• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les pavés de Paris, du 12e siècle à Mai 68

Les pavés de Paris, du 12e siècle à Mai 68

Sans les pavés de ses quartiers historiques, Paris perdrait incontestablement une partie de ce charme si prisé des visiteurs provinciaux et étrangers. C’est au roi Philippe Auguste que l’on doit l’implantation des premiers pavés de la capitale. Et c’est au printemps 1968 – avant que soient érigées au Quartier Latin les barricades étudiantes – que la superficie du pavage de la voirie parisienne a connu son apogée... 

JPEG - 171.6 ko
Barricade en Mai 68

En réalité, les premiers pavés de Paris – ou plutôt de Lutèce – sont implantés à l’époque gallo-romaine. Malgré la taille très modeste de la cité, ils sont toutefois beaucoup trop rares pour remplir avec efficacité une fonction d’assainissement des chaussées. Et pour cause : le pavage des voies est laissé à l’initiative des riverains, et très peu sont enclins à dépenser du temps et de l’argent pour améliorer l’état des rues. Au fil des siècles, les pavés gallo-romains disparaissent peu à peu. Et dans une ville en lent mais constant développement, la voirie – essentiellement faite de terre battue, parfois mêlée de gravats – offre au Moyen Âge des chaussées plus ou moins déformées par le passage des animaux de trait et des charriots. Pire : en période de pluie, celles-ci sont transformées en bourbiers d’autant plus malodorants que les riverains, qu’il s’agisse de particuliers ou d’artisans de différents états, y déversent leurs « eaux usées », ici et là mêlées de déchets organiques produits par les bouchers, les mégissiers et autres tanneurs.

C’est, nous dit le moine chroniqueur Rigord, un jour qu’il fut incommodé par l’odeur nauséabonde des boues remuées par les charrois sous les fenêtres du palais royal – celui-ci occupait alors l’emplacement du palais de Justice sur l’actuelle Île de la Cité – que Philippe Auguste prend la décision de faire paver les rues de Paris. La tâche est confiée en 1185 au prévôt des marchands, une fonction créée par le roi quelques années plus tôt. À charge pour ce prévôt de prélever sur la population les fonds nécessaires. On ne trouve nulle part trace dans les archives de la ville du nom du prévôt des marchands qui doit s’atteler à cette tâche. Mais le fait est qu’il s’en acquitte... partiellement. Ne sont en effet pavées à cette époque – avec de grandes dalles de grès de plus d’un m² chacune – que les quatre voies principales qui forment ce que l’on nomme alors « La croisée de Paris » : les rues Saint-Jacques au sud, Saint-Honoré à l’ouest, Saint-Martin au nord et Saint-Antoine à l’est.

Partout ailleurs subsistent des chaussées rudimentaires faites de terre battue, de gravats, d’immondices de toutes sortes, et même d’excréments lorsque les maisons ne disposent pas en sous-sol de fosses dédiées, lesquelles polluent les nappes phréatiques ! Une vraie calamité les jours de pluie ou en période de forte chaleur ! Paver les rues en aménageant un « ruisseau central » destiné à l’écoulement des eaux apparait comme une nécessité aux édiles. En théorie, car en pratique, les progrès sont très lents. À tel point que durant le règne de Louis XIII, 4 siècles et demi plus tard, moins de la moitié des rues de Paris sont pavées. C’est alors qu’un texte du Parlement daté de décembre 1637 puis un arrêt royal d’août 1638 redéfinissent les devoirs respectifs des « bourgeois » (habitants), du prévôt et des échevins (en quelque sorte le Conseil municipal), ainsi que du roi dans le pavage et l’entretien des différents types de rues et de places selon leur importance.

Comme dans bien d’autres domaines concernant l’urbanisation de la capitale, c’est au 19e siècle que sont prises les décisions les plus radicales concernant les revêtements de la voirie. On les doit en premier lieu au préfet Rambuteau dont l’action, constamment dictée par des priorités « hygiénistes », consiste surtout à habiller les chaussées de macadam – un conglomérat de pierres concassées mêlées à du sable – en lieu et place de pavés. On les doit surtout à son successeur Haussmann, l’homme des grands travaux d’urbanisation qui ont marqué l’histoire de la capitale. Confronté à l’accroissement de la circulation hippomobile, il entreprend de moderniser la voirie. L’heure n’étant pas encore à l’emploi généralisé des asphaltes sur les chaussées – cet usage est alors réservé à quelques trottoirs –, c’est le recours massif au pavage qui est choisi par l’emblématique préfet de la Seine.

Sous les pavés, la plage !

Eu égard au coût élevé des pavés de grès – tout droit venus pour la plupart des carrières de Fontainebleau et d’Épernon –, se développe également à cette époque le revêtement en pavés de pin, de sapin ou de mélèze, jointoyés par du bitume. En 1882, la chaussée des Champs-Élysées est elle-même habillée de cette manière. Les pavés de bois présentent plusieurs avantages : ils sont notamment peu bruyants sous les sabots des chevaux et très roulants pour les équipages. Hélas ! ils sont également très glissants par temps de pluie et transforment les chaussées en patinoires par temps de neige en entraînant des collisions parfois dramatiques ; comble de désagrément : ces pavés de bois pourrissent assez rapidement en devenant des « nids à microbes » et en dégageant une odeur nauséabonde. Qu’à cela ne tienne, on continue de les implanter, principalement pour des raisons budgétaires. Les mésaventures de l’année 1910 qui voit les eaux de la grande crue parisienne disloquer les chaussées pour charrier des bois flottants, n’incitent elles-mêmes pas à y renoncer : l’usage des pavés de bois est maintenu jusque dans les années 1930, et cela malgré l’apparition et le développement progressif de la circulation automobile dont les résidus d’huile et de graisses rendent les chaussées encore plus glissantes. 

Abandonnés définitivement en 1938, les pavés de bois laissent progressivement la place aux pavés de pierre. Et notamment aux pavés de granit qui, grâce au développement du fret ferroviaire et à la baisse concomitante des coûts du transport, sont acheminés depuis les carrières de granit bretonnes, tout particulièrement à compter des années 1950. Et si l’on continue d’implanter des gros pavés ici et là, ce sont peu à peu les petits pavés, notamment ceux que l’on dit « piqués » (soigneusement équarris par les ouvriers carriers), qui leur sont préférés, moins pour des motifs esthétiques – ils sont disposés en élégants arcs de mosaïque – que pour des raisons de confort automobile.

Tout change en... 1968. On compte alors des centaines d’hectares de surfaces pavées dans la capitale dont une bonne partie dans les rues du Quartier Latin. Or, voilà que surgissent les émeutes étudiantes de Mai 68. Ici et là sont érigées des barricades, en grande partie constituées de pavés descellés des chaussées par les émeutiers. Des pavés qui, non seulement constituent des obstacles aux charges des CRS et des Gendarmes mobiles, mais servent également de projectiles contre les forces de l’ordre « bourgeois » du préfet de police Grimaud. Le calme revenu, les autorités locales, placées sous la houlette du préfet de Paris Doublet, décident prudemment d’abandonner le pavé pour recourir à l’asphaltage des chaussées. Il s’agit certes de prévenir les conséquences d’un retour de la contestation étudiante, mais en réalité le changement était déjà dans l’air du temps. Ce procédé d’habillage est en effet nettement plus confortable pour les véhicules, moins bruyant pour les passants et les riverains, et de surcroît d’un entretien facile.

De nos jours, c’est un enrobé bitumineux coulé à chaud qui revêt la plupart des chaussées de Paris. Pour autant, les pavés n’ont pas tous disparu, loin s’en faut. Ils font même la fierté des Parisiens et de leurs édiles, tout particulièrement dans les lieux de prestige et les quartiers touristiques où ils demeurent omniprésents. Ils y sont même consciencieusement renouvelés – à hauteur de 8 000 tonnes chaque année ! – et entretenus avec beaucoup de soin par les services de la Voirie parisienne.

Puisse cet article, à défaut d’offrir les indéniables qualités gustatives du pavé à la noisette de Quentin Lechat (une pâtisserie originale primée en 2019) n’avoir pas été aussi indigeste qu’un « pavé » littéraire !

Autres textes en rapport avec Paris  :

Les sulfureuses tourtes de la rue des Marmousets (juin 2021)

Un bistrot de la « Bastoche » au printemps 1992 (mars 2021)

Au cœur du « Pletzl » : 21 rue des Rosiers (février 2021)

La véridique histoire de « Fort Chabrol » (mai 2020)

Paris : bienvenue au Musée d’Histoire de la Médecine (mars 2020)

Quel avenir pour les restes humains du musée Dupuytren ? (décembre 2019)

Toponymie parisienne : Auber qui rit, Haydn qui pleure (juin 2019)

Les femmes, grandes oubliées de la toponymie parisienne (décembre 2018)

Le bonheur d'être parisien avant les égouts (octobre 2018)

Cette « gentrification » qui chasse les classes populaires de Paris (janvier 2018)

Immersion dans le métro parisien (décembre 2017)

Paris romantique : les passages couverts (juin 2017)

Paris : les murs peints du quartier Nationale (mars 2017)

« La Mouzaïa », ou la campagne à Paris (octobre 2016)

Paris : Les bains-douches du Moyen Âge à nos jours (août 2016)

1957 : le cinéma et moi (juin 2016)

Paris au temps des abattoirs (mai 2016)

Le Procope, de l’Encyclopédie au Bonnet phrygien (mars 2015)

Années 50 à Paris : les petits métiers de la rue (février 2014)

Paris insolite : de la Petite Alsace à la Petite Russie (août 2013)

Connaissez-vous la plus vieille maison de Paris ? (février 2012)

Villa Montmorency, le « ghetto du Gotha » (juin 2011)

Montmartre : bienvenue au 12 rue Cortot (juin 2011)

Quel avenir pour le « Bal Nègre » ? (décembre 2010)

Dans la caverne d’Ali Baba (mars 2010)

Lieu de fête, lieu de honte, le « Vel’ d’Hiv’ » aurait 100 ans (février 2010)

 

JPEG - 57.6 ko
Gros pavé parisien
JPEG - 262.8 ko
Petit pavé parisien
JPEG - 20.5 ko
Pavés en bois (passage Saint-Maur)
JPEG - 49.3 ko
Pavés de bois descellés par la crue de 1910

Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • raymond 13 avril 17:07

    Aie, j’habite dans une rue pavée classée, c’est un enfer : bruit poussières etc l’avantage c’est que l’on ne peut rouler trop vite.


    • Fergus Fergus 13 avril 18:52

      Bonsoir, raymond

      Le fait est que les rues pavées sont très bruyantes. J’ai moi-même habité plusieurs années à la Butte-aux-Cailles (Paris 13e) où existent plusieurs rues pavées. Par chance, il y avait peu de circulation dans ces petites rues et ruelles pittoresques.


    • Séraphin Lampion Kaa 13 avril 17:35

      Même quand les rues étaient pavées, elles n’avaient pas de trottoirs et les rues étaient construites en forme de V : la chaussée remontait vers les façades des immeubles pour laisser s’écouler les détritus liquides et solides dans la partie médiane de la rue, et les passants marchaient sur la partie haute de la rue, le long des maisons, afin d’éviter de mettre les pieds dans les saletés.

      Or, les rues étaient étroites et les convenances voulaient que, lorsque deux personnes se croisaient, les manants marchent dans la fange et les aristocrates sur le « haut du pavé », d’où l’expression toujours d’actualité, et pas seulement au sens littéral.


      • Fergus Fergus 13 avril 19:01

        Bonsoir, Kaa

        Les rues à trottoirs sont principalement apparues au cours du 19e siècle. 
        Celles que vous décrivez sont les rues percées entre le Moyen Âge et le 17e siècle. 
        L’une des villes qui illustre le mieux la structure avec un « ruisseau central » est probablement Briançon dont les deux principales rues de la citadelle portent d’ailleurs un nom directement dérivé de cette fonction d’évacuation par une rigole médiane des eaux de pluie et autres eaux usées : la Grande gargouille et la Petite gargouille. 

        L’expression « Tenir le haut du pavé » est une superbe image qui m’a séduit dès mon enfance.


      • troletbuse troletbuse 13 avril 19:18

        @Fergus
        Les trottoirs c’était pour les péripatéticiennes mais Sarko les a interdites.
        Maintenant ils servent au rabatteurs pour politicards, un peu comme vos articles de divertissement.  smiley


      • Fergus Fergus 13 avril 19:26

        Bonsoir, troletbuse

        Mieux vaut les trottoirs des « rabatteurs pour politicards » que les crottoirs où la plupart du temps vous plongez avec délice vos semelles ! 


      • troletbuse troletbuse 13 avril 19:35

        @Fergus
        Je vois que vous connaissez bien les crottoirs surtout ceux à chiens  smiley


      • Séraphin Lampion Kaa 13 avril 20:11

        @Fergus

        Et le caniveau était l’endroit où allaient les chiens (canis vada). Le ruissellement bienfaiteur par temps de pluie a complété la dénomination : le lieu où vont les chiens et l’eau, par contraction de « canis vada eau », a donné caniveau.


      • Fergus Fergus 13 avril 20:48

        @ Kaa

        Merci pour cette précision, j’ignorais l’origine du mot « caniveau ».


      • troletbuse troletbuse 13 avril 20:51

        @Fergus
        j’ignorais l’origine du mot « caniveau

        Et pourtant caniche et veau, ca devrait vous parler  smiley


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 avril 20:57

        @troletbuse
        Le caniveau est pour évacuer ce que tu es .


      • 6russe2sioux CYRUS 13 avril 21:19

        @Kaa

        c’ est fantaisiste l’ eau se disant aqua ....

        une autre hypothese ...

        https://www.lalanguefrancaise.com/dictionnaire/definition/caniveau

        etant la clef de voute des contre jumelle de la rigole centrale .
        https://fr.wiktionary.org/wiki/contre-jumelles

        https://littre.fr-academic.com/15218/contre-jumelles

        Étymol. et Hist. 1694 (Corneille : Caniveau. On appelle ainsi les plus gros pavez, qui sont assis alternativement avec les contre-jumelles,

      • 6russe2sioux CYRUS 13 avril 21:21

        @Fergus

        caniveau — (ka ni vô) s. m. Terme de maçonnerie. Pierre creusée dans le milieu pour l écoulement de l eau. La pose des caniveaux. Nom que les paveurs donnent aux plus gros pavés d une rue, qui sont placés alternativement avec ceux qu ils appellent contre-jumelles.

        https://littre.fr-academic.com/9905/caniveau

         Sans doute un diminutif de canneau (voycanneau), et par conséquent ayantau radicalcanneroseautuyauconduit.


      • Fergus Fergus 13 avril 22:50

        Bonsoir, CYRUS

        Voilà qui va me permettre d’améliorer ma culture dans un domaine qui ne m’est guère familier. smiley


      • 6russe2sioux CYRUS 13 avril 22:59

        @Fergus

        on ne peut pas toujours jeter melanchon par la fenetre vu son ignoble trahison lol 

        ca peut etre intressant de parfois se rassembler sur autre chose ...

        un autre argument contre l’ etymologie canis vada est que les chien n’ etait pas vraiment frequent en ville , mais plutot dans les domaine bougeois a l’ exterieur ...

        un chien ca coute tres cher a nourrir et les gens en avais peur ...

        regarde des image et gravure de 1800 il est tres rare que tu voit un chien en laisse dans la rue ... et le latin etait passé d’ usage depuis longtemps si ce n’ est dans les milieux scientifique .


      • Fergus Fergus 14 avril 09:08

        Bonjour, CYRUS

        Il y avait pourtant bien des chiens en ville.
        Cf. Les sulfureuses tourtes de la rue des Marmousets


      • 6russe2sioux CYRUS 14 avril 16:38

        @Fergus

        comme tu l’ admet toi meme c’ est une legende urbaine retravailler pendant des siecle ....

        Vous l’avez compris, chers amis lecteurs, il s’agit là d’une « légende urbaine » médiévale, dirait-on de nos jours. Une de ces rumeurs tenaces dont nul ne connaît l’origine mais que l’on prend un malin plaisir à perpétuer en société. En l’occurrence, ce texte est la énième version d’une histoire maintes fois contée et dont l’habillage a si souvent changé qu’il serait vain de prétendre en dresser la liste. 

        A l’ epoque , il y avais des chevaux dans les rue , les chien ne pouvait tout simplement pas y paraitre sans efrayer les chevaux . ils etait au mieux dans les cours des hotel particulier , ou a la campagne bien separer des chevaux .

        c’ est a l’ invention de la byciclette puis des voiture , ainsi qu’ as la disparition des chevaxu que les chien sont passer de lusage courant de chasse a celui de compagnie .


      • Fergus Fergus 14 avril 16:41

        @ CYRUS

        En effet. J’avais oublié de mettre un smiley souriant après mon lien.


      • 6russe2sioux CYRUS 14 avril 16:52

        @Fergus

        pas de soucis , je lit quand meme tes article , meme si digresse volontier de HS en HS ....

        Une autre raison , pour lequel chien et chat n’ etait pas admis dans les foyer etait les tique et les puce .... c’ est aussi l’ avancer des soin veterinaire et humain qui as permis a nos espece de partager le meme domicile .

        les animaux de compagnie/ornement était plus couramment des oiseaux car leur parasite ne nous affecte pas .

        Tout cela en partant des pavé de caniveau lol


      • blablablietblabla blablablietblabla 13 avril 17:38

        Merci pour cet article très intéressant.


        • Fergus Fergus 13 avril 19:03

          Bonsoir, blablablietblabla

          Merci à vous d’être venu arpenter le pavé parisien !


        • Decouz 13 avril 19:33

          Bonjour,

          Ce qu’on appelle « forêt de Fontainebleau » autrefois forêt de Bière s’étend bien plus à l’ouest de Fontainebleau du coté de l’Essone (Gatinais), il y a même des sites de grès proches de Paris, vallée de Chevreuse, la Troche, proche de Saclay, il resterait une seule carrière en exploitation :

          https://www.leparisien.fr/essonne-91/moigny-sur-ecole-91490/c-est-la-derniere-carriere-a-exploiter-le-gres-de-fontainebleau-28-03-2016-5667205.php

          Partout il y a des traces de blocs taillés, reconnaissables à des lignes franches, droites ou applaties, contrairement à toute la variété des formes naturelles, ces lignes franches peuvent servir maintenant à l’escalade :

          https://bleau.info/rempart/2114.html

          La Troche :

          https://bleau.info/troche


          • Fergus Fergus 13 avril 19:42

            Bonsoir, Decouz

            Cette forêt, je la connais très bien pour l’avoir parcourue en long, en large et en travers des, particulièrement en empruntant les sentiers Denecourt-Collinet. 
            Apremont, Cuvier-Chatillon, les gorges de Franchard, le Bas-Bréau, autant de noms qui sonnent à mes oreilles comme autant de souvenirs plaisants de crapahuts allant de platières en chaos. smiley
            Merci à vous pour les liens et pour ces souvenirs que vous suscitez.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 avril 19:41

            Bonsoir. Je ne connaissais pas les pavés de bois ... Sinon dimanche il y a un pavé a gagner et qui vaut largement son poids en or pour certains. Samedi ce sera pour certaines.


            • Fergus Fergus 13 avril 19:49

              Bonsoir, Aita Pea Pea

              Pas question pour moi de rater cette course dimanche. Pas de chaussée mouillée cette année, mais des risques de crevaison accrus. A mes yeux la plus belle des classiques devant le Tour des Flandres et Liège-Bastogne-Liège. 

              Je regarderai également avec intérêt les filles qui ont fait de sacrés progrès en quelques années. 2 chances sur 3 pour la gagnante soit une Néerlandaise.

              A propos de vélo, c’est un gamin de 19 ans qui a remporté cet après-midi la Flèche brabançonne. Belle entrée en matière chez les pros pour ce jeune Américain.


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 avril 19:55

              @Fergus
              Oui j’ai vu...et il vient juste de passer pro ... Incroyable ! J’espère que Julian va bien se remettre de sa chute.


            • Fergus Fergus 13 avril 22:52

              @ Aita Pea Pea

              Apparemment, pas trop de mal pour Alaphilippe.


            • Aristide Aristide 14 avril 10:27

              @Fergus

              Votre détestation du sport professionnel ne va pas jusqu’à ce sport qui pourtant mérite bien des compliments sur le sujet, Si on ajoute, le dopage et autres trucages technos ....


            • Fergus Fergus 14 avril 11:25

              Bonjour, Aristide

              Ce que vous dites est faux  : je n’éprouve aucune « détestation du sport professionnel » ! J’en dénonce seulement les abus  !
              A cet égard, le fait est que le cyclisme n’est pas exempt de reproches, notamment concernant « le dopage et autres trucages technos ».
              Raison pour laquelle je regarde certains spectacles sportifs, mais sans attacher trop d’importance aux résultats, eu égard à toutes les dérives existantes.


            • Aristide Aristide 15 avril 04:08

              @Fergus

              Oui, vous avez raison, vous réservez votre detestation au foot professionnel masculin ! Vous dites même ne plus regarder quoique ce soit de ce sport professionnel, même l’EDF, je ne l’ai pas inventé. A part les féminines !!!

              Votre posture sur le sport est ridicule, vous êtes obsédé par les aspects financiers de ce sport que vous nommez abus !!! Mais voyons, toutes oui TOUTES les activités du domaine artistique et sportif sont dans le même monde !!! Les meilleurs des acteurs, des musiciens, des peintres, ... sont tous rémunérés avec des sommes qui dépassent l’entendement. Vous snobez le cinéma, les spectacles, ... ? Allons, votre posture est ... incompréhensible.


            • Fergus Fergus 15 avril 09:23

              Bonjour, Aristide

              Votre acharnement à me chercher des poux dans la tête sur ce sujet est vraiment puéril, et de ce fait ridicule  ! smiley

              A toutes fins utiles, un petit détail concernant le football : Midi Olympique a révélé il y a quelques semaines que le rugbyman Antoine Dupond, actuellement considéré comme le meilleur joueur de la planète, touche un salaire annuel net de 462 000 euros ; à comparer avec les 41 millions de Lionel Messi !!!

              Mais il n’y a pas que les dérives financières. Le foot, c’est aussi les problèmes récurrents de violence et de racisme sur le stades, de magouilles financières au sein des instances, ou bien encore l’attribution délirante d’une Coupe du Monde au Qatar.


            • Aristide Aristide 15 avril 09:38

              @Fergus

              Je ne vous cherche pas des poux, je ne fais que répondre à vos détestations à géométrie variable.

              Vous avez raison de vous priver du spectacle de ces « virtuoses » du sport le plus populaire du monde. Si le rugby avait cette même couverture, les salaires seraient les mêmes. Le golf est idem, la F1, ... tous ces « sports spectacles mondiaux » attirent du monde, de la pub, des sponsors, ... et vous devriez être satisfait que ce soit les joueurs qui gagnent ces sommes. 

              Et par principe, je ne me permet JAMAIS de critiquer quoique ce soit, surtout les revenus de ceux qui bossent, qui ont du talent, ... même si ces montants sont ... pharaoniques. Je suis sûr qu’en cherchant bien vous trouveriez des centaines de milliers de rentiers aux revenus qui dépassent largement ceux de Messi, rentiers dont le seul talent est de détenir une fortune. 

              Mais bon, assez logique raisonnement d’insoumis, Mélenchon proposait de limiter les salaires, qui concernent ceux qui bossent. Par contre pas de limitation pour les revenus, seul Marchais avait osé « au dessus de 4 millions de francs, je prend tout » !!!


            • Aristide Aristide 15 avril 09:52

              @Fergus

              Midi Olympique a révélé il y a quelques semaines que le rugbyman Antoine Dupond, actuellement considéré comme le meilleur joueur de la planète, touche un salaire annuel net de 462 000 euros ; à comparer avec les 41 millions de Lionel Messi !!!

              Allez quelques chiffres en ligue 1 le salaire moyen en 2020/2021
              Paris SG 9,6 M€
              Olympique de Marseille 2,42 M€
              AS Monaco 2,22 M€
              Olympique Lyonnais 1,74 M€
              Stade Rennais 1,56 M€
              OGC Nice 1,32 M€
              Lille OSC 1,32 M€
              Girondins de Bordeaux 0,96 M€
              AS Saint-Etienne 0,78 M€
              FC Nantes 0,72 M€
              SCO Angers 0,72 M€
              RC Strasbourg 0,6 M€
              FC Lorient 0,6 M€
              Montpellier HSC 0,54 M€
              Dijon FC0 0,54 M€
              RC Lens 0,49 M€
              Stade Brestois 0,48 M€
              Nîmes Olympique 0,42 M€
              FC Metz 0,37 M€
              Stade de Reims 0,33 M€

              Voilà donc que votre comparaison foireuse, le salaire moyen hors PSG est autour de 670.000 € !!! Ecart donc moins important avec Dupont !!! 


            • Fergus Fergus 15 avril 11:43

              @ Aristide

              Je vous cite le salaire du meilleur joueur de rugby du monde et vous me relancez sur les salaires moyens de Ligue 1, y compris les remplaçants qui ne jouent jamais (ou en National 3) et les stagiaires sous contrat.
              Désolé, mais cela n’a aucun sens !!!


            • Fergus Fergus 15 avril 11:45

              Qui plus est, c’est totalement hors-sujet, malgré la passerelle avec les « pavés du nord » de Paris-Roubaix.


            • Aristide Aristide 15 avril 13:39

              @Fergus

              Je vous cite le salaire du meilleur joueur de rugby

              que vous comparez sans retenue avec le joueur le plus payé du PSG !!!

              Des chiffres :
                Rugby  : moins de 10 millions de licenciés dans le monde
                Football : plus de 270 millions de licenciés dans le monde

              Je ne vous relance pas, je vous mets sous le nez, les vrais salaires moyen des joueurs de Ligue1 !!! Durée de la carrière au maximum 12 à 15 ans ! 

              Cette volonté d’attaquer ce sport est d’un ridicule !!!

              Qui plus est, c’est totalement hors-sujet, malgré la passerelle avec les « pavés du nord » de Paris-Roubaix.

              Il me semble que parler du sport professionnel dans un article qui parle de pavés et du cyclisme ....


            • troletbuse troletbuse 14 avril 00:52

              Voici le programme du Poudré.

              Personne sauf les cons , ne pourra dire que c’est du complotisme

              Cela a été relayé par tous les merdias

              Merci à l’Aile à Stick

              Et diffuser

              https://www.infovf.com/video/2022-026-futur-programme-macron-est-harari-qui-parle-mieux—12372.html


              • Joséphine Joséphine 14 avril 06:20

                @troletbuse

                Le monde merveilleux selon Macron. Surveillance biométrique totale, Covidisme total , guerre totale contre l’humanité. Ces gens là sont en train de suivre un processus quasi biblique (talmudique), ce sont des fanatiques, ils se prennent pour Dieu. C’est terrifiant, inhumain, atroce... .Mais quoi de plus malléable qu’une population traumatisée à qui on a fait croire à un vaccin salvateur ? Maintenant qu’ils se sont tous fait piquer tris fois, ils n’admettront jamais qu’ils ont eu tort, et ils persisteront. Ils irons à la cinquième, sixième, dixième dose ! .La secte mondialiste a de beaux jours devant elle avec tous ces pigeons ! 


              • Joséphine Joséphine 14 avril 06:21

                Ils iront, pardon. 


              • Fergus Fergus 14 avril 09:17

                Bonjour, Joséphine

                Vous lisez trop de romans de politique-fiction ! Et pas forcément les meilleurs.


              • Aristide Aristide 14 avril 10:30

                @Joséphine

                Visiblement vous restez bloquée sur cette histoire de vaccins qui pour la quasi totalité de la population est une ancienne affaire. Et puis, comme les rues ne sont pas jonchés des cadavres des vaccinés, je suis sur que le printemps et l’été installé, notre monde de demain sera à l’image de celui d’hier !!!


              • Fergus Fergus 14 avril 11:26

                @ Aristide

                Entièrement d’accord avec votre commentaire.


              • troletbuse troletbuse 14 avril 13:06

                @Fergus
                Ah oui, vous n’avez pas regardé la vidéo :
                Regardez Klaus Schwab qui envoie des louages au petit Licron qui, je pense doit avoir un orgasme,, c’est de la politique fiction. Ca été tourné en studio avec des acteurs ?
                Harari, il délire ?
                D’ailleurs, il n’y a pas que lui qui a dit celà, il y a Attali, Laurent Alexandre, Bill Gates, l’agenda 2030. Vous êtes dans le déni total vu que vous êtes un propagandiste LREM.
                Le passe vaccinal va être remis à l’ordre du jour. Cela a été dit sur les merdias officielles, donc la vaxxination qui va petit à petit vous détruire grâce à l’oxyde de graphène qui va entrer en résonance à certains fréquences émises par les antennes 5g installées en catimini et que l’on pourra faire varier à volonté


              • troletbuse troletbuse 14 avril 13:09

                @Aristide
                Non, la vaxxination n’est pas de l’histoire ancienne. Elle continue à être à l’ordre du jour ou du futur proche. Les remarques envoyées à Fergus vous concernent également sauf propagandiste.


              • troletbuse troletbuse 14 avril 13:15

                @Fergus et Aristide
                A moins que vous ne trouviez que « Les Echos » soit un journal complotiste !
                https://www.lesechos.fr/monde/europe/covid-le-certificat-sanitaire-europeen-verra-le-jour-en-juin-1302347


              • pemile pemile 14 avril 13:29

                @troletbuse

                Ton article nous annonce juste en mars 2021 qu’en juin 2021 le pass sanitaire a été normalisé en Europe, il est l’heure de se réveiller ?


              • charlyposte charlyposte 14 avril 13:35

                @pemile
                Sources ?


              • pemile pemile 14 avril 13:46

                @charlyposte « Sources ? »

                Elles coulent, comme toi et le Moskva !


              • charlyposte charlyposte 14 avril 14:10

                @pemile
                C’est la téloch qui coule dans ton cerveau lobotomisé smiley


              • troletbuse troletbuse 14 avril 14:39

                @Au remora de Nono
                C’est pour cela qu"elle a acheté 1,8 MILLIARD de doses pour ce mois de mai.


              • gruni gruni 14 avril 14:18

                Bonjour Fergus

                Puisque tu parles de mai 68, tu sais certainement que Panthéon-Sorbonne, Sciences Po et de l’École normale supérieure sont bloqués par une partie des étudiants. Heureusement qu’il y a moins de rues pavées que dans le passé.


                • troletbuse troletbuse 14 avril 14:34

                  @grounichion
                  Tiens, vous faites une sortie sans torchon aujourd’hui.
                  Prenez soin de vous afin que vous nous pondiez un article bien crasseux qui dénigre MLP !  smiley


                • Fergus Fergus 14 avril 16:22

                  Bonjour, gruni

                  Merci pour l’info, je n’étais pas au courant.
                  Apparemment, ces jeunes gens n’acceptent pas l’affiche du 2e tour de la présidentielle. Il va pourtant falloir qu’ils fassent avec, comme le reste de la population. Sauf à prétendre (avec ou sans pavés) à lancer un nouveau mouvement de type Mai 68. Mais là, ce n’est clairement pas gagné.


                • wagos wagos 14 avril 15:09

                  Je suis Bellifontain « habitant de Fontainebleau » au sujet des pavés, il en reste encore plein tous taillés et plus ou moins enterrés avec les siècles , notamment aux Hauteurs de la Solle , fermée maintenant à la circulation automobile .. c’est à 1000 Mètres à vol d’oiseau de mon domicile vu que j’habite en lisière ...

                  Mais effectivement ils devaient être façonnés sur place , de beaux cubes en grès dur « le Pif » pour les connaisseurs, c’est à dire ceux qui restent durs aux chocs ...

                  Les « Paf » se désagrégeant en cas de choc ....donc c’est par ce son spécifique que l’on sélectionnait les pavés aptes à des utilisations de longue durée...


                  • Fergus Fergus 14 avril 16:39

                    Bonjour, wagos

                    Il reste encore de belles sections pavées dans la forêt de Fontainebleau. 

                    J’ignorais ces appellations pittoresques de « Pif » et « Paf ». Merci de les avoir mentionnées.

                    Mon épouse et moi avons nous-mêmes failli habiter à Fontainebleau (au Parc Sainte-Marie) il y a environ 35 ans, mais la vendeuse nous a fait une entourloupe. Dommage !


                  • troletbuse troletbuse 14 avril 21:44

                    Voici un bon article de caniveau : Pas étonnant de la part de Fergus  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité