• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les politiques tentent d’empêcher une guerre civile au (...)

Les politiques tentent d’empêcher une guerre civile au Liban

Les politiques libanais tentent de trouver un compromis sur l'affaire d'explosion au port de Beyrouth qui s'est produite en août 2020. Les députés, les ministres et l'ancien chef du gouvernement Hassan Diab ne répondent pas aux assignations à comparaître. Les différends judiciaires et politiques ont conduit à une fusillade dans des quartiers résidentiels de Beyrouth. Mais les politiciens s'empressent d'affirmer qu'il n'est pas question d'une nouvelle guerre civile au Liban. En même temps, les Libanais ordinaires suivent avec crainte l'évolution de la situation. D'autant qu'à la hausse de la violence s'ajoute une multitude d'autres contradictions et une grave crise économique. 

L'explosion au port de Beyrouth en août 2020, faisant plus de 200 morts, a été un coup extrêmement difficile pour le Liban, alors que des milliers de personnes sont restées sans foyer. 

Les Libanais ont été bouleversés d'apprendre que le port de la capitale abritait pendant des années des explosifs sans contrôle. Ils sont sortis manifester pour exiger la démission du gouvernement. Plus d'une année a été nécessaire pour convenir de la composition du nouveau cabinet ministériel et surtout de la candidature du premier ministre. Sous la menace de sanctions occidentales contre les politiques empêchant la constitution du gouvernement, Najib Mikati est devenu premier ministre, sachant qu'il avait déjà été à la tête du gouvernement en 2005 et entre 2011 et 2013. Le gouvernement a entamé son travail fin septembre, mais les ministres n'occuperont leurs cabinets que jusqu'aux élections - en mars ou en mai. Le parlement a voté pour mars, le premier ministre a soutenu cette décision, mais le président s'y est opposé. Aucun compromis n'a pu être trouvé. 

Des problèmes sont également survenus à l'intérieur du gouvernement. Les ministres des mouvements chiites Hezbollah et Amal ont boycotté les réunions du cabinet à cause du désaccord avec le déroulement de l'enquête sur l'explosion de Beyrouth et ont exigé la démission du juge Tarek Bitar, qui mène cette enquête et envoie des assignations à comparaître aux politiques qui étaient au pouvoir entre 2014 et 2020. Les ministres, les députés, les représentants des forces de sécurité et l'ancien premier ministre Hasan Diab refusent de venir aux interrogatoires et déposent des plaintes incidentes. 

Le patriarche d'Antioche et du Levant Bechara Rahi a servi d'intermédiaire entre les forces politiques du Liban après que les différends autour de l'affaire sur l'explosion au port ont dégénéré en fusillade à Beyrouth, à la frontière entre le quartier chiite Tayouneh et le chrétien Ayn al-Rumana. L'incident avait fait 7 morts et 30 blessés. La direction des mouvements chiites a accusé de l'attaque les manifestants pacifiques qui exigeaient la démission du juge Bitar, le parti chrétien Forces libanaises. Mais ses leaders refusent de reconnaître leur culpabilité. Ils affirment que des partisans du Hezbollah et d'Amal ont joué le rôle de provocateurs en pénétrant dans le quartier d'Ayn al-Rumana. 

Le Liban n'a pas oublié que la guerre civile avait commencé en 1975 précisément par un affrontement à Ayn al-Rumana entre les groupes palestiniens et les représentants du parti chrétien Phalanges libanaises. La répétition de ces événements a sérieusement effrayé tout le monde. 

Les Forces libanaises et le Hezbollah déclarent tous les deux qu'ils ne veulent pas une guerre civile. D'autres forces politiques sont solidaires avec eux. "Les Libanais ont tiré des leçons de la guerre civile qui a infligé un immense préjudice au Liban - à la société et à l'économie. Aucun Libanais ne voudrait revivre la guerre civile, personne n'est prêt à sacrifier sa vie sachant que cela ne mènera nulle part", estime le premier ministre libanais Najib Mikati. Selon lui, le dialogue est la seule voie qui mène au règlement de la crise libanaise. 

D'après le chef du gouvernement, la fusillade à Beyrouth n'est que l'un des incidents dans le secteur de la sécurité, qui se sont déjà produits par le passé, et il ne peut pas être considéré comme le début d'une guerre civile. 

Le président Michel Aoun a également déclaré la semaine dernière que le scénario de la guerre civile ne se reproduirait pas au Liban. 

À l'approche des élections, les Libanais s'attendent à de nouveaux affrontements, mais répètent comme un mantra : ce n'est pas une guerre. Pour l'instant, les batailles se déroulent principalement dans les tribunaux. Mais les victimes de l'explosion n'arrivent toujours pas à obtenir justice, tout comme les Libanais ordinaires n'arrivent à obtenir la réponse à la question de savoir quand leur vie deviendra meilleure.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3260


Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 5 novembre 2021 09:18

    Mais quels sont donc les pays frontaliers du Liban ?

    Ah pardon.

    Je n’avais pas vu que l’article parlait de « politique intérieure ».


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 novembre 2021 10:31

      @Docteur Faustroll

      L’Iran a une frontière avec le Liban Séraphin ?


    • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 5 novembre 2021 11:39

      @Olivier Perriet

      non


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 novembre 2021 11:50

      @Docteur Faustroll

      pourquoi l’Iran contrôle-t-elle le Hezbollah alors ?!??


    • Lonzine 5 novembre 2021 12:00

      @Olivier Perriet
      sunnites chiites etc une vraie salade grecque....


    • Séraphin Lampion Docteur Faustroll 5 novembre 2021 12:25

      @Olivier Perriet

      Israël a-t-il une frontière commune avec le Etats-Unis ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 novembre 2021 10:32

      Pour résoudre les problèmes du Liban, demandez Poutine.

      Ah, non, c’est vrai, il est surtout occupé à mettre le feu en Arménie et en Ukraine !


      • nemesis 6 novembre 2021 05:07

        @Olivier Perriet

        Pour des pays comme la Russie, les USA, la Chine lorsque les victimes se comptent par milliers ( à l’extérieur ou chez eux) ... ce n’est que du collatéral...


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 5 novembre 2021 19:23

        Ces articles au kilomètre sont affligeants. Zéro analyse, zéro perspective. En plus on repère les inexactitudes qui se propagent d’articles en articles :

        le quartier chiite Tayouneh

        Tayyouneh n’est pas un quartier, c’est un rond-point.



        • nemesis 6 novembre 2021 05:05

          Avant de lire ou de composer un quelconque Article, il serait peut-être bon de regarder le dessous des cartes que nous propose T.Meyssan

          La Russie prépare le lever de rideau

          https://www.voltairenet.org/article214432.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Patrice Bravo

Patrice Bravo
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité