• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Lords, la Reine & les Femmes

Les Lords, la Reine & les Femmes

On se plaint tellement des inégalités que, sans le savoir, ceux qui en jouissent usent de la plainte pour, intelligemment, acquérir davantage de pouvoir... L'égalitarisme est radical, ou il ne l'est pas. Sinon, on est un demi-habile.

Un reportage sur France 2, il y a quelques jours, faisaient état de « ladies »1 ayant attaqué en justice la Chambre des lords en raison, disent-elles, de son sexisme. En cause le fait que seuls les hommes, selon des règles traditionnelles, peuvent hériter du titre de lord (avec une notable exception). 

Non pas qu'aucune femme ne siège dans cette illustre assemblée : mais s'il y bel et bien des ladies à la Chambre des lords, quoi qu'il en soit, seuls les hommes, précisément les fils aînés, peuvent hériter du titre – dans le cas des « lords héréditaires », c'est-à-dire ceux qui disposent d'une place de droit à la Chambre, sans avoir été nommé par la Reine... 

Le problème, dans cette grande ère post-Weinstein, ce n'est pas l'égalité en elle-même au sein de la Chambre des lords... Le problème, c'est qu'on parle d'égalité dans un pays dirigé par un monarque ! 

Ces pauvres ladies-là savent-elles où elles sont ? Sur quoi est bâti leur régime ? En quoi consiste un titre de noblesse ? Si elles ne sont pas demi-habiles, alors elles devraient appliquer l'égalitarisme jusqu'au bout, à savoir renoncer au titre de lord, dont la possession marque manifestement une inégalité criante par rapport au reste des « sujets » de Sa Majesté. La noblesse est le nom qu'on donne usuellement à une caste qui se distingue, irrationnellement, de l'ensemble de la population d'un pays. Elle détient le pouvoir au nom de la Tradition, où pour des raisons du même style. De sorte qu'au bout du compte, les oligarques russes eux-mêmes passent pour les représentants d'un régime moins injuste, car, par comparaison, ils sont riches et se sont hissés là où ils sont par leur esprit entrepreneurial... À la différence des lords ! Les lords se transmettent, pour la plupart, leur titre de père en fils. Les lords héréditaires jouissent des fruits d'un effort qu'ils n'ont pas fait (quel que soit le point de vue qu'on peut avoir vis-à-vis des monarchies).

Si bien qu'en raison de l'inégalité sur laquelle elle bâtit la Chambre des lords, les égalitaristes ladies devraient y réfléchir à deux fois. Parce qu'au fond, si on applique l'égalité partout et complètement, que restera-t-il après de la Chambre des lords – laquelle, donc, est une instance totalement étrangère au principe d'égalité de nature ?

On pourra, de là, me rétorquer que l'égalité de droit, ça n'est pas l'égalité de nature...

D'accord.

Mais dans ce cas, quid de la Reine ? L'égalité des droits concernent aussi l'égalité, pour chacun, de pouvoir exercer, s'il en a les capacités, et s'il est mandaté par son peuple, la fonction suprême.

Tous les pays, toutes les sociétés, sont nervurés par des irrationalités de ce genre : un monarque, des traditions incongrues, un ordre hiérarchique injustifié... Bref, la grande majorité des traditions et des titres, dans une culture, ne se justifient pas... Elles « sont là » depuis toujours. Et ça n'est pas matière à philosophie.

La question qui se pose désormais est de savoir si, vraiment, ça vaut la peine de les remettre en cause. Car si le totalitarisme écrase toute spontanéité « dans l'œuf », un peu d'ordre, au contraire, fournit les étais grâce auxquels on se repère, on se situe, on se retrouve. En effet, le nord, le sud l'est et l'ouest ne sont-ils pas, au fond, définit bizarrement, sans raison apparente ? Ne sont-ce pas des repères arbitraires avec lesquels on situe un lieu ?

Le paradoxe ici, c'est qu'au regard de l'arbitraire des cartes, des points cardinaux, de même la société l'est tout autant. D'ailleurs, accorder des droits – ou en retirer – plaît légitimement à certains mais déplaît légitimement aussi à d'autres. Et l'irrationnel (donc les traditions) constitutifs d'une société s'effondre comme les moines de carte : si un pilier s'écroule, le reste également. D'où vient le profond inintérêt, pour ceux qui en bénéficient, de faire effondrer un tel système... Quand les ladies veulent « égaliser » l'héritage d'un siège à la Chambre des lors, c'est, en définitive, contre tout leur pays qu'elles protestent ! C'est précisément cette attitude qui donna naissance, quelques siècles plus tôt, à la démocratie, à savoir l'idéologie qui, tôt ou tard, mettra fin définitivement à tout système de privilèges – serait-il « constitutionnel » ou « démocratique ».

Ces gens-là ignorent qu'une société, pour fonctionner, doit reposer sur une série d'éléments irrationnels. Dès lors qu'un d'entre eux est remis en cause, tout s'effondre. On ne peut donc pas être des deux côtés : une telle disposition est impossible, puisqu'il suffit d'effleurer l'irrationnel de la société par une critique pour que tout cet irrationnel, de fil en aiguille, s'écroule entièrement. Et, comme on l'a vu, la quasi totalité des plaintes (pour acquérir du pouvoir) sont légitimes.

Par exemple : dans le film Krampus (2015), de Michael Dougherty, lors même que le jeune protagoniste décide de ne plus célébrer Noël, il est envahi, lui et sa famille, par une kyrielle de monstres (dont Krampus, une espèce de Père Fouettard germanique). Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu'à partir du moment où, inutilement, on sape certaines constructions culturelles, notre « Monde » (à savoir nos barrières morales) se détruisent en conséquence. Et les démons qui viennent rendre visite au protagoniste sont la représentation, sous la forme symbolique, des perturbations qui guettent ceux à qui, de façon néfaste, viendraient l'idée de mettre fin aux traditions. Car est-ce vraiment utile de dire à des Indiens Cherokee que leur danse de la pluie est irrationnelle et que, ce faisant, ils perdent leur temps ? Non. Ça ne les rendra que malheureux. 

Surtout, on peut reprocher à ses ladies non seulement de « bouger » inutilement les traditions, mais de le faire hypocritement : « égaliser » l'accès à la Chambre des lords ne sert que leurs intérêts, car elles ne voudraient pas étendre cette « égalisation » au reste de la population – ce qu'un égalitarisme probe exigerait en temps normal...

En somme, en peu de mots, une fois encore, on a affaire à un cas ordinaire, c'est-à-dire le brandissement une raison morale afin d'accaparer de la puissance. Et lorsque cette technique n'est pas conscientisée, on appelle ça des « demi-habiles ».

Nietzsche n'avait-il pas déjà diagnostiqué cette pathologie ? Et Pascal avant lui ?

________

1 On peut retrouver, en substance, en suivant le lien ci-après, les informations de ce reportage : https://www.bfmtv.com/international/royaume-uni-cinq-ladies-attaquent-la-chambre-des-lords-pour-sexisme-1497342.html


Moyenne des avis sur cet article :  2.21/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • cassini 21 août 10:25

    La chambre des lords est l’une de ces particularités typically British qui font tout le charme de la vieille Angleterre. Il en va de même de la conduite à gauche. Je préfère la voir causer quelques accidents quand des conducteurs passent le Tchannell, que disparaître et gommer encore tout un pan de culture. 


    La revendication des ladies est-elle fondée ? Eh bien je ne m’en soucie pas : dans leur milieu on règle ses problèmes dans le silence des châteaux de l’aristocratie ; on ne les étale pas de façon tapageuse avec un manque de goût qui entraîne la réprobation du peuple lui-même, un peuple parfois plus éclairé sur les convenances que ceux-là mêmes qui en sont en principe les dépositaires. 

    • Étirév 21 août 10:36

      Le respect de la Femme
      A l’époque reculée où l’homme n’avait encore pour mœurs que ses instincts, on avait remarqué combien sa nature le portait à l’opposition, à la contradiction, à la domination.
      C’est pour enrayer ses mauvais instincts que les Mères instituèrent une discipline élémentaire qui est toujours restée depuis dans la société, et qu’on désigne encore par les mots « éducation », « convenance », « savoir-vivre », « manières comme il faut ».
      C’est cette retenue des mauvais instincts qui fut d’abord la Religion. La connaissance que l’on avait des lois qui régissent la nature humaine avait fait comprendre que l’homme doit être discipliné, « apprivoisé », pourrait-on dire, afin de pouvoir vivre dans la société des femmes, des enfants et même des autres hommes.
      On institua donc une règle de vie commune, dont l’homme comprenait la nécessité, car il s’y soumettait volontairement. C’est dans cette vie calme et bien organisée qu’on élevait son esprit vers la pensée abstraite et qu’on lui donnait les moyens de vaincre les sens dont on sut bientôt que l’usage abusif mène à la folie.
      Il est des gens naïfs qui croient que l’histoire est le récit exact des faits du passé. Ils semblent ignorer que le monde est, depuis longtemps, régi par le mensonge et que le désordre de la société actuelle en est la conséquence.
      Il est curieux d’étudier comment cet ordre de choses a commencé, quels ont été les mobiles des premières erreurs voulues, et quels hommes, les premiers, ont eu l’audace de les écrire.
      A toutes les époques, il y a eu des partis qui, voulant s’emparer d’un pouvoir auquel ils n’avaient pas droit, ont appuyé leurs prétentions sur une idée, un système, une théorie religieuse ou sociale, qu’ils ont propagée par violence, par fraude ou par ruse. Deux moyens furent notamment employés pour faire disparaître les témoignages gênants de la splendeur du régime féminin : la destruction et l’altération des textes.
      Rappelons que les premières institutrices sont désignées chez les Latins par le mot Dryades. On disait aussi Hamadryades. Mais le nom qui a surtout été conservé est Druidesse, féminin de Druide.
      D’où vient-il ?
      Fabre d’Olivet dit : « Le mot Drud signifie l’enseignement radical, le principe de la science. Il vient du mot rad ou rud (mots qui ont fait irradier et radiation), qui veut dire une racine. De là le latin radix, l’anglais root, le gallois gredham, etc.  »
      Chez les Irlandais, il est quelquefois question de Druidesses appelées ban-drui, et plus souvent de ban-filé, qui, comme les filé, étaient à la fois devineresses et poétesses.
      Or ban signifie Mère. Ce mot ban-drui voudrait donc dire Mère-Enseignante.
      Les Dryades étaient logées à portée des forêts sacrées. Le nom de munster que portaient les chefs-lieux de leur résidence est un terme qui signifie lieux consacrés aux Mystères ou à l’observation des astres. Mun-Sterren (ou Mu-Sterren) signifie étoile monitoire, constellation, réunion des Déesses monitoires.
      De ce mot on a fait My-stère, qui doit être écrit Mu-stère, et qui signifie « secret des Déesses », c’est-à-dire un secret qui commandait la vénération des peuples, mais qu’il ne convenait pas d’approfondir, si bien que Mystère signifia choses occultes, ou choses sexuelles, cachées, et, peu à peu, Mun-stère signifia Ecole secrète où on enseigne des choses cachées.
      En latinisant le mot munstère, les prêtres ont fait munsterium ou monastère.
      Voici en Angleterre une forêt (munster) appelée West-Minster.
      Minster, comme munster, indique que sur cet emplacement il y avait une maison religieuse consacrée aux Mystères, et cette maison était un mona-stère, c’est-à-dire qu’elle abritait un seul sexe. Le local, ou le sanctuaire, où il fut bâti, portait le nom de Thorney, qui venait sans doute de Thorah (la Loi). Ce lieu était jadis une forêt sacrée (lucus sacer), d’où le mot LHWN, origine du mot Londres (d’après Gambden), qu’on fait signifier ville construite d’arbres et de bois.
      Londres (London) est nommée par les Cambro-bretons, habitants originaires du pays, Lundain, et par Ammien Marcellin Lundinum ; le mot lund signifie lucus (forêt).
      Lunder signifie une forêt en langue islandaise.
      Rappelons que West-Minster est devenu le Palais du Parlement britannique.
      Mais l’usurpation masculine a eu des étapes.
      Sous le régime mythologique grec, cette maison fut consacrée au culte d’Apollon.

      Sulcardus, cité par Cambden, assure qu’il se trouvait là un temple delubrum Apollinis. C’est de ce chef que l’Angleterre porte encore dans ses armoiries la lyre ou la harpe d’Apollon, et que les Eaux de Bath sont appelées, dans l’itinéraire d’Antonin, Aquæ Solis, eaux consacrées au soleil.

      • cassini 21 août 10:50

        @Étirév


        La féminolâtrie injurieuse pour les hommes n’est pas plus permise que sa réciproque. Vous n’êtes pas ministre. 

      • moussars 21 août 14:38

        La majorité des Lords par héritage la tient de leurs ancêtres criminels qui ont, par exemple, exploité de force les Indiens à cultiver de l’opium qu’ils vendaient, toujours de force, aux Chinois....


        • Macondo Macondo 21 août 18:31

          Bonjour Fergus ... Cette seule expression : « ... il suffit d’effleurer l’irrationnel de la société par une critique pour que tout cet irrationnel, de fil en aiguille, s’écroule entièrement. » pourrait pertinemment fleurir 80% des articles de la page 1. Le tour de la raison, est passé ...


          • Macondo Macondo 21 août 18:35

            @l ’Auteur ... Mes plus plates excuses pour la confusion de pseudo.


          • Jean Keim Jean Keim 21 août 18:39

            Les choses sont ce qu’elles sont, on ne doit pas les changer... curieux comme raisonnement.


            Je cite : « Ces gens-là ignorent qu’une société, pour fonctionner, doit reposer sur une série d’éléments irrationnels. Dès lors qu’un d’entre eux est remis en cause, tout s’effondre. On ne peut donc pas être des deux côtés : une telle disposition est impossible, puisqu’il suffit d’effleurer l’irrationnel de la société par une critique pour que tout cet irrationnel, de fil en aiguille, s’écroule entièrement. Et, comme on l’a vu, la quasi totalité des plaintes (pour acquérir du pouvoir) sont légitimes. »

            Un fondement irrationnel ne peut évidemment que donner une civilisation du même tonneau, un être humain réellement rationnel ne peut plus tomber dans l’irrationalité, il ne tombera pas non plus dans le piège de la critique qui est aussi irrationnelle, car improductive, que la chose critiquée.
            La question que l’on peut se poser est de savoir comment serait une civilisation rationnelle, et la réponse n’est pas dans le domaine du connu, puisque de mémoire historique nous n’avons jamais connu cette situation, l’irrationalité repousse toujours à plus tard le bien être des gens car sa préoccupation est d’assurer sa pérennité et donc d’utiliser ses ressources dans ce but.
            Si des êtres humains rationnels en nombre suffisant peuplaient notre planète, ils ne partiraient pas en conflit contre l’irrationalité, ils l’ignoreraient simplement, mais la rationalité s’instaurerait car ils ne pourraient agir autrement, il est évident que beaucoup de choses disparaîtraient, certaines sont évidentes, comme le comportement névrosé qui consiste à revendiquer héréditairement un titre, des possessions, ou encore intriguer pour obtenir du (le) pouvoir.



            • Arogavox 21 août 20:10

               exemple, au hasard, d’élément irrationnel :

               dans le moteur de recherche dominant, chercher : « macron tarte », en cochant le filtre ’Images’ 


            • Arogavox 21 août 20:24

              en même temps : « macron ridicule » ça marche aussi ... 


            • zygzornifle zygzornifle 22 août 06:59
              La chambre des lords est l’une de ces particularités typically British qui font tout le charme de la vieille Angleterre. 

              La chambre des Lords est la seule catacombe ou les squelettes sont encore en vie ....

              • geedorah geedorah 22 août 18:41
                entre celles qui sont suffisamment stupide pour y croire et les opportunistes, pas grand chose à sauver

                le pire, c’est que ce genre d’intelligence se retrouve partout, à toutes les strates de la société (surtout vers le haut j’avoue)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès