• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les jardiniers des plages ...

Les jardiniers des plages ...

Les plages sont un bon indicateur de la prise de conscience écologique des citoyens. Si certains pays en ont pris conscience et leurs gouvernants veillent au respect de la nature, dans d'autres il faudrait une révolution intellectuelle pour changer leurs mauvaises habitudes.

On voit de temps en temps après de grosses vagues qui charrient algues et boulettes de fibres d'algues, des femmes et parfois des hommes, "agents de nettoyage" au service des hôtels et des résidences de bord de mer, nettoyer les plages de ces "saletés" déposées par une mer agitée ; qu'elle laisse derrière elle, une fois qu'elle s'est calmée et retirée !

 

Jardiniers et jardinières
des plages d'Hammamet

 

Ces jardiniers des sables ont des instructions de la part de leurs employeurs, de débarrasser les plages de ces "saletés" qui n'en sont pas mais qui rebuteraient les baigneurs et les touristes selon eux ; alors qu'elles sont déposées temporairement puisque la mer se charge de les couvrir de sable ou de les reprendre. Ce qu'expliquent d'ailleurs certains directeurs d'hôtel, écologistes, pour rassurer leur clientèle que la mer fait le ménage elle-même des plages qu'elle "souille" de "détritus naturels" provenant de sa flore ; et qu'elle dépose par ci par là, sur les plages.
Et le pire, est que ces jardiniers des sables, ramassent ces algues dans des sacs en plastic qu'ils mettent à l'écart des espaces réservés aux clients pour les soustraire à leur vue ; et dont on ne sait le devenir : s'ils resteront là ou s'ils iront encombrer des décharges publiques déjà débordées, ou seront jetés dans des décharges sauvages. Et dont le plastic ira rejoindre d'autres plastics qui jonchent les bords des routes et s'accrochent aux arbres et aux arbustes, apportant une note de couleur à une végétation méditerranéenne qui s'en passerait bien mais dont la pollution visuelle vous poursuit le long des routes tunisiennes à perte de vue dans les champs !
Alors qu'il serait plus judicieux que ces jardiniers ramassent les détritus humains : bouteilles en plastic, bouteilles de bière, cannettes en alu, paquets de cigarette et autres papiers gras ... ; que laissent derrière eux des baigneurs peu scrupuleux, inciviques et ne respectant pas la nature ! Et laisser la mer gérer ses "détritus" naturels. Et que les hommes se chargent des leurs, pour l'en débarrasser, pour qu'ils ne polluent pas nos plages.
Voilà le genre de travail irréfléchi auquel consentent les directeurs de certains hôtels et les syndics de certaines résidences de bord de mer, en dépit du bon sens, argent et temps à fonds perdu !
Alors que ces responsables du tourisme local, feraient mieux de débarrasser la plage des baraquements hideux qu'ils laissent s'installer et qui d'année en année s'agrandissent par le rajout d'autres "pièces" donnant à l'ensemble un air de bidonvilles ; et dont la pollution visuelle, s'ajoute à celle des objets en tout genre en plastic, qui jonchent les plages.
 
De même qu'ils devraient interdire l'empiétement sur la plage, espace public faut-il le rappeler, par des plantations sauvages de palmiers, de palétuviers, de gazon et de bananiers dont la vision ne trompe nullement le touriste par une illusion d'îles lointaines, traduisant le mauvais goût et l'anarchie urbanistique dans le prolongement de celle des villes côtières mais dont la présence est une insulte à la nature et à l'intelligence du touriste !
 
Et voilà comment nos si belles côtes tunisiennes qu'on nous envie, sont entrain d'être défigurées comme le reste, alors que des solutions existent ; à commencer par le remplacement des sacs en plastic par des sacs en papier, par l'interdiction des cabanons en bois et en tôles ondulées sur les plages et par l'interdiction de "végétaliser" les plages par des plantes exotiques, en dépit du bon sens !
 
La politique sur le court terme va finir par tuer la poule aux œufs d'or. Déjà que la bétonisation des côtes par les hôtels commence à faire fuir les touristes qui cherchent l'authentique et le naturel, depuis que l'écologie est entrée dans les mœurs des gens.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 21 juin 12:19

    Les beachcombers...


    • PascalDemoriane 21 juin 12:58

      Oui, après avoir parcouru vos précédents articles, macronophiles et atlantico-conformes, je comprends mieux votre point de vue de classe.
      En gros il faudrait que les plages de riches offertes à des touristes riches ne soient plus polluées par les pauvres qui comme chacun sait sont laids et sont un problème autant écologique que démocratique, n’est-ce pas.
      Vous me rappelez les réflexion des bourgeois à Deauville pestant en 1936 contre l’invasion des « congés payés ».
      Vous parliez de révolution dans votre présentation ? Visiblement ce n’est pas une révolution prolétaire qui vous anime !

      Sérieusement je crois que vous posez le problème de écologie des rivages à l’envers. (J’ai longtemps fréquenté ceux du Maroc et bien vu le désastre du tourisme de masse, y compris du tourisme intérieur, intra-maghrébin)

      Apparement çà n’a pas évolué.


      • joletaxi 21 juin 13:19

        et si vous foutiez la paix aux gens, plutôt que d’em... les autres avec vos lubies puériles d’un monde que vous fantasmez ?


        • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 22 juin 09:02

          En Tunisie aussi, des intellos bobos ecolos-marxistes essayent d’exposer leurs utopies de nature extraordinaire et de haine de l’individu en se croyant d’intelligence supérieure.

          Il ne reste au peuple que le réel.

          Se baigner sur la plage dégelasse d’algues qui plait tellement au bobo.

          Aux touristes que le bobo déteste, ils devraient déserter l’économie et les emplois qu’il créent, car il ne voudrait plus d’Hotels ni de pelouse au bord. C’est vrai la pelouse et les cocotiers, c’est mal, vous imaginez, les gens préfèrent cela aux cailloux.

          Et les canettes, tellement simpliste d’accuser le « baigneur sans scrupules » alors que la Tunisie comme le reste des pays du Magreb n’ont pas de systèmes de filtration des déchets urbains qui arrivent par la mer.


          • OJBA 22 juin 14:50

            Sujet explosif !!! Surtout avec du plastic. Plastique, peut-être ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité