• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les leçons du 14 juillet

Les leçons du 14 juillet

Les leçons du 14 juillet (*)

En recoupant les informations données par les médias, on peut penser que, ce 14 juillet, des policiers ont eu l’ordre de suivre à la trace des « figures » des « gilets jaunes », de les interpeller sur les lieux de passage du président de la République, de les mettre en garde à vue, puis de les déférer sous des incriminations diverses.

Puis, patatras ! le parquet classe sans suite. Cela fait un peu désordre.

Pour le renforcement des libertés publiques dans un Etat de droit, des parlementaires devraient penser aux grandes lignes suivantes d’une proposition de loi « pour le renforcement des libertés publiques (1) dans le respect des autorités constituées et de leur politique (2) ».

1. Etablir un fichier « PDL » (plus de liberté) (1) inspiré du fichier « S », des opposants déclarés (voire potentiels) au président de la République et à sa politique. Avec des sous fichiers correspondant à l’orientation politique réelle (ou, pour une meilleure prévention, supposée) des opposants (par exemple : « populistes », « fascistes », « bolchévistes », « complotistes », « schizophrènes », « souverainistes », « pauvres », … ).

2. Lors des déplacements du président de la République ou des membres du gouvernement, mettre en rétention administrative les personnes dont le nom a été inscrit sur le fichier « PDL ». La rétention pouvant débuter (par exemple) 12 heures avant le déplacement et cesser 5 heures après le départ des personnalités. (Mécanique inspirée de la réglementation parisienne sur le ramassage des ordures).

Avec sa codification, on légaliserait la pratique qui se met en place. La « représentation nationale » se prononçant, les mesures seraient ipso facto « légitimes » et s’inscriraient dans le strict respect des principes démocratiques.

Marcel-M. MONIN

PS. Pour répondre aux « attaques » de « Médiapart », ces mêmes députés pourraient suggérer que le / la / ou les déontologues appelés à donner leur sentiment sur ses agapes à l’hôtel de Lassay, soient des personnes nommées par M. de Rugy lui-même, en application du principe « de l’égalité des armes ».  

(1) le choix du titre est important pour l’opinion publique. Et pour les médias qui le répèteront en boucle (plutôt que le contenu du texte).

(2) rappel important : politique forcément « légitime » puisque le chef de l’Etat tient ses fonctions d’une élection, et que ladite politique a été approuvée par des élus majoritaires dans les assemblées. Ce qui implique que la contestation, quelle qu’en soient les formes, n’est pas légitime, et ne peut pas l’être.

 

(*) chacun lira cet article comme il le veut : au premier ou au deuxième degré. Evidemment, ceux qui le liront au premier degré …


Moyenne des avis sur cet article :  3.93/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 15 juillet 15:21

    L’auteur propose-t-il, si j’ai bien compris, un fichier pour réprimer tous les cas possibles de lèse-majesté ? Exemple de crime de lèse-majesté : montrer sa tête sur le parcours d’un défilé officiel. Montrer son visage, ce n’est pas obscène ni attentatoire comme le serait le fait de montrer son cul ! L’auteur veut légaliser et généraliser la répression arbitraire du Pouvoir comme dans une monarchie absolue. Embastiller va devenir légal ?

    Exhiber la tête de François de Rugy lors de la célébration de la Révolution est une insulte au Peuple souverain qu’il faut châtier rudement.


    • Taverne Taverne 15 juillet 15:38

      Je viens de lire l’astérisque et je suis rassuré sur l’auteur. smiley (Le piège est trop bien fait, on se laisse prendre.) Mon argumentation pourra servir à d’autres...


    • ETTORE ETTORE 15 juillet 16:19

      Mettre sa « tête » indésirable sur les panneaux publicitaires ? tout le long des Champs ?

      Cela resterait une publicité et plus un acte politique.


      • Abou Antoun Abou Antoun 15 juillet 19:01

        Excellent article, rien à ajouter. Nous assistons à une dérive totalitaire. Il est regrettable (et même scandaleux) que la police et la justice se montrent complices. La France d’aujourd’hui c’est celle de Vichy qui se prépare à une gigantesque chasse aux sorcières.

        La presse et les médias ’mainstream’ sont déjà contrôlés en totalité. En matière d’information seul le web fait encore quelque résistance, mais les godillots travaillent à museler tous les moyens d’expression. Dans la mesure où les fournisseurs d’accès publics sont exactement les mêmes qui détiennent la presse et l’audiovisuel on peut imaginer qu’ils risquent de parvenir à leurs fins.

        Nous venons de constater des actions prémonitoires. Les assignations à résidence succéderont aux interdictions de séjour, puis les incarcérations préventives succéderont aux assignations à résidence, apparemment dans l’indifférence la plus totale.



        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 16 juillet 09:23

          A l’auteur.

          Comme l’écrit très justement Abou Antoun :

          "Excellent article, rien à ajouter. Nous assistons à une dérive totalitaire. Il est regrettable (et même scandaleux) que la police et la justice se montrent complices. La France d’aujourd’hui c’est celle de Vichy qui se prépare à une gigantesque chasse aux sorcières.

          La presse et les médias ’mainstream’ sont déjà contrôlés en totalité. En matière d’information seul le web fait encore quelque résistance, mais les godillots travaillent à museler tous les moyens d’expression. Dans la mesure où les fournisseurs d’accès publics sont exactement les mêmes qui détiennent la presse et l’audiovisuel on peut imaginer qu’ils risquent de parvenir à leurs fins.

          Nous venons de constater des actions prémonitoires. Les assignations à résidence succéderont aux interdictions de séjour, puis les incarcérations préventives succéderont aux assignations à résidence, apparemment dans l’indifférence la plus totale."

          Imagine-t-on une avenue des Champs-Elysées quasiment déserte, ou encore, beaucoup mieux, les spectateurs silencieux tournant le dos au véhicule présidentiel lors de son passage ?

          A défaut de sifflements et de huées, le message serait clair.


          • tibidi 16 juillet 15:04

            N’oublions pas les 1.000 (Mille) bagnoles brûlées en France !

            Un cap, un jalon, une marque indélébile.

            A quand les 1.000 (Mille) zones de non-droit (cités) en France  ??


            • TSS 16 juillet 20:44

              Nous venons de constater des actions prémonitoires. Les assignations à résidence succéderont aux interdictions de séjour, puis les incarcérations préventives succéderont aux assignations à résidence, apparemment dans l’indifférence la plus totale."

              A l’epoque de de Gaulle les contestataires etaient delocalisés ,j’en ai connu(des pro OAS)

              qui avaient été deplacés dans le midi avec obligation de pointer à la gendarmerie... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès