• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les handicapés, oubliés des drames du confinement et le « validisme (...)

Les handicapés, oubliés des drames du confinement et le « validisme »

 

 Les handicapés, oubliés des drames du confinement et le « validisme »

 

  « Aide-toi et le ciel t’aidera »

 

 Fin mars 2020, nous nous indignions des mesures terribles infligées à nos ainés en EHPAD et aussi à domicile, tel le décret du 26 mars[1] refusant le transfert en hôpital en cas de pneumopathie ou autre pathologie, doublé d’une interdiction de traitement précoce par chloroquine et/ou antibiotiques et l’injonction d’injecter du Rivotril en cas d’aggravation entrainant une mort plus ou moins rapide. L’horreur de ce décret signé par le premier ministre et le ministre de la santé complétait l’interdiction de visites pour ces vieillards auxquels le ministre interdisait tout soin actif, l’absence totale d’accompagnement familial pendant ces derniers moments, le refus de montrer les corps à la famille et même qu’elle puisse les accompagner au cimetière. Ceci fut particulièrement mal vécu par des aides-soignantes attachées à ces résidents. Elles racontèrent au fil des mois leur souffrance de voir leurs patients abandonnés sur ordre ministériel et beaucoup déserteront une profession où les autorités les ont transitoirement transformées en bourreaux.

La sidération qui avait envahi la population, brutalement enfermée, et soumise au lavage de cerveau télévisuel quotidien, expliqua probablement son silence et sa soumission. Et aussi la résignation des ainés enfermés dont certains auraient pu se sauver tout simplement, ils n’étaient ni en prison, ni en camp de concentration. Et l’absence de révolte des familles acceptant l’inacceptable, invraisemblable encore quelques jours plutôt est tout aussi mystérieuse.

 On a beaucoup parlé de l’incompétence des responsables du gouvernement, mais concernant la mise en condition du peuple, ce furent des gourous exceptionnellement efficaces, au point que certains citoyens ne veulent plus sortir de leur cabane[2], malgré la fin de l’épidémie et la fin officielle du confinement.

Les ainés furent sacrifiés, et avec le recul, nous mesurons l’ampleur du désastre[3]. Le réveil sur ce génocide organisé[4] commence à se faire, avec de nombreuses plaintes personnelles ou collectives pour non-assistance à personne en danger, mise en danger de la vie d’autrui et d’autres allant plus loin, crime contre les vieux, voire crime contre l’humanité.[5]

 

 Les handicapés, sacrifiés invisibles

 Si quelques rares tweets évoquaient, de temps à autre, le sort des handicapés, les témoignages et articles dans la presse manquèrent encore plus. Silence, on maltraite.[6] Le 10 avril parut un communiqué « intercollectifs », intitulé « validisme et Covid19 ». C’est là que nous découvrîmes que cette horrible notion de validisme qui nous rappelait les années de la montée du nazisme en Allemagne, avait une application réelle en France, en ce 21ième siècle. L’horreur, tout simplement ; l’horreur déjà insupportable pour nos ainés se renforçait par celle touchant les handicapés. Jusqu’où cette crise soi-disant sanitaire allait-elle nous conduire dans la négation de notre humanité ?

 Ce communiqué trop peu partagé émanait de : CLE Autistes, CLHEE, Handi-social, Les Dévalideuses. Le début du communiqué commençait par un concept imposé par nos gouvernants, l’absence de lits qui aurait justifié la nécessité de « trier » qui on traite ou pas. Comme nous avons eu l’occasion de dire, ce manque de lits fut un prétexte, une mise en scène car le plan blanc décrété début mars par le premier ministre avait vidé les services publics et privés de tout malade non Covid19. Avec interdiction de prendre en charge d’autres malades que les urgences, celles-ci devant être reconnues comme urgences par les agences régionales de santé ! Dans leur quasi-totalité les cliniques privées vidées depuis cette date le restèrent et le sont encore, les ARS refusant de leur transférer des patients ; en public, idem.

 « Les profits ont été favorisés au détriment des vies humaines, ce qui conduit dans un contexte pandémique à un triage des individus dans l’accès aux soins. Les idéologies validistes et eugénistes qui sous-tendent la société trouvent alors un essor sans précédent et se dévoilent au grand jour sans aucune limite. »

Ce communiqué apparut sur tweeter grâce au Dr Gonzo, et la dénonciation de théories validistes et eugénistes habituelles nous paralysèrent. Certes en pédiatrie néonatale, nous avions eu connaissance, depuis une trentaine d’années, d’avortements « décidés trop facilement » pour de petites anomalies, facilement curables, [7] mais énoncer à froid la théorie eugéniste et l’appliquer de manière routinière prêtait à réfléchir.

 

 Des tris chez les ainés et dans les établissements accueillant des handicapés

 Même si le gouvernement l’a nié, les tris ont été effectifs et anticipés. Les circulaires et fiches adressées aux médecins et directions le prouvent.

« Le mardi 17 mars 2020, un texte est remis à la Direction générale de la Santé qui doit aider les médecins à faire des choix en cas de saturation des lits de réanimation pour les malades du coronavirus ». Et on commence à parler de « morts plus acceptables que d’autres » et de « tri nécessaire ».

« Un score de fragilité est mis en place qui classe les patients et patientes en s’appuyant sur leur état de santé avant le Covid19. La dépendance dans les actes de la vie quotidienne est un élément majeur de refus en réanimation, tout comme les cas de démence. »

Les normes validistes, privilégient les personnes aptes à vendre leur force de travail. On s’étonne ensuite et on se révolte d’apprendre que des personnes handicapées à domicile ayant des algies de la face se voient retirer leurs bouteilles d’oxygène pour les éventuels malades du Covid.

 « L’égale considération de toutes les vies humaines indépendamment de toute considération associée aux personnes » est bafouée et niée par les politiques et le défenseur des droits interpellé à plusieurs reprises par les associations. Nous avions connu pareille expérience en 1996 à l’hôpital parisien R Debré aujourd’hui en grève, (mais bien trop tard), la directrice nous demandant de fermer les lits de cancérologie pour caser les enfants atteints de bronchiolite. Les cancéreux rejetés, le patron avait rétorqué : « nous n’allons tout de même pas nous jeter nos morts à la figure ». La logique était la même, déjà en 1996. Qui a le droit de vivre ?

Les manques, de personnels, d’équipement permettant de lutter contre la transmission du virus (masques, visières, charlottes, blouses, sur-chaussures, comme dans les EHPADs et de nombreux hôpitaux), de place pour isoler les infectés constituèrent le quotidien des structures prenant en charge les handicapés. Et comme le pouvoir interdisait de traiter les malades, ou de les transférer dans des établissements de quarantaine (les interdits d’hôpitaux aurait pu être mis en quarantaine dans les hôtels qui étaient vides), la peur prit le dessus et on infligea le pire à ces personnes, l’absence de visites, la diminution drastique de leur prise en charge par disparition sur ordre, de leurs intervenants.

 

 Le communiqué poursuit en ce 10 avril  :

 « Souvent confinées dans leurs chambres, privées de tous contacts avec leurs proches et de tout moyen de communication alternatif tels que ceux déployés dans les institutions pénitentiaires, les personnes handicapées se retrouvent dans une situation de grande détresse psychique et de danger physique, livrées à toute sorte d’abus potentiels, dans des institutions opaques qui échappent à tout contrôle indépendant. En situation de crise, elle se trouvent à présent privées de leur droit à la liberté à l’accès aux soins, à la dignité, à la vie. Les institutions se révèlent être un piège épidémiologique  ».

 

La violence de la situation décrite dans ce paragraphe aurait dû alerter et entrainer des réactions médiatiques majeures. Mais rien, silence dans les médias, on hiberne et les vieux et les handicapés peuvent mourir dans l’indifférence et la maltraitance générale ; je respecte le confinement et mon cerveau aussi.

Les témoignages de maltraitance, d’automutilations, de suicide par anorexie majeure, de cris continus, n’ont réveillé personne. Les protocoles de soins seront abandonnés de fait, malgré le déni du pouvoir. Pourtant les documents émanant des agences régionales de santé sont les preuves écrites de ce tri imposé dans ces établissements.

 

 Incroyable perversion du pouvoir

Le Conseil d’Etat saisi par CLE Autistes le 28 mars, contestant la légalité de ces décisions par rapport à la Convention européenne des droits de l’homme et de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, a rejeté la requête en justifiant la supériorité des droits des directeurs d’établissements, plutôt que les droits des personnes handicapées.

L’assistance personnelle à domicile, seul moyen pour les personnes handicapées de vivre de manière autonome a subi le même désintérêt de la part du gouvernement. Aucune mesure n’a été prise pour soutenir les salariés, aucune protection (masques, gants, visières, charlottes, blouses, sur-chaussures...) ne leur a été spécifiquement dédiée, leur laissant les « restes » des stocks déjà insuffisants distribués aux pharmacies ».

 

 Le confinement délétère, policier, sans adaptation à chaque cas

 Chaque personne est unique, chacun est différent. Quelle folie, à moins que cela ne soit une perversion volontaire et organisée, a pris les autorités pour interdire les visites de leurs proches aux personnes fragiles, âgées, handicapées, qui ont beaucoup plus risqué de l’isolement que du Covid19.

Résultat, nous l’avons vu, des suicides, des conduites alimentaires perverties.

Un exemple tragique : « Elwood avait 31 ans. Il adorait la musique, le métal. Le 31 mai dernier à Trégueux dans les Côtes d’Armor, sur un parking près d’un conteneur à poubelles, il s’est aspergé d’un liquide inflammable et de gel hydroalcoolique. Elwood s’est immolé par le feu sur son fauteuil roulant électrique, à moins d’un kilomètre de l’appartement où il vivait, seul. »

 « Malgré la présence des auxiliaires de vie, le confinement a été une période très difficile à vivre pour lui, c’était trop lourd, trop de pression", poursuit sa mère. Au téléphone, il me disait, j’en ai marre, on ne peut pas se voir, on ne peut pas sortir. »[8]

 

Ces mesures policières appliquées à tous sont le contraire de la médecine et je doute qu’un vrai médecin ait pu croire que ces privations de liberté éviteraient des malades et « sauveraient des vies » selon la formule publicitaire de la secte régnante. Brutalement les visites familiales, bénévoles et professionnelles s’arrêtent et les personnes handicapées comme les ainés se retrouvent seuls, isolés, abandonnés, déprimés. Qui ose prétendre les protéger d’un virus et les condamner à la prison au mitard, sans visite.

 

 Pour les plus jeunes, les instituts ferment

 Pour les plus jeunes, les instituts ferment carrément et les enfants expédiés dans leur famille, pas forcément organisée pour les recevoir. Improvisation à tous les niveaux au nom de la prévention. Imposture !

 Brutalement des instituts fermés avec comme exemple les enfants handicapés hébergés en Belgique : « Les aidants familiaux, comme les parents, à qui l’on a demandé du jour au lendemain de reprendre à domicile leur enfant, ou pour certains un frère ou une sœur, avec une perspective de 15 jours de confinement, n’avaient déjà pas eu le temps de s’organiser. Mais après quatre semaines avec une perspective de 15 à 30 jours supplémentaires, sans aide technique, sans aide humaine extérieure, sans consommable lié au handicap et sans possibilité de se fournir dans des délais raisonnables…. C’est l’implosion qui guette certaines familles. Près de 700 enfants lourdement handicapés hébergés en Belgique ont rejoint un domicile familial non adapté et non préparé. Doit-on encore creuser le sujet ?!!! »[9]

 On a abandonné depuis des années les handicapés aux mains d’associations, composées souvent de bénévoles souvent âgés de plus de 70 ans et brutalement on les confine ! « L’improvisation a mis en lumière la faiblesse de nos administrations en termes d’organisation de notre société dans le secteur du handicap, lequel reste grandement sous la tutelle du ministère de la Santé.

Du jour au lendemain, nombre de services ont fermé, et on a dit à cette population vulnérable et à leurs proches : « Aide-toi et le ciel t’aidera ».

 Rien, pas même une épidémie plus grave ne justifiait la fermeture brutale de services administratifs.

 

Alors on a pu lire des récits terribles et émouvants à la fois  :

 « Ça a été parfois difficile, voire très difficile. On a trébuché, on a failli parfois sombrer. On a aussi découvert en nous des réserves de patience et d’amour. On a découvert nos enfants, leurs capacités qu’on avait un peu oubliées, mais la réalité brute de leur handicap aussi. On était doublement confinés, confinés dans notre appartement et confinés dans le handicap !

On était englués dans la routine. On était obsédés par la peur de tomber malade et de ne pas pouvoir s’en occuper. La vie qui nous portait s’est parfois étiolée, la source qui nous alimentait a parfois failli se tarir, mais on a tenu, et la vie est revenue. »[10]

 

Le confinement fut une épreuve terrible pour les handicapés et leurs familles, leurs intervenants. Il faudra dresser le bilan humain catastrophique de cette perte brutale de soins et d’accompagnement.

 

 

[2] Le journal El Pays a décrit la fréquence du “sindrome de la cabana” syndrome de la cabane qui a été très largement observé en Espagne au moment du déconfinement et qui traduit la peur de sortir après avoir été longtemps enfermé

[3] On peut évaluer à près de 50000 français le nombre des victimes du mode de gestion de crise adopté par le gouvernement : 20000 à 25000 morts évitables du Covid19 si on avait adopté une attitude à l’allemande (quinzaine des infectés, dépistage), et continuer de traiter les plus âgés au lieu de leur refuser les hôpitaux et les soins. Plus 25000 à 30000 victimes directes de l’arrêt des soins des maladies chroniques (cancer, cardiopathies), et du retard du diagnostic et de traitement des maladies qui auraient pu être diagnostiquées si le plan blanc n’avait pas interdit les activité chirurgicales (parmi les 90000 cancers, dizaine de milliers de coronaropathies, accidents vasculaires cérébraux.)

[4] Denis G. Rancour All-cause mortality during COVID-19 : No plague and a likely signature of mass homicide by government response (https://www.researchgate.net/profile/D_Rancourt)

[5] Plaintecovid.fr et association des victimes du Covid et asso-victimes-coronavirus-france@protonmail.com

[7] Comme une petite communication interauriculaire par exemple. Le bébé parfait doit naitre, rien que le bébé parfait.

JPEG JPEG JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Agapit Agapit 18 juin 2020 18:21

    Beaucoup d’arabes et d’africains fuient leur pays et se dirigent vers l’occident en croyant que là-bas, ils trouveront plus d’humanité en bénéficiant de plus de droits humains qui n’existent pas dans leurs propres pays où ils sont des étrangers. Mais en occident avec son imprégnation dans le matérialisme, les gens se déshumanisent et croient que le fait de fournir des moyens et des salaires suffit à bâtir une société prospère. Ils oublient que sans l’amour de son prochain, sans avoir dans le cœur des sentiments humains, sans se soucier de ceux qui sont en état de faiblesse, alors ce n’est plus une société d’humains, mais un bas fond de rats et de cafards. Mes pensées vont à toutes ces victimes qui ont été tuées par des irresponsables et non pas par le virus. Je pense aussi à tous ceux qui souffrent en silence dans leur coin en espérant que la libération finale ne se fera pas attendre plus longtemps.


    • xana 18 juin 2020 22:46

      Amen.

      Je suis bien d’accord avec l’article. Toute cette souffrance inutile et injuste crie vengeance.

      Mais y aura-t’il des citoyens pour se lever ?

      J’en doute.


      • zygzornifle zygzornifle 19 juin 2020 12:08

        On a beaucoup parlé de l’incompétence des responsables du gouvernement

        On mérite ceux pour qui on vote ….


        • CRICRI59 CRICRI59 19 juin 2020 18:43

          @zygzornifle

          https://www.facebook.com/le.message.org/videos/1074197729331980/?t=4
           A visionner De Gaulle et la constitution, surtout la fin

           

          Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous sommes dans une république bananière


        • zygzornifle zygzornifle 21 juin 2020 08:33

          @CRICRI59

           Mais qui osera changer le mode de scrutin ?


        • Christian Slipenfer 1er 19 juin 2020 13:11

           Article oublié par les internautes. smiley

          Rivotril pour les hands... ?


          • Eric F Eric F 19 juin 2020 15:36

            Jusqu’ici, j’étais le plus souvent d’accord avec vos articles, notamment sur les excès vaccinatoires et sur la chloroquine. Mais concernant le présent sujet je suis en désaccord.

            D’une part, il n’a existé aucun décret empêchant l’admission aux urgences de patients malades du covid en provenance des EHPAD, dès lors qu’ils étaient transportables et en mesure d’être soignés. Ma mère est en EHPAD, et s’il y a eu confinement à un moment dans les chambres (avec repas apportés), c’est pour éviter la contamination éventuelle entre résidents. Je remercie le personnel de ces établissements de leur engagement pendant cette période, aucun décès dans l’EHPAD où réside ma mère (en Aquitaine), mais il y a eu des alertes. Les visites ont été progressivement réouvertes depuis mi mai, et les condition se désserrent progressivement.

            D’autre part, il y a surinterprétation dans cet article -et plus largement sur certains réseaux sociaux- des consignes relatives à l’usage du Rivotril, il ne s’agissait pas de pousser à l’euthanasie mais soulager les détresses respiratoires en situation ultime. Il faut noter que les décès en EHPAD pour grippe certaines années sont de même ampleur.

            Par ailleurs, les centres médicaux sociaux pour handicapés (l’un de mes frères y réside) ont fait l’objet de mesures de protection, mais moins drastiques en cas de populations moins âgées.

            Enfin, de manière générale, les comparaisons de gravité d’épidémie entre pays sont biaisées, il ne faut pas confondre les causes et les effets, ce sont les pays les plus atteints qui ont confiné le plus sévèrement, parce qu’ils avaient des foyers ayant dépassé le seuil d’embrasement épidémique. On peut mettre en cause l’impréparation, mais on le voit en France, la moitié Sud Ouest a été beaucoup moins touchée que la moitié Nord Est, alors que c’est le même système médical, il y a toujours des caractéristiques stochastiques dans l’ampleur épidémique, et plus encore avec le (la) covid, qui peut se propager « à bas bruit » avec des cas pauci-symptomatiques. Non, on n’est pas plus « vertueux » ou mieux équipé en Bretagne ou Pays Basque qu’en Alsace ou Bourgogne.


            • Désintox Désintox 19 juin 2020 15:41

              Tiens !! On ne parle plus de l’hydroxychloroquine ?? Moi qui croyais qu’elle avait bouché le port de Marseille !

              Voici un article intéressant des décodeurs du Monde, qui taille en pièce certaines affirmations de ce papier.


              • Jeekes Jeekes 19 juin 2020 19:17

                @Désintox
                 
                Tiens, v’là des-intox qui vient nous chier sa bouse habituelle.
                 
                Pourriture, on se demande vraiment si t’es aussi con que tu en as l’air, ou si tu n’es finalement qu’une prostituée payée pour venir essayer de nous intoxiquer avec la propagande de la doxa mainstream.
                 
                Quoi qu’il en soit, je ne voudrais pas être à ta place quand tu regardes ta triste gueule dans ton miroir. Dis, t’as jamais envie de vomir ?
                 
                S à M !
                 


              • Désintox Désintox 19 juin 2020 19:50

                @Jeekes

                Vous confondez l’insulte et l’argumentation.


              • bubu123 20 juin 2020 02:27

                @Désintox

                l’auteur est incompétent ou malhonnête, mais tous ces articles le sont je ne suis pas étonné


              • bubu123 21 juin 2020 02:08

                @Alcyon
                Perronne a complètement les plombs, il mérite la radiation pour ses shows a coup de « tout mes collegues qui n’utilisent pas l’hydroxychloroquine sont corrompus » et « on aurait pu sauver 25000 patients » 


              • Attila Attila 21 juin 2020 05:29

                @bubu123
                Des médecins ont lancé une pétition :
                Nous interpellons le Conseil National de l’Ordre des Médecins sur les propos inacceptables du Professeur Perronne
                .
                 Docteur Psy :
                "Sur la fraction de la population qui fonctionne en mode paranoïaque, il ne faut pas espérer un résultat, quelle que soit la position prise.
                Par contre sur la majorité, laisser penser que ce genre de position est défendable est délétère. Ça complique le tri entre vrai et faux par les non spécialistes
                "
                Lien
                .


              • janus 19 juin 2020 16:53

                La seule solution : les tribunaux populaires spontanés partout sur le territoire et tout de suite

                sur la plainte d’une victime un tribunal local (d’immeuble, de quartier, ...etc) s’instaure 1 Pt 1 Assesseur, 1 Procureur, 1 avocat, les citoyens sont temoins, 1 jugement rendu et acté

                des milliers de tribunaux populaires seront plus efficaces et auront plus d’impact qu’une justice aux ordres

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

delepine

delepine
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité