• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Jardins de la Fontaine à Nîmes : un retour aux sources...

Les Jardins de la Fontaine à Nîmes : un retour aux sources...

Dans le cadre des journées du patrimoine...
 
Les Jardins de la Fontaine à Nîmes offrent au promeneur un cadre naturel, idéal pour se ressourcer et remonter le temps...
 
Aménagés auprès d'une source, ces jardins sont à l'origine même de la ville, c'est là que des celtes se sont d'abord installés : un peuple celte, les Volques Arécomiques, s'est établi, au VI ème siècle avant JC, près de cette source opulente, au pied du mont Cavalier, au centre de la ville actuelle.
Les Volques Arécomiques divinisent alors la Source, lui consacrent un sanctuaire. C'est là que le dieu Nemausos associé à la fontaine fut vénéré.
 
Plus tard, Nîmes devint colonie romaine, au Ier siècle avant JC.
Les Jardins gardent de cette période romaine de somptueux monuments...
 
D'abord, des escaliers de marbre de forme arrondie qui descendent vers la source, puis le Temple de Diane, qui n'est vraisemblablement pas un temple et qui n'était donc pas "de Diane"... le nymphée, et enfin, la Tour Magne bâtie sur des fondations celtes.
 
Le bassin de la source révèle des flots transparents dans lesquels ondulent des algues... Des escaliers en double demi-lune bordent la fontaine.
 
La source qui jaillit là, des profondeurs de la terre, a permis la fondation de la ville : sans elle, Nîmes n'existerait pas.
Ce bassin procure toutes sortes de sensations au promeneur : les teintes changeantes de l'eau, ses murmures, sa fraîcheur, ses senteurs d'algues...
 
A proximité, se trouve le Temple de Diane, un édifice en ruines qui date vraisemblablement de l'époque d'Auguste... Ce bâtiment semble avoir été plutôt une bibliothèque. On voit encore, de nos jours, une salle voûtée, flanquée d'escaliers.
Sur le mur latéral nord, on peut admirer cinq niches rectangulaires surmontées en alternance de frontons triangulaires et semi-circulaires. Entre chaque niche s'élevait une colonne.
Ce bâtiment, entouré de pins, est empli d'une poésie mélancolique... colonnes décimées, pierres polies et patinées par le temps, murs écroulés, il est entouré de mystères car on en ignore encore la fonction première : bibliothèque, lieu de rencontres ou lieu de culte consacré à Nemausus ou panthéon ?
 
Sur les hauteurs des Jardins, se dresse, en majesté, la Tour Magne... Ce monument gallo-romain faisait partie de l'enceinte romaine.
Composée d'un soubassement octogonal, cette tour était haute de 36 mètres à l'époque romaine. Tour de guet, symbole de puissance, ce bâtiment surplombait la ville.
 
Le nymphée, situé face au temple de Diane, constituait le coeur du sanctuaire : c'était un vaste bassin rectangulaire, bordé sur 3 côtés par un portique.
Au milieu, se dressait un socle décoré d'une frise qui est encore visible, de nos jours...
Ce nymphée a été réaménagé au XVIIIème siècle, agrémenté de statues : au centre une représentation féminine de la ville de Nîmes, et sur les angles, des angelots et des vasques somptueuses.
 
Ainsi, les Jardins de la Fontaine sont l'occasion de percevoir toute la richesse de notre patrimoine, depuis l'antiquité jusqu'à nos jours.
 
 
Elisée Reclus décrit magnifiquement la source de Nîmes dans son ouvrage Histoire d'un ruisseau :
 
"Plus près de nous, dans le midi de la France, mais encore sur ce versant méditerranéen qui, par ses rochers blancs, sa végétation, son climat, ressemble plus à l'Afrique et à la Syrie qu'à l'Europe tempérée, une fontaine, celle de Nîmes, nous raconte les bienfaits immenses des eaux de source. En dehors de la ville, s'ouvre un amphithéâtre de rochers revêtus de pins dont les tiges supérieures sont inclinées par le vent qui descend de la tour Magne : c'est au fond de cet amphithéâtre, entre des murailles blanches aux balustre de marbre, que s'étend le bassin de la fontaine. A l'entour sont épars quelques restes de constructions antiques. Au bord se dressent les ruines d'un temple des nymphes que l'on croyait jadis avoir été consacré à Diane, la chaste déesse, sans doute à cause de la beauté des nuits, alors que sur les eaux, l'orbe de la lune se reflète en une longue traînée frémissante. Au-dessous de la terrasse du temple, un double hémicycle de marbre borde la fontaine, et ses marches, où les jeunes filles venaient autrefois puiser l'eau, descendent sous le flot transparent. La source elle-même est d'un azur insondable au regard. Jaillissant du fond d'un gouffre ouvert en entonnoir, la gerbe d'eau s'épanouit en montant et s'étale circulairement à la surface. Comme un énorme bouquet de verdure qui se déploie hors d'un vase, les herbes aquatiques aux feuilles argentées qui croissent autour de l'abîme et les algues limoneuses aux longs cordages enguirlandés cèdent à la pression de l'eau qui s'épanche et se recourbent en dehors vers le pourtour du bassin ; à travers leurs couches épaisses le courant s'ouvre de larges détroits aux rives flottantes et serpentines."
 
 
 
Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/09/les-jardins-de-la-fontaine-a-nimes-un-retour-aux-sources.html

 

Photos : rosemar

Documents joints à cet article

Les Jardins de la Fontaine à Nîmes : un retour aux sources... Les Jardins de la Fontaine à Nîmes : un retour aux sources... Les Jardins de la Fontaine à Nîmes : un retour aux sources...

Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 18 septembre 14:24

    Le 18 septembre est aussi la Journée Mondiale du contrôle de l’eau et c’est la fête des : OCEANE.


    • rosemar rosemar 18 septembre 18:39

      @Mélusine7

      Donc mon article est particulièrement d’actualité : merci pour ces infos...

    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 18 septembre 14:33

      Cette fameuse année 2003. Une amie me demande de l’aider à revendre toute la collection de cartes postales de son père. Je me dis en moi même : elle n’a pas saisi la beauté de son héritage. Son père collectionait les CPA des Fontaines d’Europe. Normal : elle était l’epouse d’un occuliste dont l’enseigne était : Ivoirien. Nous avons fait le trajet de Uccle à la frontière française Le libraire n’en a pas voulu. Si j’avais eu l’argent, je les aurait achetées. 


      • rosemar rosemar 18 septembre 18:47

        @Mélusine7

        Les fontaines et les lavoirs d’autrefois ont un charme infini, en effet... le murmure de l’eau est si apaisant...Par exemple... il faut écouter attentivement...



      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 18 septembre 19:07

        @rosemar
        Etrange, il y a deux Saumanes. L’un, près de Banon et l’autre près de L’isles sur Sorgues


      • Henry Canant Henry Canant 18 septembre 14:41

        @rosemar,


        Serais tu une femme fontaine ?

        • gégène 18 septembre 14:47

          @Henry Canant

          Qui sait ? Elle nous gratifiera peut-être d’un article sur les bornes d’incendie.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 18 septembre 14:43

          Cette fameuse année 2003. Une amie me demande de l’aider à revendre toute la collection de cartes postales de son père. Je me dis en moi même : elle n’a pas saisi la beauté de son héritage. Son père collectionait les CPA des Fontaines d’Europe. Normal : elle était l’épouse d’un occuliste dont l’enseigne était : Ivoirien. Nous avons fait le trajet de Uccle à la frontière française. J’ai regardé les cartes portales unes à unes, leur beauté s’incrustait dans le coeur de mon iris. Le libraire n’en a pas voulu. Si j’avais eu l’argent, je les aurais achetées. Elle se trouvent dans une vieille boutique, rue du Midi. Elles y sont bien au chaud sous le soleil provençal des rue du Nord si bien nommées..


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 18 septembre 14:51

            il y a 33 kilomètres entre Arles (Actes sud) et Nismes. 86 entre Arles et Lourmarin (La Forge qui se trouve au musée de Manes,..). Le 7 octobre se rapproche.


            • foufouille foufouille 18 septembre 15:04

              ça manque de photos.


              • rosemar rosemar 18 septembre 18:49

                @foufouille

                En haut : le bassin, avec ses escaliers qui descendent dans l’eau... puis le temple de Diane, le Nymphée et la tour Magne...

              • Nestor Nestor 18 septembre 19:43

                Bonsoir rosemar,

                Pourquoi vous ne mettez pas les photos à mesure dans le texte ... Trois photos à la fin c’est bad ... On ne sait même pas se que représentent les photos (si vous ne l’aviez pas précisé à Foufouille) ... Et si comme excuse vous me répondez que vous ne savez pas comment faire, je vous répondrez que depuis le temps que vous écrivez des articles sur agoravox il m’est impensable que vous n’aillez pas encore pris en compte toutes les possibilités et finalités mises en place pour édité un article ...

                Que penseriez-vous d’un élève qui vous présenterez un travail où il a écrit son texte et y a collé trois photos à la fin sans dire ce qu’elles représentent ? Moi je lui dirai qu’il a bâclé son travail ... Écrit son texte et collé les photos à la fin, aucune construction !

                Je comprends bien votre envie de partagé, qui est bien d’ailleurs ... Mais si vous voulez à mon avis il y a possibilité de le faire bien mieux !

                Je dis ce que je pense vous voyez cela comme vous voulez ... Critique ... Méchanceté gratuite ou une motivation à se perfectionner ...
                 
                Voilà !


              • rosemar rosemar 18 septembre 21:11

                @Nestor

                Alors là pour le coup, j’avais bien rédigé une légende sous chaque photo, mais agoravox ne les a pas reproduites... dommage !

                Pour ma part, je pense qu’un texte ne doit pas être entrecoupé de photos... je ne le fais jamais aussi sur mon blog : le texte, d’abord, que je privilégie et les photos, après...


              • Nestor Nestor 18 septembre 23:24

                Ok !

                Je m’excuse alors !


              • devphil30 devphil30 18 septembre 20:25

                Cette belle région du Gard que j’habite
                C’est un délice entre mer et montagne avec plus de 300 jours de soleil par an.

                Je crois que vous êtes du coin Rosemar , dommage que l’on ne puisse pas se contacter via Agoravox

                Philippe


                • rosemar rosemar 18 septembre 21:49

                  @devphil30

                  Une région sympa, riche d’histoire : j’habite près d’un rempart romain... un privilège.

                • devphil30 devphil30 19 septembre 08:04

                  @rosemar

                  J’habite hors de Nîmes dans un petit village à l’entrée de la Vaunage.

                  Philippe


                • egos 18 septembre 20:38

                  Par beau temps les villes du littoral méditerranéen, Nimes, Arles, Bézier, Uzes, Montpellier ..., offrent à la vue des visiteurs et de leurs habitants tous les charmes d’un passé chargé d’histoire,

                  ces lcités inspirent des sentiments d’harmonie, de légèreté.

                  La beauté des paysages et reliefs environnants, le type de végétation et cultures, des vestiges antiques dispersés participent à l’émotion suscité par ce cadre si particulier, 
                  prégnant.

                  Il existe cependant tout autre aspect attaché à ces lieux, une histoire violente et une nature qui ne l’est pas moins en certaines circonstances.

                  L’ouvrage* en question n’est-il pas celui qui fut impliqué lors de l’inondation du centre historique en 1988 ? 

                  sujet à propos duquel toute documentation parait avoir été emporté par des flots dévastateurs.


                  *Origines de l’édifice, géologie, hydrologie & contexte de sa réalisation


                  nb : cette courte présentation établit un lien entre ouvrages publics à caractère fonctionnel - notion qui peut englober toutes formes d’édifices, agora, temple, arène, aqueduc, sénat etc.), un ensemble de techniques achevées, une appréciation fine des phénomènes naturels et un impératif esthétique reposant sur des règles strictes.

                  • rosemar rosemar 18 septembre 21:37

                    @egos

                    Merci pour le document.

                    Des inondations terribles en 1988 à Nîmes, oui


                  • egos 18 septembre 23:37

                    @rosemar

                    la (les) précipitations(s) engendre(nt) à ttes les échelles des catastrophes.

                    Mon texte en est une illustration.

                  • baldis30 19 septembre 22:15

                    @egos
                    certes ...

                    La catastrophe majeure de la ville s’est produite le 27 octobre 1952 ....et cela n’a jamais été réparé ... parce que voyez-vous ...« un théâtre à Nîmes c’est la fin de la moralité de nos enfants »

                    Quant aux inondations à Nîmes ... 30 en 300 ans ayant marqué l’histoire et d’aussi graves


                  • benedicte_gab 19 septembre 16:52

                    J’ai habité Nîmes et le jardin de la fontaine y est une bouffée d’oxygène au sein de la ville.

                    J’y habitais lors de l’inondation de 1988 ... la force de l’eau a fait des dégâts impressionnants. et la route d’Uzès à côté de laquelle je vivais s’était transformée en fleuve ...

                    • baldis30 19 septembre 22:11

                      @benedicte_gab
                      bonsoir

                      « la route d’Uzès à côté de laquelle je vivais s’était transformée en fleuve ... »

                      l’eau n’a fait que reprendre son cours naturel, et de plus un barrage en amont a lâché en quelques minutes plusieurs milliers de m3 d’eau ...  

                      Et ce qui n’arrange rien la rue Sully était un ancien cadereau dénommé et porté sur des plans pas très vieux comme cadereau des Arques ... ( pour les non-nîmois  : cadereau = torrent éphémère).

                      L’eau repris aussi sa course ....


                    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 19 septembre 17:09

                      Diane est aussi associé à un village : Etoile du Rhône dont les habitants sont appelés les étoiliens. Ils ont ouvert un Parc q’attraction aquatique.(Parc étoile 26 :https://www.google.be/search?q=Etoile+26&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwimsKGLu7HWAhUDmbQKHa1LAL8Q_AUICigB&biw=1280&bih=675#imgrc=CIVp5nCpIXwxtM 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires