• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les racines de l’Union Européenne

Les racines de l’Union Européenne

Il était une fois dans une contrée lointaine, deux royaumes qui se faisaient la guerre depuis des siècles, et des siècles. Après une dernière guerre horrible faisant des millions de morts, et des destructions inimaginables, un preux chevalier du nom de Sir Robert Schuman décida un jour qu'il était temps que cela cesse ! Il fallait rendre la "Guerre non seulement impensable, mais matériellement impossible !" C'est donc dans un élan de paix et d'amour que nos deux royaumes s'entendirent, et invitèrent leurs voisins dans ce que l'on appela par la suite :

La "Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier"

Je me souviens de mes leçons d'Histoire sur la Seconde Guerre Mondiale. Cet évènement de notre histoire me semblait lointain, et très étrange. Je n'arrêtais pas de poser des questions à ma professeur à cette époque :

_ "Je ne comprends pas, vous venez de nous dire que la France, et l'Angleterre ont déclaré la guerre à l'Allemagne suite à l'invasion de la Pologne ? Pourquoi n'ont-ils pas aussi déclaré la Guerre à l'URSS qui a fait exactement pareil ?

Généralement ça la fesait sourire, et elle me répondait toujours avec un argument qui me fesait poser encore plus de questions.

Puis vient le moment de la défaite allemande, du partage en quatre zones, de la Guerre Froide. Là bon le scénario se tient, on a des alliés qui ont peur de l'ours russe, et qui sont prêts à tout pour s'en protéger.

Puis vient l'étude de l'économie allemande d'après guerre : le miracle allemand. Et là bien sûr :

"Je ne comprends pas, vous venez de nous dire que les nazis étaient battus, qu'Hitler avait pratiqué une politique de terre brulée, que les alliés avaient déversé des tonnes de bombes, qu'il y avait même plus une goutte d'essence pour les tracteurs, et dès 1948 l'économie de la RFA, une moitié d'Allemagne, est meilleure que celle de la France voire du Royaume Uni ?"

Et là elle me répondait : "C'est le plan Marshall, mon enfant"

Bon pourquoi pas, Après je fouille, et je découvre les usines bunkers, les mines de sel et toute une industrie préservée des bombes. Ca semble cohérent. Surtout que de l'autre coté du rideau, la RDA à la même époque patine car Staline a confisqué les usines pour "réparations de guerre". Pourquoi pas ? Je me dis.

Et là normalement on débouche sur la CECA. Le mythe veut que l'embryon de l'Union Européenne fut créé pour empêcher une nouvelle guerre en Europe. Deux guerres mondiales en même pas une génération d'homme, ça doit fatiguer. Mais là où je ne comprennais plus, c'est pourquoi avoir mis autant d'énegie à créer une Europe économique, et non politique. L'acier, et le charbon seraient le nerf de la Guerre. Mais que vient faire l'Italie, les Pays bas, et la Belgique dans tout ça ? Sans compter que la France vient de perdre quelques millions, d'hommes, de femmes, et d'enfants, a eu la honte de son histoire dans une blitzkrieg, a subi la honte de l'occupation et de Vichy, la honte du STO. Je dis chapeau bas au peuple français. Quel humanisme ! En deux ans tout est oublié, là où pour la première guerre mondiale, en vingt ans c'était pas passé.

Généralement quand on aborde ce sujet on a pas le temps de se poser des questions, car l'Union Européenne va se construire vite. Un traité de Rome par ci, un traité de Maastricht par là, une pointe de traité de Nice, et une cerise sur le gateau, le traité de Lisbonne. Et l'Europe est là. Durant sa construction quelque chose me choque quand même. La candidature à rallonge de la Turquie, le refus de la candidature du Maroc, et de tous pays maghrébins, où contenant une pointe d'Islam. Là où la Moldavie a toutes ses chances, un pays musulman peut aller se faire voir chez les Grecs ! Enfin non même pas là-bas quand on regarde bien...

Bon tout est quand même bien huilé, et en ne se posant pas trop de questions, tout va bien !

Le problème c'est que l'histoire officielle ne parle pas de nombreux faits, et de nombreux personnages qui ont participé à la construction de notre Union Européenne. Que les nazis n'ont pas juste rangé leur uniforme au placard, en se réveillant d'une longue hypnose provoquée par Hitler. Nos livres d'Histoire parlent de dénazification visant à détruire tout ce qui se rapporte de près ou de loin au nazisme. Des drapeaux brulés, quelques procès, une centaine de condamnations, et l'Europe est propre. Ils sont forts ces américains !

Aujourd'hui pour moi cette version ne me suffit plus, l'opérations paperclip est un exemple des mensonges que l'on nous donne.

 

I. Quand les nazis pensèrent à l'après guerre

"The Red House Report"

Ce raport décrit la réunion de représentants de l'industrie allemande, d'officiels SS, et de l'armée à l'hotel Maison Rouge à Strasbourg, le 10 Aout 1944.

Il serait le fait d'un agent français y ayant assisté, la fiabilité de cet agent est évoqué dès les premières lignes. Il est décrit comme un spécialiste du problème allemand dès 1916, avoir été l'un des rares officiels français à avoir voyagé en Allemagne en 1944, et avoir des contacts très proches avec les industriels allemands. La réunion traite de plusieurs points :

Le SS obergruppenfuhrer Dr Scheid devant le fait accompli de la future défaite allemande veut préparer l'après guerre. Il évoque avec les industriels son plan. Tout d'abord la création de sociétés écrans dans des pays étrangers, et l'achat en masse d'obligations étrangères. Des entreprises américaines ayant préservé les intérets allemands sont citées en exemple. Deuxièmement, les industriels allemands doivent soutenir le "maquis nazi", et créer des bureaux de développement d'armes dissiminés partout dans le monde, sans connexion les uns avec les autres et connu seulement des chefs nazis. Ces bureaux devront remettre leurs résultats lorsque les chefs nazis pourront sortir de la clandestinité et rétablir l'unité allemande. Troisièmement, l'exportation massive de capitaux vers des pays neutres. Des banques Suisses sont évoquées : Basler Handelsbank, Schweizerische Kreditanstalt de Zurich. Et d'autres sans les nommer qui pour 5% de commissions sont prêtes à servir de couverture ou si vous préférez à blanchir l'argent nazi. Le rapport conclut sur le fait que le parti nazi a conscience que ses hauts responsables seront jugés et condamnés pour crime de guerre. Qu'en conséquence ce sont des personnalités "plus propres" de l'industrie qui les remplaceront aux postes clés.

L'objectif est donc de préserver les capitaux allemands pour permettre très rapidemend la reconstruction économique du pays. D'intégrer la future économie allemande à d'autres pays. Il faut également marquer une rupture de façade avec le parti nazi pour blanchir le futur régime. L'instauration de la nouvelle europe sera donc le fait des industriels. 

L'authenticité de ce document est difficile à prouver avec mes moyens. Ce serait le rapport EW-Pa 128 déclassifié. Tout d'abord les différents protagonistes mentionnés semblent tous inexistants. Le pivot de cette conspiration serait un certain SS Obergruppenfuhrer (général) Dr. Scheid. En consultant la liste des généraux SS, il n'apparait nulle part. Il est encore plus difficile de trouver un nom réel dans la liste des représentants des différentes industries, ou même dans les noms des agents du service de renseignements.

De plus la seule évocation de ce rapport est le fait du journaliste et écrivain, Adam Lebor, qui l'utilisa pour un livre, "The Budapest Protocol", et dans un article paru dans le daily mail le 09 Mai 2009. Dans cet article le journaliste ne nous explique pas comment il a retrouvé ces trois pages, juste qu'il les a tenus en main, et s'en être inspiré.

Cependant, en grattant un peu. Le format semble cohérent. En consultant les archives du Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force (SHAEF). Service de renseignements dont sortirait le rapport. Il existe effectivement des archives de la division G-2. Division qui traitait entre autre de "political intelligence", et de la "Swiss Aid" durant la période 1944 - 1945. On trouve également un hotel maison rouge à Strasbourg.

Des faits historiques vont également dans le sens du rapport. John J. McCloy : président de la Banque mondiale, de la Chase Manhattan Bank, président de la fondation Ford, administrateur de la fondation Rockfeller, président du council on foreign relations, conseiller sous Kennedy, Johnson, Nixon, Carter, Reagan, et surtout Haut commissaire de la zone occupée américaine de 1949 à 1952. En occupant cette fonction, il mena une campagne de pardon incluant quasiment tous les noms des industriels cités dans le rapport : Friedrich Flick, Alfried Krupp, IG Farben, ... Juste avant la création de la CECA.

Je pense donc que ce rapport contient des noms falsifiés mais doit évoquer une réunion réelle. En fouillant plus, soit dans les archives, soit en contactant le journaliste. Il doit être possible d'en vérifier l'authenticité. Les différents éléments que je vais vous décrire par la suite me donnent à penser qu'il y a un fond de vérité.

 

II. Quand les nazis construisirent l'Europe

On a donc dès 1944 des industriels nazis qui préparent l'après guerre, qui évoquent le retour du Reich, et qui passent par des sociétés écrans, et des banques suisses pour fuiter des capitaux, et qui blanchiront leur image après guerre. Le futur empire allemand ne sera plus militaire mais économique aux mains des industriels.

Le prince Bernhard des Pays Bas,

sa biographie officielle, nous renseigne sur les vices et surtout les vertus de notre regretté prince. Ambitieux, démocrate, bon père de famille, récompensé pour sa loyauté durant la guerre envers la couronne britannique du rang de chevalier commandeur. L'homme parfait.

Cependant en 1976 il toucha un pot de vin de 1,1 Millions de dollars de Lockheed pour influencer le gouvernement allemand d'acheter des armes du groupe. En 1988, il est accusé de financer un groupe paramilitaire en Afrique à travers le projet Lock. En 1995, un secret bien caché est révélé par des journalistes, le prince était un ancien adhérent du NSDAP, erreur de jeunesse selon sa biographie officielle.

Bref, un personnage intéressant ce prince, mais sa contribution à l'humanité ne s'arrête pas là. Surtout dans le cas qui nous intéresse. Il est également cofondateur du groupe de Bilderberg, avec des gens comme David Rockefeller.

Qu'est-ce qu'est le groupe Bilderberg ?

Ce groupe créé en 1952 dont le nom vient du charmant petit hotel des pays-bas où se réunissent ses participants a pour vocation officielle de construire l'unité occidentale contre l'union soviétique. Il fut présidé jusqu'en 1976 par le Prince, jusqu'au scandale Lockheed. Pour y entrer il faut y être invité, et le groupe réunit des personnalités de l'industrie, des banques, du journalisme, de la politique. Aucune information ne fuite de Bilderberg, les caméras, micros, papiers sont interdits. Il est donc impossible de savoir ce qu'y passe. Jusqu'à ce qu'un site bien connu dont le fondateur a été persécuté, Wikileaks, révèle un rapport daté de 1955 :

The Bilderberg Meetings Report

Ce rapport, datant du 23-25 Septembre 1955, du groupe de Bilderberg mentionne une réunion avec plusieurs hautes personnalités du bloc de l'ouest discutant d'un agenda pour la création de l'union européenne, et d'une monnaie unique.

Les représentants de cette réunion évoquent entre autre les limites de la CECA, et de la lenteur d'une intégration d'un secteur économique à l'autre. Leur conclusion est donc qu'il faut créer le plus rapidement possible un espace économique commun. Les représentants allemands sont les premiers à évoquer cette idée pour permettre à leur pays d'avoir une chance face au commonwealth anglais, et l'empire coloniale français. Les représentants américains soutiennent cette idée. Coincidence, ou agenda, en tous les cas deux ans plus tard la Communauté Economique Européenne est créée.

Bien, on a un ancien nazi qui s'est donné une image de démocrate, ça nous rappelle quelque chose, non ? On a aussi un groupe réunissant des industriels, et des banquiers qui parlent d'Europe. Je sens que mon article va exciter les partisans de la théorie du complot. Pourtant ces éléments ne sont que des faits historiques, que l'on peut trouver n'importe où. Par exemple sur la reconstruction allemande d'après guerre, et d'un personnage clé, j'ai nommé M. Hermann Josef Abs.

Que dire de l'homme ? Sa carrière avant 1933 est celle d'un jeune étudiant en banque. Il gravit petit à petit les échelons, étudie les langues. Jusqu'en 1937 où il devient membre du conseil d'administration de la Deutsche Bank. Sa biographie dit qu'il n'a jamais adhéré au parti nazi. Ce qui doit expliquer qu'il participa à l'aryanisation des banques juives lors de l'annexion de l'Autriche, et de la Tchécoslovaquie. Il fut aussi conseiller auprès d'IG farben, compagnie qui produisit le zyklon B. Hermann Josef Abs était le banquier des nazis ni plus ni moins.

Mais là où on commence à se poser des questions c'est après la guerre. Malgré son influence durant la guerre, il va être en charge de la reconstruction de l'économie allemande, puis de l'aide marshall. Il y réussit très bien. Et en 1949 il devient conseiller économique du chancelier Konrad Adenauer, durant cette période la RFA se rapproche du bloc de l'Ouest, et intègre la CECA. Mais sa contribution à l'humanité ne s'arrête pas là. En 1957, la même année de la CEE, il retourne à la Deutsche Bank où il participe à la réussite du nouveau modèle de la banque allemande. Et en plus on le retrouve dans la Ligue Européenne de Coopération Economique. Organisation qui se veut indépendante, mais qui exerce une pression "intellectuelle" sur les décideurs pour l'intégration économique européenne. Intéressant. 

Un conseiller de l'ombre d'un des premiers chancelier allemand d'après guerre qui exerce une pression intellectuelle pour la création d'un espace économique. C'est marrant mais ça ressemble au plan du red house report d'utiliser des personnaliités, et d'intégrer l'économie allemande à d'autres pays. Bon je ne fais pas de raccourci mais tous ces éléments mis bout à bout posent question.

Un prince, un banquier, des nazis on comprend mieux pourquoi Adam Labor en a fait un roman. Mais quand la réalité dépasse la fiction on devient perplexe. Le groupe Bilderberg n'est pas une fiction, l'ère Adenauer, et le miracle allemand sont des faits historiques. La création de l'union européenne peut être défini comme une idée pacifiste, mais elle fut surtout et avant tout une idée allemande, et française. Et ce même aujourd'hui, ce n'est pas à Londres que va se décider le sort de la Grèce mais à Paris, et à Berlin.

Et durant mes recherches j'ai vu que des présidents, et industriels français faisaient partis du groupe de Bilderberg. Et que ce n'est pas une société secrète découverte comme par magie. La presse en a parlé, surtout en 1976 après le scandale du prince Bernhard avec Lockheed. Le président Valérie Giscard d'Estaing a du reporter une réunion de Bilderberg à Londres à cause d'un article paru le 13 Avril 1977 dans le canard enchainé. Voici un lien pour ceux qui veulent faire la recherche.

 

III. Quand les nazis pensèrent l'Europe

On voit qu'il y a une continuité des agents économiques nazis après la guerre. On les retrouve dans des gouvernements, et des organisations pro-européennes. Certains sont jugés mais ont des peines de quelques années de prison voire obtiennent un pardon. Certains écrivains vont plus loin, tel que Rodney Atkinson, dans Europe's full circle et voient une similitude entre les institutions européennes, et les idées économiques nazis. Effectivement la banque centrale européenne, un espace économique européen, le fédéralisme étaient prévus par Hitler pour admnistrer l'Europe. La collaboration des pays occupés en étaient d'ailleurs facilités. Durant la guerre, en France, en Autriche, au Pays-Bas, les gouvernements adhéraient à cette idée de reich européen.

En 1943, Heinrich Hunke, conseiller économique au ministère allemand, écrivait dans "La question fondamentale - L'Europe - un concept géographique ou une réalité politique" :

"[...]De nos jours le fuhrer [...] a indiqué qu'il n'y a pas de définition géographique de l'europe, mais seulement une définition "par le peuple, et la culture". Pour lui l'europe va aussi loin que s'étend le mode de vie de l'occident. A l'intérieur de cette union européenne ce qui est décisif est la manière de travailler ensemble et le mode de vie instauré par cette union."

On voit que cette définition peut nous être appliqués aujourd'hui. Mais cela ne s'arrête pas là, je peux vous citer Walther Funk :

"Les économies nationales traditionnelles sont mortes… le destin de ces économies sera l’économie Européenne. Le destin et l’extension de la coopération Européenne, dépend d’un nouveau plan pour l’unité économique"

Gustav Koenig :

« nous avons une réelle tâche : l’émergence d’une communauté européenne… et je suis convaincu que cet effort perdurera même après la fin de la guerre »

Hegel Theodor Haering, Goebbels, Ribbentrop, parlent également des mêmes idées européennes que l'on retrouve dans nos manuels d'éducation civique.

Le régime nazi a apporté des réflexions larges, et profondes pour la construction de l'union européenne. Après guerre, de nombreux politiciens collabos, voire anciens nazis s'en sont servis pour construire notre Union. Je ne dis pas qu'il n'y avait pas de démocrates dans cette construction ni que l'idée de l'Union Européenne émergea comme par magie dans un hotel de Strasbourg. Simplement que l'influence du nazisme ne s'arrêta pas avec la guerre. Qu'il n'y eut pas seulement des ingénieurs, et des techniciens nazis qui continuèrent à sévir. Des politiciens, des industriels, et des économistes en firent tout autant. Et qu'il faut rester critique vis à vis de politiciens qui aujourd'hui veulent nous imposer un fédéralisme européen en nous menaçant avec la dette. Je terminerai cet article par la citation du Dr Michael Pinto-Duschinsky, un conseiller de l’ancien parti ouvrier juif :

« Pour de nombreuses personnalités du monde industriel proche du régime Nazi, l’Europe est devenue une sorte de couverture pour la poursuite des intérêts nationaux allemands après la défaite d’Hitler… La continuité entre l’économie de l’Allemagne et les économies européennes de l’après-guerre est frappante. Certaines des grandes figures de l’économie nazie sont devenues les principaux batisseurs de l’Union européenne. »


 


Moyenne des avis sur cet article :  3.96/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • AlphonseXIV AlphonseXIV 27 juin 2011 10:54

    Bel article, bel historique. Cependant Schuman en tenue de bienfaiteur... pourrait bien aller se recoucher.


    La construction européenne est un sinistre projet financé et piloté indirectement par les USA

    Objectif : engluer toutes les souverainetés dans une méduse molle, et éteindre le rayonnement économique, social et culturel de l’Europe

    Ce sont les USA qui recevaient les « pères de l’Europe » pour les entretenir de leurs projets. Ces pères de l’Europe étaient soit des naïfs soit des vendus. Les USA ont toujours poussé à plus de fédéralisme que d’unionisme.
    Encore récemment Obama insistait pour l’entrée de la Turquie dans l’UE. C’est quoi la Turquie ? 80 millions de turcs, de culture musulmane (donc non européenne), et des aspirations de développement différentes des nôtres. Les pays de l’Est avaient ralenti le processus de décision au sein de l’UE, la Turquie c’est la paralysie quasi généralisée en plus des autres problèmes socio-culturels.

    Non l’UE n’est pas une union, mais un état fédéral qui plus est autoritaire. Ce n’est selon pas une chance pour la France, comme pour tous les autres pays européens : la Grèce subit aujourd’hui la dictature monétaire européenne. Quittons l’Euro, l’Europe, et concluons des partenariats quand nécessaires avec nos voisins.

    La guerre aujourd’hui est avant tout économique et monétaire.

    • Francis, agnotologue JL 27 juin 2011 12:17

      Pas mieux !

      Bravo Jeremy pour cet article indispensable.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 juin 2011 11:04

      À l’auteur :

      « Bien, on a un ancien nazi qui s’est donné une image de démocrate, ça nous rappelle quelque chose, non ?  »

      Que voulez-vous dire par « ça nous rappelle quelque chose, non ? ». À qui faites-vous allusion ?


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 juin 2011 07:15

        Pas de réponse ?


      • HELIOS HELIOS 27 juin 2011 13:06

        Bonjour...

        La semaine commence bien, chaleur coté ciel, super-fiction coté Agoravox !

        Pourquoi super-fiction ? Parce que l’auteur est très imaginatif.
        Non pas que ses arguments soient faux, tout au contraire, ils semblent correct, bien qu’invérifiables, mais cela ne les entache pas de nullité pour autant.

        Le vrai débat ne porte pas sur cette qualité là, mais sur l’interprétation qui s’ensuit.

        D’abord, l’Europe continentale, si elle s’est battue sur son sol, n’a jamais été vraiment en guerre avec elle-même, les conflits, meurtriers certes, ne furent que des guerres de pouvoir et de succession.

        Alors que les guerres, les vraies, celles qui sont fondamentalement des guerres de territorialités, de civilisation et d’idées... celles-ci ont été faites contre l’Angleterre (le royaume uni d’aujourd’hui). Passons a la suite, le commentaire global arrive...

        Les bonnes langues nous rejouent l’histoire régulièrement, parce que « nazi », c’est caca, pas bien etc... mais ils oublient un peu vite que la France a été plutôt du coté Allemand que du coté Anglais. Ce sont les films, les livres et toutes les simagrées médiatiques depuis 40 ans qui nous badigeonnent d’une blancheur que nous sommes très loin de mériter ! Ne l’avons nous pas vu avec la guerre en Indochine ou en Algérie ?
        Donc, pauvres résistants, communistes autoritaires, loyalistes idéalistes ou simplement repris de justice qui ont toutefois « donnés » leur vie pour la France... Ils méritent notre reconnaissance a posteriori, mais sur l’instant, qu’en était-il ?

        Et c’est à trés peu de chose prés, que l’Allemagne n’a pas réussi a « faire » une Europe avant l’heure a cette epoque. je ne reviendrai pas sur les erreurs, elles sont multiples mais néanmoins en petit nombres.... La dernière guerre n’a pas opposé les nations d’Europe entre elles, mais l’Europe continentale contre l’Angleterre et surtout contre l’hégémonie anglo-saxonne et ses multiples points d’intérêt tout autour du monde... au grand plaisir des américains bien entendu.

        le commentaire vient...

        Les sphères du pouvoir depuis la fin de la « grande guerre » - au passage toute aussi déplacée que la suivante, merci encore les anglais et leur influence(manipulations périphériques dont un des mini-exemple a bien été l’attribution des JO 2012, vous vous souvenez ? ils pratiquent ainsi depuis toujours).... donc les spheres DES pouvoirs, qu’ils soient politiques, industriels et ...religieux, ont agit comme des forces mouvantes en fonction des hommes, des circonstances et des intérêts.

        Lorsqu’il y a rapprochement, conjonction ou tout simplement coïncidences des intérêts des uns et des autres, les axes de développement de notre société (nos sociétés européennes) en sont évidement orientés et quelquefois bousculés.
        IL N’EST PAS BESOIN DE CHERCHER DE COMPLOTS, DE SOCIETE SECRETE ETC !

        Et c’est la que se différentie ceux qui voient partout et tout le temps des organisations secrètes voire même des sectes de pouvoir agir...
        En fait, il ne s’agit que d’intérêts particuliers qui, a un instant donné, convergent.
        Le fait de se réunir et de décider quelque chose n’a de valeur que le temps où les intérêts communs ne s’opposent pas. Les nazi, les industriels de la Ruhr (la CECA), Les allemands et les Français (qui devaient fusionner leur deux pays, je vous le rappelle) ont agit chacun pour soi, comme nous le faisons tous au quotidien, au bureau ou a la maison... sauf que les conséquences sur les autres sont moindre. Qui n’a pas « comploté », -j’utilise le même mot - avec d’autres parents d’élèves a la sortie de l’école pour obtenir quelque chose, qui ne l’a pas fait au bureau entre collègues, entre commerciaux, entre syndicalistes ?

        oui, mais, notre monde a rétréci, physiquement mais aussi culturellement.
        La victoire des « allies » en 45 ne fut pas qu’une victoire militaire, mais ce fut une victoire orientatrice de notre civilisation, nous sommes ainsi rentré dans une ère de domination américaine, que ce soit culturellement parlant, mais aussi économiquement...Musique, film, manière d’être jusqu’a la financiarisation du tissus économique effaçant le comportement moral des acteurs (ce que les américains appellent le « fair use » qu’ils s’appliquent entre eux seulement, mais a sens unique avec nous)

        Alors oui, les conséquences de quelques petits « arrangements entre amis » actuels nous semblent ressembler a des prémices de complots, que ce soit dans le monde économique ou dans le monde politique. A cette appréhension de la situation, je préférerai que nous parlions de mafia a grande échelle, car cela ressemble plus a des mafias sectorielles qu’a des organisations secrètes instillant ou validant un futur NWO (New World Order)

        C’est pour cela que je crois fermement et parfois avec une petite dose d’aveuglement - vous savez quand vous mettez la main sur vos yeux, mais que vous écartez un peu les doigts - Que tout n’est pas définitivement plié. Il faut s’opposer de façon ferme et permanente (sans fin n’est-ce pas) a toutes les tentatives de contrôles par quelque groupe de circonstance que ce soit.

        Tout ce que l’auteur raconte démontre point par point qu’il faut s’’assurer : soit qu’on est carrément foutu, c’est trop tard.. ; ou en voie de l’être ou bien que j’ai en partie ou totalement raison.
        Si vous ne voulez pas que les bilderberg acquièrent une dimension supplémentaire, que les Total et autre Nestle et Monsanto imposent leur volonté aux peuples plus qu’aujourd’hui (ce serait mieux de diminuer..), que les banques ne signent pas a blanc des pays qui ne sont pourtant pas des entreprises et qui ne devraient pas jouer a ce jeu là, et que les moyens de contrôle des idées et des peuples ne soient pas exagérément durcis - lisez au passage le projet Besson qui a été rejeté par le CNN, conseil du numérique qui permettrait de couper tout et n’importe quoi sur internet de façon administrative, sans juges donc, avec l’aide obligatoire et imposée aux FAI - .... ....

        ... ... donc (ouf) il faut évidemment ELIMINER tous ceux qui sont actuellement au pouvoir pour redistribuer les cartes et redonner de nouvelles opportunités par un renouveau des intérêts de chacun, des convergences des autres car c’est que comme cela qu’on arrivera a ne pas sombrer dans une société de fourmis avec bien sur, l’aliénation des citoyens a la clef.

        Alors je sais, les remplaçants ne seront surement pas meilleurs, il faut seulement qu’il ne restent pas suffisamment longtemps au pouvoir afin de ne pas construire et cristalliser leurs méfaits pour qu’ils en deviennent indestructibles et incontrôlables.

        En 2012, nous avons des élections dont l’impact, faible hélas, mais suffisant pour probablement déclencher sinon une réaction en chaine (bienfaitrice), mais une recomposition des forces, DANS NOTRE INTERET a nous citoyens..

        Amis d’Agoravox, votez, mais svp ne renvoyez pas a l’assemblée les mêmes. Nul n’est irremplaçable, vous le savez, et choisissez « bien »... pas de Valls par exemple (bilderberg), pas de Borloo (personnage politique déjà enkysté), pas de Verts qui ne sont que les soutiens actifs d’une gauche Canada dry, et évidemment laisser tomber les UMP dont le seul but et de rester au pouvoir.... Cela fait peu pour le restant de la liste des choix, je sais... mais avons-nous le choix, sachant que le verrouillage est incomplet, de passer par le seul trou de souris qui nous reste, même si celui ci ne sent pas toujours trés bon ?

        Ah, zut, j’ai encore écrit un article dans un commentaire... bonne semaine a tous


        • Prometheus Jeremy971 27 juin 2011 19:41

          Ce sont des faits vérifiables, je ne suis pas journaliste, et je n’ai pas le temps ni l’argent de faire des recherches plus profondes.

          Mais chaque argument que je lance, chaque personne que je cite, j’ai recherché et recoupé l’information. Ce n’est pas forcément de qualité mais j’ai mis une semaine à vérifier et à écrire cet article.

          Et je suis contre les théories du complot, et tous ces charlatans, j’ai exactement la même vision que vous sur les intérets convergeants. Ce qui m’a choqué durant mes recherches ça a été cette récupération par les fans de théories du complot. Et cette manière qu’ils ont de balancer une information sans la vérifier. Ils n’ont pas forcément tort mais il faut prendre avec précaution les info qu’ils donnent. Et j’ai donc eu un gros doute avec le red house report. Mais la suite de mes recherches m’a convaincu du fond de vérité de ce rapport.

          Ce sont de faits que je cite, pas des groupuscules franc maçonnique datant de l’égypte antique qui auraient construit les pyramides. Juste des faits. Des faits qui sont vérifiables, et qui ont déjà été traités par des journalistes, des historiens.

          Je pense que vous devriez retirer tous les doigts de vos yeux, ce serait mieux pour votre objectivité. 


        • Feste Feste 27 juin 2011 23:19

          A l’auteur, merci pour votre article.

          Mais une question, quelle différence entre les ’théoriciens du complot’ et vous ? en définitive ?
          Pensez vous (je ne parle pas de l’aspect franc-maçonnique égyptien que je comprends comme une boutade du genre yéti), mais pensez vous que l’ensemble des sceptiques ne font pas le minimum que vous vous imposez, c’est à dire controler leurs informations, surtout lorsqu’elles sont surprenantes.

          Vous semblez découvrir la lune.

          Savez vous par exemple que le Prince Bernhard est aussi co-fondateur du WWF et qui en fut le 2° président ? Avec le Prince Philip d’angleterre (pro-nazi avant et pendant la guerre) et le frère de Aldous Huxley (auteur du meilleur des Mondes et de l’ouvrage moins connu Le Nouvel Ordre Mondial) qui se nommait Julian et était un scientifique et Lord, chef de file des Eugénistes Anglais depuis avant la guerre

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Julian_Huxley

          http://www.wwf.ch/fr/lewwf/quisommesnous/organisation/histoire/wandel/

          Vous voyez, ce n’est pas etre conspirationniste que de se questionner sur la genèse du mouvement écologiste que de faire comme vous, etre curieux et se renseigner.

          Bonne journée


        • Leviathan Leviathan 27 juin 2011 13:27

          (je remets ici un commentaire que j’ai posté dans un autre article)

          Pour en savoir plus sur les officines mondialistes de David Rockefeller oeuvrants pour l’établissement d’un Gouvernement Mondial, lisez :
          - « La véritable histoire des bilderbergers » de Daniel Estulin.
          - « Rencontres au sommet » de Michael Gama.
          - « L’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie » de Hervé Kempf.
          - « Faits et chroniques interdits au public - Tome I » de Pierre Faillant de Villemarest.
          - « Faits et chroniques interdits au public - Tome II » de Pierre Faillant de Villemarest.
          - « Faits et chroniques interdits au public - Tome III » de Pierre Faillant de Villemarest.
          - « La marche irrésistible du nouvel ordre mondial » de Pierre Hillard.
          - « Tous pouvoirs confondus. Etat, Capital et Médias à l’ère de la mondialisation » de Geoffrey Geuens.
          - « Encyclopédie politique française tome II » d’Emmanuel Ratier.
          - « Au cœur du Pouvoir » d’Emmanuel Ratier.
          - « Faits & Documents » d’Emmanuel Ratier.
          - « Comprendre l’Empire » de Alain Soral.

          Et visionnez :
          Pour en savoir plus sur le « Groupe Bilderberg »
          Pour en savoir plus sur le projet de Gouvernement Mondial.


          • titi 27 juin 2011 13:54

            Quand on parle d’Europe, et ce qu’elle est, il est important de rappeler ce qu’elle aurait pu être.

            Or en 1954 il y a eu un projet, celui de la C.E.D, Communauté Européenne de Défense.

            Donc parallèlement à l’économie, il y avait bien dès le début un projet « unioniste » qui devait passé par une défense commune. Défense commune débouchant nécessairement sur une politique étrangère commune et peut être une politique commune.

            Qui a fait échoué ce projet ?
            Ceux qu’on retrouve aujourd’hui dans le Front de Gauche, et les Souverainistes.
            Ceux qui voulaient pas facher Moscou, et ceux qui voulaient être potes avec l’Allemagne.

            Les mêmes qui aujourd’hui ce geignent l’Europe « économique » et le manque de politique.

            C’est que j’appelle prendre les gens pour des cons.


            • titi 27 juin 2011 13:54

              coquille

              Ceux qui voulaient pas facher Moscou, et ceux qui voulaient pas être potes avec l’Allemagne.


            • paul 27 juin 2011 14:40

              Les racines de l’Europe vues à travers le seul prisme nazi est une erreur .
              Les États Unis ont fortement contribué à la naissance et au renforcement de l’Europe pour deux principales raisons : un « rempart » contre le communisme des pays de l’Est , et une expansion de la zone dite « de libre échange » du commerce US .Ce dernier point est achevé avec l’accord commercial U.E. / E.U. qui vient d’être signé ( Grand Marché Transatlantique ) .
              D’autre part l’oligarchie financière US a participé en son temps à l’industrie d’armement nazi .
              Voir aussi sur ce site un article de Zen sur le sujet :

               Les USA et la guerre 1939-1945 : une « bonne » guerre ou un ... 


              • Defrance Defrance 27 juin 2011 19:51

                 IBM Ford Coca cola n’ont jamais arrêté leur business avec Adolphe et ils avaient un ambassadeur a VIICHY !


              • eribi 27 juin 2011 14:57

                Je vais reprendre ce que dit l’intervenant signant « titi » plus haut.

                Si des personnalité de centre gauche comme Schuman et Monet vont se « battre » politiquement pour lancer une union européenne économique plutôt que politique, ils ne sont pas seul et ce n’est pas une idée qui date d’après la guerre.

                Ils représentent des idéologues pacifiste qui dès la fin de la première guerre mondiale voulaient empêcher la seconde d’éclatée.
                Échouant dans une approche direct du fait que se trouvait contre eux les gaulistes du RPF et les communiste ils ont mis en place une approche indirect.
                Ils ne s’en sont pas vraiment caché, mais leur but était que les économies des pays de l’Europe soit tellement lié qu’une guerre ne soit plus envisageable car trop couteuse.

                Qui s’en souvient encore ?

                Quand la France impose l’euro jusqu’en 1992 à l’Allemagne (en échange de l’accord à sa réunification) c’est pour lutté contre les attaques contre sa monnaie (parié à la baisse) et l’hyper inflation des années 80.

                Qui s’en souvient ?
                Qui dans les analyses sur la sortie de l’euro en tient compte ?

                Nous sommes aujourd’hui dans une période ou chaque nation de l’Europe essaye de s’en sortir seul ou presque en profitant de l’Europe plutôt qu’en y participant, et c’est bien dommage.
                Mais n’oublions pas le pourquoi de ce qui a été fait précédemment, sinon nous courront le risque de revivre des crises que nous avons dépassées.


                • AlphonseXIV AlphonseXIV 27 juin 2011 15:42

                   La politique monétaire est au service de la politique économique. L’euro impose une même et seule politique pour tous, pourtant nos modèles de développement économique sont différents.


                  Beaucoup de pays en souffrent, la Grèce n’est que le premier d’une longue liste. La sortie de la Grèce serait bénéfique à la fois pour elle-même et pour la stabilité de l’euro. Pourtant cela fait des mois que l’on interdit à la Grèce de sortir de l’euro. Et la décision serait la même pour tout autre pays.

                  Les pays européens sont malades d’Europe : 
                  la solution préconisée par l’Europe, encore plus d’Europe ! 

                  Pire que le IIIe Reich, pire que l’URSS, l’UE ! Tout en adoptant une apparence démocratique qui ne trompe pas grand monde, elle impose sa dictature économique. Or l’économie est le fondement de nos sociétés modernes, imposer une politique économique revient quasiment à imposer tout le reste.

                • titi 27 juin 2011 19:12

                  « Pire que le IIIe Reich, pire que l’URSS, l’UE  »

                  Pire que dire n’importe quoi !!


                • Prometheus Jeremy971 27 juin 2011 19:50

                  J’avoue je deviens eurosceptique, je vois de moins en moins les avantages de l’union. Mais clairement tous les avantages qu’une entreprise peut en tirer.

                  Imaginez si demain on nous impose un ministère des finances européen, des euribor. Vous imaginez bien que demain ils vont harmoniser le droit du travail, la fiscalité, et les salaires....

                  Et qui pourra les en empêcher ? La majorité des élus des institutions européennes se font par suffrage censitaire, quand on ne les nomme pas tout simplement.

                  L’Assemblée européenne ? Ils peuvent mettre une journée à se décider sur la couleur des bottes des marins pêcheurs....

                  Non on va se faire avoir, tout simplement. Il y a quelque chose de pourri au Royaume de l’Europe...


                • Capone13000 Capone13000 28 juin 2011 23:14

                  Vous devriez lire les analyses de François Asselineau vous, je crois que vous arrivez tous les 2 aux mêmes conclusions :

                  http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau


                • Aureus 27 juin 2011 15:20

                  Bonjour à tous

                  http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/1356047/Euro-federalists-financed-by-US-spy-chiefs.html

                  Voici les vrais dessous de la construction européenne.

                  Si, après la lecture de cet article écrit par un très grand journaliste britannique, paru dans l’un des journaux les plus réputés au monde et basé sur des sources officielles émanant de l’administration US ; donc si après cette lecture, vous refusez de voir la vérité, vous vivez dans le déni le plus complet.


                  • Defrance Defrance 27 juin 2011 21:14

                     On nous cache tout, on nous dit rien ?


                    • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 27 juin 2011 21:58


                      Il ne faut pas oublier que le nazisme est une invention... étazuniène.

                      Oui, l’Empire agonisant a besoin d’une Europe asservie par l’argent, pour durer... encore quelques instants avant la chute.


                      • njama njama 27 juin 2011 22:44

                        Il faut remonter aux premières années qui ont suivi la PREMIÈRE guerre mondiale ...

                        L’UNION EUROPÉENNE : MYTHE ET RÉALITÉS, CONFÉRENCE DU 13 JUIN 2008.
                        CONFÉRENCE DU 13 JUIN 2008 par Annie Lacroix Riz *
                        * ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée d’histoire, est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 7.

                        L’exposé historique qui suit révèle une « Union européenne » fidèle, tout au long de sa vieille histoire, à son objectif primitif d’écrasement des salaires et de maximisation des profits. Définis peu après la Première Guerre mondiale, ses plans commencèrent à être mis en œuvre pendant la première phase de la collaboration économique franco-allemande, entre 1924 et la crise des années trente.
                        ...
                        Autres conférences
                         à ne pas manquer !
                        LE CHOIX DE LA DÉFAITE
                        Quelles sont les causes de la défaite française de 1940 ? Comment comprendre l’engagement des banquiers et industriels dans la " collaboration économique " avec les Allemands entre la défaite et la libération de Paris sans s’interroger sur la phase précédente ? Les classes dirigeantes françaises ont-elles planifié dans la décennie 1930, comme leurs homologues belges guidées par la Banque nationale de Belgique, l’occupation prochaine de leur pays par l’Allemagne de Hitler ?

                        À la lumière d’archives françaises et étrangères, pour la plupart jamais encore dépouillées, Annie Lacroix-Riz revient sur les origines de Vichy. Un essai très engagé, qui bouleverse notre connaissance de cette période de l’histoire de France et au-delà, des relations internationales. Cet ouvrage défend la thèse que les hommes de Vichy ont préparé leur arrivée au pouvoir et que la transformation des institutions, rendue nécessaire par la crise, passait par la défaite française. L’ouvrage montre ainsi, dans une approche nouvelle, que les causes de l’Occupation sont avant tout intérieures. Il aborde la question de la nature des actions menées de 1933 à 1939 en faveur de l’axe Rome-Berlin. Surtout, il met en exergue le caractère déterminant de l’économie dans le fonctionnement de la société française des années 30.

                        DE MUNICH à VICHY


                        • Prometheus Jeremy971 27 juin 2011 23:14

                          Oui j’ai trouvé son nom pendant mes recherches ! Je voulais faire un article qui suit celui là exclusivement sur le cas français.

                          J’ai lu également un texte qui faisait remonter l’origine de l’union européenne à l’après guerre de 1918.

                          Ce même texte qui expliquait que toutes les tentatives échouèrent avant 1939 comme la création d’un espace économique entre l’autriche, l’hongrie et la tchècoslovaquie, et que paradoxalement les nazis contribuèrent le plus à une conception concrète d’une zone économique européenne durant l’occupation. Et que les chefs résistants utilisèrent leurs enseignements pour la future forme de la CECA, puis de la CEE.


                        • titi 28 juin 2011 07:33

                          Mme Lacroix Ritz est tout sauf une personne digne de confiance.

                          Ses écrits n’ont manifestement qu’un but : minimiser le role du PCF dans « la débacle » et maximiser celle du patronat dans « la montée des périls »
                          Or Mme Lacroix est une militante du PCF.

                          Et comme disait De Gaulle « Les américains n’étaient pas là en 40 »... les russes non plus, et les communistes francais encore moins.... et ils n’étaient pas là non plus les années d’après puisqu’ils envoyaient leurs « camarades » juifs étrangers au casse pipe.

                          Ce qui est assez malheureux c’est que madame Lacroix puisse trouver des relais sur AV.
                          Dans le même temps on ne trouve aucune trace, même à l’INA d’un documentaire interdit par le PCF en 1985, initialement commandé par Antenne 2 puis finalement diffusé 19 ans plus tard par Arte... http://www.arte.tv/fr/5000,CmC=364114.html

                          Cherchez l’erreur...


                        • titi 28 juin 2011 07:41

                          A noter que le descriptif Arte est edulcoré...
                          Les propos tenus par ces résistants dans le film à propos de l’action du PCF sont pourtant sans équivoque...


                        • njama njama 28 juin 2011 09:50

                          @ titi
                          Ce qui est assez malheureux c’est que madame Lacroix puisse trouver des relais sur AV.
                          AV devrait la censurer ?
                          AV y perdrait son âme !

                          Assez nul comme argument, de vouloir discréditer ses travaux d’historien sur la base de ses convictions politiques ?
                          Que sa thèse vous plaise ou non, elle s’appuie sur des archives ... récemment déclassifiées, et qui ont été « croisées » avec d’autres archives allemandes, russes ... Ses travaux sont très documentés, et sur ce qu’elle avance, elle attend les critiques de pied ferme. Vous pouvez vous y risquer si vous voulez ... elle ne demanderait pas mieux.

                          @ Jeremy
                          Ce même texte qui expliquait que toutes les tentatives échouèrent avant 1939 comme la création d’un espace économique entre l’autriche, l’hongrie et la tchècoslovaquie, et que paradoxalement les nazis contribuèrent le plus à une conception concrète d’une zone économique européenne durant l’occupation.

                          Puisque la politique (les nationalismes) était un obstacle à l’extension des marchés, car en terme de capitalisme un marché national est limité ), et comme les différentes tentatives d’avant guerre n’allaient pas dans le sens que souhaitait le « grand patronat » (type Comité de Forges ... - créé en 1864 - ) les intérêts professionnels des grands industriels tout comme les capitaux étant trans-nationaux) on peut comprendre que la solution envisagée ait été d’affaiblir ce qui y faisait obstacle ...

                          la Création d’un Espace Économique
                          la CEE bien sûr réalisa cet objectif ! La CECA (1950) est d’une certaine manière le prolongement du Comité des Forges, tout comme la SDN (1919) qui était un produit du Traité de Versailles, dessinait déjà les contours de l’ONU (1945). tout comme l’OMC est une suite du GATT (1947).
                          Les Accords de Bretton Woods en juillet 1944 fixeront les règles du jeu monétaire entre les pays en créant le FMI, qui sera suivi par la création en décembre 1945 de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD).

                          La question du nazisme est en fin de compte très marginale dans la construction de l’Europe ...


                        • xray 27 juin 2011 23:08


                          Dans cette Europe dominée par les curés, l’argent sert à créer les problèmes. Non pas à les résoudre ! 

                          La misère est le fondement de la société de l’argent ! 
                          (Le malade, l’industrie première.) 

                          Les élus européens sont des carpettes sur lesquelles les Américains s’essuient les pieds. 


                          Les
                          Français sont revenus à la situation du début des « années 40 ». 
                          Ils sont soumis à : 

                          - Une monnaie d’occupation ; 

                          - Des journalistes d’occupation ; 

                          - Des mœurs judiciaires dignes du nazisme ; 

                          - Des collabos financés et au service de qui ? L’Europe,  les Américains, ou le Vatican ? 

                          Néanmoins, dans les moyens mis en œuvre par l’Europe pour asservir les foules on reconnaît les méthodes de curés : 

                          - « Générer l’incompréhension, les désordres, la délinquance, la criminalité, l’injustice,  la misère, les maladies, les épidémies, les conflits,  les guerres, les famines, etc. » 
                          Le tout reposant sur l’ignorance permanente et des flots de mensonges sous lesquels les médias noient les individus. 

                          L’Europe est soumise au dictat de l’axe CIA-Vatican. 
                          Seule la géographie distingue la CIA du Vatican. Pour le reste, c’est pareil. 

                          - Les mêmes intérêts, les mêmes méthodes, les mêmes moyens, les mêmes personnes ! 

                          - Les curés manipulent. Ils contrôlent le premier et le plus grand réseau de renseignement. Ils vivent de la misère qu’ils produisent. Ils gagnent à pourrir la vie du plus grand nombre. 

                          - Les américains manipulent. Ils imposent aux pays européens tout ce qu’ils ne veulent pas chez eux. Etc.  

                          Le bourbier européen 
                          http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com  

                          Se sortir de l’Europe ! Et, vite ! 
                          http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/06/30/se-sortir-de-l-europe-et-vite.html 

                          Axe CIA-VATICAN 
                          http://mondehypocrite.midiblogs.com/archive/2011/01/29/axe-cia-vatican.html 



                          • Feste Feste 27 juin 2011 23:21

                            A l’auteur, merci pour votre article.

                            Mais une question, quelle différence entre les ’théoriciens du complot’ et vous ? en définitive ?
                            Pensez vous (je ne parle pas de l’aspect franc-maçonnique égyptien que je comprends comme une boutade du genre yéti), mais pensez vous que l’ensemble des sceptiques ne font pas le minimum que vous vous imposez, c’est à dire controler leurs informations, surtout lorsqu’elles sont surprenantes.

                            Vous semblez découvrir la lune.

                            Savez vous par exemple que le Prince Bernhard est aussi co-fondateur du WWF et qui en fut le 2° président ? Avec le Prince Philip d’angleterre (pro-nazi avant et pendant la guerre) et le frère de Aldous Huxley (auteur du meilleur des Mondes et de l’ouvrage moins connu Le Nouvel Ordre Mondial) qui se nommait Julian et était un scientifique et Lord, chef de file des Eugénistes Anglais depuis avant la guerre

                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Julian...

                            http://www.wwf.ch/fr/lewwf/quisomme...

                            Vous voyez, ce n’est pas etre conspirationniste que de se questionner sur la genèse du mouvement écologiste que de faire comme vous, etre curieux et se renseigner.

                            Bonne journée


                            • Feste Feste 27 juin 2011 23:24

                              Ouch, je trouve des ’photes’ de français et en plus j’ai doublé mon message, désolé.


                              • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 juin 2011 09:39

                                À l’auteur :
                                I. Quand les nazis pensèrent à l’après guerre 
                                II. Quand les nazis construisirent l’Europe
                                III. Quand les nazis pensèrent l’Europe


                                À la réflexion, dans cette logique, pourquoi n’avoir pas intitulé votre article :
                                « Les racines nazies de l’Union Européenne » ?

                                • njama njama 28 juin 2011 10:14

                                  @ Jean-Pierre Llabrès

                                  La question du nazisme (en tant qu’idéologie politique) est en fin de compte très marginale dans la construction de l’Europe ...
                                  Voir mes posts plus haut ... chercher plutôt du côté de ceux qui ont fixé les règles du jeu après la première guerre mondiale, puis après la seconde ...
                                  Les points communs et principaux des Quatorze points de Wilson (voir point 2 et 3) et les Accords de Bretton-Woods sont que l’un et l’autre organisent les échanges commerciaux, les politiques monétaires, ... 


                                • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 28 juin 2011 10:52

                                  « La question du nazisme (en tant qu’idéologie politique) est en fin de compte très marginale dans la construction de l’Europe ... »

                                  D’accord avec vous.
                                  Mais ce n’était pas le sens de ma question à l’auteur de l’article.


                                • Augustule Augustule 28 juin 2011 22:58

                                  A voir aussi, l’incontournable conférence de François Asselineau (UPR),

                                  Qui gouverne réellement la France et l’Europe

                                  Attention ça decoiffe !


                                  • LE CARDINAL 28 juin 2011 23:02

                                    Asselineau, comme NDA, divise le camps de l’union pour la FRANCE et les Français (U2F)
                                    il porte une lourde, très lourde responsabilité en jouant le jeu de L’UMPS smiley


                                    • gorgonzola 29 juin 2011 01:45

                                      Et pourquoi ça n’est pas l’union pour la FRANCE et les Français (U2F)qui diviserait le camp de l’UPR en jouant le jeu de l’UMPS ? mmmh ?


                                    • Aureus 28 juin 2011 23:47

                                      @ LE CARDINAL

                                      Ou bien tu n’as rien écouté de ce que dit M. Asselineau et n’as pas lu la charte et le programme de l’UPR, ou bien tu es très malhonnête. Tu es un ami de Mlle Ornella Guyet ?

                                      Ce que proposent M. Asselineau et l’UPR n’a RIEN en commun avec aucun des mouvements souverainistes. Ces mouvements sont favorables à une « autre Europe » (ce qui est une pure chimère) ; ils ne proposent pas une sortie de l’euro, de l’UE et de l’OTAN comme l’UPR ; n’ont jamais parlé de l’article 50 du TUE qui permet de sortir de l’UE en toute légalité (l’UPR est le SEUL parti à en parler) et enfin, ce sont des mouvements partisans alors que l’UPR veut rassembler les français de tous les horizons politiques pour créer une union nationale.
                                      Tiens, bizarre, les souverainistes ont tellement en commun avec le FN que c’en est déroutant.

                                      Alors cesse ta propagande et ta désinformation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès