• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les problèmes de l’ENA… selon l’ENA

Les problèmes de l’ENA… selon l’ENA

 L’ENA, Ecole Nationale d’Administration, est souvent critiquée mais de l’extérieur. Il est intéressant de lire, puisqu’ils sont publics, les rapports du jury au concours d’entrée de l’ENA, car ils contiennent nombre de critiques non dissimulées de la fameuse école. Des critiques d’autant plus difficiles à nier qu’elles sont émises de l’intérieur. En voici un petit florilège, grâce à un de nos fidèles lecteurs. Vous noterez au passage les critiques envers l’insuffisante discrimination et la diversité des formations d’origine, loin de la pensée correcte prônée dans cette école de l’élite française.

« L’on peut se demander si, même bien conçues, les épreuves sur dossier n’aboutissent pas à permettre à des candidats d’être admissibles, en dépit de qualités intellectuelles médiocres. […] En revanche, une mise en garde s’impose sur la notion de « note ». Nombre de candidats (en particulier au troisième concours, mais aussi au concours interne) ne savent pas ce qu’il faut entendre par ce mot et ont du mal à faire le départ entre une « note » et une « dissertation ». […] De façon plus générale, le jury s’est interrogé sur l’opportunité, pour le concours interne, de panacher les épreuves sur dossier et celles sans dossier. Il lui est en effet apparu que la généralisation des dossiers pouvait avantager des candidats consciencieux, à l’aise dans un exercice qu’ils pratiquent habituellement, par rapport à d’autres à l’esprit plus critique, qui n’osent pas s’en évader suffisamment. » Rapport du jury au concours d’entrée à l’ENA en 2001, pages 3 et 4

« La faiblesse du niveau de la préparation et de la motivation de beaucoup de candidats les a en revanche frappés et ils ont même pu se demander pour nombre d’entre eux comment ils avaient pu franchir le cap de l’admissibilité, parfois même dans de bonnes conditions. Cette constatation les a conduits à s’interroger sur la nature et la structure de certaines épreuves. » Rapport du jury au concours d’entrée à l’ENA en 2005 page 15

“Cette diversité des formations d’origine, beaucoup plus marquée qu’elle ne l’était autrefois, est en soi heureuse ; elle a en revanche une conséquence défavorable : la grande faiblesse en droit de bon nombre de candidats qui ne maîtrisent pas les bases, les notions fondamentales ; cela se constate aussi bien dans les épreuves de droit public que dans les autres matières où ces principes et concepts de base sont indispensables. Le phénomène est si prononcé que l’Ecole doit, me semble t-il, en tirer la conclusion en adaptant les programmes de la première partie de la scolarité ; dans un État de droit, les hauts fonctionnaires, quel que soit leur domaine d’activité, ne peuvent pas ignorer les principes généraux de droit.” Rapport du jury 2007 pages 6 et 7

« Il est en effet étonnant de voir le niveau des réponses de certains candidats qui ont pourtant réussi à être admissibles, essentiellement au concours interne et au troisième concours, pour lesquels une partie des candidats se présente sans avoir fait de préparation particulière et ne sont donc pas bien informés de ce que l’on attend d’eux. Le fait que les épreuves d’admissibilité ne permettent pas d’éliminer ces candidats très éloignés du niveau attendu conduit à penser que les épreuves d’écrit ne sont pas complètement adaptées à leur objectif. Le très grand nombre d’épreuves sur dossier rend l’exercice insuffisamment discriminant sur le niveau des connaissances nécessaires et induit en erreur sur la nature des attentes des jurys. » Rapport du jury de l’ENA 2010 page 9.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    



    • Kalki Kalki 8 juillet 2011 10:43

      Un haut fonctionnaire ca fait quoi ?

      Ca décide qui doit vivre et mourir en millions de personne en appuyant sur un bouton du système

      Ca obeit a ceux qui ont du fric, des sousous, après avoir donné le pouvoir de créer des sousous a des enculés (brave toutou )

      Et ca croit que ca fait un bon travail, et que ca travail :) , en fait non

      Ca se renifle le cul en société et oui l’influence du GROUPE et de la pensée de groupe est importante parmis ces animaux : de ce fait aucune réelle innovation POLITIQUE n’est admise , le groupe est un conglomérat de gens avec des apprioris

      Des compétences ? ah oui : « j’ai vendu des logiciel , grace a des amis a mon papouné » et je suis un génie de l’informatique ... et de ce fait je sais ou l’on va à l’avenir ...

      On a des idées en france, des tetes conscientes ... non, ou elles se cachent toutes

      De l’autre coté , on a des vieux , encore plus incompétent , qui ne connaissent rien du tout en rien, ni en économie, ni en technologie

      pour eux la politique c’est du spectacle et des jeux malsains ...

      en fait non

      alors place à la jeunesse

      tout a une fin

      Ne payez plus vos impots : L’état et les fonctionnaires sont des assistés, ils ont pas besoin d’argent : comment sont remplacé TOUS vos ‘haut’-fonctionnaires :)

    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 8 juillet 2011 09:08

      « et ne sont donc pas bien informés de ce que l’on attend d’eux. » on attend d’eux qu’ils prennent le volant alors qu’en fait, là haut, ils auront des chauffeurs qui perdront leurs points pour eux et c’est les passagers qui paieront les amendes et contredanses...Espèce de Néandertalien Attardé...


      • foufouille foufouille 8 juillet 2011 11:53

        peu etonnant vu le niveau de certains ministres


        • aetius320 8 juillet 2011 12:05

          Le problème de l’ENA c’est qu’elle est devenue un lieu de reproduction sociale. 


          Mais il est encore possible pour des fonctionnaires catégorie A issue souvent de la classe moyenne et moyenne supérieure d’y accéder par le concours interne.

          Il ne faut surtout pas supprimer cet école. La situation serait encore pire. Car que croyez-vous, qu’un fonctionnaire travailleur serait propulsé à des postes colossaux d’administrateur ou d’inspecteur général des finances ? Certainement pas, ces postes seraient tous, je dis bien tous, réservés aux connaissances et la famille des gens déjà en place. On a déjà vue un petit aperçu de ce que cela pourrait donner avec le fils Sarkozy qui a presque réussi à accéder à la tête de l’EPAD.

          Ce qu’il faut faire par contre : 
          1. c’est que l’Etat mette en place des préparations solides, financées et gratuites pour les gens méritant voulant y accéder.
          2. faire de l’ENA une école pour fonctionnaire déjà en place. Il est inadmissible que des jeunots de 22 ans, aussi brillant soient-ils académiquement, puissent se retrouver à la tête de centaines ou de milliers de personnes.
          3. doubler le nombre d’années de services dus à l’Etat. L’ENA ne doit pas être un tremplin vers les postes en « emplatrage » maximum dans le privé mais un tremplin pour les personnes voulant servir l’Etat.

          • Gargantua 9 juillet 2011 02:27

            L’ENA est une application normative pour une dérive totalitaire des institutions de l’Etat.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès