• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les milliardaires empochent et les prolétaires décrochent (La crise (...)

Les milliardaires empochent et les prolétaires décrochent (La crise économique perdure)

Les emplois implosent alors que les profits explosent. On s’étonne d’apprendre que le mode de production capitaliste est en crise systémique depuis le krach boursier de 2007-2008. La reprise promise se fait attendre disent les cambistes.

Pourtant, les profits sont en hausse – à des niveaux records – alors que le taux d’activité est en baisse – à des niveaux records. Faut-il en conclure que la reprise est réelle pour les riches et que la disette est concrète pour les salariés ? Examinons quelques chiffres de France ayant valeur d’exemples.

En deux ans, en France, 407 usines ont fermé (2014-2015), hécatombe qui rempile sur la destruction de 1,4 million d’emplois en 25 ans. En contrechamps, en 2017 les « Resto du Coeur » ont accueilli 926 000 personnes et distribué 136,5 millions de repas dans 2112 centres et antennes, apportant leur aide à 30 500 nourrissons de moins de 12 mois ; indice flagrant de la paupérisation de la population. (1)

Aujourd’hui la France compte 6 612 700 chômeurs et travailleurs occasionnels précarisés, auxquels il faut ajouter 4 800 000 chômeurs invisibles qui ne sont pas comptabilisés dans les statistiques officielles. Au total, on dénombre plus de 11 millions de chômeurs sur l’hexagone et autant de pauvres (11 millions). (2)

 

En apparence les profits explosent !

En 2016, 55,7 milliards d’euros ont été distribués sous forme de dividendes aux actionnaires du CAC 40. Une somme proche du record atteint en 2007 qui était de l’ordre de 57,1 milliards d’euros. Un montant important, en hausse de 32 % par rapport à celui de 2015. Près de la moitié des dividendes ont été versés à des investisseurs étrangers qui détiennent 45 pour cent des entreprises du CAC 40. Pour ceux qui ne l’aurait pas compris, c’est ça l’impérialisme économique, des actionnaires et des capitaux qui fusionnent et s’entrecroisent, indifférent aux frontières nationales et qui attestent que l’euro et l’Union européenne sont là pour rester, ou alors, le mode de production capitaliste devra être terrasser. Mieux : Les dividendes ont augmenté plus vite en France qu’aux États-Unis ou dans le reste de l’Europe. Ainsi en Allemagne les « coupons » ont rapporté 6,9 % seulement, alors qu’en France, le taux grimpait à 11,8 % en un an. (3)

« Les grandes entreprises françaises bénéficient d’un contexte favorable, explique Philippe Kubisa, un des associés du cabinet de conseil PwC. Elles peuvent emprunter à des taux d’intérêt historiquement bas pour financer des acquisitions, acheter de l’énergie à des prix toujours limités, et sont aidées par la faiblesse de l’euro par rapport au dollar. » Présente partout sur la planète, elles peuvent en outre capter une croissance mondiale toujours assez forte (+ 3 % à + 4 % attendus en 2017) malgré la langueur de l’économie nationale. Autre élément positif : la fin de la baisse des prix des matières premières, qui permet à des groupes comme Michelin ou Saint-Gobain de remonter leurs tarifs. (4) L’impérialisme c’est tout ce qui précède, un système d’abord économique et politiquement idoine.

 

La valse des milliardaires.

Alors que la pauvreté s’épand, la fortune totale des milliardaires français a bondi de 21 % par rapport à 2016, à 245 milliards de dollars, selon le magazine Forbes. En tête du palmarès, Bernard Arnault, le patron du groupe LVMH, avec ses 41,5 milliards de dollars, se hisse à la 11e place mondiale. Il détrône Liliane Bettencourt, l’héritière du groupe de cosmétiques L’Oréal, qui figure à la 14e place. Suivent Serge Dassault, le fondateur de Kering, François Pinault et le magnat des télécoms, Patrick Drahi. Les cinq plus grandes banques françaises –BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel SIC et Société Générale– « ont déclaré 5,5 milliards d’euros de bénéfices dans les paradis fiscaux ». Quatre d’entre elles sont notamment présentes aux Iles Caïmans, où elles ont réalisé « 174 millions d’euros de bénéfices bien qu’elles n’y emploient personne » (!) Où sont les réformes fiscales et l’efficacité de la guerre aux paradis fiscaux tant réclamés par Attac et les bobos réformistes ? (5)

 

La concentration du capital financier – les pôles financiers sous l’impérialisme.

Les USA restent largement en tête de la capitalisation financière avec 25 935 Milliards de Dollars (NYSE + Nasdaq, Nov. 2015). La Chine arrive en second, avec 11 050 MD (Shanghai + Shenzhen + Hong Kong, Nov. 2015 ). Loin derrière la première place européenne, Londres, qui, peu avant le « Brexit » et la dévaluation de la Livre, pesait environ 6 187 MD, incluant Milan, rachetée en 2007. Le rachat prévu de Francfort (1 738 MD en Nov. 2015) est remis en cause. Tokyo suit avec 4 910 MD (Nov. 2015), et devance Euronext (Paris + Amsterdam + Bruxelles + Lisbonne, 3 379 MD, Nov. 2015). Moscou bat la marche passant de 770 à 385 entre 2013 et 2014, après les sanctions relatives au conflit ukrainien. (6) Subodorant la fragilité de cet édifice spéculatif, rappelons cependant que lors du krach boursier de 2008, environ 25 000 milliards de dollars d’actifs parasites s’envolèrent en fumée en quelques journées.

 

L’État fétiche des riches au service du système capitaliste en phase impérialiste.

Malgré cette immense disponibilité capitalistique excédentaire – en partie inutilisée parce que ne trouvant pas à se valoriser – en France le gouvernement Macron, comme ses comparses ailleurs dans le monde, prépare une réduction du taux d’imposition au prétexte allégué de soutenir les investissements, fortifier la consommation et encourager la création d’emploi. Avant Emmanuel Macron, François Hollande, Nicolas Sarkozy, Richard Nixon, Ronald Reagan et Margaret Thatcher ont entonné cette antienne frauduleuse et le chômage saccage les États-Unis, la France et le Royaume-Uni depuis.

 

Soutenir l’investissement.

Selon l’OFCE sur les 9,15 milliards de baisses d’impôts prévues, 4,20 milliards bénéficieront aux 10 % les plus riches, soit 46 % du total. Leurs revenus annuels augmenteraient de 2,6 % (contre 1,4 % en moyenne pour l’ensemble des ménages. Les riches ont déjà trop de capitaux à leur disposition et le fait d’accroitre leur revenu et leur patrimoine financier ne créera pas d’occasions d’affaires ni de nouveaux marchés (7).

 

Encourager la consommation.

Au contraire, le dernier décile – les 10 % les plus pauvres de la population – sera celui qui bénéficiera le moins de ces baisses d’impôts : leurs revenus n’augmenteront que de 1 %, soit moins que la moyenne nationale. Un faible gain annuel donc, s’élevant à 81 euros. (8) Or, si la demande de consommation des riches est inélastique, étant souvent à la limite, celle des pauvres est très élastique et ce ridicule 81 euros annuel sera dépensé avant même d’être encaissé. Un gouvernement qui veut encourager la consommation augmente le pouvoir d’achat de ceux qui n’ont pas d’argent pour consommer, non pas de ceux qui disposent d’excédent de revenus.

 

Favoriser la création d’emploi.

Pour ce qui concerne la création d’emplois notons simplement que «  Michelin, annonce un record de rentabilité avec un profit net de 1,66 milliard d’euros, en hausse de 43 % par rapport à 2015, mais avec des ventes en baisse et en supprimant 2000 emplois d’ici 2020.  » (9) Elles sont nombreuses ces entreprises florissantes dont la hausse des profits s’accompagne de la suppression d’emplois, et malgré la diminution des ventes et la réduction de la production. Ce constat pose la question de la compréhension des lois marxistes de la baisse tendancielle du taux moyen de profit et de la transformation de la composition organique du capital.

 

La loi de la baisse tendancielle du taux moyen de profit.

La loi de la baisse tendancielle du taux moyen de profit est une loi fondatrice de l’économie politique marxiste (10). Cette loi d’économie politique explique la décrépitude du capitalisme qui voguant de baisse en diminution du taux moyen de profit en vient, malgré l’augmentation de la masse totale des capitaux circulant, à s’anémier. Cette baisse du taux moyen général de profit est la conséquence de l’augmentation de la composition organique du capital, que l’on peut ainsi résumer : la masse de capital constant (machineries, immobilisation, énergie et matières premières) écrase la masse de capital variable (salaires et avantages) engagé. À ce rythme de croissance du capital constant, il n’y aura bientôt plus de temps de travail ouvriers dans la composition organique du capital global, ce qui posera alors une énigme : d’où viendra la plus-value (…) qui produira de la valeur ? (11)

L’exemple de la société Michelin démontre que suite à des investissements technologiques importants la masse de profits produite a augmenté alors que le taux de profit a diminué entrainant des mises à pied. De ces mises à pied on peut déduire que le travail salarié (produisant de la plus-value) diminuant, alors que les profits augmentent, le taux d’exploitation de la main-d’œuvre s’est accru (ce que les capitalistes appellent une hausse de productivité). On peut enfin conclure que du point de vue de la création d’emploi la politique Macron est la garantie assurée d’une destruction d’emplois.

On nous rétorquera que c’est faux, que des emplois sont disponibles. Ici deux cas de figure se présente : A) l’employeur a déjà congédié un certain nombre d’employés pour les remplacés par une machine sophistiquée, pour laquelle une manœuvre techniquement formée est recherchée. Le poste sera pourvu et les employés jamais remplacés. B) L’augmentation des salaires pour les chanceux qui conservent leurs emplois entraine une hausse de la demande de consommation de biens et services qui créent des emplois si mal payés que les travailleurs hésitent sachant qu’il leur faudra deux ou trois emplois semblables pour boucler leur fin de mois. Le travail au noir et l’importation d’immigrés sous-payés sont alors organisés par le grand capital comme on peut l’observer sur la Méditerranée et à la frontière mexicaine aux États-Unis.  

 

Conclusion.

Décidément, aucune réforme du mode de production capitaliste ne parviendra à sauver ce bateau ivre voguant à la dérive, même pas une nouvelle guerre thermonucléaire qui nous menace et dans laquelle ces criminels voudraient nous précipiter. Faut-il manifester notre désaccord et notre rejet de cette guerre en préparation ? Oui certainement ! Mais il faut comprendre que cela ne suffira pas. Seul le renversement de ce mode de production moribond sauvera l’humanité.

 

 

L’ARTICLE EST DISPONIBLE SUR LE WEBMAGAZINE http://www.les7duquebec.com/7-au-front/les-milliardaires-empochent-et-les-proletaires-decrochent-la-crise-economique-perdure/

 

 

NOTES

 

(1) http://www.les7duquebec.com/7-au-front/merci-pour-ce-mandat-francois-hollande/

(2) http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/profits-records-pour-les-entreprises-du-cac-40-france/

(3) http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/profits-records-pour-les-entreprises-du-cac-40-france/

(4) http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/vrais-chiffres-du-chomage-pour-mai-2017-en-france/

(5) http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/vrais-chiffres-du-chomage-pour-mai-2017-en-france/

(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Ibex_35

(7) http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/10-de-francais-plus-riches-capteront-46-des-baisses-dimpots/

(8) http://www.les7duquebec.com/7-de-garde-2/10-de-francais-plus-riches-capteront-46-des-baisses-dimpots/

(9) http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs/michelin-malgre-des-benefices-en-hausse-2000-emplois-supprimes/

(10) La définition même du taux de profit fait apparaître un phénomène paradoxal : l'accumulation du capital risque en permanence de le faire baisser.

Le capital constant (c) est présent uniquement au dénominateur. Cela signifie concrètement que plus un investissement est lourd en machines, nouvelles technologies, moins le taux de profit sera élevé. Source : http://wikirouge.net/Baisse_tendancielle_du_taux_de_profit

(11) Cette grandeur est le rapport entre le capital investi dans la production (machinerie, locaux, électricité...) = c et le capital que représente la masse salariale avancée = v. 

Marx lui a donné le nom de composition organique du capital en raison de son importance fondamentale pour expliquer l'état de l'économie capitaliste et sa dynamique. C’est le rapport entre ce qui ne fait que transmettre sa valeur et ce qui en crée une nouvelle, ou entre ce qui ne produit pas de plus-value et ce qui en produit. Ce rapport intervient au dénominateur dans la définition du taux de profit : quand il augmente, le taux de profit diminue. Source : http://www.wikirouge.net/Composition_organique_du_capital

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Emma Joritaire 21 juillet 10:30

    « Seul le renversement de ce mode de production moribond sauvera l’humanité. »

    Tout moribond qu’il serait, ce mode de production reste suffisamment organisé et performant pour assurer que des centaines de millions d’Européens trouveront, chaque jour, de quoi bouffer dans les magasins de leur coin.

    On se demande comment les bibeauistes s’y prendront pour garantir cet approvisionnement quotidien, en particulier dans les villes où il ne se produit rien des denrées de première nécessité, ce qui oblige à collecter ailleurs et à acheminer jour après jour, que cela plaise ou non, aux « émancipés » de la bibeauisation.


    • gogoRat gogoRat 21 juillet 10:58

       à moins de faire partie de ceux qui ont modernisé le ’mérite’ des collabos,
       retenons particulièrement ces remarques qui échappent à l’honnêteté scabreuse de nos ’en avance’ progressistes qui se prennent pour des Lumières : 

      ______________

      ’Où sont les réformes fiscales et l’efficacité de la guerre aux paradis fiscaux tant réclamés par Attac et les bobos réformistes ?’
      -----
        « Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent ; mais n’agissez pas selon leurs œuvres. Car ils disent, et ne font pas » (Matthieu 23,3)
      -----

      ...
      ’ Quatre d’entre elles [les 5 plus grandes banques françaises - assistées par le contribuable pendant la crise] sont notamment présentes aux Iles Caïmans, où elles ont réalisé « 174 millions d’euros de bénéfices bien qu’elles n’y emploient personne » (!) 
      ----
      ’D’après le comité d’évaluation du RSA, le coût total de ce dispositif est de l’ordre de 10 milliards d’euros par an’ cf : http://www.financespubliques.fr/glossaire/terme/revenusolidariteactive/
       >>> plus de 17 ans de financement du RSA méritoirement gagnés en douce par la réussite de seulement 4 banques ! Bravo ! 
      ---

      ’ Les riches ont déjà trop de capitaux à leur disposition et le fait d’accroitre leur revenu et leur patrimoine financier ne créera pas d’occasions d’affaires ni de nouveaux marchés (7)’

      ’ Un gouvernement qui veut encourager la consommation augmente le pouvoir d’achat de ceux qui n’ont pas d’argent pour consommer, non pas de ceux qui disposent d’excédent de revenus.’

        Toutefois à quoi bon faire une fixette ’anti-capitaliste’ quand le malaise premier reste avant tout celui d’un dévoiement du sens de la démocratie qui nous est promise, et qui fait effectivement catastrophiquement défaut !
       L’erreur de l’aristocratie ( le modèle adopté en fait par la représentation officielle mais procédurièrement légitimationnée de la France) c’est que son pari raciste d’aider la sélection naturelle à éliminer les ’rien’ pour ne laisser se reproduire que ceux ’qui ont réussi’ repose sur une vision fausse de la réalité statistique. Dans une population, les capacités , connaissances et angles de vue pertinents n’éclosent pas tous dans la descendance d’une même proportion des ’meilleurs’ auto-proclamés à un un instant T !

       
       


      • oncle archibald 21 juillet 11:25

        Il est paradoxal de qualifier le système de production capitaliste de « moribond » en faisant en même temps observer qu’il se porte fort bien générant d’immenses profits et augmentant sans cesse son capital, au point dites vous de ne plus trouver suffisamment d’investissements à faire.

        Le matin à 6 heures dans une usine Renault comme dans quasiment toutes les usines automobiles du monde dans le bâtiment abritant la chaine de soudure, les lumières s’allument et les robots soudent ce qu’ils doivent souder, à la perfection, dans un spectacle d’étincelles féérique qui vaut bien des feux d’artifices. On ne remettra jamais des ouvriers à la place de ces robots.

        Sur les postes de travail ou il reste des emplois « primaires » on commence à mettre en place des robots à reconnaissance optique qui savent dans une boite contenant toutes sortes de boulons différents repérer celui qu’il faut pour faire telle tache, le sortir de la boite et le mettre au bout de l’outil qui va le placer et le serrer. C’est expérimental mais demain ce sera opérationnel dans toutes les usines de construction d’automobiles, de charpente, etc etc etc ....

        Le monde change, les outils de production évoluent sans cesse vers plus d’automates et de robots qui remplacent les ouvriers, ne se mettent pas en gréve, ne sont pas malades, ni en congé maternité, etc etc ... Aucun industriel ne reviendra en arrière et Marx devient une référence complètement obsolète dans le monde tel qu’il est aujourd’hui. Il faut le mettre au musée avec les dinosaures.

        La solution est dans la collecte d’une partie des profits aux fins de redistribution pour financer les emplois « secondaires » qui ne pourront jamais être délocalisés ni robotisés. La solution au problème doit être recherchée au niveau du prélèvement par l’impôt d’une part convenable de la richesse produite, de la chasse aux fraudeurs et de la formation des chômeurs à d’autres taches que celles qui disparaissent inexorablement. Elle n’est pas dans les usines qui réalisent des profits.


        • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juillet 12:44
          @oncle Archibald

          bRAVO oncle Archibald d’avoir mis instantanément le doigt sue le paradoxe fondamental de mon article. Merci de me fournir l’occasion d’expliquer.

          1) D’abord vous devez savoir qu’avant chaque grand crash boursier (pour les petits aussi mais cela parait moins évident) la bourse connait une montée vertigineuse et une activité fébrile ou les profits de pacotilles (SPÉCULATIFS de l’argent crédit courant après des profits d’argent crédit) 

          2) C’est ce que nous observons en ce moment à la bourse et plus elle est grosse - vérifiez les chiffres ci-haut - et plus la frénésie est grande 

          3) Puis tout casse - tout s’effondre - et c’est le crash qui fera qu’il sera difficile d’approvisionner les villes en biens de première nécessité comme pendant les grandes guerres.

          4) C’est que voyez-vous ce mode de production repose essentiellement non pas sur l’accumulation des capitaux mais sur LA VALORISATION - LA REPRODUCTION ÉLARGIE des capitaux. Si bien que quand j’ai écrit que la masse de capitaux disponible ne trouvait plus A SE PLACER - A FRUCTITFIER - A SE VALORISER je vous donnais la clé du paradoxe DE LA CONTRADICTION DIALECTIQUE FONDAMENTALE DU système capitaliste.

          5) Ce système devra être remplacer car il a atteint la limite de sa vie utile. Il est dans la position ou sa PROSPÉRITÉ RELATIVE EST la condition de son effondrement.

          6) L’immense danger cependant est qu’avant de trépasser il fera ce que tous les modes de production avant lui ont toujours fait = il s’engagera sur la voie de la guerre - de la réaction espérant sortir de son enclave désespérante. Et c’est nous qui casquerons au front.

          Merci.



        • oncle archibald 21 juillet 13:30

          @Robert Bibeau

          J’ai remarqué depuis longtemps, et vous m’en administrez encore une fois la preuve, que les communistes sont les rois de la theorie et des explications fumeuses. En revanche, quand il s’agit de construire une société nouvelle, patatras. Ca merdouille, et au lieu d’avoir des riches et des pauvres il n’y a plus que des pauvres .... sauf les apparatchiks évidemment !

        • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juillet 14:05
          @oncle Archibald


          Vous avez malheureusement raison... les communistes, les maoistes, les bolchéviques tous remplis de bonnes intentions je vous l’assure ont tous échoués à construire un nouveau mode de production c’est exact.

          Je vous explique pourquoi. 

          Ils ont tous conquis le pouvoir dans des sociétés arriérés économiquement, des sociétés féodales ou semi-féodales et se sont retrouvés embrigadés pour construire le mode de production suivant - celui après le féodalisme = le capitalisme = incontournable. Les sociétés humaines doivent toutes y passées. C’est l’étape de construction des moyens de production modernes hyperperformant - productifs - hypersophistiqués (les nanotechnologies, le thermonucléaire, le numérique, la robotisation, etc.)

          Ce n’est qu’a ce stade de développement que le système s’embourbant et s’autodétruisant il est requis de le remplacer par le mode de production prolétarien.

          Je ne crois pas que les communistes - socialistes - gauchistes de l’ancien temps embourgeoisée - embourbée dans leurs sectes et leurs dogmes - pétrifiés participeront positivement à la Révolution prolétarienne qui s’en vient vous avez raison ONCLE ARCHI

        • oncle archibald 21 juillet 16:05

          @Robert Bibeau

          J’adore « tous remplis de bonnes intentions je vous l’assure » ..... et derrière votre credo je vois les milliers voire millions de morts pour « la bonne cause » .....

          Daesh, Staline, Mao, Polpot, même culture mortifère ... La « cause » vaut bien.quelques « dégâts collatéraux » .

        • mmbbb 22 juillet 10:22

          @oncle archibald « l enfer est pave de bonnes intentions » Mais il faut être honnête l ’avènement du communisme en Russie est la conséquence de la chute des empires liberaux .Ce fut un suicide, et c’est bien Ludendorff qui fit passer le virus Lenine par fourgon blindé depuis la Suisse ou il etait en residence surveillee. La suite est connue. L aristocratie russe etait decadente comme l etait l empereur de Chine . Je regrette toujours les intellos de la bonne bourgeoisie de droite ( d Ormesson en particulier ) qui omettent cette lecture de l histoire.


        • rocla+ rocla+ 21 juillet 11:38

          En Suisse  et dans d’ autres pays  ils sont plutôt  bien mieux que nous point de vue emploi . 


          On a par contre un très bon Code du Travail . 

          On est les plus intelligents , nous . 

          • flourens flourens 21 juillet 12:50

            @rocla+
            la Suisse est le parasite de l’Europe, elle ne vit qu’avec l’argent des autres, et puis qu’est ce que tu fous encore ici, oui mais finalement la sécu, les congés et même le code du travail c’est pas si mal, alors on profite de sur quoi on vomit, finalement, en tant que parasite tu mériterais d’être Suisse


          • foufouille foufouille 21 juillet 13:15

            @rocla+

            la suisse est une démocratie avec 33% de travailleurs étrangers et 15% de pauvres.


          • Robert Bibeau Robert Bibeau 21 juillet 14:09
            @rocla+

            ÉVITER SVP D’ACCUSER LES SUISSES EN GÉNÉRAL 

            Comme il est dit dans les commentaires LES SUISSES ca n’existe pas.
            Il y a les suisses riches et les suisses prolétaires et les suisses pauvres et les immigrants qui voudraient devenir suisses mais très peu auront cette chance car le gouvernement suisse est raciste et exploiteur de la pauvreté comme tous les autres gouvernements

            Bref, toute société - y compris la société suisse est divisée en classe sociale et il y a la classe exploitée et la classe exploiteuse qui elle, parasite l’Europe en partie et exploite son propre prolétariat pour l’autre partie.


          • Emma Joritaire 21 juillet 14:16

            @flourens

            « la Suisse est le parasite de l’Europe, elle ne vit qu’avec l’argent des autres, »

            Les exportations annuelles suisses sont de l’ordre de 45’000 $/hab ; les exportations annuelles françaises, de l’ordre de 9’000 $/hab.

            On pourrait donc dire que les Suisses mangent le pain des Français, en privant ces derniers de débouchés commerciaux. Donc, la Suisse est surtout le parasite de la France.

            Et c’est pas avec l’armée de l’invraisemblable Macron que les choses pourront s’arranger.


          • rocla+ rocla+ 21 juillet 15:38

            @Robert Bibeau


            Un peu comme les cons ça existe pas , il y a les gros cons , les immenses connards
            les cons moyens et les cons-cons ......

          • JBL1960 JBL1960 21 juillet 17:18

            @rocla+ Vous avez oubliés les nouveaux nouveaux cons-cons !
            Avé l’assent ! « Cours après-moi que j’t’attrape ! »
            Ou encore « Rattrapes-moi si tu peux ! »
            « Quand on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner. » (Michel Audiard)


          • Emma Joritaire 21 juillet 17:23

            @rocla+

            A la manière de Dubo, Dubon, Dubonnet, il y a aussi :

            Con comme communiste


          • mmbbb 22 juillet 10:28

            @flourens La Suisse n’est pas dans l Europe et elle a eu raison de ne pas rentrer dans ce foutoir. Quant à l argent des autres certes mais c’est un cliche , ce pays a de bonnes industries et un enseignement renommé l ecole polytechnique de Lausanne. Donc la Suisse ne resusle pas au chocolat et la banque . Je suis toujours étonné qu il faille des boucs émissaires aux francais alors que nous avons éte les forgerons de cette dégringolade. 


          • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 juillet 16:27
            @mmbbb

            C’est totalement faux LA SUISSE EST DANS L’EUROPE - GÉOGRAPHIQUEMENT, économiquement, politiquement, juridiquement, militairement, diplomatiquement, démographiquement, commercialement, monétairement, etc. etc.

            Les politiciens et les larbins bourgeois prétendent que la Suisse n’ayant pas signé les accords - traités - et ententes de l’Union européenne alors la SUISSE serait un pays isolé - une ile politique indépendante au milieu de l’Europe UE.

            Faux. L’économie suisse est intimement imbriquée dans l’économie européenne et mondiale par les actifs de ses compagnies, par ses actionnaires étrangers en Suisse et suisse à l’étranger, par ses banques et ses capitaux - par son commerce et ses .changes - par son immigration, son prolétariat, ses moyens de transport - ses moyens de communication, par ses habitants qui vont et viennent dans et en dehors de cet ile parfaitement intégrée économiquement - idéologiquement et politiquement au continent européen et au monde entier. 

            Vous devez comprendre que nous vivons sous le mode de production capitaliste à son stade impérialiste sur la planète toute entière et la Susse est plus intégrée à ce monde que la Somalie par exemple.

            Si vous souhaitez analysé une économie en marge du monde alors allez en Somalie - en Papouasie - dans le désert de Kalahari mais pas aux Iles Caimans ( smiley


          • mmbbb 22 juillet 18:05

            @Robert Bibeau j entends par adhesion au traite de Maastricht Ce pays a garde sa souveraineté et frappe monnaie : le franc suisse que je sache ! Aujourd hui le franc suisse cote 1,10 € . Ce pays a donc des libertes economiques et politiques que nous avons perdus Ce que vous égrenez est completement faux . Vous avez l’esprit tordu ou vous avez une méconnaissance du cadre juridique d un traite .Militairement la Suisse ne s est associé pas au programme europen de l avion de Chasse Eurofigter qui est un fer a repasser Elle a encore ses F18 americains Ce pays sen fout, il est neutre et il est au centre de l europe et de facto , son espace aerien est protege, la France protege notamment son flanc ouest . Mais cela n empeche pas la Suisse de commercer avec le monde entier et notamment l europe puisqu elle a de grandes multinationales contrairement a la Somalie cela va de soit par exemple .  Netsle ou les laboratoires Roche et Norvatis. De tres grands groupes performant ne vous en déplaise  Comme si la France ne commercait pas avec d autres pays que l EU . Vous semblez confondre le statut poltique et juridique d un pays et son commerce. Andorre n est pas l europe non plus et de par sa particularité s en tire tres bien. Quant ne crachez pas trop dans la soupe il vaut encore mieux vivre au Canada ( 10 dans liste du PIB par habitant ) qu en Somalie .


          • Emma Joritaire 22 juillet 20:28

            @Robert Bibeau

            « la Susse est plus intégrée à ce monde que la Somalie par exemple. »

            La principale différence, c’est que des masses de Somalis aimeraient vivre en Suisse, tandis qu’il n’y a pas de Suisses qui aspirent à vivre en Somalie smiley


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 21 juillet 14:23

            Après le terrorisme franco-occidental qui a détruit la moitié du monde et rendu peureuses les populaces occidentales qui acceptent leur misère et leur précarité, le pouvoir de l’argent des malades milliardaires s’installe dans chaque faux Etat et au sommet de la mondialisation criminelle ! La Hiérarchie de la Mondialisation qui a son siège partout et nulle part a complètement absorbé les Etats nationaux qui ne décident de rien !


            Tout le monde constate que les populaces sont vaincues, elles ne réagissent plus et lorsqu’elles le font elle s’auto-détruisent parce que les nantis, les gens à l’abris s’opposent aux revendications des misérables et des chômeurs : LA GUERRE DES POPULACES ENTRE ELLES CONFORTE LE POUVOIR DES MILLIARDAIRES APATRIDES ! 

            Et c’est la populace française qui croit qu’elle se libérera en faisant barrage au Font National « à l’idéologie nationaliste étroite » et en élisant un Zigoto des Banques impérialistes !!! 

            Vous n’avez pas entendu Missieu Macron sur la Base d’Istres : Il brandit en même temps et la « MALLETTE ROTHSCHILD » et la « MALLETTE NUCLÉAIRE » qu’il peut bien ... confondre à tout moment ! 

            Missieu Macron a rappelé aux militaires des « Deux composantes » que la France et ses intérêts ne reposent pas sur le texte périmé des « pieds droits de l’homme » mais bien sur la « Dissuasion nucléaire » ... Bizarre non ? Elle compte tirer ses « fusées Pluton » et bombardera quel pays ? Le Mali ne demande pas tant, il suffit d’une escouade de soldats pour le coloniser et l’occuper durablement. Elle visera la Russie ? En moins de quelques secondes la charpente métallique parisienne disparaîtra du paysage... Elle a peur de qui et de quel pays cette France qui s’affole dans ses caves nucléaires ? Les peuples du monde entier ont marre des politiques macabres et des Zigotos ambitieux ! 

            LA « DISSUASION NUCLÉAIRE » est juste un gouffre économique pour les pays qui se sont lancé dans la production de l’arsenal nucléaire et de la formation des personnels militaires ; un arsenal dont il ne peuvent plus se débarrasser ni utiliser et un personnel qu’il ne peuvent plus révoquer ni renouveler facilement... 

            • JBL1960 JBL1960 21 juillet 16:52

              @Mohammed MADJOUR Quand vous dites « tout le monde constate que les populaces sont vaincues » C’est qui tout le monde ? Les mêmes qui affirment que LES français ont veauté pour Moins que Rien 1er ?
              De même lorsque vous dites « c’est la populace française qui croit qu’elle se libèrera en faisant barrage au FHaine » mais que nenni Monsieur. La populace française comme vous dites (outre que ça veut rien dire) est pour beaucoup sans-dents (et je sais de quoi je parle) mais elle n’est pas sans cerveau, elle sait lireréfléchir et organiser sa pensée. Je vous fais remarquer que c’est François Ruffin qui a appelé à veauter pour Jupiter 1er pour faire barrage au Fhaine, et on dit Merci qui ?
              Alors, je suis pas totalement d’accord avec la conclusion de l’auteur, et il le sait, vu qu’il cite mes analyses des vrais chiffres du chômage de Patdu49 source AVX...
              Mais c’est pas bien grave, notre point de désaccord tient essentiellement sur l’éradication pure et simple du système étatisé-capitaliste et de l’inégalité institutionnalisée et non l’amélioration des conditions de notre servitude. Je fais partie de celles et ceux qui pensent qu’il faut ignorer l’État et ses institutions et dans le même temps enclencher un nouveau paradigme en lien avec les Natifs et Nations premières et parce qu’on a lu l’essentiel de Clastres, en tout cas sa préface de Sahlins et donc qu’on sait que les sociétés dites primitives étaient toutes des sociétés contre l’État et bien qu’à l’âge de pierre des sociétés d’abondance...
              Alors heureusement, point n’est besoin de convaincre 100 % des mougeons, 10 à 15 % suffisent. Bon la grande inconnue c’est est-ce que Trump ou MacDeRoth ne vont pas appuyer sur le bouton, l’un pensant commander un soda, l’autre, juste pour voir, c’est kwassa et nous éparpiller façon puzzle. Mais à nous de ne rien attendre pour voir, parce que le risque est trop grand, et le wait and see n’est vraiment, mais vraiment pas de mise avec des psychopathes pareils aux manettes !
              Pour beaucoup, trop peu je vous le concède, l’avenir de l’humanité et le salut de l’Occident passent par les peuples occidentaux émancipés de l’idéologie et de l’action coloniales se tenant debout, main dans la main avec les peuples autochtones de tous les continents pour instaurer l’harmonie de la société des sociétés sur Terre…
              Y suffit pas de dire « les peuples du monde entier ont marre des politiques macabres et des Zigotos ambitieux » parce que c’est vrai, mais encore une fois c’est qui LES ?
              Vous voyez bien qu’il n’y a pas de solutions au sein de ce système, qu’il n’y en a jamais eu et qu’il n’y en aura jamais, la preuve par Ruffin tiens, au hasard ! La solution c’est NOUS, et je me compte dedans hein ? Chui une vraie personne, un poil anarchiste, ce que n’est pas l’auteur et on arrive à se parler quand même, faut juste se sortir les doigts du nez !
              D’abord on respire mieux, et pis en changeant d’attitude envers l’État comme l’explique Gustav Landauer en 1910 ici (oui il est mort en 1919, lynché par une foule en délire, pour ses idées donc). Comme Erich Müscham personnalité anarchiste complétement oubliée qui pourtant a écrit que : « Il ne suffit pas d’être libre pour soi, dans le secret d’une mansarde ou d’un ciel sans pareil : la liberté est l’affaire de tous. » « La liberté de chacun par la liberté de tous » !


            • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 juillet 16:01
              @JBL1960

              Alors je dois conclure que nous n’avons pas de contradiction cher JBL car je suis totalement en accord que l’objet de la lutte révolutionnaire prolétarienne (je n’ai jamais écrit socialiste ou communiste) dans mon texte - est de détruire l’État bourgeois - de l’éradiquer - de déposséder les possédants des moyens de production d’échanges et de communication 


              Merci pour ton intervention JBL


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 juillet 18:31

              @JBL1960

              Croire à l’anarchie est plus idiot que de croire à l’utopie ! Au moins dans une utopie, on peut dormir debout sans risque ! Dans une anarchie...

            • rocla+ rocla+ 22 juillet 07:58

              En Suisse et dans d’ autres pays ils sont plutôt bien mieux que nous point de vue emploi . 


              On a par contre un très bon Code du Travail . 

              On est les plus intelligents , nous .

              Par contre quelques imbéciles savent toujours tout mieux . 

              Ils ont aussi le Code des Imbéciles . 

              • foufouille foufouille 22 juillet 08:06

                @rocla+
                en suisse ils ont aussi 33% de travailleurs étrangers et quinze pour cent de pauvres.


              • foufouille foufouille 22 juillet 08:07

                @rocla+
                en suisse, tu n’as aucun équivalent du retraité cas social du RSI.


              • Gavroche 22 juillet 13:31

                On ne peut être différent dans la vie et sur internet. Des comportement inacceptables et indignes d’êtres civilisés.

                Un jour dans la rue on se croira sur internet et on fera de même. Et on se prendra la juste récompense sur le pif.

              • foufouille foufouille 22 juillet 14:19

                @Gavroche
                IRL si tu me dis que le plat du jour est à plus de 17€ pour un smicard, je te mettrais le menu sous les yeux en rigolant bien
                steack haché frites, 6.50 en mai.


              • Robert Bibeau Robert Bibeau 22 juillet 16:14

                @rocla+

                Sous le mode de production capitaliste mondialisé il y a en effet une division internationale des moyens de production - d’échanges et de communication. Cette division internationale du travail comme l’appel les marxistes entraine que dans certains pays plus avancés technologiquement - plus modernes la classe prolétarienne peut subir des conditions d’exploitation différentes de la classe prolétarienne d’un pays moins avancés - nouvellement industrialisé par exemple.

                Ainsi en Suisse la haute technologie et la formation de la main-d’oeuvre permet une exploitation très intensive du travail (ce que les économistes bourgeois appellent - HAUTE PRODUCTIVITÉ - qu’en République du Congo par exemple. 

                Mais il faut voir que tout se tient dans ce mode de production mondialisé, Si les suisses peuvent produire des casseroles en cuivre de haute qualité avec de la machinerie sophistiquée très couteuse c’est parce que les prolétaires chiliens sortent le cuivre de la mine à vil prix en étant physiquement intensément surmené 

                Attention, le prolétaire suisse est lui aussi physiquement et psychologiquement surmené derrière sa machine outil qui LE COMMANDE ET LE DRILL AU TRAVAIL à grande cadence. L’ouvrier suisse n’est que l’extension de sa machine et non l’inverse. Les deux prolétariats chilien et suisse sont surexploité pendant que les banquiers suisses et chiliens comptent leurs capitaux.


              • rocla+ rocla+ 22 juillet 18:25

                @Robert Bibeau


                Il y a pas de classe prolétarienne  ça existe pas la classe prolétarienne . 

                Il reste encore quelques classes prolétarienne dans les cerveaux détraqués 
                de quelques fous furieux  . 

                Tes mots  d’ imbécile heureux ravale les , c’ est  des anciens monstres  pour épater 
                les gogols . 

              • Gavroche 22 juillet 19:08

                @foufouille


                Je ne sais de quoi vous parlez ni ce que vous fumez mais je croit être bien bête de vous défendre quand on vous insulte.

                A croire que c’est mérité.


              • foufouille foufouille 23 juillet 12:09

                @Gavroche
                tout le monde t’a reconnu sampiero.
                ce ne sont pas des insultes mais des gentillesses que je lui renvois avec plaisir à ce pauvre petit vieux qui a ton âge.


              • Zip_N Zip_N 22 juillet 11:00

                En Suisse quand ca ne va pas dans les dimensions économique ou écologique, l’aristocratie argumente que c’est la faute du peuple car c’est lui qui décide de créer des initiatives de vote pour changer les situations, cela permet à la politique de se décharger ou de repousser leur responsabilité en laissant une responsabilité latente et leur problèmes et indécision au peuple.


                • rocla+ rocla+ 22 juillet 12:52

                  @Zip_N


                  C’ est sûr sur pour des mal rafraichis du cerveau il faut toujours un bouc émissaire à 
                  leur frustration. 

                  La Suisse est un des seuls pays du monde où ce sont les citoyens qui prennent les décisions à travers les votations .

                  L’ aristocratie compte pour du beurre- ....

                • foufouille foufouille 23 juillet 06:42

                  @rocla+
                  en fait ton cerveau est rafraîchis à zéro degré car ta gnôle maison frelaté est un bon antigel.
                  ce qui t’as grillé la moitié des neurones mais c’est ton choix depuis tout petit quand tu as voulu prendre un bain dans le baril de gnôle que ton grand père avait produit.


                • Zip_N Zip_N 23 juillet 13:00

                  @rocla+

                  Si c est le peuple qui prend les décisions c’est alors la politique qui compte pour du beurre, non pas l’aristocratie. Les politiciens sont payés pour que le peuple décide, ils s’aristocratisent. La Belgique a bien réussi a vivre sans gouvernement, c’est une possibilité que des décisions soient mieux gérées sans noyau de politique.


                • rocla+ rocla+ 23 juillet 14:58

                  @Zip_N


                  C’ est ça , et  vice-versa  .......

                • foufouille foufouille 22 juillet 18:37

                  en fait ton cerveau est rafraîchis à zéro degré car ta gnôle maison frelaté est un bon antigel.
                  ce qui t’as grillé la moitié des neurones mais c’est ton choix depuis tout petit quand tu as voulu prendre un bain dans le baril de gnôle que ton grand père avait produit.


                  • rocla+ rocla+ 23 juillet 11:58

                    celle çi montre au loin le bus qui revient de l’ endroit d’ où il est parti emmenant les voyageurs pressés de se rendre à leur destination.. C ’ est au printemps par une température d’ environs 18° ciel dégagé ambiance matin . La voiture derrière attend le moment propice pour dépasser . À l’ intérieur du bus Monsieur Ochsenbein lit le journal et consulte les faits divers : un cheval à Galfingue s’ est cabré et a fait chuter son cavalier heureusement quelques légères contusions . La passagère à côté de lui , casquette jaune vissée lui demande l’ heure ...:il est 10h18 ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès