• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les primaires ou l’illusion démocratique

Les primaires ou l’illusion démocratique

Grâce au fonctionnement de la Vème République seuls les chefs des grands partis, à savoir ceux incrustés dans les rouages depuis des lustres et qui tirent les ficelles, peuvent prétendre à l’Elysée. Malheureusement, il existe encore aujourd’hui beaucoup de Français qui sont persuadés de disposer d’un pouvoir, parce qu’ils tiennent entre les mains un bulletin de vote. Il suffit ensuite de le glisser dans l’urne pour changer les destinées de la France. Quelle mystification ! Si le peuple agissait sur le cours des choses, nul doute que le suffrage dit universel n’existerait pas. Il en va de même pour les élections au sein des mouvements politiques. Si les militants avaient la capacité d’influencer leurs partis, cela se saurait…

La mode des primaires, exercice qui consiste pour un parti politique à désigner son candidat à l’élection présidentielle, est l’illustration parfaite que la démocratie est un leurre. Incontestablement les primaires confortent les tenants du système et renvoient à la manipulation du suffrage universel. Les organisations républicaines simulent un démocratisme qui permet, en théorie, à leurs adhérents de choisir leur chef entre plusieurs concurrents. Mais c’est un leurre. A l’instar de l’élection présidentielle, seuls les pontes de ces dits partis peuvent sérieusement prétendre à devenir le numéro un de leur camp. Les encartés de ces structures politiques ne sont que des faire-valoir ou des idiots utiles qui légitiment à leurs dépens les différents processus électifs. Les prétendues compétitions démocratiques ne se jouent donc pas entre les citoyens ou les militants, mais entre les membres d’une même caste politique. Le système des primaires permet de réduire la violence physique et les combats de rue. Toutefois elles n’évitent pas, bien au contraire, les maux de la démocratie. Au contraire elles les renforcent. Pour gagner une primaire ou l’élection présidentielle, il faut mentir, trahir, acheter des voix, faire pression, exercer une certaine violence verbale et intellectuelle. Henri Guaino, membre de cette caste dirigeante plus ou moins sur la touche, a récemment déclaré : « La collecte des parrainages de la primaire de la droite et du centre aura été le théâtre depuis des mois, de toutes les petites manœuvres, de tous les petits calculs de la vieille politique politicienne avec son lot habituel de pressions, d'intimidations, de manipulations, d'échanges de bons procédés mais aussi de pusillanimités, de petites lâchetés, de reniements, d'hypocrisies et de promesses de portefeuilles  » (1). Il a même été plus loin en prononçant une évidence : « Les primaires sont une escroquerie démocratique » (2). Il est quand même désespérant que l’ancienne plume de Nicolas Sarkozy ait découvert cette triste réalité à presque 60 ans. Mais comme dit l’adage : « Il n’est jamais trop tard pour bien faire. »

Il ne faut pas s’étonner de voir les deux grands partis, qui se partagent le pouvoir depuis plusieurs décennies, organiser des primaires. Cela permet d’entretenir le mythe démocratique selon lequel les militants choisissent leur champion. Une fois les représentants de chaque partie déterminés, le peuple souverain dans un bel exercice d’hémiplégie politique choisit celui qui dirigera le pays. De plus, l’alternance politique entretien l’illusion dans l’esprit des votants que chaque camp occupe la première place à tour de rôle. La supercherie perdure et persiste bon an mal an. En conséquence les dominants encouragent volontairement ce double mensonge. L’objectif de ces mascarades démocratiques consiste à réserver les premières places à une nomenklatura. Celle-ci emploiera tous les procédés possibles et inimaginables pour maintenir sa domination. Les primaires et le suffrage universel sont donc les deux faces d’une même pièce et surtout des outils d’asservissement du peuple…

Franck ABED

http://www.franckabed.com

http://actus-franckabed.com

http://entretiensdefranckabed.com

https://lecturesdefranckabed.wordpress.com

 

(1) Le Figaro, 9 septembre 2016

(2) www.capital.fr le 9 septembre 2016

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 12 septembre 2016 15:15

    « Grâce au fonctionnement de la Vème République »


    D’accord avec le fond de votre article, mais le système des primaires n’est pas lié au fonctionnement de la Vème république. Isatauré 
    par le PS en 2012 pour singer les pratiques américaines, ce sytème renforece les mécanismes anti-démocratiques de la Vème (mis en place au moment de la guerre d’Algérie pour verrouiller certaines issues), mais il n’en est pas la conséquence.

    • Fergus Fergus 12 septembre 2016 15:40

      Bonjour, Jeussey de Sourcesûre

      Vous avez raison.

      Qui plus est, les primaires, malgré leurs défauts et leurs insuffisances, sont un meilleur système que la cuisine opaque des appareils politiques comme elle se pratiquait auparavant, dans l’ignorance totale des électeurs.


    • Nicole95 (---.---.133.182) 12 septembre 2016 18:37

      @Jeussey de Sourcesûre

      C’est une façon d’asservir un peu plus le peuple qui s’imagine pouvoir peser sur des décisions qui lui sont interdites. La farce NKM en est l’illustration parfaite.


    • condorman (---.---.204.130) 12 septembre 2016 15:24

      Les primaires permet de choisir celui qui nous atomisera avec l’aide de son parti. Belle article


      • Nicole95 (---.---.133.182) 12 septembre 2016 15:28

        Les élections sont en règle générale un attrape gogos pour donner l’illusion au bon peuple qu’il a un pouvoir. En fait les jeux sont faits depuis longtemps. La démocratie est un leurre


        • Fergus Fergus 12 septembre 2016 15:43

          Bonjour, Nicole95

          Non, la démocratie n’est pas un leurre : ce sont les électeurs, par leur comportement aveugle, qui en font un leurre !


        • Nicole95 (---.---.133.182) 12 septembre 2016 18:41

          @Fergus

          50,01% de cretins qui ne voient que leurs intérêts particuliers, vous trouvez que ce n’est pas un leurre ? Le vote ne devrait être que régional au plus, les décisions régaliennes ne sont pas du ressort du peuple.


        • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 12 septembre 2016 20:43

          @Nicole95

          de qui sont-elles le ressort ?
          rayez les mentions inutiles :
          - de dieu
          - du roi
          - de Bruxelles-Washington
          - des banquiers
          - des hauts fonctionnaires (nommés par qui ?)

          je me perds en conjectures
          aidez-moi

        • Chelou (---.---.58.100) 12 septembre 2016 22:46

          @Jeussey de Sourcesûre
          de qui sont-elles le ressort ?
           
          De celui qui lui signe son chèque à la fin du mois smiley


        • Fergus Fergus 12 septembre 2016 22:55

          Bonjour, Robert Lavigue

          Ne vous méprenez pas : je suis légaliste, et donc prêt à faire avec les élus issus du vote populaire. Et très franchement, je ne connais pas de meilleur système, même si la majorité des électeurs votent sans connaître les programmes des candidats.


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 13 septembre 2016 11:48

          Non, ce n’est pas une « illusion démocratique », je l’ai expliqué mille fois : 


          C’est le TOUT PUISSANT « Leurre démocratique » qui a ruiné les nations ! 

          Rappel : 

          «  »J’ai tout analysé et préconisé la meilleure solution mais ... vous refusez toujours.


          Le Logiciel de la Nation française est périmé. Ce n’est plus le problème du choix d’un « candidat », il s’agit d’une refondation et d’une libération : Se libérer d’un socle d’une fausse culture qui vous maintient au fond d’un puits de potentiel de la médiocrité ou rester amarrés aux attaches d’une forte inertie qui vous fait tourner indéfiniment autour d’un zéro creux : CHOISISSEZ, CHOISISSEZ BIEN !

          Pourquoi alors bavarder inutilement et indéfiniment. La conclusion je l’ai faite pour vous.

          « » L’héritage de Sarkozy-Hollande n’est pas facile à endosser : Si la France refuse de considérer sérieusement la solution globale que je préconise, alors l’échéance de 2017 sera au mieux inutile, au pire problématique« »

          DU CHOIX DU PEUPLE DE FRANCE AVANT MÊME LE CIRQUE ÉLECTORAL DE 2017,
           DÉPENDRA L’AVENIR DE LA FRANCE. «  »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès