalistes qui maintiennent lesSTATU QUO synonymes de STABILITE DES REGIMES EN PLACE (qui seraient sous la menace permanente et imminente) AU NOM DES INTERETS DES MILLIARDAIRES MONDIALISTES-AFFAIRISTES ! 

                    J’ai expliqué, dans mes articles consacrés aux Gilets jaunes sur ce site, mais aussi dans mes écrits surFacebook (les journaux, principalement français ont toujours refusé de publier mes écrits) ce qui peut aider les gens à lutter contre LA DESINFORMATIONsournoisment répandue par les journaux, les médias, le web mais aussi le « bouche à oreille », la « messagerie privée... », les affichages, les racontars, l’intox, la manipulation...etc : LA LUTTE, LA SEULE LUTTE RESTE LE REFUS DE LA TENUE DES CIRQUES ELECTORAUX et cela jusqu’au changement quiREDEFINIRAIT DE NOUVELLES REGLES ! 

                    Les peuples qui ont construit le monde et méritent un meilleur avenir DOIVENT REUSSIR LA PLUS GRANDE REVOLUTION PACIFIQUE qui serait l’apothéose de toutes les luttes sociales !!! 


                    • Durand Durand 20 janvier 00:41

                      .

                      Tenez, j’en ai une toute fraîche sur les journalistes !

                      .

                      http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/01/chronique-de-la-desinformation-ordinaire.html

                      .


                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 20 janvier 10:10

                        @Durand

                        Oui... Mais l’accusation fomentée par la racaille-macabre-mondialiste de l’industrie d’armement de fin du monde, puis nécessairement relayé« par l’Entreprise internationale de la désinformation (dont la Section très active des journaleux et des médias français) était aussi le motif principal affiché par la Sorcellerie de l’Elysée d’abord pour empêcher D. TRUMP d’être élu puis plus tard dans le but d’entraîner la minable démocratitude du Congrès américain obsolète à le destituer ... Peine perdue ! 

                        On sait que la France (mais aussi ses assimilés algériens) avait financé la campagne de Mme Clinton, plus encore, lui avait apporté officiellement son soutien diplomatique, politique et avec la puissance de la nauséabonde manipulation médiatique ! 

                        D. TRUMP élu, est maintenu par l’intelligence américaine (sciences, technologie, Défense Nationale) qui sait que le monde a changé et ne peut plus fonctionner »comme avant« ... TRUMP a pris les décidons, toutes les décisions conformes à mes écrits dont bon nombre sont au préalable publiés sur sa Page Facebook. 

                        En un mot : Pourquoi un président américain ne serait-il pas d’accord avec un président russe sur la chose qui intéresserait la planète Terre : LA DÉTENTE D’ABORD, PUIS LA PAIX DURABLE ? Pourquoi les Macabres-Minables du Cirque de Bruxelles s’y opposent ?

                         Refus de la Comédie de Hollande sur le climat en 2015.
                         Sortie de l’Unesco parisienne.
                         Refus de cautionner »deux Etats en Palestine« car c’est la garantie de la guerre éternelle.
                         Refus de suivre l’idéologie satanique de l’Elysée qui consiste à détruire le monde zzzzarrabe pour remplir le monde occidental !!!
                         Dialogue avec la Russie, car la GRANDE RUSSIE est une grande culture et une grande civilisation que le »fragment Ouest de l’Europe ne pourra jamais domestiquer ni dominer...)
                         Encouragement à la paix en Corée du Nord mais surtout A ALLER JUSQU’A LA RÉUNIFICATION DES DEUX CORÉE, comme ce fut le cas pour l’Allemagne...

                        L’Elysée qui avait refusé mes écrits depuis 2001 à 2003 (et même antérieurs à ces dates) a rétréci les esprits et ainsi la faculté de l’entendement des Français à voir le monde tel qu’il est : L’Elysée depuis 2001 a engagé la France dans le processus du sous-développement que seul arrêtera un REFUS NATIONAL...Celui précisément initié par les Gilets jaunes, à ce jour ignorés par l’ensemble des intellectuels français mais surtout combattus lâchement par la puissante Désinformation ! 



                      • Durand Durand 20 janvier 16:25

                        @Mohammed MADJOUR

                        .

                        « Pourquoi les Macabres-Minables du Cirque de Bruxelles s’y opposent ? »

                        .

                        Sans hésiter : parce que la soupe est encore bonne !

                        .


                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 20 janvier 16:38

                        @Durand

                        Bonne jusqu’à ce qu’elle devienne faisandée...


                      • Durand Durand 20 janvier 19:48

                        @Mohammed MADJOUR

                        .

                        Ou jusqu’à ce que l’armée sorte des casernes... !

                        .


                      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 janvier 13:10

                        @Durand

                        Faudrait un...Miracle, l’engourdissement des esprits par la terreur et par la corruption rend cette éventualité presque inutile ; l’énergie de la révolte finit toujours par se dissiper dans le compartiment assoupis de la masse. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès