• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les sondages sont-ils sincères ?

Les sondages sont-ils sincères ?

Voici quelques jours, les médias publiaient un sondage Ifop Fiducial indiquant une cote de popularité en hausse pour Emmanuel Macron pour la deuxième fois consécutive, avec une remontée de 34 % d’opinions favorables, le président retrouvant ainsi son niveau d’octobre 2018 avant la crise des Gilets Jaunes.

Comment se fait-il que le chef de l’État bénéficie d’un regain dans l’opinion populaire, alors qu’il n’existe aucune avancée réelle dans la politique du gouvernement ? Si certains soulignent que cette hausse est due à la mise en place du Grand Débat, il ne semble guère possible que cette consultation nationale ait pu bénéficier à Monsieur Macron, à cause du peu de crédibilité que lui accordent les citoyens.

Alors, les sondages seraient-ils truqués ?

À titre d’information, remontons à quelques années en arrière pour voir quelques exemples évidents.

En 2007, le Canard Enchaîné mettait en doute la sincérité de sondage de l’institut OpinionWay en raison des liens très proches de ses dirigeants avec la droite, rappelant que Monsieur Hugues Cazenave son président-fondateur avait été chargé de mission à l’époque auprès du cabinet ministériel de Gérard Longuet.

En 2009 à nouveau, le Canard Enchaîné réitère ses critiques et accuse l’institut de sondage de manipulation au sujet d’une enquête publiée par Le Figaro à quelques jours des élections européennes. De son côté, le journal Marianne met en évidence le nombre croissant de sondages effectués par OpinionWay pour Le Figaro, quotidien classé nettement à droite dans les périodiques.

Et ce n’est pas fini … Dans son livre, « Ma plus belle histoire, c’est vous », Ségolène Royal accuse clairement plusieurs instituts de sondage (IFOP, PISOS, CSA, et OpinionWay (pages 177 à 190) d’avoir été très dévoués envers Nicolas Sarkozy au cours de la campagne présidentielle de 2007.

En évidence, on pourrait citer d’autres exemples, plus ou moins récents, mais tous édifiants.

Alors, faisons un point rapide mais précis sur les instituts de sondage actuels qui pratiquent en France, quasiment toujours au service du pouvoir central.

1. IFOP : Première entreprise de sondages d’opinion à avoir vu le jour en France (1938), cet institut de sondage a appartenu simultanément aux grandes figures du patronat français : Jean Riboud, président de Schlumberger, Laurence Parisot, riche héritière et à une époque patronne du Medef, puis aujourd’hui à la très fortunée Famille Dentressangle qui détient à elle seule 65 % du capital de l’Ifop. Sans oublier, le richissime Pierre Pigeon qui possède 35 % des actions de ce même institut.

2. IPSOS  : Comme par hasard, cette entreprise de sondages appartient également au grand patronat français. Créée en 1975 par Didier Truchot, homme d’affaires très influent auprès de tous les gouvernements français, le capital de cet institut est détenu par Euronext, un groupe mondial d’entreprises de marchés financiers, très proche des milieux politiques de gauche comme de droite.

3. CSA : Cet institut de sondages d’opinion appartient principalement au groupe Havas et donc extrêmement proche du pouvoir présidentiel. Il faut savoir que ce groupe est dirigé par Vincent Bolloré et Yannick Bolloré, très liés avec Emmanuel Macron comme ils le sont encore avec Nicolas Sarkozy.

Inutile de faire un quelconque commentaire à ce niveau : le CSA n’ira jamais à l’encontre du chef de l’État ni de son gouvernement.

4. KANTAR TNS : anciennement TNS Sofres et Sofres est un organisme de sondage largement voué à Monsieur Macron. Publiant chaque année un ouvrage intitulé « ’État de l’opinion » aux éditions du Seuil on y retrouve notamment Olivier Duhamel, homme de tous les partis et donc opportuniste. Actuellement, quiconque pourra constater à travers les faits que Monsieur Duhamel est assez lié avec le chef de l’État.

Autre constatation : le fils de Brigitte Macron travaille pour Kantar, ce qui a suscité déjà des rejets de divers sondages, notamment avec Marine Le Pen.

5. HARRIS Interactive : Rien à signaler de bien précis au sujet de cet institut de sondages né en 1995, sauf que son capital est détenu par NASDAQ, un établissement dont la fonction principale se situe dans la bourse des valeurs.

Le grand capitalisme français étant lié en grande partie à ce géant de la Bourse, Harris Interactive a de bonnes raisons de soutenir le pouvoir en place et en l’occurrence la politique de Monsieur Macron.

Ainsi, peut-on se fier aux sondages ? D’abord, il existe toujours des marges d’erreur naturelles, celles qu’il n’est pas toujours possible d’évaluer. Mais le plus inquiétant reste dans les enquêtes d’opinion faussées qui ne représentent pas la réalité de la situation.

En ce qui concerne la cote dite « officielle » de la popularité actuelle du président de la République, disons clairement qu’elle n’est pas exacte. Il suffit de questionner les gens dans les villes ou à la campagne pour saisir l’inexactitude des chiffres propulsés par l’Ifop. Bien entendu, cet organisme de sondage bien relayé par les médias, possède une parole prépondérante à celle des simples citoyens que nous sommes. Et sur ce point, nous restons les parents pauvres de la politique bien démunis dans notre pot de terre qui ne pourra jamais lutter efficacement contre le pot de fer du pouvoir.

En conclusion, nous pourrons constater tout de même que le président Macron reste néanmoins dans un énorme embarras.

Après avoir combattu pendant plusieurs semaines face aux Gilets Jaunes, en utilisant tous les moyens dont ils disposaient, légaux ou parfois illégaux, le chef de l’État s’est trouvé dépourvu. Il a pensé alors que le Grand Débat pourrait le sauver en stoppant brusquement les mouvements populaires. Mais le Grand Débat n’a pas fonctionné selon ses souhaits.

Aussi, aujourd’hui, utilise-t-il des sondages trompeurs pour essayer de faire changer l’opinion publique. En fait, il pense que sa cote de popularité grandissante en apparence, mettra un terme à des semaines de troubles et de conflits sociaux.

En clair, Monsieur Macron veut persévérer dans ses réformes destructrices, sans changer quoi que ce soit et il a toujours grand espoir d’anéantir définitivement les Gilets Jaunes et tous autres mouvements sociaux présents ou futurs.

Ayant acquis en grande partie le soutien de la droite républicaine, il n’a plus de véritables opposants politiques à l’heure d’aujourd’hui. La France Insoumise piétine et les autre partis de gauche sont inexistants. Il reste évidemment le Rassemblement National, mais pour Monsieur Macron, Marine Le Pen est la meilleure adversaire car, malgré le succès de son mouvement, il sait pertinemment que les Français ne donneront jamais la majorité à l’extrême droite.

Au final, si laREM gagne les prochaines élections européennes et si elle remporte en 2020 les élections municipales, la réélection d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle de 2022 semble d’ores et déjà assurée. Et ces victoires, le chef de l’État les devra essentiellement aux instituts de sondage qui l’auront discrètement soutenu tout au long de ces années.

Pierre Reynaud - www.lafranceliberee.fr

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.81/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

104 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 12 février 10:32

    les sondages ne sont pas , ne peuvent être sincère ...n’importe qui ayant un peu étudié la question sait que la façon de formuler la question aura un effet quel qu’il soit sur la réponse ...

    la seule façon de faire un sondage a peu près valable supposerai a minima que les sondés ne sachent pas a propos de quoi ils sont sondés voire qu’il ne sachent même pas qu’ils sont sondés .....

    mais l’idée que les chiffres représentent le réel est trop commode pour que l’on songe a s’en passer......exit la réalité : ce qui compte c’est la fabrique du discours sur le réel


    • Fergus Fergus 12 février 12:07

      Bonjour, gaijin

      « sait que la façon de formuler la question aura un effet quel qu’il soit sur la réponse »

      Sauf que sur des sondages sur des intentions de vote, la question est toujours là même : « Si vous votiez dimanche, pour quel candidat voteriez-vous ? »
      Il n’y pas là le moindre piège !!!


    • gaijin gaijin 12 février 12:27

      @Fergus
      parce que le cadre du vote n’est pas déjà un piège ?


    • Fergus Fergus 12 février 13:00

      @ gaijin

      En quoi ?
      La liste des candidats est, dans les différents types de scrutin, suffisamment large et variée en termes de programme pour que la majorité des électeurs y trouve matière à voter selon ses idées. 


    • Aristide Aristide 12 février 13:09

      @Fergus

      Puisqu’on vous explique que tous les sondages sont faussés ... sauf sur le sondage sur le soutien aux GJ ...

      Contrairement à vous la plupart des Français ne font pas le choix de ce qu’ils souhaiteraient mais de celui qui reste après avoir éliminé les autres. Et cest cela qui explique ces résultats paradoxaux entre soutien au GJ et vote pour Macron. 

      Il n’existe aucune alternative crédible à leurs yeux, et on peut tout de même admettre qu’entre le poujadisme de droite et le populisme de gauche, il n’existe plus qu’un mélange assez indigeste de théorie ultra-libérale, de réformisme aveugle, ... qui peut faire illusion. 


    • gaijin gaijin 12 février 13:21

      @Fergus
      « En quoi »

      ben par exemple en fonction de la visibilité médiatique par exemple quel pourcentage des votants savent qui est asselineau ?
      voilà un sondage qu’il serait rigolo ...et dont le résultat n’a rien a voir bien sur avec les lois datant d’avant la précédente élection qui modifie les règles de représentation ( laquelle loi personne non plus n’est au courant )
      « pour que la majorité des électeurs y trouve matière à voter selon ses idées. »
      vraiment ? alors pourquoi alors que 40% de la population se soigne avec les " médecines alternatives ce sujet n’est jamais abordé ( rigolo non un monde ou chacun a le droit de se soigner comme il veut mais ou toute médecine alternative est interdite ...pas du tout ubuesque ....)
      vous vivez dans un monde fictif construit par les sondages et les médias .........


    • Aristide Aristide 12 février 13:44

      @gaijin

      Quel pourcentage des votants savent qui est asselineau ? 

      Vous voulez faire un sondage ? 

      40% de la population se soigne avec les « médecines alternatives » ...

      Et là, c’est le résultat d’un sondage ?

      PS : Asselineau et médecines alternatives, curieux mélange.


    • gaijin gaijin 12 février 14:01

      @Aristide
      " curieux mélange.

      « 
      pas du tout je parle du monde des » invisibles " dont les gilets jaunes faisaient partie il y a peu .....


    • Paul Leleu 12 février 22:12

      @gaijin

      en tous cas Artistide touche un point juste... les sondages sont ils plus sincères quand ils disent que 70% des français soutiennent les Gilets-Jaunes ? ...si ça se trouve, les chiffres sont gonflés, pour mettre en scène un face-à-face entre le « gouvernement raisonnable » et la « rue irresponsable », et faire peur... ça pourrait être une théorie !

      Ce qui d’ailleurs expliquerait la remontée de Macron... même si les gens sont contre la politique de Macron, ils n’ont pas forcémnt envie de voir des énergumènes violents venir faire la « justice » dans nos rues...

      De toutes façons, on verra aux élections... même si l’expérience montre que les résultats sont assez proches des sondages...

      vous me direz les sondages font parti d’un « bain d’ambiance ».... mais c’est vrai pour tout ! ... on passe du Johnny dans les supermarchés et dans les radios-poubelles et les français plébicitent ses disques... Toute la société fonctionne comme cela !

      Au total, les français plébicitent Johnny, Mc Donald et Macron... et ils sont peut-être heureux ainsi... qu’en savez vous ?


    • machin 13 février 09:44

      @gaijin

      Tout dépend aussi des sondés...

      J’ai la chance d’être sondé plus ou moins régulièrement pour des tas de trucs...

      Je réponds toujours gentiment...
      Sur le Net, je suis toujours volontaire pour tous les sondages, quels qu’ils soient et sans jamais savoir pour qui ou quoi ils sont ...

      Tout simplement parce que je hais l’idée que l’on ne puisse gouverner ou prendre la moindre décision sans un sondage, alors que ces mêmes salopards refusent tous vrais référendums.

      Vous imaginez alors sans mal la valeur de mes réponses, surtout que je suis rompu à cet exercice et ne me trompe jamais dans la répétition de questions identiques formulées différemment. (Trop facile, il suffit de jouer un rôle)

      Il paraitrait que je ne suis pas le seul dans cette pratique et que c’est maintenant un réel problème pour les sondeurs qui appliquent donc des règles de rectifications à leurs résultats publiés...

      Mitterrand le collabo lui, était plus économe, il consultait une voyante...


    • capobianco 14 février 08:15

      @Aristide
      «  Puisqu’on vous explique que tous les sondages sont faussés ... sauf sur le sondage sur le soutien aux GJ ... »
      Plus depuis aujourd’hui !!!! Soyez content puisque ce matin les médias télévisés nous annoncent « ouf, ça y est » « les français veulent que çà s’arrête ». S’en suit l’interview d’une mamie qui en a marre de la chienlit... !!!
      Alors heureux ?


    • pipiou 14 février 21:37

      @capobianco
      Donc le sondage d’aujourd’hui est faussé alors qu’avant pas du tout, c’est ça ?

      Au final vous confirmez ce que dit Aristide ....


    • pipiou 15 février 09:46

      @kader
      Il y a encore plus simple : on ne sonde personne et on met directement les résultats que l’on a choisi.
      Pourquoi faire compliqué ?


    • Emohtaryp Emohtaryp 15 février 16:55

      @pipiou

      Ah bon ? C’est bien ce qu’ils font, non ? Le gros facho macrotte et ses gogols donnent les ordres.....


    • pipiou 17 février 14:39

      @Emohtaryp
      Et bien si tu le crois explique ça à tous tes copains guignols.
      Explique-leur pourquoi Macron n’a pas 70% d’opinion favorable bien qu’il « donne les ordres » .


    • Arthur S François Pignon 12 février 10:37
      1. Une opinion ne vaut pas grand-chose, ce n’est qu’une idée sans fondement, une impression à confirmer
      2. mesurer la moyenne des opinions (même avec la rigueur des mathématiques) est une absurdité
      3. quelque chose d’aussi volatile peut être façonné, manipulé, formaté et les sondages permettent de contrôler comment se déroule ce travail de formatage.
      4. les moutons ont besoin de savoir ce qu’ils doivent penser pour savoir quoi dire sans prendre de risques
      5. les trouillards sont rassurés, et les ânes sont confortés sur leurs convictions
      6. par contre, les rebelles épidermiques (minoritaires par définition) sont dissuadés de défendre leur position : « à quoi bon ? »

      Tout cela contribue à la fabrique du consentement mise en évidence et analysée par Chomsky.


      • Aristide Aristide 12 février 13:11

        @François Pignon

        Heureusement qu’il existe encore des lucides comme vous. 


      • JL JL 12 février 13:17

        @François Pignon
         
         ’’fabrique du consentement mise en évidence et analysée par Chomsky.’’
         
         et mise en œuvre dans le grandéba-foutagedegueules.fr par Macron.


      • Aristide Aristide 12 février 13:40

        @JL

        Un de plus qui ne se sent pas concerné par les thèses de ce fameux Chomsky. Bravo !!!!


      • Alren Alren 12 février 20:00

        @François Pignon

        Vous oubliez ceux qui n’ayant pas de convictions politiques trouvent plus confortable de voter comme la majorité annoncée.
        Et ce sont ces gens-là que visent les sondages.

        De toute façon pour eux, l’important n’est pas le vote mais la vie quotidienne. Ils ne voient pas le rapport entre les deux.

        Ils émettent des phrases types : « Il y a toujours eu des pauvres et des riches » et récemment :« Ton Mélenchon, est-ce qu’il va me donner un travail ? » (sous-entendu : me téléphoner personnellement le lendemain de son élection pour me faire une super-proposition).
        Bizarrement, ils ne disent pas :« Ton Macron (Fillon, Le Pen) est-ce qu’il va me donner un travail ? ».
        Tout est là, une exigence absolue pour les représentants de la gauche (c’est vrai aussi pour Maduro) et une résignation pour l’indifférence de la droite à leur égard.


      • Paul Leleu 12 février 22:17

        @François Pignon

        vous savez, la « fabrique du consentement » fonctionne aussi pour le rock, le mac donald ou les lingettes Monsieur propre... !

        qu’est-ce qui vous dit que les français ne sont pas contents de Macron, finalement ?

        il est rassurant à sa manière... un peu comme une musiquette qu’on connait déjà, des vieilles habitudes, ou un vieux couple...

        peut-être que les fançais en ont marre de Macron, mais que finalement ils ne veulent pas en changer... après tout, ils l’ont bien élu... ça doit correspondre à quelque chose...

        vous savez, combien de gens sont finalement prêts à assumer la liberté, avec ce que cela signifie en terme de responsabilités ?


      • keiser keiser 12 février 11:57

        Salut Olivier

        " Nous ne savons pas qui paie le sondage et nous avons aucun moyen de le savoir. Ce n’est pas dans nos attributions. Nous savons simplement qui commande l’étude et qui l’effectue. " 

        ( présidente de la commission des sondages )

        L’opacité devant l’anonymat des commanditaires de sondage entretient le doute quand à leur véracité.

        Surtout quand l’on sait que 80 % des instituts appartiennent aux potes à Macron.

        On pourrait même penser que ce ne serait qu’une immense pompe à fric :

        Je finance un sondage avec des fonds issus d’affidés de la macronerie.

        L’institut composé des mêmes, réinjecte toujours anonymement, les fonds dans le parti des démarcheurs.( Macron n’a pas voulu donner l’origine de ses fonds de campagne )

        Et c’est encore mieux quand la commande de sondage vient d’un ministère, donc du gouvernement.

        Elle est pas belle la vie en Macronerie ?


        • Fergus Fergus 12 février 12:04

          Bonjour, Pierre

          Il faut arrêter de fantasmer sur des sondages prétendument truqués.

          Depuis une dizaine d’années, les sondeurs font preuve d’un professionnalisme difficilement contestable. Et les résultats des enquêtes réalisées dans le cadre des présidentielles de 2012 et de 2017 ont montré que ces enquêtes fluctuaient de manière très logique avec l’actualité des candidats et de la conjoncture électorale. Quant aux résultats, ils ont été conformes aux prévisions des instituts.

          Notez en outre que les instituts que vous pointez du doigt en prenant pour exemple la récente enquête de l’Ifop et en laissant entendre qu’ils pourraient être indirectement aux ordres du pouvoir macronien continuent en même temps de souligner le fort soutien de la population aux Gilets jaunes, mouvement qui constitue pourtant une grosse épine dans le pied de Macron ! Paradoxal, non ? 

          Un mot encore sur le référendum de 2005 : cette année-là, la campagne du OUI a bénéficié d’un matraquage sans précédent de la part des grands partis politiques et de la grande majorité des médias. Or, quelques semaines avant le scrutin, la population a basculé dans le camp du NON, ce que les sondages ont montré et n’ont cessé de montrer jusqu’au vote. Et contrairement à la volonté des gouvernants et des éditorialistes, c’est bien le NON qui l’a emporté.

          Pour finir, cela fait belle lurette que les sondeurs et les politiques ont compris qu’il ne sert à rien de tenter d’influencer un électorat dans un sens ou un autre. Pour une raison simple : nul ne sait quel effet peut être induit par un sondage truqué, le score affiché pouvant aussi bien accentuer l’effet recherché qu’ induire une réaction de mobilisation accrue du camp adverse !!!


          • Moyrt 12 février 12:26

            @Fergus
            Je suis d’accord. Non seulement, les sondages se trompent assez rarement, mais on pourrait rajouter que même lorsqu’ils se trompent, ce n’est jamais en faveur ou en défaveur du même camp politique. A partir de là, les accusations de manipulation ne peuvent que faire sourire.


          • JL JL 12 février 12:39

            @Moyrt
             
             les sondages publiés sont ceux qui ne nuisent pas à ceux qui les publient : en gros, la presse et leurs actionnaires.
             
            « La liberté de la presse est entière ; il suffit d’avoir les milliards nécessaires. » Alfred Sauvy
             
            Lire à ce propos : Le contrôle des médias français par le complexe militaro industriel
             
            C’est cela le pluralisme en libertarianland.
             
             smiley


          • Fergus Fergus 12 février 12:51

            Bonjour, JL

            Vous restez dans le déni parce que c’est plus confortable pour vous !

            « les sondages publiés sont ceux qui ne nuisent pas à ceux qui les publient »

             ???

            Sur le référendum de 2005 : lien
            Sur la présidentielle de 2012 : lien
            Sur la présidentielle de 2017 : lien


          • JL JL 12 février 13:21

            @Fergus
             
             ’’Vous restez dans le déni parce que c’est plus confortable pour vous ! ’’
             
             Vous vous complaisez dans ce rôle de l’Hôpital qui se moque de la charité ?
             
            De gustibus et coloribus non est disputandum ...


          • Fergus Fergus 12 février 15:23

            @ JL

            « l’Hôpital qui se moque de la charité »

            Que vient faire ici cet adage ? Contrairement à tant d’autres sur ce site, je m’efforce de prendre du recul et d’observer ce qui se passe le plus objectivement possible, même quand cela contrarie mes idées politiques !


          • JL JL 12 février 15:43

            @Fergus
             
             ’’Que vient faire ici cet adage ?’’
             
             Votre réaction ici même encore, et le fait que vous ne vous en rendiez pas compte, en est une illustration de plus !
             
             Pour vous le dire clairement, puisqu’il semble que vous ne compreniez vraiment rien : celui de nous deux qui est dans le déni n’est pas forcément celui que vous désignez. Vous vivez ici dans la certitude que vous détenez la vérité et que votre parole ne peut être mise en doute, à un point tel que vous éprouviez constamment le besoin de vous justifier en mélangeant les discours sur vous avec les sujets dont on parle. Bonjour les amalgames.
             
             
            Par exemple ça : ’’ Contrairement à tant d’autres sur ce site, je m’efforce de prendre du recul et d’observer ce qui se passe le plus objectivement possible, même quand cela contrarie mes idées politiques !’’
             
             
            Une parole vraie n’a pas besoin de parler d’elle. Ce que vous faites là c’est de l’autoritarisme, le même que celui des éditocrates médiatiques qui sont érigés en maîtres à penser dans la sphère médiatique. La différence c’est que vous ne détenez votre autorité que de vous-même, comme nous tous anonymes ici.


          • keiser keiser 12 février 18:34

            @Fergus

            salut Fergus

            Nous avons pratiquement postés en même temps avec deux avis différents.
            Mais paradoxalement tu ne rebondis pas sur ce que je dis.
            Et surtout sur le fait que le jeux soit tronqués dès le départ.
            Quand à tes fameuses prédictions juste des sondages, ce n’est vraiment pas une science exacte :
            Le Pen VS Chirac : rien vu venir
            Trump : rien vu venir
            La liste n’est pas exhaustive.


          • JL JL 12 février 19:17

            @Fergus
             
             je veux revenir sur ça, qui m’interpelle :
             
            ’’Vous restez dans le déni parce que c’est plus confortable pour vous  !’’
             
             c’est moi qui souligne.
             
             Question : qu’est-ce que vous fait dire que c’est plus confortable pour moi que pour vous ? Oui c’est confortable pour moi : ma parole est libre ! Pas la vôtre ?
             
             


          • JL JL 12 février 19:44

            @JL
             précision :
             
            Si c’est confortable pour moi ce n’est pas dû au déni, bien au contraire, c’est parce que ma parole est libre 


          • Paul Leleu 12 février 22:22

            @Fergus

            d’accord avec vous Fergus... les gilets-jaunes critiquent les sondages quand ça les arrange, et ils les citent quand ça les arrange...

            c’est vrai que les sondages sont généralement assez fiables... et c’est aussi vrai que le « bain médiatique » n’empêche pas les grandes suprises : 2002 (Chirac-Le Pen), 2005 (référundum), mais aussi Trump en 2016...

            mais en même temps, cela prouve que quand les peuples veulent, ils peuvent déjouer l’emprise médiatique...

            conclusion, les peuples ne se mobilisent dans les urnes que dans les (très) grandes occasions...

            On verra aux Européennes, ce que le Peuple en pense vraiment... après tout, c’est dans 3 mois maintenant... ça va venir vite...


          • pipiou 12 février 22:23

            @keiser
            Si tu attends que les sondages te prédisent l’avenir c’est sûr que tu vas être déçu smiley  smiley  smiley
            Oui ils se trompent rarement mais c’est bien de nous rappeler ceux où ils se sont trompés à 3% près ...


          • Fergus Fergus 12 février 23:31

            Bonsoir, Paul Leleu

            Les sondeurs peuvent commettre des erreurs, mais ils sont beaucoup progressé depuis 2002, notamment en affinant leurs paramètres de calcul sur le vote FN qui, à l’époque, était assez largement caché et induisait des correctifs pas très bien maîtrisés.

            Quant au vote Trump, c’est nettement plus complexe, l’élection étasunienne étant la résultante des scrutins dans chaque état, la plupart de ces derniers donnant la totalité des délégués au camp vainqueur localement tandis que d’autres états répartissent les délégués au prorata des voix !!!

            « cela prouve que quand les peuples veulent, ils peuvent déjouer l’emprise médiatique »

            C’est clairement ce qui s’est passé en 2005.


          • capobianco 14 février 08:31

            @JL
            Merci JL de remettre le fergus à sa place. Sa façon de jouer le « grand sage » « intègre et impartial » est vraiment insupportable à la longue. On voit bien qui le soutient ici,... 


          • jef88 jef88 12 février 12:23

            Les sondages sont établis sur la base d’un « échantillon représentatif » d’environ 1000 personnes !

            PERSONNE ne nous a expliqué COMMENT cet échantillon a été constitué ! ! ! !

            DONC nous pouvons supposer qu’un pré-sondage a permis de sélectionner cet échantillon en fonction des résultats désirés .....................


            • Fergus Fergus 12 février 12:57

              Bonjour, jef88

              « PERSONNE ne nous a expliqué COMMENT cet échantillon a été constitué »

              C’est faux ! Désormais, la plupart des instituts indiquent dans le document complet de publication de leurs enquêtes de quelle manlère sont élaborés les échantillons !

              Comme le montrent les liens que je viens de poster ci-dessus en réponse à JL, les résultats des sondages sont globalement conformes à l’historique des aléas de campagne, ce qui a été également vrai en 2005 malgré le matraquage médiatique en faveur du OUI !  


            • Aristide Aristide 12 février 13:16

              @Fergus

              Vous ne vous en sortirez pas !!! Les sondages sont faussés et en gros les Français sont des veaux ou des moutons, c’est selon et donc votent comme les autres. 

              Pas un seul instant, ces représentants de mouvements politiques confidentiels se posent le problème de leur ... compétence, de la qualité de leurs représentants, ...


            • Fergus Fergus 12 février 15:25

              Bonjour, Aristide

              « Vous ne vous en sortirez pas !!!  »

              N’est-ce pas Saint-Exupéry qui a dit « L’homme se découvre lorsqu’il se mesure à l’adversité » ? smiley


            • Paul Leleu 12 février 22:27

              @Aristide

              moi, ce qui m’amuse avec la mouvance populiste actuelle, c’est qu’elle reproduit elle-même ce qu’elle reproche à Macron et aux partis d’opposition traditionnels !!!!

              les gilets-jaunes vont devoir se soumettre au verdict de l’élection...

              il y a une différence entre un soutien aux gilets-jaunes et un choix dans l’isoloir...

              de même qu’il y a une différence entre une passade romantique et un mariage...

              On verra ce qu’il en est aux prochaines élections, qui vont venir assez vite...

              Tout reste possible, mais peut-être pas n’importe quoi... aux gilets-jaunes d’incarner le « tout » mais pas le « n’importe quoi »...


            • Garibaldi2 13 février 03:14

              @Fergus

              Il ne vous est pas venu à l’esprit que, au moins partiellement, les gens votent en fonction des sondages, c’est à dire qu’ils votent ’’utile’’ ? Et que la remontée de certains candidats dans les dernières foulées peut sembler suspecte ? Parce qu’il faut bien coller à la réalité quand elle s’impose !

              Ne vous est-il pas venu à l’esprit que nos éditocrates télévisés s’appuient sur les sondages pour façonner l’opinion publique ? Exemple : les gilets jaunes sont soutenus à 75% par les Français, puis arrivent les premières violences ... bien entendu nous ne confondons pas les gilets jaunes avec les casseurs, mais quand même, s’ils vont manifester les gilets jaunes sont aussi responsable de la casse, etc ..., les Français soutiennent toujours les gilets jaunes mais ils désapprouvent les violences comme le montre le sondage machin dans lequel le soutien aux gilets jaunes est en baisse. Je vous laisse mettre en face les résultats desdits sondages.

              Ne confondez pas les sondages concernant les intentions de vote avec les autres sondages. Pour les intentions de vote il n’est pas possible d’inclure la réponse dans la question !

              Je vous laisse apprécier la perversité de la rédaction des questions sur l’usage des LBD dans ce sondage :

              https://fr.statista.com/statistiques/966827/opinion-francais-usage-flash-balls-lbd/

              Moi j’aurais simplement demandé : Les forces de l’ordre doivent-elles avoir le droit d’utiliser des LBD lors des manifestations. Pourquoi les sondeurs n’ont-ils pas choisi de poser aussi simplement la question plutôt que de l’IMAGER en évoquant des circonstances, des conséquences, et des nécessités réelles ou supposées ? Vous remarquerez le : ’’elles doivent pouvoir se DÉFENDRE dans un contexte de manifestations violentes’’ ...


            • Fergus Fergus 13 février 09:38

              Bonjour, Garibaldi2

              « Ne confondez pas les sondages concernant les intentions de vote avec les autres sondages. Pour les intentions de vote il n’est pas possible d’inclure la réponse dans la question ! »


              C’est ce que je me tue à écrire !!! 

              Et j’ai toujours mis en garde contre les sondages qualitatifs basés sur des questions dont la formulation peut effectivement induire le sens de la réponse.


            • Garibaldi2 13 février 13:39

              @Fergus

              Désolé, je me suis mal exprimé. Ne vous tuez pas !


            • Moyrt 12 février 12:24

              Que LREM gagne les européennes est une éventualité tout à fait plausible. Par contre, impossible qu’elle gagne les municipales ! Elle n’a quasiment pas de sortant, est caractérisée par un vide sidéral niveau implantation militante et les quelques élections locales partielles ont donné des scores à un chiffre à la REM quand celle-ci présentait un candidat, et ce, même dans des villes/cantons ayant eu un fort vote macroniste en 2017.


              • Paul Leleu 12 février 22:36

                @Moyrt

                oui, bien sûr... mais c’est en quelques sortes un « jeu d’écritures », comme on dit... en fait, les étiquettes LR, UDI ou PS recouvrent localement une « mouvance » LREM... idéologiquement et sociologiquement, ces électorats et ces candidats se recoupent... avec des nuances bien sûr...

                mais cela renvoit aussi aux limites de la théorie (intéressante par ailleurs) de Guilluy sur la France Périphérique... il faut faire attention au manichéisme... le vote Macron se retouve aussi dans les provinces et les petites villes... on a beaucoup glausé sur les 90% de Macron à Paris, mais cela ne représente qu’1 million d’électeurs... ce qui signifie qu’il y a 20 millions de votes Macron ailleurs en France... c’est plus qu’un point de détail...

                personnellement, je n’ai voté Macron à aucun des deux tours... mais il est clair qu’il est en train de représenter un certain « parti de l’ordre » face aux populistes... et que paradoxalement, il est en train de réussir à latéraliser les champ politique selon sa propre théorie : « les extrémistes ou lui »...

                la crise des gilets-jaunes soit balayera Macron, soit le renforcera... ce qui ne tue pas rend plus fort... il apparaitra alors comme un pouvoir « uni, fort et libéral », face à une mouvance « hétérogène, populiste, et radicale »... Macron pourra alors jouer à plein « lui ou le chaos »... un nouveau verrouillage du jeu politique...


              • Garibaldi2 13 février 03:21

                @Paul Leleu

                Très gaullien ce raisonnement supposé de Micron, mais on n’est plus au temps du Général et la gamelle vide face à l’opulence des richesses dans les super-marchés devrait faire plus de bruit dans la tête des Français.


              • Moyrt 15 février 09:49

                @Paul Leleu
                Je suis plutôt d’accord mais ne vous méprenez pas sur ma définition d’implantation locale. Quand je parle d’implantation locale, je ne parle pas d’être idéologiquement fort dans les grandes villes et faibles dans les campagnes, mais d’avoir des réseaux militants et des personnalités locales identifiées, et si possible, appréciées. Et cela vaut pour les villes comme pour les campagnes (même si cela joue nettement moins dans les villes quand même). Macron peut donc être très haut dans un endroit ce qui amène à de bons résultats à des scrutins comme les présidentielles et les européennes pour LREM, mais celle-ci peut être dans ce même lieu complètement à la ramasse à des municipales ou des départementales si elle n’est pas implantée. Et si LREM envoie un parachutée à Paris, ça aura aussi un impact là-bas.


              • marmor 12 février 14:02

                Mr Fergus est assez naïf, mais plutôt complaisant, notamment à propos du dernier sondage nous affublant d’une progression de 6 points de Macron !! 

                Vous semblez savoir beaucoup sur les sondeurs et les sondés, alors expliquez nous pourquoi ce sondage a été commandé en pleine crise gouvernementale, par qui, et combien il coûte ? 

                Je doute que les grands patrons qui détiennent les instituts de sondage, entreprises privées destinées à faire du fric, se contentent des 4 ou 5 sondages qui leur sont commandés annuellement. Reste à savoir qu’est ce qui les fait bien vivre. Comme je doute que ce dernier sondage ait été commandé par les GJ ou par le RN, ôtez nous tout doute en nous expliquant la finalité de ce sondage !! Vous n’êtes toujours pas convaincu de la valeur d’un point de sondage positif en terme de coût ?

                Je pense que votre crédulité doit bien amuser les grands publicitaires sur le bien fondé des mensonges à distiller aux moutons !! MDR !!!


                • Fergus Fergus 12 février 15:31

                  Bonjour, marmor

                  Ce sondage est conforme aux enquêtes de popularité de Macron qui, depuis plusieurs semaines, a gagné de 4 à 6 points pour tous les instituts. 

                  Je sais que c’est contrariant, et je suis moi-même insatisfait de cette progression. Mais ce qui est contrariant n’est pas forcément faux !

                  Sur la réalité des sondages relativement aux évolutions d’une campagne, je vous renvoie aux trois liens que j’ai mis plus haut en réponse à JL. Je serais curieux de connaître votre avis objectif sur ces panoramas sondagiers très éclairants.


                • marmor 12 février 16:01

                  @Fergus
                  Il serait de bon ton de répondre aux questions que je vous pose afin de lever tout doute sur le bidonnage de ce sondage, après je consentirai à analyser vos liens. Il est en effet discourtois d’éluder des questions précises en détournant le thème du désaccord. Ne me confortez pas dans mon opinion de votre attitude de propagandiste Macronien, foulard rouge, camouflé sous des affirmations de vote contre le président et en faveur de Mélenchon. Vous n’êtes pas crédible, car vos ruses sont trop grossières. Il vaut mieux assumer ses opinions et ses choix, question de respect personnel…….


                • pipiou 12 février 18:47

                  @marmor
                  Sauf que poser une question à laquelle Fergus ne peut répondre est très malhonnête de votre part.
                  Et poser la question du moment choisi pour le sondage, question qui laisse bien sûr entendre des raisons malsaines, n’est pas non plus d’une grande valeur.

                  Alors parler de discourtoisie est carrément du foutage de gueule ; bref vous souhaitez avoir raison quoi qu’il en coûte, je comprends alors que Fergus ou d’autres ne soient pas intéressés à débattre avec vous.


                • Paul Leleu 12 février 22:43

                  @marmor

                  « Ne me confortez pas dans mon opinion de votre attitude de propagandiste Macronien, foulard rouge, camouflé sous des affirmations de vote contre le président et en faveur de Mélenchon. Vous n’êtes pas crédible, car vos ruses sont trop grossières. Il vaut mieux assumer ses opinions et ses choix, question de respect personnel » ...

                  je suis désolé, mais ce genre de remarques typique gilets-jaunes, qu’on entend beaucoup depuis quelque temps sont totalement fallacieuses...

                  alors ensuite, il ne suffit pas de menacer et de gueuler « Macron démissiooooon » ou « Riiiiiic » et de menacer de lyncher les « traitres » et les « tièdes »...

                  ce genre d’attitude est en train de servir objectivement Macron... les gens sont contre Macron, mais ils ne veulent pas de petits violents qui se prennent pour des justiciers auto-proclammés...

                  les gilets-jaunes ne représentent pas le peuple... malgré leur poses chouardiennes, ils ont eux-mêmes une facheuse tendance à confisquer le magistère moral...

                  les gilets-jaunes doivent apprendre à parler avec le peuple, et à écouter et poser des arguements valables...


                • Fergus Fergus 12 février 23:33

                  Bonsoir, pipiou

                  Merci à vous d’avoir exprimé très exactement ce que je ressens à l’égard de marmor.


                • Homer Dhalor 13 février 09:42

                  En fait la question n’est pas de savoir si les sondages sont toujours objectifs ou toujours bidonnés mais plutôt de se demander si les liens entre les instituts de sondages et le gouvernement permettent de les manipuler à un moment stratégique...


                • marmor 13 février 16:22

                  @pipiou
                  Dites moi Zorro, je pense que vous n’avez pas tout compris les mots que j’ai voulu dire que ça vous dépasse et que ça va pas, alors revenez dans votre coquille et laissez les grands discuter ! Le fergus est capable de se défendre tout seul, s’il ne le fait pas ce n’est pas sans raison… A plus pioupiou


                • Moyrt 15 février 09:55

                  @marmor
                  J’ai une réponse à la question que vous avez posé à Fergus et à qui vous reprochez de l’avoir éludée : si ce sondage a été sorti à ce moment précis, c’est qu’il s’agit d’un baromètre. Tous les premiers mardis du mois, l’Ifop-Fiducial sort pour Paris-Match un sondage d’approbation de l’action de l’exécutif : la question est toujours la même, et posée tous les mois (sauf en août), c’est le principe du baromètre.
                  Une dizaine d’instituts fait des baromètres semblables.


                • lala rhetorique lala rhetorique 12 février 14:09

                  Il ne s’agit pas de sincérité ou pas, il s’agit de connaitre la question posée, et le pannel choisi, le nombre, et la quote-part ouvriers, cadres etc... sans ces informations, un sondage est donc inévitablement invalide. La seule chose que moi je peux dire c’est qu’étant donné que les médias se comportent comme des collabos et mentent sans arrêt, la diffusion des sondages n’est donc pour moi non crédible.


                  • Paul Leleu 12 février 22:44

                    @lala rhetorique

                    de toutes façons, le Peuple fera connaitre sa décision en Mai prochain, aux élections européennes...

                    après tout, le Peuple a déjà envoyé péter les sondages et les médias en 2002 et en 2005...

                    comme quoi, tout n’est pas verrouillé...


                  • JL JL 12 février 14:09

                    Je vous invite à lire « L’heure des infos, l’information et ses leurres » (2009), un recueil d’articles parus sur AGORAVOX entre janvier 2006 et juin 2009, pour illustrer une théorie de l’information du point de vue du poisson et non pas du pêcheur, élaborée dans des ouvrages précédents.

                    par un auteur prolifique et regretté Paul Villach

                     

                     Ses 821 articles publiés sur Agoravox et disponibles demeurent une mine de réflexions et d’enseignement pour tous.

                    Sa thèse la plus connue de moi tient dans cette formule : « nul ne livre jamais une information qui lui serait préjudiciable ».

                     

                     J’ajoute ici que nous ne « délivrons jamais une information » : ainsi que l’enfant que nous avons été nous l’a appris au cours d’une relativement longue pratique, nous n’en donnons jamais qu’une formulation, celle qui nous paraît la meilleure pour nous au moment où nous la livrons.

                     

                    « Les gitans jugent avec raison que l’on n’a jamais à dire la vérité ailleurs que dans sa langue ; dans celle de l’ennemi, le mensonge suffit.

                     » Guy Debord

                     
                     Les médias du complexe militaro-industriel, entre autres, ne sont pas nos amis.


                    • JL JL 12 février 14:11

                      @JL
                       
                       article visionnaire ? "La démocratie en péril, par Paul Vllach.


                    • JL JL 13 février 08:09

                      @JL

                      article visionnaire ? « La démocratie en péril », par Paul Villach.


                    • Pierre 12 février 14:27

                      L’auteur, quand les sondages indiquent une sympathie importante pour les gilets, je suppose que vous les trouvez parfaitement sincères ?


                      • Fergus Fergus 12 février 15:33

                         Bonjour, Pierre

                        Merci de poser cette question que ne cesse de poser moi-même et à laquelle je n’ai évidemment pas reçu la moindre réponse jusque-là !  smiley


                      • Aristide Aristide 12 février 20:20

                        @Pierre

                        UN bon Mélenchonien sait lire les sondages et les résultats.

                        Pour les sondages, c’est quand ils sont positifs pour nous que c’est honnête. C’est simple ...

                        Et pour les résultats là c’est plus compliqué on calcule en fonction du candidat : le nombre de voix sur les suffrages exprimés pour le leader maximo, et sur les inscrits pour les autres.

                        Pour ce qui est des chiffres, c’est ce cher Corbière immobilier qui en connait un rayon en manipulation, il a même réussi à bénéficier d’une aide pour les mal logés avec son astuce de bon ... fraudeur.


                      • Homer Dhalor 13 février 10:02

                        @Pierre

                        Y a-t-il un intérêt stratégique à manipuler les chiffres sur la sympathie accordée aux gilet jaune ou est-il préférable de manipuler les chiffres du nombre de gilets jaune dans la rue ?

                        Dans le même ordre d’idée, à l’approche des élections européenne manipuler les la cote de popularité des membre du gouvernement peut-elle avoir un impact sur le résultat des élections ?

                        Se sont surement le genre de questions que se posent la myriade de conseillés en stratégie de la communication qui gravitent autour de nos dirigeants...


                      • zygzornifle zygzornifle 12 février 14:35

                        Le seul sondage valable c’est la sonde urinaire , le reste c’est du pipeau ....


                        • pipiou 12 février 14:48

                          70% des gens soutiennent les Gilets Jaunes ... sondage bidon .


                          • Fergus Fergus 12 février 15:33

                            Bonjour, pipiou

                             smiley


                          • pipiou 13 février 13:32

                            @Fergus
                            Même le décompte des votes Agoravoxiens est bidonné : on veut nous convaincre que les commentateurs de ce site ne croient pas que le sondages de popularité des GJs sont truqués.

                            Ce serait pitoyable que les rebelles sur-éduqués de ce site ne croient les sondages que lorsque ceux-ci leur donnent raison.
                            Les gens ne sont pas si immatures que cela quand même !


                          • ticotico ticotico 12 février 15:11

                            Puisque personne n’en parle, Olivier Berroyer a sorti sur son site « Les crises » il y a quelques jours une analyse très précise sur les biais utilisés par les sondeurs.

                            Sa base de travail est un sondage sur le complotisme, mais on peut biaiser sur n’importe quel sujet, y compris sur un taux de popularité.

                            La thèse du bidonnage sur la « popularité » de Macron est d’autant plus crédible que l’on nous sort toujours un chiffre sans dire comment il a été obtenu, quelles questions ont été posées... Et comment elles ont été interprétées.

                            Désolé de ne pas mettre de lien vers Les crises, j’ai un outillage assez précaire...



                            • ticotico ticotico 12 février 18:01

                              @Jeekes

                              Spassiba (eh oui, je suis manipulé par Poutine)


                            • Jeekes Jeekes 12 février 18:20

                              @ticotico
                               
                              ’’Spassiba (eh oui, je suis manipulé par Poutine)’’
                               
                              Ben comme ça on est deux !
                               
                               smiley
                               


                            • Garibaldi2 13 février 03:30

                              @ticotico

                              C’est Olivier Berruyer, pas BerrOyer !


                            • Esprit Critique 12 février 16:24

                              Qu’on trouve encore deux ou trois crapules associées a Benalla dans des ministére, et la cot de Macron continuera de remonter, « Dans les Sondages »


                              • bernard29 bernard29 12 février 16:48

                                j’ai toujours pensé que les mauvais sondages de Macron durant les mois précédents étaient totalement bidons. 

                                merci de le confirmer par votre article. 



                                  • eddofr eddofr 12 février 17:57

                                    Non (les sondages ne sont pas sincères).

                                    Vous avez une autre question ?

                                    Sérieusement, un institut de sondage est une entreprise privée, dont le but premier est le profit, rien que le profit, tout le profit possible.

                                    Alors, le résultat du sondage ? Ben il dépend de celui qui paie !

                                    Et pas besoin de « truander les chiffres », il suffit de poser la « bonne question », de la « bonne manière » et aux « bonnes personnes ».


                                    • Attila Attila 12 février 18:09

                                      Commencez donc par vous informer correctement :

                                      Les sondages d’opinion, c’est pas la même chose que les sondages d’intention de vote.

                                      Pour les obtus, voici un copié collé d’un de mes messages sur le même sujet :

                                      "Ce n’est pas parce qu’on s’oppose à certaines prise de position de Fergus qu’il a forcément tort sur tout. Sur la question des sondages, Fergus a raison : les sondages d’opinion sont différents des sondages d’intention de vote. Les sondages d’opinion sont des questions posées à un échantillon représentatif de la population ciblée.
                                      Mais comme le font remarquer certains spécialistes critiques, les questions posées modifient la perception du sujet dans l’esprit des sondés. Or, les questions posées ne sont posées qu’à l’échantillon représentatif, pas à toute la population ciblée. Ce qui fait que la perception du sujet n’est modifiée que dans l’esprit de l’échantillon, mais pas de la population ciblée puisqu’on ne lui pose pas les questions.
                                      Conclusion : l’échantillon cesse d’être représentatif dès qu’on lui pose les questions.
                                      Le sondage d’intention de vote ne modifie pas les intentions des sondés.
                                      .
                                      Pour ceux qui sont curieux, le sociologue Patrick Champagne a publié une étude critique sur les sondage, on n’a pas fait mieux depuis :
                                      « Faire l’opinion, le nouveau jeu politique », édition de Minuit.
                                      Patrick champagne est un des fondateurs d’Acrimed "

                                      Lien

                                      Et je rajoute : les instituts de sondage ont utilisé la précision des résultats des sondages d’intention de vote pour faire croire que les résultats des sondages d’opinion étaient aussi valables, ce qui est faux.

                                      .


                                      • Emohtaryp Emohtaryp 12 février 18:57

                                        Les sondages sont-ils sincères ?

                                        Une seule réponse : smiley smiley smiley smiley smiley......

                                        Il n’y a guère que les gogos et les « croyants » comme Fergus qui se gargarisent avec.....



                                          • Claire Claire 12 février 19:24

                                            L’être humain n’est pas une créature honnête et altruiste par nature qui n’aurait inventé ni le mensonge ni la tricherie. Il faut se le dire et l’accepter ! Donc s’il existe un moyen de tricher quelque part sans se faire prendre et d’en tirer profit, soyez certain que quelqu’un l’aura mis en œuvre ou le fera.

                                            Maintenant tricher dans des sondages n’a pas forcément de raison d’être. Peut-on être sûr qu’en donnant Macron plus haut qu’il ne l’est réellement on va servir ses intérêts ? Si cela vise à décourager les manifestants, rien n’est moins sûr ! Si cela vise à inciter ceux qui s’étaient détournés de lui à lui rendre leur confiance, là encore, ça risque de les mettre en colère et compliquer les choses. 

                                            Mais est-il besoin de tricher ? Vous savez la droite est largement majoritaire en France et si dans un premier temps une grande partie des Français a pu se sentir en phase avec les Gilets Jaunes, c’est parce que leurs revendications « parlaient à tout le monde », ce qui n’est plus vraiment le cas aujourd’hui avec le RIC !!! Si vous voulez toucher l’âme des Français, il faut savoir où la situer, car elle se trouve dans leur porte-monnaies. Donc rien d’impossible en la circonstance à ce que Macron remonte réellement dans les sondages. Enfin moi ça ne m’étonne pas ! 

                                            Ce qui m’étonne en revanche, c’est que les piètres performances économiques de Macron ne pèsent pas plus que ça dans la balance. 


                                            • Eric F Eric F 12 février 22:07

                                              @Claire
                                              Bonne analyse, on peut donc considérer qu’il y a bien une embellie de sa cote parce qu’il y a une forte proportion de gens de droite dans le pays qui désapprouvent la radicalisation du mouvement protestataire. Mais cette embellie peut n’être que passagère compte tenu de la réalité des mauvais résultats économiques, qui finiront forcément par se manifester -pour l’instant, la poussière est poussée sous le tapis-.
                                              Je pense que les macroniens visent l’échéance des européennes, où ils cherchent à « virer en tête » (avec la division des oppositions, c’est jouable). Comme pour le marin qui cherche à sortir de la tempête, ce qui suivra après est une autre histoire.


                                            • Fergus Fergus 12 février 23:38

                                              Bonsoir, Claire

                                              « Peut-on être sûr qu’en donnant Macron plus haut qu’il ne l’est réellement on va servir ses intérêts ? Si cela vise à décourager les manifestants, rien n’est moins sûr ! Si cela vise à inciter ceux qui s’étaient détournés de lui à lui rendre leur confiance, là encore, ça risque de les mettre en colère et compliquer les choses. » 

                                              Et c’est bien pourquoi, comme je l’ai indiqué dans un autre commentaire, les sondeurs ne se hasardent plus à traficoter les résultats de leurs enquêtes.


                                            • Claire Claire 13 février 19:00

                                              @Fergus

                                              c’est bien pourquoi, (...) les sondeurs ne se hasardent plus à traficoter les résultats de leurs enquêtes.

                                              Oui enfin ne nous montrons pas trop naïfs quand même, il y a maintes façons habiles de tricher et qui porteront des résultats efficaces. Si vous constatez un légère et continue remontée d’un « petit candidat » dans les sondages pour la présidentielle, il suffit de ne pas en rendre compte pour la voir s’éteindre. Et inversement, vous pouvez susciter l’intérêt pour un candidat en simulant une remontée continue dans les sondages. C’est comme faire de la pub, ça marche très bien. Cela dit, je ne pense pas que le regain de popularité de Macron soit factice, sans être prête, toutefois, à y mettre ma main au feu...


                                            • Fergus Fergus 13 février 20:24

                                              @ Claire

                                              « vous pouvez susciter l’intérêt pour un candidat en simulant une remontée continue dans les sondages »

                                              Certes ! Mais les sondeurs ne peuvent agir ainsi qu’à la marge et avec beaucoup de prudence. Pourquoi ? Parce que les instituts sont en concurrence commerciale, et un institut qui serait contredit par les autres de manière trop voyante risquerait d’écorner sa crédibilité.


                                            • Eric F Eric F 13 février 21:27

                                              @Fergus
                                              ...il semble en tout cas difficile d’imaginer un « complot » de tous les instituts de sondage concurrents, mais ils est possible qu’ils s’entre-influencent (je pense par exemple aux coefficients correctifs, qui à une époque sous-estimaient le score FN). Il arrive que des sondages « pour le compte d’un parti » enjolivent quelque peu son score, cela repose souvent sur la formulation (sympathisants, « proches de », etc.).

                                              Les sondages d’intention de vote sont difficiles à maquiller, par contre certains sondages sont manipulatoires style : « êtes vous d’accord pour réduire la pollution en incitant fiscalement à réduire l’usage de la voiture » (en clair : en augmentant les taxes sur les carburants) !
                                              ...Méfiance aussi envers ce genre de formulation dans le cadre du « grand débat », les maquignons de la politique sont capable de nous dire « comme vous l’avez demandé, nous augmentons la taxe carbone ».


                                            • capobianco 14 février 09:29

                                              @Eric F
                                              «  .il semble en tout cas difficile d’imaginer un « complot » de tous les instituts de sondage concurrents, »
                                              Le mot « complot » n’est pas adapté, ou alors il faut l’attribuer aussi aux médias. Croyez vous que lci, cnew ou bfm soient concurrents ? 
                                              Les sondages comme les infos des médias sont un des moyens pour permettre au système de perdurer. Les infos ne visent-elles pas à discréditer la revendication sociale ? En insistant tour à tour sur la violence (des manifestants bien sûr), sur les chiffres de participants, sur les soi-disant soutiens àux « extrêmes » jusqu’à « l’antisémitisme » maintenant etc... les « sondages » en posant des questions plus ou moins orientés (c’est facile) à des moments choisis viennent compléter les objectifs de ceux pour qui ils travaillent. Enfin, qui sont les propriétaires de l’info dans notre pays ???  


                                            • Claire Claire 14 février 18:50

                                              @Fergus

                                              les sondeurs ne peuvent agir ainsi qu’à la marge

                                              Évidemment, il faut que la remontée soit lente et continue ! C’est même tout l’intérêt de la chose car en principe les autres instituts de sondages n’auront quant à eux, même pas à tricher vu que la côte dudit candidat va réellement remonter. C’est comme faire de la pub, ça fonctionne très bien.

                                              Et l’inverse est aussi très grave : le fait d’étouffer la remontée continue mais « inopportune » d’un candidat, va inévitablement la faire disparaître. 


                                            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 14 février 19:43

                                              @Fergus

                                              Alors les sondages avant le dernier référendum, pas trafiqués ?


                                              @+ P@py


                                            • ETTORE ETTORE 12 février 19:32

                                              Je ne comprend toujours pas pourquoi Macronito s’adresse à une boite de sondage pour faire imprimer ses cartes de visite ?


                                              • Jean Keim Jean Keim 12 février 20:24

                                                @Fergus

                                                La démagogie, le mensonge, l’hypocrisie, la perversion, la prévarication, le clientélisme, la cupidité, l’irresponsabilité, à des degrés divers, sont des pratiques répandues parmi les élites, ceci à un point tel que nous pouvons penser que nous avons affaire à un système organisé genre maffia, et... les instituts de sondage seraient miraculeusement épargnés, c’est quasi miraculeux.

                                                Macron arrive tout nouveau, pratiquement personne ne le connaît, il n’a aucun problème pour financer sa campagne, il a la une de tous les médias et les instituts de sondage seraient...

                                                Il y a un truc comme dans tous les tours de passe-passe.

                                                Alors sérieusement pourquoi cette confiance inconditionnelle, elle n’est pas logique ?


                                                • Fergus Fergus 13 février 09:30

                                                  Bonjour, Jean Keim

                                                  La réussite de Macron n’est à mon avis pas due aux sondages : les instituts n’ont fait que mesurer en temps réel l’évolution de l’intérêt qu’il a suscité dans l’opinion.

                                                  En réalité, Macron a bénéficié de deux éléments majeurs

                                                  Un soutien effectif et indéniable de tous les médias de centre droit, autrement de la majorité d’entre eux.

                                                  Un engouement croissant  et totalement inédit  dans une population, notamment dans l’encadrement et chez les retraités, qui trouvait là une manière de rompre avec une gouvernance dépassée incarnée par Chirac, Sarkozy et Hollande.

                                                  A cet égard, j’écrivais dès... décembre 2016 à quel point il était surprenant de voir, dans ma région  mais j’imagine que c’était pareil ailleurs — se multiplier dans les villes et les villages les comités de soutien à En Marche !

                                                  La jeunesse et le dynamisme affiché de Macron ont fait le reste. Sans oublier le sabordage des Républicains. 

                                                   


                                                • baldis30 13 février 10:04

                                                  @Fergus
                                                  bonjour,
                                                  « La jeunesse et le dynamisme »
                                                  Jeune ? hum .... avec des recettes datant de Mathusalem...voire un peu avant 
                                                  Dynamique ? il me fait toujours penser à des gesticulations largement rapportées par les archives cinématographiques des années quarante. 
                                                  Il ne faut pas confondre agitation brownienne et trajectoire définie en mécanique rationnelle ... 
                                                  Quand bien même les trajectoires balistiques actuelles viseraient à réprimer un mouvement profond plus proche d’un tsunami que d’un comportement désordonné


                                                • Fergus Fergus 13 février 15:31

                                                  @ baldis30

                                                  « avec des recettes datant de Mathusalem »

                                                  Certes ! Mais cela, les électeurs séduits par Macron ne le savaient pas en 2017 et, pour la plupart, ont cru dur comme fer en la rupture avec l’« ancien monde ».


                                                • Jean Keim Jean Keim 13 février 18:47

                                                  @Fergus

                                                  Je ne fais pas d’analyses politiques, ça ne présente pour moi aucun intérêt, seulement vous ne répondez pas à ma question : dans un système profondément perverti, pourquoi pensez-vous que les instituts de sondage sont irréprochables ?


                                                • Fergus Fergus 13 février 19:16

                                                  Bonsoir, Jean Keim

                                                  Je ne prétends pas qu’ils sont « irréprochables », mais ils sont de facto beaucoup plus fiables que dans le passé. Pour une raison simple : l’institut qui se démarquerait trop des autres  ils utilisent désormais des algorithmes comparables — s’exposerait à être sévèrement contredit par ses concurrents et courrait un risque de se disqualifier aux yeux de ses clients. 


                                                • Eric F Eric F 12 février 21:54

                                                  C’est une réaction spontanée de considérer que les sondages qui nous déplaisent sont faussés, c’est comme quant la météo annonce du mauvais temps ; Mais quand les même instituts annoncent des chiffres qui nous conviennent, là nous les trouvons honnêtes.
                                                  Il y a évidemment certains sondages où les questions sont biaisées, mais concernant le suivi mensuel de popularité des hommes politiques, la même question est posée dans les mêmes termes, donc l’évolution -même si elle nous déplait- est significative.

                                                  Alors est-ce que la cote de Macron remonte, et pourquoi ? Eh bien que 30 ou 35% des gens soient partisans de la remise en ordre (commerçants, urbains, conservateurs, eurolibéraux...) ce n’est guère surprenant, il y a un effet de lassitude et la crainte d’un marasme économique et d’une hausse des impôts pour compenser le manque à gagner. On voit que les « affaires » (Benalla, démissions de proches, etc.) sont sans influence.
                                                  En plus Macron a fait le show dans le cadre du « grand débat », il est bon dans cet exercice, comme un bateleur de foire, pas étonnant qu’il re-séduise une partie des 20 millions d’électeurs qui ont voté pour lui.

                                                  Par ailleurs la convergence des luttes de la journée de grève n’a pas été massive, donc les actes du samedi sont perçus comme de la routine. On peut s’attendre à ce que la presse, peu à peu, les passe sous silence. Donc en quelque sorte, retour progressif aux positions politiques de départ.

                                                  Si Macron tire du grand débat une ou deux mesures vraiment populaires et applicables à tous, il se refera une santé. Selon l’adage : « en politique, on n’est jamais mort ». Nous verrons aux européennes (sondage sorti des urnes)


                                                  •  1 ) Pensez-vous qu’il y a une majorité de C*ns ?

                                                     réponse du sondage --- OUI (à 99% )

                                                     2) Pensez-vous qu’ils s’en rendent compte ?

                                                     réponse du sondage Non (à 99% )  smiley




                                                    • baldis30 13 février 09:15

                                                      bonjour,

                                                       je m’aperçois à la lecture des plus récents commentaires que les participants d’Avx ne suivent pas l’actualité car ce matin sur tous les journaux on peut lire :

                                                       ManU inexistant, ManU balayé par la tornade blanche ( sans précision : Paic, Mir , eau de Javel, ....), ManU réformé dans moins de quinze jours

                                                       Alors pourquoi tirer encore sur une ambulance se dirigeant vers la morgue sans passer par les urgences ...... 

                                                      Et même certains titres écrivent aussi qu’ Amiens aurait hébergé hier un convoyeur de fonds ... des fonds destinés à qui.... . et pour quoi faire ...


                                                      • Fergus Fergus 13 février 09:33

                                                        Bonjour, baldis30

                                                         smiley

                                                        Et qui sait ? Peut-être M’Bappé sera-t-il nommé à l’Elysée en remplacement d’Emelien...


                                                      • Sergio Sergio 13 février 18:57

                                                        Pour la justesse des sondages, faudra demander cela à la prostate à Gérard Collomb !


                                                        • Eric F Eric F 13 février 21:07

                                                          J’ai constaté dans mon entourage que ceux qui travaillent dans le commerce ou la restauration (qui étaient initialement favorables à la protestation fiscale) sont désormais très montés contre la pérennité du mouvement, tous les samedis. J’ai même entendu des jeunes filles se plaindre qu’il est désormais impossible de sortir faire du shopping le samedi en ville. Donc il faut être conscient que ce ne sont pas seulement les plus nantis, les réac et les bobos urbains qui se rallient au « parti de l’ordre ». L’évolution de l’état de l’opinion d’ici les élections est à suivre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

REYNAUD

REYNAUD
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès