• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les relations israélo-américaines aigries par l’accord (...)

Les relations israélo-américaines aigries par l’accord nucléaire  ?

JPEG

Ceux qui pensent que les relations israélo-américaines pourraient être victimes des nouveaux arrangements entre Washington et Téhéran pour relancer l’accord nucléaire de 2015 se trompent. La question n’est pas aussi superficielle que le pensent certains observateurs et analystes. L’alliance stratégique israélo-américaine n’est pas mise à l’épreuve autant qu’on le pense.

Toute la question tourne autour du cycle de coordination mutuelle pour trouver les meilleures alternatives qui garantissent les intérêts des deux alliés. Le Premier ministre israélien Yair Lapid a récemment déclaré qu’Israël avait toute latitude pour prévenir toute menace nucléaire.

Qu’il n’y a aucune contrainte américaine sur la décision d’Israël s’il décide de prévenir une menace nucléaire imminente. Je pense que cet homme disait simplement la vérité. Israël ne peut pas accepter les restrictions imposées par le gouvernement américain, surtout quand il s’agit de sa sécurité nationale.

L’administration Biden ne peut pas non plus risquer de troquer la signature d’accords nucléaires avec l’Iran contre l’abandon de son engagement indéfectible envers la sécurité d’Israël. En discutant de cette question, plusieurs faits méritent d’être soulignés.

Premièrement, il faut reconnaître qu’il existe un haut degré de coordination et de coopération institutionnelle entre Israël et les États-Unis.

Il ne s’agit pas de gouvernements démocratiques ou républicains ou de qui gouverne Israël, mais d’une coordination entre deux États qui se développe à un rythme régulier qui peut évoluer ou ralentir relativement sous l’influence de la chimie des relations personnelles entre les chefs d’État.

Mais elles restent des lignes fixes qui ne seront pas franchies à la baisse quelles que soient les circonstances et les raisons. Le deuxième point est qu’il ne s’agit pas seulement d’une alliance stratégique bien établie. Mais des intérêts communs des deux alliés.

C’est quelque chose qui peut être facilement glané dans la réalité de l’environnement de sécurité complexe au Moyen-Orient. Tous les faits confirment que le soutien stratégique à Israël est indispensable. Les États-Unis ne peuvent pas maintenir leur influence dans cette région sans le soutien et la coopération d’Israël.

Quant à traiter avec l’Iran, on peut dire qu’il est difficile pour Israël de lancer une frappe militaire contre les installations nucléaires iraniennes à moins de recevoir un feu vert explicite des États-Unis.

Il ne s’agit pas seulement de l’aspect opérationnel de l’attaque, mais aussi de ses conséquences et implications militaires, politiques et stratégiques, compte tenu de la capacité de l’Iran à mobiliser de grandes milices régionales au Moyen-Orient.

Cela nécessite un solide mur défensif américain au niveau militaire et, dans une égale mesure, au niveau politique et sécuritaire, surtout compte tenu du réseau croissant d’alliances et d’intérêts que Téhéran entretient avec des pays comme la Russie et d’autres, ce qui pourrait placer Israël dans un environnement sécuritaire très turbulent en cas d’attaque militaire contre l’Iran sans coordination avec la partie américaine.

Sous un autre angle, nous constatons qu’il est dans l’intérêt confirmé de Washington de se coordonner avec Israël si ce dernier décide de lancer une frappe militaire contre l’Iran, que ce soit pour s’assurer que les choses soient contrôlées et ne partent pas en vrille, ou pour s’assurer que l’allié israélien ne soit pas confronté à une crise grave, avec tout ce que cela implique, que ce soit pour la popularité des politiciens américains ou pour les intérêts des États-Unis au Moyen-Orient et sur le plan international.

Ce qui est certain dans tout ce débat, c’est qu’en règle générale, les intérêts de l’allié israélien et de l’allié américain se recoupent, notamment en ce qui concerne le pouvoir de dissuasion et la crédibilité d’Israël, qui sont renforcés par l’influence du facteur américain.

C’est-à-dire que la certitude de l’adversaire (l’Iran) de l’existence d’un soutien américain déclaré ou non à une éventuelle attaque israélienne affecte les calculs de la riposte et augmente la force et l’efficacité de la menace israélienne, qu’elle soit mise à exécution ou reste dans le cercle de la guerre des mots. Un autre point est très important.

Il s’agit de la prise de conscience par les Américains de l’importance de la pression israélienne dans l’effort pour empêcher l’Iran de se doter d’une capacité nucléaire militaire.

Washington comprend que la pression est un chiffre important dans les calculs des Iraniens, du moins maintenant que les craintes de Téhéran d’une frappe militaire américaine ont reculé sous le poids de l’environnement sécuritaire international, compliqué par la guerre en Ukraine. Une forte pression israélienne reste primordiale dans les calculs des stratèges américains à l’heure actuelle.

Israël a maintenant un accès libre à l’espace aérien iranien à travers le Golfe, ce qui est devenu une contrainte opérationnelle importante pour calculer une frappe aérienne israélienne efficace contre les installations nucléaires de l’Iran. Il y a aussi le problème du conflit politique interne en Israël.

La menace nucléaire iranienne est l’objet de ce conflit et de la rivalité politique entre les partis et les dirigeants israéliens. Chaque gouvernement cherche à éviter tout développement dans cette affaire qui pourrait être utilisé politiquement contre lui. On se souvient comment Netanyahou a pris le retrait de Trump de l’accord nucléaire comme sa victoire politique.

Nous pensons que Lapid devrait essayer de conjurer cette signature pour qu’elle n’ait pas lieu quelques semaines avant les élections, craignant qu’elle soit utilisée contre lui sous prétexte qu’il ne pourra pas faire pression sur la Maison Blanche comme l’a fait son prédécesseur.

Ainsi, toutes ces variables sont prises en compte, notamment la forte influence d’Israël sur l’intérieur américain à l’approche des élections de mi-mandat. Autre chose, il y a un certain intérêt israélien à maintenir un rejet catégorique d’un éventuel retour à l’accord sur le nucléaire iranien dans sa forme actuelle.

Toute approbation ou même tout silence de la part d’Israël signifie simplement une perte de la véritable capacité à dissuader et à prévenir une menace nucléaire iranienne ou une éventuelle attaque.

Par conséquent, prouver sa position ici est un intérêt stratégique certain du côté israélien pour préserver le droit d’autodéfense contre toute menace nucléaire iranienne potentielle et pour garder la liberté de décision israélienne en la matière entre les mains d’Israël et non d’autres, même s’il s’agit d’un allié américain.

Il est vrai qu’il y a une divergence de vues américano-israélienne et une prise de conscience des deux côtés des limites de la menace iranienne, qu’Israël et ses voisins arabes considèrent comme une menace existentielle pour leurs intérêts, leur sécurité et leur stabilité, contrairement à la vision américaine, limitée à la question des capacités nucléaires.

Cette vision réduit le danger à la partie qui peut être moins dangereuse que d’autres parties, comme l’expansion iranienne et le déploiement de forces paramilitaires dans la région qui menacent Israël et d’autres pays.

Il est vrai que l’avenir du président Biden dans les deux dernières années de son mandat dépend dans une certaine mesure de la fin du scénario de négociation avec l’Iran, ce qui lui met beaucoup de pression pour sacrifier son accord avec Israël sur cette question. Mais il reste une ligne rouge que les États-Unis ne peuvent pas franchir  : porter atteinte à la sécurité d’Israël et de son peuple.

Toutes les hypothèses ci-dessus restent également soumises au scénario de la fin des négociations marathon avec l’Iran, qu’il s’agisse d’un report de la signature, de la signature, ou de l’annonce d’un échec définitif.


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Clark Kent Clark Kent 19 septembre 16:20

    "L’alliance stratégique israélo-américaine n’est pas mise à l’épreuve autant qu’on le pense."


    Personne ne pense ça !


    C’est comme si vous disiez que L’alliance stratégique israélo-israélienne n’est pas mise à l’épreuve ou que l’alliance stratégique américano-américaine n’est pas mise à l’épreuve ou l’alliance britanico-gibraltarienne.


    En logique, 1=1, et on peut permuter, ça fait toujours 1.



    • Lynwec 19 septembre 17:01

      Quelles relations ? L’AIPAC dit saute, et le Congrès entier part à cloche-pied...

      Relation du maître à la baguette... ou du montreur à la marionnette...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité