• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les hommes battus, ces oubliés

Les hommes battus, ces oubliés

Le 5 mars dernier paraissait dans le Nouvel observateur, un article autour de la violence conjugale, avec pour titre : « Violences faites aux femmes/ Les mots et les coups ». S’en suivait la révélation d’une mission d’évaluation, commandée par Rachida Dati et qui serait en cours, pour cerner plus particulièrement les violences psychologique faites aux femmes. Le rapporteur de la mission, le député UMP Guy Geoffroy, s’y exprime : « Trop de femmes sont victimes de véritables entreprises de démolition de leur personne par des conjoints pervers narcissiques ».

Le député Guy Geoffroy ne s’attendait certainement pas à recevoir, suite à ses déclarations dans le cadre de sa mission, des courriels sous forme de réclamations. Ils émanent simplement de mouvements impliqués dans la défense des hommes battus, que le député a tout l’air d’oublier. Car si le sujet fait volontiers rire, dans la réalité, et pour les victimes, ce n’est pas le cas.

Il va de soi qu’une prise de conscience autour du phénomène psychologique dans les violences conjugales est nécessaire. Une femme n’est pas battue du jour au lendemain par son compagnon. Cela passe par plusieurs phases, et tout d’abord par une véritable opération de manipulation, dans laquelle la femme sera dénigrée et sa personnalité démolie. Il s’agit d’abord d’un rapport de domination. La victime ne comprend pas de suite ce qui se passe. Elle est entrée dans un engrenage qu’elle n’avait pas prévu. Pour les victimes masculines, il en va de même.
 
Si dans cet article les violences faites aux femmes sont fort bien décrites, mais rien, absolument rien n’est dit des violences faites aux hommes, et pourtant, c’est bien là qu’est le véritable tabou. Ces violences sont mal connues et seraient, dit-on, particulièrement rares, à telle enseigne que rien n’est prévu, comme pour les femmes, pas de centre d’accueil et pas d’accompagnement dédié à cette violence. La situation est pourtant plus fréquente qu’il n’y parait, en témoignent les expériences québécoises, notamment, et elle se rapprocherait de celle des femmes assez sensiblement, y compris quantitativement.

L’origine du combat contre la violence conjugale émane des mouvements féministes et c’est à travers eux qu’il y eut d’abord une prise de conscience et partant une réelle organisation pour la combattre. A l’époque, la femme était parfaitement dépendante de l’homme, tout particulièrement au niveau financier et pour ces féministes, les hommes étaient trop souvent vus comme des ennemis de la femme, des ennemis intimes, à combattre, tout prêt à vouloir l’asservir à nouveau, la cantonnant aux tâches ménagères et à la cuisine, lorsqu’ils ne profitaient pas de leur force physique pour la soumettre.

C’est peut-être pour cette raison que la cause des hommes n’est que très marginalement plaidée. L’homme est considéré comme un agresseur en puissance : il a la force physique pour lui, ce qui peut se révéler inutile face à un "adversaire" souvent plus "subtil". En effet, de tous les témoignages d’hommes battus, il ressort que les femmes qui les agressent ne sont pas différentes dans leur cheminement que les hommes violents. Tout commence par un dénigrement systématique de la virilité du compagnon. Critiqué en tant que mari, que père, qu’amant, bientôt c’est sa vie professionnelle et publique qui sera visée, il subira ensuite, généralement, un isolement familial.
 
La violence envers les hommes est plus souvent psychologique, mais pas uniquement, et une femme qui frappe son compagnon peut souvent le faire en sachant qu’il n’y aura pas de retour : un homme qui frappe une femme devient aussitôt la pire des ordures, et il le sait. Particularité consternante : les femmes violentes attendent le faux pas de leur compagnon, ceci après diverses intimidations et provocations, parfois après une série de gifles. Si l’homme répond de la même manière, elles s’empressent d’aller porter plainte et obtiennent souvent gain de cause, là où l’homme battu ne récoltera qu’un sourire narquois de l’officier de police qui le recevra, quand ce ne sera pas un bon gros rire bien gras.
 
Naturellement, ces femmes violentes vont grossir les statistiques des femmes battues, de par leur plainte... L’ homme battu par sa femme a fatalement honte de lui-même. Il s’enferme dans une attitude de négation, s’il ne part pas aussitôt. Cela n’est pas venu seul et n’est pas plus risible que lorsqu’une femme reste auprès d’un homme violent, en espérant qu’il changera.
 
Comme les femmes, l’homme a peur pour ses enfants. Face à une personne déséquilibrée, il craint que toute cette violence ne rejaillisse sur lui (et de fait, les statistiques lui donnent raison : les enfants sont plus souvent maltraités par les mères que par les pères). La femme manipulatrice sait très bien ce qu’elle fait, elle n’ignore en rien que la loi sera de son côté, elle n’ignore pas que l’homme sera aussitôt jugé coupable. Elle agit en conséquence.
 
Sophie Torrent, diplômée du département social de l’université de Fribourg, a consacré un livre sur ce sujet : "Pour la majorité des gens, explique-t-elle, parler d’hommes battus est incroyable, pourtant, la triste réalité est qu’il existe des hommes battus. Sauf que ceux-ci n’en parlent pas et qu’ils ne peuvent, contrairement aux femmes compter sur des ressources communautaires pour les aider à sortit du cycle infernal de la violence conjugale".

Au Québec, une étude relativement récente, estime que 8% des femmes ont subi des violences conjugales, comme... 7 % des hommes. La violence est souvent psychologique, mais elle peut aussi être physique : les femmes sont moins fortes, mais elles utilisent des objets pour compenser, ce qui peut faire des dégâts considérables aussi bien physiquement que psychologiquement. L’on estime également que des suicides peuvent être dus à la violence psychologique pratiquée par la compagne, bien qu’ici encore, il soit difficile d’émettre des statistiques fiables.

Au Québec, en Allemagne et en Suisses, des centres existent déjà pour accueillir les hommes battus, mais pas en France. Pourtant la situation n’a aucune raison d’être différente, le manque de statistiques réellement fiable est pour beaucoup lié au silence qui entoure cette problématique. D’autant que, puisque les mots manquent, il devient difficile pour les hommes de cerner la violence qui leur est faite.
 
En France, il n’existe aucun organisme pour les hommes battus et les organismes réservés aux femmes n’accueillent pas les hommes. Ils peuvent, dit-on, contacter le 3919. Une initiative isolée et non officielle existe toutefois : SOS hommes battus, avec un numéro d’appel non surtaxé. La personne qui tient le blog (car il s’agit aussi d’un blog), recense les différents témoignages qui lui sont faits. Le site semble incontournable sur le sujet.
 
Même un homme corpulent peut être victime de cette violence, face à une personne déséquilibrée, dans tous les milieux et de toutes origines. C’est la raison pour laquelle il ne serait sans doute pas anodin d’écrire au député en charge de la mission d’évaluation (son adresse : ggeoffroy@assemblee-nationale.fr ), pour que les personnes coupable de violence conjugale soient enfin prises pour ce qu’elles sont en dehors de leur "genre" : une femme aussi peut-être violente, notamment psychologiquement et il se trouve que c’est tout le sujet de l’évaluation.
 
 -------------------------------------------------
 
- 80% des hommes vivant cette situation seraient pères, parmi eux, 12% sont séparés ou divorcés. Les femmes sont les plus souvent citées dans les violences envers les enfants.
 
- Selon France soir, dans une enquête sur le sujet, 8 à 10 % d’hommes seraient victimes de violences conjugales.

En 2006, 31 d’entre eux sont décédés, soit un décès tous les 13 jours.

Par comparaison, 10 % des femmes se déclarent victimes de violences conjugales et une femme est tuée par son compagnon tous les 4 jours.
 
- Un article de l’Express relate comment des anglais se réunissent dans un pub, avec tous la particularité d’être battus par leurs femmes.
L’article précise que : "Sur 341 victimes de violences domestiques, 45% sont des hommes et 17% des femmes, d’après les conclusions d’un groupe de médecins du Leicestershire, dans un rapport rendu public par le département britannique de la Santé
 
- L’Express a publié aussi un document sur les maris battus
 
- La violence conjugale en Europe
 
- une bonne chronique sur un blog sur le sujet
 
- Un article sur SOS papa, une association tournée sur les pères
 
Sophie Torrent a écrit "L’homme battu" et Yvon Dallaire "La violence faite aux hommes", deux livres qui traitent tous deux de ce sujet.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • zelectron zelectron 17 avril 2009 10:59

    peut être que le postulat éternel féminin « non dit » consiste en un sous-entendu :
    je t’aime mais surtout ne me touche pas...


    • Blaise Blaise 18 avril 2009 21:59

      Ce message pour indiquer mon commentaire en fin du fil, dans la deuxième page au delà du 100ème. Désolé de ce message importun, mais qui me parait nécessaire après les altercations de quelques uns.

      Merci de votre compréhension à tous.


    • Kalki Kalki 17 avril 2009 11:17

      On cache tous à l’intérieur de nous un petit mussolini, encore une chose qu’il faut avoir conscience pour ne pas tomber dans le piège attrayant.

      C’est tellement plus simple de faire souffrir les autres.

      Pour le moment peu de gens son capable de ’conscience’ sur ce qu’ils font.

      C’est ca qu’il faut changer.

      (au lieu d’attendre qu’ils comprennent apres l’expèrience ou jamais ...)


      • lisca lisca 17 avril 2009 19:52

        Si certains couples sont malheureux, la plupart ne passent pas leur temps dans la discorde. Même si ils ne « conscientisent » pas leur relation ils respectent toutes sortes de codes et de règles allant dans le sens de leurs intérêts. Il n’ont pas pas a être éduqués comme le laisse entendre votre intervention. Par qui le seraient-ils d’ailleurs ? Les adultes sont responsables de leur vie, surtout de leur vie de couple. Une femme ou un homme battu a toujours la possibilité, en France j’entends bien, de cesser sa mauvaise relation.
        Cependant il est vrai que nous avons souvent besoin d’un référent culturel. Autrefois la religion codait la vie des couples et ce dans l’intérêt presque exclusif de l’enfant. Au lieu de parler des droits, l’ Eglise ne distribuait en fin de compte que des devoirs. Aujourd’hui, laïcisation oblige, on se débrouille autrement. Vient donc cette question : sur quelles bases morales et quels idéaux l’homme moderne fonde-t-il ses rapports sociaux ?

        PS :
        Mussolini était-il battu par ses amantes ou les maltraitait-il lui même ? Je ne connais pas du tout cette partie de sa vie, comme vous en parlez j’aimerais bien en savoir d’avantage. Merci d’avance.


      • Jim 17 avril 2009 11:18

        Article anti-feministe, propagande réactionnaire, vous jouez le jeu de l’extrême droite.
        En même temps, venant de la part de quelqu’un ayant tellement écrit d’article islamophobes, ça ne m’étonne pas.
        Vous mettez en avant quelques hommes battus pour cacher la vérité de ces millions de femmes qui en France sont battues chaque année ( source : libération). Les hommes qui sont battus, sont pour la plupart des militants d’extrême-droite ayant épousé des femmes insoumises qui se révoltent avant qu’il ne soit trop tard (source : rue89).
        Votre article me rappelle ce film, KATYN qui sort actuellement au cinéma, et qui parle de ce point de détail de la 2nde guerre mondial, film qui en vérité n’a pour but que d’ostraciser la Shoah (source : le point)
        Vous faites là une sorte de révisionnisme qui n’est pas pour me rappeler les heures les plus sombres de notre histoire. Blaise, je ne sonde pas le fond de votre âme, mais en plus d’être islamophobe, et mysogine, seriez vous antisémite ?


        • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2009 11:32

          Blaise, je ne sonde pas le fond de votre âme, mais en plus d’être islamophobe, et mysogine, seriez vous antisémite ?

          Ton commentaire est complétement con ! et rien à voir avec ce que Blaise dit !
          Katyn est d’autre part un excellent Film qui rapelle que les communistes étaient aussi des assassins ! ça devient gonflant cette victimisation à outrance ! des gens comme vous renforcent l’antisemistisme par leurs propos hors de propos !


        • Serillo Serillo 17 avril 2009 11:37

          Godwin effect !
          Le mal se résume à :
          -Shoah
          -Violence conjugale dont le femmes sont les victimes n°1 puisque physiquement plus faible
          - Tout ceux qui nient cette réalité ou la nuance sont des nazis en puissance et des maris/hommes frappant, violant leurs femmes/conjointes etc. (= révisionnisme)
          - islamophobie (faut être moderne)

          La vérité établit n’a pas à être modifiée, explorée, nuancée...c’est comme ça et puis c’est tout.


        • Jim 17 avril 2009 11:41

          eh voilà, dès qu’on commence à dénoncer une excroissance cancereuse dans la pensée humaine, le déferlement de commentaires haineux s’abat et la horde des censeurs défile au pas de l’oie.
          Désolé mon minou, mais il faut savoir appeler un chat un chat. Blaise est un des dignes représentant de la pensée unique, droitarde, haineuse, blanche et chrétienne, celle qui à commis l’horreur des horreurs, mais qui ne l’assume pas et préfere détourner l’attention pour qu’on oublie l’essentiel.
          No pasaran, alerta antifacista.

          Je n’aime pas jouer ce rôle de vigilance citoyenne, mais parfois c’est nécessaire


        • bulu 17 avril 2009 11:45

          "Les hommes qui sont battus, sont pour la plupart des militants d’extrême-droite ayant épousé des femmes insoumises qui se révoltent avant qu’il ne soit trop tard (source : rue89).« 

          Fais peter le lien qu’on se marre. Cette phrase porte en elle une charge comique incroyable.

           »Vous faites là une sorte de révisionnisme qui n’est pas pour me rappeler les heures les plus sombres de notre histoire".

          Au moins : je dirais même plus, une sorte de négationisme qui n’est pas pour nous rappeler les heures les plus sombres de l’histoire de l’humanité, et encore, les mots me manquent.

          « Blaise, je ne sonde pas le fond de votre âme, mais en plus d’être islamophobe, et mysogine, seriez vous antisémite ? »

          Blaise, je ne sonde pas le fond de votre âme, mais ne seriez-vous pas anti-tout ? smiley)


        • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2009 11:49

          @jim

          mais qui ne l’assume pas et préfere détourner l’attention pour qu’on oublie l’essentiel.


          mais n’est ce pas ce que font les sionistes en nous rebattant les oreilles avec la Shoah faire détourner l’attention des crimes de Tsahal en territoires occupés ! les témoignages de militaires israeliens laissent penser que certains officier en sont à considérer les palestiniens comme une race à éliminer et sont dans le même état d’esprit que les sonderkommandos allemand en Ukraine .


        • Jim 17 avril 2009 11:50

          Tout à fait Bulu, comme vous, je pense que Blaise est un vichyste qui s’ignore.

          Je ne voulais pas être comique, ce n’est vraiment pas mon genre, je vous retrouve la source rapidement.


        • kingofshifumi 17 avril 2009 11:55

          Oulah Jim ! C’est du lourd votre commentaire !

          ces millions de femmes qui en France sont battues chaque année

          Mais bien sûr ! Il ne faut pas confondre « violences conjugales » et « femmes battues ». Les femmes battues représentent un très petit pourcentage des violences conjugales. Des millions ! Non mais, vous avez réfléchi avant d’écrire ?

          Votre article me rappelle ce film, KATYN qui sort actuellement au cinéma, et qui parle de ce point de détail de la 2nde guerre mondial, film qui en vérité n’a pour but que d’ostraciser la Shoah (source : le point)

          Juste pour mettre les choses au clair : ce qu’on reproche à Katyn, c’est de ne pas parler de la Shoah (normal, puisque c’est un film sur le massacre des polonais), et de voler le symbole de l’ours en peluche, qui était dit on la représentation officielle et exclusive du massacre des enfants juifs. En clair, ce qu’on reproche au film, c’est de dire la vérité historique, et de ne pas reconnaître que la 2nde guerre mondiale ne se résume pas qu’à la Shoah...décidément Le Pen a vraiment tort : c’est la 2de guerre mondiale qui est un point de détail dans l’histoire des chambres à gaz ! Non mais où on va ?

          Et la conclusion, tordante :

          Blaise, je ne sonde pas le fond de votre âme, mais en plus d’être islamophobe, et mysogine, seriez vous antisémite ?

          Alors que c’est VOUS et vous seul qui avez parlé de Katyn ! Allez, avouez ! Personne avec un cerveau n’aurait pu écrire un tel commentaire si ce n’est pour rire, en plus en citant des sources toutes pourries (Libé, Le Point, rue89). J’ai failli me faire avoir, bien joué.


        • Jim 17 avril 2009 12:00

          Monsieur le Chat,

          Ne faites pas comme Blaise, ne détournez pas l’attention des gens en ramenant tout au conflit israelo-palestinien. Tsahal répond à une attaque, et ce de manière modérée et mesurée. Si ces nazislamistes ne planquaient pas leurs armes sous leurs écoles ou leurs mosquées, ils y aurait eut moins de mort, ces gens là n’ont pas d’honneur, ne les défendez pas. Et ne me faites pas amalgamer les gazaoui integristes à nos musulmans français, tolérants et universalistes comme il se doit.

          Par ce que vous diffusez, vous faites la propagande D’al Qaida, dignes descendants du Reich Furher, mais version enturbanné.


        • bulu 17 avril 2009 12:01

          « Tout à fait Bulu, comme vous, je pense que Blaise est un vichyste qui s’ignore. »

          hmmmmh, Je dirais même plutôt un Clermontois qui s’ignore.


          « Je ne voulais pas être comique, ce n’est vraiment pas mon genre, je vous retrouve la source rapidement. »

          Allons, allons, ne vous sous-estimez pas, vous avez un talent comique indéniable, très apprécié par moi-même et le chat, et je ne pense pas que nous soyons les seuls.
          Oui, retrouvez nous la source de votre vérité.



        • Jim 17 avril 2009 12:03

          Bonjour King,

          Rahh mince, jme suis fait grillé....

          Je suis désolé, vraiment désolé, infiniment désolé.

          Je dois vous avouer que je souffre d’une maladie très rare et très handicapante.

          Cette maladie s’appelle la Grippe Fourestine Lozessienne, c’est une variante de la peste bubonique haounitienne. Les symptômes sont graves : Perte de racines, dénigrement identitaire, paranoïa gochisante, volonté metisseuse, culpabilisation historique.
          Bref, vous l’aurez compris ce n’était pas moi qui parlait mais la maladie mentale dont je suis victime. Les causes de cette maladie sont le fait d’avoir :
          - regardé la télé + de 6 heures par jour
          - écouté Fun-Radio de 21h à minuit durant toute ma jeunesse
          - Appliqué à la lettre les préceptes de mon prof de philo
          - Lu toute l’Oeuvre de BHL, Jacques Attali et Caroline Fourest
          - fait parti du SCALP durant 1 mois
          - Manifesté nuit et jour durant les 15 jours qui ont suivi le 21 avril 2002
          - Lu l’Histoire pour les Nuls
          - Acheté les DVD suivants : AMEN, INDIGENES


        • kingofshifumi 17 avril 2009 12:06

          Jim, je compatis sérieusement, ce n’est pas une maladie à prendre à la légère, je vous souhaite un prompt rétablissement, même si je sais qu’il y a pau de chances de guérison.


        • Jim 17 avril 2009 12:19

          Merci, j’avoue que ce n’est pas facile tous les jours, surtout depuis que je suis abonné aux flux rss de libe/rue89/backchich/lefigaro, les symptômes s’aggravent.


        • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2009 12:33

          @JIM
          Par ce que vous diffusez, vous faites la propagande D’al Qaida, dignes descendants du Reich Furher, mais version enturbanné.

          Mais bien sûr............... t’es au niveau de Lieberman !


        • Gonzague gonzague 17 avril 2009 13:47

          "Vous faites là une sorte de révisionnisme qui n’est pas pour me rappeler les heures les plus sombres de notre histoire. Blaise, je ne sonde pas le fond de votre âme, mais en plus d’être islamophobe, et mysogine, seriez vous antisémite ?"
          Deux clichés d’un coup, agrémentés d’un 1/2 point Godwin. Chapeau bas. Mes respects.


        • appoline appoline 17 avril 2009 14:11

          @ Le Chat,
          Pour mettre tout le monde d’accord, je dirais : il y a un proverbe arabe qui dit « frappe ta femme tous les matins, si tu ne sais pas pourquoi, elle, elle le sait ». Bon, ceci, ça peut s’appliquer aux hommes.
          Plus sérieusement, ce qui me chiffonne concernant cet article est que l’auteur qualifie la femme de déséquilibrée quand elle frappe, par contre l’homme, apparemment lui, ne l’est pas quand il se le permet. Regrettable, toutes ne sont pas « hystériques » mais répondent à une violence soit verbale soit physique et puis entre nous, certains mâles ne sont pas des cadeaux, quelques fois, leur décoller la pulpe du fond ne peut que leur remettre les idées en place.


        • Traroth Traroth 17 avril 2009 14:20

          "Vous mettez en avant quelques hommes battus pour cacher la vérité de ces millions de femmes qui en France sont battues chaque année«  : Je ne vois pas en quoi cet article cache quoi que ce soit de la situation des femmes battues.
           »Les hommes qui sont battus, sont pour la plupart des militants d’extrême-droite ayant épousé des femmes insoumises qui se révoltent avant qu’il ne soit trop tard«  : Vous devriez penser à faire du cinéma. Sur quoi vous appuyez-vous pour affirmer cela ?
           »Votre article me rappelle ce film (...) qui en vérité n’a pour but que d’ostraciser la Shoah«  : C’est vous que ça regarde. Moi, à chaque fois je vois un ballon de foot, ça me fait penser aux Inuits !
           »Vous faites là une sorte de révisionnisme qui n’est pas pour me rappeler les heures les plus sombres de notre histoire«  : Ce que vous dites est absurde, puisque l’auteur parle d’un sujet qui n’est pour ainsi dire jamais évoqué. Vous affirmez qu’il »révise« , mais en évitant soigneusement ce qu’il est supposé »réviser« .
           »seriez vous antisémite ?" : Donc, l’auteur écrit un article sur les hommes battus, et à cause de ça, il serait antisémite. Voila un raccourci mental sidérant !

          Bref, je vais vous laisser à l’imbécilité de vos affirmations. Je suis toujours stupéfait par ce que les gens osent prétendre sur des forums, bien caché par l’anonymat de leur pseudo...


        • Jim 17 avril 2009 14:33

          Quand on se permet de commenter le message de quelqu’un, on se doit de lire l’entièreté du fil et non pas une partie.
          Si vous vous étiez donné la peine de tout lire, vous auriez pu constater que JE ME FOUTAIS DE LA GUEULE DU MONDE.


        • Zalka Zalka 17 avril 2009 15:09

          Après avoir bien lu tout le fil, Jim, si vous plaisantiez, c’est raté. Pour que cela marche il faut que les gens pigent.


        • Jim 17 avril 2009 15:27

          Je ne plaisantais pas, je me foutais de la gueule du monde, nuance.


        • Traroth Traroth 17 avril 2009 16:03

          « Quand on se permet de commenter le message de quelqu’un, on se doit de lire l’entièreté du fil et non pas une partie » : Non. J’ai déjà lu l’intégralité de votre message, en ayant conscience de perdre mon temps. Si vous croyez que je vais me taper toute votre tartine derrière au cas où vous diriez l’intégralité de vos platitudes avant d’exprimer ma pensée quant à vos propos, vous vous mettez le doigt dans l’oeil. D’ailleurs, quelle partie de vos commentaires ultérieures est supposé me laisser supposer que vous ne pensez pas ce que vous dites ? Quand vous traitez vos contradicteurs de censeurs (dire que ce que vous dites, c’est des conneries n’est pas de la censure. Cherchez dans le dictionnaire pour savoir ce qu’est la censure, vous apprendrez des choses !) ou quand vous essayez de faire de l’humour avec la peste bubonique ? Je maintiens donc l’intégralité de mon commentaire.


        • Traroth Traroth 17 avril 2009 16:05

          « Je ne plaisantais pas, je me foutais de la gueule du monde, nuance » : Encore faut-il en avoir les moyens. Parce que là, c’est de vous que pas mal de monde doit rire, vu le niveau intellectuel de vos interventions. Merci d’avoir joué... smiley


        • Nethan 17 avril 2009 18:58

          Jim est l’exemple typique qui motive à remettre les votes négatifs.

          Point Godwin dès le premier post en n’ayant rien à voir avec le sujet.

          Jim, je ne sonde pas le fond de votre âme, mais en plus d’être arrogant, seriez-vous stupide ?


        • bulu 17 avril 2009 11:20

          Chaque personalité a sa part d’ombre, même les victimes auto-proclamées...
          Cet article le rappelle.


          • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2009 11:20

            le phénomène n’est pas nouveau ! on ne dénoncera jamais assez ces tortionnaires !


            • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2009 11:55

              @haddock

              terrible en effet , le pire étant ce mépris , cette indifférence dont a beaucoup souffert Claude français , mal aimé , chanteur malheureux que l’on écoute plus ! et je te dis pas avec la pauvre petite fille riche !


            • claude claude 17 avril 2009 17:10

              chers matou et capitaine,

              votre subtile et profonde analyse me laisse sans voix !

              je ne puis que m’incliner devant tant de pertinence et de connaissance du moi-profond de l’humanité !

              je ne peux m’empêcher d’être émue, ....<pfrrrroinnnnnnnnnnn !> ( pardonnez ce bruit incongru, les larmes débordent et j’ai dû me moucher le plus délicatement possible dans un drap de lit...) < pfrrrroinnnnnnnnnnn !>

              sniff ! quelle sensibilté ! quelle délicatesse ! vraiment, quel bonheur de vous connaître ! smiley


            • Antoine Tyrannosaure 17 avril 2009 17:17

              Bonjour à tous,

              jespère que vous passez une bonne journée, nous sommes au zoo avec les enfants, les pandas sont si mignons.


            • cathy30 cathy30 17 avril 2009 11:55

              @ le chat
              les images que tu nous présentent sont hors sujet, puisque la dernière est une femme qui pratique le sado avec bas jartelle, sous entendu avec le consentement de l’homme.
              Effectivement le mythe que toutes les femmes sont douces et aimantes tombe. Et je vois très mal un homme d’1.90m et meme moins déposer une plainte pour coups contre sa femme à la police sous risque de crise de rire assurée.


              • LE CHAT LE CHAT 17 avril 2009 11:56

                oui je te l’accorde , mais tante PIM avec son rouleau à patisserie , quelle brute !


              • cathy30 cathy30 17 avril 2009 12:04

                pour tante pim c’est vrai
                j’aimais bien pim pam poum, les pauvrent...


                • Gazi BORAT 17 avril 2009 12:06

                  Le problème que pose cet article est celui des luttes catégorielles, dont le féminisme est un exemple.

                  L’approche féministe classique est de ne se préoccuper que des problèmes rencontrés par les Femmes, et, comme tout lobby ou mouvement communautaire, de participer à ce mouvement général de « concurrence des victimes ».

                  Et chacun de mettre en avant sa catégorie, dont l’oppression subie est incommensurablement plus grave que celle des autres.

                  Et chacun de hiérarchiser les discriminations, les racismes, les problèmes divers..

                  Ici, on pourrait se dire que l’égalité hommes/femmes est en bonne voie puisque ces dernières ne sont plus systématiquement victimes.

                  Alors, dans ce cas, pourquoi ne pas lancer une campagne d’actions gouvernementale contre les « VIOLENCE ENTRE CONJOINTS » , formulation qui présenterait l’avantage de ne pas occulter les violences faites aux hommes ?

                  gAZi bORAt


                  • del Toro del Toro 17 avril 2009 16:58

                    Ici, on pourrait se dire que l’égalité hommes/femmes est en bonne voie puisque ces dernières ne sont plus systématiquement victimes.

                    Empressement suspect, surtout en l’absence d’études plus généralisées.

                    J’imagine que s’il était question d’agressions contre des « blancs » et que des statistiques ethniques les « prouvaient », certains n’hésiteraient pas à brandir la menace réalisée du « racisme anti-blanc ».

                    Un point partout, balle au centre !

                    Gazi, vous n’êtes absolument pas de ceux-là mais je ne vois absolument pas comment vous pouvez mettre le « féminisme » (classique ... vous restez sage) comme risque communautariste.

                    Ce n’est d’ailleurs même pas un risque pour les films de cul.

                    ps : durant mes longs séjours professionnels, j’ai connu des cas d’hommes battus et ce sur trois continent.


                  • del Toro del Toro 17 avril 2009 17:21

                    Une chose est sûre : Gazi Borat ne deviendra pas Brüno. Trop communautariste  smiley


                  • brieli67 18 avril 2009 09:46

                    @ GaZi B.

                    Il y a une autre forme de « violence » entre conjoints. L’alcoolisme.

                    En bout de courses, c’est le pépé avec cirrhose et encéphalopathie cérébrale qui se retrouve en asile d’aliènés au bras d’une matronne resplendissante bien en chair exubérante style « Veuve joyeuse ».

                    C’est l’omerta complète pour ce pauvre bougre ! On le culpabilise, tout le monde l’exploite... Ca ne touche pas que les métiers dits manuels : « Ah ! c’est un super »serrurier« , malheureusement il boit » - ce qui en général sonne l’hallali.

                    Le tout gonflé par la Rumeur...
                    Jamais la société n’a été aussi minée par le mobbing.

                    cf lien : vision nord-américaine de la psychopathie « héréditaire » ou acquise

                    http://www.futurquantique.org/ponerologie-et-psychopathie/233-le-truc-du-psychopathe—nous-faire-croire-que-le-mal-vient-des-autres

                    Extraits :

                    « Primo, il existe une différence énorme entre quelqu’un qui, par exemple, dans le feu d’une dispute avec son partenaire, perd son self-control et abuse physiquement ou psychologiquement de cette personne, et quelqu’un qui accomplit la même chose froidement, avec calcul et préméditation. Il s’agit dans les deux cas de mauvaises actions. Je n’essaie pas de minimiser les abus commis dans un moment d’émotion. Mais cette même personne, celle qui perd le contrôle momentanément, serait incapable de calculer et de planifier froidement cet acte. En son for intérieur, quelque chose reculerait face à cette idée. Chez le psychopathe, cette voix de la conscience n’existe pas. Les psychopathes sont capables de comploter le génocide d’un peuple, comme celui des Palestiniens ; les personnes de conscience n’en sont pas capables. Une personne peut être tuée dans le feu d’une dispute. Plusieurs milliers peuvent mourir en raison d’un froid calcul. »

                    « Secundo, dans une société dominée par « les valeurs pathologiques », si on peut utiliser cette expression, l’existence d’un petit groupe de gens sans conscience promouvant une culture de la cupidité et de l’égoïsme crée un environnement au sein duquel ce qui est pathologique devient la norme. Dans une société (comme les États-Unis aujourd’hui) où le président peut mentir en toute impunité sur des questions de vie ou de mort, un environnement pathologique est créé, au sein duquel le mensonge devient acceptable. La violence est acceptable. La cupidité est acceptable. Cela fait partie intégrante de l’idéologie du Rêve américain : tout le monde peut réussir, peu importe ceux à qui vous devrez faire du mal pour y arriver. Et c’est par les actes qu’ils doivent commettre pour réellement réussir que les germes de la pathologie sont semés. Dans cet environnement, les gens de conscience qui sont faibles et influençables endossent les caractéristiques du type pathologique afin de survivre et de réussir. Ils voient que leurs dirigeants mentent et trichent, et ils en déduisent que s’ils veulent avancer, alors ils peuvent eux-aussi mentir et tricher. »

                    Si par psychothérapies le pépé sort de sa vallée de cauchemars et constate la réalité des dégâts. Dans la foulée, le Thérapeute sera l’opprobre de la famille, de la « nation » du genre humain.


                  • cathy30 cathy30 17 avril 2009 12:14

                    Gazi borat
                    oui chouette à présent nous avons la parité entre les deux sexes : celle des coups avec l’intitulé « violence entre conjoints », mais vous avez tout à fait raison. Un peu comme la carte electoral à présent qui par le passé s’appelait carte des électeurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Blaise

Blaise
Voir ses articles







Palmarès