• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les peuls sont-ils mauritaniens ? Pr ELY Mustapha

Les peuls sont-ils mauritaniens ? Pr ELY Mustapha

S’ils sont en Mauritanie, ils sont aussi nombreux au Nigeria, au Niger, dans le nord et ouest du Cameroun, au Mali, au Sénégal, en Guinée, au Tchad, en Gambie, au Burkina Faso, au Bénin, en Guinée-Bissau, en Sierra Leone, au Ghana, en Côte d'Ivoire, au Togo et au Soudan. En Guinée Conakry, ils font même 53,4 % de la population  !

Ils sont dans toute l'Afrique de l’Ouest, « squattent » toute la bande sahélo-saharienne, soit au total une quinzaine de pays différents soit entre 25 à 65 millions de personnes !

JPEG

Les peuls sont partout, jusqu’en Afrique du Sud et dans la corne de l’Afrique ! Ce seraient les « chinois » locaux de l’Afrique, partout. Ils portent d’ailleurs différentes appellation, Foulani, Fulbés, Fulfulde, Pular ou encore Fellata…et même toucouleurs. De quoi donner le tournis pour s’y retrouver.

Ils sont partout avec leurs troupeaux qui vont et viennent du Nord au Sud et d’Est en Ouest. Rien ne les arrête, même pas le désert ! Une mobilité à l’énergie solaire qui ferait pâlir les adeptes des énergies renouvelables. Tesla lui-même serait un Peul !

Puisqu’ils sont partout, peut-on dire que les peuls sont mauritaniens ? On ne peut reconnaitre une nationalité qu’a des personnes identifiables et individualisables. Elles ne peuvent être ici et partout à la fois. Le pouvoir d’ubiquité, soit être à deux endroits à la fois, du peul ne peut lui permettre d’être mauritanien. Le peul est l’exemple même de la physique quantique, développant dans les pâturages, les propretés d’un l’électron…suivi de ses vaches.

D’ailleurs peut-on admettre qu’un peul soit plus attaché à l’herbe qui pousse sur toute l’immensité de l’Afrique qu’à un quelconque territoire qu’il traverse au gré des saisons, et des pâturages et qu’il puisse, spécifiquement, être mauritanien ?

S’il était vraiment mauritanien, pourquoi le Peul ne peuplerait pas densément le désert mauritanien, pourquoi ses vaches ne seraient pas dans les oasis et ses taureaux sur les dunes ? Pourquoi les poulos ne vendraient pas le « Kossam » dans le Tiris-zemmour et les bergers peuls ne seraient pas en train de « pâturer » dans la passe d’amougjar ? Simple parce que le peul n’est pas mauritanien. Il est peul voilà c’est tout.

 

La question est donc résolue et nous venons d’apporter assez « d’arguments » pour ce vieux maure un peu fêlé, qui voudrait « chasser les peuls de Mauritanie, parce qu’ils ne sont pas mauritaniens. ».

Aujourd’hui sous les verrous, cet ersatz est l’exemple de ce que la Mauritanie d’aujourd’hui a produit de pire dans les mentalités dégénérescentes de plus de quarante ans d’un régime militaire d’exacerbation du tribalisme, du clanisme et de la médiocrité humaine.

Peut-on argumenter sur les racines du peuple peul, dont l’existence sur le territoire est bien plus ancienne que la Mauritanie elle-même ?

 Lorsque le gouverneur Xavier Copollani traça à l’équerre les frontières de la Mauritanie et lui donna une telle appellation, les peuls étaient déjà là avec leur culture millénaire, leur langue, leur poésie, et leurs épopées légendaires. L'épopée de Silâmaka et Poullôri, la geste de Ham-Bodêdio, l'empire peul du Macina. L'épopée de Boûbou Ardo Galo … 

Plus ancien encore, fondateurs de prestigieuses civilisations, l'historien Cheikh Anta Diop a lié les Peuls à l'Égypte ancienne, Tauxier les lie à leur pays d'origine (moyenne Égypte) vers le VIe siècle avant l'ère chrétienne. C’est autant dire que même la Maurétanie romaine n’existait pas encore !

C’est autant dire que le peul n’a pas besoin d’être mauritanien pour exister, mais la Mauritanie a besoin du peul pour exister, car il en est une composante humaine vitale pour son existence. Enfant sans conteste de son sol, il lui apporte la richesse humaine d’une civilisation millénaire dont la Mauritanie fut ( et est) un espace historique.

Mais au lieu d’émuler cette synergie du peuple mauritanien avec toutes ses ethnies, l’Etat mauritanien, a depuis longtemps démissionné de son rôle d’unificateur et d’appareil de solidarité nationale.

 L’ignorance de l’autre, le bigotisme civil, le laisser-aller éducatif et culturel, le favoritisme tribal, l’obscurantisme religieux, le « je m’en-foutisme » des décideurs publics, la pauvreté des populations, la misère des classes la démission des intellectuels, le clientélisme politique et l’avenir en impasse, font que naissent des "esprits" tordus qui spolient toute une nation.

Pr  ELY Mustapha


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 31 mai 14:59

    Je connais un autre peuple qui est partout, mais chaque personne a une nationalité particulière, en général là où elle habite, et qui appelle « communauté » l’ensemble de ses membres, dans chaque pays et dans le monde. Bon, mais eux, ils ne sont ni éleveurs ni nomades.

    Le problème de l’Afrique, entre autres, c’est que les frontières des états est le résultat de la colonisation et de la décolonisation qui n’ont guère de rapports avec le mode de vie traditionnel des autochtones présents avant les « conquêtes » coloniales. C’est un peu comme pour les Amérindiens sur le continent américain, sauf qu’il n’y a presque pas eu de peuplement européen et que les chefs locaux corrompus ont hérité des envahisseurs la recette de la gamelle pleine.

    Le summum de l’aberration, c’est l’ensemble des frontières entre l’Algérie, le Mali et le Niger, frontières totalement artificielles qui rendent la vie impossible aux Touaregs quand les états concernés décident de se bagarrer. Pour les Peuls, ils ont apparemment plus de souplesse d’intégration, mais les pâturages sont plus permanents que dans le Sahara.


    • sylvain sylvain 31 mai 15:43

      les colons européens n’ayant pas considérés les territoires tribaux traditionnels pour établir les nations africaines et se découper le continent, il y a peu de chances pour que les identitées africaines traditionnelles et les identitées issues du colonialisme coincident .

      Les africains, dans l’ensemble, n’ont ni abandonnés leurs identitées tribales, ni remis en cause les frontières coloniales, avec les identités nationales qui en découlent . D’ou une sorte de confusion permanente, et une gestion du pouvoir phagocytée par le tribalisme .

      Il y a certainement une voie a trouver pour concilier tribalisme et nation, si c’est ce que les africains souhaitent, mais ils ne semblent pas l’avoir trouvée .J’espère qu’ils inventeront autre chose que le communatarisme a l’américaine


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 31 mai 16:03

        @sylvain

        La notion de « nation » date du 19ème siècle et tourne autour de théories plus ou moins nationalistes qui se résument souvent à : nation = un peuple, une langue, un territoire. Sauf que ce slogan qui sonne bien est une pure spéculation intellectuelle !

        La France des Capétiens était composée de peuples parlant des langues différentes (Francien, Celtique, Roman, Picard, etc.), et elle a phagocyté des territoires comme la Vésubie italienne encore au XXème siècle. L’Allemagne aujourd’hui n’intègre pas certains territoires peuplés de groupes germanophones (en Belgique, en Pologne, en Hongrie, en Roumanie, en Tchéquie et en Slovaquie). Ne parlons pas des groupes russophones en Ukraine. Mais ça, c’est pour le continent européen dont l’histoire a consisté en partages d’héritages princiers imposés à des peuples qui se sont plus ou moins bien mixés.

        L’histoire de l’Afrique est toute autre, et les territoires sont peuplés un peu partout de différentes ethnies parlant différentes langues et dialectes pour lesquelles la notion d’état-nation n’a aucun sens. L’ironie de la chose, c’est de vouloir les faire rentrer dans le moule alors que cette même notion est en train de se délier sous les coups portés par le mondialisme qui vise à transformer la géopolitique en stratégie marketing sur un marché mondial ! Même la notion de communautarisme n’est plus opérante.


      • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 31 mai 18:35

        @sylvain
        En effet, bien vu et bien dit : « D’ou une sorte de confusion permanente, et une gestion du pouvoir phagocytée par le tribalisme ».
        Cela résume toute l’impasse où se trouve le devenir des Etats africains.
        Merci pour votre pertinent commentaire.


      • sylvain sylvain 31 mai 19:08

        @Séraphin Lampion
        parler « d’établir les nations africaines » était une erreur de ma part .Je ne suis pas sur que les européens aient jamais voulus créer d’états nations africains, ils ont surement juste voulus se découper le gateau . Mais, peut être a l’insu de leur plein gré, en imposant une langue commune, un sytème de loi, et un découpage brisant les sociétés traditionnelles, ils ont tout de même un peu fait ça.

        Pour l’idée que l’état nation n’a aucun sens pour les africains, c’était certes le cas avant la colonisation, mais il semble que l’idée ai tout de même prise, et on ne peut nier qu’un peu a la fois, les états africains se développent et que l’identité de malien ou nigérian ait de plus en plus de sens pour les habitants de ces pays .

        Il est vrai que chez nous, cette notion est bien plus moderne qu’on ne le croit souvent . Dans tout le sud rural, on ne parlait que rarement le français au début du vingtième siècle


      • sylvain sylvain 31 mai 19:12

        @Pr ELY Mustapha
        J’espère que les africains trouveront une meilleur solution que la république une et indivisible qui a broyée toutes les identitée locales chez nous, ou le communautarisme qui a donné tous les pouvoirs a l’oligarchie en amérique .
        En tout cas bonne chance


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er juin 08:09

        @sylvain

        « … l’identité de malien ou nigérian ait de plus en plus de sens pour les habitants de ces pays. »

        Pas celle de Marocains pour les Sahraoui, en tous cas.


      • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 1er juin 15:54

        @Pr ELY Mustapha

        Bonjour, 

        L’avenir des peuples africain et d’une manière plus générale de l’Afrique sera assuré lorsque leurs dirigeants se couperont définitivement de l’OMS, de l’ONU, du FMI, de l’OCDE, etc. et prendront leur destin en main.
        Mais pour cela il faudrait du courage et que cesse la corruption à grande échelle. 
        Mais rassurez-vous, il en est de même pour les peuples occidentaux dirigés par des gens corrompus qui sont pieds et poings liés à l’OMS, l’ONU, FMI, OCDE, etc... 
        Toutes ces structures internationales ne valent rien et en rajoutent aux malheurs du monde. 
        Bien à vous.


      • eddofr eddofr 31 mai 18:05

        Un jour on enrôlera des Peuls dans une armée quelconque, pour aller tuer d’autres Peuls, enrôlés dans une autre armée. Tout ça pour défendre des intérêts « nationaux ».


        • Pr ELY Mustapha Pr ELY Mustapha 31 mai 18:49

          @eddofr
          ce n’est pas une vison de l’esprit, les terroristes au Sahel, y sont déjà.
          Ce n’est pas la nation qui serait la barrière aux guerres, c’est la volonté commune de paix dans un environnement institutionnel d’intérêts communs et de bénéfices équitablement partagés au profit de l’Homme, dans sa case, sa maison, sa communauté, son village, sa région et son pays. En somme, seule la conscience d’un devenir commun ressenti , neutralise les « tares » vindicatives éthniques.
          Du chemin a faire...


        • YANKEE-GOHOME ! 1er juin 06:37

          Avec les envahisseurs européens :

          Amérique,

          Afrique,

          Asie

          écosystème

          ont subi un malheur irréparable...


          • titi titi 1er juin 12:07

            @L’auteur

            Vous avez tout faux : les peuls sont manipulés par la France...

            https://www.agoravox.fr/commentaire6363343

            C’est microf qui le dit...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité