• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les maux ont un sens

Les maux ont un sens

Il existe quelques mots-clefs permettant de couper court à un débat tout en culpabilisant son contradicteur. Petit passage en revue...

JPEG

Si être fier de son pays, de sa richesse, de sa culture, de ses traditions et de sa grandeur est proprement fasciste, alors oui, je suis fasciste.

Si penser que l’apprentissage des savoirs fondamentaux doit constituer la clef de voûte de l’école est proprement réactionnaire, alors oui, je suis réactionnaire.

Si reconnaître l’incapacité de son territoire à accueillir de façon décente des crises migratoires exceptionnelles dans un contexte économique difficile est proprement inhumain, alors oui, je suis inhumain.

Si considérer que la gestation pour autrui constitue un marchandage du corps et une atteinte abson caractère sacré est proprement homophobe, alors oui, je suis homophobe.

Si estimer que l’obligation sociale du port d’un voile intégral est un viol des droits des femmes et que la lutte contre le fondamentalisme est primordiale, est proprement islamophobe, alors oui, je suis islamophobe.

Aucune de ces assertions ne correspond pourtant au qualificatif qui lui a été associé. Cependant, commettre l’outrage de se reconnaître dans l’une d’entre elles expose le malheureux « mal-pensant » à ce genre de désignation. Bien que j’ai exprimé mes convictions profondes à travers ces quelques phrases, je ne me reconnais dans aucun des adjectifs que d’aucuns tentent, faute d’une rhétorique suffisante, d’y associer. Ceux-ci voudraient sans doute, sciemment ou non, que ce procédé cristallise en arguments d’autorité. La défaite de la libre pensée réside aujourd’hui en la victoire et la consécration de cette méthode.

Alors n’ayons plus peur d’exprimer nos réflexions ou ce en quoi nous croyons et faisons fi de la manière, toute aussi déplacée soit elle, dont d’autres bien plus grands dans leurs âmes qualifieront nos propos, nos actes ou plus grave, nos êtres.


Moyenne des avis sur cet article :  3.28/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • gueule de bois 22 mai 13:12

    Vous auriez pu citer le fameux ’point Godwin’.


    • Pierre d'Artois Pierre Bernat 22 mai 16:56

      « Les heures les plus solvres de notre histoire »



    • MagicBuster 22 mai 14:54

      La France a été un pays Blanc - d’origine chrétienne.


      • oncle archibald 22 mai 16:16

        @MagicBuster : vous auriez pu ajouter

        Je vous parle d’un temps
        Que les moins de vingt ans
        Ne peuvent pas connaître

        Montmartre en ce temps-là
        Accrochait ses lilas
        Jusque sous nos fenêtres ......


      • Fergus Fergus 22 mai 23:21

        Bonsoir, MagicBuster

        Certes, mais avant, de quelle couleur de peau et de quelle origine ?

        La France en tant que pays n’existe que depuis quelques siècles. Dès lors, à quelle paléo-France faites-vous allusion ? smiley


      • jesuisdesordonne 22 mai 23:28

        @MagicBuster
        Ah l’origine ! Nostalgie ?
        Les racines chrétiennes de la France ? Sémites ?
        Des guerres entre français essentiellement.
        Sont-ce les « liens abîmés » que Macron veut restaurer en bafouant la loi de 1905 ?
        Pour mémoire :
        - Croisades des albigeois, avec la fameuse saillie à Béziers : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens »
        - 8 guerres de religions dont le Massacre de la Saint-Barthélemy

        - Concernant les 200 000 morts en Vendée, après la révolution française de 1789, on peut lire sur Wikipédia que « plus récemment, Jean-Clément Martin a indiqué que, si les paysans sont passés à la Contre-révolution, selon les provinces, pour des raisons très diverses, y compris entre les différentes zones de la Vendée, les mots d’ordre religieux et de la défense communautaire leur sont communs. »


      • nono le simplet nono le simplet 23 mai 08:24

        @jesuisdesordonne

        Croisades des albigeois, avec la fameuse saillie à Béziers : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens »
        petit ajout : phrase prononcée par Arnaud Amaury grand maître de l’ordre cistercien qui prône la tolérance en matière de religion ... va comprendre Charles ...

      • ERANOVA 23 mai 12:09

        @MagicBuster 

        Que les populations occupant momentanément un territoire (c’est ainsi que du moins — n’en déplaise aux fanatiques de la doctrine Westphalienne —, les paléontologues, anthropologues et ethnologues parlent de la présence et du trajet des êtres humains sur la terre) soient, par abus de langage ou par erreur sémantique, qualifiées de «  blanches  », passe encore : on peut toujours pardonner une erreur. 


        Mais que la contrée  ; c’est à dire, les éléments même du paysage — montagnes, ciel et rivières compris —, soient avec le plus grand sérieux qualifiés de «  blancs  », révèle toute l’absurdité qu’il y a à parler de son pays de la sorte la sottise de ceux qui le font. 


        Rectifions donc : quant à la complexion  ; les «  blancs  » ne sont pas vraiment blancs, il faut bien l’admettre  ; pas même blanchâtres (sauf en des cas extrêmes et rares) — ne faut-il pas même s’en réjouir  ? —, mais quelque peu rosâtres… Beigeâtres peut-être, avec toutefois, ici ou là, quelques touches brunâtres plus ou moins prononcées, selon des différences de latitude pourtant infinitésimales  ; voire en dépit du bon sens. La couleur «  blanche  » de ses occupants passés ou actuels n’est donc tantôt ni plus ni moins qu’une métaphore  ; tout au plus, un mythe auquel chacun est libre de croire ou non  ; mais en aucun cas, une réalité corroborée par les faits.


        À propos de croyance justement, l’on peut tout juste dire que la religion chrétienne — moyennant, même ici, une coupable approximation, et il est vrai aussi, une adhésion aveugle à la narration biblique  ; c’est-à-dire, de grossières omissions par les tenants de cette religion et de ses variations, des emprunts aux cultes lointains qui l’ont précédée, de l’antique empire africain d’Égypte à la Mésopotamie — est originaire du Moyen-Orient, mais n’est en aucun cas issue des sombres contrées germaniques d’où vinrent les Francs ou du creuset celtique où s’étaient établis «  nos ancêtres  » depuis longtemps inhumés sous une épaisse chape romane, elle-même composée de nombreuses strates que l’historien émérite seul sait nommer  ?


        L’origine d’un pays (pour autant qu’une telle formulation ne soit pas seulement digne d’un enfant de cinq ans et qu’il faille d’ailleurs absolument qu’il n’y en ait qu’une)), est justement la chose la moins définissable du monde. 


         Je vous recommande à cet égard, l’immense Marcel DÉTIENNE (Comment être autochtone  ?, Paris, Le Seuil, 2003).



      • georges jean 22 mai 18:00

        Très bon article.


        • Pere Plexe Pere Plexe 23 mai 21:15

          @georges jean
          Ah... ?

          Je n’ai surement pas tout compris.
          L’auteur se plaint d’arguments discréditant utilisé de manière (parfois)abusive.
          Ok
          Mais en réaction il discrédite tout aussi automatiquement ceux qui auraient recours a ces arguments...

          La ficelle est un peu grosse.

        • Christian Labrune Christian Labrune 22 mai 18:18
          à l’auteur,

          Vous avez oublié de parler de l’euthanasie, que moi j’appelle un meurtre, et j’appelle aussi bien tueurs ceux qui consentent à pratiquer ces sortes d’activités, qui, en Suisse par exemple, sont fort lucratives.

          • phan 22 mai 18:50

            @Christian Labrune
            Vous avez oublié de parler de la manifestation du retour, que moi j’appelle un bain de sang (115 goyim morts et 2700 blessés ou mutilés), et j’appelle aussi bien tueurs ceux qui consentent à pratiquer ces sortes d’activités, qui, en Territoires Occupés par exemple, sont fort lucratives (38 Mds$ d’aides génocidaires) .


          • McGurk McGurk 22 mai 20:58

            @Christian Labrune

            On en reparlera lorsque vous serez en fauteuil roulant, la bave aux lèvres et dans l’incapacité de faire la plupart des choses du quotidien, tout cela dans une horrible souffrance. Vous aurez vite fait de reconsidérer votre proposition. En attenant, allez voir les maisons de retraite pour vous faire un avis sur la question.


          • Fergus Fergus 22 mai 23:23

            Bonsoir, McGurk

            100 % d’accord avec votre commentaire.


          • oncle archibald 23 mai 08:19

            @McGurk : « En attenant, allez voir les maisons de retraite pour vous faire un avis sur la question. »

            Ben oui c’est sûr, quand au lieu de s’occuper convenablement de ses vieux une civilisation préfère s’en débarrasser en les foutant dans un mouroir, la vie n’est pas très gaie dans les dits mouroirs.

            Comme en plus ces établissements sont en sous effectif de personnel on leur colle des couches au lieu de les accompagner aux toilettes, qu’on les assomme de neuroleptiques pour qu’ils ne sonnent plus quand ils ont besoin de quelque chose, on arrive aux déplorables situations qui hélas deviennent courantes.

            Allez donc au bout de votre logique et rebaptisez les maisons de retraite « centres d’abattage pour vieillards » ! On nous amene doucement mine de rien vers une civilisation qui préférera la mort à la vie. Si au premier grand chagrin d’amour on réclame le suicide assisté le problème ds retraites sera définitivement réglé !


          • Le421 Le421 22 mai 19:18

            J’ai dénoncé pendant toute la campagne présidentielle les astuces de certains politiques. L’art de parler pour ne rien dire !!

            http://www.lepipotron.com/


            • McGurk McGurk 22 mai 20:56
              ...désolé mais je ne vois pas du tout l’intérêt de cet article.

              Dans quel contexte précis réagissez-vous ? Parce que, honnêtement, je n’ai pas la moindre idée de ce qui a provoqué cet article ni même les pensées/l’idéologie qui sont derrière.

              De grande déclarations et puis quoi ???

              • Christian Labrune Christian Labrune 22 mai 21:24
                je n’ai pas la moindre idée de ce qui a provoqué cet article ni même les pensées/l’idéologie qui sont derrière.
                =================================
                @McGurk

                Je me suis fait la même réflexion ! Des conceptions philosophique et politiques bien différentes voire divergentes peuvent bien, sur certains points précis, générer les mêmes prises de position.
                Quand je tonnais plus haut contre l’euthanasie, moi qui suis athée autant qu’on peut l’être, ça ne peut évidemment pas signifier que je suis tous les dimanches à la messe à Saint-Nicolas du Chardonnet !

                P.S.
                Quand vous en serez à baver au fond d’un fauteuil, j’espère quand même que personne, parmi vos proches, ne s’avisera de vous faire piquer comme un vieux chien dont il n’y a plus rien à tirer et qui emmerde tout le monde !

              • McGurk McGurk 22 mai 21:29

                @Christian Labrune


                Je préfère crever que d’être un légume dans un fauteuil.

              • Christian Labrune Christian Labrune 23 mai 00:32
                Je préfère crever que d’être un légume dans un fauteuil.
                ======================================
                @McGurk

                Et ça ne vous dérangerait pas, pour votre confort personnel, de transformer en assassin un de vos semblables, un pauvre type assez con pour accepter, moyennant une petite rétribution, d’entrer dans le rôle du tueur des abattoirs ?

                A mon avis, vous devez être frais et dispos, et encore assez loin de la cinquantaine !

              • McGurk McGurk 23 mai 01:05

                @Christian Labrune


                Pas besoin, au mieux je me tire une balle.

                Je vous invite encore une fois à pointer le nez dans une maison de retraite pour voir la détresse morale et physique de ces personnes dans ces mouroirs (moi je préfèrerais crever), ces lieux qui sentent la pisse et la mort, où tout n’est que vide et ennui. Cela vous donnera matière à réfléchir.

                Vous, vous confondez le fait de tuer sciemment (le meurtre) et celui « exceptionnel » (dans le sens très rare) de rendre service à une personne - dans un état physique épouvantable - qui vous le demande.

                Il a certes une différence bien mince mais toutefois significative. Bien sûr, ce genre de pratique doit être, si elle voit le jour en France, strictement contrôlée et limitée pour éviter les dérives.

              • Julien Esquié Julien Esquié 23 mai 06:24

                @Christian Labrune


                Espérons pour Labrune que, dans ses derniers moments, peut-être dans ses dix dernières années, il gardera sa bonne santé, ou aura les couilles - une qualité qu’il prêtait à son néo-Churchill - de mettre un terme à la comédie.

              • oncle archibald 23 mai 08:37

                @McGurk : totalement illogique !

                D’une part vous observez que dans les maisons de retraite, qui en France accueillent environ sept cent mille personnes âgées, la vie est épouvantable et ne vaut pas d’être vécue, d’autre part vous estimez que le « service à la personne » consistant à la tuer doit rester exceptionnel.

                La vie et la mort ça ne peut se règle pas avec des lois ! La seule loi dans ces domaines c’est l’Amour ! Elle n’était pas si moche la solution consistant à garder les vieux dans la maison ou ils ont toujours vécus, entourés des gens qu’ils ont toujours vus, avec des soins quand c’est nécessaire et beaucoup d’empathie toujours !

                La vie ou la mort ! Fais ton choix camarade !


              • Dzan 23 mai 09:19

                @Christian Labrune


                Sens commun sors du corps de Labrune !


              • François Vesin François Vesin 23 mai 10:23

                @Christian Labrune
                « Quand vous en serez à baver au fond d’un fauteuil, j’espère quand même 

                que personne, parmi vos proches, ne s’avisera de vous faire piquer comme 
                un vieux chien dont il n’y a plus rien à tirer et qui emmerde tout le monde ! »

                Vous confondez euthanasie et suicide assisté !
                Dans le premier cas il s’agit d’un meurtre,
                dans le second, du droit au suicide qui,
                plutôt que d’infliger à vos proches l’épreuve du
                cadavre pendu ou explosé par balle...etc,
                vous permet de mettre fin à vos jours avec dignité !

              • Aristide Aristide 23 mai 10:25

                @McGurk


                Bien sûr, ce genre de pratique doit être, si elle voit le jour en France, strictement contrôlée et limitée pour éviter les dérives.

                Le fond du problème est là. La volonté exprimée par exemple. Il faut que cette volonté soit exprimée à un moment où la personne est en état de le faire, c’est à dire bien avant le moment ou elle sera sous dépendance totale, médicamenteuse et psychologique, ... Vous voyez tout de suite la difficulté ? Faut-il tenir compte de cette volonté exprimée des mois, si ce n’est des années, au moment où la personne est en bonne santé et loin de connaitre comment elle sera à ce moment là. 

                Le problème de l’euthanasie est d’une complexité énorme. Les seuls cas qui posent le moins de questions, et encore, sont ceux où la personne garde toute sa lucidité et peut donc réitérer son souhait. Là il s’agit donc plus de suicide assisté, concept juridique assez difficile à mon sens.

                Enfin, il me semble que la solution actuelle est satisfaisante, mais bon, il y aura toujours des opposants et des pros qui se déterminent sur la base de principes généraux en place de l’analyse de la réalité des situations.

                PS : J’ai volontairement ignoré l’aspect « moral » ou religieux qui ne pose en fait que des clivages indépassables et interdit tout échange.

              • François Vesin François Vesin 23 mai 10:30

                @McGurk
                « ..ce genre de pratique doit être, si elle voit le jour en France, 

                strictement contrôlée et limitée pour éviter les dérives. »


                Il n’y a qu’à prendre exemple sur les pays 
                où cela fonctionne...comme toujours, y a qu’à 
                attendre le bon vouloir de nos élites pourries !!!

              • Christian Labrune Christian Labrune 23 mai 10:43
                Je vous invite encore une fois à pointer le nez dans une maison de retraite pour voir la détresse morale et physique de ces personnes dans ces mouroirs (moi je préfèrerais crever), ces lieux qui sentent la pisse et la mort, où tout n’est que vide et ennui. Cela vous donnera matière à réfléchir.
                =====================================
                @McGurk

                Quand les nazis, dans le courant des années 30, ont commencé à éliminer des aliénés allemands ou des grabataires allemands, la manière dont ils justifiaient la chose ressemblait tout à fait aux raisons que vous êtes en train, fort naïvement, de nous exposer. A partir du moment où il est normal de gazer - pour leur bien !- ses concitoyens, il n’y a vraiment plus aucune raison, à fortiori, de s’en priver lorsqu’il s’agira de populations qu’on pourra juger hostiles à l’intérêt national.

                Vous écrivez des énormités et vous ne vous en rendez même pas compte.
                Que ceux qui veulent mourir se suicident. C’est leur liberté et on n’a pas à en juger. Mais quand des gens sont en train de crever, même le type qui s’est pendu et qui bouge encore, on essaie de les tirer de là. Il faudra donc, si l’on vous suit, changer la législation, et si j’empêche demain un désespéré de franchir le garde-fou du Pont-Neuf au plus froid de l’hiver, il faudra m’arrêter et me juger pour le crime d’entrave au suicide.

                Parce que vous en conviendrez aisément : le vieux gâteux à qui on fait une piqûre au fond d’un hospice risque fort de ne pas très bien savoir ce qui est en train de lui arriver, mais l’individu qui se passe une corde au cou, entreprend de se jeter à l’eau ou se couche sur les rails du chemin de fer, on est bien forcé de savoir immédiatement qu’il a l’intention de quitter ce monde.

                Si un jour vous voyez un pendu qui gigote encore, tirez-le donc par les pieds vers le bas, la strangulation s’en trouvera grandement améliorée et il passera plus vite de mort à trépas.

              • McGurk McGurk 23 mai 15:02

                @oncle archibald


                Leur vie est épouvantable tout simplement parce que la société ne met pas les moyens leur permettant d’avoir une fin de vie décente, tout simplement. Je ne préconise pas l’extermination massive de vieux, il y a simplement quelques cas bien précis qui posent question.

                C’est justement en étant mieux traités et encadrés que le mot « maison de retraite » aura tout son sens. Pour moi, pour l’instant, c’est plutôt synonyme d’ « antichambre de la mort ». Parce qu’en plus, le prix à payer pour des services minables et sans intérêt est carrément démentiel.

                Bien sûr, l’entourage joue un rôle essentiel je suis bien d’accord avec vous mais il est difficile d’à la fois avoir sa propre vie, sa famille et en même temps de s’occuper d’une personne mal en point.

              • oncle archibald 23 mai 15:53

                @McGurk : « avoir sa propre vie » peut inclure s’occuper de ses parents âgés, inclus dans la famille qui ne commence pas à sa propre petite personne.

                « La vie est un choix perpétuel » disait mon père qui pour être mort à 49 ans n’a « pesé » à personne mais avec qui nous allions, enfants, passer tous les dimanches en alternance un coup chez sa propre mère, un coup chez sa belle mère, veuves très jeunes toutes les deux.

                C’était comme ça et ça n’était une corvée pour personne.


              • McGurk McGurk 23 mai 15:55

                @oncle archibald


                C’est certainement l’idéal mais ça ne se passe pas forcément comme ça pour tout le monde.

              • McGurk McGurk 23 mai 16:46

                @Aristide


                Je suis d’accord avec vous.

                Très difficile de cerner intellectuellement et juridiquement ce problème.

              • Coriosolite 22 mai 21:17
                Bonsoir,

                Je comprends l’article comme une évocation des nouveaux « points Godwin » de la bien-pensance, avec une touche d’humour un peu désabusé. 
                Mais je ne me vois pas répliquer à qui que ce soit « oui je suis fasciste » « oui je suis machin-phobe ».
                Tout simplement parce que je ne le suis pas. 
                Ni fasciste, ni machin-phobe, mais amoureux de mon pays, de son mode de vie et conscient des dérives -politiques, économiques, sociétales etc.- qui le minent depuis plusieurs décennies et des dangers qui s’annoncent pour un avenir proche. 
                Et déterminé à faire ma part pour que ce pays que j’aime survive, pour que mes enfants ne connaissent pas le chaos.

                • Pierre d'Artois Pierre Bernat 22 mai 21:29

                  @Coriosolite

                  Merci pour votre réponse.

                  Bien entendu, vous ne l’êtes pas. Je ne le suis pas non plus, à vrai dire. Je souhaite simplement rappeler à ceux qui lisent ces lignes que tous ces qualificatifs ne sont que des mots, et qu’il ne suffit pas de les employer à tord et à travers pour gagner le match.
                  Par ailleurs, j’essaie de montrer que l’effet d’un mot dépend de l’acception, de la définition, qu’on lui associe. Ainsi, si certains décident que le mot « fasciste » désigne aujourd’hui le patriotisme et la fierté de sa nation, alors qu’ils me traitent de fasciste, je n’en ai cure ! Je connais la vrai définition de « fascisme » et grand bien leur fasse s’ils se sont fabriqué la leur de toute pièce.

                  J’espère vous avoir répondu clairement smiley

                • Coriosolite 22 mai 22:11

                  @Pierre Bernat

                  Oui, tout à fait clair.

                  En fait je remarque que ces nouveaux « points Godwin » comme le précédent « réductio ad hitlerum » et autres « heures sombres » s’usent très vite, à cause d’un emploi trop fréquent et hors de propos.
                  De plus en plus de gens réalisent que ça ne sert qu’à masquer un manque d’arguments sérieux.
                  Ceci dit vous avez raison, être traité de fasciste par un crétin à court d’arguments, est sans importance.
                  Mais je crois qu’il ne faut pas trop laisser passer quand même. 
                  Une petite baffe de temps en temps, non ?

                  Cordialement

                • gueule de bois 23 mai 12:41

                  @Pierre Bernat
                  et qu’il ne suffit pas de les employer à tord et à travers
                  L’expression correcte est ’à tort et à travers’ (voir par exemle).
                  Mais cette faute est courante et il y a peu être une raison. Employer un mot pour un autre c’est déformer son sens, le ’tordre’ en quelque sorte. Ne parle-t-on pas de ’mots tordus’.
                  Cette remarque ne concerne pas le fond, mais je peux difficilement rester sans réagir devant une faute d’usage.


                • Pierre d'Artois Pierre Bernat 23 mai 12:57

                  @gueule de bois

                  Merci pour votre remarque, vous avez tout à fait raison, je connais pourtant bien la distinction...
                  Il doit s’agir d’une faute de frappe smiley

                • eau-du-robinet eau-du-robinet 22 mai 21:40

                  Bonjour,
                  .

                  « Il existe quelques mots-clefs permettant de couper court à un débat tout en culpabilisant son contradicteur. »
                  .
                  Le deux mots en vogue utilisé pour couper court et fuir un débat de fond sont les allégations suivantes :
                  .
                  1. « complotiste »
                  et
                  2. « antisémite » !
                  .
                  Exemple d’allégation « complotiste » employé contre ceux qui critiquent entre autres le système :
                  https://www.youtube.com/watch?v=MtCvM9puVzI
                  .
                  Exemple d’allégation « antisémite »
                  .
                  Comment l’accusation de complotisme est devenue un argument pour délégitimer les discours critiques
                  .
                  L’allégation antisémite est une accusation délibérément fabriquée
                  Comment empêcher la critique de la politique criminelle d’Israël explique par l’ex-ministre israélienne Shulamit Aloni
                  .

                  • Fergus Fergus 22 mai 23:28

                    Bonsoir, eau-du-robinet

                    Vous auriez pu ajouter « gaucho » (venant d’intervenants frontistes) et « européiste » (venant d’intervenants de l’UPR) : dans les deux cas, la volonté de disqualifier est évidente !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès