• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Irakiens et le Coût du Terrorisme

Les Irakiens et le Coût du Terrorisme

Les Nations Unies ont récemment révélé que quelques 4,5 millions d'Irakiens ont fui leurs maisons depuis que Daech a pris le contrôle de vastes régions du nord et du centre de l'Irak au cours des trois dernières années. Des centaines de milliers de personnes, dont des dizaines de milliers de jeunes enfants, ont été gravement menacées, stressées et traumatisées, et auront besoin de soutien et de soins spécialisés pour les années à venir, a déclaré Lise Grande, coordinatrice humanitaire de l'ONU pour l'Irak.

C'est l'un des coûts supportés par le peuple irakien en raison de l'activité terroriste sur ses terres ; le déplacement de millions de personnes et la perturbation de la répartition démographique de l'Irak soulèvent des questions sur l'ampleur de la complicité de l'Iran et de ses politiciens irakiens alliés dans ce plan de Daech

L'expansion de l'organisation dans les provinces sunnites irakiennes, en particulier, a-t-elle été conçue par l'Iran afin de libérer ces zones de leur population sunnite et même d'y déplacer des millions de Chiites ?

Les rapports indiquent que plus d'un demi-million de personnes ont fui Mossoul quand il a été contrôlé par Daech et 800 000 autres ont fui pendant l'opération militaire pour reprendre le contrôle de la ville qui a duré des mois. Des milliers de personnes ont fui Hawija avant d'être récupérée de l'emprise de l'organisation terroriste par les milices chiites et les forces irakiennes.

Les preuves en Irak et en Syrie confirment maintenant que l'organisation ne venait pas de nulle part et qu'elle ne contrôlait pas cette vaste région par son propre pouvoir. Certains acteurs l’ont aidée à atteindre certains intérêts pour les puissances régionales expansionnistes qui voulaient une part du gâteau irakien et mettre fin à l'influence d'un pays arabe qui autrefois avait son mot à dire dans l'équilibre des puissances régionales.

Le sujet du déplacement et de la démographie est un vieux fichier en Irak. Il a été utilisé par le régime de Saddam Hussein contre les Kurdes et les Chiites irakiens. Des campagnes de nettoyage ethnique et sectaire ont été menées et ces pratiques catastrophiques devaient prendre fin après la chute du régime. Mais les preuves confirment l'émergence d'autres formes de déplacement induites par la confusion ou la peur de Daech et les massacres perpétrés par les milices de la mobilisation chiite, non seulement le déplacement des musulmans sunnites mais aussi des chrétiens et des autres minorités. Les déclarations des responsables locaux reflètent les changements dans la proportion d'Arabes sunnites dans des villes telles que Bassorah et Mossoul en raison du déplacement sectaire, de même que le déplacement de familles chiites de provinces irakiennes telles que Nassiriya.

Le désastre est que les chiffres de déplacement signalés ne sont pas exacts. En dehors des zones accessibles telles que les camps, les chiffres sont beaucoup plus élevés. Les familles qui ont migré et vécu avec leurs proches sont rarement prises en compte.

L'Iran ne pensait pas que les Kurdes irakiens fassent le pas du référendum qui ouvre la voie à l'indépendance en mettant l'accent sur la réingénierie des zones chiites et sunnites. Mais il a été surpris par le scénario du séparatisme kurde, et la Turquie, qui a également fait des erreurs catastrophiques quand elle a soutenu le divorce économique et politique du Kurdistan d'Irak, a été également surprise.

Les pratiques désastreuses commises par l'Iran et les gouvernements irakiens successifs ont conduit à une polarisation communale et ethnique. Une véritable feuille de route qui contribue à contenir les tensions ethniques est nécessaire. La solution en Irak doit passer par l'inclusion de la coexistence dans la constitution et les lois, ou la partition pourrait être le destin de l'Irak.

Les responsables politiques irakiens doivent s'efforcer de remédier aux erreurs du passé et de réunir le pays pour éviter qu'il ne devienne un « terrain de jeu » pour les gardiens de la révolution iraniens.


Moyenne des avis sur cet article :  1.2/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • phan 28 octobre 2017 19:19

    GWB : Choukran Sidi Salem Alketbi ! - Merci Dr !


    • Christ Roi Christ Roi 28 octobre 2017 21:21

      Daech n’existe pas. Il n’y a qu’une armée de mercenaires musulmans dirigée par les AMERICAINS. Le terrorisme, c’est eux, et personne d’autres.



    • phan 29 octobre 2017 06:54

       “Pourquoi nous détestent-ils autant ?” Eh bien pour ça, 4 millions de morts environ – bien plus que pour 10 lignes dans un livre même saint…
       1ere Guerre du golfe (1991) : 200 000 morts en Irak
       Sanctions brutales contre l’Irak (1993-2001) : 1 700 000 morts en Irak
       “Guerre contre le terrorisme” (2001-2014) : 1 300 000 morts : 1 000 000 de morts en Irak , 220 000 en Afghanistan (estimation basse, d’autres sont bien plus importantes), 80 000 au Pakistan ; Yémen et autres pays non étudiés.
       Et si on essayait la fraternité, maintenant qu’on ressent ce que ça fait des morts innocents ?
       On rappellera aussi que la majorité des morts du terrorisme islamiste sont musulmanes.
      6.000 milliards de dollars : le coût total de la guerre en Irak ?
      Cui Bono : Et voilà une guerre qui a surtout aidé Israël mais pas tellement les USA..., l’Irak ne compte pour du beurre, Pisse and Love  !


      • antiireac 31 octobre 2017 12:01

        @phan
        D’où sortez vous ces chiffres fantaisistes il faudrait peut être les prouver.


      • phan 31 octobre 2017 12:25

        @antiireac
        Vous êtes devenu mégasioniste comme Caro ?


      • Doume65 29 octobre 2017 19:19

        Bon, j’ai au moins appris que 4,5 millions d’Irakiens ont été déplacés. Est-ce parce qu’on ne peut pas imputer ces déplacements à Bachar el Assad qu’aucun média ne donne ce renseignement ?


        • Garibaldi2 30 octobre 2017 10:30

          Les millions de morts sont bien le résultat de la politique US dans la région, y compris la guerre Irak/Iran suscitée par les USA qui a fourni des armes aux 2 parties, en violation totale de l’embargo. Les 500.000 enfants morts des suites de l’embargo, qui d’après Madeleine Albright était ’’le prix à payer’’, c ’est pas l’Iran qui en est responsable.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès