• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les trois grandes libertés de l’être humain

Les trois grandes libertés de l’être humain

Il existe selon moi trois grandes libertés : la liberté innée, la liberté acquise et la liberté conquise ou plus exactement la liberté-conquête (nous verrons pourquoi je préfère la nommer ainsi). Mais ces libertés ne trouvent pas souvent à s'épanouir toutes trois en raison des états de besoin non satisfaits, des démocraties imparfaites ou inexistantes, et, pour le cas de ceux qui vivent en démocratie à cause du dogme du pragmatisme libéral.

Le mot de pragmatisme vient du grec pragmatikos, qui concerne l'action de pragma, action, affaire. Le pragmatisme s'occupe des affaires et de rien d'autre. Il n'a que faire des valeurs humaines sauf de celles qui le servent dans ses projets. Par ailleurs, le pragmatisme aime l'ordre. Or, l'ordre imposé n'est pas le plus grand ami de la liberté, il peut même lui nuire dangereusement. 

I - La liberté innée (l'être)

La liberté innée vous est donnée à la naissance, du moins si vous naissez sans gros handicap et sans maladie dégénérative. Même si vous êtes paralysé, si vous avez la faculté de penser, vous disposez de cette première forme de liberté.

La faculté d'aller et venir vous est léguée par la nature et par une hérédité de l'espèce qui est mille fois millénaire, les bras et les mains vous donnent toute liberté de saisir les choses et, plus encore, ce qui est proprement fabuleux, de créer !

La liberté innée est infinie parce qu'elle est liée à l'être qui est infini. D'aucuns diront "to be or not to be", bref que l'on n'est pas certain de l'existence de l'être. Ils auront tort car l'existence de l'être s'est avérée par l'expérience. D'abord, l'art, qui remonte au moins à l'époque des premières peintures rupestres (l'art antérieur n'ayant pas laissé de traces). Ce besoin de créer témoigne de la liberté innée et donc de la vérité de l'être et de sa liberté infinie. De même, l'art funéraire et les rites religieux, prouvent expérimentalement que l'être est au monde.

Plus tard, dans la lointaine Antiquité, le précepte "connais-toi toi-même" fut gravé au fronton du temple de Delphes. Il prouve l'existence de l'être car que cherches-tu à connaître si ce n'est toi, autrement dit ton être ?

Il ne s'agissait là encore que d'une preuve expérimentale, diront les sceptiques. Mais c'est oublier que René Descartes a soumis le problème à la méthode du doute radical fondé sur le scepticisme. Et il a sorti cette formule définitive : "je pense (donc) je suis".

Ainsi la liberté se trouve-t-elle vérifiée à la fois expérimentalement (je crée et je crois donc je suis) et dogmatiquement (le cogito).

Sauvez la liberté de l'être

La liberté innée que chacun possède est son bien le plus précieux, il ne doit pas la laisser se faire emprisonner par des mots d'ordre, des idéologies, des modes de vie en société imposés.

Mais, de plus, l'être humain ne doit pas racornir sa liberté première en se soumettant à la logique de la machine, il ne doit pas penser comme elle. Pourquoi ? Parce que l'IA ne pense pas. Elle ne possède pas de liberté innée, elle n'a pas d'être. Deux preuves au moins de ce que j'affirme : la première, c'est que l'IA ignore l'état d'émerveillement qui est à l'origine de la naissance de l'être (art, poésie, croyance, philosophie...). Forcément, elle n'a pas de conscience réflexive !

La seconde preuve est que l'IA ne commence à penser qu'après avoir assimilé la somme des connaissances nécessaires qu'on lui infuse et qu'elle engrange passivement. Elle ne connaît donc pas l'état d'ignorance si cher à Socrate, à Confucius et à tant de sages qui ont vu l'ignorance comme un bien en ce qu'il permet de chercher à comprendre le monde mais aussi à admettre la part de mystère qui échappe à notre intelligence. La conscience de l'ignorance est la base même de la Pensée, qui est effort. L'IA ne connaît pas non cet effort qui nous tire de l'ignorance, ni la souffrance et la joie, qui accompagnent la découverte (ou la redécouverte). L'IA ne connaît pas davantage l'oubli (naturel, non programmé) qui joue un rôle essentiel dans notre mode de pensée.

Il nous faut donc suivre les deux voies anciennes de la sagesse : l'émerveillement. La démarche de l'émerveillement ne doit en pas être réduite au sens le plus naïf du terme. Invités ce mercredi 10 octobre 2018 dans l'émission La Grande librairie, Christian Bobin et les autres invités ont précisé ce qu'ils entendaient par l'émerveillement. Les premiers philosophes ont reconnu que l'émerveillement est ce qui pique notre curiosité et qui nous conduit à chercher à comprendre. La seconde voie à suivre est de reconnaître notre ignorance pour la corriger. L'IA ne sait faire ni l'un ni l'autre.

II - La liberté acquise (l'individu)

Là aussi, si la nature vous a doté d'une santé suffisante, vous pouvez jouir de cette liberté. La liberté acquise consiste à s'affranchir et à gagner sa propre autonomie. L'enfant en grandissant connaît cette liberté. L'individu en se formant et en apprenant la connaît aussi.

Contrairement à la liberté innée, elle requiert des efforts longs et constants. Apprendre à lire et à écrire, à vous comporter en société, à comprendre les autres, à vous comprendre vous-même, voilà toute une série de choses qui relèvent de la liberté acquise. Les apprentissages (conduire un véhicule, par exemple) et les savoirs vous ouvrent des champs étendus de liberté ! La liberté acquise. Ouvrir des livres en est un parfait exemple. Mais aussi la capacité à vous exprimer aisément et à échanger des idées. Sur ce site notamment.

Sur le plan de la liberté acquise, les gens ne sont pas tous égaux même dans notre République qui proclame l'égalité. L'école ne permet pas à tous de s'épanouir dans cette seconde forme de liberté, le milieu dans lequel on naît non plus. La société n'offre pas à tout un chacun une tribune de premier plan pour y exprimer sa pensée.

III - La liberté conquête

La première chose à en dire est qu'elle n'est jamais acquise. Et donc - si vous suivez mon raisonnement - elle se différencie forcément de la précédente, la liberté "acquise" se définissant par opposition à "innée".

La liberté conquise est très fluctuante. Elle est en lien direct avec notre existence physique et matérielle. Il y a des moments de la journée où elle est emprisonnée, d'autres moments où elle peut s'épanouir. Il en va de même pour des temps plus longs : les journées, les périodes. La liberté conquise dépend du pays où l'on vit, des capacités et de la personnalité de l'individu. Cette liberté est aussi très liée au temps disponible.

A titre personnel, vous avez conquis des libertés que vous n'êtes pas sûrs de conserver à vie. Il n'en demeure pas moins que cette troisième forme de liberté est aussi vitale que les précédentes.

Finissons par deux exemples bien sentis à l'attention de notre cher Président

L'horticulteur qui, par sa liberté acquise, se voit refuser de conquérir la liberté à laquelle il peut prétendre en obtenant un emploi conforme à ses talents et aux efforts qu'il a réalisés, se voit étouffer par un dogmatisme aveugle (le pragmatisme libéral) quand on veut l'obliger à y renoncer sur-le-champ. Sans compter que cela viole la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen qui impose à l'Etat de permettre à tout citoyen, toute citoyenne, d'occuper les places qui correspondent à leurs talents et à leurs "vertus" (terme de l'époque).

La personne qui se voit enjoindre de cesser de se plaindre se voit refuser sa liberté la plus fondamentale, à savoir la liberté de l'être. Le fait d'exister en tant qu'être et de vivre engendre de la souffrance. Seuls quelques grands privilégiés ignorent ce fait. Or, la souffrance extrême ou quotidienne, envahissante et tenace, peut engendrer de la plainte. Rien n'est plus naturel que la plainte pour l'être qui souffre. Etouffez-donc toute plainte et les gens se suicideront dans le plus parfait silence...C'est d'ailleurs ce qui n'arrive que trop déjà.

Est-ce là une réponse humaine ?

En conclusion, je souhaite à chacun et chacune de vivre aussi pleinement que possible les trois formes de liberté. "Connais-toi toi-même !" (par la liberté de l'être), "deviens ce que tu es !" (par la liberté acquise et conquise).

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Le Panda Le Panda 11 octobre 14:39

    @Taverne

    Bonjour

    Or, l’ordre imposé n’est pas le plus grand ami de la liberté, il peut même lui nuire dangereusement. 

    Je l’ai vu, lu en modération et validé, cette phrase m’a particulièrement touché, car c’est bien c’est bien ce que nous vivons pleinement actuellement. Je reviendrais pour la suite un texte qui dit bien ce qu’il veut dire. Mais il me semble que chacun trouvera ce qui lui convient le mieux.

    Bien à toi

    Le Panda


    • Taverne Taverne 11 octobre 15:54

      @Le Panda

      Merci Panda.

      L’équilibre en faisant du surplace est quasi impossible car nous sommes tributaires de tout ce qui bouge et change. C’est donc dans le mouvement que l’on peut garder l’équilibre.

      Si ordre et mouvement sont les deux mamelles de la liberté, il ne faut pas qu’une des deux mamelles soit plus grosse que l’autre. Trop d’ordre ou trop de mouvement nuit à l’exercice de la « bonne » liberté.


    • Etre la chaussure qui convient destinée.


      • Etre la chaussure qui convient à notre destinée.


        • Taverne Taverne 12 octobre 09:33

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Chez EnMarche, les chaussures sont en solde, même les souliers de ministres Profitez-en ! Mais attention, elles sont unidirectionnelles. Une boîte de cirage et un chiffon sont offerts en prime pour cirer les pompes du chef. « Comment reconnaitrai-je le chef ? » C’est très simple, c’est celui qui porte des œillères et un air très suffisant.

          Retour au propos : soyons plus qu’une chaussure ! smiley


        • @Taverne

          Merci de ne pas m’associer à En Marche étant : DECROISSANTE. Mais la chaussure a une grande portée symbolique. Elle nous relie au sol (Sol puisque vous aimez la musique). Lire ce superbe roman de Henning Mankell. Les chaussures italiennes : https://www.babelio.com/livres/Mankell-Les-bottes-suedoises/850261. Trouver chaussure à son pied (pas entre deux notes, ..ou temps). Etre libre, c’est marcher avec des bottes des SEPT LIEUES. 

        • Taverne Taverne 12 octobre 11:50

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Etre libre ce n’est en tout cas pas marcher à côté de ses pompes, ni survolez le plancher des vaches. Ne le prenez pas encore pour vous-même, je fais de simples digressions humoristiques avec allusions politiques. Etre libre, n’est-ce pas marcher au pas qui nous convient ? 


        • @Taverne

          Sur sa tombe, ma mère a demandé que qu’ on laisse une marque de son passage : j’aurais aimé être un oiseau.  

        • bibou1324 bibou1324 11 octobre 15:34

          Mon gosse, quand il avait 3 ans, pensait avoir la liberté d’écraser la tête de ses petits camarades sur leurs pupitres. La violence fait partie de nos gènes, depuis l’époque où les chasseurs cueilleurs devaient luter pour survivre. Il a fallu lui apprendre qu’il n’avait pas la liberté de céder à ses instincts innés.


          L’humain civilisé aujourd’hui n’est pas libre. Vous avez le droit de regretter l’époque bénie où le viol était quotidien et le meurtre un moyen d’expression artistique ...

          La société, cela signifie définir des règles s’appliquant à tous pour que la majorité y trouve une stabilité nécessaire à son épanouissement. La société d’aujourd’hui est basée sur la valeur du travail. Ce n’est pas forcément le modèle idéal ni celui permettant le bonheur optimal des citoyens, mais c’est le modèle actuel permettant de générer un luxe inégalé de toute l’histoire humaine. Dans ce système, soutenu par la majorité accro à la consommation, les petits, incapables d’être productif pour la société, n’existent pas. Leur vie n’a pas de valeur. Qu’ils traversent la rue pour trouver du travail ou qu’ils se fassent écraser par un poids lourd en essayant, cela importe peu aux classes moyennes.

          En acceptant la vie en société, l’humain accepte de se départir de toute liberté personnelle. Le mot liberté change de sens pour devenir la moyenne des actions acceptables par la majorité.

          La liberté de trouver un emploi vous dites ? C’est à dire la liberté de s’enlever toute liberté ? La liberté est l’exact inverse de l’emploi, de la société ou de la notion de civilisation et de consommation. La liberté c’est la vie sauvage, seul et nu au milieu de la forêt.

          • Taverne Taverne 11 octobre 15:57

            @bibou1324

            Je pense qu’entre ces deux situations : écraser la tête de ses camarades sous les pupitres ou vivre seul et nu dans la nature, il existe toute une gamme de possibilités d’être vraiment libre. C’est...juste une impression que j’ai et je tenais à la partager avec vous.


          • Lympios8 Lympios8 12 octobre 08:25

            @Taverne


            De bout en bout votre « texte ? » est à se tordre...
            Vous devriez monter sur scène ou faire de la télé réalité.
            Succès garanti.

          • Taverne Taverne 12 octobre 09:29

            @Lympios8

            Et j’en suis bien heureux car rire est excellent pour votre santé. Et puis rien ne vous empêche de tirer un profit plus utile de mon article, mais plus tard, quand vous aurez gagné en maturité.


          • Aéroclette Aéroclette 11 octobre 18:24

            Vous confondez « démocratie » et « république représentative », voir fameux discours du libéral Sieyès à la Constituante affirmant que « la révolution n’instaure pas la démocratie »
             
            Vous ne savez pas ce que « être » veut dire en ontologie (branche de la métaphysique, à dire au crétin Macron, et son discours sur la religion).
            Cogito « dogmatisme », vous avez pompé ça où ??? 
            Descartes pt de départ de l’ontologie matérialiste, Sensorium Deï séparation philosophie/métaphysique, dualisme idéaliste (attributs : substance = pensée, matière, au monde, extension=dimensions, temps, lois mathématiques à Dieu) continuée à l’envie par Spinoza. Puis Newton, Hegel et régressions Kant/Hüsserl de l’ontologie transcendantale (ramenant la catégorie pensée à attribut de Dieu)
             
            Les articles d’amateurs se piquant de philosophie sont souvent hilarants, merci. smiley
            Le passage sur l’IA est digne de la maternelle.... j’ai lu plus vite après pour éviter la crise cardiaque spasmodique. Vous deviez être au PS avant sa disparition, seule explication.
             
            Savez vous que Darwin disait que la bactérie avait une « conscience »... naturelle ? Donc juste un capteur/moteur interactif... robot IA qui se rechargerait tout seul, genre tondeuse...


            • Taverne Taverne 12 octobre 09:18

              @Aéroclette

              C’est bien de recracher des morceaux de connaissance apprise par coeur dans les livres, mais c’est mieux de penser aussi par soi-même. En revanche, s’il est un livre que vous devriez rouvrir, c’est le dictionnaire pour y voir les sens donnés au mot « dogmatique » que j’ai employé à dessein.

              « Les articles d’amateurs se piquant de philosophie sont souvent hilarants, merci. » La critique est aisée mais l’art est difficile. Où sont donc vos articles ? Pour en écrire, il faut savoir faire autre chose que du copié-collé et de la simple régurgitation de cours.


            • jesuisdesordonne 11 octobre 19:34

              Ce que vous appelez liberté est aussi une nécessité vitale pour ne pas tomber dans la pathologie mentale car l’évolution nous a génétiquement programmés pour rechercher un équilibre personnel en s’affirmant par des différences d’avec les autres.

              C’est la version humaine de la biodiversité comportementale que l’on peut observer chez toutes les espèces animales et végétales.
              Je l’appelais déterminisme dans mon article ici.
              Il s’ensuit que des contraintes normatives trop importantes relèvent d’injonctions paradoxales pathogènes.

              • Taverne Taverne 12 octobre 09:24

                @jesuisdesordonne

                Le déterminisme est le principe « les mêmes causes entraînent les mêmes conséquences ». La nécessité vitale de s’adapter est la possibilité de changer de comportement pour obtenir des conséquences différentes. Mais ce n’est pas encore là la liberté, c’est juste la capacité d’adaptation (forme d’intelligence). Où commence la liberté ? Je ne saurais le dire, ma thèse ne fait que dessiner à grands traits une présentation compréhensible de cette vaste et difficile question. Elle ne tranche pas.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès