• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Mollahs iraniens et l’Affaire Khashoggi

Les Mollahs iraniens et l’Affaire Khashoggi

JPEG

La crise du journaliste saoudien Jamal Khashoggi a attiré l'attention des médias internationaux ces deux dernières semaines. Il est remarquable que cette question soit arrivée à temps pour les parties régionales, en particulier l’Iran, qui ont relativement disparu des journaux. Les médias ont cessé de s'intéresser aux développements de la détérioration rapide de l'économie iranienne et aux conditions de vie des Iraniens.

L’Iran n’a pas réagi à la crise de Khashoggi ; pour le moment, les gains stratégiques de cette crise lui ont suffi. Il a perçu le problème comme une difficulté pour l’Arabie saoudite et a continué à surveiller la position turque face à la crise et à la manière dont elle la gérerait et en sortirait. Le régime iranien veut tirer parti de cette crise quelle que soit l'issue des enquêtes sur l'affaire Khashoggi.

Le régime des mollahs est également à l'aise parce que l'affaire a attiré l'attention de l'administration du président Trump ces derniers jours. C’est une occasion précieuse pour les mollahs de rompre avec la pression américaine trois semaines avant l’entrée en vigueur des sanctions contre le pétrole iranien.

En général, l’Iran est absent de l’ordre du jour américain depuis la fin de l’Assemblée générale des Nations Unies. C'est une situation qui convient au régime des mollahs, qui mise sur la division de la communauté internationale, le conflit entre les puissances régionales et internationales et la préoccupation par d'autres problèmes qui limitent leur capacité à travailler ensemble contre le projet expansionniste de l'Iran au Moyen-Orient.

Tout conflit entre la Turquie et l'Arabie saoudite ou une tension dans les relations stratégiques entre Riyad et Washington sont dans l'intérêt du régime des mollahs. Mais les relations américano-saoudiennes sont certainement plus solides que de sombrer dans un piège de tension, comme l'a souligné le président Trump. Les énormes intérêts stratégiques entre pays ne sont pas sujets à des crises faciles à résoudre. C'est le rôle de la diplomatie et de la négociation dans les relations internationales.

Les déclarations du secrétaire d’État américain Mike Pompeo sont l’une des manifestations les plus importantes du calme discours politique américain sur l’Iran ces derniers jours. Les Etats-Unis ne participeront pas au financement de la reconstruction de la Syrie tant que les forces iraniennes seront sur le territoire syrien, a déclaré Pompeo lors d'un entretien avec un groupe de pression pro-israélien, ajoutant que les Etats-Unis s'engageaient à poursuivre les travaux sur l'isolement de l'Iran, louant l’imposition "des sanctions les plus sévères de l'histoire" et citant le fait de faire sortir l'Iran de la Syrie comme une responsabilité du gouvernement d'Assad. Ce gouvernement n'obtiendra pas un dollar de Washington à moins que les forces iraniennes ne soient à l’extérieur du territoire syrien, a-t-il déclaré.

La déclaration de Pompeo implique que l'Iran peut toujours être présent en Syrie. Le régime iranien qui pille des milliards de son peuple continuerait à investir des ressources pour ses intérêts en Syrie. Le fait que les États-Unis aient refusé de financer la reconstruction signifie beaucoup, non seulement sur le plan financier, mais aussi en termes de contribution des entreprises américaines à la mise en œuvre des plans de reconstruction, mais offre également à l'Iran et à d'autres pays une occasion de partager des intérêts stratégiques en Syrie.

L’Iran doit être pressé de retirer ses forces de la Syrie. Les forces américaines resteront en Syrie tant que les forces iraniennes seront hors des frontières de l'Iran, mais Washington veut-il vraiment que les troupes iraniennes quittent la Syrie ? Certains sceptiques pensent que les États-Unis eux-mêmes ne veulent pas perdre la légitimation de leur présence sur le territoire syrien.

Personne ne s'attend à ce que les États-Unis participent à la reconstruction de la Syrie sous le mandat du président Trump. Il refuse complètement de supporter des charges supplémentaires et est très sensible à l'implication des États-Unis dans des responsabilités financières et sécuritaires supplémentaires. Il avait déjà annoncé le retrait immédiat des plans de reconstruction de la Syrie. Les commentaires de Pompeo n’ajoutent rien de nouveau à la position américaine sur l’Iran.

En outre, la reconstruction coûterait entre 250 et 400 milliards de dollars, mais l’attente de 10 à 15 ans pourrait rendre l’Iran et le régime syrien plus calmes face aux menaces de l’administration américaine, car le calendrier de reconstruction pourrait obliger tout le monde à poursuivre sa. stratégie à long terme jusqu'à ce que Trump quitte ses fonctions.


Moyenne des avis sur cet article :  1.26/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 16 octobre 19:05

    Comment de tels articles passent ils la modération ? 



    • covadonga*722 covadonga*722 16 octobre 20:04

      @samy Levrai



      ben un cheik heu pardon un chèque 

    • blablablietblabla blablablietblabla 17 octobre 13:46

      @samy Levrai
      Bonjour Samy, tout à fait je me suis posée la même question.


    • Spartacus Spartacus 17 octobre 15:00

      @samy Levrai


      Ils passent la modération car ils présentent un point de vue. 

      Si vous n’aimez pas ce genre d’article, passez vous en. Passez à un autre. Y’en a plein.

      Vous avez la possibilité d’argumenter si vous n’êtes pas d’accord. Donnez votre point de vue. Pas certain qu’il plus crédible ou meilleur que le sien.

      Toujours surprenant cette propension et intolérance et s’ingérer comme juge et partie de la liberté d’expression des autres.


    • phan 17 octobre 16:07

      @samy Levrai

      Il y a même un Canard Laquais au nom de la liberté d’expression, pleurniche auprès de la modération pour censurer sur Agoravox un article de Sayed Hasan :

    • samy Levrai samy Levrai 17 octobre 17:01

      @Spartacus

      Je suis pour la lberté d’expression mais pour la propagande stupide il existe d’autres medias, il en existe meme beaucoup qui sont subventionnés avec mon argent sans mon accord.
      Arrives tu à placer tes articles comme cet individu, tu crois que c’est du à son talent ou parce qu’il donne des informations qu’il place de tels étrons regulièrement ? Tu as voté pour que passe ceci ?

    • OMAR 17 octobre 18:02
      Omar9
      .
      @samy Levrai :« Comment de tels articles passent ils la modération ? ».
      .
      Ben, depuis que l’Arabie-Saloperie a été élue à la tête du Conseil des droits de l’Homme, à l’ONU...

    • Pere Plexe Pere Plexe 16 octobre 21:02

      Trop fort !

      Ce sont les mollah qui en Turquie hostile ont envoyé un journaliste saoudien opposé a son compatriote dictateur de prince héritier se faire trucider dans...un consulat saoudien.
      Pour faire diversion.

      Vachement crédible.
      Comme l’auteur

      • roman_garev 16 octobre 21:16

        @Pere Plexe
        Demain on apprendra que c’étaient les agents du GRU Petrov et Bochirov (alias Tchepiga, alias Michkine) qui se sont immiscés dans le consulat saoudien pour empoisonner par le Novitchok ce pauvre journaliste, ennemi mortel de Assad (donc de Poutine) et pour le diluer ensuite dans ce même Novitchok.

        Le chat évadé des Scripals en porte témoignage штсщтеуыефиду.
        Toute la communauté internationale en est indignée et expime sa solidarité avec l’Arabie Saoudite, victime d’une provocation russe de plus.
        Les USA déploient 197 nouvelles bases militaires à 50 m de la frontière russe. 
        La Russie attend des nouvelles sanctions...

      • Zolko Zolko 18 octobre 13:29

        @bébert : vous ne savez pas reconnaître l’humour ?


      • Oceane 20 octobre 19:40

        @roman_garev

        « La seule chose que l’administration Trump pourrait faire dans l’affaire Khashoggi serait d’accuser Qasem Soleimani et le GRU d’ingérence. Le MI-6 pourrait bientôt découvrir qu’un agent iranien a novichok-é Khashoggi ».

        https://www.legrandsoir.info/le-prince-clown-saoudien-a-contrarie-les-journalistes-mainstream-en-s-en-prenant-a-l-un-des-leurs.html


      • Oceane 16 octobre 21:48

        Cet article ne cherche tout simplement qu’à éviter le sujet de l’assassinat de son compatriote dans leur propre ambassade.

        Il se dit sur Internet dans les commentaires que le journaliste a été découpé en morceaux.

        C’est cela qui devrait intéresser l’auteur, pas l’Iran.

        Destructions - reconstruction. Celui qui détruit revient financer la reconstruction. Ce bédouin bedonnant est vraiment impayable.


        • OMAR 17 octobre 21:37
          Omar9
          .
          @Oceane
          .
          Vous êtes plus que accommodante quand vous parler d’assassinat.
          .
          En fait, c’est de la pure barbarie...
          .
          C’est cela le véritable visage des ces bédouins.
          .
          Et dire que les Lieux Sacrés de l’Islam se trouvent entre leurs mains !!!!

        • popov 18 octobre 14:32

          @OMAR

           
          Ben oui, mon pauvre Omar. La Mecque, Allah, Mahomet, le coran, les hadiths, tout cela a été fabriqué par les Bédouins.

        • OMAR 18 octobre 18:01
          Omaer9
          .
          @popov
          .
          Par contre toi, c’est un âne qui t’a fabriqué....

        • popov 19 octobre 02:17

          @OMAR

           
          Mais oui, mais oui.

        • phan 17 octobre 07:34
          L’Arabie saoudite prépare une déclaration selon laquelle le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, porté disparu, aurait été tué à la suite d’un interrogatoire « qui a mal tourné », a rapporté lundi CNN, citant deux sources anonymes.

          L’homme fort des Émirats annule sa visite à Paris dans un contexte tendu pour l’axe Abou Dabi-Riyad
          Mohammed ben Zayed, qui devait se rendre à Paris mardi 15 octobre pour rencontrer Emmanuel Macron, annule sa visite en invoquant un « imprévu »

          MBS en France : les dessous d’une collaboration douteuse, Mohamed ben Salmane a effectué une visite en France de deux jours. La signature espérée d’accords commerciaux ne devrait pas faire oublier l’aventurisme guerrier du jeune prince héritier au Moyen-Orient. L’ombre des crimes de guerre au Yémen : MBS joue « un rôle majeur dans la guerre conduite au Yémen depuis trois ans par la coalition » puisqu’il est non seulement ministre de la Défense de son pays, mais également le commandant en chef de la coalition qui réunit Bahreïn, l’Égypte, la Jordanie, le Koweït, le Maroc, le Soudan et les Émirats arabes unis (EAU). Et ce sont les pays occidentaux qui ont exporté les armes et les bombes humanitaires et démocratiques.

          Après la destruction des pays de l’ex Indochine (VietNam, Laos et Cambodge), de l’Irak, de Libye ... avez vous vu les Yankees de mierda participer à la reconstruction ?
          Après le Boucher de Tel Aviv, de Washington, le Boucher de Ryad : Couscous Wahhabit, c’est bon comme là bas dit !

          • math math 17 octobre 09:04

             Le régime iranien qui pille des milliards ?..tout les pays font la même chose..même le Vatican...ouvrez les yeux !


            • blouMatata 17 octobre 10:26

              Ton roy (mohamed ben Zayed) ainsi que le prince de l’Arabie saoudite (Mohamed ben Salmane) sont les seuls commanditaires de cet atroce mis à mort maladroitement exécutée. Selon le code pénal en vigueur dans vos contrées, ces deux personnes doivent être exécutés : Décollation épée.Quant à toi,je ne serais pas contre pour t’inculper de complicité.


              • QAmonBra QAmonBra 17 octobre 15:04
                De plus en plus mauvaises les bafouilles du wahhabite de service, il doit être particulièrement fanatisé, « cocaïné » ou/et très grassement payé, pour lier, de près ou de loin, l’affaire Khashoggi à l’Iran !

                Mais, pour se marrer davantage, il faut de tout pour faire un monde et, surtout, cela permet de mesurer à quel point les idiots utiles de $ion partent en couilles, en attendant de façon aussi patiente que jubilatoire le tour de leurs maîtres. . .

                •  Mohamed Takadoum. Mohamed Takadoum. 17 octobre 19:02

                   Alors que la presse du monde entier s’émeut du sort atroce réservé au journaliste Jamal Khashoggi au consulat de son pays à Istanboul , un représentant de l’Emirat Unis Arabe  Unis vient sur Agora faire  de l’enfumage en parlant de l’Iran et de la Syrie

                  En ce moment je vois sur CNN le reportage des fouilles de la police turque  en direct de la maison du consul de l’Arabie Saoudite pour retrouver les restes de ce pauvre journaliste, qui est tombé dans un guet-apens tendu par un commando de 15 assassins venus spécialement pour lui et reparti s le jour même. Hier c’était les locaux du consulat.

                   Les photos de ce commando avec  noms et fonctions dont des proches très proches de MBS circulent un peu partout sur le net notamment sur la presse américaine qui n’en démord pas de cette affaire. M Trump a beau essayé de  trouver une porte de sortie pour MBS en envoyant le Secrétaire du département d’Etat dans la région mais l’opinion publique américaine ne lâche pas cette affaire. Heureusement car l’enfumage de notre ami dans cette presse est impossible


                  • popov 19 octobre 10:03

                    @Mohamed Takadoum.

                     
                    Pour une fois, je vous plusse.

                  • phan 17 octobre 21:25
                    ....
                    Une autre pièce de ce puzzle que l’on ne peut ignorer est le fait que Khashoggi lui-même a des liens avec la CIA, ainsi qu’avec Lockheed Martin par l’intermédiaire de son oncle Adnan Khashoggi, l’un des plus puissants trafiquants d’armes de l’Arabie Saoudite.
                    Avant sa disparition, Khashoggi travaillait discrètement avec des intellectuels, des réformistes et des islamistes pour lancer un groupe appelé Democracy for the Arab World Now. Comme le note Moon of Alabama, les projets dans lesquels Khashoggi était impliqué avant sa disparition « puent les préparatifs d’une révolution de couleur contrôlée par la CIA en Arabie Saoudite » .
                    Khashoggi a non seulement des liens avec la CIA et les services de renseignement saoudiens (services qui collaborent souvent), mais sa famille a aussi des liens étroits avec les structures de puissances mondiales, dont Lockheed Martin.
                    En effet, comme indiqué précédemment, l’oncle de Khashoggi n’est autre que Adnan Khashoggi, le célèbre trafiquant d’armes saoudien qui a joué un rôle important dans l’affaire Iran-Contra et a été l’homme le plus riche d’Arabie Saoudite. Adnan Khashoggi avait des liens étroits avec Lockheed Martin, comme en témoigne le fait qu’entre 1970 et 1975, il a reçu 106 millions de dollars en commissions du géant américain de l’armement, son taux de commission sur les ventes de Lockheed augmentant finalement à 15 %.
                    ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès